Séminaire 2017/2018 Sciences sociales et conflit (s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

Sciences sociales et conflit (s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

 

Nisrine Al-Zahre, Cécile Boëx, Emma Aubin Boltanski, Anna Poujeau

 

13h-17h

EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

 

Depuis la révolte enclenchée en 2011 jusqu’au conflit régionalisé qui fait rage aujourd’hui, la Syrie connaît des bouleversements sans précédent dont l’ampleur et la complexité restent à étudier. Une grande partie du savoir produit sur ces événements et ces mutations émanent des mondes de l’expertise et du journalisme. Qu’en est-il de la recherche ? À quelles conditions est elle encore possible ? Les chercheurs qui continuent à travailler sur la Syrie font face à un double défi : poursuivre leurs travaux suivant un rythme et une approche qui leur sont propres et inventer de nouvelles méthodes d’enquête pour contourner les difficultés d’accès au terrain. Comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont toujours en cours ? Comment, saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment mettre des mots sur la souffrance et le traumatisme ? Saisir les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 et les conséquences multiples de l’expérience de la violence extrême recouvre des implications méthodologique, éthique et réflexive que ce séminaire entend interroger dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Conçu comme une arène de réflexion autour des différentes dimensions (politiques, sociales, religieuses, discursives, existentielles) du conflit, ce séminaire s’adresse aux chercheurs et aux étudiants souhaitant présenter et mettre en discussion leurs travaux, leurs projets et leurs méthodes.

 

 

Lundi 12 février, salle 1

Vanessa Guéno, historienne, chercheuse associée à l’IREMAM.

« Patrimoine de papiers au Proche-Orient. Interroger la fabrique des identités et des mémoires (XIXe-XXIe siècles) »

Dans sa présentation, Vanessa Guéno interroge la pratique archivistique en proposant de penser à nouveaux frais le rapport aux archives, à leurs fabriques et à leurs conservations. Pour cela, elle s’intéresse à la fois aux collections publiques, étatiques, aux bibliothèques et aux collections privées et familiales. Elle examine de quelles façons les unes et les autres participent à la formation d’un patrimoine. Pour historiciser les bouleversements en cours en Syrie et interroger la fabrique des identités et des mémoires dans l’histoire, elle questionne la pratique archivistique en proposant de parler de l’édification d’un « patrimoine de papier » tout en distinguant les pratiques des collectionneurs privés et celles du pouvoir. Il s’agit par là de mettre en lumière le rapport aux sources entretenus par le pouvoir politique d’une part et par les privés d’autre part en se demandant comment en Syrie, la mémoire et les identités peuvent être privatisées voire dissimulées.

Karam Nachar, maître de conférences en Histoire moderne du Moyen-Orient, Université d’Isik, Istanbul.

 « The quest for a rooted universalism in Syria : Al-Nahda , Al Umma , Al thawra»

Karam Nachar propose un retour sur la longue durée de l’histoire intellectuelle au Moyen-Orient afin de scruter de quelles façons a pu se former la pensée politique arabe syrienne durant les trois derniers siècles. Après avoir identifié trois phases historiques principales : 1860-1940, 1940-1965, 1965-2011, Karam Nachar interroge les rapports qu’entretiennent le particulier et l’universel, le peuple et État ainsi que la façon dont les individus ont la possibilité de devenir des agents politiques.

Discutants : Élizabeth Picard (CNRS) et Hamit Bozarslan (CETOBaC/EHESS)

Lundi 26 février, salle 7

Eylaf Bader Eddin, doctorant en littérature comparée, IREMAM

« The Syrian Revolutionary Language: A Rupture or an Extension »

Eylaf Bader Eddin propose une analyse de la révolution syrienne à partir de la traduction des mots du langage révolutionnaire : les bannières, les graffitis, les slogans, les chansons et les discours. Il se demande comment ce nouveau langage culturel s’est créé en Syrie à partir de formes populaires et de quelles façons l’analyse et la traduction de ce langage permettent de penser l’histoire de la révolution syrienne.

