السوريون في السنوية العاشرة لثورتهم: واقع صعب وأمل أصعب

Iyad Abdallah, écrivain et journaliste syrien, vit en exil en France depuis fin 2013. Il se livre dans ce billet à un examen des événements organisés par les Syriens en Syrie et dans les lieux de leur exil pour l’anniversaire des 10 ans de la Révolution syrienne. Au delà des actes de commémoration, un pan de l’héritage de la révolution nous est donné à voir à travers cette rétrospective.

  • IYAD ABDALLAH

Iyad Abdallah, écrivain et journaliste syrien, vit en exil en France depuis fin 2013. Il se livre dans ce billet à un examen des événements organisés par les Syriens en Syrie et dans les lieux de leur exil pour l’anniversaire des 10 ans de la Révolution syrienne. Au delà des actes de commémoration, un pan de l’héritage de la révolution nous est donné à voir à travers cette rétrospective.  

السوريون في السنوية العاشرة لثورتهم: واقع صعب وأمل أصعب

إياد العبدالله

محطات عديدة بات السوريون على موعد مع ذكراها سنويا منذ بدء الثورة في آذار 2011، حيث يتفاعل السوريون باستحضارها تحليلا أو نقدا أو تبجيلا أو غضباً، عبر وسائل التواصل الاجتماعي أو كتابة المقالات أو القيام بنشاطات ميدانية في ساحات المدن التي توزعوا عليها. بعض هذه المحطات يستقبل سوريو الثورة ذكراها بالدموع والغضب وصور الضحايا وقصصهم، من ذلك ذكرى مجزرة الكيماوي في الغوطة الشرقية التي ذهب ضحيتها أكثر من 1400 عدد كبير منهم من الأطفال، والتي مرت ذكراها الثامنة في 21 أغسطس 2021.

 تظاهر السوريون تذكيرا بهذه المجزرة، وتفاعلوا في الانترنت عبر هاشتاق #لا_تخنقوا_الحقيقة الذي اجتمعت تحته معظم الفيديوهات والصور والشهادات والغرافيك التي تناولت هذه الذكرى.    

ومنها محطات تُستذكرباعتزاز وإيجابية، كذكرى تأسيس فرق الدفاع المدني “الخوذ البيضاء” التي احتفل السوريون بعيد ميلادها السابع في 25 أكتوبر 2021.

أحيا الدفاع المدني في سورية هذه الذكرى وقوفا في حضرة نشيد “في سبيل المجد” الشهير، والذي ألفه الشاعر عمر أبو ريشة (1910 ـ 1990).  

 مثل هذه الوقائع أو المناسبات، غالبا ما تكون جامعة للسوريين المؤيدين للثورة على صعيد المشاعر والمواقف، لكن الحال ليس كذلك مع مناسبات ووقائع أخرى، فهناك الكثير مما يختلف عليه فيما بينهم. لكن المفارقة، أن الحدث الأبرز الذي يفترض أن يكون هناك اتفاقا كبيرا حوله لكونه حدثاً مؤسساً ينتمي إليه جميع من يعادي نظام بشار الأسد، وأقصد هنا الثورة السورية، غالبا ما يكون مناسبة لفتح أبواب الاختلاف بين السوريين ويكاد السجال بينهم يطال جميع الجوانب، بدءاً من تحديد يوم انطلاق الثورة وصولا إلى المآلات التي انتهت إليها. هذا الحدث، والذي مرت ذكراه العاشرة في آذار 2021، هو سيكون موضوعنا هنا.

أولاً ـ النشاط الميداني

: المظاهرات

الاحتفال بهذه الذكرى في آذار من كل عام أصبح تقليدا سورياً يحييه سوريو الداخل والشتات، حيث يتظاهر السوريون في ساحات المدن والبلدات التي توزع عليها السوريون في العالم وفي الداخل السوري الذي لم تصل إليه يد النظام بعد.                       تظاهر الآلاف من السوريين في مدينة درعا – (درعا البلد). 

تنقسم مدينة درعا إلى قسمين: درعا البلد ودرعا المحطة، هذه الأخيرة كانت في يد النظام ولذلك انحصرت المظاهرات في درعا البلد التي كانت حتى ذلك الوقت خارج سيطرة النظام الذي سيسيطر لاحقا على المدينة وريفها. للاطلاع على المظاهرة :

وبعض بلداتها

كالمظاهرة في بلدة مزيريب:

وكذلك في مدينة إدلب وبلداتها

وريف حلب

ينظر على سبيل المثال: مظاهرة مدينة الباب 
مظاهرة مدينة جرابلس:

وبعض المناطق الشرقية

في ريف دير الزور مثلا:
وكذلك في رأس العين في ريف الحسكة:
هذه المناطق جميعها خارج سيطرة الأسد، وهي، ما عدا درعا، إما واقعة تحت سيطرة فصائل الإسلاميين لاسيما هيئة تحرير الشام أو تحت سيطرة قوات سورية الديمقراطية أو الفصائل التابعة لتركيا. كما تظاهر السوريون في العديد من المدن في دول اللجوء، وكانت أهم المظاهرات في تركيا.
 
على سبيل المثال: مظاهرة إسطنبول:
ومظاهرة غازي عينتاب:

 وفي ألمانيا

على سبيل المثال- فعالية برلين:
وفي فرانكفورت التي حاول مؤيدو النظام تنديدا بما أسموه “الذكرى العاشرة للحرب على سورية” فحصلت صدامات بينهم وبين المعارضين: 

وفي فرنسا

مثلا: في ستراسبورغ :

من الممكن الإشارة الى نقاط عديدة تميزت بها هذه المظاهرات، لعل أهمها:
 

أولاً ـ تقلص جغرافية المظاهرات مقارنة بالسنوات السابقة، ويعود ذلك إلى أسباب موضوعية ترتبط بتقلص جغرافية الثورة في الداخل السوري بعد أن أعاد النظام سيطرته على العديد من المناطق خلال السنوات الأخيرة. ذات الأمر يمكن ملاحظته في الدول التي لجأ إليها السوريون، ففي السنوات الأولى بعد الثورة، كانت معظم ساحات المدن في العالم تشهد تظاهرات كبرى أو نشاطات متنوعة يشارك بها غير السوريين أيضاً، سواء في ذكرى قيام الثورة أو في مناسبات أخرى مرتبطة بها، هذا لم نراه في الذكرى العاشرة للثورة.  تفسير هذا الأمر يحتاج إلى وقفة خاصة، لكن عموماً هو متعلق بالاحباطات والانكسارات المتراكمة التي عاشها السوريين بعد أمل كبير فجرته الثورة في نفوسهم، ثمة شعور لدى الكثيرين أن ثورتهم سرقت منهم وأنها آلت إلى مجموعات من الإسلاميين والمرتزقة المرتبطين بأجندات خارجية آخر همها حياة السوريين ومستقبلهم، وأن هؤلاء جميعا ساهموا مع نظام بشار الأسد في طعن الثورة وأهلها. يرى سوريون كثر أن العالم قد تخلى عنهم، وأن لا سبيل لهم لتقرير مصير بلدهم المدمر، وأن مئات آلاف القتلى والمعتقلين ومن دمرت حياتهم ويعانون من آلام الجوع والبرد وانعدام الأمل بالمستقبل، لم يكن لمأساتهم أي معنى أو وزن عند العالم. إن مناخات اليأس والشعور باللاجدوى بدأت تتنامى بين السوريين بعد سنوات قليلة من بدء الثورة وأوصلت العديد منهم إلى الوقوع في شباك العدمية السياسية أو السلوكية، كتلك المقارنة التي تورط بها بعض الناشطين والتي يلخصها هذا السؤال: “الأسد أم داعش والنصرة؟”، البعض كان يختار هذا وآخرون يختارون العكس، غافلين عن أن كلا الطرفين لن يقبلوا بأي كان إلا إذا ألغى نفسه وأصبح داعشياً أو أسدياً. الآن لم تعد مثل هذه المقارنات موجودة، ثمة نمط جديد من العدمية والشعور بالعجز أصاب قطاعات لا بأس بها من السوريين الذين استسلموا لفكرة أن سورية أصبحت بعيدة عنهم كثيراً. كان من أبرز المؤشرات على تنامي مناخات اليأس هذه هو تراجع جميع النشاطات المرتبطة بالثورة عاماً بعد عام، كالمظاهرات والمناسبات والمحاضرات والسهرات، وآخرها ما حدث في الذكرى العاشرة للثورة.

ثانياً ـ كانت شعارات الثورة ومطالبها التي صدحت بها حناجر السوريين منذ بدء ثورتهم، حاضرة في الذكرى العاشرة لهذه الثورة، وصور الشهداء والمعتقلين، والأغاني التي غناها منشدو الثورة وكذلك الرقصات الجماعية على أنغامها. كانت هذه الاستعادة للحظات الماضية بمثابة تأكيد على أن شيئاً لم يتغير بالنسبة للمتظاهرين، فالهدف، وهو الوصول إلى الحرية عبر إسقاط النظام، لا يزال قائما رغم مرور السنين وتوالي الانتكاسات. لكن ثمة قضايا راهنة كانت حاضرة أيضا في المظاهرات، مثل الانتخابات الرئاسية التي كان يُحضّر النظام لإجرائها في أيار 2021، حيث رفع المتظاهرون شعارات تؤكد على أنه “لا شرعية للأسد وانتخاباته”. وفي الوقت الذي طالب فيه المتظاهرون ممن هُجِّروا من مناطقهم التي سيطر عليها الأسد، بالعودة الآمنة إلى بيوتهم، إلا أنهم أكدوا أن هذه العودة لا يمكن أن تتحقق ما دام الأسد باقيا، ولم يغب مطلب تحرير المعتقلين في سجون بشار في المظاهرات، وتم التأكيد على أن السوريين لا يمكن أن يكونوا متكاتفين وشعبا واحدا إلا بعد الخلاص من هذا النظام الذي زرع الطائفية والانقسام فيما بينهم.

على الصعيد الثقافي

نشاطات ثقافية وفنية عديدة تزامنت مع الذكرى العاشرة للثورة السورية واحتفت بها، شارك فيها فنانون ومثقفون سوريون وعرب وأوربيون. ربما كانت فرنسا هي الدولة التي برزت من حيث عدد النشاطات الثقافية المتنوعة التي أقيمت احتفاء بهذه المناسبة. في بدايات شهر آذار 2021 صدر كتاب ياسين الحاج صالح “رسائل إلى سميرة” والذي قامت الشاعرة الفرنسية الجزائرية سعاد لعبيز بترجمته إلى الفرنسية، مع تقديم للكاتب اللبناني زياد ماجد وملحق بقلم صديقة سميرة ورفيقتها في المعتقل وجدان ناصيف. تناولت الكاتبة الفرنسية كاترين كوكيو الكتاب بعرض مؤثر.

  في 11 آذار استضافت جامعة تولوزـ جان جوريس حلقة دراسية بعنوان: ” سوريا: الثورة، الحرب، بعد عشر سنوات”، شارك فيها مجموعة من المثقفين كفاروق مردم بك، شارلوت الخليلي، هالة القضماني، ليلى الدخلي، ياسين الحاج صالح وزياد ماجد. وفي 17 آذار صدر كتاب “كلنا شهود” عن دار أكت سود، وقد تضمن الكتاب رسوما للفنان السوري نجاح البقاعي حول التعذيب في السجون السورية، وكذلك نصوصا مستوحاة من هذه الرسوم لكتاب ومثقفين سوريين وغير سوريين.

في 20 آذار استضاف La Maison de la Poésie
أمسية بمناسبة الذكرى العاشرة للثورة السورية، شارك فيها مجموعة من الكتاب والموسيقيين، حيث تم عرض بعض النص والرسوم من كتاب “كلنا شهود” وعزفت بعض المقطوعات الموسيقية، وكان الختام مع برنارد لافيلييه الذي غنّى “وإذا عاد 
الأمل”.
 
 شارك في هذه الأمسية كلا من نانسي هيوستن ، لوران غودي ، فيليب كلوديل ، جيروم غودو ، فاروق مردم بك ووجدي معوض، إضافة إلى الموسيقيين: دومينيك ماهوت (إيقاع) ، نجاح البقاعي (غيتار وعود) ، نانسي هيستون (بيانو)، والمغني برنارد لافيلييه: 
 
وفي ذات اليوم، 20 آذار، استضاف متحف الحضارات الأوروبية والمتوسطية Mucem في مارسيليا، نقاشا حول الصراع في سورية بعد مرور عشر سنوات، أداره الصحفي جان بيير بيرين وشارك فيه كلا من سناء يازجي (مؤسسة مبادرة “الذاكرة الإبداعية للثورة السورية”)، وآنييس لوفالوا (باحثة في شؤون الشرق الأوسط) وإيف أوبين دو لا ميسوزيير (دبلوماسي فرنسي وخبير في الشؤون العربية)، تخلله بعض الوقفات الفنية التي أداها الثنائي كاترين فنسنت مع الفنان السوري محمد آل رشي.
 
وفي 25 آذار استضاف معهد العالم العربي في باريس لقاءا حول الوضع السوري مع ياسين الحاج صالح وبسمة قضماني وجان بيير فيليو. كما أقامت جمعية سورية حرية ثلاث ندوات، الأولى (الأحد 21 آذار) مع الصحفية الفرنسية غارانس لو كازن مؤلفة كتاب “عملية قيصر، في قلب آلة الموت السورية” وسيسيل بويكس الباحثة والأستاذة في    EHESS، والثانية (الأحد 28 آذار) لقاء مع جوستين أوجييه مؤلفة كتاب “بضرب من المعجزة: منفى ياسين الحاج صالح” وبحضور هذا الأخير والأستاذة الجامعية كاترين كوكيو، أما الندوة الثالثة (الأحد 11 أبريل) فهي لقاء مع ليلى فيجنال الأستاذة في جامعة رين الثانية حول سياسات الحرب والدمار والعنف ضد المدن وتهجير السكان (2011-2021) وتجزئة الأراضي السورية، وأدار فاروق مردم بيك الندوات الثلاث.
 
 

في كلمته التي ألقاها ياسين الحاج صالح في جامعة تولوز في 11 آذار بعنوان: ” عشر سنوات سورية: واقع اليأس وسياسة الأمل”، يبدأ ياسين في وصف الواقع، وهو واقع مرير يبعث على اليأس. فما هي الوقائع التي يتشكل منها واقع اليأس هذا؟ يذكر ياسين العديد منها: ” نصف مليون قتيل على الأقل (…)؛ ستة ملايين ونصف لاجئ خارج البلد؛ ما قد يصل إلى نصف ترليون دولار من الخسائر المادية، أي ما يقارب عشرة أضعاف الناتج الوطني الإجمالي قبل الثورة؛ نحو  %90  من السكان في الداخل تحت خط الفقر بحسب الأمم المتحدة، و12,4 مليون، أي ما يقترب من %60 من السكان غير آمنين غذائياً، ما يعادل مجاعة متسعة النطاق؛ وقوع البلد تحت أربعة احتلالات أجنبية جديدة: إيران، أميركا، وروسيا وتركيا، تضاف إلى الاحتلال الإسرائيلي الأقدم، وتصنيع كل منها لسوريّيها الخاصين، وانقسام البلد عملياً إلى أربع سوريات؛ والأهم من كل ذلك هو بقاء نظام إبادي، وإن بحماية أجنبية، ما يعني حرمان عموم السوريين من وعود، ليس بحد أدنى من العدالة والكرامة في وطنهم، بل بمجرد أن يكون الأسوأ صار وراءَنا”. واستناداً إلى هذه الوقائع، يرى الحاج صالح أن ما حدث خلال هذه السنوات العشر يندرج في سياق “إبادة الأمل” (speicide)، مع أن تاريخ هذه الإبادة يمتد إلى ما قبل الثورة، فاليأس في سورية هو “نظام سياسي” رمزه هو دوام حكم الأسرة الأسدية منذ 51 عاماً”.

في مقارنة بين أحداث 1982 وما حدث بعد آذار 2011، من حيث “انهيار الاطار الوطني للصراع” و”قوة المنزع الإبادي”، يرى الحاج صالح أن ما حدث مؤخرا هو أكبر مما حدث في ثمانينيات القرن الماضي بعشرين مرة. فإذا كان من نتائج أحداث الثمانينيات أن جيلا كاملاً (ثلاثون عاماً) قتلت فيه روح الاحتجاج والأمل فإنه من المحتمل أن ينقضي جيلان أو ثلاثة بعد “الجولة الإبادية” الأخيرة. لقد خرج السوريون من السياسة، أي خرجوا من دائرة تقرير مصيرهم، وهذا يعني أنهم خرجوا من سورية نفسها، ينطبق هذا على سوريي الداخل والخارج، بل وعلى النظام إلى حد ما: ” هناك سوريون في الداخل والخارج، لكن لم تعد ثمة سوريا كإطار للسياسة – كوطن – أو كوحدة مصير”.

لكن هل يعني هذا أن نستسلم لليأس؟ بالطبع لا. يقترح ياسين ما سيسميه بـ “سياسة الأمل” ويلخصها على النحو التالي: ” إن كانت مشكلة أعدائنا هي في وجودنا، فإن هذا يعني وجوب أن تكون سياستنا وجودية: إنتاج وجودنا الفاعل، المنشئ للمعاني والقيم والحقوق، وللتنظيم. وجودنا كمصير ممكن، وكحاملين لاسم ولقضية: قضية سوريا”. سياسة الأمل هذه لم نبدأ حتى الآن في إنتاجها، وقف أمام ذلك عوامل عديدة، منها: “العنف الإبادي والتمييزي” الذي مارسه النظام بحق السوريين، لكن أيضاً بسبب “تواضُع إنتاجيتنا من المعاني والقيم والتنظيم والحقوق”. لقد كانت الثورة السورية “سياسة وجود”، لكن خلال هذه العشر سنوات تحول طيف محسوب عليها عن هذه السياسة نحو سياسات عدمية، “إسلامية ـ جهادية” تمثلت في “أشكال شيطانية من الإسلامية تلبّست الثورة” أو تبعية تمثلت في خروج القرار الوطني السوري من يد السوريين في جميع مواقعهم.

إن سورية المأمولة هي سورية لم توجد بعد، هي “التي تحمي السوريين من اليأس، هي كيان سياسي يتعين تخيُّلُه، إيجادُه في الأذهان أولاً”. وهذا يعني أن علينا الوقوف عند العديد من القضايا الرمزية والتعامل معها بشكل مختلف، كالاسم والعلم والنشيد الوطني مثلاً. يرى ياسين أن “الجمهورية العربية السورية” كاسم هو مرتبط بالحكم البعثي ـ الأسدي، يتجاهل واقع التعدد في سورية، بينما ينبغي أن تكون سورية المأمولة ذات “مضمون استيعابي” للجميع، وقد يفي اسم “الجمهورية السورية” أو ما يعادله بذلك. العلم أيضاً، لا يمكن أن يكون العلم الرسمي الحالي ولا “علم الاستقلال” الذي أصبح علم الثورة، فثمة انقسام حولهما والتماهي معهما محدود. أما النشيد الوطني، فينبغي أن يكون ” أقل عسكريةً وماضويةً وإمبراطوريةً وعُظاميةً، نشيد يُحيّي كفاح السوريين ويؤكد معاني رفض الذل وإرادة الوحدة السورية ورفض الأبد”.

