Colloque : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web (29-30/05/2019)

Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie

أرشيفات رقمية جديدة في الشرق الأدنى: الصوت والصورة والأفلام والويب

تحديات تبادل البيانات الميدانية في لبنان والأردن وسوريا

محاضرات وجلسات نقاش باللغة الفرنسية مع ترجمة فورية للغة العربية

:المدخل مفتوح للجميع بعد التسجيل

nanpo@sciencesconf.org

برنامج المؤتمر باللغة العربية

Résumé

Les chercheurs en sciences humaines et sociales qui ont choisi le Proche-Orient comme terrain d’investigation scientifique depuis le XIXe siècle ont constitué des fonds documentaires comprenant tous les types de sources. Chercheur·e·s libanais·es, syrien·nne·s, jordannien·ne·s et français·es ont produit et mobilisé des corpus de notes et carnets de terrain ou de fouilles, photographies, films et enregistrements sonores, sites Web… Ces ensembles constituent des collections qui sont susceptibles d’éclairer l’histoire de la région et d’aider à la compréhension du temps présent. Ces collections restent pourtant souvent difficilement accessibles, parfois même inconnues du monde académique et culturel et bien plus encore des différents publics concernés.

Présentation

Cette manifestations réunira des chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, professionnel·le·s de l’information scientifique, acteurs de la société civile, étudiant·e·s de tous niveaux et publics amateurs qui s’intéressent ou travaillent dans le domaine des archives en sciences humaines et sociales issus des rives de la Méditerranée et au-delà. Ces deux journées s’attachent aux territoires jordaniens, libanais et syriens. Elles associent l’Institut français du Liban, des universités (Aix-Marseille Université,Université libanaise, Université Saint-Joseph), des centres de recherche (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme etInstitut français du Proche-Orient) et valoriseront les actions scientifiques ou les programmes de recherche portés par ces structures (ANR Shakk).

Ce colloque sera l’occasion d’engager une réflexion nécessaire en sciences humaines et sociales quant à l’exploitation scientifique et la valorisation de ces collections qui ont été constituées dans/sur ces pays et d’engager un dialogue entre les différents acteurs qui s’intéressent ou se sont intéressés à ces données, leur collecte et leur archivage avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. En s’appuyant sur les disciplines qui ont constitué des collections documentaires pour étayer des publications scientifiques ou grand public, les journées veulent aussi appréhender les enjeux auxquels sont confrontés aujourd’hui ces fonds à l’ère du numérique. Elles offrent l’opportunité de réfléchir aux méthodologies mises en œuvre dans les sciences humaines et sociales et à leurs enjeux au moment de leur production, qu’il s’agisse de l’influence des outils de collecte sur les pratiques de recherche, des liens qui relient les producteurs de données, les acteurs documentés dans les données, les archivistes et les utilisateurs, ou encore du poids des crises politiques et des conflits. Le récit de chercheurs qui ont constitué ou utilisé ces archives, la présentation réflexive de collections conservées dans la région ou en Europe et des conférences de spécialistes de ce paysage documentaire, soutiendront une meilleure appréhension des histoires et des cultures du Liban et de Syrie.

Journées précédées d’un atelier pédagogique (28 mai) et accompagnées de projections de films documentaires (voir informations en bas de l’article)

Ouvert au public sur inscription : nanpo@sciencesconf.org


Programme

29 mai 2019, Bibliothèque nationale du Liban

8h30 Accueil des participants

  • Hassan Al Akra, Bibliothèque nationale du Liban
  • Véronique Aulagnon, Institut Français du Liban
  • Michel Mouton, Institut français du Proche-Orient
  • Sophie Bouffier, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

9h – Allocutions d’accueil :

9h30 – Conférence introductive : Carla Eddé, historienne, vice-recteur pour les relations internationales à l’Université Saint-Joseph – Archives, mémoire, histoire (titre provisoire)

10h – Table-ronde 1 : Partage des données numériques au Proche-Orient : quels acteurs, quels médias, quels enjeux ?