Nisrine Al-Zahre, linguiste, CéSor/EHESS

« Traductions et circulation d’idées, quel(s) acteur(s) ? »

Dans cette intervention Nisrine Al-Zahre pose la question générale de la traduction des grandes idées internationales à tendance universaliste durant la révolution syrienne. Elle interroge les mécanismes à l’œuvre dans la circulation des idées dans ce moment particulier qu’est la révolution. Cette entrée sur la révolution permet d’examiner comment se réalise localement la réception d’idées supposées universelles et interroger leurs mises en pratique en contexte d’urgence révolutionnaire.

Discutant : Franck Mermier (IRIS/CNRS)

Lundi 12 mars, salle 8

 Penser la violence extrême 

« Love, torture, rape and genocide »

Yassin al Haj Saleh, écrivain, ancien détenu politique, Berlin

À partir de son expérience de 16 années de détention en Syrie comme prisonnier politique et de la révolution, Yassin al Haj Saleh propose une réflexion personnelle sur la torture comme mode de violence où l’intimité est réduite à néant et où l’individu perd les limites de son corps. Le corps du torturé est une planche où s’inscrit la violence de l’État. Le corps supplicié permet de rappeler la menace à toute la société. Yassin al Haj Saleh montre comment la torture et le viol sont des programmes de destruction complète de l’individu et de la société.

Chowra Makaremi, anthropologue, IRIS/CNRS

Dans une perspective comparatiste, Chowra Makaremi interroge les processus politiques, sociologiques et idéologiques à l’œuvre dans la fabrication de la violence par son film réalisé suite à sa publication Le cahiers d’Aziz (Gallimard « témoins », 2011). Elle y scrute le souvenir de sa mère, révolutionnaire et opposante à Khomeyni, qui fut emprisonnée puis assassinée par le régime iranien en 1988 en même temps que des dizaines de milliers d’autres détenus politiques au moment du « massacre des prisons ». Dans son film et sa présentation, Chowra Makaremi se demande s’il est possible de sortir des définitions légales de la violence pour interroger le rôle des émotions dans la production de la violence, les effets de celle-ci sur la société, la famille, les voisins, etc. Enfin, elle questionne la fabrique du monde social qui produit la violence et de celui qui l’observe et la subit.

Discutant : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS, LDH)

26 mars, salle 8

Charlotte Loris-Rodionoff, doctorante en anthropologie sociale, UCL, Londres

« Étude d’une révolution en exil: entre ruptures politiques et sociales. L’approche ethnographique en question »

 L’une des questions qui guide le travail de Charlotte Loris-Rondionoff est celle de savoir en quoi l’événement syrien constitue une révolution et l’une de ses ambitions théoriques est de contribuer à la redéfinition de la catégorie « révolution » à partir de l’étude de la révolution syrienne. Pour ce faire, Charlotte Loris-Rondionoff a effectué un travail de terrain parmi des réseaux de Syriens engagés dans la révolution et exilés à Ganziantep en Turquie. Elle présente aujourd’hui certaines conclusions de son travail qui interrogent les effets de la révolution sur tous les domaines de la vie des Syriens rencontrés sur son terrain.

Laura Ruiz de Elvira, IRD/CEPED

« D’une étude sur les associations de bienfaisance en contexte autoritaire à une étude sur l’engagement humanitaire en contexte de guerre »

Laura Ruiz de Elvira propose un retour sur ses recherches en sociologie politique menées sur la Syrie depuis le milieu des années 2000 jusqu’à aujourd’hui en se demandant comment il est possible de continuer à conduire des recherches sur la Syrie alors même que le terrain est devenu inaccessible. Travaillant d’abord sur les associations de bienfaisance syriennes et sur les ingénieries politiques en Syrie jusqu’au déclenchement du conflit, elle montre comment il est alors possible, malgré un contexte politique autoritaire, de parler de société civile pour évoquer les engagements collectifs au sein d’associations de bienfaisance. Puis avec le début de la révolution et l’apparition du conflit, Laura Ruiz de Elvira montre comment ces associations de bienfaisance se sont transformées pour certaines d’entre elles en associations révolutionnaires dans les pays frontaliers de la Syrie.

Discutants : Anna Poujeau et Elisabeth Longuenesse

9 avril, salle 8

Chiara Erminia Calabrese, Post Doc EHESS, CéSor

« L’enquête ethnographique en cours de guerre : enjeux épistémologiques et éthiques, émotions et affects »

Dans la banlieue sud de Beyrouth, Chiara Erminia Calabrese conduit une enquête sur les militants combattants du Hezbollah engagés dans le conflit syrien à partir de 2012. Elle nous présente aujourd’hui les questionnements éthiques que soulève un tel travail pour le chercheur en sciences sociales ainsi que ses premières conclusions. À partir d’une série d’entretiens avec des combattants rentrés du front, Chiara Erminia Calabrese pose la question générale de la diversité du militantisme et de l’engagement de ces derniers dans le conflit syrien. Pour cela, elle interroge la diversité des positionnements de ces combattants par rapport à l’engagement politique du parti ainsi que les diverses façons dont l’engagement armé perturbe la vie de ces individus.

Discutants : Cécile Boëx (CéSor-Ehess)

14 mai, salle 8

Présentation travaux des étudiants

Shakk

Comprendre les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 constitue un enjeu épistémologique, éthique et également réflexif tant l’engagement du chercheur est devenu quasi inévitable. Financé par l’ANR, le projet SHAKK (« incertitude » en arabe) entend se saisir de ces différents enjeux dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Associant le Centre d’études en Sciences sociales du religieux (CéSor), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et le département de l’audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France (BNF), l’équipe est composée de neuf chercheurs – anthropologues, politistes, historiens et linguistes – d’un ingénieur de recherche, spécialiste des Humanités numériques, ainsi que d’un conservateur spécialiste des archives audiovisuelles. Il s’agit tout d’abord de revenir sur la genèse de la révolte et des étapes de sa mutation en conflit guerrier à partir des acteurs, des trajectoires, des actions et des récits, jusque-là peu pris en compte. Nous analyserons de manière circonstanciée et située les reconfigurations politiques, religieuses, sociales, territoriales et mémorielles propres à ce contexte d’incertitude et de violence extrême. Nos recherches seront irriguées par une réflexion sur les relations brisées, suspendues et renouvelées par la révolte puis la guerre. Ces relations seront saisies à partir des notions de déplacement et d’indétermination. Déplacement et indétermination des centres de pouvoir ; des identités ; des frontières ; du religieux et du politique ; des catégories et des paradigmes. Ces deux notions sont particulièrement heuristiques pour penser ce moment de l’entre-deux – fait de ruptures, de désordres et de désaccords – qu’est la guerre. L’équipe de SHAKK engagera également une réflexion sur les méthodes d’enquête : nous travaillerons hors du territoire national syrien tout en cherchant à réduire au maximum la distance imposée par la guerre, en réalisant des enquêtes dans les pays limitrophes de la Syrie (Liban, Jordanie, Turquie et Kurdistan irakien) et en Europe (France, Suède et Allemagne) et en conduisant des entretiens avec des personnes restées sur place par le biais des messageries en ligne (Facebook, WhatsApp et Skype). De plus, et c’est là la nouveauté de ce projet, l’espace numérique – plus spécifiquement les nombreuses vidéos postées sur YouTube par les différents protagonistes de la révolte et de la guerre – constituera non seulement un site d’enquête privilégié dont les outils de collecte, et d’analyse devront être affûtés, mais fera également l’objet d’une réflexion sur la sauvegarde de la mémoire de ces événements.