سياسة الأمل هي استئناف لغايات الثورة، وهو ما يعني مجابهة الأسدية و”الشياطين” التي صادرت الثورة، ومجابهة كل إقصاء أو استبعاد، وهو ما ” يقتضي قطيعة مع تصور الثورة كانقلاب سني أو ما يقاربه، أي كإنتاج للتمييز ولليأس السياسي على أسس جديدة؛ لأسدية سنية”، وخوض صراع لا بد منه ” ضد التمييز الاجتماعي والديني، ضد التمييز ضد النساء، ومن أجل الحريات الاجتماعية والدينية”.للاطلاع على كلمة ياسين كاملة- مراجعة الرابط

ثانياً ـ السوريون في العالم الافتراضي:

واقع مرير، آمال.. ونوستالجيا

تفوق حضور السوريين ونشاطهم في العالم الافتراضي عنه في الواقع. على صعيد الكتابة، انتشرت المقالات والتقارير في جميع المواقع السورية وغير السورية التي واكبت هذا الحدث وفتحت أبوابها للسوريين ليقولوا قولهم في ذكرى ثورتهم التي مضى عليها عشر سنوات. على سبيل المثال، واكب موقع الجمهورية تحت عنوان: “عشر سنوات” هذه الذكرى عبر سلسلة من المقالات والتقارير حول الثورة، بداياتها ووقائعها ومآلاتها والتفكير بالمستقبل. في تقديمها لهذه السلسلة أكدت هيئة تحرير الموقع أنها وعلى امتداد ثلاث أسابيع ستفتح المجال يوميا لنشر مواد ” لكاتبات وكتّاب سوريات وسوريين، فيها بعض التذكّر غير المتفجّع، وبعض التفكير في الحاضر دون جلد للذات ولا للآخرين، وابتعاد عن الهَلَع قدر الإمكان في محاولة تلمُّس بعض معالم المستقبل، القريب منه على الأقل. ليس مجموعُ المواد حكايتَنا الرهيبة، ولا هي حتى جزء بسيط من الأسئلة الممكنة، وقد لا تقترب حتى من جواب واحد شافٍ. إنها محاولة لأن نكون حنونين مع حطامنا وحطام غيرنا من السوريات والسوريين، ومع حطام بلدنا الرهيب”:اجعة الرابط

الحركة السياسية النسوية السورية احتفت بدورها، عبر فيديوهين، بالذكرى العاشرة للثورة، وكان ذلك عبر انتاج فيديوهين. في الفيديو الأول أجابت مجموعة من الناشطات العضوات في الحركة عن سؤالين يدوران حول دور النساء السوريات في الثورة السورية، وكيف تغيرت أدوارهن خلال عشر سنوات من الثورة.

  أما الفيديو الثاني، حددت فيه مجموعة من الناشطات وناشط واحد مطالب الحركة النسوية السورية بالذكرى العاشرة للثورة، وتمحورت حول المطالبة بالافراج عن المعتقلين والكشف عن مصير المفقودين وتحقيق العدالة، وقيام سوريا ديمقراطية، خالية من قوى الاستبداد، خالية من الأسد، بحيث تكون دولة القانون والمواطنة، دولة تحمي العدالة عبر قضاء نزيه مستقل وتصون الحريات العامة .

نشط السوريون أيضاً على وسائل التواصل الاجتماعي التي أصبحت، لاسيما خلال السنوات العشر الأخيرة، بمثابة سجل يحفظ فيه السوريون حكاياتهم وذاكرتهم، ويعرضون من خلالها أحداث الواقع ويدونون مواقفهم وانكساراتهم وتعبهم وآمالهم واختلافاتهم. تعددت طرق السوريين في التعبير عن واقع الحال الذي وصلوا إليه، فهو واقع مرير بلا شك، وهناك من استسلم منهم لليأس، وآخرون لا يزالون يتمسكون بالأمل. وحول هذين، اليأس والأمل، كتب السوريون ورسموا، فمثلاً، يكتب أحمد النجم حول الواقع القاسي الذي يحياه السوريون في الداخل، وهو معتقل سياسي سابق يقيم في سورية: “عشر سنين وأنتم فوق أسطح بيوتنا وفي دورنا تتقاتلون ثم تأخذون دمنا عند كل نزيف. عشر سنين وأنتم تحرقون زيتون آبائنا ونحن بالدمع نجبل التراب لنزرع شتلاً جديدا؛ يقول فلاح يقف أمام أشجاره التي ترمي قبل الأوان ثمارها بعد أن جفف العطش عروقها وأمام خضاره التي تموت تاركة أولاده ينامون على ليل من عتم ويستيقظون على صباح من جوع. يبكي عامل فوق رأس آلته التي أكل قلبها الصدأ ووهنت عضلات زنودها من طول الرقاد. يندب تاجر صغير في محله الذي ينهبه كبار التجار بفرق الأسعار بين الليل والنهار..”.

منقول عن صفحته على الفيسبوك

وأما الأمل، فأيضا كان حاضرا وممزوجا بالحاضر الصعب، وكان مثاله هذه الرسمة المكونة نجمتين ووردة. ترمز النجمة الخضراء إلى النجمة الموجودة في علم النظام، أما الحمراء فهي نجمة علم الثورة الجريحة وهي تنزف دماً، والوردة هي الأمل بمستقبل مختلف يليق بتضحياتهم.

استحضر السوريون ذاكرتهم وذكرياتهم، وعادوا إلى بدايات الثورة ومشاركاتهم بها وأحلامهم التي رافقتهم آنذاك، وذهب البعض إلى عقد مقارنات كإجابة عن سؤال: “كيف كنا وكيف أصبحنا؟”، وطالت هذه المقارنات جميع تفاصيل الحياة، لاسيما السياسية منها. وفي سياق الذاكرة، روى سوريون، بعضهم يقيم في سورية، من خلال الصور التغييرات التي طرأت عليهم أو بعض المواقف التي مروا بها خلال العقد الأخير. يظهر هؤلاء وهم حاملين صور لهم قبل عشر سنوات، منهم من كان مقاتلا أو مسعفا أو صحفياً أو مواطن عادي طالته نيران الحرب السورية، وهناك من لا يزال يقيم في مناطق سيطرة النظام.

كانت الثورة بمثابة انقلاب طال جميع مناحي الحياة وشكلت انعطافاً حادا وضع السوريين أمام واقع جديد لم يكونوا جاهزين له وكان خارج جميع توقعاتهم وذهب بعيدا بهم إلى حال لم يكن في حدود تصوراتهم أو مخاوفهم. فجّر هذا مشاعر مختلفة ومتناقضة داخل كل فرد منهم، اتجاه الثورة وسورية والعالم. تلخص الروائية السورية روزا ياسين حسن هذا الصراع الداخلي من خلال ما كتبته على حسابها في الفيسبوك، تقول: ” من عشر سنوات للآن والثورة السورية هي محور قلقي، ومجابهتي الشائكة المستمرة مع كل شي بهذه الحياة، وبظن أنو كتير منّنا هيك! عاتبتها كتير، ناقشتها كتير، اتفقنا واختلفنا، حبيتها كتير وكرهتها كتير، آمنت فيها للسما أحياناً، وفقدت إيماني أحياناً ثانية، انتظرت منها كتير، فرّحتني مرات وخذلتني مرّات تانية. حمّلتها أحياناً مسؤولية كل الكوارث والآلام اللي عشناها وعم نعيشها، وكل الاثمان اللي دفعها السوريين، ونزّهتها أحياناً أخرى عن كل شي بشع أتى بعدها. ما في شي بالعالم هزّني متلها، تماماً متل عشق شائك مشتعل، لا تستطيع تركه ولا تشكيله بطريقة ترضيك!  وبعد عشر سنوات وصّلت لشي بيشبه التسوية مع مشاعري المتضاربة مع هالعشق/الثورة:

مجرّد إني شعرت يوماً، مثل كتير كتير منّا، بأمل فيّاض غمر الأرض (…)، وأنا من جيل اللاأمل. مجرّد إني صرخت يوماً بكلمة حرية، متل كتير كتير منّا، وأنا من جيل كتموا صوته وحصروا “حريته” في شعار المدرسة البعثي. لمجرد أني رأيت الإله يهتزّ من أصوات السوريين وكل ما كان مخيفاً طاغياً من أشخاص وشعارات وأفكار وقيم راح يتصدّع وينهار، مثل ما تصدّع أشياء كثيرة كثيرة أخرى!  لكل ذلك سأتصالح مع كل ما حدث بعد ذلك، وسأنتظرك كي تقومي بكل بهائك الأول من تحت الرماد.. وسأنتظر وأنتظر.. يا ثورة، يا عشقي القاتل: سامحتك، وسامحت نفسي، وإلى جولات أخرى قادمة”. 

 منقول من صفحة روزا ياسين حسن: 

تجرأنا على الحلم ولن نندم على الكرامة !

االمخرجة وعد الخطيب مع زوجها
وابنتهما سما في حفل توزيع جوائز الأوسكار 2020

يحتل مفهوم “الكرامة” مكانة مركزية في سردية الثورة والثوار، وقد ارتبط هذا المفهوم بحراك السوريين منذ البداية عندما تظاهر الناس عفويا في حي الحريقة 17 شباط 2011 احتجاجا على اعتداء الشرطة على أحد الشبان، وهتفوا جميعا بشعار “الشعب السوري ما بينذل”، الذي تصب دلالاته في موضوع الكرامة ورفض الهوان والذل. لقد أسمى السوريون يوم الجمعة الأول الذي انطلقت فيه المظاهرات، في 18 آذار 2011، بـ “جمعة الكرامة”، والجمعة التي تليها، 25 آذار 2011، بـ “جمعة العزة”، وأثناءها خرج الهتاف الشهير رداً على وعود النظام بإجراء بعض الإصلاحات وزيادة رواتب العاملين في الدولة، وكانت بثينة شعبان مستشارة بشار الأسد هي من أطلقت هذه الوعود، فأجابها المتظاهرون: “يا بثينة ويا شعبان.. الشعب السوري مو جوعان”، وهم بهذا يؤكدون أن سبب خروجهم إلى الشوارع وسعيهم لإحداث التغيير في البلد ليس بسبب العوز والفقر، بل لأنهم يريدون أن يحيوا في كرامة، ولهذا أطلقوا على الثورة مسمى: “ثورة الكرامة”.

“تجرأنا على الحلم ولن نندم على الكرامة”، ظهرت هذه الجملة للمرة الأولى، كما يروي بعض الناشطين، على أحد جدران مدينة درعا، لكن لم يكتب لها الانتشار إلا بعد ظهورها على فستان “وعد الخطيب” مخرجة فيلم “من أجل سما” والذي ارتدته في حفل جوائز الأوسكار لعام 2020. استعيدت هذه الجملة في الذكرى العاشرة للثورة السورية، من خلال قيام الآلاف من السوريين بتغيير صورهم الشخصية عبر إضافة إطار يحوي هذه الجملة، أو إضافة هذا الإطار إلى صور شهدائهم أو بعض الرسومات التي تشير إلى بعض محطات الثورة أو وقائعها. التفاعل كان كبيراً، شارك فيه سوريون من مختلف الشرائح الاجتماعية والسياسية التي تنتمي للثورة.

كان بعض الفنانين السوريين من أوائل من دعا إلى اعتماد هذه الشعار للاحتفاء بالسنوية العاشرة للثورة، ففي الأول من شهر آذار كتب الممثل السوري جهاد عبدو على صفحته في الفيسبوك: “تجرأنا على الحلم ولن نندم على الكرامة.. هي ليست مجرد كلمات، هي قصة شعب مقهور وثورة استثنائية مع اقتراب الذكرى السنوية العاشرة على بداية الثورة السورية، نودّ مشاركة هذا الإطار معكم ضمن حملة نشاطات سنقوم بها على امتداد الشهر الحالي، شاركوا الإطار مع أصدقائكم الراغبين بإظهار التضامن مع الثورة السورية في سنويتها العاشرة”.

 

الفنانين السوريين فارس الحلو وجهاد عبدو مع إطار “تجرأنا على الحرية ولن نندم على الكرامة”.

تخطى التفاعل مع هذا الشعار حدود السوريين، فقد نشر كلا إيميلي كلارك وروز ليزلي وزوجها كيت هارينغتون، وثلاثتهم ممثلين بريطانيين ومن أبطال المسلسل الذائع الصيت “صراع العروش”، صورا لهم مع هذا الشعار. وكتبت إيميلي كلارك تعليقا على هذا: ” لقد مرت 10 سنوات منذ أن اتخذ الشعب السوري موقفا من أجل الحرية والكرامة. لقد شاهدت فيلم “من أجل سما”، وأنا أقف مع وعد وعائلتها وملايين السوريين الذين يناضلون من أجل السلام والكرامة”.

 

مئات السوريين تفاعلوا مع صور الفنانين البريطانيين، وكانت معظم ردودهم تدور حول تقديم الشكر لهم على وقوفهم مع قضية السوريين الثائرين.

إيميلي كلارك، روز ليزلي وكيت هارينغتون مع “تجرأنا على الحلم ولن نندم على الكرامة”.

لكن رغم هذا التفاعل الإيجابي والتبني لهذا الشعار من قبل طيف واسع من السوريين، إلا أنه أثار الكثير من التساؤلات أو الانتقادات من قبل آخرين انطلق بعضهم من واقع اللجوء والفقر والتشرد الذي وصلنا إليه، وانكسار الحلم وتصدر الإسلاميين والمرتزقة للمشهد السوري وحرمان السوريين من صناعة مصيرهم والاحتلالات المتعددة لسورية، أمام هذه الواقع تساءل البعض حول ما تبقى من هذه الكرامة التي يحتفل بها بعض السوريين؟ آخرون تساءلوا أيضاً عن ماهية هذه الكرامة، عن مفهومها، أمام بعض الظواهر التي تنتشر في أوساط الثورة، كالحط من قيمة المرأة وكرامتها وكرامة كل مختلف بالرأي، أو الاحتفاء بصدام حسين وانتشار صوره وتبرير جرائمه.

في هذا السياق، نذكر مثالين، الأول للكاتب السوري محمد سامي الكيال المقيم في ألمانيا، الذي علق قائلاً: ” يصعب عليّ فهم معنى “الكرامة” في حالة الثورة السورية وفشلها. لو كان السوريون مجموعة بشرية غير معترف بها، مثل الكُرد والفلسطينيين، وصار العالم يعترف بهم شعباً بفضل الثورة، سيصبح للكرامة معنى. لو كانوا يعانون من ممارسات تمييزية وعنصرية معينة، وتم رفعها عنهم، سيكون هناك معنى ما للكرامة. لو أنتجت الثورة تمثيلاً سياسياً، تجربة إدارة محلية، دويلات مستقلة ذات أنظمة قانونية ودستورية، مجالس للطبقات العليا أو الدنيا، حركة ثقافية أو فنية.. أي شيء. لكان ممكنا الحديث عن الكرامة. عموماً واجه البشر بعد الثورة أشياء مثل الاعتقال والاغتصاب الجماعي، التشرّد واللجوء، الموت جوعاً. كل هذا لا علاقة له بالكرامة”. ويذهب إلى “مسألة” يرى أنه تم تجاهلها وهي أن “الثورة فشلت بشكل مخز” ليتساءل: ” لماذا فشلت بهذه الصورة، ولماذا سوريا هي البلد الأكثر توحشاً في محيطه العربي، رغم أنه لم يكن البلد الأفقر أو الأقل تعليماً؟”.

منقول من صفحة محمد سامي الكيال:
 
 
 

المثال الثاني من ضفة الإسلاميين، للكاتب أحمد دعدوش الذي يعلق بمناسبة ما يسميه بـ “العشرية السوداء” والتي يراها “أفظع بكثير من عشرية الجزائر” ومشيرا إلى أنه في حال أخرج ما في “جعبته” فسوف يكسب “المزيد من الأعداء” وربما يفقد “ما بقي من أصدقاء”. ويكمل قائلاً: ” بعض الناشطين أطلقوا حملة “لن نندم على الكرامة”، وهي امتداد لكل الشعارات الشعبوية التي بدأت بصرخة “الشعب يريد…” ولم تنته طوال عشر سنوات، ولا شك في أنها مجدية للتعبئة والتحشيد، لكن المصيبة -كل المصيبة- أن الثورة في جوهرها قامت على الشعارات فقط، من شعار إسقاط النظام إلى شعار تحقيق اللحمة الوطنية والدولة الديمقراطية وشعار إقامة دولة الشريعة وشعار استعادة دولة الخلافة… إلخ. كلها شعارات بلا برامج ولا رؤى ولا وعود ولا فهم للواقع، ولا تواضع لمحاولة الفهم. ولا فرق بين من حمل السلاح وتلذذ بنشوة السيطرة الوهمية على بعض القرى وبين من اعتلى المنابر وفُتحت له أبواب القاعات الدبلوماسية وتلذذ بنشوة الجلوس مع صناع القرار. الكل كان واهما وحالما ومخدوعا، والكل كان ينتظر وعودا فارغة،..”. يؤكد الكاتب أن البعض كان ” يسعى للإصلاح وإيجاد الحلول، لكن كارثة الفيسبوك كانت سيفا مصلتا على رقابهم. لم يبق رجل وطني واحد في صفوف المعارضة إلا سلخت الجماهير جلده، ولم يبق اسم واحد من المعارضة إلا لعنوه ورموه في خانة واحدة مع النظام المجرم، وأعرف الكثير ممن اعتزلوا كل شيء عندما فقدوا الأمل، وانصرفوا للبحث عن مستقبل أفضل لعائلاتهم في بلاد المهجر بدلا من هدر طاقتهم وما بقي من أعمارهم في ثورة يقودها الفيسبوك”. ثم يعود متكلماً حول موضوع الكرامة قائلاً: ” أما إذا سألتني عن شعار “لن نندم على الكرامة” فسأقول لك: استيقظ أرجوك، فالشعب السوري هو أقل شعوب الأرض كرامة منذ عشر سنوات وإلى أجل غير مسمى، سواء على أرضه التي صار فيها غريبا سجينا جائعا مقهورا أكثر من أي وقت مضى، أو في الخارج حيث يخجل أحدهم من إخراج جواز سفره من جيبه”.

مثل هذه الآراء لقيت ردودا من قبل سوريين آخرين يتبنون شعار الكرامة ويرون أن الثورة السورية هي ثورة الحرية والكرامة بغض النظر عما وصل إليه حال السوريين.

15 أو 18 آذار؟

يتجدد النقاش كل عام في ذكرى الثورة حول تاريخ ميلادها، والسجال يدور حول تاريخين، يحيل الأول منهما، وهو 15 آذار، إلى دمشق؛ بينما يحيل التاريخ الثاني، 18 آذار، على مدينة درعا، ومضمون هذا السجال حول أي من هاتين المدينتين ينال شرف لقب “مهد الثورة”؟ كان الموعد مع الذكرى العاشرة للثورة مناسبة لتجدد هذا السجال بين ناشطي المدينتين، وشارك فيه ناشطون من مدن أخرى لصالح هذا الطرف أو ذاك، وفي عديد من الأحيان لا يخلو هذا السجال من عنف لفظي واتهامات يوجهها كل طرف للآخر. 

