Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

L’exil syrien au Liban au prisme de la kafala : une expérience masculine du refuge, entre illégalité et invisibilité

Lundi 18 novembre, 9h-12h, salle 0.004 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Leila Drif

Leila Drif est doctorante en anthropologie à l’EHESS, associée à l’Ifpo Beyrouth et fellow de l’Institut Convergence Migration. Sa thèse, préparée sous la codirection de Blandine Destremau et de Michel Agier, porte sur l’expérience d’hospitalité autour de l’accueil des réfugiés syriens dans les marges de Beyrouth. Elle propose une anthropologie critique du système de protection internationale des réfugiés à partir d’une ethnographie urbaine d’un quartier irrégulier de Beyrouth constitué en espace refuge pour les Syriens en exil. Elle est l’auteure de « Être réfugié et « volontaire » : les travailleurs invisibles des dispositifs d’aide internationale »Critique internationale, vol. 81, no. 4, 2018, pp. 21-42.

Résumé de la séance:

Le système de la kafâla (sponsorship) est le régime qui prévaut au Liban en matière de gestion de la migration syrienne depuis 2015, et ce, en l’absence de politique nationale d’asile. Sa mise en œuvre a conduit à redéfinir la condition d’extranéité des Syriens au Liban, fondée sur un triage genré de ces populations réfugiées. Outre la réflexion sur le statut hybride des réfugiés syriens que pose cette législation, elle oriente les stratégies migratoires et parcours du quotidien des Syriens vers l’illégalité, et cristallise des rapports de pouvoir qui mettent en jeu un conflit de masculinités autour de la figure de l’homme syrien. A partir de l’ethnographie d’une marge urbaine de Beyrouth, cette présentation examinera le processus de construction de vulnérabilités masculines invisibilisées, induites par le système de la kafâla. Plus largement, cette lecture genrée de l’expérience du refuge syrien se propose comme un point d’entrée pour interroger les relations d’accueil entre Syriens et Libanais, dans leurs dimensions relationnelles, intimes et mémorielles.

 

Les réseaux militants entre le Liban et la Syrie depuis 2011

Un dossier la Revue Internationale de Politique Comparée

Coordonné par Erminia Chiara Calabrese et Marie-Noëlle AbiYaghi

Avec une postface d’Élizabeth Picard

Le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 a engendré un regain d’intérêt des sciences sociales pour ce pays et les relations complexes qu’il entretient avec son voisin libanais, hôte d’une des plus grandes concentrations de réfugiés syriens. Parmi les travaux sur la crise syrienne, nombreux sont ceux qui se sont penchés sur l’impact de cette « crise » sur le Liban. Certains ont mis en exergue les dangers d’une « guerre par procuration » ou le débordement du conflit syrien au Liban ; d’autres ont notamment analysé le système d’accueil des réfugiés syriens par l’État libanais, les restrictions sécuritaires dont ils sont l’objet et les réorientations de leurs pratiques économiques.

Ce dossier de la Revue Internationale de Politique Comparée se propose de déplacer la focale et d’analyser les processus de circulations et de réactivations de réseaux militants entre le Liban et la Syrie à l’aune du conflit depuis 2011.

Le conflit en Syrie met en lumière la perméabilité de l’espace politique libanais, sur lequel il a indéniablement des effets structurants. Si, depuis 2011, les gouvernements libanais successifs se réclament officiellement d’une doctrine de « dissociation » en politique étrangère, c’est-à-dire d’une sanctuarisation de la vie politique nationale à l’écart des crises régionales, le conflit en Syrie divise les acteurs politiques libanais entre adversaires et partisans du régime baathiste. Nombreux sont les militants-combattants du Hezbollah, du Parti communiste ou du Parti social nationaliste syrien notamment, à se joindre aux troupes du régime de Damas. D’autres, libanais ou palestiniens, rejoignent les rangs des factions rebelles ou jihadistes. Dans la rue, le mouvement « isqat al-nidham al-ta’ifi  (pour que tombe le régime confessionnel) », qui voit le jour dans la foulée des « printemps arabes » en 2011 et fait référence aux soulèvements tunisien, égyptien, yéménite ou bahreïni, se divise rapidement sur la question de la prise de position vis-à-vis du régime baathiste (Abi-Yaghi & Catusse, 2014). Concomitamment, plusieurs militants syriens ont été forcés comme un grand nombre de leurs concitoyens à quitter leur pays d’origine, et c’est au Liban que certains d’entre eux ont continué leurs activités militantes.

