Journées d’études internationales : « Du geste à la trace. De la trace à la mémoire »

« Du geste à la trace. De la trace à la mémoire : Trajectoires d’archivage des vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie et au-delà »

Dans le cadre du programme ANR Shakk “De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes”

Aller au programme

5 – 6 juillet 2018

Bibliothèque nationale de France – Quai François Mauriac – 75013 Paris

Salle 70 (Hall est, foyer du Petit auditorium)

Bildergebnis für symbole métro parisien 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Depuis 2011, la révolte et la guerre en Syrie ont engendré une masse considérable de vidéos filmées par des manifestants, des activistes, des combattants. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger. Ces journées d’études visent à faire un état des lieux des pratiques et des trajectoires d’archivage de ces vidéos afin de mieux en cerner les enjeux épistémologiques et mémoriaux.

Présentation

Jamais dans l’histoire, une révolte et un conflit n’ont autant été filmés par leurs propres protagonistes. Depuis 2011, pour contourner l’embargo médiatique imposé par le régime de Bachar al-Assad, des centaines de milliers de vidéos ont été mises en ligne — principalement sur YouTube — par des manifestants, des activistes et des combattants : manifestations, scènes de répression, funérailles, mais aussi actions protestataires inédites, recueils de témoignages, déclarations de défection de militaires ou de formation de brigade combattante, hommages aux « martyrs », combats, etc. Par ailleurs, de nombreuses vidéos ont été filmées et n’ont jamais été mises en ligne, stockées pour l’instant dans des disques durs ou des téléphones portables.

La vaste gamme des usages de la vidéo reste encore à explorer, tant elle évolue au fil des rapports de force sur le terrain et des différents acteurs en présence. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles vernaculaires sont à la fois traces et expériences de la révolte et de la guerre. Ces fragments d’images et de sons, pour la plupart anonymes, lacunaires et contingents de la maîtrise des preneurs d’images et du matériel dont

ils disposent, sont souvent illisibles et invisibles, malgré leur accessibilité sur Internet : la masse de vidéos fait écran, tout comme le manque d’indices de contextualisation. Opaques, ces vidéos sont aussi fragiles puisqu’elles peuvent disparaître du jour au lendemain, en raison notamment de la fermeture de comptes par les utilisateurs ou par la société YouTube, comme en juin 2018, au motif de lutter contre les contenus violents.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ont saisi à quel point ces vidéos constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger un jour ceux qui, pour l’instant, figurent dans le camp des vainqueurs. Conscients du caractère éminemment évanescent de ces documents, des associations telles que Syrian Archive ou Creative Memory of the Syrian révolution, des activistes, des chercheurs et des particuliers, chacun avec des moyens et des objectifs propres, s’attachent depuis plusieurs années à les collecter, les organiser et les sauvegarder.

En effet, quelles sont les vidéos qui font l’objet de sauvegarde ? Selon quelles procédures et dans quels buts ? Comment sont-elles décrites et référencées ? Dans quelle mesure peuvent-elles constituer une source pour la connaissance, la mémoire ou le droit ? Quelles en sont les modalités de partage et de diffusion ? Les spécificités de ces vidéos tout comme les logiques hétérogènes et les sites disséminés de ces entreprises de collecte remettent en question le concept d’archive et ses pratiques institutionnelles. De même, l’intérêt grandissant pour l’archivage de ces vidéos alors que les événements sont toujours en cours interroge. Nous réfléchirons à ces questions avec des acteurs de la constitution de ces archives, qu’ils conçoivent leurs démarches dans un cadre militant, judiciaire ou universitaire. Il s’agira également d’inscrire cette réflexion dans un questionnement plus large sur les façons dont les images animées et le numérique façonnent notre rapport à la connaissance et à la mémoire.

Programme

 Voir pdf

Jeudi 5 juillet

9h15 ● Accueil

9h30 ● Introduction

Alain Carrou (BnF), Cécile Boëx (CéSor, EHESS), Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

Session 1 ● Méthodes et pratiques de la recherche : collecter, analyser, sauvegarder

Discutantes : Cécile Boëx (CéSor, EHESS) et Vanessa Guéno (Iremam, Aix-en-Provence)

10h15-10h45 ● Dima Saber (Center for Media and Cultural Research, Birmingham University) Refugee writing, refugee history. Locating the refugee archive in the making of a history of the Syrian war

10h45-11h15 ● Yasser al-Zayyat (American University of Beirut) A Syria That Is No More: On Science, Memory and Language

11h15-11h30 ● Pause café

11h30 12h00 ● Ulrike Lune Riboni, (CEMTI, Paris 8) « Ce que je trouve est ce que je cherche » : méthodologie pour la constitution d’un corpus de vidéos en ligne

12h00-12h30 ● Discussion

12h30-14h00 ● Pause Déjeuner

Session 2 ● Les mémoires à l’épreuve du numérique et des images animées. Perspectives comparatives

Discutant : Alain Carou (BnF)

14h00 ● Laurent Véray (IRCAV, Paris 3) Filmer, montrer et archiver la Grande Guerre

14h30 ● Agnès Devictor (HiCSA, Paris 1) Transfert de fonds d’archives audio-visuelles : étude d’un cas afghan

15h00-15h15 ● Pause café

15h15 ● Sophie Gebeil (TELEMMe, Aix-en-Provence) L’historien.ne dans les méandres des archives du Web : le cas des mémoires maghrébines sur la toile française depuis les années 2000

16h15 ● Discussion

19h30 ● Dîner

Vendredi 6 juillet

9h30 ● Accueil

9h45 ● Mot d’introduction Anna Poujeau (CéSor, CNRS)

Session 3 ● Enjeux mémoriels, politiques et testimoniaux des archives audiovisuelles

Discutants : Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS) et Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

10h00 ● Jean-Marc Salmon (Institut Mines Télécom, Université Paris Descartes) Les archives nativement numériques du jaillissement du soulèvement tunisien

10h30 ● Jeff Dutch, Syrian Archive Collect, Curate, Investigate: Using open-source big-data methodologies for human rights monitoring in Syria

11h15 ● Pause café

11h30 ● Stefan Tarnowski (Institute for Comparative Literature and Society, Columbia University) Human Rights Video and Revolution in Syria

12h00 ● Discussion

12h30-14h00 ● Déjeuner

Session 4 ● Passages, transmission et création

Discutants : Franck Mermier (IRIS, CNRS) et Nisrine al-Zahre (CéSor, EHESS)

14h00 ● Collectif 858 : Beyond archiving

14h30 ● Sana Yaziji et Naji Zahar (The Creative Memory of the Syrian Revolution) Un devoir de Mémoire

15h15 ● Pause café

15h30 ● Ali Atassi (Bidayyat) Digital Syrian Archive Between Videos and Documentary Cinema

16h00 ● Discussion

16h30 ● Synthèse et ouvertures : Myriam Catusse (Iremam, CNRS) et Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS)

20h00 ● Dîner

“A Force for Change” : Une rencontre à Beyrouth

Dans la crypte de l’église St Joseph à Monot, la fondation Heinrich Böll a organisé le 26 avril 2018 une installation artistique, une discussion et une projection sur le thème des mouvements civils en temps de conflit, ciblant spécifiquement la Syrie et Alep. Dès son arrivée, le visiteur s’y trouvait plongé : il pouvait contempler la transformation de la ville pendant huit années de guerre, en l’espace de huit minutes, par le biais du court-métrage Aleppo 8 d’Abdullah Allhakawati, projeté sur des voiles blancs.

L’installation introduisait bien la discussion. Chargée émotionnellement, celle-ci était animée par Bodo Straub, un journaliste travaillant pour le blog allemand Alsharq, dont les contributeurs et contributrices sont de jeunes chercheurs et journalistes s’intéressant aux questions du Proche Orient et aux relations entre l’Europe, l’Allemagne et les pays arabes. La première invitée à avoir pris la parole était Marcelle Shehwaro, une activiste syrienne d’Alep, directrice exécutive de « Kesh Malek ». Elle se bat maintenant au sein du mouvement « Act for Ghouta », pour que cette région ne connaisse pas le même sort que sa ville natale. Marcelle Shehwaro s’est dite surprise du nombre de personnes dans les rues en 2011, qui s’étendait bien au-delà du cercle des activistes. Et si aujourd’hui, la violence a gagné en Syrie, elle l’affirme : « la résistance continue : les citoyens ne peuvent pas laisser leur pays être occupé et leurs histoires contrôlées ». Les activistes veulent prouver qu’ils ne sont pas des terroristes, comme le prétend la propagande des autorités syriennes.

Cela tient aussi à cœur à Manal Abazeed, l’une des premières femmes à avoir rejoint la « Défense Civile Syrienne » à Alep, aussi connue sous le nom des « Casques blancs ». Secourir les victimes des bombardements et les transporter à l’hôpital en ambulance : que les femmes s’engagent dans de telles missions paraissaient chose inenvisageable. Et pourtant, quelques unes ont réussi à s’imposer : elles sont aujourd’hui une centaine au sein de l’organisation. C’est d’autant plus important que dans certaines situations, des hommes, par excès de conservatisme, refusent de venir en aide à une femme. Manal Abazeed a également évoqué la manière dont l’activisme l’a transformée: au début de la militarisation du conflit, elle déplorait la révolution car elle pensait alors qu’avant 2011, les Syriens et les Syriennes vivaient en paix et en sécurité. Mais elle a fini par réaliser que cette image d’Épinal était loin d’être partagée par tous les citoyens, qu’un changement était nécessaire dans la société et que les femmes devaient y prendre part.

Parmi ces citoyens qui se battaient contre le despotisme déjà avant la révolution, il y a Fadwa Mahmoud, activiste de longue date, arrêtée en 1992 par son propre frère, alors enrôlé au service du régime de Hafez Al-Assad. Elle fut emprisonnée pendant deux ans pour être membre du Parti d’Action Communiste. Co-fondatrice de « Family for Freedom » en 2016, son but est de délivrer les prisonniers politiques syriens, dont son fils fait partie. Les détenus n’ont que peu de visibilité dans les médias et les ONG, alors que selon elle, faire entendre leurs voix est primordial. Elle déplore aussi la stratégie de division de la société pratiquée par les autorités syriennes, mais montre que celle-ci n’a fonctionné qu’en partie : au sein de son organisation, il y a des femmes de tous bords et de toutes les religions, dont la volonté commune est d’obtenir la libération de leurs proches.

Gino Raidy, un bloggeur libanais, était le porte-parole de Léa Baroudi, directrice de l’organisation MARCH. Il était lui-même impliqué dans l’initiative à Tripoli, qui visait à la réconciliation des sunnites de Bab el Tebbeneh et des alaouites de Jabal Mohsen. Des membres des deux communautés ont monté une pièce de théâtre inspirée du Roméo et Juliette de Shakespeare : Love and War on the Rooftop. Un documentaire a été réalisé sur la mise en place du projet. Parallèlement, MARCH a soutenu le projet d’ouverture d’un café sur la rue de Damas, ligne de démarcation entre les deux quartiers, dans une maison qui, détruite lors des confrontations, a été restaurée par des volontaires. Gino Raidy s’est également exprimé sur la question des élections libanaises : il a insisté sur le fait que la jeunesse devait prendre position. En tant qu’activiste, « il faut être pragmatique » a-t-il expliqué, car « les jeunes ne peuvent attendre des générations précédentes de changer le Liban ».

Pour conclure, les participants se sont prononcés sur les leçons que la Syrie pouvait tirer de la guerre libanaise : si après le conflit, justice n’est pas faite, il n’y aura pas de véritable réconciliation, laissant les chefs militaires gouverner de manière sectaire. Finalement, la discussion permettait d’approcher le conflit qui déchire la Syrie de manière plus humaine, loin des comptes rendus médiatiques souvent désincarnés. Revenant sur leurs histoires personnelles, ces femmes et cet homme courageux ont montré au public ému la nécessité de résister, quel que soit l’âge, le sexe et la religion.

Après la discussion était projeté « Last Men in Aleppo » de Feras Fayyas, primé au festival du film de Sundance en 2017. Dans ce documentaire on suit le quotidien de deux membres des « Casques blancs » en 2016, dans une Alep en ruine et assiégée. La mission qu’ils se sont donnés est d’extraire les survivants et les morts des décombres, après chaque bombardement. Le réalisateur montre les hésitations des habitants d’Alep : fuir ou rester ? Finalement, le destin de Khaled et de Mohammed est métaphorisé à l’écran, presque malgré eux. Ils se procurent des poissons, auxquels ils construisent un bassin. C’est décidé : tout comme ces animaux ne peuvent pas survivre en-dehors de l’eau, ils ne quitteront jamais Alep. Leur responsabilité, en tant qu’activistes, est bien trop grande.

Crédits photographiques : Casques blancs de la Défense civile syrienne à Kafrowaid, un village au sud d’Idleb, le 21 mars 2017, CC BY 3.0, https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:White_Helmets_Kafrowaid_21-3-2017.jpg