يستمد ناشطي دمشق حججهم من واقعة أن 15 آذار هو التاريخ الذي حددته صفحة “الثورة السورية ضد بشار الأسد” ليكون منطلقا للتظاهرات ضد النظام، ودمشق كانت أول من استجابت لهذه الدعوة إذ خرجت فيها مظاهرة في سوق الحميدية في هذا اليوم، لتكون المرة الأولى التي يعلو فيها هتاف “بالروح بالدم نفديك سورية” في وجه هتافات شبيحة ومخابرات النظام الذين هجموا على المظاهرة وهم يهتفون لبشار الأسد واعتقلوا بعض المتظاهرين. وفي اليوم الثاني، أي في 16 آذار، تظاهر أهالي المعتقلين وناشطين سوريين أمام وزارة الداخلية في ساحة المرجة للمطالبة بالافراج عن المعتقلين، لكن الأمن قام بتفريقهم واعتقل منهم العشرات. ويذهب هؤلاء الناشطين أيضاً إلى أن دمشق احتضنت الفعاليات السابقة والتحضيرية للثورة، بل إن الإرهاصات الأولى لهذه الأخيرة بدأت في دمشق، كمظاهرة 17 شباط 2011 في حي الحريقة، حيث برز لأول مرة الشعار الذي سيغدو مركزيا في الثورة السورية التي سيطلق عليها “ثورة الكرامة”: “الشعب السوري ما بينذل”. 

مظاهرة الحريقة في دمشق 17 شباط 2011:

يحاول مؤيدو تاريخ 18 آذار التقليل من شأن كل الحجج السابقة، ويعتقدون أن ما في جعبتهم من حجج مضادة يكفي لاثبات أحقية تنصيب درعا كمهد للثورة السورية. يستند هؤلاء الناشطين إلى عدة أفكار، لكن أهمها: أولاً، يشير هؤلاء إلى مركزية درعا في الثورة عموما ودورها في تحفيز التظاهر وتعميمه في أنحاء سورية وهذا ما لم تنجح مظاهرات دمشق فيه. كانت المظاهرات التي انتشرت في سورية قد بدأت لمساندة حراك درعا، وقد ردد المتظاهرون جميع الشعارات التي هتف بها متظاهرو درعا، بل وجميعهم رددوا “يا درعا نحن معاك للموت”، وتأثرت حتى دمشق بهذا وتعددت ساحات التظاهر فيها تأثرا بما حدث في درعا. ثانيا، أول شهداء الثورة كانوا من متظاهري درعا، إذ ارتقى أول الشهداء في تظاهرات 18 آذار 2011، وبالتالي فإن من لديه الحق بتحديد تاريخ ميلاد الثورة هو من بذل لها الدماء، وكانت درعا هي السباقة إلى ذلك.

هذا الكلام الأخير، حول الشهادة والشرعية المستمدة من الدماء، ليس جديدا في التداول السياسي السوري، فإذا كانت الشهادة بعد آذار 2011 في سبيل الثورة، فهناك تيارات عريقة في الحياة السياسية السورية والعربية مجّدت شهدائها واستمدت من دمائهم شرعية وجودها في السلطة أو مطالبتها بها. ولعل التيارين الأبرز على هذا الصعيد هما، القومي والإسلامي، فالأول مجّد الشهادة في سبيل الوطن بوصفها سبيلا لا بد منه للوصول إلى حياة أفضل، وكذلك التيار الإسلامي الذي قدس الشهادة، لكن في سبيل الله، بوصفها السبيل نحو حياة أخرى أفضل من هذه الحياة. لذلك، فإن ما نراه من تقديس الدماء في الثورة، وربط شرعية الثورة بها، لا يغدو غريبا عن الفضاء السياسي العام في سورية. لكن هناك سبب آخر أيضاً، وهو المجتمع المحلي في مدينة درعا، وهو مجتمع عشائري يعلي من شأن التضامنات القائمة على أساس القرابة والعصبية العشائرية. الثأر قيمة مركزية في مثل هذه البيئة، هو موجه لكل من يعتدي على حياة أبناء العشيرة التي ينبغي أن تحمي أبناءها وتدعمهم، وبما أن النظام السوري هو من يقتل الناس، فهذا يعني أن مضامين جديدة ستضاف إلى مفهوم الثأر تجعله مختلفاً إلى حد ما عما لو كان ثأرا بين عشيرتين أو عائلتين، إذ سيغد الثأر والقصاص سياسياً وسيغدو الضحايا شهداء. وربما كان لهذا دور في التأكيد على أن الدماء الأولى التي أسيلت في درعا هي من كتبت تاريخ ميلاد الثورة.

بعض الناشطين يلمح إلى أن هذا السجال الذي يتجدد كل عام تكمن وراءه ثنائية الريف والمدينة. إذ يرى بعض الناشطين أن تأكيد الدمشقيين على أن الثورة ولدت على أيديهم ما هو إلا تكريس لتقليد عريق من التهميش الذي مارسته دمشق اتجاه الآخرين. وهناك من يرى أن أبناء المدن الطرفية والأرياف هم من لعب الدور الأبرز في استمرار الثورة، وساعدهم على ذلك هو نمط العلاقات الاجتماعية والتضامنات التقليدية التي خلقت مجتمعا صلبا صمد في وجه النظام؛ ومثل هذا ليس متوفرا في دمشق، فالعلاقات الاجتماعية فيها مدينية فردية، ولذلك استطاع النظام تطويقها وإسكات الأصوات المحتجة فيها. 

 للاطلاع على تحليل لدور المجتمع المحلي في المدن الصغيرة والأرياف في خلق تضامنات صلبة في وجه النظام، يراجع مقال أحمد أبو زيد: “15 أم 18: صراع المجتمع لا التاريخ”
وأيضا مقال هدى أبو نبوت الذي رصد موضوعة التهميش: “15 أو 18 آذار؟ ثورة واحدة وتاريخان”

ثالثاً ـ الإسلاميون في الذكرى العاشرة للثورة:

لم يتأخر ظهور الإسلاميين في سورية بعد الثورة، فبعد أقل من عام على بدايتها أخذت تتكاثر الفصائل التي تحمل مسميات ورايات إسلامية والتي كانت حريصة منذ البداية على أن تتمايز عن المطالب والأهداف التي نادى بها الثائرين المتظاهرين، كإسقاط نظام بشار الأسد كخطوة لا بد منها نحو التغيير الديمقراطي ودولة المواطنة والقانون. اتفق الإسلاميون مع مطلب الثورة بإسقاط النظام لكن لغايات مختلفة، إذ كان هدف الإسلاميين واضحا منذ البداية، وهو بناء الدولة الإسلامية وتحكيم الشريعة. لم يتوقف التمايز هنا، بل رفض الإسلاميين مسمى “الثورة” واستبدلوها بـ “الجهاد”، فهم ليسوا ثائرين وإنما مجاهدين، ولهذا لم يعارض الإسلاميون مطالب الثورة وحسب، بل سعى بعضهم إلى النيل من الناشطين والهيئات المحسوبة على الثورة، كما فعل جيش الإسلام في الغوطة مع سميرة خليل ورزان زيتونة ووائل حمادة وناظم حمادة والكثير غيرهم، وأيضا كما فعلت جبهة النصرة وداعش في مناطق سيطرتهما. إسلاميون آخرون لم يعلنوا القطيعة مع الثورة أو العداء لها صراحة، واكتفوا بإعلان التمايز عنها على صعيد الراية والغايات، فهم أيضاً يسعون إلى قيام الدولة الإسلامية على أرض سورية.

بقيت الفصائل الإسلامية على هذا النحو حتى استجدت بعض التغييرات على الأرض السورية، منها: تدخل الروس عسكريا منذ سبتمبر 2015 إلى جانب النظام الذي التقط أنفاسه واستطاع استعادة الكثير من الأراضي التي خسرها، ولاسيما مدينة حلب في نهاية عام 2016؛ وأيضا قيام تحالف دولي عسكري بدا أنه يستهدف الإسلاميون عموما وداعش على وجه الخصوص، وأخيرا تغير المزاج الشعبي اتجاههم في المناطق التي يحكمونها. كل هذا دفع بعض الإسلاميين إلى إجراء بعض المراجعات والتغييرات الأيديولوجية والسياسية، فقبلوا ما لم يكن مقبولا سابقا بغية تخفيف الضغط عنهم، مما سبب انشقاقات في صفوفهم، لاسيما بين صفوف أحرار الشام وجبهة النصرة التي ستغير اسمها إلى هيئة تحرير الشام بغية الإيحاء بالقطع مع ماضيها الجهادي المتشدد.

وفق هذا السياق أصبح التعامل مع ناشطي الثورة أقل تشددا، دون أن يعني هذا أن الانتهاكات بحقهم بين الحين والآخر قد توقفت. وظهر هذا خلال إحياء الذكرى العاشرة للثورة السورية، فبعد أن كانت هيئة تحرير الشام التي تسيطر على إدلب عنيفة اتجاه أي نشاط يرفع علم الثورة،

يراجع على سبيل المثال هذين الخبرين من سنوات سابقة، الأول عن قيام جيش الفتح بقمع المتظاهرين، والثاني عن قيام جبهة النصرة بمهاجمة أحرار الام بسبب رفعهم علم الثورة.
 

يبدو أنها هي من دعت هذا العام، من خلال حكومة الإنقاذ التابعة لها، إلى تظاهرة كبيرة بالذكرى العاشرة للثورة التي كانت أعلامها مرفوعة من قبل المتظاهرين دون أي تدخل سلبي من قبل عناصر هيئة تحرير الشام، بل إن بعض الأخبار ذكرت أن هذه الأخيرة قامت بحماية المتظاهرين. العديد من المواقع ذكر هذا الخبر، ومنها المرصد السوري لحقوق الانسانأثار هذا التحول الكبير لدى هيئة تحرير الشام استغراب العديد من الناشطين، إذ كيف سمح أبو محمد الجولاني، قائد هيئة تحرير الشام، برفع علم الثورة الذي كان تنظيمه يعاديه، بل ولم يكن يسمح بأي راية غير راية تنظيمه في المناطق التي يحكمها حتى إذا كانت راية لفصيل إسلامي آخر؟ العديد من المتابعين يشير إلى أن حسابات السلطة ودوامها هي وراء مثل هذا التحول الذي يدل “بوضوح على أن مشكلة الجولاني لم تكن في سعيه إلى رفع الراية الإسلامية أو راية حكومته الإنقاذية، ولم تكن كذلك في مواجهة الرايات الأخرى، بل كانت مشكلته تكمن في إدراكه أن صاحب أي راية أخرى هو منافس له على السلطة والهيمنة، وبالتالي كان هدفه الحقيقي هو القضاء على منافسيه وخصومه، وإن اضطر بعد ذلك إلى رفع الرايات نفسها التي كانوا يحملونها في صراعهم معه ما دام ذلك يحقق له هدفه الأسمى في ترسيخ نفوذه وسلطته”الجولاني يسرق أبوة الثورة في عامها العاشر، عبدالله سليمان علي، جريدة النهار

لا يبدو أن هذا الرأي يجانب الصواب، فبموازاة التظاهرات الشعبية التي رفعت علم الثورة هذا العام، بدعوة من حكومة الإنقاذ التابعة لهيئة تحرير الشام، سعى الجولاني إلى تذكير الجميع أن لا شيء قد تغير على صعيد سلطته وإدارته للمناطق التي يحكمها. إذ نظم الذراع العسكري لهيئة تحرير الشام استعراضا عسكريا في شوارع مدينة إدلب بمناسبة الذكرى العاشرة للثورة، غاب عنها بشكل مطلق علم الثورة الذي استبدل برايات التوحيد الإسلامية، مع هتافات وشعارات إسلامية كان يرددها مقاتلو الهيئة أثناء مسيرهم، كما رفعت إحدى العربات العسكرية مجسما للجامع الأموي كرمز يحيل إلى مدينة دمشق، وكإشارة إلى أن إسقاط نظام بشار الأسد والسيطرة على دمشق من أولويات تنظيم الجولاني.

رابعاً ـ أنصار النظام في ذكرى الثورة العاشرة:

ثمة تعبيرات ثابتة رافقت خطاب مؤيدي بشار الأسد منذ بداية الثورة وحتى هذه اللحظة، مثل: مؤامرة كونية، الحرب الكونية على سورية، خيانة العرب، العمالة لإسرائيل وأمريكا والغرب، استهداف سورية، الإرهاب الإسلامي، الإعلام المغرض، وغير ذلك. هذه المفردات التي كانت حاضرة أيضا أثناء تفاعلهم مع الذكرى العاشرة للثورة السورية، أصبحت أصيلة في قاموسهم السوري الذي يعودون إليه في كل مرة يريدون أن يقدموا تحليلا أو خطابا حول ما جرى في سورية بعد آذار 2011. لكن ثمة مفردات جديدة أضيفت إلى هذا القاموس مؤخرا، أهمها: العشرية السوداء، وانتصار سورية الأسد على العالم والإرهاب.

 العشرية السوداء هي استعارة من تجربة الحرب الأهلية التي عاشتها الجزائر (26 كان الثاني 1994 ـ 8 شباط 2002)، ودواعي هذه الاستعارة فيما يبدو ليس فقط الرقم 10 الذي يشير إلى عدد سنوات الحرب الأهلية في الجزائر وسنوات الحرب في سورية، بل ثمة مشتركات كثيرة بين هاتين الحربين سعى مؤيدو النظام إلى استحضارها. أهمها: أن الإسلاميين في كلا الحالتين هما الطرف الذي عادى الدولة. بل ويذهب محمد كمال الجفا، والذي يُقدم كخبير عسكري ومحلل سياسي، في مقال له على موقع قناة الميادين المؤيدة لنظام الأسد، أن النواة الجهادية الأولى في سورية شكلت من ” المقاتلين المتمرسين القادمين من الجزائر” بعد شهر واحد من بدء “الأحداث السورية”،

محمد كمال الجفا، الجزائر وسورية وعشريتهما السوداء، قناة الميادين.

مثل: ” “أبو سارية الشرعي، وأبو خالد السوري، وأبو مصعب السوري، وأبو مرتضى الجزائري، وأبو مرتضى المصري، وأبو يزن الشامي القائد العسكري في حلب، وأبو عبد الملك الشرعي العام، وأبو قتادة الفلسطيني الذي كان يقيم في لندن، ومحمد العبدولي، وأبو طلحة المخزومي، وأبو يوسف بنش”.

 ثمة مغالطات عديدة في كلام كاتب المقال. أولا: لم يكن أبو قتادة الفلسطيني وأبو مصعب السوري من مؤسسي “حركة أحرار الشام”، وهذا الأخير لم يظهر أبداً بعد أن اعتقلته المخابرات الأمريكية في باكستان وقامت بتسليمه للمخابرات السورية في عام 2005. أما أبو خالد السوري، فلم نجد سوى إشارة واحدة في نص صغير في الويكيبيديا حول مشاركته في الحرب الأهلية الجزائرية. والعديد من الأسماء الأخرى هم من فئة الشباب عندما قامت الثورة، ولم نجد أي صلة بينهم وبين التجربة الجهادية في الجزائر. بل إن أبو سارية الشرعي في كلمة له حول “التجربة الجزائرية” يبدو ناقدا لممارسات الجماعة الإسلامية المسلحة (الجيا) ويتهمهم بارتكاب المجازر بحق الجزائريين. وهناك بعض الأسماء التي يذكرها الكاتب لم نجد لها أي وجود أو أي علاقة بأحرار الشام، مثل: “أبو مرتضى الجزائري وأبو مرتضى المصري”.

ويرى الكاتب أن هؤلاء الإسلاميين كرروا في سورية نفس الأفعال التي قام بها إسلاميو الجزائر، ويرى أن “عمليات القتل والإحراق وبقر البطون وملاحقة عناصر الجيش والأمن والموظفين المؤيدين للدولة الجزائرية، طُبِّقت بحذافيرها، وبحرفية أكثر، وعلى الأشخاص نفسهم في سوريا، حتى تم تقسيم الولايات في الجزائر وأرقام السيارات التي تعرف بها المحافظات في الجزائر، كما في سوريا أيضاً، على أساس الولاء أو التأييد للدولة. وكانت عمليات القتل تتم وفقاً لأرقام سيارات المحافظات، كما كان يحدث لأبناء حلب وطرطوس واللاذقية، حيث تتمّ تصفيتهم على الطرقات العامة وفقاً لأرقام السيارات التي يستخدمونها”.

أما انتصار “الدولة السورية” في هذه الحرب، فأهم المؤشرات عليه هو الانتخابات الرئاسية السورية (أيار 2021)، حيث أكد أنصار النظام بأن بشار الأسد هو من سيفوز فيها. يرى الصحفي الفلسطيني عبد الباري عطوان أن انتصار سورية “ما كان له أن يتحقق لولا ثقة قيادتها منذ اليوم الأول بشعبها وإيمانها الراسخ بأن ثمن الاستسلام أضخم بكثير من ثمن الصمود (للاطلاع على مقال عبد الباري عطوان).

جميع البرامج واللقاءات التلفزيونية التي بثتها قنوات النظام أو المؤيدة له بمناسبة الذكرى العاشرة للحرب، تدور في معظمها في فلك مقولة عبد الباري عطوان كتفسير لـ “النصر الكبير للدولة السورية”. ففي تغطية خاصة بالذكرى العاشرة على إحدى القنوات السورية الرسمية، يتكلم أحد الضيوف عن استراتيجية كونية يهدف أصحابها من خلالها إلى السيطرة على العالم، لكن صمود سورية أفشل هذه الاستراتيجية. ويذهب إلى أن الحرب ضد سورية هي “أقذر حرب عرفتها البشرية” لأنها “حرب مركبة”، عسكرية واقتصادية وسياسية وثقافية، وسر انتصار الدولة السورية هو انتماءها وإخلاصها للتراب السوري، والانصهار بين الشعب والجيش والقائد، وكذلك وقوف أصدقاء سورية المخلصين إلى جانب سورية، كحزب الله وإيران وروسيا، وكل محبي الخير والعدل والسلام والقانون.

للاطلاع على الحوار:

رواية الانتصار ذاتها حملها مناصري النظام إلى القنوات التلفزيونية العربية التي احتفت بالسنوية العاشرة للثورة، ففي قناة الحدث السعودية التي استضافت عمر رحمون: يعتبر عمر رحمون من الشخصيات الإشكالية في سورية، وتقال بحقه الأقاويل، لاسيما بسبب التحولات العديدة التي طرأت عليه خلال الثورة، ليصل في النهاية إلى نقيض ما كانه في البداية. مع قيام الثورة، خلع رداء المشيخة الذي كان يرتديه ولبس الزي العسكري حيث سيشكل مع أخوه وبعض الضباط حركة “أحرار الصوفية الإسلامية” لمقاتلة النظام، ثم لينتقل إلى قوات سورية الديمقراطية ذات الغالبية الكردية كمتحدث باسم “جيش الثوار”، لينتهي به المطاف من أشد المدافعين عن نظام بشار الأسد، بينما أصبح أخوه أحد قادة “هيئة تحرير الشام”، جبهة النصرة سابقاً. للاطلاع على تحولات عمر رحمون يمكن مراجعة .        

عضو هيئة المصالحة الوطنية التابعة للنظام السوري، يشرح هذا الأخير ماهية “انتصار الدولة السورية”، فما حدث كان يريد اسقاط الدولة بيد تركيا والقضاء على الجيش السوري، وبما أن هذا المراد لم يتحقق، بل تمت استعادة معظم الأراضي من قبل الدولة السورية، فهذا يعني أن هذه الأخيرة قد انتصرت. ويذهب رحمون إلى أن ما حدث في سورية ليس ثورة، إذ لو كانت كذلك لكانت انتصرت، لاسيما وأن هناك 100 دولة قامت بدعمها بالمال والسلاح، كأمريكا وتركيا ودول أوروبية وعربية، لكن المعارضة فشلت بتحقيق أهدافها وظهر المعارضين على حقيقتهم كمرتزقة عند أردوغان يساندون احتلاله لبعض الأراضي السورية ويقاتلون في حروبه في كل من أذربيجان وليبيا.

للاطلاع على الحوار مع عمر رحمون على قناة الحدث
vidéo soumise à une limite d’âge

 

تفاعل مؤيدون للنظام السوري أيضاً مع الحملة التي أطلقها المعارضين تحت شعار “تجرأنا على الحلم ولن نندم على الكرامة”، لكن عبر ادعاء أنهم هم أهل الكرامة، وليس المعارضين الذين باعوا بلادهم للأجنبي، وساهموا بتدميرها. يرى هؤلاء المؤيدين أنهم هم من دافع عن سورية وهم من بقي فيها ولم يغادرها ولم يهربوا على الرغم من أقسى الظروف التي مرت بها البلاد، وقدموا الشهداء لكي يحافظوا على كرامة بلدهم.

ثمة سجالات حادة شهدتها مواقع التواصل الاجتماعي بين مؤيدين للنظام ومعارضين، على بعض الصفحات المعارضة التي تبنت شعار “تجرأنا على الحلم ولن نندم على الكرامة”، إذ قام المؤيدين بالتساؤل عن ماهية هذا الحلم وهذه الكرامة التي يحتفي بهما المعارضين؟ هل كان حلمهم تدمير بلادهم وخيانتها؟ وهل الكرامة شيء آخر غير سورية قبل الحرب، حيث كان يتوفر الأمان والكهرباء والأسعار الرخيصة، وحيث كانت البلاد تسير بخطى ثابتة على طريق التقدم والازدهار، ويخشاها أعداؤها فلا تجرؤ إسرائيل أو غيرها على الاعتداء عليها؟

وأخيراً..

من الصعب تغطية جميع الجوانب أو المواضيع التي أثيرت وتفاعل معها السوريين أثناء الذكرى العاشرة للثورة، فمثل هذه المناسبات هي مواسم لاستئناف السجالات وطرح العديد من الإشكاليات التي تطال كل شيء، والتي حاولنا أن نبرز بعضها في هذا المقال. الاختلاف والانقسام غدا سمة مميزة للسوريين، وتكاد لا توجد قضية أو فكرة إلا ويكون الانقسام حولها هو أحد أبرز ما يمكن أن يلاحظه المتابع. البعض يرى أن هذا ظاهرة صحية ومطلوبة لإغناء الحوار واستمراره، وآخرون يرون العكس، فالمشكلة ليست في مفهوم الاختلاف بحد ذاته، بل بكيفية ممارسته في الحقيقة، فهو ليس من ذلك الذي “لا يفسد للود قضية”.                                      

 

Séminaire Ifpo : Témoignages, subjectivités, technologies Pratiques de la vidéo en Syrie depuis 2011

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Vendredi 7 février 2020 à 18h

Lieu: l’Orient-Institut Beirut (Zokak el-Blat)

Présentation du séminaire:

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Cécile Boëx, Maîtresse de conférences de l’EHESS (CéSor) (intervention en français).

Dès les premières mobilisations en mars 2011 en Syrie, de nombreux manifestants filment avec leurs téléphones portables pour témoigner de l’ampleur de la révolte et de la brutalité de la répression. Tournées dans l’urgence, ces vidéos sont incarnées, dans le sens où les corps et les émotions y occupent une place prépondérante parce qu’elles mettent en jeu la vie de ceux qui filment. Dans ce contexte, filmer, ce n’est pas seulement documenter, c’est aussi une manière de vivre l’engagement et de faire face à la violence. Néanmoins, ces formes de témoignage vont peu à peu être formatées au sein d’une économie de la véridiction et de l’efficacité encadrée par des ONG ou des agences de presse. Cette communication esquisse le cheminement d’une dépossession du témoignage filmé, réduisant les preneurs d’image à des techniciens et des sous-traitants.

Stefan Tarnowski, A PhD Candidate at Columbia University’s Anthropology Department (in English).

In late 2013, the Syrian Civil Defense, also known as the White Helmets, began wearing body-mounted GoPro Cameras on their helmets for training purposes. Soon these first responders and their trainers found that the footage might contain both evidence of war crimes and have the power to “mobilise shame”. After beginning to circulate the footage, the White Helmets would become the target of one of the first major coordinated disinformation campaigns. Theorists have long questioned the power of human rights video, despite its early promise, to achieve its aims as part of a politics of humanitarian concern. This follows a common narrative arc surrounding technology, from the optimism that its power can be used for good, to the pessimism of its appropriation for malign ends. Where might the accounts of these “bodies on the ground” and theory meet? What are the resonances and dissonances between theories of technology and the accounts of those who use them? Why does the idea of the technology’s determinative force continue to capture the imaginations of such a broad range of both actors and theorists?

Cette rencontre est organisée avec la participation du projet SYRBODY. Ce projet est financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne au titre de la convention de subvention Marie Skłodowska-Curie n° 832777.

Séminaire Ifpo : La question du nihilisme, entre littérature et témoignage (11/06/2019)

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Mardi 11 juin 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animée par deux intervenants :

Catherine Coquio

Catherine Coquio, professeur de Littérature comparée à Paris Diderot. A cofondé l’Association Internationale de Recherches sur les Crimes contre l’Humanité et les Génocides (1997-2008), créé le centre Littérature et savoirs à l’épreuve de la violence politique (2000-2008), aujourd’hui membre du Cerilac, cycle « Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du ‘monde’ ?». Travaille sur nihilismes et utopismes, écritures de l’histoire et imagination du temps, la violence politique, les littératures de témoignage, les régimes de vérité, l’idée de monde. Auteure de : Rwanda. Le réel et les récits (2004) ; L’art contre l’art. Baudelaire, le joujou moderne et la décadence (2006) ; L’Enfant et le génocide (2007, avec A. Kalisky) ; La littérature en suspens (2015) ; Le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire (2015). A (co)édité les collectifs : Mécislas Golberg, passant de la pensée (1995) ; Parler des camps, penser les génocides (1999). L’Histoire trouée. Négation et témoignage (2003) ; Retour du colonial ? (2008) ; La Question animale entre sciences, littérature et philosophie (2011), Littérature et histoire en débats (2012) ; Roms, Tsiganes, Nomades : un malentendu européen (2014) ; Imre Kertész (2016) ; Accélérations (2016), Rwanda, 1994-2014. Histoire, mémoires et récits (2017), Apocalypse : une imagination politique (2018).A édité : Berthe Kayitesi : Demain ma vie. Enfants chefs de famille dans le Rwanda d’après (2008) ; Otto B. Kraus, Le Mur de Lisa Pomnenka (2013) ;Mécislas Golberg. Disgrâce couronnée d’épines et Lettres (2018). A créé en 2011 la collection « Littérature Histoire Politique » chez Garnier où ont paru Écrits libres de Syrie de F. Mermier. A coorganisé avec Nisrine Al Zahre le cycle Syrie : à la recherche d’un monde (déc 2017-jvier 2018. Colloque en ligne : https://diderot-tv.univ-paris-diderot.fr/syrie-la-recherche-dun-monde-0). Co-fondatrice du Comité Syrie-Europe en 2016.

Textes en ligne sur la Syrie : https://lundi.am/A-quoi-bon-encore-le-monde-Nihilisme-naivete-negation; https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/12/05/syrie-existe-augier/

Nibras Chehayed

Nibras Chehayed est membre de l’ANR Shakk. Il a une formation pluridisciplinaire en architecture, en théologie et en philosophie. Il est l’auteur de plusieurs articles spécialisés en philosophie, en politique et en littérature publiés au Liban, en France et aux États-Unis, et d’un livre en arabe intitulé Entre le Dieu perdu et le corps retrouvé (Editions Bayt al-Muwâtin, 2014). En 2018, il a soutenu une thèse de philosophie à l’École normale supérieure de Paris. Intitulée Écrire le corps : Entre Nietzsche et Derrida, elle est en cours de publication aux Éditions Garnier Classiques. Titulaire d’une bourse Marie Curie, il commence bientôt une recherche postdoctorale portant sur le corps tragique dans le contexte syrien actuel à l’Université Paris-Diderot et à l’Ifpo au Liban. Avec Emma Aubin-Boltanski il a traduit 19  Femmes : Des Syriennes racontent (تسع عشرة امرأة. سوريات يروين) à paraître en septembre 2019 aux Éditions Stock.

Résumé de la séance :

Quel sens peut-on donner à l’acte de témoigner dans le contexte de guerre et de destruction que connaît la Syrie depuis 2011 ? À quoi sert la fiction littéraire ? Quelles visées attribuer aux récits de la révolution et de la guerre qu’on continue, malgré tout, à raconter ? À partir d’une analyse du roman La Mort est une corvée (الموت عمل شاق) (2015) du romancier Khaled Khalifa, Catherine Coquio et Nibras Chehayed tenteront d’abord une réflexion sur le nihilisme dans le contexte syrien actuel. Ce roman qui semble affirmer la victoire de l’absurde, la destruction des valeurs et le nivellement de la vie et de la mort intrigue. Catherine Coquio et Nibras Chehayed proposeront ensuite quelques réflexions sur les formes de résistance au non-sens à partir des livres de Samar Yazbek : Feux croisés. Journal de la révolution syrienne (تقاطع نيران. من يوميات الانتفاضة السورية) (2012), Les portes du néant (بوابات أرض العدم) (2015), qui peuvent être définis comme des « témoignages littéraires » et 19 Femmes : Des Syriennes racontent (تسع عشرة امرأة. سوريات يروين) (2018), recueil de témoignages à multiples voix.  En élargissant à d’autres contextes (Shoah et génocide rwandais) seront également évoqués les rapports des littératures de témoignage au tragique et à la destruction du tragique.

Le “je” reconquis

Écrits libres de Syrie. De la révolution à la guerre Franck Mermier (dir.)

Une recension de Cécile Boëx parue dans le journal en ligne En attendant Nadeau : https://www.en-attendant-nadeau.fr/

Traduire pour transmettre et porter des voix de l’intérieur qui laissent entrevoir toute l’ampleur de la rupture politique et existentielle engendrée par la révolte et le conflit en Syrie. Tel est l’objet de ce recueil de textes hétéroclites qui éclairent différentes facettes et expériences de ce conflit, à l’heure ou les médias et les explications géopolitiques ont tendance à rejeter les Syriens hors champ.

Analyses, témoignages, chroniques, essais, rendent compte de nouvelles écritures qui ont émergé avec la révolution. Pour les définir, Yassin al Haj Saleh, écrivain et ancien détenu politique, parle ici d’écriture « habitée », apparue grâce à une libération de la parole, favorisée par les réseaux sociaux et qui brouille les frontières entre l’écrivain professionnel et amateur. Écrire n’est plus un métier, c’est une nécessité vitale pour documenter, comprendre et laisser une trace. Le « je » est recouvré, assumé, exploré. Le vécu irrigue la pensée. Ces écritures sont traversées par la puissance de l’événement, la difficulté à l’assimiler et à en donner un sens définitif. Elles s’inscrivent dans la lutte et la prolonge, alors que la révolution se transforme progressivement en conflit armé. Contrairement à l’écriture officielle « dépeuplée », ces nouvelles écritures sont « emplies de monde », « habitées par les voix des gens, leurs histoires, leurs images, leurs récits, leurs petites anecdotes et leur mort ». Tout au long de l’ouvrage, le lecteur découvre ces nouvelles formes et expériences d’expression avec des activistes, des universitaires, des journalistes ou de simples témoins, réunis dans une même quête de réappropriation de l’interprétation des événements, confisquée avant la révolution. Leurs textes donnent accès à différents événements, histoires, lieux et moments ; autant de changements de focales reliées entre elles par une progression chronologique qui esquisse différentes phases de la révolte et de la guerre. Dans chaque région et dans chaque ville, la révolte et la violence se sont déployées selon des modalités spécifiques. Dans un article initialement publié en 2012, Omar Kaddour explique pourquoi la mobilisation a été moindre à Alep et à Damas, en insistant sur l’importance des dispositifs répressifs tout comme des stratégies pour verrouiller les places publiques afin d’assimiler la révolte aux ruraux et aux marginaux. À Douma, située dans la banlieue de Damas, les manifestations ont été intenses dès 2011. En 2013, la ville est assiégée. Samira Al-Khalil, ancienne détenue politique, activiste, qui y sera enlevée au cours de la même année par un groupe jihadiste, consigne dans un journal des bribes du quotidien qu’elle partage aux côtés des habitants de Douma. Les écoles bombardées qui parviennent à rouvrir, cette fillette épargnée par un obus tombé à côté d’elle mais qui meurt des suites de son effroi, les naissances, les pénuries et ceux qui en profitent. Elle consigne aussi sa colère et ce qui la fait tenir. À quelques kilomètres de là, à Damas contrôlée par le régime, Naïla Mansour (pseudonyme), enseignante et activiste, s’adresse directement au lecteur pour confier son sentiment d’impuissance. Elle dit le temps qui s’allonge ou se rétracte et sa déprise sur sa destinée au fil des espoirs, des angoisses et des désillusions. Alors, demande-t-elle, faut-il rester au risque de développer une « dépendance » à la guerre ou partir et trahir tout ceux et ce pour quoi elle s’est battue jusqu’ici ? Dans les deux cas, le prix est exorbitant. Dans un registre davantage documentaire, Sadek Abdul Rahman restitue précisément les différentes phases du siège et de la résistance d’Alep, jusqu’à sa chute en décembre 2016. Ici, l’objectif est de rétablir les faits, face à des jeux politiques et médiatiques opaques. Il pointe également les dissensions entre les différents groupes combattants de l’opposition. Le même auteur revient sur l’histoire singulière de Saraqib, dans la région d’Idlib, qui a du à la fois affronter l’armée syrienne et Daech. Il décrit les différentes phases de la révolution, les stratégies de répression, le passage à la lutte armée, le mouvement civil, toujours actif aujourd’hui. Mais au cours de cette analyse rigoureuse, surgit soudain l’émotion à travers le souvenir de la voix d’une fillette chantant un hommage au martyr Mohammed Haf, figure héroïque de Saraqib. Alors qu’il écrit ce texte avec « cette chanson dans la tête », il apprend qu’elle vient d’être tuée par un bombardement. Comment continuer à écrire ? Pour les gens de cette ville où il n’avait pourtant « jamais mis les pieds » affirme-t-il. Écrire pour continuer la lutte. Dans certains textes, les affects liés à des expériences traumatiques sont à l’origine du récit, la fiction venant même parfois exprimer l’intensité et l’intimité d’un rapport quotidien à la mort. Ainsi, Omar Kaddour devient un martyr qui assiste à ses propres funérailles. Durant la procession, il prend le temps de se souvenir de comment il est mort, qui il était. Mais il ne se souvient plus du prénom de son fils, ni de son père d’ailleurs… Lutter contre la massification et la standardisation de la mort : « Nos morts résident dans la banlieue de ces chiffres officiels. Enterrés à la marge, nous sommes l’approximation du ‘environ cent cinquante morts’, nous sommes l’excédent du ‘plus de cent cinquante morts’. D’entre nous, je suis probablement le plus chanceux, car mes funérailles sont sur YouTube ; j’ai un peu plus de quatre cents vues, deux ‘J’aime’, et zéro ‘Je n’aime pas’. Moi, pour dire vrai, je ne vois pas comment on peut aimer ou ne pas aimer un enterrement ! ». L’exode que raconte Malaka Al-Ayeed (pseudonyme) est bien réel. C’est celui qu’elle a vécu en fuyant les bombardements de Raqqa. Trouver un endroit sûr, organiser le quotidien puis partir plus loin pour des abris toujours plus précaires. Apprendre à fixer des tentes, à lutter contre le vent, le froid et la pluie. Guetter le bruit des avions. Être livré à soi-même, pris en tenaille entre Daech et le forces Kurdes. Se demander si tout ceci est bien réel. Les frontières entre le réel et la fiction sont effectivement ténues devant le rythme et l’ampleur des événements. L’absurde n’est jamais loin, comme dans le témoignage de Moustafa Abou Chams, pharmacien à Alep avant de devoir se réfugier en Turquie avec sa famille. Il raconte comment il se rend désormais en Syrie en tant que « visiteur » en passant par le poste-frontière de Bab al-Hawa. Les détours, les barrages, l’attente qui facilite la propagation des rumeurs. Ce jour là, 5000 Syriens doivent passer un à un dans un couloir de 35 centimètres pour pouvoir visiter leur pays. Une fois de l’autre côté, comment se « comporter en invité dans sa propre maison ? », comment aussi faire face à la réprobation ou l’envie de ceux qui sont restés ? Une révolution réduite à un couloir de 35 cm … D’autres témoignages racontent l’expérience intime de l’exil, de la détention ou du quotidien dans la capitale. Des textes apportent également un nouvel éclairage sur le phénomène djihadiste : les conditions locales de l’apparition de Daech, la création d’un bataillon féminin à Raqqa, les transformations du discours d’al-Qaida en Syrie. Ces « écrits libres de Syrie » constituent un apport précieux à une littérature de témoignage importante mais encore peu traduite en français. On pense bien sur à Feux croisées : Journal de la Révolution syrienne (2012) ou Les portes du néant (2015) de Samar Yazbek, Récits d’une Syrie oubliée de Yassin al-Haj Saleh (2015) et A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, de Majd al-Dik et Nathalie Bontemps (2016). L’originalité ici étant que la fiction et la chronique y côtoient les sciences sociales dans une multitude de styles et de points de vue. Si ces histoires sont celles des vaincus, elles rendent compte pourtant de transformations sociales, politiques et personnelles profondes, dont les processus sont toujours en cours.

Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

LUNDI 4 février 9H-13H, SALLE13 (105 BD RASPAIL, EHESS)

Cette séance sera animée par deux intervenants:

 Simon Dubois (IREMAM) : “Le théâtre syrien dans l’exil”

Léo Fourn : “La révolution à distance : exils, engagements et témoignages d’activistes syriens en France et au Liban”

Simon Dubois est doctorant. Sa thèse porte sur le champ artistique syrien depuis le début de la révolution en 2011. Il propose une sociologie des artistes et étudie les reconfigurations des relations artistiques dans l’exil.