Modérateurs : Najla Nakhlé-Cerruti (Ifpo) et Lockman Slim (UMAM documentation & research)

Françoise Hours (BnF)

Jean-Philippe Dumas (Archives du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères)

Elie Elias (Université Saint-Esprit de Kaslik)

Kamal Kassar (Fondation Amar)

Levon Nordiguian et Marina Mattar (Photothèque de l’Université Saint Joseph)

Mireille Maurice (Ina Méditerranée)

12h – Le projet Open Jerusalem : vers un croisement des archives et une collaboration des chercheurs, Abdul-Hameed Al-Kayyali (Ifpo, Amman)

12h30-14h – déjeuner libre

14h-14h30 : Partager les données de la recherche : l’expérience de la TGIR Huma-Num dans le contexte européen, Stéphane Pouyllau (directeur technique de la TGIR Huma-Num), Adeline Joffres (responsable de la coopération internationale de la TGIR Huma-Num

15h : Table-ronde 2 : Les activistes des archives

Modératrice : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, Ifpo)

Sana Yazigi (Creative Memory), Archiver la mémoire créative de la Révolution syrienne produites en Syrie et en diaspora : https://creativememory.org

Cécile Boex (EHESS, Césor), Archiver les vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie : enjeux éthiques et politiques

Zara Fournier (doctorante en géographie à l’université de Tours, CITERES 7324, associée à l’Ifpo), Désirs d’ailleurs et d’avant : les militants de la mémoire et le Web au Sud du Liban

Mohammad Haj Hassan (Dawlati), Archiving the Oral History of the Syrian Conflict : http://dawlaty.org

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction de Monika Borgmann : Tadmor, film réalisé par Monika Borgmann et Lokman Slim, 2017


30 mai 2019, Beit Beirut Museum

9h – Accueil, café

9h30 – Conférence introductive : Pauline Koetschet (MMSH – Centre Paul Albert-Février, UMR 7297), Bibliothèques, collections et archives. Matérialité de la recherche

10h – Table-ronde 3 : Parole vive, parole en interaction

Organisatrices : Loubna Dimachki (Université libanaise) et Véronique Traverso (CNRS-Ifpo)

Modérateur: Ziad Mikati (Université libanaise)

Loubna Dimachki et Rim Ayoub (Université Libanaise), Les corpus d’interaction au Centre des Sciences du Langage et de la Communication

Catherine Pinon (Ifpo), Transcription de corpus d’arabe parlé en interaction : la convention  ARAPI

Gloria el-Hajj (Université Lumière Lyon 2), Corpus actuel de français parlé au Liban : constitution, terrain et réflexion scientifique

Bassam Baraké (Université Libanaise), Le parler blanc au Liban – Analyse des documents télévisés

Joseph Dichy (Université Lumière Lyon 2), Corpus sur Twitter en Arabizi et traduction

Véronique Traverso (Ifpo), Corpus sensibles, aspects éthiques et juridiques 

12h – 12h30 – Conférence : Christine Jungen (CNRS, LESC), Les archives et leurs formes : petites histoires de traduction

Déjeuner

14h – Table-ronde 4 : Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale

Modératrices : Liliane Kfoury (Université Saint-Joseph) et Florence Descamps (École pratique des hautes études – Paris sciences et lettres – EPHE PSL)

Florence Descamps (EPHE PSL), Histoire de la mémoire, histoire des mémoires. Les vertus heuristiques du concept « régime de mémorialité ».

Karima Dirèche (CR CNRS, UMR TELEMMe), Mémoires de la guerre et de l’indépendance. Ce qu’en disent les slogans de la contestation algérienne

Sophie Gebeil (MCF – AMU, UMR TELEMMe), Historiciser les dispositifs de médiation mémorielle en ligne : entre archives du Web et enquête orale

Houda Kassatly (ethnologue, photographe, Université Saint-Joseph), Les photographes de studio des années 50 : mémoire d’un métier et hommage posthume

Liliane Kfoury (historienne, USJ), L’apport de l’oralité à l’histoire libanaise contemporaine

Falestin Naïli (Ifpo – Amman), L‘histoire orale en Jordanie : potentiels et obstacles

Conclusions, synthèse et perspectives

Kamel Doraï, Directeur du département des études contemporaines de l’Ifpo (CNRS, Ifpo)