 L’effort guerrier, la figure du révolutionnaire ou du combattant, les exactions et les violences sont les images les plus patentes, documentées et partagées via Internet, depuis 2011. Le conflit en Syrie se répercute surtout au Liban par de multiples mobilisations, politiques ou humanitaires, certaines marginales, réactivant les idéologies séculières et de gauche des années de la guerre civile, la plupart prenant des formes plus visibles et institutionnalisées de solidarité.

Ce numéro de revuese propose de croiser des terrains proches géographiquement, similaires, mais différents, tout en déjouant les écueils d’une simple comparaison. Les différentes contributions qu’on y trouve ont en commun de prendre comme point de départ les acteurs sociaux eux-mêmes et leurs itinéraires, et de toujours les observer « en contexte », d’une part, en Syrie, dominé par un régime autoritaire en guerre, et d’autre part, au Liban, où prévaut une situation permanente d’anticipation de résurgence de la violence (Hermez, 2017). Des combattants du Hezbollah libanais engagés dans la guerre en Syrie (Calabrese) à la circulation de militants palestiniens dans l’espace syro-libanais (Napolitano), en passant par les processus de professionnalisation au Liban de réfugiés-révolutionnaires syriens (Fourn) et par la transformation des carrières et des capitaux sociaux militants à l’aune de la réactivation et de la recomposition de traditions d’engagement politique plus anciennes (AbiYaghi et Younes), en observant aussi les effets structurants de la violence sur les biographies individuelles (Trombetta), les différentes contributions à ce numéro, considèrent les multiples modes d’action du militantisme, politique, armé, associatif et/ou humanitaire, comme un continuum – d’autant qu’ils peuvent coexister dans une même trajectoire.

De manière plus générale, ce dossier ambitionne d’ouvrir un débat au sein de la sociologie de l’action collective qui s’est souvent attelée à l’étude de mouvements politiques, civils ou civiques dans des contextes pacifiés cantonnant dans ses marges le questionnement des engagements armés, sauf à de rares exceptions (Sommier, 1993 et 2000 ; Gayer, 2009). Dans cette perspective, deux questions principales nous ont animés auxquelles les différentes contributions à ce dossier tentent d’apporter des éléments de réponse. D’abord, la question de la crise en tant qu’accélérateur physique de l’espace-temps (al-zamakan) : elle précipite indéniablement des individus dans la rue, invite à l’engagement militant, et/ ou au combat armé ; elle fluidifie les statuts militants. Au-delà des effets d’oxymore, elle brouille les pistes de réflexion, rendant parfois les catégories d’analyse peu heuristiques. Il s’agit ensuite de questionner ce que la guerre fait au militantisme « en mouvement », au croisement de la sociologie de l’action collective et des migration studies. Manifester en contexte autoritaire, braver l’interdit, faire face à la répression, la prison, la mort ; fuir, transformer et réinventer son engagement, renverser l’image du réfugié passif. Au fil des micro-histoires de militants, ce dossier interroge les effets structurants des exils forcés de militants « en mouvement » sur les biographies individuelles, les carrières militantes et les reconversions, et sur les transformations de capitaux militants.

L’article de Marie-Noëlle AbiYaghi et Mariam Younes  étudie  les  carrières des activistes syriens au Liban et retrace les notions d’engagement, de révolution et de mobilisation ainsi que les réseaux de solidarité et de résistance au sein de ces cercles militants. À travers les récits de vie et les carrières de militants basés au Liban, les recherches portent sur les expériences et pratiques vécues par les militants, leurs débats contradictoires, leurs réseaux de solidarité, leurs stratégies et leur invisibilité dans l’espace public, et les suivent jusqu’à la « fin » de leur engagement au Liban.

L’article d’Erminia Chiara Calabrese analyse les parcours multiples des combattants du Hezbollah libanais engagés dans le conflit syrien. L’auteure révèle d’une part la diversité des positionnements face à la décision de prendre part au combat, et d’autre part les (ré-)enchantements, les désenchantements et les doutes qui accompagnent constamment les parcours de ces hommes en armes. L’approche ethnographique de longue durée, permet d’éviter le piège d’une lecture en termes de « consentement aveugle » et met en lumière les fluctuations dans ces engagements et les adaptations continuelles que ces combattants font entre idéal et réalité de la guerre.

Léo Fourn analyse les modulations, continuités et discontinuités du militantisme dans un contexte de guerre et d’exil. Le cas étudié est celui du passage d’un engagement contestataire au travail humanitaire, à partir de l’analyse de parcours de militants syriens réfugiés au Liban. Après avoir quitté la Syrie où ils ont participé au soulèvement contre le régime, une partie de ces militants se sont engagés au Liban dans l’action humanitaire auprès des réfugiés les plus démunis. Il s’agit de questionner la façon dont le contexte d’exil infléchit les parcours militants en question, en analysant l’émergence d’une nouvelle offre d’engagement.

L’article d’Elisabeth Longuenesse met en lumière certains aspects de la circulation des mots du militantisme entre le français, l’anglais et l’arabe, des idées et conceptions dont ils sont porteurs, et des effets ou implications de cette circulation entre ces trois langues. Il revient sur leur histoire et s’efforce d’en repérer les usages et les équivalences, ou les décalages d’une langue à l’autre. Il s’appuie pour ce faire sur deux types de matériau : d’une part les rubriques correspondantes dans quelques dictionnaires, d’autre part un court corpus de textes dans les trois langues, en s’attachant plus particulièrement à ceux qui ont précisément fait l’objet d’une traduction vers ou de l’une de ces trois langues.

Valentina Napolitano étudie comment les circulations transnationales affectent les parcours, les représentations et les formes d’engagements militants en s’intéressant aux circulations des réfugiés palestiniens au sein de l’espace syro-libanais. L’auteure montre comment  les circulations des militants favorisent le transfert d’idées et de savoir-faires, constituent parfois le seul moyen de poursuivre une mobilisation devenue impossible au sein du pays de résidence. La mise en place de réseaux transfrontaliers engendre, en outre, une capacité accrue de reconversion et de transformation du militantisme, elle facilite la recomposition de la vie des militants en contexte d’exil.

Dans son article Lorenzo Trombetta analyse le parcours des militants syriens qui ont abandonné la lutte armée au profit de l’engagement militant pacifique ainsi que le parcours de certains d’entre eux qui ont quitté des mouvements non-violents pour prendre les armes en Syrie. Dans un contexte toujours plus fragmenté, cette contribution explore le rôle de la violence dans ses différentes significations, en tant que vecteur crucial dans le changement des comportements et propose l’analyse des récits de plusieurs militants syriens opérant dans des zones géographiques variées contrôlées par le régime ou par les groupes d’opposition, inclus des zones contrôlées par l’Organisation de l’Etat islamique.   À partir d’un travail sur une base de données bibliographique portant sur la guerre du Liban, complétée par un travail sur l’historiographie naissante de la guerre en Syrie, la contribution de Pierre France propose une série d’hypothèses de travail sur des formes de narration communes à ces deux guerres. L’auteur montre comment plusieurs topoï de l’écriture de la guerre émergent : des objets privilégiés, des formes de narration, et autant de manières de contourner ou intégrer la situation sociale que vivent des témoins de ces deux conflits.

Colloque : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web (29-30/05/2019)

Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie

أرشيفات رقمية جديدة في الشرق الأدنى: الصوت والصورة والأفلام والويب

تحديات تبادل البيانات الميدانية في لبنان والأردن وسوريا

محاضرات وجلسات نقاش باللغة الفرنسية مع ترجمة فورية للغة العربية

:المدخل مفتوح للجميع بعد التسجيل

nanpo@sciencesconf.org

برنامج المؤتمر باللغة العربية

Résumé

Les chercheurs en sciences humaines et sociales qui ont choisi le Proche-Orient comme terrain d’investigation scientifique depuis le XIXe siècle ont constitué des fonds documentaires comprenant tous les types de sources. Chercheur·e·s libanais·es, syrien·nne·s, jordannien·ne·s et français·es ont produit et mobilisé des corpus de notes et carnets de terrain ou de fouilles, photographies, films et enregistrements sonores, sites Web… Ces ensembles constituent des collections qui sont susceptibles d’éclairer l’histoire de la région et d’aider à la compréhension du temps présent. Ces collections restent pourtant souvent difficilement accessibles, parfois même inconnues du monde académique et culturel et bien plus encore des différents publics concernés.

Présentation

Cette manifestations réunira des chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, professionnel·le·s de l’information scientifique, acteurs de la société civile, étudiant·e·s de tous niveaux et publics amateurs qui s’intéressent ou travaillent dans le domaine des archives en sciences humaines et sociales issus des rives de la Méditerranée et au-delà. Ces deux journées s’attachent aux territoires jordaniens, libanais et syriens. Elles associent l’Institut français du Liban, des universités (Aix-Marseille Université,Université libanaise, Université Saint-Joseph), des centres de recherche (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme etInstitut français du Proche-Orient) et valoriseront les actions scientifiques ou les programmes de recherche portés par ces structures (ANR Shakk).

Ce colloque sera l’occasion d’engager une réflexion nécessaire en sciences humaines et sociales quant à l’exploitation scientifique et la valorisation de ces collections qui ont été constituées dans/sur ces pays et d’engager un dialogue entre les différents acteurs qui s’intéressent ou se sont intéressés à ces données, leur collecte et leur archivage avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. En s’appuyant sur les disciplines qui ont constitué des collections documentaires pour étayer des publications scientifiques ou grand public, les journées veulent aussi appréhender les enjeux auxquels sont confrontés aujourd’hui ces fonds à l’ère du numérique. Elles offrent l’opportunité de réfléchir aux méthodologies mises en œuvre dans les sciences humaines et sociales et à leurs enjeux au moment de leur production, qu’il s’agisse de l’influence des outils de collecte sur les pratiques de recherche, des liens qui relient les producteurs de données, les acteurs documentés dans les données, les archivistes et les utilisateurs, ou encore du poids des crises politiques et des conflits. Le récit de chercheurs qui ont constitué ou utilisé ces archives, la présentation réflexive de collections conservées dans la région ou en Europe et des conférences de spécialistes de ce paysage documentaire, soutiendront une meilleure appréhension des histoires et des cultures du Liban et de Syrie.

Journées précédées d’un atelier pédagogique (28 mai) et accompagnées de projections de films documentaires (voir informations en bas de l’article)

Ouvert au public sur inscription : nanpo@sciencesconf.org


Programme

29 mai 2019, Bibliothèque nationale du Liban

8h30 Accueil des participants

  • Hassan Al Akra, Bibliothèque nationale du Liban
  • Véronique Aulagnon, Institut Français du Liban
  • Michel Mouton, Institut français du Proche-Orient
  • Sophie Bouffier, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

9h – Allocutions d’accueil :

9h30 – Conférence introductive : Carla Eddé, historienne, vice-recteur pour les relations internationales à l’Université Saint-Joseph – Archives, mémoire, histoire (titre provisoire)

10h – Table-ronde 1 : Partage des données numériques au Proche-Orient : quels acteurs, quels médias, quels enjeux ?

Modérateurs : Najla Nakhlé-Cerruti (Ifpo) et Lockman Slim (UMAM documentation & research)

Françoise Hours (BnF)

Jean-Philippe Dumas (Archives du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères)

Elie Elias (Université Saint-Esprit de Kaslik)

Kamal Kassar (Fondation Amar)

Levon Nordiguian et Marina Mattar (Photothèque de l’Université Saint Joseph)

Mireille Maurice (Ina Méditerranée)

12h – Le projet Open Jerusalem : vers un croisement des archives et une collaboration des chercheurs, Abdul-Hameed Al-Kayyali (Ifpo, Amman)

12h30-14h – déjeuner libre

14h-14h30 : Partager les données de la recherche : l’expérience de la TGIR Huma-Num dans le contexte européen, Stéphane Pouyllau (directeur technique de la TGIR Huma-Num), Adeline Joffres (responsable de la coopération internationale de la TGIR Huma-Num

15h : Table-ronde 2 : Les activistes des archives

Modératrice : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, Ifpo)

Sana Yazigi (Creative Memory), Archiver la mémoire créative de la Révolution syrienne produites en Syrie et en diaspora : https://creativememory.org

Cécile Boex (EHESS, Césor), Archiver les vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie : enjeux éthiques et politiques

Zara Fournier (doctorante en géographie à l’université de Tours, CITERES 7324, associée à l’Ifpo), Désirs d’ailleurs et d’avant : les militants de la mémoire et le Web au Sud du Liban

Mohammad Haj Hassan (Dawlati), Archiving the Oral History of the Syrian Conflict : http://dawlaty.org

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction de Monika Borgmann : Tadmor, film réalisé par Monika Borgmann et Lokman Slim, 2017


30 mai 2019, Beit Beirut Museum

9h – Accueil, café

9h30 – Conférence introductive : Pauline Koetschet (MMSH – Centre Paul Albert-Février, UMR 7297), Bibliothèques, collections et archives. Matérialité de la recherche

10h – Table-ronde 3 : Parole vive, parole en interaction

Organisatrices : Loubna Dimachki (Université libanaise) et Véronique Traverso (CNRS-Ifpo)

Modérateur: Ziad Mikati (Université libanaise)

Loubna Dimachki et Rim Ayoub (Université Libanaise), Les corpus d’interaction au Centre des Sciences du Langage et de la Communication

Catherine Pinon (Ifpo), Transcription de corpus d’arabe parlé en interaction : la convention  ARAPI

Gloria el-Hajj (Université Lumière Lyon 2), Corpus actuel de français parlé au Liban : constitution, terrain et réflexion scientifique

Bassam Baraké (Université Libanaise), Le parler blanc au Liban – Analyse des documents télévisés

Joseph Dichy (Université Lumière Lyon 2), Corpus sur Twitter en Arabizi et traduction

Véronique Traverso (Ifpo), Corpus sensibles, aspects éthiques et juridiques 

12h – 12h30 – Conférence : Christine Jungen (CNRS, LESC), Les archives et leurs formes : petites histoires de traduction

Déjeuner

14h – Table-ronde 4 : Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale

Modératrices : Liliane Kfoury (Université Saint-Joseph) et Florence Descamps (École pratique des hautes études – Paris sciences et lettres – EPHE PSL)

Florence Descamps (EPHE PSL), Histoire de la mémoire, histoire des mémoires. Les vertus heuristiques du concept « régime de mémorialité ».

Karima Dirèche (CR CNRS, UMR TELEMMe), Mémoires de la guerre et de l’indépendance. Ce qu’en disent les slogans de la contestation algérienne

Sophie Gebeil (MCF – AMU, UMR TELEMMe), Historiciser les dispositifs de médiation mémorielle en ligne : entre archives du Web et enquête orale

Houda Kassatly (ethnologue, photographe, Université Saint-Joseph), Les photographes de studio des années 50 : mémoire d’un métier et hommage posthume

Liliane Kfoury (historienne, USJ), L’apport de l’oralité à l’histoire libanaise contemporaine

Falestin Naïli (Ifpo – Amman), L‘histoire orale en Jordanie : potentiels et obstacles

Conclusions, synthèse et perspectives

Kamel Doraï, Directeur du département des études contemporaines de l’Ifpo (CNRS, Ifpo)

 19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction d’Emma Aubin-Boltanski et Rania Stephan : Catherine ou le corps de la passion, film réalisé par Emma Aubin-Boltanski, 2012


28 mai : atelier pédagogique sur les bonnes pratiques pour les usages et le partage des archives numériques

Cet atelier, animé par Fabrice Barth (chargé de mission sur le numérique pédagogique, Espé – Aix-en-Provence) est organisé avec la collaborationdu service de coopération éducative auprès de l’Ambassade de France au Liban. Il s’adresse aux enseignants du secondaire au Liban du réseau AEFE (réseau de l’enseignement français au Liban). A partir d’archives numériques en langue française sur le domaine libanais (archives orales de terrain, archives de l’Institut national de l’audiovisuel, films) utilisables en classe, l’objectif est de favoriser les bonnes pratiques pour leur utilisation dans le cadre de l’enseignement ou plus largement de publications ou de réusages.

Projections et écoutes d’archives

  • Archives sonores de la recherche (Phonothèque de la MMSH)
  • Archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Ina Méditerranée
  • Archives musicales, collection AMAR
  • Films numérisés de Studio Baalbeck, collection UMAM documentation & Research – La contemporaine

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), Inner Mapping de Stéphanie Latte-Abdhallah et Emad Ahmad (2017)

Séminaire Ifpo

Evaluation et défis de la justice transitionnelle au Liban : Quelles leçons pour la Syrie ?

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Intervenante

Carmen Hassoun Abou Jaoudé est politologue, chercheure associée au Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM) affilié à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). Elle enseigne à l’USJ et l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK). Elle est membre active du Board de l’ONG libanaise Act for the Disappeared. Elle a été entre 2011 et 2015 la directrice du bureau du Centre international de justice transitionnelle (ICTJ) au Liban. Journaliste de formation, elle a notamment travaillé à L’Orient-Express et au Mulhak, le supplément culturel du quotidien libanais An-Nahar.

Carmen Hassoum Abou Jaoudé a supervisé et coédité une série de rapports publiés par ICTJ dont “Lebanon’ Legacy of Political Violence. A Mapping of Serious Violations of International Human Rights and Humanitarian Law in Lebanon (1975-2008)” (septembre 2013); “Failing to Deal with the Past: What Cost to Lebanon?” (janvier 2015);“How People Talk About the Lebanon Wars. A Study of the Perceptions and Expectations of Residents in Greater Beirut” (octobre 2014); The Missing in Lebanon: Inputs on the Establishment of the Independent National Commission on the Missing and Forcibly Disappeared Persons in Lebanon” (janvier 2016).

Elle a contribué à la création d’une coalition/consortium d’acteurs, dont des universitaires, et d’associations de la société civile pour le développement de recommandations en faveur d’une justice transitionnelle au Liban « Confronting Political Violence in Lebanon: An Agenda for Change”  un policy paper publié en octobre 2014.

Présentation

Près de trois décennies après la fin officielle de la guerre du Liban (1975-1990), quel bilan pourrait-on faire des initiatives mises en place pour faire face au legs de ce passé douloureux ? Cette communication se propose de revenir sur le processus de « sortie de guerre » notamment sur les mesures prises par l’Etat libanais et les initiatives de la société civile dans une perspective de justice transitionnelle. Elle tentera d’évaluer ces démarches et leur impact sur la société libanaise et sur les victimes en particulier.
Elle se propose de contribuer à la réflexion sur la forme de justice transitionnelle la plus appropriée à la fois pour les victimes, mais également pour les acteurs de la guerre comme de la paix qui constituent le tissus social, culturel et politique du Liban contemporain. Elle essayera enfin de mettre en exergue les éléments utiles et pertinents pour interroger la situation syrienne.

Date et horaires

Mardi 22 janvier 2019  de 18h à 19h30

Lieu

Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth