Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

L’exil syrien au Liban au prisme de la kafala : une expérience masculine du refuge, entre illégalité et invisibilité

Lundi 18 novembre, 9h-12h, salle 0.004 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Leila Drif

Leila Drif est doctorante en anthropologie à l’EHESS, associée à l’Ifpo Beyrouth et fellow de l’Institut Convergence Migration. Sa thèse, préparée sous la codirection de Blandine Destremau et de Michel Agier, porte sur l’expérience d’hospitalité autour de l’accueil des réfugiés syriens dans les marges de Beyrouth. Elle propose une anthropologie critique du système de protection internationale des réfugiés à partir d’une ethnographie urbaine d’un quartier irrégulier de Beyrouth constitué en espace refuge pour les Syriens en exil. Elle est l’auteure de « Être réfugié et « volontaire » : les travailleurs invisibles des dispositifs d’aide internationale »Critique internationale, vol. 81, no. 4, 2018, pp. 21-42.

Résumé de la séance:

Le système de la kafâla (sponsorship) est le régime qui prévaut au Liban en matière de gestion de la migration syrienne depuis 2015, et ce, en l’absence de politique nationale d’asile. Sa mise en œuvre a conduit à redéfinir la condition d’extranéité des Syriens au Liban, fondée sur un triage genré de ces populations réfugiées. Outre la réflexion sur le statut hybride des réfugiés syriens que pose cette législation, elle oriente les stratégies migratoires et parcours du quotidien des Syriens vers l’illégalité, et cristallise des rapports de pouvoir qui mettent en jeu un conflit de masculinités autour de la figure de l’homme syrien. A partir de l’ethnographie d’une marge urbaine de Beyrouth, cette présentation examinera le processus de construction de vulnérabilités masculines invisibilisées, induites par le système de la kafâla. Plus largement, cette lecture genrée de l’expérience du refuge syrien se propose comme un point d’entrée pour interroger les relations d’accueil entre Syriens et Libanais, dans leurs dimensions relationnelles, intimes et mémorielles.

 

« Est » – « Ouest » sur la carte

شرقية وغربية على الخريطة

Par Rouba Kaedbey[1]

Ce billet est le fruit d’un travail réalisé au sein du programme SHAKK[2]. Il a consisté en l’élaboration d’une base de données cartographiques sur les villes syriennes en guerre. Ce travail m’a permis de disposer d’un corpus important de cartes sur ces villes et en particulier sur Alep. Ce billet propose une exploration de la guerre à Alep et cela à travers une cartographie de la division socio-économique et territoriale de la ville et une chronologie des événements pendant les années du conflit entre 2011 et 2016, prenant en compte différentes temporalités.

هذا المقال هو نتيجة بحث قمت به ضمن برنامج “شك” [3] الذي ارتكز على بناء قاعدة بيانات لخرائط المدن السورية في الحرب. في هذا الإطار تمكنت من جمع عدد كبير من الخرائط حول هذه المدن وحول حلب بشكل خاص. انطلاقاً من هذه القاعدة، أقترح في هذا المقال استكشاف الحرب في حلب من خلال قصة انقسامها مع الأخذ بعين الاعتبار التسلسل الزمني للأحداث خلال سنوات الصراع

Cartographie de la division

Alep et la division

Alep est l’une des villes syriennes les plus touchées par la guerre, en particulier sa partie Est. Ce qu’on a commencé à appeler “Est” à partir de 2012 englobe en réalité géographiquement le Nord, l’Est et le Sud de la ville (carte 1). Depuis juillet 2012, date de l’entrée d’Alep dans la guerre, la ville a été divisée entre cet « Est » élargi, placé sous le contrôle de l’Opposition (dans toute sa diversité) et une partie Ouest restée sous le contrôle de l’armée du Régime syrien. Cette division de la ville en deux est restée quasiment inchangée jusqu’en 2016[4], année de la reprise du contrôle de la totalité de la ville par les forces russes et celles du Régime.

En juillet 2012 et après plus d’un an de manifestations contre Bachar al-Assad (carte 2) et la répression qui a suivi, les rebelles ont avancé depuis le Nord de la ville et ont pris le contrôle de plusieurs quartiers, notamment des quartiers informels, habités par des populations d’origine rurale qui ont facilité leur progression (carte 5). Une ligne de front s’est dessinée et s’est à peu près stabilisée à partir d’août 2012. Un certain nombre d’auteurs[5] ont démontré que la manière dont la ville a alors été divisée était le résultat d’un clivage urbain et social beaucoup plus ancien que le conflit lui-même (carte 1) (David, 2016 ; Khaddour, 2017 ; Hajjar, 2018). Cette question sera développée plus loin, dans la première partie de la chronologie de la division.

Cette division géographique entre Alep-est et Alep-ouest est cependant restée relativement poreuse dans la mesure où un « passage » entre les deux quartiers Bustan al-Qaser (à l’Est) et Masharqa (à l’Ouest), passage nommé Ma’bar Bustan al-Qaser, permettait de se déplacer entre les deux secteurs de la ville (carte 9). Par ailleurs, certains habitants parvenaient à contourner la ville en faisant plusieurs kilomètres pour passer d’une zone de la ville à l’autre (carte 10). Lors de l’offensive loyaliste en 2016, l’armée syrienne a cependant repris le contrôle de la partie Est et la ligne de front s’est déplacée progressivement jusqu’à disparaitre complètement en décembre 2016 (carte 11).

La documentation autour des villes syriennes en guerre

La documentation cartographique sur la guerre à Alep, comme pour d’autres villes syriennes, est abondante et concerne plusieurs dimensions du conflit : les destructions, les déplacements de populations, le contrôle territorial, etc. Ne se limitant plus à leurs seules applications scientifiques et politiques, les cartes sont aussi devenues des outils essentiels pour les humanitaires et pour les activistes. Ces nouveaux usages ont été particulièrement présents durant la guerre en Syrie[6]. Par ailleurs, une documentation qualitative importante s’est développée autour des « témoignages » et récits d’hommes et de femmes qui racontent leur vécu dans la guerre. Cette littérature, qui s’adresse souvent au grand public, occupe une place importante dans les données sur la guerre depuis 2011. Elle propose des « descriptions denses » de parcours individuels qui témoignent de la violence émanant du régime de Bachar al-Assad et des groupes armés de l’opposition, notamment ceux ayant partie liée avec l’islamisme radical. Ces témoignages décrivent la ville dans la guerre et donnent des indications sur les pratiques de l’espace en situation conflictuelle.[7]

L’importance des témoignages

Des témoignages d’habitants de la ville couvrant les différentes périodes de la guerre ont été intégrés à ce travail, et cela dans le but de mettre en évidence certaines pratiques liées à la division socio-spatiale. La ville, les lieux et les trajectoires sont en effet omniprésents dans ces récits et ils sont plus qu’un arrière-plan du vécu des Aleppins et des Aleppines. Les témoignages donnent ainsi une place très importante à la dimension spatiale ; les récits de la guerre évoquent la ville, ses lieux et leurs transformations. Au-delà de l’apport des témoignages en tant que source documentaire, les micro-histoires contribuent à alimenter une réflexion sur la géographie de la ville. Les représentations cartographiques des témoignages montrent que la ligne de division est aussi une accumulation d’histoires personnelles et de « mémoires » qui sont inscrites dans la ville et qui sont susceptibles de nous éclairer sur les pratiques des habitants et la transformation de la ville dans le contexte de la division.

Corpus et méthodologie

La méthode adoptée pour la création des cartes est différente selon que celles-ci proposent une chronologie de la division de la ville ou qu’elles se rendent compte d’informations issues des témoignages :

Le corpus mobilisé autour des cartes de la division regroupe des données cartographiques et des vidéos en ligne, des références bibliographiques et des articles de presse. La chronologie choisie est divisée en quatre périodes successives : l’avant-guerre (avant 2011) ; la période de la révolte, la répression et la militarisation (2011 – Juillet 2012) ; la division de la ville entre Est et Ouest (Juillet 2012 – Avril 2016) ; la fin de la division : l’offensive loyaliste et la chute de l’est d’Alep (Avril 2016 – Décembre 2016). Ces cartes permettent de repérer les lieux emblématiques du conflit et de rendre compte de l’évolution de la division de la ville ainsi que des destructions.

Les témoignages que nous avons utilisés sont extraits de deux ouvrages : celui de Saber Darwich et de Mohammad Abi Samra[8] et celui de Samar Yazbek[9]. Le choix de ces livres a été fait en fonction de leur apport à la compréhension de la division socio-spatiale de la ville. Contrairement aux entretiens réalisés directement auprès de témoins, à qui il est possible de demander des précisions sur les lieux et les dates, il est plus complexe de cartographier des récits issus d’un ouvrage. Les informations ainsi obtenues restent lacunaires et imprécises sur les lieux concernés. Ces imprécisions sont souvent visibles sur les cartes, notamment en ce qui concerne les déplacements et les temporalités comme dans le cas des cartes qui représentent l’itinéraire d’Ahmad (carte 10) et de Zayn (carte 12) où nous n’avons pas pu rendre compte avec précision des trajets et des lieux parcourus et fréquentés. Malgré ces lacunes, l’articulation entre la cartographie de la ville en guerre et la cartographie des témoignages a contribué à une meilleure compréhension de la division.

Chronologie de la division

L’avant-guerre (avant 2011) : clivage urbain préexistant à la guerre

Dans un article[10] paru dans Les clés du Moyen-Orient, J.-C. David présente une historiographie éclairant le clivage urbain de la ville lié à l’exode rural depuis l’époque ottomane. A cette époque, la ville s’est développée en dehors des murs à l’Est en relation étroite avec le monde rural. À partir des années 1950, le nombre des migrants d’origine rurale et villageoise continue à augmenter, ce qui accentue et renforce les liens entre cette partie de la ville et les zones rurales (David, 2016). Quant à la population qui a occupé l’extension vers l’Ouest, elle se « caractérisent par la rareté des activités de contact avec le monde rural et la faiblesse du lien avec l’arrière-pays rural dans cette direction. » (David, 2016). Plus récemment, jusqu’à 2011, l’Ouest de la ville se distingue également par son plan d’urbanisme, son aspect résidentiel et par la présence d’institutions liées au pouvoir et de grandes installations modernes comme les centres commerciaux et les habitations de standing (carte 1). La division entre Alep-Est et Alep-Ouest provoquée par la guerre s’inscrit donc dans une certaine continuité selon A. Hajjar : « La césure spatiale […] clairement observée pendant la guerre, n’est que l’extension et l’accentuation d’une situation plus ancienne qui dessinait déjà de forts clivages socio-économiques » [11].

Carte – 1 – Clivages urbains avant le conflit. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

La répression : un catalyseur de la division (mars 2011 – Juillet 2012)

La violente répression menée contre les manifestations qui eurent lieues à Alep de 2011 à 2012 va bien entendu contribuer à accentuer fortement cette division de la ville. Au début de la révolte, Alep a connu des « manifestations volantes » (en arabe muzâharat tayyâra)[12] : il s’agissait de protestations qui se terminaient aussi vite qu’elles commençaient en raison de la répression menée par la police et les chabiha[13]. Les manifestations ont débuté sur le campus de l’Université, situé dans la partie ouest de la ville. Ensuite, les premières manifestations organisées en dehors de l’université ont eu lieu dans les quartiers populaires : Sayf ed-Dawla et Salah ed-Dine, qui ont donc été les deux premiers quartiers à se soulever (carte 2).

Carte – 2 – Principaux lieux emblématiques de la révolte. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Le soulèvement populaire, dans un contexte répressif, se joue aussi autour des petites histoires de révolutionnaires engagés, des stratégies de manifestations et des lieux emblématiques. Cette dimension de la révolte est présente dans l’ouvrage de Saber Darwich et Mohammad Abi Samra (2016), qui constitue une source très importante sur Alep de la révolte à la guerre. L’Université d’Alep, les places et les mosquées ont joué un rôle très important dans la poursuite de la révolte. La place Saadallah el-Jabri, à titre d’exemple, est l’un des lieux emblématiques cités par les auteurs de cet ouvrage et qui a été âprement disputé par le régime et ses opposants. Tout d’abord, elle représentait un lieu symbolique pour le régime qui y organisait toutes ses célébrations et était un lieu extrêmement protégé par les forces du régime lors du soulèvement. La place est ainsi devenue un objectif pour les manifestants qui ont développé différentes stratégies d’accès (carte 3). Parvenir à y organiser une manifestation représentait alors une victoire contre le pouvoir (Darwich, Abi Samra, 2016). Avec le temps, cette place a fini par constituer un « lieu de mémoire de la révolution », lieu où se sont tenues de nombreuses manifestations, mais aussi où ont eu lieu des arrestations et des disparitions, et où de nombreux opposants ont été tués.

Carte – 3 – Stratégies d’accès des manifestants à la place Saadallah el-Jabri. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Les agressions perpétrées par les forces du régime contre les manifestants et cela dès le début de la révolte sont à l’origine d’une division au sein de l’opposition entre partisans et adversaires de la militarisation. La montée de la répression, et le déploiement des chabiha (carte 4) – qui était visible essentiellement dans les quartiers rebelles[14] – a finalement rendu impossible la poursuite du mouvement pacifiste.

Carte – 4 – Certains quartiers de déploiement des Chabiha en 2011. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Situé au sud de la ville, Salah al-Din est le premier quartier à se soulever. C’est là aussi que les combats armés commencent en juillet 2012 (Hajjar, 2018). Ce quartier est emblématique de la guerre puisqu’il est devenu plus tard l’un des principaux bastions des rebelles et la cible de bombardements violents. En août 2012, les affrontements se sont propagés dans d’autres parties de la ville notamment les quartiers informels dans le Sud et l’Est d’Alep (carte 5).

Carte – 5 – Les affrontements de l’été 2012 entre l’armée syrienne et les groupes armés de l’opposition. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Division de la ville entre Est et Ouest (Juillet 2012 – Avril 2016)

La pénétration dans la ville des opposants armés[15] – qui appartiennent à une multitude de factions affiliées majoritairement à l’Armée syrienne libre, à des groupes islamistes sunnites comme Ahrar al-Cham, ou aussi des salafistes djihadistes comme le Front al-Nosra – a commencé dans les quartiers informels à l’Est d’Alep[16]. Après des affrontements avec l’armée du régime syrien, ces groupes armés sont parvenus à prendre le contrôle de cette partie qui dès lors sera considérée par l’opposition comme une « région libérée » (mantiqa muharrara) et par le régime comme une « région des groupes armés » (mantiqa ‘isabât musallaha). À la suite de cet évènement majeur, la ville a été divisée entre un Est sous le contrôle de l’opposition et un Ouest sous le contrôle des forces du régime. Une ligne de front s’est donc dessinée, les check-points se sont multipliés (carte 6) et l’Est de la ville a depuis lors, été la cible de bombardements destructeurs par l’armée syrienne et ses alliés (carte 7). Ces destructions massives ont transformé la ville en champ de ruines, causant dans certains cas l’effacement de quartiers entiers et ont engendré des déplacements massifs au sein de la population aleppine.

Carte – 6 – Division de la ville – Situation en 2013. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Carte – 7 – Les destructions à Alep en 2013. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Division et destruction

La stratégie de guerre qui consiste en l’effacement de quartiers entiers des villes et le déplacement massif forcé, surtout dans les parties tenues par l’opposition, prend des dimensions politiques fortes. La destruction devient ainsi plus qu’une conséquence du conflit[17]. Cette violence envers les villes, est d’un côté un moyen d’établir un changement démographique au sein de la population (chasser les habitants sans garantir leur retour), et dans certains cas comme à Homs, c’est un moyen de mettre en place des grands projets urbains à la place des quartiers rasés.

A Alep, la ligne de front révèle en effet une géographie de la destruction (Vignal, 2019, à paraitre) qui a contribué à accentuer la division entre Est et Ouest. Bien avant la chute d’Alep en 2016 et les extrêmes violences qui en résultèrent, une grande partie de l’Est de la ville avait déjà été détruite, alors que la partie ouest avait été peu touchée (carte 8) ; cette dernière a bien subi des périodes d’encerclement et des tirs sporadiques, mais la situation n’est en rien comparable avec celle que connaît l’Est.

Carte – 8 – Les destructions à Alep en 2015. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Porosité de la division

Un couloir permettait cependant le déplacement entre l’Est et l’Ouest d’Alep. Situé à la frontière entre les quartiers de Bustan al-Qaser et de Masharqa, il était appelé Ma’bar Bustan al-Qaser (carte 9). Il était situé sur le terrain d’une fourrière automobile ce qui explique qu’il était aussi appelé Ma’bar karaj al-hajez (couloir de la fourrière). Pendant plusieurs années, des milliers de personnes ont ainsi utilisé ce couloir tous les jours pour se rendre au travail, poursuivre leurs études ou pour voir leurs familles et s’approvisionner. Les francs-tireurs du côté de Masharqa étaient localisés sur les toits d’el-Qasr el-baladi (Le palais municipal) et du bâtiment de la radio et la télévision à Alep. Le nombre de victimes de ces snipers[18] a pu atteindre des dizaines de personnes par jour, au point que ce couloir fut aussi appelé Ma’bar el-mawt (couloir de la mort) (Darwich, Abi Samra, 2016).

Carte – 9 – Ma’bar Bustan al-Qaser. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Les personnes ne pouvant pas emprunter ce couloir devaient contourner la ville, éviter certaines routes et check-points. C’est le cas d’Ahmad[19] qui dut passer du quartier Aqyoul à l’Ouest à Maysaloun à l’Est pour l’enterrement de sa mère. Il parcouru ainsi 450 km pour se déplacer entre deux quartiers pourtant limitrophes. Sur la carte 10[20], qui représente son trajet approximatif, la ville d’Alep devient presque invisible par rapport à l’ampleur de son itinéraire.

Carte – 10 – Itinéraire de 450 km emprunté par Ahmad pour passer d’Alep-Ouest à ALep-Est. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

La fin de la division : l’encerclement et la chute d’Alep-Est (Avril 2016 – Décembre 2016)

L’offensive loyaliste pour la reconquête d’Alep-Est a commencé en automne 2015. Elle a été conduite par l’armée du régime et ses alliés, notamment les forces russes. Pendant toute une année, la ville a vécu des combats d’une extrême violence, la partie Est se vidant de ses habitants au fur et à mesure de l’intensification des combats. L’Est d’Alep a subi des bombardements aux barils d’explosifs et au gaz de chlore, des attaques incendiaires et des tirs d’armes à sous-munitions[21]. Témoin de ces évènements, Zayn déclare « Ce sont les pires moments de ma vie pendant la guerre » (Yazbek, 2019, p. 114). Entre avril et décembre 2016, l’armée syrienne gagne du terrain (carte 11) : « à chaque fois qu’un quartier était repris par le régime, ses habitants le quittaient : des masses humaines se déplaçaient d’un faubourg à l’autre » (Ibid, p. 117).

Carte – 11 – Contrôle territorial, juillet 2012 – décembre 2016. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

L’itinéraire de Zayn

Zayn est l’une des témoins du livre de Samar Yazbek (2019). Dans son témoignage, cette étudiante de l’université d’Alep évoque la vie quotidienne dans une ville divisée, la porosité des frontières et, finalement, la reprise en main progressive de l’Est par l’armée du régime. La trajectoire de Zayn change ainsi d’échelle et de temporalité : pour passer du récit à la cartographie, il a été nécessaire de la décomposer en plusieurs cartes. Cela a permis de « jouer sur les échelles spatiales et temporelles afin de conserver un degré d’information optimale » (Lagarde, 2018, p 102). Le témoignage de Zayn est très riche dans sa façon d’aborder l’espace (carte 12) : dix-sept lieux différents sont cités dans le texte, sans compter ceux qui sont situés en dehors de la ville. La dernière phase de son itinéraire s’avère très importante parce qu’elle parvient à traduire le mouvement massif des habitants avec le déplacement de la ligne de front.

Carte – 12 – L’itinéraire de Zayn entre 2012 et 2016. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Les déplacements de Zayn s’effectuaient dans un contexte d’incertitude ; elle avait refusé de quitter Alep entre 2011 et 2016. Pendant cette période, elle se déplaçait entre sa maison et les hôpitaux dans lesquels elle travaillait. Le 30 octobre 2013 est un jour particulier parce qu’elle décida de passer le Ma’bar al-mawt où elle s’est faite arrêter. Commence alors pour elle un voyage de nature et d’échelle différentes, d’une prison du régime à l’autre (carte 13).

Carte – 13 – L’itinéraire de Zayn dans différentes prisons. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

En 2016, après sa sortie de prison, elle fait partie de la foule qui se déplace avec l’avancée de l’armée syrienne et l’effacement progressif de la ligne de front, avant de quitter définitivement la ville : « au fur et à mesure de la progression de l’armée, je reculais en suivant le mouvement massif de la population d’Alep » (carte 14). Zayn, comme beaucoup d’autres aleppins, a vu se former, se transformer et finalement disparaître la division de leur ville.

Carte – 14 – L’itinéraire de Zayn entre novembre et décembre 2016. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Diviser, « nettoyer[22] » et remodeler

La division d’Alep en deux grandes zones est un long processus qui a donc commencé bien avant la guerre et qui désormais se poursuit encore, malgré la disparition de la ligne de front en 2016. Pendant les années de guerre, les quartiers Est ont été vidés d’une grande partie de leur population et ont vu disparaître une grande portion de leur tissu urbain. La structure urbaine, telle qu’elle se donne à voir aujourd’hui rappelle l’existence d’une ligne de division qui prend une autre forme physique : elle sépare la ville détruite de la ville épargnée (cartes 7, 8 et 15). La partie Est contrairement à l’Ouest est « nettoyée », « effacée », « rasée ». Elle prend aussi une forme symbolique : la division restera longtemps ancrée dans la mémoire des Aleppins, tel Zayn, qui sont restés ou qui ont quitté la ville dans l’espoir d’y retourner un jour.

Cette division est toutefois susceptible de disparaître au moins sur le terrain, avec la mise en place par le régime de stratégies de reconstruction s’inscrivant dans la continuité des opérations de destruction plus directement liées au conflit : « Il est clair que l’objectif de reconquête n’est pas seulement de récupérer un ensemble de quartiers pour les réintégrer à l’entité urbaine et reconstituer une unité qui a toujours été partielle et inégale, mais au mieux de récupérer un espace nettoyé de ses habitants pour l’urbaniser à nouveau suivant de nouvelles normes et éventuellement en partie avec de nouveaux habitants et des nouvelles activités » (David, 2016). Le régime met en place tous les outils nécessaires pour la constitution de ces « nouvelles normes » ; par exemple, la mise en place des différentes lois liées à la confiscation des propriétés et plus récemment, en mars 2019, l’annonce par le conseil municipal d’Alep de la création d’une société holding de la ville[23] comme celle de Marota City à Damas. La reconfiguration prévue des villes syriennes annonce donc un non-retour des réfugiés dans leurs habitations, notamment ceux qui vivaient dans les quartiers informels et défavorisé comme ceux de l’Est d’Alep, et une homogénéisation des territoires.

Carte – 15 – Les destructions à Alep en 2016. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Bibliographie

Boissière, Thierry et David, Jean-Claude (dir.), Alep et ses territoires : Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth, Presse de l’Ifpo, 2014. URL : <http://books.openedition.org/ifpo/6621>, ISBN : 9782351595275, DOI : 10.4000/books.ifpo.6621.

Darwich, Saber et Abi Samra, Mohamad, Ma’âsî Halab, al-thawra al-maghdura wâ rasâ’il al-muhâsarîn, (Les tragédies d’Alep, la révolution trahie et les lettres des assiégés), Al-Mutawassit, 2016.

David, Jean-Claude, « Comment l’histoire explique l’actualité d’Alep (2/3). Quelles raisons historiques peuvent-elles expliquer que la ville soit un enjeu aujourd’hui ? », Les clés du Moyen-Orient, 2016. URL : <https://www.lesclesdumoyenorient.com/Comment-l-histoire-explique-l-actualite-d-Alep-Partie-2-Quelles-raisons.html>

Creative Memory, Chroniques de la révolte syrienne : Des lieux et des hommes 2011-2015, traduit par N. Bontemps, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2019. URL :  <http://books.openedition.org/ifpo/12765>, ISBN : 9782351595473, DOI : 10.4000/books.ifpo.12765.

Hajjar, Abboud, « « Alep-Est » et « Alep-Ouest », territoires marqués par des divisions socio-économiques, puis espaces de guerre », Les Cahiers d’EMAM. Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée, no30, 2018. URL : <https://journals.openedition.org/emam/1544>, DOI : 10.4000/emam.1544

Khaddour, Kheder, Consumed by War The End of Aleppo and Northern Syria’s Political Order, Friedrich-Ebert-Stiftung, 2017. URL : <http://library.fes.de/pdf-files/iez/13783.pdf>

Lagarde, David, Sur les routes de l’exil syrien : récits de vie et parcours migratoires des réfugiés de Deir Mqaren, thèse en géographie sous la direction de D. Eckert et O. Pliez, Toulouse 2, 3 juillet 2018. URL : <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01955981/>

Vignal,  Leila, « Destruction-in-Progress: Revolution, repression and war planning in Syria (2011 onwards)”, Built Environment, Special issue ‘Urban Violence’, Vol. 40, n°3, 2014. URL : <https://doi.org/10.2148/benv.40.3.326>, DOI : 10.2148/benv.40.3.326

Vignal, Leila, « Guerre et destructions urbaines en Syrie », (à paraitre).

Yazbek, Samar, 19 femmes. Les Syriennes racontent, traduit par E. Aubin-Boltanski et N. Chehayed, Paris, Editions Stock, 2019. URL : <https://www.editions-stock.fr/livres/la-cosmopolite/dix-neuf-femmes-les-syriennes-racontent-9782234086043>

Rapports

Breaking Aleppo, Atlantic Council, 2017. URL : <https://www.publications.atlanticcouncil.org/breakingaleppo/>

City Profile Aleppo, UN HABITAT, Swiss Agency for Development and Cooperation SDC, 2014.

Country Profile Syria, UN HABITAT, 2016.

Five years of conflict: the state of cultural heritage in the Ancient City of Aleppo, UNESCO / UNITAR, 2018.

Mapping the conflict in Aleppo, Syria, Caerus, First Mile Geo, American Security Project, 2014. URL : <https://www.americansecurityproject.org/mapping-the-conflict-in-aleppo-syria/>

Tokmajyan, Armenak. Aleppo Conflict Timeline, The Aleppo Project, 2016. URL : <https://www.thealeppoproject.com/aleppo-conflict-timeline/>

Cartographie UNITAR / UNOSAT : http://www.unitar.org/unosat/maps/SYR

Notes

[1] Rouba Kaedbey est doctorante en aménagement au laboratoire CITERES – Equipe monde arabe et méditerranée (EMAM) à l’Université de Tours. Sa thèse porte sur l’accès aux ressources de la ville dans les quartiers informels à travers l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth. Elle a rejoint l’équipe du programme Shakk en Janvier 2019 pour participer à la construction d’une base de données permettant l’élaboration d’un Atlas des villes syriennes en guerre.

[2] « SHAKK : De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes » est un programme de recherche financé par l’ANR qui vise à comprendre les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011. Pour plus d’informations : https://shakk.hypotheses.org/

[3] « SHAKK : De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

.2011 شك هو برنامج بحثي تموله وكالة الأبحاث الوطنية الفرنسية ويهدف إلى فهم الاضطرابات في سوريا منذ العام https://shakk.hypotheses.org/ : لمزيد من المعلومات

[4] Des combats ont cependant eu lieu dans des quartiers situés sur la ligne de front tout au long de la période.

[5] David, Jean-Claude. « Comment l’histoire explique l’actualité d’Alep (2/3). Quelles raisons historiques peuvent-elles expliquer que la ville soit un enjeu aujourd’hui ? », Les clés du Moyen-Orient, 2016. Hajjar, Abboud. « « Alep-Est » et « Alep-Ouest », territoires marqués par des divisions socio-économiques, puis espaces de guerre », Les Cahiers d’EMAM. Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée, no30, 18 avril 2018. Khaddour, Kheder. Consumed by War The End of Aleppo and Northern Syria’s Political Order, Friedrich-Ebert-Stiftung, 2017.

[6] Un billet sur certaines sources cartographiques de la guerre à Alep sera publié prochainement dans les Carnets SHAKK.

[7] Darwich, Saber et Abi Samra, Mohamad, Ma’âsî Halab, al-thawra al-maghdura wâ rasâ’il al-muhâsarîn, (Les tragédies d’Alep, la révolution trahie et les lettres des assiégés), Al-Mutawassit, 2016. Creative Memory, Chroniques de la révolte syrienne : Des lieux et des hommes 2011-2015, traduit par N. Bontemps, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2019. Yazbek, Samar, 19 femmes. Les Syriennes racontent, traduit par E. Aubin-Boltanski et N. Chehayed, Paris, Editions Stock, 2019.

[8] Il s’agit du témoignage d’Ahmad dans : Darwich, Saber et Abi Samra, Mohamad, Ma’âsî Halab, al-thawra al-maghdura wâ rasâ’il al-muhâsarîn, (Les tragédies d’Alep, la révolution trahie et les lettres des assiégés), Al-Mutawassit, 2016.

[9] Il s’agit du témoignage de Zayn dans : Yazbek, Samar, 19 femmes. Les Syriennes racontent, traduit par E. Aubin-Boltanski et N. Chehayed, Paris, Editions Stock, 2019.

[10] David, Jean-Claude, « Comment l’histoire explique l’actualité d’Alep (2/3). Quelles raisons historiques peuvent-elles expliquer que la ville soit un enjeu aujourd’hui ? », Les clés du Moyen-Orient, 2016.

[11] Hajjar, Abboud, « « Alep-Est » et « Alep-Ouest », territoires marqués par des divisions socio-économiques, puis espaces de guerre », Les Cahiers d’EMAM. Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée, no30, 18 avril 2018.

[12] Traduction adoptée dans l’ouvrage : Creative Memory, Chroniques de la révolte syrienne : Des lieux et des hommes 2011-2015, traduit par N. Bontemps, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2019.

[13] Les Chabiha sont « des groupes d’hommes armés en tenue civile qui agissent en faveur du gouvernement du parti Baas de Syrie ».

[14] La carte 4 montre les premiers déploiements visibles des Chabiha dans des quartiers soulevés.

[15] L’opposition armée syrienne est formée au départ par d’anciens officiers de l’armée régulière et par des civils qui se sont militarisés pour s’opposer à la répression de l’armée du régime. En juillet 2011, l’Armée syrienne libre, issue de l’opposition, se forme et à ce moment-là elle représente la principale force armée face au régime syrien, regroupant plusieurs dizaines de factions. A partir de 2012, la radicalisation de l’opposition armée provoque sa fragmentation, certains opposants armés ont rejoint des groupes islamistes plus ou moins radicaux comme Jabhat al-Nusra et le Front islamique.

[16] Les liens entre l’Est et le monde rural, où a commencé la militarisation, sont plus forts, ce qui a facilité la pénétration des groupes armés de l’opposition.

[17] Voir les textes de Leila Vignal à ce sujet notamment : Vignal, Leila, « Destruction-in-Progress: Revolution, repression and war planning in Syria (2011 onwards)”, Built Environment, Special issue ‘Urban Violence’, Vol. 40, n°3, 2014.

[18] Voir la dernière partie de l’article sur l’histoire de Zayn.

[19] Ce témoignage est tiré du livre de Saber Darwich, et Mohammad Abi Samra, Ma’âsî Halab, al-thawra al-maghdura wâ rasâ’il al-muhâsarîn (Les tragédies d’Alep, la révolution trahie et les lettres des assiégés), al-Mutawassit, 2016.

[20] Dans son témoignage, Ahmad cite uniquement les villes dans lesquelles il a dû passer, avec quelques précisions d’orientations ce qui n’a pas permis d’avoir une carte plus précise de son itinéraire.

[21] Breaking Aleppo, Atlantic Council, 2017.

[22] Terme de J-C David, 2016.

[23] Plusieurs journaux en ligne ont diffusé cette information en mars 2019, parmi ceux-ci : halabtodaytv.net, eqtsad.net, syria-alyom.com entre autres.

Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

Liban-Syrie : circulations et réactivations des réseaux militants en guerre (2011-2018)

Lundi 4 novembre, 9h-12h, salle 0.004 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera consacrée à la présentation du dossier Liban-Syrie : circulations et réactivations des réseaux militants en guerre (2011-2018) paru en septembre 2019 dans la Revue Internationale de Politique Comparée. Elle sera animée par Erminia Chiara Calabrese et Marie-Noëlle AbiYaghi

Erminia Chira Calabrese est chercheuse post-doctorante au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor) à l’EHESS de Paris. Ses recherches actuelles portent sur la sociologie de la guerre, les engagements partisans armés et les chiismes politiques Elle est l’auteure notamment de Militer au Hezbollah. Ethnographie d’un engagement dans la banlieue sud de Beyrouth (Ifpo/Karthala, 2016), « On n’arrive jamais seul au parti ». Parcours d’engagement des jeunes au sein du Hezbollah libanais, Agora débats/jeunesses,80(3), 2018, p. 100-116 ; Genre et militantisme au sein du Hezbollah libanais,Socio, 11, 2018, 77-96.

Marie-Noëlle AbiYaghi est politiste. Elle dirige Lebanon Support, un centre de recherche multidisciplinaire qui se fonde sur l’usage innovant des sciences sociales et des technologies numériques et favorise les synergies entre la recherche scientifique et l’expertise. Co-éditrice de Civil Society Review, elle est aussi membre du Arab Council for Social Science, et est chercheuse associée à l’Ifpo de Beyrouth. Ses recherches portent principalement sur les formes d’engagement politique et l’action collective. Parmi ses publications les plus récentes : “Political Identities and Antisectarian Movements. From isqat an-nizam at-ta’i to the Garbage Crisis Movement” (avec Myriam Catusse, Miriam Younes) In Rosita di Peri, Daniel Meier (Eds.), Lebanon facing the Arab Uprisings. Constraints and Adaptation, Palgrave 2017 ; “Militer par “projets”. Fragmentation et reproduction de l’espace contestataire féministe au Liban », Nouvelles Questions Féministes, 35(2), Octobre 2016 ; “Liban : le mouvement ‘pour la chute du système confessionnel’ et ses limites”(avec Myriam Catusse) In Michel Camau, Frédéric Vairel, Soulèvements populaires et recompositions politiques dans le Monde arabe,Editions des Presses Universitaires de Montréal, 2014.

Les réseaux militants entre le Liban et la Syrie depuis 2011

Un dossier la Revue Internationale de Politique Comparée

Coordonné par Erminia Chiara Calabrese et Marie-Noëlle AbiYaghi

Avec une postface d’Élizabeth Picard

Le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 a engendré un regain d’intérêt des sciences sociales pour ce pays et les relations complexes qu’il entretient avec son voisin libanais, hôte d’une des plus grandes concentrations de réfugiés syriens. Parmi les travaux sur la crise syrienne, nombreux sont ceux qui se sont penchés sur l’impact de cette « crise » sur le Liban. Certains ont mis en exergue les dangers d’une « guerre par procuration » ou le débordement du conflit syrien au Liban ; d’autres ont notamment analysé le système d’accueil des réfugiés syriens par l’État libanais, les restrictions sécuritaires dont ils sont l’objet et les réorientations de leurs pratiques économiques.

Ce dossier de la Revue Internationale de Politique Comparée se propose de déplacer la focale et d’analyser les processus de circulations et de réactivations de réseaux militants entre le Liban et la Syrie à l’aune du conflit depuis 2011.

Le conflit en Syrie met en lumière la perméabilité de l’espace politique libanais, sur lequel il a indéniablement des effets structurants. Si, depuis 2011, les gouvernements libanais successifs se réclament officiellement d’une doctrine de « dissociation » en politique étrangère, c’est-à-dire d’une sanctuarisation de la vie politique nationale à l’écart des crises régionales, le conflit en Syrie divise les acteurs politiques libanais entre adversaires et partisans du régime baathiste. Nombreux sont les militants-combattants du Hezbollah, du Parti communiste ou du Parti social nationaliste syrien notamment, à se joindre aux troupes du régime de Damas. D’autres, libanais ou palestiniens, rejoignent les rangs des factions rebelles ou jihadistes. Dans la rue, le mouvement « isqat al-nidham al-ta’ifi  (pour que tombe le régime confessionnel) », qui voit le jour dans la foulée des « printemps arabes » en 2011 et fait référence aux soulèvements tunisien, égyptien, yéménite ou bahreïni, se divise rapidement sur la question de la prise de position vis-à-vis du régime baathiste (Abi-Yaghi & Catusse, 2014). Concomitamment, plusieurs militants syriens ont été forcés comme un grand nombre de leurs concitoyens à quitter leur pays d’origine, et c’est au Liban que certains d’entre eux ont continué leurs activités militantes.