 19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction d’Emma Aubin-Boltanski et Rania Stephan : Catherine ou le corps de la passion, film réalisé par Emma Aubin-Boltanski, 2012


28 mai : atelier pédagogique sur les bonnes pratiques pour les usages et le partage des archives numériques

Cet atelier, animé par Fabrice Barth (chargé de mission sur le numérique pédagogique, Espé – Aix-en-Provence) est organisé avec la collaborationdu service de coopération éducative auprès de l’Ambassade de France au Liban. Il s’adresse aux enseignants du secondaire au Liban du réseau AEFE (réseau de l’enseignement français au Liban). A partir d’archives numériques en langue française sur le domaine libanais (archives orales de terrain, archives de l’Institut national de l’audiovisuel, films) utilisables en classe, l’objectif est de favoriser les bonnes pratiques pour leur utilisation dans le cadre de l’enseignement ou plus largement de publications ou de réusages.

Projections et écoutes d’archives

  • Archives sonores de la recherche (Phonothèque de la MMSH)
  • Archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Ina Méditerranée
  • Archives musicales, collection AMAR
  • Films numérisés de Studio Baalbeck, collection UMAM documentation & Research – La contemporaine

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), Inner Mapping de Stéphanie Latte-Abdhallah et Emad Ahmad (2017)

Journées d’études internationales : « Du geste à la trace. De la trace à la mémoire »

« Du geste à la trace. De la trace à la mémoire : Trajectoires d’archivage des vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie et au-delà »

Dans le cadre du programme ANR Shakk “De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes”

Aller au programme

5 – 6 juillet 2018

Bibliothèque nationale de France – Quai François Mauriac – 75013 Paris

Salle 70 (Hall est, foyer du Petit auditorium)

Bildergebnis für symbole métro parisien 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Depuis 2011, la révolte et la guerre en Syrie ont engendré une masse considérable de vidéos filmées par des manifestants, des activistes, des combattants. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger. Ces journées d’études visent à faire un état des lieux des pratiques et des trajectoires d’archivage de ces vidéos afin de mieux en cerner les enjeux épistémologiques et mémoriaux.

Présentation

Jamais dans l’histoire, une révolte et un conflit n’ont autant été filmés par leurs propres protagonistes. Depuis 2011, pour contourner l’embargo médiatique imposé par le régime de Bachar al-Assad, des centaines de milliers de vidéos ont été mises en ligne — principalement sur YouTube — par des manifestants, des activistes et des combattants : manifestations, scènes de répression, funérailles, mais aussi actions protestataires inédites, recueils de témoignages, déclarations de défection de militaires ou de formation de brigade combattante, hommages aux « martyrs », combats, etc. Par ailleurs, de nombreuses vidéos ont été filmées et n’ont jamais été mises en ligne, stockées pour l’instant dans des disques durs ou des téléphones portables.

La vaste gamme des usages de la vidéo reste encore à explorer, tant elle évolue au fil des rapports de force sur le terrain et des différents acteurs en présence. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles vernaculaires sont à la fois traces et expériences de la révolte et de la guerre. Ces fragments d’images et de sons, pour la plupart anonymes, lacunaires et contingents de la maîtrise des preneurs d’images et du matériel dont

ils disposent, sont souvent illisibles et invisibles, malgré leur accessibilité sur Internet : la masse de vidéos fait écran, tout comme le manque d’indices de contextualisation. Opaques, ces vidéos sont aussi fragiles puisqu’elles peuvent disparaître du jour au lendemain, en raison notamment de la fermeture de comptes par les utilisateurs ou par la société YouTube, comme en juin 2018, au motif de lutter contre les contenus violents.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ont saisi à quel point ces vidéos constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger un jour ceux qui, pour l’instant, figurent dans le camp des vainqueurs. Conscients du caractère éminemment évanescent de ces documents, des associations telles que Syrian Archive ou Creative Memory of the Syrian révolution, des activistes, des chercheurs et des particuliers, chacun avec des moyens et des objectifs propres, s’attachent depuis plusieurs années à les collecter, les organiser et les sauvegarder.

En effet, quelles sont les vidéos qui font l’objet de sauvegarde ? Selon quelles procédures et dans quels buts ? Comment sont-elles décrites et référencées ? Dans quelle mesure peuvent-elles constituer une source pour la connaissance, la mémoire ou le droit ? Quelles en sont les modalités de partage et de diffusion ? Les spécificités de ces vidéos tout comme les logiques hétérogènes et les sites disséminés de ces entreprises de collecte remettent en question le concept d’archive et ses pratiques institutionnelles. De même, l’intérêt grandissant pour l’archivage de ces vidéos alors que les événements sont toujours en cours interroge. Nous réfléchirons à ces questions avec des acteurs de la constitution de ces archives, qu’ils conçoivent leurs démarches dans un cadre militant, judiciaire ou universitaire. Il s’agira également d’inscrire cette réflexion dans un questionnement plus large sur les façons dont les images animées et le numérique façonnent notre rapport à la connaissance et à la mémoire.

Programme

 Voir pdf

Jeudi 5 juillet

9h15 ● Accueil

9h30 ● Introduction

Alain Carrou (BnF), Cécile Boëx (CéSor, EHESS), Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

Session 1 ● Méthodes et pratiques de la recherche : collecter, analyser, sauvegarder

Discutantes : Cécile Boëx (CéSor, EHESS) et Vanessa Guéno (Iremam, Aix-en-Provence)

10h15-10h45 ● Dima Saber (Center for Media and Cultural Research, Birmingham University) Refugee writing, refugee history. Locating the refugee archive in the making of a history of the Syrian war

10h45-11h15 ● Yasser al-Zayyat (American University of Beirut) A Syria That Is No More: On Science, Memory and Language

11h15-11h30 ● Pause café

11h30 12h00 ● Ulrike Lune Riboni, (CEMTI, Paris 8) « Ce que je trouve est ce que je cherche » : méthodologie pour la constitution d’un corpus de vidéos en ligne

12h00-12h30 ● Discussion

12h30-14h00 ● Pause Déjeuner

Session 2 ● Les mémoires à l’épreuve du numérique et des images animées. Perspectives comparatives

Discutant : Alain Carou (BnF)

14h00 ● Laurent Véray (IRCAV, Paris 3) Filmer, montrer et archiver la Grande Guerre

14h30 ● Agnès Devictor (HiCSA, Paris 1) Transfert de fonds d’archives audio-visuelles : étude d’un cas afghan

15h00-15h15 ● Pause café

15h15 ● Sophie Gebeil (TELEMMe, Aix-en-Provence) L’historien.ne dans les méandres des archives du Web : le cas des mémoires maghrébines sur la toile française depuis les années 2000

16h15 ● Discussion

19h30 ● Dîner

Vendredi 6 juillet

9h30 ● Accueil

9h45 ● Mot d’introduction Anna Poujeau (CéSor, CNRS)

Session 3 ● Enjeux mémoriels, politiques et testimoniaux des archives audiovisuelles

Discutants : Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS) et Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

10h00 ● Jean-Marc Salmon (Institut Mines Télécom, Université Paris Descartes) Les archives nativement numériques du jaillissement du soulèvement tunisien

10h30 ● Jeff Dutch, Syrian Archive Collect, Curate, Investigate: Using open-source big-data methodologies for human rights monitoring in Syria

11h15 ● Pause café

11h30 ● Stefan Tarnowski (Institute for Comparative Literature and Society, Columbia University) Human Rights Video and Revolution in Syria

12h00 ● Discussion

12h30-14h00 ● Déjeuner

Session 4 ● Passages, transmission et création

Discutants : Franck Mermier (IRIS, CNRS) et Nisrine al-Zahre (CéSor, EHESS)

14h00 ● Collectif 858 : Beyond archiving

14h30 ● Sana Yaziji et Naji Zahar (The Creative Memory of the Syrian Revolution) Un devoir de Mémoire

15h15 ● Pause café

15h30 ● Ali Atassi (Bidayyat) Digital Syrian Archive Between Videos and Documentary Cinema

16h00 ● Discussion

16h30 ● Synthèse et ouvertures : Myriam Catusse (Iremam, CNRS) et Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS)

20h00 ● Dîner