Léo Fourn prépare également une thèse sur la question de la révolution à distance à partir des trajectoires d’exils et d’engagements d’activistes syriens en France et au Liban. Il a coordonné le dernier numéro de Migrations & Société consacré aux exils syriens en Europe. 

Témoigner sous contrôle

Quelle autonomie de la parole syrienne dans le champ éditorial français ?

Etudiante à Sciences Po Aix, Alice Baudy a soutenu en juin 2018 un mémoire de master 1 intitulé  Les témoignages autobiographiques du conflit syrien. Dans ce billet, elle  propose un résumé de ce premier travail de recherche

La guerre en Syrie a vu l’essor d’une littérature de témoignage qui rend compte d’expériences intimes du conflit et de la révolution. Parmi les auteurs les plus cités dans la presse française figure sans doute la romancière Samar Yazbek[1]. Des ouvrages comme Les portes du néant[2] ou Feux croisés…[3] sont pourtant loin de représenter la totalité des discours subjectifs sur la Syrie en circulation dans le marché éditorial francophone.

Un recensement des ouvrages concernant la Syrie écrits à la première personne et parus en langue française entre 2012 et 2017 révèle, aux côtés de récits d’écrivains et d’activistes syriens, la présence d’un genre singulier de contenu autobiographique. En effet, depuis 2012, une abondante littérature de témoignage « grand public » (Moi, Viyan, combattante contre Daech, Le journal de Myriam, J’ai connu l’enfer…, Esclave de Daech, etc.) fait valoir l’authenticité de la parole individuelle comme mode privilégié de compréhension du conflit.

Se focalisant souvent sur Daech, un phénomène irako-syrien plutôt que strictement syrien, cette littérature opère un recadrage qui n’est pas simplement géographique. En effet, elle relève de dispositifs éditoriaux et littéraires qui, en même temps qu’ils prétendent donner la parole aux victimes de la guerre, procèdent à certains égards, à la confiscation de leur discours. Elle propose ainsi la description d’une violence qui relèverait principalement de l’islamisme et qui s’exercerait surtout sur les femmes et les minorités. Elle participe aussi de la réaffirmation de discours récurrents sur le Moyen-Orient, qui associent systématiquement la domination masculine et la violence politique avec l’expression d’une culture islamique, faisant écho au cadrage des débats français sur la compatibilité entre l’islam et « les valeurs de la République ».

Par contraste, des ouvrages comme ceux de Samar Yazbek et Majd al-Dik[4], passés par d’autres dispositifs éditoriaux et narratifs offrent des aperçus radicalement différents de l’expérience de la Syrie en guerre. Portant davantage sur l’expérience de la révolution et de la répression par le régime d’Assad que sur la violence de Daech, ils manifestent un important souci documentaire et font valoir l’acte d’écrire comme une entreprise collective.

Co-écriture

La comparaison de la genèse de ces récits révèle la récurrence d’un dispositif éditorial qui associe aux témoins un co-auteur. Les ghost-writers de ces livres sont le plus souvent des journalistes ou  reporters de guerre pour qui la co-écriture d’autobiographies d’individus victimes de conflits constitue une pratique professionnelle quasi-routinière, susceptible d’être appliquée à différents contextes politiques. On retiendra le cas de Djénane Kareh Tager, co-auteure du récit de Fayza,[5] une jeune syrienne de Zabadani. Journaliste et ancienne rédactrice en chef du Monde des religions, elle a écrit une série de livres qui empruntent le même procédé de recours à des témoignages de femmes. Ces ouvrages abordent tous le thème de la condition de la femme musulmane, dans le monde arabe ou en Europe. Dans Sous mon niqab, la journaliste co-écrit le témoignage d’une femme française contrainte par sa famille de porter le voile. Dans 40 coups de fouets pour un pantalon et Suis-je maudite… elle co-écrit l’histoire d’une femme saoudienne, condamnée pour adultère et contrainte de fuir son pays[6].

Ces récits appartiennent à un genre éditorial institué. Dans la lignée de Jamais sans ma fille[7] (1987), des vagues successives de témoignages quasi-exclusivement féminins et suivant un dispositif semblable de co-écriture accompagnent la médiatisation de certains conflits ou régimes politiques du monde musulman. La publication de ces témoignages contribue parfois à la renommée de figures militantes de premier plan dont un des exemples est Malala Yousafzai[8]. Actuellement, un phénomène semblable accompagne les revendications de femmes Yézidis, victimes de traite et de violences sexuelles perpétrées par Daech. Nadia Murad, dont le témoignage (Pour que je sois la dernière), dernier du genre, a été publié début 2018, vient d’ailleurs de se voir décerner le prix Nobel de la paix[9].

Si ces textes conservent les attributs littéraires d’autobiographies, le fait qu’ils soient co-écrits par des journalistes non-arabophones et non-spécialistes de la Syrie et leur inscription dans un genre éditorial standardisé affectent en fait considérablement leur portée testimoniale.

Sélection des témoins

Le procédé de co-écriture par des journalistes portant un projet de publication déterminé pose question en termes d’accès des témoins à l’écriture puisqu’il revient à sélectionner en amont les autobiographes. Cette sélection aboutit de manière frappante à une surreprésentation parmi les témoins de minorités confessionnelles et ethniques, Kurdes, yézidis et chrétiens. « Moi, je voulais une Kurde syrienne », déclare ainsi la journaliste Pascale Bourgaux co-auteure de Moi, Viyan, combattante contre Daech.[10]

Les témoins sont aussi souvent rencontrés par le biais d’associations ou d’institutions liées à des publics spécifiques. Par exemple, le reporter Philippe Lobjois rencontre Myriam[11], une fillette d’Alep par le biais de l’association Chrétiens d’Orient. Ce schéma, qui lie les témoins chrétiens à des organisations confessionnelles semble d’ailleurs caractéristique d’une littérature aleppine chrétienne sur la guerre[12]. Les jeunes femmes yézidies, qui témoignent de leur captivité au sein de l’État islamique sont également mises en relation avec leurs co-auteurs par le biais d’associations culturelles et judiciaires yézidies, ce qui montre que ces récits s’inscrivent aussi dans des entreprises locales d’écriture des mémoires.

Par ailleurs, si une caractérisation socio-économique des témoins est malaisée tant les considérations en termes de classes sociales sont absentes de ces récits, les appartenances ethniques et religieuses semblent être au cœur de l’expérience racontée par les Syriennes. Le rapport à la religion constitue en effet, dans ces livres, une question incontournable. Les témoins s’expriment abondamment sur leur rapport à leur religion en la distinguant de l’extrémisme islamique. Les livres de femmes yézidies s’attachent par exemple à décrire leur attachement aux traditions et croyances ancestrales de leur communauté. De même, Viyan la combattante YPG met en valeur son appartenance kurde et l’observance religieuse modérée qui caractériserait sa communauté.Dans Le journal de Myriam, la jeune fille issue de la communauté arménienne d’Alep met régulièrement en scène sa participation aux fêtes du calendrier chrétien et sa découverte du patrimoine religieux de la ville.

Le traitement des questions ethniques et religieuses dans ces textes nous laisse cependant penser que, pour les acteurs du champ éditorial qui commandent, écrivent et publient ces livres, adopter le point de vue des minoritaires (non-arabes et/ou non-musulmans),  est encore un moyen de parler d’islam. Écrire des autobiographies contrôlées de femmes issues de minorités permet d’adopter le point de vue authentique d’une altérité certes orientale, mais qu’on suppose moins autre. Les Kurdes, les yézidis et les chrétiens, parce qu’ils ne sont pas arabes pour les uns et musulmans sunnites pour les autres, subiraient différemment, plus intensément, la violence de l’islamisme et du djihadisme. Leur dénonciation de l’islamisme et de la violence de Daech serait alors plus convaincante. Les yézidis et les chrétiens, comme les Kurdes – ceux-ci pratiquant un islam décrit comme étant plus « souple » – seraient plus susceptibles de susciter l’empathie et l’identification du lecteur français.

Dévoilement, émotion et dépolitisation

Le corpus est également caractérisé par la présence quasi exclusive de témoins féminines. Cette surreprésentation des femmes s’accompagne d’un surinvestissement de certains thèmes comme celui des rapports inégalitaires entre hommes et femmes, en particulier au sein de la famille, et celui des relations amoureuses. Les récits co-écrits par des journalistes se caractérisent par la systématicité de l’approche biographique, qui part d’une longue description de l’enfance et de l’adolescence pour aboutir au conflit actuel. Cette approche biographique rétrospective est prétexte à une incursion dans le foyer familial et la vie quotidienne des témoins. Les mêmes schémas narratifs apparaissent régulièrement, pour appuyer l’idée d’une condition féminine subordonnée : l’assignation des femmes aux travaux domestiques, la scolarité empêchée par le père, l’interdiction de la mixité à la puberté, le contrôle vestimentaire.

Un autre point commun est l’insistance de ces témoignages à mettre en scène la narratrice dans des scènes d’intimité familiale et amoureuse, qui nous fait dire que ces livres entendent opérer une véritable entreprise de dévoilement (parfois, au sens propre du terme tant le discours sur le port du voile est récurrent). Celle-ci consiste, outre l’insistance sur le fonctionnement patriarcal de la famille, en une caractérisation physique parfois obsessionnelle des femmes, de leur beauté et de leurs pratiques vestimentaires.  Dans le récit de Fayza, le port du voile est, par exemple, présenté comme un enjeu majeur de la société syrienne, où se cristalliseraient les clivages politiques.

Par ailleurs, les jeunes femmes de ces récits ont en commun d’aspirer à une certaine coquetterie et à un désir de séduction, qui leur sont, la plupart du temps, interdits. « Pour la première fois de ma vie, je vais apparaître en public maquillée » indique Jinan, enthousiaste, au cours d’une scène de préparatif de fête prétexte à une longue description physique. Cette scène se retrouve dans des termes étonnement proches dans le récit de Sara[13].

De manière générale, la domination masculine telle qu’elle est décrite dans ces récits porte avant tout sur le contrôle des corps et les choix matrimoniaux des femmes. Ainsi, l’expression du sentiment de révolte des jeunes femmes se fait essentiellement sur le mode du « droit à l’amour ». « J’ai du chagrin, mais j’ai mon amour et ma liberté à défendre » dit encore Jinan lorsqu’elle est reniée par sa famille pour s’être mariée sans son accord.

À cette dépolitisation du discours s’ajoute la volonté d’émouvoir de ces récits, qui se manifeste à travers l’utilisation d’effets de suspense et de dramatisation. Le lecteur est appelé à frémir des horreurs que vivent les populations civiles tout en évacuant des explications en termes politiques (autres que purement religieuses) qui entacheraient la pureté victimaire et seraient « des choses de grands », à l’image de ce que s’entend répondre la jeune Myriam questionnant son père à propos de la guerre à Alep. L’incompréhension dans laquelle elle se trouve entretient, chez le lecteur, un flou sur les motivations des combattants, assimilés à des islamistes et à des terroristes, sans que la thématique de l’opposition politique au régime soit abordée. 

Une attention portée à la sémantique révèle aussi un rapport particulier et affectif à la langue arabe. Certains mots arabes apparaissent dans les textes en translittération, alors qu’ils recouvrent parfois parfaitement leur traduction française. Cet usage de mots arabes potentiellement connus des lecteurs francophones sert presque toujours à figurer la violence (insultes) ou l’extrémisme islamique (terminologie religieuse). Dans les récits de yézidies, les membres de Daech s’expriment en invoquant constamment des formules coraniques. Les membres de l’entourage conservateur de Fayza font référence à des comportements licites (halal) et illicites (haram) et lui reprochent son manque de pudeur (hishma). Par contraste, les occurrences de mots arabes en translittération dans les récits Majd al-Dik[14] et Samar Yazbek[15] servent à rendre compte d’un vocabulaire politique indigène (moukhabarat, chabbiha…), à restituer l’ambiance sonore des manifestations (slogans) ou constituent des références culturelles (noms de plats).

Espaces d’autonomie

Samar Yazbek est la seule à avoir écrit son témoignage en son nom propre. Le témoignage de Majd al-Dik fait, lui, intervenir un dispositif de co-écriture. Cependant, sa co-auteure présente un profil différent des journalistes. Professeure d’arabe, Nathalie Bontemps entretient des rapports biographiques, professionnels et dans une certaine mesure, militants avec la Syrie. Elle a contribué en tant que traductrice à un autre témoignage sur la révolution[16] et a publié son propre livre sur son long séjour à Damas[17]. Interrogé sur le processus d’écriture du livre, Majd al-Dik met en avant sa dimension collaborative.

Dans les deux cas, l’accès à la prise de parole, s’il ne dépend pas complètement de logiques éditoriales est lié à la possession de ressources. Dans le cas de Samar Yazbek, il s’agit de sa position d’écrivaine et de journaliste installée, qui a déjà vu ses livres traduits et publiés en Syrie et à l’étranger. Majd al-Dik, jeune homme d’origine modeste, a cependant fait des études supérieures, contrairement aux autres témoins du corpus. Sa trajectoire d’exil et l’obtention de l’asile politique en France lui permettent aussi de rencontrer Nathalie Bontemps et d’accéder aux éditeurs français.

Les deux textes ont en commun d’aspirer à constituer des projets collectifs. Bien que, comme les témoins des ouvrages journalistiques évoqués plus haut, Samar Yazbek soit une femme issue d’une minorité, en l’occurrence alaouite, elle se définit avant tout par son appartenance à l’opposition au régime d’Assad. À ce titre, elle se fixe explicitement pour but de documenter la révolution en insérant dans son récit de nombreux témoignages de personnes rencontrées lors de déplacements, parfois risqués, à travers le pays durant les événements.

Le récit de Majd Al-Dik présente également un important souci documentaire et de contextualisation des événements. L’auteur se défend d’avoir écrit une histoire personnelle et insiste sur la dimension collective de son récit, qui est rendue par la description étoffée de nombreux personnages secondaires qui permettent de raconter l’histoire d’autres acteurs de la guerre.

Par ailleurs, en insistant sur la question sociale et ouvrière, sur l’expérience de la répression dans les geôles du régime et de l’engagement révolutionnaire, ces deux ouvrages offrent un cadrage bien différent des événements en Syrie depuis 2012 faisant apparaître, par contraste, le caractère univoque de la lecture du conflit quand elle est réduite à un déchaînement de violence islamique.

Contrairement aux récits de Majd Al-Dik et de Samar Yazbek, les témoignages co-écrits par des journalistes, s’ils prétendent donner accès à une compréhension authentique de la violence du conflit syrien et de Daech, n’échappent pas aux filtres orientalisants qui dominent souvent dans les discours sur le monde arabe. À mille lieux d’une écriture exploratoire, réflexive, qui constitue pour le témoin un mode de gestion intime de la violence et de revendication d’autonomie politique, bien qu’ils entendent dénoncer la violence que subissent les Syriens, relèvent aussi d’une reconstitution et d’une reformulation dans les termes des co-auteurs, de parcours de vie de femmes orientales, opprimées et interchangeables.

Corpus de l’étude

Dik, Majd al- et Nathalie Bontemps, A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, Éditions Don Quichotte, 2016.

Fayza D. et Djénane Kareh Tager, J’ai connu l’enfer, de la Syrie des Assad aux camps du Liban, 2013, Plon.

Jinan et Thierry Oberlé, Esclave de Daech, Fayard, 2015.

Myriam et Philippe Lobjois, Le journal de Myriam, Fayard, 2017.

Sara et Célia Mercier, Évadée de Daech, Flammarion, 2016.

Viyan et Pascale Bourgaux, Moi, Viyan, combattante contre Daech, Fayard, 2016.

Yazbek, Samar, Feux croisés : journal de la Révolution syrienne, Editions Buchet-Chastel, 2012.

Autres ouvrages cités

Hussein, Lubna  et  Ahmad Djénane Kareh Tager, 40 coups de fouets pour un pantalon, 2009, Plon.

Hussein, Lubna Ahmad et Djénane Kareh Tager, Suis-je maudite ? La femme, la charia et le Coran, Plon, 2011.

Alsabagh, Ibrahim, Juste avant l’aube, lettres de guerre et d’espérance du curé d’Alep, Éditions du Cerf, 2017.

Antaki, Nabil et Georges Sabé, Les lettres d’Alep, L’Harmattan, 2018.

Bontemps, Nathalie, Gens de Damas, Éditions Al Manar, 2016.

Haji, Adoul Abdou, Ramia Daoud Ilias et Antoine Malo, Prisonnières, Stock, 2018.

Mahmoody, Betty, et  William Hoffer, Not without my daughter, Saint Martin’s Press, 1987.

Murad, Nadia Pour que je sois la dernière, Fayard, 2018.

Zeina et Djenane Kareh Tager, Sous mon niqab, J’ai Lu, 2012.


[1]Jean Hatzfeld, « Samar Yazbek, porte-parole de l’enfer syrien », Le Monde.fr, 13/04/2016
https://www.lemonde.fr/livres/article/2016/04/13/samar-yazbek-contre-le-chaos_4901318_3260.html.

[2]Samar Yazbek, Les portes du néant, Stock, 2016.

[3]Samar Yazbek, Feux croisés : journal de la Révolution syrienne, Editions Buchet-Chastel, 2012.

[4]Majd Al-Dik, Nathalie Bontemps, A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, Éditions Don Quichotte, 2016.

[5]Fayza D., Djénane Kareh Tager, J’ai connu l’enfer, de la Syrie des Assad aux camps du Liban, 2013, Plon.

[6]Zeina, Djenane Kareh Tager, Sous mon niqab, J’ai Lu, 2012 ; Loubna Ahmad al Hussein, Djenane Kareh Tager 40 coups de fouets pour un pantalon, Plon, 2009 ; Loubna Ahmad al Hussein, Djenane Kareh Tager Suis-je maudite ? La femme, la charia et le Coran, Plon, 2011.

[7] Betty Mahmoody, William Hoffer, Not without my daughter, Saint Martin’s Press, 1987.

[8]Son témoignage Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux Talibans (2013), est co-érit par la journaliste américaine Christina Lamb.

[9]Nadia Murad, Pour que je sois la dernière, Fayard, 2018. On notera aussi la parution récente de l’ouvrage d’Adoul Abdou Haji, Ramia Daoud Ilias et Antoine Malo, Prisonnières, Stock, 2018.

[10]Viyan, Pascale Bourgaux, Moi, Viyan, combattante contre Daech, Fayard, 2016.

[11] Myriam, Philippe Lobjois, Le journal de Myriam, Fayard, 2017.

[12]Voir par exemple : Nabil Antaki, Georges Sabé, Les lettres d’Alep, L’Harmattan, 2018 ; Ibrahim Alsabagh, Juste avant l’aube, lettres de guerre et d’espérance du curé d’Alep, Éditions du Cerf, 2017.

[13]Sara, Célia Mercier, Évadée de Daech, Flammarion, 2016.

[14]Majd Al-Dik, Nathalie Bontemps, A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, Éditions Don Quichotte, 2016.

[15] Samar Yazbek, Feux croisés : journal de la Révolution syrienne, Editions Buchet-Chastel, 2012.

[16]Joumana Maarouf, Lettres de Syrie, Éditions Buchet Chastel, 2011.

[17]Nathalie Bontemps, Gens de Damas, Éditions Al Manar, 2016.

Chroniques de la révolte syrienne

Des lieux et des hommes 2011-2015

En 2017, The Creative Memory of the Syrian Revolution faisait paraitre en arabe et en anglais un ouvrage présentant sous forme documentaire cinquante lieux (villes, villages, quartiers) qui se sont révoltés en 2011. Ce livre précieux pour qui travaille sur la Syrie actuelle est dorénavant disponible en français, publié par les Presses de l’Ifpo avec, entre autres, le soutien du programme ANR Shakk.

Nous reproduisons ici la préface rédigée par Emma Aubin-Boltanski pour l’édition française.

Chroniques de la révolte syrienne – des lieux et des hommes, 2011 – 2015 est une invitation à explorer un pays qui, pris dans une spirale de violence inouïe, est fragmenté au point d’être devenu étranger à lui-même. Cet ouvrage propose une forme de cartographie du soulèvement syrien de 2011, de la répression et des violences qui se sont ensuivies.  Alors que l’analyse de ces évènements se trouve de plus en plus parasitée par les « grands récits », ceux des conflits entre sunnites et chiites, entre Arabie-Saoudite et Iran, entre États‑Unis et Russie, etc., il fait le choix d’un resserrement sur des faits précis. Des récits au ras des lieux qui racontent l’un après l’autre une révolution trop souvent occultée, celle de Syriens et de Syriennes qui ont retrouvé leur voix et surmonté la barrière de la peur en s’engageant massivement dans un soulèvement civique et pacifique contre un régime de terreur.
Ces Chroniques donnent à lire non pas une histoire, mais des récits de situations qui, strictement documentés et attestés, sont circonscrits dans des villes, des villages et des faubourgs. Cinquante lieux ont été choisis à partir d’un critère : l’implication dans des « activités révolutionnaires et civiques » minutieusement recensées et détaillées. À sa façon, ce livre démontre que jusqu’à la fin 2013 tout était encore possible en Syrie ; que l’alternative entre le régime dictatorial d’al-Assad et une domination islamiste était loin d’être la seule. Ils rappellent que le soulèvement de mars 2011 a généré une importante créativité, un monde d’initiatives et de projets sociétaux. Dans les zones libérées de l’emprise de l’armée, par exemple, un élan collectif vers la démocratie directe s’est traduit par la création de centaines de conseils locaux dont l’objectif était d’organiser une auto-administration de la vie quotidienne dans des conditions parfois extrêmes.
Certes, les djihadistes ont rapidement dominé la scène de l’opposition, mais d’autres énergies – démocratiques, pacifistes, libertaires, féministe et artistiques – étaient à l’œuvre : sans la répression implacable dont elles ont été la cible, elles auraient pu donner une autre direction à l’histoire. Fin 2013, une série d’événements se produit : l’attaque chimique de la Ghouta (21 août), la brusque volte-face des États-Unis qui renoncent à intervenir (29 août) et la montée en puissance des groupes armés islamistes qui se traduit, entre autres, par l’enlèvement de Razan Zaytouneh l’une des grandes figures du soulèvement pacifique ;  ces événements feront définitivement basculer la situation dans une guerre totale, imposant les armes et la violence comme seules alternatives. Pour autant, ces chroniques de la révolte syrienne de 2011 à 2015 démontrent également l’étonnante vitalité de la résistance civique et non-violente qui dans différents lieux a perduré parallèlement à la militarisation.
Un soulèvement « ce sont des gestes » nous dit George Didi-Huberman. Collectifs ou individuels, d’actions ou de passions, d’œuvres ou de pensées, ces gestes humains disent « non » à une réalité et « oui » à quelque chose d’autre, à un monde désiré, imaginé, esquissé. Chroniques de la révolte syrienne peut être envisagé comme l’un des nombreux gestes qui ont fait le soulèvement syrien et continuent de le nourrir, un geste à la fois épistémologique, testimonial et urgent. Porté par un collectif aux compétence multiples et complémentaires – Nada Najjar (linguiste et universitaire), Ahmad Sahli (enseignant d’arabe), Rana Mitri (traductrice), Ne’mat Atassi (professeur de français) et Fawwaz Traboulsi (écrivain et professeur d’histoire) –, il a été initié par la graphiste Sana Yazigi. Il mérite toute l’attention des chercheurs qui travaillent sur les événements de la décennie 2010 en Syrie

Un geste épistémologique

Si le territoire syrien est devenu quasiment inaccessible depuis 2013 pour les chercheurs et les journalistes étrangers, rares sont les révoltes et les conflits qui ont été autant documentés. Internet et les réseaux sociaux y sont pour beaucoup. Les vidéos très nombreuses (autour d’un million) et les divers écrits qui circulent par ce biais constituent des sources précieuses pour qui s’intéresse à ces évènements. Néanmoins, ce matériau très divers et son utilisation soulèvent des questions d’ordre éthique et épistémologique auxquelles ces Chroniques, à leur façon, tentent de répondre. En effet, elles proposent des récits entièrement fondés sur des documents – des articles, des vidéos, des sites, parfois des pages Facebook – dont les informations sont systématiquement recoupées et comparées. Scrupuleusement référencés en notes de bas de page, ces sources ont été trouvées sur Internet et archivées sur le site La mémoire créative syrienne (https://creativememory.org/fr/) lancé en mai 2013. D’où le grand intérêt de la version électronique de l’ouvrage (à paraître prochainement) qui invite le lecteur à se rendre à la source de chacun des faits exposés par un simple clic. Ce geste épistémologique demeure néanmoins fragile : certains des liens auxquels ces récits renvoient sont aujourd’hui « brisés » ou « morts ». Deux raisons à cela : la volatilité des ressources en ligne qui changent de place ou disparaissent et, d’autre part, l’action de l’Electronic Syrian Army qui s’emploie à effacer et à détruire avec une efficacité certaine des documents sur Internet. Bien conscients de cet écueil, les rédacteurs de l’ouvrage, dans sa version arabe, ont pris soin de reproduire en notes de bas de page, les désignations exactes des documents : un simple copier/coller permet de traquer ceux d’entre eux qui ont été déplacés sur la Toile ; pour les autres, « les disparus », ces titres et leurs descriptions constituent des traces de ce qui fut .

Un geste testimonial

Chroniques de la révolte syrienne est un acte de mémoire qui procède d’une inquiétude largement partagée : que la réalité d’une violence politique meurtrière demeure ignorée et surtout, que la qualification des événements soit laissée aux vainqueurs du moment, aux autorités de Damas et à leurs alliés russes et iraniens. Soulèvement populaire, révolution pacifique, insurrection armée ou agression étrangère ? Rebelles, combattants, civils ou terroristes ? Guerre civile, guerre contre le terrorisme ou plutôt guerre contre des civils ? Ces appellations de provenances et de généalogies diverses se combattent violemment de part et d’autre des lignes de front, ainsi qu’au sein des médias et des dispositifs internationaux qui interviennent dans le conflit. Elles constitueront des clés de compréhension du « grand récit » de la guerre qui finira par s’imposer.
De fait, une entreprise de négation est à l’œuvre pour, d’une part, effacer les traces d’un soulèvement populaire et pacifique implacablement réprimé et, d’autre part, imposer une histoire unique et une analyse paresseuse et sans nuance des événements faisant d’emblée rentrer dans l’arène de la révolution des groupes armés radicaux. Contre ce voile opaque, cet empaquetage hermétique, ces récits donnent l’occasion d’orienter le regard non pas vers une vérité dogmatique absolue, mais vers un kaléidoscope de situations : pour chacun des lieux sont retracées une histoire particulière et une chronologie propre des événements.

Pour ce faire, les auteurs ont fait le choix d’un resserrement sur des faits scrupuleusement référencés. Aucune place n’est laissée à la rumeur ou aux « on-dit ». Un canevas unique est adopté pour toutes les notices, le style résolument narratif et distancé ne laisse aucune place ni à la fioriture, ni au personnel. L’impression est parfois donnée de lire une froide déposition destinée à être produite en justice. Peut-être ces textes le seront-ils un jour. Pour chaque lieu, le jour, le mois et l’année des premières manifestations sont systématiquement précisés, leurs parcours retracés, la nature de la répression détaillée, l’entrée en scène des groupes armés datée. Également, et surtout, sont minutieusement recensées différentes « actions créatives » – des expositions, des films, des pièces de théâtre, des graffitis, des performances, des campagnes de mobilisation sur différents thèmes, etc. – entreprises par des activistes dans l’objectif de résister pacifiquement, non seulement à la répression des autorités de Damas, mais aussi à la montée en puissance des groupes armés radicaux…
Le souci du détail va jusqu’à rappeler, systématiquement, lieu après lieu, une terrible incertitude concernant le nombre des victimes. Les chiffres de deux sources – le Centre de documentation des violations en Syrie et la Base de données des martyrs de la révolution syrienne – viennent en conclusion de toutes les notices. Et à chaque fois, l’écart est vertigineux : entre 2037 et 9514 victimes à Damas ; entre 59 et 2368 morts à Daraya ; entre 24 et 529 à Manbij ; entre 80 et 456 à Palmyre. Cette « sinistre imprécision des chiffres » n’est pas nouvelle – Michel Seurat la déplorait à propos du massacre de Hama en 1982. Elle nous dit quelque chose sur l’entreprise de dénégation qui est à l’œuvre et contre laquelle il est urgent de lutter.

Un geste urgent

Collecter, rassembler, rédiger et publier des récits circonstanciés pour les porter à la connaissance du plus grand nombre, nombre de Syriens, écrivains, artistes et activistes sont engagés dans cette pratique sociale qui procède d’un « besoin de vérité » face à l’intolérable. Ces actes de mémoire ont un caractère impulsif et erratique : c’est qu’ils sont accomplis dans l’urgence alors que les armes ne se sont pas encore tues et que déjà une entreprise d’amnésie est conduite par les autorités de Damas. Cette entreprise prend deux formes : celle d’un grand récit qui tend à oblitérer le premier acte des événements, le soulèvement pacifique d’une grande partie de la population contre un régime dictatorial et celle, physique et concrète, de la « reconstruction ». À ce propos, arrêtons-nous à Daraya : située dans la Ghouta occidentale, à huit kilomètres de Damas, elle a été détruite à 90 % et vidée de sa population. Les registres de propriétés de la ville ont été brûlés et des lois ont été décrétées pour faciliter les expropriations. Depuis 2017, des entrepreneurs, architectes et urbanistes sont à l’œuvre pour dresser les plans de reconstruction de la zone qui constituera une extension des beaux quartiers de Mezzeh et de Kafar Sousseh. Contre cet acte d’arasement et de remplacement, ces Chroniques de la révolte syrienne rappellent des « faits » et, entre autres, l’histoire singulière de Daraya. Frondeuse avant l’heure, cette ville a vu la naissance dès 2003 d’un « groupe pacifique » d’activistes urbains. En 2011, elle a été le théâtre d’action de Ghiath Matar, le « Gandhi syrien », qui distribuait des fleurs et des bouteilles d’eau aux soldats lors des premières manifestations. Le 10 septembre 2011, ce pacifiste chevronné est mort sous la torture des nervis du régime.
Parce qu’elles font résolument le choix du détail, parce qu’elles optent pour la sincérité et la bonne foi contre l’idéologie, ces Chroniques constituent une source précieuse pour qui s’intéresse à l’histoire récente de la Syrie. Espérons-le, le geste sera poursuivi et complété pour inclure d’autres lieux et d’autres figures.

Télécharger le sommaire

De l’architecture malmenée au soulèvement

Marwa al-Sabouni, The Battle for Home, The Vision of a Young Architect in Syria, Thames & Hudson, 2016

Une recension de Marie Kostrz

De nombreux ouvrages et articles scientifiques s’emploient à décrypter les causes du soulèvement populaire syrien. Les facteurs politiques (Nikolas Van Dam, Destroying a nation, the civil war in Syria ; Thomas Pierret, La Syrie, d’un soulèvement à l’autre), économiques (Akram Kachee, Syrie : d’un régime de prédation institutionnalisée à une économie de guerre ; Raymond Hinnebusch, Syria : from upgrading authoritariansim to revolution) et environnementaux (Francesca De Chatel, The role of drought and climate change in the Syrian uprising : untangling the Triggers of the Revolution) ont été disséqués par des chercheurs, pour la  plupart étrangers.

Des récits de non-fiction rédigés par des plumes syriennes offrent également une analyse précieuse des racines du soulèvement. La plongée dans la société syrienne et les scléroses du système politique assadien qu’ils livrent aux lecteurs constituent un éclairage personnel et donc incarné des conditions qui ont pavé le chemin vers la révolte de 2011. Nous pensons notamment à My country, a Syrian Memoir de Kassem Eid. Ce jeune activiste de Moadamyeh Cham, en banlieue de Damas, ne partage pas un simple témoignage du quotidien des civils durant le soulèvement populaire, de son glissement vers le conflit armé et des exactions commises par le régime syrien. Il relate aussi le récit d’une enfance sous le règne des Assad, père puis fils, dont la brutalité et le sectarisme politique a nourri un sentiment d’injustice qui conduira à la révolution.

La force de l’ouvrage de Marwa al-Sabouni, comme l’indique d’ailleurs son sous-titre, réside dans sa capacité à conjuguer l’analyse aiguisée d’une spécialiste avec la chronique très personnelle d’une citoyenne syrienne demeurée à Homs jusqu’à aujourd’hui. La jeune architecte développe une hypothèse peu explorée jusqu’alors : les politiques urbaines menées à Homs ont participé au déclenchement du soulèvement populaire, qui a rapidement pris dans la ville, avec une dimension sectaire et violente plus forte que dans le reste du pays. Tout au long du livre, Marwa al-Sabouni parvient à mettre à distance le clivage pouvoir/opposition qui divise les Syriens pour proposer une analyse distanciée sur les causes ayant conduit à la destruction de 60% des bâtiments de la ville où elle a grandi.

The Battle for Home, The Memoir of a Syrian Architect est divisé en six chapitres qui successivement abordent un aspect différent du rapport que les habitants de Homs entretiennent avec l’architecture de leur ville. Chacun constitue la pièce d’un puzzle, qui une fois assemblé, dresse le portrait d’une ville où les choix en termes d’urbanisme ont eu des conséquences délétères, contribuant à la destruction des fondations d’une société. Le livre retrace l’histoire d’une cité et de ses habitants qui se sont soulevés pour retrouver leur identité : enracinée dans le bâti, celle-ci a fait l’objet d’une entreprise de confiscation par les politiques urbaines du pouvoir syrien.

Une dizaine de croquis de bâtiments historiques ou modernes, plans urbains et scènes de vie quotidienne ponctuent l’ouvrage. Ils sont tout autant un guide pour le lecteur, qu’un hommage rendu à une ville dont la mémoire, historique et sociale, risque de s’évanouir dans les ruines de bâtiments, dont la reconstruction – ou rénovation – ne se fera sans doute pas à l’identique.

Le livre s’ouvre sur le récit édifiant des désillusions de l’auteure, lors de son entrée au département d’architecture à l’université de Homs. Marwa al-Sabouni dépeint une jeunesse sans horizon, encadrée par des professeurs peu enclins à la transmission de la connaissance, enseignant des concepts architecturaux complètement détachés des réalités de la société syrienne, à qui l’université n’offre aucun débouché. À travers les déboires que lui réserve ensuite son premier emploi au sein du département d’architecture, l’auteure montre qu’une génération entière a été maintenue dans une passivité qui proscrivait toute créativité et prise d’initiatives visant à créer un meilleur modèle de société. Le fonctionnariat, largement répandu en Syrie, maintient une population sous-payée dans une dépendance financière, mais pas seulement. La stabilité qu’offre ce statut a un autre prix : celui de la liberté d’entreprendre et de réfléchir à d’autres orientations que celles données par le pouvoir. La frustration que génère ce schéma constituera l’un des moteurs du soulèvement de 2011.

L’auteure, au fil des chapitres, livre une expertise précieuse des plans d’urbanisme mis en place à Homs, motivés davantage par les goûts et intérêts des dirigeants que par les besoins de la population. Sans jamais le nommer, Marwa al-Sabouni dénonce les ravages des choix opérés par le gouverneur de Homs Iyad Ghazi, connu pour ses opérations immobilières lucratives et peu respectueuses du patrimoine historique de la ville. Les bâtiments impersonnels en béton et les tours à la mode dubaïote sont érigés à la place des maisons traditionnelles, effritant au passage l’identité historique, mais aussi sociale de la ville.  ‘’Le contraste entre le vieux qui s’effrite et le neuf tape-à-l’œil était une insulte pour les deux, ainsi que pour les habitants’’, note-elle. Le mécontentement que génèrent ces décisions, responsables du chômage de nombre d’habitants expropriés, a participé au déclenchement du soulèvement populaire, dont l’une des premières doléances en 2011 était le départ d’Iyad Ghazi. Son projet phare, le Homs Dream, devait transformer la vieille ville, ainsi que d’autres quartiers tels que Baba Amr et Jobar en mini Dubaï. En 2011, il cristallise le mécontentement des habitants dont certains furent expropriés dès 2009. Les quartiers alaouites, en revanche, étaient soigneusement maintenus hors de ce plan d’aménagement, attisant les ressentiments confessionnels. La passivité de la bourgeoisie homsiote, souligne l’auteure, a aussi contribué à creuser le fossé entre les habitants de la ville.

L’un des principaux mérites du livre réside dans l’examen des plans d’urbanisme et lois successives qui ont profondément érodé l’identité et l’homogénéité du tissu social de la ville depuis un siècle. Plans d’urbanisme appliqués à l’époque du protectorat français, expropriations décidées par le parti Baas dans les années 70, constructions de nouveaux quartiers pour loger les ruraux venus travailler dans les usines nouvellement construites dans les alentours de Homs : Marwa al-Sabouni montre comment nous sommes passés d’un espace où les échanges commerciaux entre la ville et sa campagne garantissaient cohésion, tolérance et confiance entre les habitants de diverses confessions et origines, à de multiples petits Homs  vivant désormais côte à côte, sans se côtoyer. Les modes de vie de leurs habitants diffèrent autant que leurs niveaux de vie, en grande partie à cause d’un rapport au pouvoir variable. Le fossé qui se creuse entre les classes sociales et les communautés de la ville alimente méfiance et ressentiment envers ‘l’autre’, comme le résume Marwa al-Sabouni : ‘Ceux qui sont en dehors du cycle de vie de la ville, ceux qui ne souffrent pas du fait que leur précieux environnement bâti soit détruit, ceux qui n’ont pas à affronter les affres économiques d’un marché en crise, et ceux qui sont désignés comme responsables de la corruption officielle étant donné que personne d’autre qu’eux ne semble en profiter : ceux-ci ont été considérés comme les ennemis.’ (p.75) Il est aussi beaucoup plus facile, rappelle l’auteure en faisant référence aux groupes armés de l’opposition, de participer à la destruction d’une ville à laquelle aucun sentiment d’appartenance, ou si peu, ne vous rattache.

Le chapitre consacré à Baba Amr, d’où le mari de Marwa al-Sabouni est originaire, est exemplaire en ce qu’il montre comment un quartier populaire marginalisé par le pouvoir, aux infrastructures insuffisantes, dont une partie de la population avait en réaction adopté un islam radical, est devenu un bastion de la révolution. Pour illustrer son propos l’auteur raconte l’histoire de son mari, terrible, mais également commune en Syrie :  en 2011, en route vers l’aéroport pour s’envoler à Dubaï et y recevoir un prix d’architecture, il est arrêté lors d’un contrôle d’identité à un checkpoint puis jeté en prison pendant plusieurs semaines pour la seule raison que sa carte d’identité indique qu’il est originaire de Baba Amr. La révolution, dans ce quartier, se muera rapidement en un affrontement armé très violent.

‘The Battle for Home’ n’est toutefois pas un simple compte-rendu des conséquences malheureuses des politiques qui ont été appliquées à Homs, et à un plus large degré à l’échelle du pays, avant 2011. L’ouvrage véhicule aussi un message d’avertissement pour le futur. Selon l’auteure, il ne fait aucun doute que la guerre civile aurait pu être évitée si de meilleurs et plus justes choix avaient été faits en termes d’urbanisme. Alors que l’heure est à la reconstruction, quelles orientations prendront les plans d’urbanisme appliqués aux quartiers détruits de Homs, comme dans le reste de la Syrie ? La décision du gouvernement d’ignorer le projet de reconstruction de Baba Amr de Marwa al-Sabouni, pourtant lauréate d’un concours organisé par UN-Habitat, n’est pas un bon présage. Le pouvoir lui a en effet préféré un plan prévoyant d’ériger de hautes tours luxueuses rappelant encore une fois Dubaï, où le prix des appartements ne laissera aucune chance aux habitants ayant fui le quartier de pouvoir s’y réinstaller. Baba Amr, comme l’a déclaré Hussein Makhlouf, le ministre de l’Administration locale, fait partie des zones où les autorités de Damas envisagent de rendre applicables les conditions énoncées dans le décret 66. Adoptée en 2012, ce dernier rend possible l’expropriation des habitants de deux quartiers informels situés en banlieue de Damas pour les transformer en zones de développement urbain où seront construits de nouveaux quartiers résidentiels. Derrière ces projets immobiliers, un urbicide se profilerait-il ? En rasant une fois pour toutes ces quartiers déjà détruits par la guerre, ce sont des modes de vie, des mémoires collectives, des espaces d’échange et des identités qui se trouveraient alors complètement anéantis.

Journées d’études internationales : « Du geste à la trace. De la trace à la mémoire »

« Du geste à la trace. De la trace à la mémoire : Trajectoires d’archivage des vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie et au-delà »

Dans le cadre du programme ANR Shakk “De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes”

Aller au programme

5 – 6 juillet 2018

Bibliothèque nationale de France – Quai François Mauriac – 75013 Paris

Salle 70 (Hall est, foyer du Petit auditorium)

Bildergebnis für symbole métro parisien 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Depuis 2011, la révolte et la guerre en Syrie ont engendré une masse considérable de vidéos filmées par des manifestants, des activistes, des combattants. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger. Ces journées d’études visent à faire un état des lieux des pratiques et des trajectoires d’archivage de ces vidéos afin de mieux en cerner les enjeux épistémologiques et mémoriaux.

Présentation

Jamais dans l’histoire, une révolte et un conflit n’ont autant été filmés par leurs propres protagonistes. Depuis 2011, pour contourner l’embargo médiatique imposé par le régime de Bachar al-Assad, des centaines de milliers de vidéos ont été mises en ligne — principalement sur YouTube — par des manifestants, des activistes et des combattants : manifestations, scènes de répression, funérailles, mais aussi actions protestataires inédites, recueils de témoignages, déclarations de défection de militaires ou de formation de brigade combattante, hommages aux « martyrs », combats, etc. Par ailleurs, de nombreuses vidéos ont été filmées et n’ont jamais été mises en ligne, stockées pour l’instant dans des disques durs ou des téléphones portables.

La vaste gamme des usages de la vidéo reste encore à explorer, tant elle évolue au fil des rapports de force sur le terrain et des différents acteurs en présence. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles vernaculaires sont à la fois traces et expériences de la révolte et de la guerre. Ces fragments d’images et de sons, pour la plupart anonymes, lacunaires et contingents de la maîtrise des preneurs d’images et du matériel dont

ils disposent, sont souvent illisibles et invisibles, malgré leur accessibilité sur Internet : la masse de vidéos fait écran, tout comme le manque d’indices de contextualisation. Opaques, ces vidéos sont aussi fragiles puisqu’elles peuvent disparaître du jour au lendemain, en raison notamment de la fermeture de comptes par les utilisateurs ou par la société YouTube, comme en juin 2018, au motif de lutter contre les contenus violents.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ont saisi à quel point ces vidéos constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger un jour ceux qui, pour l’instant, figurent dans le camp des vainqueurs. Conscients du caractère éminemment évanescent de ces documents, des associations telles que Syrian Archive ou Creative Memory of the Syrian révolution, des activistes, des chercheurs et des particuliers, chacun avec des moyens et des objectifs propres, s’attachent depuis plusieurs années à les collecter, les organiser et les sauvegarder.

En effet, quelles sont les vidéos qui font l’objet de sauvegarde ? Selon quelles procédures et dans quels buts ? Comment sont-elles décrites et référencées ? Dans quelle mesure peuvent-elles constituer une source pour la connaissance, la mémoire ou le droit ? Quelles en sont les modalités de partage et de diffusion ? Les spécificités de ces vidéos tout comme les logiques hétérogènes et les sites disséminés de ces entreprises de collecte remettent en question le concept d’archive et ses pratiques institutionnelles. De même, l’intérêt grandissant pour l’archivage de ces vidéos alors que les événements sont toujours en cours interroge. Nous réfléchirons à ces questions avec des acteurs de la constitution de ces archives, qu’ils conçoivent leurs démarches dans un cadre militant, judiciaire ou universitaire. Il s’agira également d’inscrire cette réflexion dans un questionnement plus large sur les façons dont les images animées et le numérique façonnent notre rapport à la connaissance et à la mémoire.

Programme

 Voir pdf

Jeudi 5 juillet

9h15 ● Accueil

9h30 ● Introduction

Alain Carrou (BnF), Cécile Boëx (CéSor, EHESS), Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

Session 1 ● Méthodes et pratiques de la recherche : collecter, analyser, sauvegarder

Discutantes : Cécile Boëx (CéSor, EHESS) et Vanessa Guéno (Iremam, Aix-en-Provence)

10h15-10h45 ● Dima Saber (Center for Media and Cultural Research, Birmingham University) Refugee writing, refugee history. Locating the refugee archive in the making of a history of the Syrian war

10h45-11h15 ● Yasser al-Zayyat (American University of Beirut) A Syria That Is No More: On Science, Memory and Language

11h15-11h30 ● Pause café

11h30 12h00 ● Ulrike Lune Riboni, (CEMTI, Paris 8) « Ce que je trouve est ce que je cherche » : méthodologie pour la constitution d’un corpus de vidéos en ligne

12h00-12h30 ● Discussion

12h30-14h00 ● Pause Déjeuner

Session 2 ● Les mémoires à l’épreuve du numérique et des images animées. Perspectives comparatives

Discutant : Alain Carou (BnF)

14h00 ● Laurent Véray (IRCAV, Paris 3) Filmer, montrer et archiver la Grande Guerre

14h30 ● Agnès Devictor (HiCSA, Paris 1) Transfert de fonds d’archives audio-visuelles : étude d’un cas afghan

15h00-15h15 ● Pause café

15h15 ● Sophie Gebeil (TELEMMe, Aix-en-Provence) L’historien.ne dans les méandres des archives du Web : le cas des mémoires maghrébines sur la toile française depuis les années 2000

16h15 ● Discussion

19h30 ● Dîner

Vendredi 6 juillet

9h30 ● Accueil

9h45 ● Mot d’introduction Anna Poujeau (CéSor, CNRS)

Session 3 ● Enjeux mémoriels, politiques et testimoniaux des archives audiovisuelles

Discutants : Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS) et Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

10h00 ● Jean-Marc Salmon (Institut Mines Télécom, Université Paris Descartes) Les archives nativement numériques du jaillissement du soulèvement tunisien

10h30 ● Jeff Dutch, Syrian Archive Collect, Curate, Investigate: Using open-source big-data methodologies for human rights monitoring in Syria

11h15 ● Pause café

11h30 ● Stefan Tarnowski (Institute for Comparative Literature and Society, Columbia University) Human Rights Video and Revolution in Syria

12h00 ● Discussion

12h30-14h00 ● Déjeuner

Session 4 ● Passages, transmission et création

Discutants : Franck Mermier (IRIS, CNRS) et Nisrine al-Zahre (CéSor, EHESS)

14h00 ● Collectif 858 : Beyond archiving

14h30 ● Sana Yaziji et Naji Zahar (The Creative Memory of the Syrian Revolution) Un devoir de Mémoire

15h15 ● Pause café

15h30 ● Ali Atassi (Bidayyat) Digital Syrian Archive Between Videos and Documentary Cinema

16h00 ● Discussion

16h30 ● Synthèse et ouvertures : Myriam Catusse (Iremam, CNRS) et Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS)

20h00 ● Dîner

“Témoigner sur la révolution dans le feu de l’action”

Un entretien avec Hassan Abbas

Collecter, rassembler, rédiger et publier des témoignages pour les porter à la connaissance du plus grand nombre, beaucoup de Syriens, écrivains, artistes et activistes sont engagés dans cette pratique sociale qui mérite l’intérêt des chercheurs.

Alors que le soulèvement avait à peine débuté, dès février 2011, Hassan Abbas a constitué une équipe de neuf personnes pour fonder une Ligue syrienne de la citoyenneté et, dans le cadre de celle-ci, une maison d’édition appelée Bayt al-Muwâtin (La maison du citoyen) et deux collections : Silsilat al-tarbiyya al-madaniyya (Série d’éducation civique) et Silsilat shahâdât sûriyya (Série de témoignages syriens).

Emma Aubin-Boltanski et Thierry Boissière l’ont rencontré en avril 2018 pour un entretien portant sur la Série de témoignages syriens qui aujourd’hui réunit 26 titres.

 

Emma Aubin-Boltanski : Comment le projet de fonder Bayt al-Muwâtin est-il né, en quelle année et avec quels objectifs ?

Hassan Abbas : Tout a commencé avec la Ligue syrienne de la citoyenneté qui maintenant s’appelle la Ligue de la citoyenneté tout court, parce que nous avons été délocalisé au Liban et que dans ce pays nous n’avons pas le droit d’avoir l’adjectif syrien dans notre nom. La Ligue est officiellement née le 15 décembre 2011, mais nous avions commencé à travailler depuis février 2011. C’était mon idée au départ. J’ai cherché des amis, j’ai constitué une équipe de neuf personnes puis nous avons rendu public le projet. Bayt al-Muwâtin a été créée dans le cadre de cette Ligue.

Pourquoi cette maison d’édition ? Parce que nous avons pris conscience qu’il fallait à tout prix conserver la mémoire collective de ce qui se passait. Nous nous sommes dit que la guerre allait durer et que la révolution ne serait pas victorieuse demain. Dans une révolution, les gens sont dans le feu de l’action et ils oublient ce qu’ils ont vécu. Il fallait demander à ces jeunes qui participaient à la révolution de témoigner pour garder la mémoire des évènements. Le projet a été accepté et nous avons commencé tout de suite. Mais nous ne pouvions pas publier à Damas. Nous avons attendu notre sortie au Liban, en avril 2013 pour commencer à les publier. Entre temps, nous avons demandé l’enregistrement de la maison d’édition à Damas. C’était étrange, mais nous avons obtenu l’accord pour nous enregistrer.

EAB : Quels étaient les objectifs de cette maison d’édition ?

HA : Il s’agissait de fonder trois collections et de travailler sur trois axes : la « Série de témoignages syriens » dont l’objectif est de participer à la construction de la mémoire collective des évènements en Syrie ; la « Série éducation civique » dont l’objectif était de combler un vide : il y a huit ans, lorsque le soulèvement a commencé, les jeunes entre 18 et 35 ans n’avaient reçu aucun enseignement civique. Parce que l’éducation civique n’est enseignée nulle part, ni à l’école, ni à l’université en Syrie. Nous avons donc décidé de demander à des chercheurs attitrés ou bien à des activistes d’écrire des petits livres, entre 80 et 120 pages, pas plus, et simples, et accessibles, sur les principales questions de la citoyenneté : la laïcité, la société civile, les droits de l’enfant, les partis politiques, etc. Dix titres sont parus. Enfin, nous avons une troisième collection sur la citoyenneté et les questions de citoyenneté : dans cette collection, sont parus un « guide » de la citoyenneté, la traduction de La mémoire collective de Maurice Halbwachs, From Certainty to Uncertainty: The Story of Science and Ideas in the Twentieth Century (Min al-yaqîn ‘ilâ al-lâyaqîn, Francis David Peat), un livre sur la femme dans la révolution syrienne  Wâqi‘ al-imra’a al-sûriyya fî al-’azma al-râhina  (La situation des femmes syriennes dans la crise actuelle). En tout, nous avons fait paraître cinq ou six livres… Les trois collections confondues, nous avons publié 42 titres.

EAB : revenons à la Série de témoignages syriens : il s’agissait donc de demander à des jeunes dans le feu de l’action de raconter ce qu’ils vivaient. Pourquoi ?

HA : Au début de la révolution, je me suis beaucoup impliqué. Et j’ai voulu lire des récits sur la façon dont les gens avaient vécu des révolutions ailleurs, par exemple, la guerre civile en Espagne. Et j’ai réalisé qu’il n’y avait pas grand-chose d’écrit sur le vif. Il y avait beaucoup de choses écrites après, mais sur le moment, les gens étaient… comment dit-on ? Emportés par les événements. Je me suis dit que nous ne devions pas faire la même erreur. Nous espérions que le régime aller tomber en quelques mois. Dans le même temps de mon côté j’étais sûr et certain que les choses allaient durer. Je n’avais pas prévu cet enfer dans lequel nous vivons actuellement, mais je savais que le régime ne céderait pas et que les évènements se multiplieraient. C’est pour cela que j’ai conçu le projet de demander aux jeunes d’écrire, au jour le jour, ce qui leur arrivait.

Thierry Boissière : Et comment se passait la prise de contact avec les auteurs ? Est-ce que les gens venaient à vous de manière spontanée ? Comment se faisait la sélection ?

HA : Entre février 2011 et mars/avril 2012, la militarisation de la Révolution n’avait pas encore eu lieu. Nous étions plusieurs personnes, par exemple Sabah al-Halaq, Mme Nawal al-Yazaji, Kamal Sheikho et l’avocat ‘Abd al-Hay al-Sayyed à avoir un passé d’activistes et des connaissances sur les sujets de la citoyenneté. Nous avons organisé des « focus group » pour des jeunes qui participaient aux manifestations, des groupes de discussion autour de thèmes que ces jeunes voulaient aborder, sur lesquels ils voulaient en savoir un peu plus. Parce qu’ils ont eu tout de suite conscience que beaucoup de choses leur échappait parce qu’ils n’avaient pas eu l’occasion d’étudier ces sujets en Syrie. Moi j’ai été sollicité pour quarante rencontres. Le public variait entre 12, 14 et 120 personnes !

TB : Où se passaient ces rencontres ?

HA : Dans différents endroits, un peu partout. Les rencontres que j’ai faites avaient lieu entre Zabadani et Douma. A Damas même, nous nous réunissions dans des maisons privées. Un de nos amis avait une ferme, à « Adra al-Oummalya, à 25 kilomètres de Damas. Nous nous réunissions également chez lui. Dans notre groupe, nous avions un jeune qui était lié à un dirigeant de l’opposition, qui avait loué un appartement à Jisr al-Abyad. Cet appartement était aussi consacré aux réunions et aux préparations des manifestations. J’y ai fait une dizaine de rencontres. J’ai fait des présentations par exemple sur l’histoire politique de la Syrie depuis 1946, sur la structure du régime de Hafez al-Assad, sur la laïcité, sur le confessionalisme, sur la société civile, sur le pacifisme, sur plusieurs notions de ce type. Ce sont les jeunes qui déterminaient les sujets. Par exemple, j’ai fait cinq ou six fois mon exposé sur l’Histoire la Syrie depuis 1946 avec des groupes différents dans des régions différentes. A Douma, j’ai fait une présentation sur le confessionnalisme aussi. Nous avons également organisé des réunions sur le genre, animées par Sabah al-Halaq, des formations aux premiers soins données par un médecin. Abd al-Halim al-Sayyed, que j’ai déjà mentionné, a quant à lui fait un exposé sur la constitution. Sur ce sujet nous avons organisé deux rencontres. A chaque fois le public était nombreux, car à ce moment-là, il y avait un projet de révision de la Constitution. Nous nous réunissions pour débattre du contenu de ce projet,  avec des avocats spécialistes des droits de l’homme, Anwar al-Bunni, Michel Shammas, et Khalil Maatouk qui a disparu en prison.

Ces jeunes, pour la plupart, je ne les connaissais pas. Plusieurs sont maintenant partis. D’autres que je connaissais très bien sont tombés sous les balles ou sont morts en prison sous la torture.

C’est précisément dans ces « focus group » que le projet d’une collection de témoignages est né.

EAB : Pourrais-tu nous parler du premier ouvrage paru dans la collection ?

HA : Il s’agit de Mûzâyiq al-hisâr (Les facettes d’un siège) d’‘Abd al-Wahab al-‘Azawi. L’auteur est un poète connu, actuellement il vit en Allemagne ; ophtalmologue, il avait son cabinet à Deir ez-Zor. J’ai appris qu’il écrivait un récit sur la vie quotidienne dans Deir ez-Zor assiégé. Je lui ai proposé de le publier. Le deuxième livre que nous avons publié, Ilâ ibnatî (À ma fille), a été écrit par Hanadi Zahlout. Elle est venue assister à une de nos rencontres. Elle sortait tout juste de prison. Je lui ai proposé d’écrire un témoignage, ce qu’elle a accepté.

EAB : Ces auteurs avaient-ils déjà une expérience d’écriture ?

HA : Pas tous. Par exemple Hanadi Zahlout n’avait rien écrit auparavant. ‘Abd al-Wahab al-‘Azawi avait déjà publié trois recueils de poésie et c’était un bon écrivain. Au départ, je me suis adressé à des gens qui avaient l’habitude de manier la plume, comme par exemple Nibras Chehayed qui a publié Bayn al-ilah al-mafqûd wa-l-jasad al-musta’âd (Entre un Dieu perdu et un corps retrouvé). Mais j’ai aussi essayé de dénicher des gens qui n’ont pas l’habitude d’écrire. Pour certains, il s’agira de l’unique expérience d’écriture. Quand nous avons lancé la maison d’édition, nous étions quasiment les seuls sur le marché et les propositions de textes étaient nombreuses. Depuis, la donne a changé : les maisons d’édition se sont multipliées. Donc nous avons élargi la collection et décidé de publier des recueils d’articles de presse comme, par exemple, ‘Ard mâ’ida (Terre instable) de Doha Hassan, ‘Ikthâr al-qalîl (Multiplier le minimum) de Dara ‘Abd Allah, et Lâ taghmid ‘aynayk (Ne ferme pas les yeux) que j’ai moi-même écrit. Ces livres regroupent des articles déjà publiés sur d’autres supports.

TB: Quels sont les critères de publication ? Les profils des auteurs ont-ils évolué ?

HA : Le texte doit évoquer la situation depuis 2011. Son écriture doit être de qualité. Et il ne doit pas dénoncer des personnes ad hominem. Concernant le profil des auteurs, oui les choses ont évolué : plus on avance, plus nous avons des propositions d’écrivains déjà connus avant la Révolution. J’aurais préféré que les auteurs restent les jeunes qui étaient impliqués dans la Révolution. Malheureusement ils ne sont plus là, ils sont partis, ils ont d’autres problèmes, ils sont éparpillés partout dans le monde et nous avons de moins en moins de propositions de ce type. C’est pour cela que je reçois et que j’accepte des textes envoyés par des poètes et par des écrivains connus. Par exemple, nous venons de publier un livre Mughlaqa bisabab al-‘islâhât (Fermée pour travaux) de Muzir al-Masri qui est l’un des meilleurs poètes syriens. Je viens de recevoir un manuscrit de Rola Hassan qui est l’une des meilleures poétesses syriennes. Le prochain, le 27ème titre sera de Haïfa Bittar, qui est une médecin, romancière et nouvelliste très connue. Qui a demandé aussi à être publiée dans cette collection. Mais bien sûr nous maintenons notre premier critère : les textes doivent parler de la situation depuis 2011. La Révolution a suscité un renouveau dans la poésie, conduit en particulier par des femmes. Nous avons publié deux recueils de poétesses : al-Mawt kamâ law kâna khurda (La mort comme une banalité) de Widad Nabi, à mon avis un des noms les plus prometteurs de la poésie syrienne, et al-Darb masâmîr (Le chemin est plein de clous) de Manar Sahran Shalhoub. Leurs poèmes évoquent la Syrie actuelle, le quotidien de la Révolution.

EAB : Les auteurs viennent de régions différentes, était-ce voulu ?

HA : Nous avons effectivement le souci de ne pas nous intéresser à une seule région. Soueïda, Daraya, Qamichli, Hassaké, Damas, Deraa, Amouda, Wadi al-Nasara, Yarmouk, Hama, Idlib, Tartus et Deir ez-Zor, les auteurs sont originaires de toutes ces villes. Lorsque c’était le cas, nous avons décidé qu’il fallait absolument conserver le caractère régional de la langue, le dialecte spécifique à certaines régions. Certains auteurs évoquent leur quotidien, d’autres leur expérience en prison, comme par exemple Muhammad Seddiq Uthman, un kurde de 17 ans qui a été arrêté en novembre 2012. Il est resté un mois en prison. Son livre Ka’annahâ qiyâma (Comme une apocalypse) évoque cette expérience. D’autres auteurs choisissent de parler de leur région, de leur village. Comme par exemple, l’auteur de Lam tantahi al-hikâya ba’d (Cette histoire est loin d’être finie), une chrétienne qui a publié sous un pseudonyme, qui évoque le quotidien de son village depuis 2011.

TB : Comment se passe la diffusion des livres ? Êtes-vous subventionnés ?

HA : Ce sont effectivement des livres subventionnés. Et on ne paie pas les écrivains : on leur donne des exemplaires. Chaque volume est publié à mille exemplaires. Certains sont épuisés. Nous diffusons par plusieurs biais : lors des « workshops » que nous organisons à la Ligue une à deux fois par mois. Il y a toujours entre 20 et 25 personnes, surtout des gens qui viennent de Syrie. Notre second canal de diffusion ce sont les amis en Europe, dans la diaspora. A chaque fois qu’il y a quelqu’un qui passe par Beyrouth, nous lui donnons quelques exemplaires pour qu’il les distribue là où il va. Le troisième canal, ce sont les auteurs eux-mêmes. Rami al-‘Asheq par exemple est devenu subitement célèbre à Berlin : il a transporté 150 exemplaires de son livre Mudh lam ‘amut (Depuis que je ne suis pas mort) pour une séance de signature. Enfin, quatrième canal : les salons du livre au Liban, à Sharjah, au Caire et à Doha… Puis, au bout d’un certain temps, le livre parait sur e-book. Les 26 titres sont disponibles sur notre site en accès libre.

Nous avons reçu la première subvention de la fondation des droits de l’homme, EUROMED. La deuxième provenait d’une association établie à Paris, Initiative pour la Syrie nouvelle qui émanait de l’ARI, l’Arab Reform Institute. Récemment nous avons reçu une subvention de la Fondation Rosa Luxembourg pour une dizaine de publications.

TB: Quelle est l’image de votre maison d’édition en Syrie ? Est-elle associée à l’opposition ? Perçue comme pro-régime ? Entre les deux ? Ou en dehors de toutes prises de position, comme œuvrant pour le bien commun ?

HA : Quand nous avons lancé la collection, elle devait être ouverte à tout le monde. Même aux auteurs pro-régimes si leurs textes correspondaient à nos critères ; c’est-à-dire parler de la Syrie d’aujourd’hui et avoir une dimension littéraire. Mais nous n’avons reçu aucun texte de personnes proches du régime. Les vingt premiers auteurs ont tous participé à la révolution, à l’exception d’un seul.

Donc Bayt al-Muwâtin est probablement perçue comme une maison d’édition proche de l’opposition. C’est également le cas avec la Ligue. Nous sommes ouverts à tous, mais comme la citoyenneté a comme référence les droits de l’homme, le régime considère le simple fait de travailler sur ce thème comme un acte d’opposition. D’ailleurs nous sommes deux ou trois personnes à être fichées, dont les noms sont inscrits sur la liste d’arrestation des mukhâbarat, etc. Je suppose que ces livres sont très mal vus par le régime. Mais, dans le même temps, des écrivains reconnus vivant encore en Syrie publient chez nous car ils nous considèrent comme une maison d’édition sérieuse qui cherche à conserver quelque chose d’intéressant sur ce qui s’est passé en Syrie depuis 2011. À ce jour, pas un seul n’a été inquiété par les mukhârabat parce qu’il avait publié chez nous et seulement deux personnes ont publié sous pseudonyme.

 

Entretien décrypté et mis en forme par Camille Jaber.

« En attendant » : Le dessin comme témoignage

Les 30 et 31 mai 2018, les témoignages de réfugiés syriens au Liban étaient à l’honneur lors d’une exposition organisée par Solidarités International. Pour l’ONG française fondée en 1980, il s’agissait de valoriser ses actions sur le territoire libanais, notamment à travers la publication d’En attendant (2016).

Ce  roman graphique est le fruit de la collaboration des dessinatrices Diala Brisly, Lena Merhej, Lisa Mandel et Nour Hfaoui Fakhoury et du dessinateur Kamal Hakim, venus de France, du Liban et de Syrie. L’ouvrage a été traduit en trois langues et veut faire entendre les voix des réfugiés syriens à un public le plus large possible : il est également disponible sur Internet. L’exposition alternait entre des informations sur les conditions de vie des réfugiés et des reproductions de planches, éclairant ces données. Les sujets abordés étaient aussi variés que la vie de famille, les relations hommes-femmes, l’organisation au sein des camps ou l’accès à l’éducation, au logement, au travail et aux soins.

L’exposition permettait aussi de comprendre le choix du support bande dessinée : les dessins facilitent l’accès aux informations, tout en préservant l’intimité des personnes dessinées. Ils maintiennent leur singularité, leur qualité humaine et les représentent dans leur monde. La directrice de Solidarités International au Liban, Caroline Bouvard, explique que cet aspect humanisant du dessin leur semblait primordial pour s’affranchir des rapports et des données chiffrées produits par les nombreuses organisations internationales. 1,5 millions de réfugiés syriens au Liban en 2016, pour une population de 4 millions d’habitants. Kamal Hakim rappelle ces chiffres et thématise le problème au début de sa bande dessinée : « Le chiffre fait peur. Quand on voit débarquer une masse de personnes qui souffrent, qui manquent de tout dans un pays qui ne peut pas recevoir… C’est la panique !! Du coup on ne voit plus les visages, les sourires, les larmes… On retient juste un nombre. »

Et en effet, les cinq histoires relatées dans le livre permettent au lecteur de se plonger dans la vie de familles réfugiées dans le nord du Liban, entre la plaine du Akkar, Tripoli et Sir el Denniyeh. On rencontre Fawzia du camp Ghyayle 005, qui a adopté Nour, rencontrée sur son chemin vers l’exil au Liban : « Les femmes parlent derrière mon dos, elles disent que je ne suis pas respectable et que je travaille… Je suis devenue veuve pendant la guerre. Nour aussi était devenue orpheline de sa mère. Son père a épousé une autre femme et l’a abandonnée. » On assiste au mariage traditionnel de Salam, dans le campement de Samouniyeh. Dans la tour d’Assoun à Sir el Denniyeh qui regroupe 200 individus dans 58 chambres, on est témoin des chamailleries de Shireen et de sa voisine, qui lui reproche d’accepter d’être prise en photo, alors que c’est haram. Elle rétorque, ironique : « Et voilà, monsieur le Libanais, vous assistez en live à un débat sur ce sur quoi repose désormais l’honneur d’une femme syrienne… ». Ahmad B., « jeune sage de la tour », parle des problèmes liés à ce logement surpeuplé: d’un système mafieux qui se met en place, des réseaux de prostitution et de l’insécurité qui domine. Et on fait connaissance avec la responsable d’un camp, la Shawish Khadouch, également mère de quatorze enfants. Elle explique que ce n’est pas rare que des femmes assument cette responsabilité : « Mon mari ? Shawish ? Hahaha ! Il est pas assez futé ! ».

Après avoir dévoilé les différents destins de ces Syriens et de ces Syriennes, l’exposition s’achevait sur deux installations artistiques. A travers des barbelés étaient projetés deux films de bombardements, l’un en 2011, l’autre en 2018, attestant qu’en sept ans de conflit, rien n’avait changé. La seconde installation était impressionnante, parce qu’immersive : après un couloir labyrinthique fait de tulle noir et de fumée, à peine éclairé, le visiteur se trouvait face à des décombres, les pieds dans le sable, des vibrations de basses faisant trembler le sol. Comme après un bombardement, des objets du quotidien et des débris étaient éparpillés. Et plus loin, un autre monceau représentait ce que les familles avaient pu sauver de l’explosion, et qu’elles essaieraient  d’emmener dans leur fuite : des valises, des casseroles, des couvertures, une théière…

En attendant, il s’agit de continuer à sensibiliser les populations, particulièrement au Liban, aux problématiques des réfugiés. Ainsi, le bureau libanais de l’Unicef a lui aussi publié, en 2018, l’ouvrage Haneen. Voices of Syrian Refugee Children through Artist’s Eyes, un recueil de poèmes d’enfants syriens vivant dans des camps au Liban, accompagnés de dessins d’artistes libanais et syriens. Des initiatives culturelles comme celles-ci, où Syriens et Libanais collaborent, visent à contenir les discours de haine, auxquels sont confrontés à la fois les émigrés, mais aussi les ONG, comme le dénonce cette campagne de Solidarités International.

Crédits image : Couverture de la bande dessinée En attendant, site de Solidarités International. (https://i1.wp.com/www.solidarites.org/images/articles/Enattendant.jpg?zoom=1.5&resize=680%2C400&ssl=1)

Témoigner en faisant le choix du petit

 

Samar Yazbek, Tis’a ‘ashrata imra’a. Sûrîyât yarwina (Dix-neuf femmes. Des Syriennes racontent), Milan, Al-Mutawassit, 2018

Les études sur la révolution et la guerre en Syrie, émanant de chercheurs ou d’experts, d’activistes ou d’acteurs de la société civile se multiplient ces derniers mois. Sur les femmes syriennes, leur engagement et leurs rôles dans les évènements depuis 2011, de nombreux « témoignages » ont été publiés. Le témoignage comme genre littéraire s’est considérablement développé dans le sillage de la guerre. À la littérature dite « de prison » (Mustafa Khalifeh, La coquille ; Aram Karabet, Treize ans dans les prisons syriennes ; Yassin Haj Saleh, Récits d’une Syrie oubliée: Sortir la mémoire des prisons) se sont ajoutés des récits à la première personne du singulier : des hommes, et plus souvent encore des femmes, racontent leurs expériences et leur vécu des bouleversements qu’a connu leur pays. D’un témoignage à l’autre, l’enchainement est souvent le même : aux espoirs apportés par le soulèvement de mars 2011, succède la stupéfaction face à une violence inouïe : bombardements, emprisonnements, viols, tortures, armes chimiques, exil.

Collecter, rassembler, rédiger et publier des récits circonstanciés d’engagements et de violences subies pour les porter à la connaissance du plus grand nombre, cette pratique sociale procède d’un « besoin de vérité » face à l’intolérable. Comparable en bien des points aux témoignages parus en Europe dans le sillage des guerres et des génocides de la première moitié du XXe siècle,  elle mérite que les chercheurs s’y intéressent.

Citons en premier lieu le très bel ouvrage de Golan Haji, Ilâ ann qâmat al-harb. Nisâ’ fî al-thawra al-sûrîya (Avant que n’éclate la guerre. Des femmes dans la révolution syrienne), Beyrouth, Riad el-Rayyes Books, 2016 et la longue « Série de témoignages syriens », lancée dès 2012 par Hasan Abbas, dans laquelle figurent Ilâ ibnatî (A ma fille), Damas, Beit al-Muwâtin 2014, de l’activiste féministe Hanadi Zahlout. Nous leur consacrerons prochainement des billets. Pour l’heure, c’est l’ouvrage de Samar Yazbek, Dix-neuf femmes. Des Syriennes racontent (2018) qui nous intéresse. Ce livre donne la parole à des femmes qui bien que prises dans un faisceau de contraintes (régime de terreur, environnement ultraconservateur, ascension fulgurante des salafistes), se sont engagées dans la révolution et illustrées dans différentes actions –  éducation, aide médicale, journalisme, évènements artistiques, plus marginalement brigades armées -, chacune animée par une même espérance, celle de transformer leur société pour y établir une nouvelle réalité articulée autour de trois axiomes : « liberté », « dignité » et  « justice » (hurrîya, karâma et ‘adâla, les trois mots d’ordre du soulèvement). Pour la plupart un double combat a dû être mené : contre un régime dictatorial implacable  et contre une société qui limite le rôle des femmes sous prétexte de les protéger. L’engagement dans le soulèvement leur a donc imposé d’opérer de multiples déplacements : déplacements hors de l’ordre politique prescrit ; déplacements hors de l’environnement où elles évoluaient (leurs sphères familiales, leurs quartiers,  leurs villes natales et, lorsque l’exil est devenu nécessité, leur pays) ; déplacements, enfin, hors du carcan imposé par des normes sociales souvent intériorisées et acceptées. Invitées à revenir sur leurs expériences, les dix-neuf témoins de l’ouvrage de Samar Yazbek racontent leur stupéfaction de découvrir des pans entiers d’une société qu’elles méconnaissaient,  leurs interrogations, parfois leur colère, face à des hommes qui tentent, au nom de la religion (le plus souvent la leur pourtant) et de la bienséance, de les marginaliser et de réduire leurs activités ; leur  rage de voir les plus démunis abandonnés à leur sort et sombrer dans une violence inouïe. C’est que la sortie hors de leurs petits mondes a conduit ces femmes éduquées, issues de la classe moyenne, vers un inconnu : une Syrie qu’elles pensaient « unie », en réalité un pays « étranger à lui-même » et traversé par de multiples fractures.

Le livre de Samar Yazbek est précieux car il donne à lire des récits situés qui, ne prétendant pas raconter « toute la Syrie »,  font le « choix du petit[1] » : sans jamais s’ériger en victimes ou en héroïnes, les témoins s’en tiennent délibérément à leurs vécus  quotidiens dans des villes, des quartiers, des villages précis. À travers elles, un kaléidoscope de situations se dessine qui montre que l’histoire de la révolution et de la guerre n’a pas été la même partout. Un grand récit tend aujourd’hui à s’imposer que d’aucuns qualifient de « réaliste », offrant non seulement une chronologie unique, mais une vision sans nuance des événements. Contre ce voile opaque, cet empaquetage hermétique, ces témoignages individuels  permettent d’orienter le regard non pas vers une vérité dogmatique absolue, mais vers des vérités  toutes humaines, celles de femmes qui disent ce qu’elles ont fait, vu et ressenti, qui aussi n’hésitent pas à faire le récit des moments d’incertitude, de vacillement, de trahison qui ont jalonné leurs parcours depuis 2011.

Samar Yazbek est l’auteur de douze romans et de deux essais. Pour autant, dans Dix-neuf femmes son projet n’est aucunement de « transcender » par l’écriture la matière première que pourraient constituer ces récits. Bien au contraire, transparait dans le style de l’écriture, un sentiment d’urgence, la nécessité de révéler au plus vite et au plus grand nombre, les vérités que recèlent ces témoignages. Dans cet exercice, Yazbek met sa plume en retrait, se contentant de son rôle de « passeuse » qui consiste à sélectionner, transcrire, réduire et organiser en chapitres des témoignages en intervenant le moins possible dans leur fabrique. Il en ressort des contenus d’expériences  qui bien que subjectifs, parfois imprécis, partiels et erratiques,  constituent un matériau extrêmement précieux pour qui s’intéresse à l’histoire de la révolution et de la guerre en Syrie. Ils permettent de se ressaisir d’une réalité multiple constituée de phases consécutives et/ou partiellement enchevêtrées de contestation pacifique, de manifestation, de manipulations, de conflit total, d’interventions étrangères… Ce qui frappe dans ces gestes testimoniaux, c’est qu’ils réussissent à articuler engagement révolutionnaire et conscience critique ; qu’ils réaffirment la nécessité du soulèvement contre l’oppression, sans pour autant masquer les contradictions d’une révolution qui contre elle-même et ses revendications de « liberté », de « dignité » et de « justice » a inexorablement conduit à l’émergence d’Émirs de la guerre corrompus, violents et liberticides.

À leur façon, ces récits démontrent que jusqu’à une date récente tout était encore possible en Syrie ; que l’alternative entre le régime dictatorial d’Assad et une domination islamiste était loin d’être la seule. Ils rappellent que le soulèvement de mars 2011 a produit un monde  de projets sociétaux contradictoires et conflictuels. Certes les jihadistes ont rapidement dominé la scène de l’opposition, mais d’autres énergies – démocratique, pacifistes, libertaire, féministe – étaient à l’œuvre : sans la répression implacable dont elles ont été la cible, elles auraient pu donner une autre direction à l’histoire. « Nous ne demandions pas grand-chose, plus de dignité, plus de liberté et plus de justice. En retour  nous avons été exterminés et notre ville a été détruite »,  raconte Zayn, une jeune activiste d’Alep qui jusqu’à son départ fin 2016, a lutté pour ses idéaux avec ses armes à elle, ses connaissances en matières d’éducation et de secourisme, mises au service de ses concitoyens.

[1] Sur cette expression qui met si justement l’accent sur la modestie du projet testimonial, cf. le très bel article de Frédérik Detue et Charlotte Lacoste, « Ce que le témoignage fait à la littérature ».