 L’effort guerrier, la figure du révolutionnaire ou du combattant, les exactions et les violences sont les images les plus patentes, documentées et partagées via Internet, depuis 2011. Le conflit en Syrie se répercute surtout au Liban par de multiples mobilisations, politiques ou humanitaires, certaines marginales, réactivant les idéologies séculières et de gauche des années de la guerre civile, la plupart prenant des formes plus visibles et institutionnalisées de solidarité.

Ce numéro de revuese propose de croiser des terrains proches géographiquement, similaires, mais différents, tout en déjouant les écueils d’une simple comparaison. Les différentes contributions qu’on y trouve ont en commun de prendre comme point de départ les acteurs sociaux eux-mêmes et leurs itinéraires, et de toujours les observer « en contexte », d’une part, en Syrie, dominé par un régime autoritaire en guerre, et d’autre part, au Liban, où prévaut une situation permanente d’anticipation de résurgence de la violence (Hermez, 2017). Des combattants du Hezbollah libanais engagés dans la guerre en Syrie (Calabrese) à la circulation de militants palestiniens dans l’espace syro-libanais (Napolitano), en passant par les processus de professionnalisation au Liban de réfugiés-révolutionnaires syriens (Fourn) et par la transformation des carrières et des capitaux sociaux militants à l’aune de la réactivation et de la recomposition de traditions d’engagement politique plus anciennes (AbiYaghi et Younes), en observant aussi les effets structurants de la violence sur les biographies individuelles (Trombetta), les différentes contributions à ce numéro, considèrent les multiples modes d’action du militantisme, politique, armé, associatif et/ou humanitaire, comme un continuum – d’autant qu’ils peuvent coexister dans une même trajectoire.

De manière plus générale, ce dossier ambitionne d’ouvrir un débat au sein de la sociologie de l’action collective qui s’est souvent attelée à l’étude de mouvements politiques, civils ou civiques dans des contextes pacifiés cantonnant dans ses marges le questionnement des engagements armés, sauf à de rares exceptions (Sommier, 1993 et 2000 ; Gayer, 2009). Dans cette perspective, deux questions principales nous ont animés auxquelles les différentes contributions à ce dossier tentent d’apporter des éléments de réponse. D’abord, la question de la crise en tant qu’accélérateur physique de l’espace-temps (al-zamakan) : elle précipite indéniablement des individus dans la rue, invite à l’engagement militant, et/ ou au combat armé ; elle fluidifie les statuts militants. Au-delà des effets d’oxymore, elle brouille les pistes de réflexion, rendant parfois les catégories d’analyse peu heuristiques. Il s’agit ensuite de questionner ce que la guerre fait au militantisme « en mouvement », au croisement de la sociologie de l’action collective et des migration studies. Manifester en contexte autoritaire, braver l’interdit, faire face à la répression, la prison, la mort ; fuir, transformer et réinventer son engagement, renverser l’image du réfugié passif. Au fil des micro-histoires de militants, ce dossier interroge les effets structurants des exils forcés de militants « en mouvement » sur les biographies individuelles, les carrières militantes et les reconversions, et sur les transformations de capitaux militants.

L’article de Marie-Noëlle AbiYaghi et Mariam Younes  étudie  les  carrières des activistes syriens au Liban et retrace les notions d’engagement, de révolution et de mobilisation ainsi que les réseaux de solidarité et de résistance au sein de ces cercles militants. À travers les récits de vie et les carrières de militants basés au Liban, les recherches portent sur les expériences et pratiques vécues par les militants, leurs débats contradictoires, leurs réseaux de solidarité, leurs stratégies et leur invisibilité dans l’espace public, et les suivent jusqu’à la « fin » de leur engagement au Liban.

L’article d’Erminia Chiara Calabrese analyse les parcours multiples des combattants du Hezbollah libanais engagés dans le conflit syrien. L’auteure révèle d’une part la diversité des positionnements face à la décision de prendre part au combat, et d’autre part les (ré-)enchantements, les désenchantements et les doutes qui accompagnent constamment les parcours de ces hommes en armes. L’approche ethnographique de longue durée, permet d’éviter le piège d’une lecture en termes de « consentement aveugle » et met en lumière les fluctuations dans ces engagements et les adaptations continuelles que ces combattants font entre idéal et réalité de la guerre.

Léo Fourn analyse les modulations, continuités et discontinuités du militantisme dans un contexte de guerre et d’exil. Le cas étudié est celui du passage d’un engagement contestataire au travail humanitaire, à partir de l’analyse de parcours de militants syriens réfugiés au Liban. Après avoir quitté la Syrie où ils ont participé au soulèvement contre le régime, une partie de ces militants se sont engagés au Liban dans l’action humanitaire auprès des réfugiés les plus démunis. Il s’agit de questionner la façon dont le contexte d’exil infléchit les parcours militants en question, en analysant l’émergence d’une nouvelle offre d’engagement.

L’article d’Elisabeth Longuenesse met en lumière certains aspects de la circulation des mots du militantisme entre le français, l’anglais et l’arabe, des idées et conceptions dont ils sont porteurs, et des effets ou implications de cette circulation entre ces trois langues. Il revient sur leur histoire et s’efforce d’en repérer les usages et les équivalences, ou les décalages d’une langue à l’autre. Il s’appuie pour ce faire sur deux types de matériau : d’une part les rubriques correspondantes dans quelques dictionnaires, d’autre part un court corpus de textes dans les trois langues, en s’attachant plus particulièrement à ceux qui ont précisément fait l’objet d’une traduction vers ou de l’une de ces trois langues.

Valentina Napolitano étudie comment les circulations transnationales affectent les parcours, les représentations et les formes d’engagements militants en s’intéressant aux circulations des réfugiés palestiniens au sein de l’espace syro-libanais. L’auteure montre comment  les circulations des militants favorisent le transfert d’idées et de savoir-faires, constituent parfois le seul moyen de poursuivre une mobilisation devenue impossible au sein du pays de résidence. La mise en place de réseaux transfrontaliers engendre, en outre, une capacité accrue de reconversion et de transformation du militantisme, elle facilite la recomposition de la vie des militants en contexte d’exil.

Dans son article Lorenzo Trombetta analyse le parcours des militants syriens qui ont abandonné la lutte armée au profit de l’engagement militant pacifique ainsi que le parcours de certains d’entre eux qui ont quitté des mouvements non-violents pour prendre les armes en Syrie. Dans un contexte toujours plus fragmenté, cette contribution explore le rôle de la violence dans ses différentes significations, en tant que vecteur crucial dans le changement des comportements et propose l’analyse des récits de plusieurs militants syriens opérant dans des zones géographiques variées contrôlées par le régime ou par les groupes d’opposition, inclus des zones contrôlées par l’Organisation de l’Etat islamique.   À partir d’un travail sur une base de données bibliographique portant sur la guerre du Liban, complétée par un travail sur l’historiographie naissante de la guerre en Syrie, la contribution de Pierre France propose une série d’hypothèses de travail sur des formes de narration communes à ces deux guerres. L’auteur montre comment plusieurs topoï de l’écriture de la guerre émergent : des objets privilégiés, des formes de narration, et autant de manières de contourner ou intégrer la situation sociale que vivent des témoins de ces deux conflits.

Syria Today Social, Political and Economic Changes At the interface between National Territory and Migratory Spaces

Institut français du Proche-Orient, Amman

Syria Today

Social, Political and Economic Changes

At the Interface between National Territory and Migratory Spaces

International Scientific Symposium

29 & 30th September 2019

at the French Institute (Jabal al-Lweibdeh)

Programme 

Sunday 29th September 2019

9:00-9:15

Welcoming of the participants

9:15-9:30

Welcome Speech

9:30-9:45

Introduction : Valentina Napolitano, Myriam Ababsa, Jalal Al Husseini (Ifpo)

9:45-10:30

Keynote speech : Local and transnational reconfigurations of the Syrian society.

Leïla Vignal (Rennes 2 / Oxford) 

10:30-11:00

Coffee break

11:00-13:00

Panel 1. Social Transformations

Discutant: Jalal Al Husseini (Ifpo)

11:00-11:30

From the Political to the Social: The Speed and Depth of Revolutionary Transformations. Charlotte Loris-Rodionoff (University College London)

11:30-12:00

The Transformation of Family Sphere among Syrians in Jordan. Valentina Napolitano (Ifpo)

12:00-12:30

Syrians under the kafala system: anthropological perspectives on a social fragmentation foretold.

Leïla Drif (EHESS)

12:30-13:00

Debate

13:00-14:15

Lunch Break

14:15-17:15

Panel 2. Economic Dynamics and Humanitarian Assistance in the context of uncertain reconstruction

Discutant : Kamel Doraï (CNRS, Ifpo)

14:15-14:45

Structural, Economic and Geographic Changes of the Syrian Business Community.

Pauline Khoury (Institut Français de Géopolitique)

14:45-15:15

The Impacts of the Syrian Government Political Economy on the Socio-economic and Societal Structures of Syria. Joseph Daher (European University Institute)

15:15-15:30

Coffee Break

15:30-16:00

Raqqa Governance and Reconstruction Challenges. Myriam Ababsa (Ifpo)

16:00-16:30

Long Term Migrations and Agro-pastoral Resilience: Syrian Pastoralists in Jordan.

Mathilde Gingembre (Associate researcher, PASTRES project)

16:30-17:15

Debate

18:30-19:30

Public Round-Table

Around the books: Chroniques de la révolution syrienne by Sana Yazigi (Creative Memory) and Syria after the Uprising by Joseph Daher (European University Institute)

20:00

Dinner

Monday 30th September 2019 

9:00-13:00

Panel 3. Political Powers and Actors #Syria

Discutant : Patrick Haenni (Centre for Humanitarian Dialogue)

9:00-9:30

The rise of the Islamic State post-Caliphate: how counter-insurgency governance patterns are fueling an ISIS resurgence in Deir ez Zour. Ahmad Mhidi (Centre for Humanitarian Dialogue)

9:30-10:00

The Return of the Security State in Assad’s Syria. Agnès Favier (European University Institute)

10:00-10:30

Collective Kidnappings of Minority Members in Syria: Confessional and Political Recompositions in Wartime. Anna Poujeau (EHESS)

10:45-11:15

Coffee Break

11:15-11:45

Territories of Revolt, Combat and Refuge. Geography of the Syrian Crisis in Long Term History. Matthieu Rey (IFAS-recherche/ Wits History Workshop)

11:45-12:15

Reconsidering Governance from Below: Experiences and Models of Autonomous Governance,

Civil Society Inclusiveness and Decentralization in Conflict and Post-conflict Syria.

Aurora Sottimano (Centre Syrian Studies at St Andrews University)

12:15-13:00

Debate

13:00-14:15

Lunch Break

14:15-15:45

Panel 4. Political Powers and Actors #Syria/region

Discutant : Lorenzo Trombetta (journalist)

14:15-14:45

Institutional Production and Governances Modes of the “Kurd movement” in Syria: a Revolution within Syria Revolution ? Arthur Quesnay (Paris 1) Patrick Haenni (Centre for Humanitarian Dialogue).

