« En attendant » : Le dessin comme témoignage

Les 30 et 31 mai 2018, les témoignages de réfugiés syriens au Liban étaient à l’honneur lors d’une exposition organisée par Solidarités International. Pour l’ONG française fondée en 1980, il s’agissait de valoriser ses actions sur le territoire libanais, notamment à travers la publication d’En attendant (2016).

Ce  roman graphique est le fruit de la collaboration des dessinatrices Diala Brisly, Lena Merhej, Lisa Mandel et Nour Hfaoui Fakhoury et du dessinateur Kamal Hakim, venus de France, du Liban et de Syrie. L’ouvrage a été traduit en trois langues et veut faire entendre les voix des réfugiés syriens à un public le plus large possible : il est également disponible sur Internet. L’exposition alternait entre des informations sur les conditions de vie des réfugiés et des reproductions de planches, éclairant ces données. Les sujets abordés étaient aussi variés que la vie de famille, les relations hommes-femmes, l’organisation au sein des camps ou l’accès à l’éducation, au logement, au travail et aux soins.

L’exposition permettait aussi de comprendre le choix du support bande dessinée : les dessins facilitent l’accès aux informations, tout en préservant l’intimité des personnes dessinées. Ils maintiennent leur singularité, leur qualité humaine et les représentent dans leur monde. La directrice de Solidarités International au Liban, Caroline Bouvard, explique que cet aspect humanisant du dessin leur semblait primordial pour s’affranchir des rapports et des données chiffrées produits par les nombreuses organisations internationales. 1,5 millions de réfugiés syriens au Liban en 2016, pour une population de 4 millions d’habitants. Kamal Hakim rappelle ces chiffres et thématise le problème au début de sa bande dessinée : « Le chiffre fait peur. Quand on voit débarquer une masse de personnes qui souffrent, qui manquent de tout dans un pays qui ne peut pas recevoir… C’est la panique !! Du coup on ne voit plus les visages, les sourires, les larmes… On retient juste un nombre. »

Et en effet, les cinq histoires relatées dans le livre permettent au lecteur de se plonger dans la vie de familles réfugiées dans le nord du Liban, entre la plaine du Akkar, Tripoli et Sir el Denniyeh. On rencontre Fawzia du camp Ghyayle 005, qui a adopté Nour, rencontrée sur son chemin vers l’exil au Liban : « Les femmes parlent derrière mon dos, elles disent que je ne suis pas respectable et que je travaille… Je suis devenue veuve pendant la guerre. Nour aussi était devenue orpheline de sa mère. Son père a épousé une autre femme et l’a abandonnée. » On assiste au mariage traditionnel de Salam, dans le campement de Samouniyeh. Dans la tour d’Assoun à Sir el Denniyeh qui regroupe 200 individus dans 58 chambres, on est témoin des chamailleries de Shireen et de sa voisine, qui lui reproche d’accepter d’être prise en photo, alors que c’est haram. Elle rétorque, ironique : « Et voilà, monsieur le Libanais, vous assistez en live à un débat sur ce sur quoi repose désormais l’honneur d’une femme syrienne… ». Ahmad B., « jeune sage de la tour », parle des problèmes liés à ce logement surpeuplé: d’un système mafieux qui se met en place, des réseaux de prostitution et de l’insécurité qui domine. Et on fait connaissance avec la responsable d’un camp, la Shawish Khadouch, également mère de quatorze enfants. Elle explique que ce n’est pas rare que des femmes assument cette responsabilité : « Mon mari ? Shawish ? Hahaha ! Il est pas assez futé ! ».

Après avoir dévoilé les différents destins de ces Syriens et de ces Syriennes, l’exposition s’achevait sur deux installations artistiques. A travers des barbelés étaient projetés deux films de bombardements, l’un en 2011, l’autre en 2018, attestant qu’en sept ans de conflit, rien n’avait changé. La seconde installation était impressionnante, parce qu’immersive : après un couloir labyrinthique fait de tulle noir et de fumée, à peine éclairé, le visiteur se trouvait face à des décombres, les pieds dans le sable, des vibrations de basses faisant trembler le sol. Comme après un bombardement, des objets du quotidien et des débris étaient éparpillés. Et plus loin, un autre monceau représentait ce que les familles avaient pu sauver de l’explosion, et qu’elles essaieraient  d’emmener dans leur fuite : des valises, des casseroles, des couvertures, une théière…

En attendant, il s’agit de continuer à sensibiliser les populations, particulièrement au Liban, aux problématiques des réfugiés. Ainsi, le bureau libanais de l’Unicef a lui aussi publié, en 2018, l’ouvrage Haneen. Voices of Syrian Refugee Children through Artist’s Eyes, un recueil de poèmes d’enfants syriens vivant dans des camps au Liban, accompagnés de dessins d’artistes libanais et syriens. Des initiatives culturelles comme celles-ci, où Syriens et Libanais collaborent, visent à contenir les discours de haine, auxquels sont confrontés à la fois les émigrés, mais aussi les ONG, comme le dénonce cette campagne de Solidarités International.

Crédits image : Couverture de la bande dessinée En attendant, site de Solidarités International. (https://i1.wp.com/www.solidarites.org/images/articles/Enattendant.jpg?zoom=1.5&resize=680%2C400&ssl=1)