Familles et guerres au Proche-Orient

Un Colloque international organisé par Valentina Napolitano à l’Ifpo Amman

La littérature scientifique consacrée à la famille au Moyen-Orient a peu étudié les répercussions des multiples guerres qui ont sévi dans la région. Le colloque international War and Families’ transformations in the Middle-East organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) à Amman, était l’occasion d’entamer une étude comparée sur les effets des guerres et des violences sur les reconfigurations familiales. Au cours de cette rencontre, des chercheurs, issus d’horizons disciplinaires différents (sociologie, sciences politiques, anthropologie et géographie), ont présenté leurs recherches sur la Syrie, la Jordanie, la Palestine et l’Irak. La participation des membres des universités et centres de recherche régionaux (Birzeit University, University of Baghdad, Academic Research Institute in Iraq, Arab Council for Social Sciences), ainsi que celle des représentants d’organisations non gouvernementales impliquées dans l’assistance humanitaire, a donné la possibilité d’élargir les pistes de recherche et de diversifier les points de vue.

Le colloque a été introduit par la sociologue Frances Hasso (Duke University) qui a démontré que la famille se trouve au cœur des rapports de pouvoir traversant les sociétés. Elle a en outre proposé des pistes de recherches transversales permettant de saisir les transformations provoquées par la guerre. Selon Frances Hasso, la famille en tant que catégorie sociale se doit d’être historiquement située : son évolution est, de fait, déterminée par de multiples facteurs politiques, sociaux et économiques. Pour saisir les basculements des équilibres engendrés par la guerre et les déplacements forcés, elle propose de se pencher sur l’évolution du cadre familial dans une temporalité plus longue allant au-delà des moments de rupture (turning points). En variant les échelles d’analyse, on peut en outre étudier les familles dans leur rapport avec les différents contextes d’insertion (famille élargie, quartier, ville, État). La pertinence de cette approche a été mise en exergue dans la dernière partie de la présentation qui portait sur la mortalité infantile pendant la période du mandat britannique en Palestine. À cette époque, explique Frances Hasso, une politique d’accès inégal à la santé et aux soins pré et postnatals a été mise en place pour les populations juives et palestiniennes, et ce en vue de soutenir le projet colonial britannique et sioniste.

La suite du colloque s’est structurée autour de quatre panels. Le premier, entièrement consacré à la Palestine, a souligné la manière dont l’occupation israélienne affecte la vie quotidienne des familles, notamment dans deux espaces sensibles :  la ville de Jérusalem (Nida Abu Awwad de Birzeit University) et la bande de Gaza (Elena Qleibo chercheuse associée à l’Ifpo). La restriction des mobilités imposée par différents dispositifs juridiques et par la fragmentation du territoire constitue une contrainte majeure pour la vie des familles palestiniennes. L’impossibilité d’enregistrer les mariages, les naissances, mais aussi de réunir des familles divisées entre Jérusalem et la Cisjordanie ou bien entre Gaza et la Cisjordanie, sont des cas communs. À Jérusalem-Est, l’absence de nouveaux logements, due au manque de moyens financiers conjuguée à l’impossibilité d’obtenir des permis de construire, expliquent que les jeunes couples soient contraints de s’installer chez leurs parents, provoquant de multiples tensions. Dans la bande de Gaza, Elena Qleibo (Ifpo) s’est intéressée à l’impact du taux élevé de chômage sur la virilité des hommes. Pour autant, le rôle de ces derniers ne serait pas remis en cause en raison du besoin de préserver une cohésion familiale face à l’occupation israélienne.

Le deuxième panel a abordé les répercussions des conflits et des fractures politiques au niveau des pratiques et des relations intrafamiliales. En Irak, le conflit confessionnel a, par exemple, engendré de multiples divorces parmi les couples issus de différentes communautés religieuses (Lucine Taminian, de Academic Research Institute in Iraq). En Cisjordanie, l’emprisonnement d’au moins un membre de chaque famille explique que les femmes tiennent parfois le rôle de chefs de famille et se mobilisent pour obtenir la libération de leurs époux. Par ailleurs, Flora Gonseth (doctorante, CRESPPA/GTM, Ifpo) évoque l’émergence de nouvelles pratiques comme l’insémination artificielle à distance. Avec le soutien des autorités religieuses et politiques, celle-ci est pratiquée par les femmes des prisonniers, condamnés à de longues peines. En Syrie, on remarque que les prises de position en faveur ou contre le régime Assad, ont engendré des ruptures entre générations, mais aussi au sein des familles élargies (Valentina Napolitano).

En conclusion de la première journée, une table ronde intitulée “Psychological, Economic and Legal Support to Families Affected by Wars. An Insight on Local and International NGO’s Activities in Jordan” a été organisée à l’Institut Français de Jordanie. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger avec les représentants de deux ONGs qui ont énuméré leurs actions dans le domaine de l’assistance, humanitaire et légale, en direction des familles de réfugiés syriens et iraquiens. Collateral Repair Project, une organisation internationale basée dans le quartier de Haschmi al-Shimali (à l’est d’Amman) a exposé ses différents programmes d’assistance alimentaire, d’éducation, de formation professionnelle et de soutien psychologique aux personnes affectées par la guerre, mais aussi par les violences domestiques et les tensions familiales. L’organisation jordanienne Arab Renaissance for Democracy and Development (ARDD), basée à Jebel Amman, a présenté les défis liés à l’absence de documents d’identité valables et l’impossibilité pour les réfugiés syriens d’enregistrer les nouvelles naissances, mariages/divorces et ses répercussions dans leurs accès aux services sociaux de base.

La deuxième journée du colloque était articulée autour de deux axes de réflexion. Le premier portait sur les effets des conflits, à la fois sur l’assistance (care) aux personnes âgées (Lamis Abou Nahleh de Birzeit University) ainsi que sur la santé mentale des femmes syriennes réfugiées à Irbid (Ruba Al Akash de University of Yarmouk). Le deuxième axe portait sur l’impact des migrations sur les liens familiaux. Jalal Al Husseini (Ifpo) et Hadeel Fawadle (Birzeit University) ont retracé les parcours migratoires des membres de familles palestiniennes qui en l’espace de quelques décennies ont été confrontés à plusieurs conflits, aussi bien en Palestine que dans des pays arabes où elles ont trouvé refuge. Ils ont étudié les stratégies matrimoniales qui ont permis à ces familles dispersées de conserver une cohésion et de surmonter les multiples défis politiques et économiques auxquels elles ont été confrontées.

Au-delà des spécificités liées aux différents terrains d’enquête, aux multiples formes de violence et de guerres, ce colloque était l’occasion de prendre la mesure des multiples transformations qu’a connues l’institution familiale au Proche-Orient et de relativiser la vision encore figée de la « famille arabe patriarcale » et « traditionnelle ». Des nouveaux modes de « faire famille » voient le jour et les bouleversements politiques, économiques et démographiques, engendrés par les situations de conflit, jouent un rôle déterminant dans ces reconfigurations. Ce chantier demeure cependant encore largement inexploré : poursuivre la comparaison entre les pays de la région, voire au-delà, permettra dans les années à venir d’établir des tendances sur le long terme, et de se doter d’outils théoriques et méthodologiques adaptés pour saisir les transformations familiales dans des contextes de dispersion et de violence.

Compte-rendu de Valentina Napolitano

Exils syriens en Europe

Un dossier de Migrations Société coordonné par Léo Fourn

Le conflit armé qui ravage la Syrie depuis 2011 a entraîné le déplacement de plus de la moitié de la population du pays, dont près de six millions de réfugiés hors de ses frontières. Tandis que la plupart des réfugiés sont précairement installés dans des pays limitrophes, d’autres ont trouvé refuge plus loin de la Syrie, après avoir entrepris de longs et périlleux voyages. Les articles de ce numéro de Migrations Société abordent les exils syriens dans l’espace européen, où près d’un million de Syriens se sont installés depuis 2011. Le premier enjeu de ce dossier est de souligner la diversité des figures de l’exil syrien en Europe.

L’introduction du dossier présente un panorama de l’exil syrien en Europe depuis 2011. L’année 2015 a marqué un tournant souvent qualifié improprement de « crise migratoire », entérinant surtout une crise des politiques d’asile. Après une première phase d’accueil favorable à l’arrivée des réfugiés syriens, surtout en Allemagne, les conditions d’accès et d’asile ont été progressivement restreintes, à l’instar de ce qui s’est produit dans les pays voisins de la Syrie. 

Les articles de ce dossier prennent pour échelle d’analyse les expériences migratoires des réfugiés syriens. Résultats d’enquêtes ethnographiques, ils nous invitent à suivre les parcours d’installation de catégories hétérogènes de réfugiés dans deux pays européens (Allemagne et France). Il s’agit ainsi de mettre en lumière la multiplicité des figures de réfugiés syriens, loin des stéréotypes. Les auteurs prennent en considération les subjectivités en relation avec leur nouvel environnement de vie. Aussi, les émotions relatives à l’exil sont-elles analysées avec soin en ce qu’elles nous informent sur l’évolution des sentiments d’appartenance des individus. Exil lointain, l’expérience migratoire en Europe est marquée par la guerre, la perte et les dépossessions multiples (proches décédés et disparus, lieux de vie détruits, défaite de la révolution, etc.). La nostalgie du pays perdu coexiste avec les perspectives d’installation dans un nouveau pays, le retour étant peu probable à court terme. 

Une problématique centrale qui traverse l’ensemble des contributions du dossier est celle des rapports subjectifs des nouveaux arrivants à l’administration et à la catégorisation afférente au statut de réfugié. Dès leur arrivée en Europe, les relations des réfugiés à l’administration deviennent leur principal souci quotidien. Ils entament alors une «carrière administrative», dont la temporalité est dominée par l’attente. La première étape  de cette carrière est la procédure de demande d’asile. Si les demandes d’asile émanant de Syriens recueillent le taux d’acceptation le plus élevé, avec une moyenne de 80% sur l’ensemble du territoire des États membres de l’Union européenne, la procédure n’en demeure pas moins une épreuve déterminante pour les demandeurs qui doivent attester des persécutions subies. S’y joue la sélection des personnes méritant une protection, selon les critères relatifs à chaque administration nationale en charge de l’asile. Plus généralement, les rapports aux administrations sont fonction des ressources sociales des réfugiés, de leur savoir-faire, d’usages et expériences du droit inégalement réparties. De la rencontre avec les administrations du pays d’installation découle une nouvelle socialisation au droit, et plus largement la construction d’un nouveau rapport à l’État. Loin d’être passifs, les réfugiés tentent de se frayer un chemin dans le «labyrinthe» administratif en contournant et en détournant éventuellement les règles et catégories juridiques. 

En reprenant ces différentes dimensions, les contributions qui composent ce dossier mettent en lumière une diversité d’expériences migratoires, analysées en relation avec d’autres sphères sociales telles que la famille, le travail, les études, ou encore les engagements politiques et associatifs. 

Yahya Al-Abdullah étudie une catégorie de la population syrienne peu connue – bien que particulièrement visible dans l’espace public français -, les Doms, dont il décrit l’installation à Istanbul et à Paris. Menant des modes de vie semi nomades, ces derniers entretenaient en amont de l’exil des rapports distants avec les autorités étatiques syriennes. L’auteur interroge alors la façon dont l’exil va redéfinir leur rapport au droit et aux autorités, tant au niveau professionnel et résidentiel qu’en ce qui concerne la reconnaissance du statut de réfugié. La comparaison entre ces deux espaces urbains fait ressortir des modes d’installation contrastés. Les Doms d’Istanbul et de Paris ont en commun des stratégies résidentielles et économiques relevant du domaine informel. Ils pratiquent la mendicité, dont la visibilité a été source de conflits avec d’autres réfugiés syriens. Toutefois, des divergences apparaissent au niveau de la construction de l’identité sociale des communautés doms. Contrairement à Istanbul, les Doms de Paris revendiquent explicitement leur appartenance communautaire. Par ailleurs, ces derniers ont opéré un certain rapprochement avec les autorités locales, ce qui n’a pas été observé à Istanbul. 

Simon Dubois analyse la façon dont des auteurs, des metteurs en scène et des comédiens syriens exilés à Berlin cherchent à se positionner dans le champ artistique en adoptant ou en refusant la catégorisation d’« artiste réfugié ». Il illustre alors la capacité de ces derniers à se saisir d’une catégorisation pouvant être perçue comme stigmatisante au profit de leurs stratégies de reconnaissance professionnelle. L’installation à Berlin leur permet ainsi de développer un espace de production artistique transnational. Pour d’autres, bénéficiant déjà d’une certaine reconnaissance internationale, l’exil berlinois vient conforter leur position. Le déplacement géographique apparaît dès lors lié au parcours professionnel. Par conséquent, l’exil berlinois devient le lieu d’une restructuration en profondeur du champ du théâtre syrien, désormais fondé sur de nouvelles sources de légitimité. 

Léo Fourn étudie les mobilisations à distance en faveur de la révolution syrienne qui se sont produites en France, et ce à partir d’une comparaison entre deux groupes ou « générations » : celle des Syriens installés en France avant 2011, et celle des Syriens arrivés en France après avoir participé à la révolution à partir de 2011. Il interroge alors la façon dont les temporalités d’exil influencent le sentiment d’appartenance nationale et les modes d’engagement à distance, pour en conclure que les exilés de la première génération, bien que théoriquement plus distants de la Syrie, se mobilisent davantage que les réfugiés récemment arrivés. Au-delà de la disparité des modes de mobilisation, il met en lumière la rencontre entre ces deux générations et les multiples interactions qui se développent alors, entre solidarités et mésententes. 

Les perceptions de la catégorisation relative au statut de réfugié sont au centre de la contribution de Julie Sasia qui s’intéresse à un groupe d’étudiants syriens récemment arrivés en France. Elle analyse les rapports ambigus que ces étudiants nourrissent à l’égard de cette catégorisation, entre rejet et acception. Le fait d’être étudiant permet de se distinguer de la figure du réfugié perçue comme stigmatisante. Contraints à demander l’asile, les étudiants tentent de « relativiser l’institution » et opèrent des formes de réappropriation de la catégorisation juridico-administrative, pour tenter d’atténuer la violence de l’assignation identitaire qui lui est inhérente. 

Dans un entretien réalisé par Vincent Geisser, Marie Peltier, une intellectuelle engagée et reconnue pour la qualité de son analyse sur la situation en Syrie, revient sur la trajectoire du père Paolo Dall’Oglio, ardent défenseur du dialogue avec l’islam et les musulmans et soutien indéfectible aux révolutionnaires syriens jusqu’à son enlèvement en 2013. Plus globalement, Marie Peltier nous livre son analyse sur le débat contradictoire auquel nous assistons actuellement en Europe sur la question de l’accueil des exilés syriens. Selon elle, leur expérience de la lutte démocratique et leur parole politique sur l’émancipation gagneraient à être partagées avec les citoyens européens. 

Enfin, dans un entretien mené par Josselin Dravigny, Salam Kawakibi, un chercheur d’origine syrienne qui milite pour la transition démocratique en Syrie, revient tout d’abord sur le processus de politisation et les logiques d’action de mobilisation à distance des exilés syriens présents en Europe. Après avoir analysé l’accueil des réfugiés syriens dans les pays européens depuis le déclenchement de la révolte en 2011, il envisage les perspectives de retour dans un futur proche à la lumière du contexte actuel en Syrie. 

Cette présentation du dossier a été rédigée par Léo fourn

Texte mis en forme et mis en ligne par Olivia SILVIN.