14:45-15:15

Hezbollah’s Fighters Path in the Syrian war. Chiara Calabrese (EHESS/Cesor)

15:15-15:45

Political Geographies of Transitional Justice Perspectives of Syrian Refugees in Germany and Lebanon. Julie Bernath (Swiss Peace)

15:45-16:15

Debate

16:15-16:30

Coffee Break

16:30-17:30

Conclusion, Elizabeth Picard (CNRS)

Séminaire Ifpo : La question du nihilisme, entre littérature et témoignage (11/06/2019)

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Mardi 11 juin 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animée par deux intervenants :

Catherine Coquio

Catherine Coquio, professeur de Littérature comparée à Paris Diderot. A cofondé l’Association Internationale de Recherches sur les Crimes contre l’Humanité et les Génocides (1997-2008), créé le centre Littérature et savoirs à l’épreuve de la violence politique (2000-2008), aujourd’hui membre du Cerilac, cycle « Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du ‘monde’ ?». Travaille sur nihilismes et utopismes, écritures de l’histoire et imagination du temps, la violence politique, les littératures de témoignage, les régimes de vérité, l’idée de monde. Auteure de : Rwanda. Le réel et les récits (2004) ; L’art contre l’art. Baudelaire, le joujou moderne et la décadence (2006) ; L’Enfant et le génocide (2007, avec A. Kalisky) ; La littérature en suspens (2015) ; Le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire (2015). A (co)édité les collectifs : Mécislas Golberg, passant de la pensée (1995) ; Parler des camps, penser les génocides (1999). L’Histoire trouée. Négation et témoignage (2003) ; Retour du colonial ? (2008) ; La Question animale entre sciences, littérature et philosophie (2011), Littérature et histoire en débats (2012) ; Roms, Tsiganes, Nomades : un malentendu européen (2014) ; Imre Kertész (2016) ; Accélérations (2016), Rwanda, 1994-2014. Histoire, mémoires et récits (2017), Apocalypse : une imagination politique (2018).A édité : Berthe Kayitesi : Demain ma vie. Enfants chefs de famille dans le Rwanda d’après (2008) ; Otto B. Kraus, Le Mur de Lisa Pomnenka (2013) ;Mécislas Golberg. Disgrâce couronnée d’épines et Lettres (2018). A créé en 2011 la collection « Littérature Histoire Politique » chez Garnier où ont paru Écrits libres de Syrie de F. Mermier. A coorganisé avec Nisrine Al Zahre le cycle Syrie : à la recherche d’un monde (déc 2017-jvier 2018. Colloque en ligne : https://diderot-tv.univ-paris-diderot.fr/syrie-la-recherche-dun-monde-0). Co-fondatrice du Comité Syrie-Europe en 2016.

Textes en ligne sur la Syrie : https://lundi.am/A-quoi-bon-encore-le-monde-Nihilisme-naivete-negation; https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/12/05/syrie-existe-augier/

Nibras Chehayed

Nibras Chehayed est membre de l’ANR Shakk. Il a une formation pluridisciplinaire en architecture, en théologie et en philosophie. Il est l’auteur de plusieurs articles spécialisés en philosophie, en politique et en littérature publiés au Liban, en France et aux États-Unis, et d’un livre en arabe intitulé Entre le Dieu perdu et le corps retrouvé (Editions Bayt al-Muwâtin, 2014). En 2018, il a soutenu une thèse de philosophie à l’École normale supérieure de Paris. Intitulée Écrire le corps : Entre Nietzsche et Derrida, elle est en cours de publication aux Éditions Garnier Classiques. Titulaire d’une bourse Marie Curie, il commence bientôt une recherche postdoctorale portant sur le corps tragique dans le contexte syrien actuel à l’Université Paris-Diderot et à l’Ifpo au Liban. Avec Emma Aubin-Boltanski il a traduit 19  Femmes : Des Syriennes racontent (تسع عشرة امرأة. سوريات يروين) à paraître en septembre 2019 aux Éditions Stock.

Résumé de la séance :

Quel sens peut-on donner à l’acte de témoigner dans le contexte de guerre et de destruction que connaît la Syrie depuis 2011 ? À quoi sert la fiction littéraire ? Quelles visées attribuer aux récits de la révolution et de la guerre qu’on continue, malgré tout, à raconter ? À partir d’une analyse du roman La Mort est une corvée (الموت عمل شاق) (2015) du romancier Khaled Khalifa, Catherine Coquio et Nibras Chehayed tenteront d’abord une réflexion sur le nihilisme dans le contexte syrien actuel. Ce roman qui semble affirmer la victoire de l’absurde, la destruction des valeurs et le nivellement de la vie et de la mort intrigue. Catherine Coquio et Nibras Chehayed proposeront ensuite quelques réflexions sur les formes de résistance au non-sens à partir des livres de Samar Yazbek : Feux croisés. Journal de la révolution syrienne (تقاطع نيران. من يوميات الانتفاضة السورية) (2012), Les portes du néant (بوابات أرض العدم) (2015), qui peuvent être définis comme des « témoignages littéraires » et 19 Femmes : Des Syriennes racontent (تسع عشرة امرأة. سوريات يروين) (2018), recueil de témoignages à multiples voix.  En élargissant à d’autres contextes (Shoah et génocide rwandais) seront également évoqués les rapports des littératures de témoignage au tragique et à la destruction du tragique.

Offre de stage de chargé·e de traitement de collections

Appel à candidature pour un stage de chargé·e de traitement de collections au sein du programme de recherche financé par l’ANR « Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

Profil requis

  • Être inscrit.e en master 1 ou master 2 en sciences humaines et sociales
  • Être arabisant·e
  • Intérêt pour la Syrie contemporaine et pour les sources audiovisuelles

Mission principale

  • La ou le stagiaire aura pour tâche de compiler des fichiers vidéo issus des différents acteurs de la révolte et de la guerre en Syrie, de les constituer en fonds documentaire structuré, de les décrire et de les indexer dans la base BnF-Archives et manuscrits. Les corpus seront déjà pré-constitués par les chercheurs du programme de recherche ANR Shakk
  • Pendant la durée du stage la ou le candidat·e retenu.e sera formé·e aux problématiques et enjeux liées au programme de recherche ainsi qu’aux outils numériques utilisés.

Missions secondaires

  • Participer à la vie scientifique du programme de recherche (échanges sur la liste de diffusion et veille informationnelle)
  • Participer à la mise à jour et à la rédaction du Carnet de recherche du programme

Compétences

  • Bonne connaissance de la Syrie contemporaine
  • Capacité à traiter et à assimiler la documentation en langue arabe (arabe standard et arabe dialectal syrien)
  • Connaissances de base en techniques documentaires
  • Capacité à travailler en équipe

Dates

  • Date limite de dépôt de candidature : 15 juin 2019
  • Début du stage : 15 octobre 2019

Conditions

  • Durée du stage : de 3 à 6 mois.
  • Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur.
  • Lieu : Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel), site François Mitterrand, Quai François Mauriac, 75706 Paris

Candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Alain Carou (alain.carou@bnf.fr), Jean Christophe Peyssard (jc.peyssard@ifporient.org) et  Cécile Boëx (cecile.boex@ehess.fr)

Colloque : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web (29-30/05/2019)

Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie

أرشيفات رقمية جديدة في الشرق الأدنى: الصوت والصورة والأفلام والويب

تحديات تبادل البيانات الميدانية في لبنان والأردن وسوريا

محاضرات وجلسات نقاش باللغة الفرنسية مع ترجمة فورية للغة العربية

:المدخل مفتوح للجميع بعد التسجيل

nanpo@sciencesconf.org

برنامج المؤتمر باللغة العربية

Résumé

Les chercheurs en sciences humaines et sociales qui ont choisi le Proche-Orient comme terrain d’investigation scientifique depuis le XIXe siècle ont constitué des fonds documentaires comprenant tous les types de sources. Chercheur·e·s libanais·es, syrien·nne·s, jordannien·ne·s et français·es ont produit et mobilisé des corpus de notes et carnets de terrain ou de fouilles, photographies, films et enregistrements sonores, sites Web… Ces ensembles constituent des collections qui sont susceptibles d’éclairer l’histoire de la région et d’aider à la compréhension du temps présent. Ces collections restent pourtant souvent difficilement accessibles, parfois même inconnues du monde académique et culturel et bien plus encore des différents publics concernés.

Présentation

Cette manifestations réunira des chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, professionnel·le·s de l’information scientifique, acteurs de la société civile, étudiant·e·s de tous niveaux et publics amateurs qui s’intéressent ou travaillent dans le domaine des archives en sciences humaines et sociales issus des rives de la Méditerranée et au-delà. Ces deux journées s’attachent aux territoires jordaniens, libanais et syriens. Elles associent l’Institut français du Liban, des universités (Aix-Marseille Université,Université libanaise, Université Saint-Joseph), des centres de recherche (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme etInstitut français du Proche-Orient) et valoriseront les actions scientifiques ou les programmes de recherche portés par ces structures (ANR Shakk).

Ce colloque sera l’occasion d’engager une réflexion nécessaire en sciences humaines et sociales quant à l’exploitation scientifique et la valorisation de ces collections qui ont été constituées dans/sur ces pays et d’engager un dialogue entre les différents acteurs qui s’intéressent ou se sont intéressés à ces données, leur collecte et leur archivage avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. En s’appuyant sur les disciplines qui ont constitué des collections documentaires pour étayer des publications scientifiques ou grand public, les journées veulent aussi appréhender les enjeux auxquels sont confrontés aujourd’hui ces fonds à l’ère du numérique. Elles offrent l’opportunité de réfléchir aux méthodologies mises en œuvre dans les sciences humaines et sociales et à leurs enjeux au moment de leur production, qu’il s’agisse de l’influence des outils de collecte sur les pratiques de recherche, des liens qui relient les producteurs de données, les acteurs documentés dans les données, les archivistes et les utilisateurs, ou encore du poids des crises politiques et des conflits. Le récit de chercheurs qui ont constitué ou utilisé ces archives, la présentation réflexive de collections conservées dans la région ou en Europe et des conférences de spécialistes de ce paysage documentaire, soutiendront une meilleure appréhension des histoires et des cultures du Liban et de Syrie.

Journées précédées d’un atelier pédagogique (28 mai) et accompagnées de projections de films documentaires (voir informations en bas de l’article)

Ouvert au public sur inscription : nanpo@sciencesconf.org


Programme

29 mai 2019, Bibliothèque nationale du Liban

8h30 Accueil des participants

  • Hassan Al Akra, Bibliothèque nationale du Liban
  • Véronique Aulagnon, Institut Français du Liban
  • Michel Mouton, Institut français du Proche-Orient
  • Sophie Bouffier, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

9h – Allocutions d’accueil :

9h30 – Conférence introductive : Carla Eddé, historienne, vice-recteur pour les relations internationales à l’Université Saint-Joseph – Archives, mémoire, histoire (titre provisoire)

10h – Table-ronde 1 : Partage des données numériques au Proche-Orient : quels acteurs, quels médias, quels enjeux ?

Modérateurs : Najla Nakhlé-Cerruti (Ifpo) et Lockman Slim (UMAM documentation & research)

Françoise Hours (BnF)

Jean-Philippe Dumas (Archives du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères)

Elie Elias (Université Saint-Esprit de Kaslik)

Kamal Kassar (Fondation Amar)

Levon Nordiguian et Marina Mattar (Photothèque de l’Université Saint Joseph)

Mireille Maurice (Ina Méditerranée)

12h – Le projet Open Jerusalem : vers un croisement des archives et une collaboration des chercheurs, Abdul-Hameed Al-Kayyali (Ifpo, Amman)

12h30-14h – déjeuner libre

14h-14h30 : Partager les données de la recherche : l’expérience de la TGIR Huma-Num dans le contexte européen, Stéphane Pouyllau (directeur technique de la TGIR Huma-Num), Adeline Joffres (responsable de la coopération internationale de la TGIR Huma-Num

15h : Table-ronde 2 : Les activistes des archives

Modératrice : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, Ifpo)

Sana Yazigi (Creative Memory), Archiver la mémoire créative de la Révolution syrienne produites en Syrie et en diaspora : https://creativememory.org

Cécile Boex (EHESS, Césor), Archiver les vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie : enjeux éthiques et politiques

Zara Fournier (doctorante en géographie à l’université de Tours, CITERES 7324, associée à l’Ifpo), Désirs d’ailleurs et d’avant : les militants de la mémoire et le Web au Sud du Liban

Mohammad Haj Hassan (Dawlati), Archiving the Oral History of the Syrian Conflict : http://dawlaty.org

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction de Monika Borgmann : Tadmor, film réalisé par Monika Borgmann et Lokman Slim, 2017


30 mai 2019, Beit Beirut Museum

9h – Accueil, café

9h30 – Conférence introductive : Pauline Koetschet (MMSH – Centre Paul Albert-Février, UMR 7297), Bibliothèques, collections et archives. Matérialité de la recherche

10h – Table-ronde 3 : Parole vive, parole en interaction

Organisatrices : Loubna Dimachki (Université libanaise) et Véronique Traverso (CNRS-Ifpo)

Modérateur: Ziad Mikati (Université libanaise)

Loubna Dimachki et Rim Ayoub (Université Libanaise), Les corpus d’interaction au Centre des Sciences du Langage et de la Communication

Catherine Pinon (Ifpo), Transcription de corpus d’arabe parlé en interaction : la convention  ARAPI

Gloria el-Hajj (Université Lumière Lyon 2), Corpus actuel de français parlé au Liban : constitution, terrain et réflexion scientifique

Bassam Baraké (Université Libanaise), Le parler blanc au Liban – Analyse des documents télévisés

Joseph Dichy (Université Lumière Lyon 2), Corpus sur Twitter en Arabizi et traduction

Véronique Traverso (Ifpo), Corpus sensibles, aspects éthiques et juridiques 

12h – 12h30 – Conférence : Christine Jungen (CNRS, LESC), Les archives et leurs formes : petites histoires de traduction

Déjeuner

14h – Table-ronde 4 : Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale

Modératrices : Liliane Kfoury (Université Saint-Joseph) et Florence Descamps (École pratique des hautes études – Paris sciences et lettres – EPHE PSL)

Florence Descamps (EPHE PSL), Histoire de la mémoire, histoire des mémoires. Les vertus heuristiques du concept « régime de mémorialité ».

Karima Dirèche (CR CNRS, UMR TELEMMe), Mémoires de la guerre et de l’indépendance. Ce qu’en disent les slogans de la contestation algérienne

Sophie Gebeil (MCF – AMU, UMR TELEMMe), Historiciser les dispositifs de médiation mémorielle en ligne : entre archives du Web et enquête orale

Houda Kassatly (ethnologue, photographe, Université Saint-Joseph), Les photographes de studio des années 50 : mémoire d’un métier et hommage posthume

Liliane Kfoury (historienne, USJ), L’apport de l’oralité à l’histoire libanaise contemporaine

Falestin Naïli (Ifpo – Amman), L‘histoire orale en Jordanie : potentiels et obstacles

Conclusions, synthèse et perspectives

Kamel Doraï, Directeur du département des études contemporaines de l’Ifpo (CNRS, Ifpo)

 19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction d’Emma Aubin-Boltanski et Rania Stephan : Catherine ou le corps de la passion, film réalisé par Emma Aubin-Boltanski, 2012


28 mai : atelier pédagogique sur les bonnes pratiques pour les usages et le partage des archives numériques

Cet atelier, animé par Fabrice Barth (chargé de mission sur le numérique pédagogique, Espé – Aix-en-Provence) est organisé avec la collaborationdu service de coopération éducative auprès de l’Ambassade de France au Liban. Il s’adresse aux enseignants du secondaire au Liban du réseau AEFE (réseau de l’enseignement français au Liban). A partir d’archives numériques en langue française sur le domaine libanais (archives orales de terrain, archives de l’Institut national de l’audiovisuel, films) utilisables en classe, l’objectif est de favoriser les bonnes pratiques pour leur utilisation dans le cadre de l’enseignement ou plus largement de publications ou de réusages.

Projections et écoutes d’archives

  • Archives sonores de la recherche (Phonothèque de la MMSH)
  • Archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Ina Méditerranée
  • Archives musicales, collection AMAR
  • Films numérisés de Studio Baalbeck, collection UMAM documentation & Research – La contemporaine

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), Inner Mapping de Stéphanie Latte-Abdhallah et Emad Ahmad (2017)

Confessionnalisme et nationalisme en Syrie depuis 2011 (21-25/03/2019)

Cycle de Conférence organisée par l’ANR Shakk dans le cadre des Rendez-vous de l’Ifpo à Beit Beirut

Télécharger le programme

Voir aussi sur Calenda

Dans le cadre du programme Shakk : de la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes, l’Ifpo organise un cycle de conférences sur les fragmentations et les recompositions identitaires et religieuses à l’œuvre en Syrie depuis 2011.

Après huit années de conflit, le processus de fragmentation de la société syrienne sur des bases notamment confessionnelles est aujourd’hui bien entamée. Enclenché et instrumentalisé en premier lieu par les autorités de Damas, puis par les groupes armés jihadistes, elle s’accompagne de politiques d’enrôlement des acteurs en fonction de leurs appartenances religieuses et/ou ethnique. Dans ce contexte, que sont devenus les concepts d’« identité nationale » et de « nation syrienne » ? Comment s’articulent-ils à d’autres formes de solidarités qu’elles soient familiales, régionales et confessionnelles ? Comment les individus réagissent-ils à ce processus d’assignation politico-religieux qui les convoque jusque dans leur intimité : leurs façons de s’habiller, de penser, de prier, d’interagir ? Comment malgré les ruptures, les identités se reconfigurent-elles en exil ?

21 mars, 18h – 19h30 :  Thomas Pierret (CNRS, IREMAM)

« État sans nation ou nation sans État ? Identités, solidarités et institutions en Syrie contemporaine »

La Syrie ne doit pas ses malheurs au fait que son État règnerait sur une “nation artificielle” prétendument dénuée d’ancrage dans l’esprit des habitants. La Syrie est, au contraire, une nation sans État au sens moderne du terme. Bien que récente, l’identité nationale syrienne a été imposée avec succès par les régimes politiques successifs au point que jusqu’à ce jour, cette identité continue de délimiter le domaine de la lutte opposant la famille Assad à la majorité de ses opposants. En revanche, la construction tardive des institutions étatiques syriennes et leur faiblesse conséquente les ont rendues profondément vulnérables à la pénétration de réseaux informels fondés sur des solidarités primordiales telles que la parentèle, la région et la confession.Confessionalisme et nationalisme en Syrie depuis 2011

22 mars, 18h – 19h30 : Anna Poujeau (CNRS, Césor)

« Les moniales de Sainte-Thècle et le Front al-Nosra : recompositions confessionnelles et politiques en temps de guerre »

Au tournant de l’année 2014, l’armée syrienne et différents combattants rebelles s’affrontent pour la prise du village chrétien de Maaloula situé dans le Qalamoun. Les moniales du monastère pluri-centenaire de Sainte Thècle se trouvent alors au cœur de la guerre et d’une bataille médiatique entre le régime syrien et le front al-Nosra. Forcées de quitter leur monastère pour trouver refuge avec les combattants du front al-Nosra dans la ville de Yabroud, celles-ci deviennent alors actrices et enjeux de recompositions politiques et religieuses entre chrétiens et sunnites.

25 mars, 18h – 19h30 : Paulo G. Pinto (Fluminense Federal University)

“Uncertain Miracles: Reconfigurations of Sufism in Contemporary Syria” 

Based on fieldwork in Aleppo between 1999 and 2010 and interviews done between 2015 and 2018, this conference will analyze how Sufi identities and ritual/devotional practices were affected by the civil war in Syria, as well as how they were reconfigured in the context of exile in Jordan. Paulo G. Pinto will examine the trajectory of a group of followers of the Sufi shaykh ‘Abd al-Fatah Aminu (d.2000), who considered him a saint. The aim will be to show that their Sufi religiosity not only was affected by war and displacement, but also provided them with moral and subjective frameworks that allowed them to reconfigure their identities and forms of social insertion in the new context.

Lieu

Beit Beirut (plan et parkings)

Contacts

Emma Aubin-Boltanski : aubin@ehess.fr

Thierry Boissière : thboissiere@gmail.com

Jean-Christophe Peyssard : jc.peyssard@ifporient.org

 

Familles et guerres au Proche-Orient

Un Colloque international organisé par Valentina Napolitano à l’Ifpo Amman

La littérature scientifique consacrée à la famille au Moyen-Orient a peu étudié les répercussions des multiples guerres qui ont sévi dans la région. Le colloque international War and Families’ transformations in the Middle-East organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) à Amman, était l’occasion d’entamer une étude comparée sur les effets des guerres et des violences sur les reconfigurations familiales. Au cours de cette rencontre, des chercheurs, issus d’horizons disciplinaires différents (sociologie, sciences politiques, anthropologie et géographie), ont présenté leurs recherches sur la Syrie, la Jordanie, la Palestine et l’Irak. La participation des membres des universités et centres de recherche régionaux (Birzeit University, University of Baghdad, Academic Research Institute in Iraq, Arab Council for Social Sciences), ainsi que celle des représentants d’organisations non gouvernementales impliquées dans l’assistance humanitaire, a donné la possibilité d’élargir les pistes de recherche et de diversifier les points de vue.

Le colloque a été introduit par la sociologue Frances Hasso (Duke University) qui a démontré que la famille se trouve au cœur des rapports de pouvoir traversant les sociétés. Elle a en outre proposé des pistes de recherches transversales permettant de saisir les transformations provoquées par la guerre. Selon Frances Hasso, la famille en tant que catégorie sociale se doit d’être historiquement située : son évolution est, de fait, déterminée par de multiples facteurs politiques, sociaux et économiques. Pour saisir les basculements des équilibres engendrés par la guerre et les déplacements forcés, elle propose de se pencher sur l’évolution du cadre familial dans une temporalité plus longue allant au-delà des moments de rupture (turning points). En variant les échelles d’analyse, on peut en outre étudier les familles dans leur rapport avec les différents contextes d’insertion (famille élargie, quartier, ville, État). La pertinence de cette approche a été mise en exergue dans la dernière partie de la présentation qui portait sur la mortalité infantile pendant la période du mandat britannique en Palestine. À cette époque, explique Frances Hasso, une politique d’accès inégal à la santé et aux soins pré et postnatals a été mise en place pour les populations juives et palestiniennes, et ce en vue de soutenir le projet colonial britannique et sioniste.

La suite du colloque s’est structurée autour de quatre panels. Le premier, entièrement consacré à la Palestine, a souligné la manière dont l’occupation israélienne affecte la vie quotidienne des familles, notamment dans deux espaces sensibles :  la ville de Jérusalem (Nida Abu Awwad de Birzeit University) et la bande de Gaza (Elena Qleibo chercheuse associée à l’Ifpo). La restriction des mobilités imposée par différents dispositifs juridiques et par la fragmentation du territoire constitue une contrainte majeure pour la vie des familles palestiniennes. L’impossibilité d’enregistrer les mariages, les naissances, mais aussi de réunir des familles divisées entre Jérusalem et la Cisjordanie ou bien entre Gaza et la Cisjordanie, sont des cas communs. À Jérusalem-Est, l’absence de nouveaux logements, due au manque de moyens financiers conjuguée à l’impossibilité d’obtenir des permis de construire, expliquent que les jeunes couples soient contraints de s’installer chez leurs parents, provoquant de multiples tensions. Dans la bande de Gaza, Elena Qleibo (Ifpo) s’est intéressée à l’impact du taux élevé de chômage sur la virilité des hommes. Pour autant, le rôle de ces derniers ne serait pas remis en cause en raison du besoin de préserver une cohésion familiale face à l’occupation israélienne.

Le deuxième panel a abordé les répercussions des conflits et des fractures politiques au niveau des pratiques et des relations intrafamiliales. En Irak, le conflit confessionnel a, par exemple, engendré de multiples divorces parmi les couples issus de différentes communautés religieuses (Lucine Taminian, de Academic Research Institute in Iraq). En Cisjordanie, l’emprisonnement d’au moins un membre de chaque famille explique que les femmes tiennent parfois le rôle de chefs de famille et se mobilisent pour obtenir la libération de leurs époux. Par ailleurs, Flora Gonseth (doctorante, CRESPPA/GTM, Ifpo) évoque l’émergence de nouvelles pratiques comme l’insémination artificielle à distance. Avec le soutien des autorités religieuses et politiques, celle-ci est pratiquée par les femmes des prisonniers, condamnés à de longues peines. En Syrie, on remarque que les prises de position en faveur ou contre le régime Assad, ont engendré des ruptures entre générations, mais aussi au sein des familles élargies (Valentina Napolitano).

En conclusion de la première journée, une table ronde intitulée “Psychological, Economic and Legal Support to Families Affected by Wars. An Insight on Local and International NGO’s Activities in Jordan” a été organisée à l’Institut Français de Jordanie. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger avec les représentants de deux ONGs qui ont énuméré leurs actions dans le domaine de l’assistance, humanitaire et légale, en direction des familles de réfugiés syriens et iraquiens. Collateral Repair Project, une organisation internationale basée dans le quartier de Haschmi al-Shimali (à l’est d’Amman) a exposé ses différents programmes d’assistance alimentaire, d’éducation, de formation professionnelle et de soutien psychologique aux personnes affectées par la guerre, mais aussi par les violences domestiques et les tensions familiales. L’organisation jordanienne Arab Renaissance for Democracy and Development (ARDD), basée à Jebel Amman, a présenté les défis liés à l’absence de documents d’identité valables et l’impossibilité pour les réfugiés syriens d’enregistrer les nouvelles naissances, mariages/divorces et ses répercussions dans leurs accès aux services sociaux de base.

La deuxième journée du colloque était articulée autour de deux axes de réflexion. Le premier portait sur les effets des conflits, à la fois sur l’assistance (care) aux personnes âgées (Lamis Abou Nahleh de Birzeit University) ainsi que sur la santé mentale des femmes syriennes réfugiées à Irbid (Ruba Al Akash de University of Yarmouk). Le deuxième axe portait sur l’impact des migrations sur les liens familiaux. Jalal Al Husseini (Ifpo) et Hadeel Fawadle (Birzeit University) ont retracé les parcours migratoires des membres de familles palestiniennes qui en l’espace de quelques décennies ont été confrontés à plusieurs conflits, aussi bien en Palestine que dans des pays arabes où elles ont trouvé refuge. Ils ont étudié les stratégies matrimoniales qui ont permis à ces familles dispersées de conserver une cohésion et de surmonter les multiples défis politiques et économiques auxquels elles ont été confrontées.

Au-delà des spécificités liées aux différents terrains d’enquête, aux multiples formes de violence et de guerres, ce colloque était l’occasion de prendre la mesure des multiples transformations qu’a connues l’institution familiale au Proche-Orient et de relativiser la vision encore figée de la « famille arabe patriarcale » et « traditionnelle ». Des nouveaux modes de « faire famille » voient le jour et les bouleversements politiques, économiques et démographiques, engendrés par les situations de conflit, jouent un rôle déterminant dans ces reconfigurations. Ce chantier demeure cependant encore largement inexploré : poursuivre la comparaison entre les pays de la région, voire au-delà, permettra dans les années à venir d’établir des tendances sur le long terme, et de se doter d’outils théoriques et méthodologiques adaptés pour saisir les transformations familiales dans des contextes de dispersion et de violence.

Compte-rendu de Valentina Napolitano

Séminaire Ifpo

Cartographier les villes en guerre

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Lundi 11 mars 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animé par deux intervenantes :

Hanane Yazigi

Hanane Yazigi est géographe, spécialiste en systèmes d’information géographique et en gestion des données. Après avoir travaillé dans le secteur privé en France, elle rejoint le projet de reconstruction du camp de Nahr al-Bared, en tant que responsable SIG et donnée, de 2008 à 2011. Elle travaille pour des projets de collecte, gestion et analyse de données dans la région en free-lance : la cartographie des camps palestiniens au Moyen-Orient pour le projet Infrastructure et amélioration des camps de l’UNRWA, la cartographie et l’analyse des besoins médicaux pour MSF, ou encore des projets de cartographie online. La question de la durabilité dans les systèmes de données est une problématique centrale dans son travail, en particulier dans le contexte des analyses urbaines.

La cartographie comme outil de reconstruction. Le cas de Naher al-bared

En 2007, le camp palestinien de Nahr al-Bared, au Nord du Liban, a été entièrement détruit suite à des combats violents entre l’armée libanaise et le groupe islamiste Fath al-Islam. La reconstruction du camp a été l’occasion d’une cartographie et d’un travail de planification dans lesquels les habitants ont joué un rôle moteur. En revenant sur cet exemple de reconstruction post-conflit, Hanane Yazigi explorera la façon dont la cartographie et le traitement de l’information peuvent jouer un rôle dans les différentes étapes du processus de reconstruction. Dans un second temps, elle proposera un état des lieux des informations et des données disponibles sur les transformations (destructions et reconstructions) des villes syriennes depuis le conflit.

Rouba Kaedbey

Rouba Kaedbey est doctorante en aménagement au laboratoire CITERES – Equipe monde arabe et méditerranée EMAM. Sa thèse porte sur l’accès aux ressources de la ville dans les quartiers informels à travers l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth. Elle mène également une recherche sur le marché locatif informel destiné aux réfugiés syriens dans ces quartiers. Elle a rejoint l’équipe du programme Shakk en Janvier 2019 pour participer à la construction d’une base de donnée permettant l’élaboration d’un Atlas des villes syriennes en guerre.

Projet d’Atlas des villes syriennes en guerre. Les défis de la documentation

L’exploitation des données en ligne est l’un des outils adopté dans la constitution de l’Atlas des villes syriennes en guerre qui s’inscrit dans l’axe 4 du programme Shakk. Après deux mois de recherche documentaire, Rouba Kaedbey présentera les résultats préliminaires de son travail à travers l’exemple d’Alep : la chronologie des événements, la destruction et la dispersion de la population. Elle exposera les défis et posera des questions méthodologiques sur la construction de l’état de l’art de ces sujets.

Exils syriens en Europe

Un dossier de Migrations Société coordonné par Léo Fourn

Le conflit armé qui ravage la Syrie depuis 2011 a entraîné le déplacement de plus de la moitié de la population du pays, dont près de six millions de réfugiés hors de ses frontières. Tandis que la plupart des réfugiés sont précairement installés dans des pays limitrophes, d’autres ont trouvé refuge plus loin de la Syrie, après avoir entrepris de longs et périlleux voyages. Les articles de ce numéro de Migrations Société abordent les exils syriens dans l’espace européen, où près d’un million de Syriens se sont installés depuis 2011. Le premier enjeu de ce dossier est de souligner la diversité des figures de l’exil syrien en Europe.

L’introduction du dossier présente un panorama de l’exil syrien en Europe depuis 2011. L’année 2015 a marqué un tournant souvent qualifié improprement de « crise migratoire », entérinant surtout une crise des politiques d’asile. Après une première phase d’accueil favorable à l’arrivée des réfugiés syriens, surtout en Allemagne, les conditions d’accès et d’asile ont été progressivement restreintes, à l’instar de ce qui s’est produit dans les pays voisins de la Syrie. 

Les articles de ce dossier prennent pour échelle d’analyse les expériences migratoires des réfugiés syriens. Résultats d’enquêtes ethnographiques, ils nous invitent à suivre les parcours d’installation de catégories hétérogènes de réfugiés dans deux pays européens (Allemagne et France). Il s’agit ainsi de mettre en lumière la multiplicité des figures de réfugiés syriens, loin des stéréotypes. Les auteurs prennent en considération les subjectivités en relation avec leur nouvel environnement de vie. Aussi, les émotions relatives à l’exil sont-elles analysées avec soin en ce qu’elles nous informent sur l’évolution des sentiments d’appartenance des individus. Exil lointain, l’expérience migratoire en Europe est marquée par la guerre, la perte et les dépossessions multiples (proches décédés et disparus, lieux de vie détruits, défaite de la révolution, etc.). La nostalgie du pays perdu coexiste avec les perspectives d’installation dans un nouveau pays, le retour étant peu probable à court terme. 

Une problématique centrale qui traverse l’ensemble des contributions du dossier est celle des rapports subjectifs des nouveaux arrivants à l’administration et à la catégorisation afférente au statut de réfugié. Dès leur arrivée en Europe, les relations des réfugiés à l’administration deviennent leur principal souci quotidien. Ils entament alors une «carrière administrative», dont la temporalité est dominée par l’attente. La première étape  de cette carrière est la procédure de demande d’asile. Si les demandes d’asile émanant de Syriens recueillent le taux d’acceptation le plus élevé, avec une moyenne de 80% sur l’ensemble du territoire des États membres de l’Union européenne, la procédure n’en demeure pas moins une épreuve déterminante pour les demandeurs qui doivent attester des persécutions subies. S’y joue la sélection des personnes méritant une protection, selon les critères relatifs à chaque administration nationale en charge de l’asile. Plus généralement, les rapports aux administrations sont fonction des ressources sociales des réfugiés, de leur savoir-faire, d’usages et expériences du droit inégalement réparties. De la rencontre avec les administrations du pays d’installation découle une nouvelle socialisation au droit, et plus largement la construction d’un nouveau rapport à l’État. Loin d’être passifs, les réfugiés tentent de se frayer un chemin dans le «labyrinthe» administratif en contournant et en détournant éventuellement les règles et catégories juridiques. 

En reprenant ces différentes dimensions, les contributions qui composent ce dossier mettent en lumière une diversité d’expériences migratoires, analysées en relation avec d’autres sphères sociales telles que la famille, le travail, les études, ou encore les engagements politiques et associatifs. 

Yahya Al-Abdullah étudie une catégorie de la population syrienne peu connue – bien que particulièrement visible dans l’espace public français -, les Doms, dont il décrit l’installation à Istanbul et à Paris. Menant des modes de vie semi nomades, ces derniers entretenaient en amont de l’exil des rapports distants avec les autorités étatiques syriennes. L’auteur interroge alors la façon dont l’exil va redéfinir leur rapport au droit et aux autorités, tant au niveau professionnel et résidentiel qu’en ce qui concerne la reconnaissance du statut de réfugié. La comparaison entre ces deux espaces urbains fait ressortir des modes d’installation contrastés. Les Doms d’Istanbul et de Paris ont en commun des stratégies résidentielles et économiques relevant du domaine informel. Ils pratiquent la mendicité, dont la visibilité a été source de conflits avec d’autres réfugiés syriens. Toutefois, des divergences apparaissent au niveau de la construction de l’identité sociale des communautés doms. Contrairement à Istanbul, les Doms de Paris revendiquent explicitement leur appartenance communautaire. Par ailleurs, ces derniers ont opéré un certain rapprochement avec les autorités locales, ce qui n’a pas été observé à Istanbul. 

Simon Dubois analyse la façon dont des auteurs, des metteurs en scène et des comédiens syriens exilés à Berlin cherchent à se positionner dans le champ artistique en adoptant ou en refusant la catégorisation d’« artiste réfugié ». Il illustre alors la capacité de ces derniers à se saisir d’une catégorisation pouvant être perçue comme stigmatisante au profit de leurs stratégies de reconnaissance professionnelle. L’installation à Berlin leur permet ainsi de développer un espace de production artistique transnational. Pour d’autres, bénéficiant déjà d’une certaine reconnaissance internationale, l’exil berlinois vient conforter leur position. Le déplacement géographique apparaît dès lors lié au parcours professionnel. Par conséquent, l’exil berlinois devient le lieu d’une restructuration en profondeur du champ du théâtre syrien, désormais fondé sur de nouvelles sources de légitimité. 

Léo Fourn étudie les mobilisations à distance en faveur de la révolution syrienne qui se sont produites en France, et ce à partir d’une comparaison entre deux groupes ou « générations » : celle des Syriens installés en France avant 2011, et celle des Syriens arrivés en France après avoir participé à la révolution à partir de 2011. Il interroge alors la façon dont les temporalités d’exil influencent le sentiment d’appartenance nationale et les modes d’engagement à distance, pour en conclure que les exilés de la première génération, bien que théoriquement plus distants de la Syrie, se mobilisent davantage que les réfugiés récemment arrivés. Au-delà de la disparité des modes de mobilisation, il met en lumière la rencontre entre ces deux générations et les multiples interactions qui se développent alors, entre solidarités et mésententes. 

Les perceptions de la catégorisation relative au statut de réfugié sont au centre de la contribution de Julie Sasia qui s’intéresse à un groupe d’étudiants syriens récemment arrivés en France. Elle analyse les rapports ambigus que ces étudiants nourrissent à l’égard de cette catégorisation, entre rejet et acception. Le fait d’être étudiant permet de se distinguer de la figure du réfugié perçue comme stigmatisante. Contraints à demander l’asile, les étudiants tentent de « relativiser l’institution » et opèrent des formes de réappropriation de la catégorisation juridico-administrative, pour tenter d’atténuer la violence de l’assignation identitaire qui lui est inhérente. 

