Colloque : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web (29-30/05/2019)

Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie

أرشيفات رقمية جديدة في الشرق الأدنى: الصوت والصورة والأفلام والويب

تحديات تبادل البيانات الميدانية في لبنان والأردن وسوريا

محاضرات وجلسات نقاش باللغة الفرنسية مع ترجمة فورية للغة العربية

:المدخل مفتوح للجميع بعد التسجيل

nanpo@sciencesconf.org

برنامج المؤتمر باللغة العربية

Résumé

Les chercheurs en sciences humaines et sociales qui ont choisi le Proche-Orient comme terrain d’investigation scientifique depuis le XIXe siècle ont constitué des fonds documentaires comprenant tous les types de sources. Chercheur·e·s libanais·es, syrien·nne·s, jordannien·ne·s et français·es ont produit et mobilisé des corpus de notes et carnets de terrain ou de fouilles, photographies, films et enregistrements sonores, sites Web… Ces ensembles constituent des collections qui sont susceptibles d’éclairer l’histoire de la région et d’aider à la compréhension du temps présent. Ces collections restent pourtant souvent difficilement accessibles, parfois même inconnues du monde académique et culturel et bien plus encore des différents publics concernés.

Présentation

Cette manifestations réunira des chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, professionnel·le·s de l’information scientifique, acteurs de la société civile, étudiant·e·s de tous niveaux et publics amateurs qui s’intéressent ou travaillent dans le domaine des archives en sciences humaines et sociales issus des rives de la Méditerranée et au-delà. Ces deux journées s’attachent aux territoires jordaniens, libanais et syriens. Elles associent l’Institut français du Liban, des universités (Aix-Marseille Université,Université libanaise, Université Saint-Joseph), des centres de recherche (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme etInstitut français du Proche-Orient) et valoriseront les actions scientifiques ou les programmes de recherche portés par ces structures (ANR Shakk).

Ce colloque sera l’occasion d’engager une réflexion nécessaire en sciences humaines et sociales quant à l’exploitation scientifique et la valorisation de ces collections qui ont été constituées dans/sur ces pays et d’engager un dialogue entre les différents acteurs qui s’intéressent ou se sont intéressés à ces données, leur collecte et leur archivage avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. En s’appuyant sur les disciplines qui ont constitué des collections documentaires pour étayer des publications scientifiques ou grand public, les journées veulent aussi appréhender les enjeux auxquels sont confrontés aujourd’hui ces fonds à l’ère du numérique. Elles offrent l’opportunité de réfléchir aux méthodologies mises en œuvre dans les sciences humaines et sociales et à leurs enjeux au moment de leur production, qu’il s’agisse de l’influence des outils de collecte sur les pratiques de recherche, des liens qui relient les producteurs de données, les acteurs documentés dans les données, les archivistes et les utilisateurs, ou encore du poids des crises politiques et des conflits. Le récit de chercheurs qui ont constitué ou utilisé ces archives, la présentation réflexive de collections conservées dans la région ou en Europe et des conférences de spécialistes de ce paysage documentaire, soutiendront une meilleure appréhension des histoires et des cultures du Liban et de Syrie.

Journées précédées d’un atelier pédagogique (28 mai) et accompagnées de projections de films documentaires (voir informations en bas de l’article)

Ouvert au public sur inscription : nanpo@sciencesconf.org


Programme

29 mai 2019, Bibliothèque nationale du Liban

8h30 Accueil des participants

  • Hassan Al Akra, Bibliothèque nationale du Liban
  • Véronique Aulagnon, Institut Français du Liban
  • Michel Mouton, Institut français du Proche-Orient
  • Sophie Bouffier, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

9h – Allocutions d’accueil :

9h30 – Conférence introductive : Carla Eddé, historienne, vice-recteur pour les relations internationales à l’Université Saint-Joseph – Archives, mémoire, histoire (titre provisoire)

10h – Table-ronde 1 : Partage des données numériques au Proche-Orient : quels acteurs, quels médias, quels enjeux ?

Modérateurs : Najla Nakhlé-Cerruti (Ifpo) et Lockman Slim (UMAM documentation & research)

Françoise Hours (BnF)

Jean-Philippe Dumas (Archives du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères)

Elie Elias (Université Saint-Esprit de Kaslik)

Kamal Kassar (Fondation Amar)

Levon Nordiguian et Marina Mattar (Photothèque de l’Université Saint Joseph)

Mireille Maurice (Ina Méditerranée)

12h – Le projet Open Jerusalem : vers un croisement des archives et une collaboration des chercheurs, Abdul-Hameed Al-Kayyali (Ifpo, Amman)

12h30-14h – déjeuner libre

14h-14h30 : Partager les données de la recherche : l’expérience de la TGIR Huma-Num dans le contexte européen, Stéphane Pouyllau (directeur technique de la TGIR Huma-Num), Adeline Joffres (responsable de la coopération internationale de la TGIR Huma-Num

15h : Table-ronde 2 : Les activistes des archives

Modératrice : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, Ifpo)

Sana Yazigi (Creative Memory), Archiver la mémoire créative de la Révolution syrienne produites en Syrie et en diaspora : https://creativememory.org

Cécile Boex (EHESS, Césor), Archiver les vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie : enjeux éthiques et politiques

Zara Fournier (doctorante en géographie à l’université de Tours, CITERES 7324, associée à l’Ifpo), Désirs d’ailleurs et d’avant : les militants de la mémoire et le Web au Sud du Liban

Mohammad Haj Hassan (Dawlati), Archiving the Oral History of the Syrian Conflict : http://dawlaty.org

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction de Monika Borgmann : Tadmor, film réalisé par Monika Borgmann et Lokman Slim, 2017


30 mai 2019, Beit Beirut Museum

9h – Accueil, café

9h30 – Conférence introductive : Pauline Koetschet (MMSH – Centre Paul Albert-Février, UMR 7297), Bibliothèques, collections et archives. Matérialité de la recherche

10h – Table-ronde 3 : Parole vive, parole en interaction

Organisatrices : Loubna Dimachki (Université libanaise) et Véronique Traverso (CNRS-Ifpo)

Modérateur: Ziad Mikati (Université libanaise)

Loubna Dimachki et Rim Ayoub (Université Libanaise), Les corpus d’interaction au Centre des Sciences du Langage et de la Communication

Catherine Pinon (Ifpo), Transcription de corpus d’arabe parlé en interaction : la convention  ARAPI

Gloria el-Hajj (Université Lumière Lyon 2), Corpus actuel de français parlé au Liban : constitution, terrain et réflexion scientifique

Bassam Baraké (Université Libanaise), Le parler blanc au Liban – Analyse des documents télévisés

Joseph Dichy (Université Lumière Lyon 2), Corpus sur Twitter en Arabizi et traduction

Véronique Traverso (Ifpo), Corpus sensibles, aspects éthiques et juridiques 

12h – 12h30 – Conférence : Christine Jungen (CNRS, LESC), Les archives et leurs formes : petites histoires de traduction

Déjeuner

14h – Table-ronde 4 : Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale

Modératrices : Liliane Kfoury (Université Saint-Joseph) et Florence Descamps (École pratique des hautes études – Paris sciences et lettres – EPHE PSL)

Florence Descamps (EPHE PSL), Histoire de la mémoire, histoire des mémoires. Les vertus heuristiques du concept « régime de mémorialité ».

Karima Dirèche (CR CNRS, UMR TELEMMe), Mémoires de la guerre et de l’indépendance. Ce qu’en disent les slogans de la contestation algérienne

Sophie Gebeil (MCF – AMU, UMR TELEMMe), Historiciser les dispositifs de médiation mémorielle en ligne : entre archives du Web et enquête orale

Houda Kassatly (ethnologue, photographe, Université Saint-Joseph), Les photographes de studio des années 50 : mémoire d’un métier et hommage posthume

Liliane Kfoury (historienne, USJ), L’apport de l’oralité à l’histoire libanaise contemporaine

Falestin Naïli (Ifpo – Amman), L‘histoire orale en Jordanie : potentiels et obstacles

Conclusions, synthèse et perspectives

Kamel Doraï, Directeur du département des études contemporaines de l’Ifpo (CNRS, Ifpo)

 19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction d’Emma Aubin-Boltanski et Rania Stephan : Catherine ou le corps de la passion, film réalisé par Emma Aubin-Boltanski, 2012


28 mai : atelier pédagogique sur les bonnes pratiques pour les usages et le partage des archives numériques

Cet atelier, animé par Fabrice Barth (chargé de mission sur le numérique pédagogique, Espé – Aix-en-Provence) est organisé avec la collaborationdu service de coopération éducative auprès de l’Ambassade de France au Liban. Il s’adresse aux enseignants du secondaire au Liban du réseau AEFE (réseau de l’enseignement français au Liban). A partir d’archives numériques en langue française sur le domaine libanais (archives orales de terrain, archives de l’Institut national de l’audiovisuel, films) utilisables en classe, l’objectif est de favoriser les bonnes pratiques pour leur utilisation dans le cadre de l’enseignement ou plus largement de publications ou de réusages.

Projections et écoutes d’archives

  • Archives sonores de la recherche (Phonothèque de la MMSH)
  • Archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Ina Méditerranée
  • Archives musicales, collection AMAR
  • Films numérisés de Studio Baalbeck, collection UMAM documentation & Research – La contemporaine

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), Inner Mapping de Stéphanie Latte-Abdhallah et Emad Ahmad (2017)

Familles et guerres au Proche-Orient

Un Colloque international organisé par Valentina Napolitano à l’Ifpo Amman

La littérature scientifique consacrée à la famille au Moyen-Orient a peu étudié les répercussions des multiples guerres qui ont sévi dans la région. Le colloque international War and Families’ transformations in the Middle-East organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) à Amman, était l’occasion d’entamer une étude comparée sur les effets des guerres et des violences sur les reconfigurations familiales. Au cours de cette rencontre, des chercheurs, issus d’horizons disciplinaires différents (sociologie, sciences politiques, anthropologie et géographie), ont présenté leurs recherches sur la Syrie, la Jordanie, la Palestine et l’Irak. La participation des membres des universités et centres de recherche régionaux (Birzeit University, University of Baghdad, Academic Research Institute in Iraq, Arab Council for Social Sciences), ainsi que celle des représentants d’organisations non gouvernementales impliquées dans l’assistance humanitaire, a donné la possibilité d’élargir les pistes de recherche et de diversifier les points de vue.

Le colloque a été introduit par la sociologue Frances Hasso (Duke University) qui a démontré que la famille se trouve au cœur des rapports de pouvoir traversant les sociétés. Elle a en outre proposé des pistes de recherches transversales permettant de saisir les transformations provoquées par la guerre. Selon Frances Hasso, la famille en tant que catégorie sociale se doit d’être historiquement située : son évolution est, de fait, déterminée par de multiples facteurs politiques, sociaux et économiques. Pour saisir les basculements des équilibres engendrés par la guerre et les déplacements forcés, elle propose de se pencher sur l’évolution du cadre familial dans une temporalité plus longue allant au-delà des moments de rupture (turning points). En variant les échelles d’analyse, on peut en outre étudier les familles dans leur rapport avec les différents contextes d’insertion (famille élargie, quartier, ville, État). La pertinence de cette approche a été mise en exergue dans la dernière partie de la présentation qui portait sur la mortalité infantile pendant la période du mandat britannique en Palestine. À cette époque, explique Frances Hasso, une politique d’accès inégal à la santé et aux soins pré et postnatals a été mise en place pour les populations juives et palestiniennes, et ce en vue de soutenir le projet colonial britannique et sioniste.

La suite du colloque s’est structurée autour de quatre panels. Le premier, entièrement consacré à la Palestine, a souligné la manière dont l’occupation israélienne affecte la vie quotidienne des familles, notamment dans deux espaces sensibles :  la ville de Jérusalem (Nida Abu Awwad de Birzeit University) et la bande de Gaza (Elena Qleibo chercheuse associée à l’Ifpo). La restriction des mobilités imposée par différents dispositifs juridiques et par la fragmentation du territoire constitue une contrainte majeure pour la vie des familles palestiniennes. L’impossibilité d’enregistrer les mariages, les naissances, mais aussi de réunir des familles divisées entre Jérusalem et la Cisjordanie ou bien entre Gaza et la Cisjordanie, sont des cas communs. À Jérusalem-Est, l’absence de nouveaux logements, due au manque de moyens financiers conjuguée à l’impossibilité d’obtenir des permis de construire, expliquent que les jeunes couples soient contraints de s’installer chez leurs parents, provoquant de multiples tensions. Dans la bande de Gaza, Elena Qleibo (Ifpo) s’est intéressée à l’impact du taux élevé de chômage sur la virilité des hommes. Pour autant, le rôle de ces derniers ne serait pas remis en cause en raison du besoin de préserver une cohésion familiale face à l’occupation israélienne.

Le deuxième panel a abordé les répercussions des conflits et des fractures politiques au niveau des pratiques et des relations intrafamiliales. En Irak, le conflit confessionnel a, par exemple, engendré de multiples divorces parmi les couples issus de différentes communautés religieuses (Lucine Taminian, de Academic Research Institute in Iraq). En Cisjordanie, l’emprisonnement d’au moins un membre de chaque famille explique que les femmes tiennent parfois le rôle de chefs de famille et se mobilisent pour obtenir la libération de leurs époux. Par ailleurs, Flora Gonseth (doctorante, CRESPPA/GTM, Ifpo) évoque l’émergence de nouvelles pratiques comme l’insémination artificielle à distance. Avec le soutien des autorités religieuses et politiques, celle-ci est pratiquée par les femmes des prisonniers, condamnés à de longues peines. En Syrie, on remarque que les prises de position en faveur ou contre le régime Assad, ont engendré des ruptures entre générations, mais aussi au sein des familles élargies (Valentina Napolitano).

En conclusion de la première journée, une table ronde intitulée “Psychological, Economic and Legal Support to Families Affected by Wars. An Insight on Local and International NGO’s Activities in Jordan” a été organisée à l’Institut Français de Jordanie. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger avec les représentants de deux ONGs qui ont énuméré leurs actions dans le domaine de l’assistance, humanitaire et légale, en direction des familles de réfugiés syriens et iraquiens. Collateral Repair Project, une organisation internationale basée dans le quartier de Haschmi al-Shimali (à l’est d’Amman) a exposé ses différents programmes d’assistance alimentaire, d’éducation, de formation professionnelle et de soutien psychologique aux personnes affectées par la guerre, mais aussi par les violences domestiques et les tensions familiales. L’organisation jordanienne Arab Renaissance for Democracy and Development (ARDD), basée à Jebel Amman, a présenté les défis liés à l’absence de documents d’identité valables et l’impossibilité pour les réfugiés syriens d’enregistrer les nouvelles naissances, mariages/divorces et ses répercussions dans leurs accès aux services sociaux de base.

La deuxième journée du colloque était articulée autour de deux axes de réflexion. Le premier portait sur les effets des conflits, à la fois sur l’assistance (care) aux personnes âgées (Lamis Abou Nahleh de Birzeit University) ainsi que sur la santé mentale des femmes syriennes réfugiées à Irbid (Ruba Al Akash de University of Yarmouk). Le deuxième axe portait sur l’impact des migrations sur les liens familiaux. Jalal Al Husseini (Ifpo) et Hadeel Fawadle (Birzeit University) ont retracé les parcours migratoires des membres de familles palestiniennes qui en l’espace de quelques décennies ont été confrontés à plusieurs conflits, aussi bien en Palestine que dans des pays arabes où elles ont trouvé refuge. Ils ont étudié les stratégies matrimoniales qui ont permis à ces familles dispersées de conserver une cohésion et de surmonter les multiples défis politiques et économiques auxquels elles ont été confrontées.

Au-delà des spécificités liées aux différents terrains d’enquête, aux multiples formes de violence et de guerres, ce colloque était l’occasion de prendre la mesure des multiples transformations qu’a connues l’institution familiale au Proche-Orient et de relativiser la vision encore figée de la « famille arabe patriarcale » et « traditionnelle ». Des nouveaux modes de « faire famille » voient le jour et les bouleversements politiques, économiques et démographiques, engendrés par les situations de conflit, jouent un rôle déterminant dans ces reconfigurations. Ce chantier demeure cependant encore largement inexploré : poursuivre la comparaison entre les pays de la région, voire au-delà, permettra dans les années à venir d’établir des tendances sur le long terme, et de se doter d’outils théoriques et méthodologiques adaptés pour saisir les transformations familiales dans des contextes de dispersion et de violence.

Compte-rendu de Valentina Napolitano