Séminaire Ifpo

Cartographier les villes en guerre

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Lundi 11 mars 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animé par deux intervenantes :

Hanane Yazigi

Hanane Yazigi est géographe, spécialiste en systèmes d’information géographique et en gestion des données. Après avoir travaillé dans le secteur privé en France, elle rejoint le projet de reconstruction du camp de Nahr al-Bared, en tant que responsable SIG et donnée, de 2008 à 2011. Elle travaille pour des projets de collecte, gestion et analyse de données dans la région en free-lance : la cartographie des camps palestiniens au Moyen-Orient pour le projet Infrastructure et amélioration des camps de l’UNRWA, la cartographie et l’analyse des besoins médicaux pour MSF, ou encore des projets de cartographie online. La question de la durabilité dans les systèmes de données est une problématique centrale dans son travail, en particulier dans le contexte des analyses urbaines.

La cartographie comme outil de reconstruction. Le cas de Naher al-bared

En 2007, le camp palestinien de Nahr al-Bared, au Nord du Liban, a été entièrement détruit suite à des combats violents entre l’armée libanaise et le groupe islamiste Fath al-Islam. La reconstruction du camp a été l’occasion d’une cartographie et d’un travail de planification dans lesquels les habitants ont joué un rôle moteur. En revenant sur cet exemple de reconstruction post-conflit, Hanane Yazigi explorera la façon dont la cartographie et le traitement de l’information peuvent jouer un rôle dans les différentes étapes du processus de reconstruction. Dans un second temps, elle proposera un état des lieux des informations et des données disponibles sur les transformations (destructions et reconstructions) des villes syriennes depuis le conflit.

Rouba Kaedbey

Rouba Kaedbey est doctorante en aménagement au laboratoire CITERES – Equipe monde arabe et méditerranée EMAM. Sa thèse porte sur l’accès aux ressources de la ville dans les quartiers informels à travers l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth. Elle mène également une recherche sur le marché locatif informel destiné aux réfugiés syriens dans ces quartiers. Elle a rejoint l’équipe du programme Shakk en Janvier 2019 pour participer à la construction d’une base de donnée permettant l’élaboration d’un Atlas des villes syriennes en guerre.

Projet d’Atlas des villes syriennes en guerre. Les défis de la documentation

L’exploitation des données en ligne est l’un des outils adopté dans la constitution de l’Atlas des villes syriennes en guerre qui s’inscrit dans l’axe 4 du programme Shakk. Après deux mois de recherche documentaire, Rouba Kaedbey présentera les résultats préliminaires de son travail à travers l’exemple d’Alep : la chronologie des événements, la destruction et la dispersion de la population. Elle exposera les défis et posera des questions méthodologiques sur la construction de l’état de l’art de ces sujets.

Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

Lundi 3 décembre 9h-13h, salle13 (105 Bd raspail, EHESS) 

Présentation du séminaire Depuis la révolte enclenchée en 2011 jusqu’au conflit régionalisé qui fait rage aujourd’hui, la Syrie connaît des bouleversements sans précédent dont l’ampleur et la complexité restent à étudier. Une grande partie du savoir produit sur ces événements et ces mutations émanent des mondes de l’expertise et du journalisme.Qu’en est il de la recherche ? À quelles conditions est elle encore possible ? Les chercheurs qui continuent à travailler sur la Syrie font face à un double défi : poursuivre leurs travaux suivant un rythme et une approche qui leur sont propres et inventer de nouvelles méthodes d’enquête pour contourner les difficultés d’accès au terrain. Comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont toujours en cours Comment, saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment mettre des mots sur la souffrance et le traumatisme ? Saisir les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 et les conséquences multiples de l’expérience de la violence extrême recouvre des implications méthodologique, éthique et réflexive que ce séminaire entend interroger dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Conçu comme une arène de réflexion autour des différentes dimensions (politiques, sociales, religieuses, discursives, existentielles) du conflit, ce séminaire s’adresse aux chercheurs et aux étudiants souhaitant présenter et mettre en discussion leurs travaux, leurs projets et leurs méthodes.

La séance du lundi 3 décembre sera animée par deux intervenants: 

Munqeth Othman Agha, University of Sussex
“Selective Reconstruction and Exclusion in Post-conflict Syria”

Munqeth Othman Agha is a postgraduate student at the School of International Relations at University of Sussex as a Chevening scholar, he holds a Master’s degree (2017) in Economic Development from University of Clermont-Auvergne. Currently, he works on a research project on early recovery in the Northern Syria with Omran Center for Strategic Studies in Istanbul. His research interests include the local governance in opposition-held areas in Syria; selective post-conflict reconstruction, exclusion and transitional Justice; and the political economy of the conflict.

Sbeih Sbeih, Iremam 
“De la lutte nationale à la croyance technocrate : les ONG palestiniennes”

Post-doctorant à l’Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans (IREMAM), LabexMed, Aix Marseille Université. En 2014, il a soutenu sa thèse de doctorat en sociologie sur la « professionnalisation » des ONG palestiniennes et l’aide internationale au développement au laboratoire Printemps à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines avant d’enseigner à l’université de Birzeit-(Ramallah, Palestine). Il a également mené des recherches sur le champ culturel palestinien. Ses travaux actuels portent sur les « nouveaux » romanciers palestiniens.

https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2725/