Dans un entretien réalisé par Vincent Geisser, Marie Peltier, une intellectuelle engagée et reconnue pour la qualité de son analyse sur la situation en Syrie, revient sur la trajectoire du père Paolo Dall’Oglio, ardent défenseur du dialogue avec l’islam et les musulmans et soutien indéfectible aux révolutionnaires syriens jusqu’à son enlèvement en 2013. Plus globalement, Marie Peltier nous livre son analyse sur le débat contradictoire auquel nous assistons actuellement en Europe sur la question de l’accueil des exilés syriens. Selon elle, leur expérience de la lutte démocratique et leur parole politique sur l’émancipation gagneraient à être partagées avec les citoyens européens. 

Enfin, dans un entretien mené par Josselin Dravigny, Salam Kawakibi, un chercheur d’origine syrienne qui milite pour la transition démocratique en Syrie, revient tout d’abord sur le processus de politisation et les logiques d’action de mobilisation à distance des exilés syriens présents en Europe. Après avoir analysé l’accueil des réfugiés syriens dans les pays européens depuis le déclenchement de la révolte en 2011, il envisage les perspectives de retour dans un futur proche à la lumière du contexte actuel en Syrie. 

Cette présentation du dossier a été rédigée par Léo fourn

Texte mis en forme et mis en ligne par Olivia SILVIN.

Le “je” reconquis

Écrits libres de Syrie. De la révolution à la guerre Franck Mermier (dir.)

Une recension de Cécile Boëx parue dans le journal en ligne En attendant Nadeau : https://www.en-attendant-nadeau.fr/

Traduire pour transmettre et porter des voix de l’intérieur qui laissent entrevoir toute l’ampleur de la rupture politique et existentielle engendrée par la révolte et le conflit en Syrie. Tel est l’objet de ce recueil de textes hétéroclites qui éclairent différentes facettes et expériences de ce conflit, à l’heure ou les médias et les explications géopolitiques ont tendance à rejeter les Syriens hors champ.

Analyses, témoignages, chroniques, essais, rendent compte de nouvelles écritures qui ont émergé avec la révolution. Pour les définir, Yassin al Haj Saleh, écrivain et ancien détenu politique, parle ici d’écriture « habitée », apparue grâce à une libération de la parole, favorisée par les réseaux sociaux et qui brouille les frontières entre l’écrivain professionnel et amateur. Écrire n’est plus un métier, c’est une nécessité vitale pour documenter, comprendre et laisser une trace. Le « je » est recouvré, assumé, exploré. Le vécu irrigue la pensée. Ces écritures sont traversées par la puissance de l’événement, la difficulté à l’assimiler et à en donner un sens définitif. Elles s’inscrivent dans la lutte et la prolonge, alors que la révolution se transforme progressivement en conflit armé. Contrairement à l’écriture officielle « dépeuplée », ces nouvelles écritures sont « emplies de monde », « habitées par les voix des gens, leurs histoires, leurs images, leurs récits, leurs petites anecdotes et leur mort ». Tout au long de l’ouvrage, le lecteur découvre ces nouvelles formes et expériences d’expression avec des activistes, des universitaires, des journalistes ou de simples témoins, réunis dans une même quête de réappropriation de l’interprétation des événements, confisquée avant la révolution. Leurs textes donnent accès à différents événements, histoires, lieux et moments ; autant de changements de focales reliées entre elles par une progression chronologique qui esquisse différentes phases de la révolte et de la guerre. Dans chaque région et dans chaque ville, la révolte et la violence se sont déployées selon des modalités spécifiques. Dans un article initialement publié en 2012, Omar Kaddour explique pourquoi la mobilisation a été moindre à Alep et à Damas, en insistant sur l’importance des dispositifs répressifs tout comme des stratégies pour verrouiller les places publiques afin d’assimiler la révolte aux ruraux et aux marginaux. À Douma, située dans la banlieue de Damas, les manifestations ont été intenses dès 2011. En 2013, la ville est assiégée. Samira Al-Khalil, ancienne détenue politique, activiste, qui y sera enlevée au cours de la même année par un groupe jihadiste, consigne dans un journal des bribes du quotidien qu’elle partage aux côtés des habitants de Douma. Les écoles bombardées qui parviennent à rouvrir, cette fillette épargnée par un obus tombé à côté d’elle mais qui meurt des suites de son effroi, les naissances, les pénuries et ceux qui en profitent. Elle consigne aussi sa colère et ce qui la fait tenir. À quelques kilomètres de là, à Damas contrôlée par le régime, Naïla Mansour (pseudonyme), enseignante et activiste, s’adresse directement au lecteur pour confier son sentiment d’impuissance. Elle dit le temps qui s’allonge ou se rétracte et sa déprise sur sa destinée au fil des espoirs, des angoisses et des désillusions. Alors, demande-t-elle, faut-il rester au risque de développer une « dépendance » à la guerre ou partir et trahir tout ceux et ce pour quoi elle s’est battue jusqu’ici ? Dans les deux cas, le prix est exorbitant. Dans un registre davantage documentaire, Sadek Abdul Rahman restitue précisément les différentes phases du siège et de la résistance d’Alep, jusqu’à sa chute en décembre 2016. Ici, l’objectif est de rétablir les faits, face à des jeux politiques et médiatiques opaques. Il pointe également les dissensions entre les différents groupes combattants de l’opposition. Le même auteur revient sur l’histoire singulière de Saraqib, dans la région d’Idlib, qui a du à la fois affronter l’armée syrienne et Daech. Il décrit les différentes phases de la révolution, les stratégies de répression, le passage à la lutte armée, le mouvement civil, toujours actif aujourd’hui. Mais au cours de cette analyse rigoureuse, surgit soudain l’émotion à travers le souvenir de la voix d’une fillette chantant un hommage au martyr Mohammed Haf, figure héroïque de Saraqib. Alors qu’il écrit ce texte avec « cette chanson dans la tête », il apprend qu’elle vient d’être tuée par un bombardement. Comment continuer à écrire ? Pour les gens de cette ville où il n’avait pourtant « jamais mis les pieds » affirme-t-il. Écrire pour continuer la lutte. Dans certains textes, les affects liés à des expériences traumatiques sont à l’origine du récit, la fiction venant même parfois exprimer l’intensité et l’intimité d’un rapport quotidien à la mort. Ainsi, Omar Kaddour devient un martyr qui assiste à ses propres funérailles. Durant la procession, il prend le temps de se souvenir de comment il est mort, qui il était. Mais il ne se souvient plus du prénom de son fils, ni de son père d’ailleurs… Lutter contre la massification et la standardisation de la mort : « Nos morts résident dans la banlieue de ces chiffres officiels. Enterrés à la marge, nous sommes l’approximation du ‘environ cent cinquante morts’, nous sommes l’excédent du ‘plus de cent cinquante morts’. D’entre nous, je suis probablement le plus chanceux, car mes funérailles sont sur YouTube ; j’ai un peu plus de quatre cents vues, deux ‘J’aime’, et zéro ‘Je n’aime pas’. Moi, pour dire vrai, je ne vois pas comment on peut aimer ou ne pas aimer un enterrement ! ». L’exode que raconte Malaka Al-Ayeed (pseudonyme) est bien réel. C’est celui qu’elle a vécu en fuyant les bombardements de Raqqa. Trouver un endroit sûr, organiser le quotidien puis partir plus loin pour des abris toujours plus précaires. Apprendre à fixer des tentes, à lutter contre le vent, le froid et la pluie. Guetter le bruit des avions. Être livré à soi-même, pris en tenaille entre Daech et le forces Kurdes. Se demander si tout ceci est bien réel. Les frontières entre le réel et la fiction sont effectivement ténues devant le rythme et l’ampleur des événements. L’absurde n’est jamais loin, comme dans le témoignage de Moustafa Abou Chams, pharmacien à Alep avant de devoir se réfugier en Turquie avec sa famille. Il raconte comment il se rend désormais en Syrie en tant que « visiteur » en passant par le poste-frontière de Bab al-Hawa. Les détours, les barrages, l’attente qui facilite la propagation des rumeurs. Ce jour là, 5000 Syriens doivent passer un à un dans un couloir de 35 centimètres pour pouvoir visiter leur pays. Une fois de l’autre côté, comment se « comporter en invité dans sa propre maison ? », comment aussi faire face à la réprobation ou l’envie de ceux qui sont restés ? Une révolution réduite à un couloir de 35 cm … D’autres témoignages racontent l’expérience intime de l’exil, de la détention ou du quotidien dans la capitale. Des textes apportent également un nouvel éclairage sur le phénomène djihadiste : les conditions locales de l’apparition de Daech, la création d’un bataillon féminin à Raqqa, les transformations du discours d’al-Qaida en Syrie. Ces « écrits libres de Syrie » constituent un apport précieux à une littérature de témoignage importante mais encore peu traduite en français. On pense bien sur à Feux croisées : Journal de la Révolution syrienne (2012) ou Les portes du néant (2015) de Samar Yazbek, Récits d’une Syrie oubliée de Yassin al-Haj Saleh (2015) et A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, de Majd al-Dik et Nathalie Bontemps (2016). L’originalité ici étant que la fiction et la chronique y côtoient les sciences sociales dans une multitude de styles et de points de vue. Si ces histoires sont celles des vaincus, elles rendent compte pourtant de transformations sociales, politiques et personnelles profondes, dont les processus sont toujours en cours.

Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

LUNDI 4 février 9H-13H, SALLE13 (105 BD RASPAIL, EHESS)

Cette séance sera animée par deux intervenants:

 Simon Dubois (IREMAM) : “Le théâtre syrien dans l’exil”

Léo Fourn : “La révolution à distance : exils, engagements et témoignages d’activistes syriens en France et au Liban”

Simon Dubois est doctorant. Sa thèse porte sur le champ artistique syrien depuis le début de la révolution en 2011. Il propose une sociologie des artistes et étudie les reconfigurations des relations artistiques dans l’exil.

Léo Fourn prépare également une thèse sur la question de la révolution à distance à partir des trajectoires d’exils et d’engagements d’activistes syriens en France et au Liban. Il a coordonné le dernier numéro de Migrations & Société consacré aux exils syriens en Europe. 

Séminaire Ifpo

Evaluation et défis de la justice transitionnelle au Liban : Quelles leçons pour la Syrie ?

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Intervenante

Carmen Hassoun Abou Jaoudé est politologue, chercheure associée au Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM) affilié à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). Elle enseigne à l’USJ et l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK). Elle est membre active du Board de l’ONG libanaise Act for the Disappeared. Elle a été entre 2011 et 2015 la directrice du bureau du Centre international de justice transitionnelle (ICTJ) au Liban. Journaliste de formation, elle a notamment travaillé à L’Orient-Express et au Mulhak, le supplément culturel du quotidien libanais An-Nahar.

Carmen Hassoum Abou Jaoudé a supervisé et coédité une série de rapports publiés par ICTJ dont “Lebanon’ Legacy of Political Violence. A Mapping of Serious Violations of International Human Rights and Humanitarian Law in Lebanon (1975-2008)” (septembre 2013); “Failing to Deal with the Past: What Cost to Lebanon?” (janvier 2015);“How People Talk About the Lebanon Wars. A Study of the Perceptions and Expectations of Residents in Greater Beirut” (octobre 2014); The Missing in Lebanon: Inputs on the Establishment of the Independent National Commission on the Missing and Forcibly Disappeared Persons in Lebanon” (janvier 2016).

Elle a contribué à la création d’une coalition/consortium d’acteurs, dont des universitaires, et d’associations de la société civile pour le développement de recommandations en faveur d’une justice transitionnelle au Liban “Confronting Political Violence in Lebanon: An Agenda for Change”  un policy paper publié en octobre 2014.

Présentation

Près de trois décennies après la fin officielle de la guerre du Liban (1975-1990), quel bilan pourrait-on faire des initiatives mises en place pour faire face au legs de ce passé douloureux ? Cette communication se propose de revenir sur le processus de « sortie de guerre » notamment sur les mesures prises par l’Etat libanais et les initiatives de la société civile dans une perspective de justice transitionnelle. Elle tentera d’évaluer ces démarches et leur impact sur la société libanaise et sur les victimes en particulier.
Elle se propose de contribuer à la réflexion sur la forme de justice transitionnelle la plus appropriée à la fois pour les victimes, mais également pour les acteurs de la guerre comme de la paix qui constituent le tissus social, culturel et politique du Liban contemporain. Elle essayera enfin de mettre en exergue les éléments utiles et pertinents pour interroger la situation syrienne.

Date et horaires

Mardi 22 janvier 2019  de 18h à 19h30

Lieu

Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth