Reconfigurations territoriales, sociales et économiques

Axe 4. « Reconfigurations territoriales, sociales et économiques »

Dans ce quatrième axe, nous développerons des recherches sur certaines des conséquences les plus dramatiques et durables du conflit syrien : la fragmentation territoriale de la Syrie et le déplacement et la dispersion d’une grande partie de sa population (près de 11 millions de personnes), et cela dans un contexte de destruction des infrastructures et de crise sociale, humanitaire et économique sans précédent. Il s’agira d’explorer les reconfigurations territoriales, sociales et mémorielles qui en découlent. Mouvement de contestation populaire s’affirmant comme unitaire dans ses premiers mois, la révolte syrienne, confrontée à une répression violente, a basculé à partir de l’automne 2011 dans un conflit armé généralisé. D’abord structurée autour de l’Armée syrienne libre (ASL), la contestation s’est ensuite divisée en un nombre de plus en plus nombreux de groupes (katiba, liwa) souvent concurrents, et dépendants de l’appui financier et militaire de puissances régionales et internationales. De son côté, la survie du régime a rapidement dépendu de l’appui de l’Iran et de la Russie, et de l’intervention de groupes paramilitaires étrangers (Hezbollah, milices irakiennes et afghanes, Garde nationaliste arabe, etc.). Le territoire syrien est désormais divisé en quatre grandes zones plus ou moins homogènes, contrôlées par les forces gouvernementales, la rébellion, les forces autonomistes kurdes et l’organisation de l’État islamique. Cette fragmentation à plusieurs niveaux remet en cause, sans doute durablement, le mythe de l’unité du pays et jusqu’au principe de frontières nationales stables. À cela s’ajoute une polarisation confessionnelle (axe 3) encouragée dès les premiers temps par le ciblage de la répression, le régime visant prioritairement les populations arabes sunnites, épargnant davantage les contestataires issus d’autres communautés religieuses (chrétiens, druzes, ismaéliens) et ethniques (kurdes). En articulation avec les recherches portées par l’axe 2 sur la chronologie et sur une cartographie de la révolte, nous nous demanderons de quelles manières et selon quelles logiques le conflit fragmente ainsi l’espace et affecte les relations sociales au sein d’un village, d’une ville, d’un quartier ? Comment les populations font-elles face à ces bouleversements ? Peut-on observer une « violence des voisins » au sein d’une même unité d’habitations ? Comment s’exerce-t-elle ? Comment les relations familiales ou de proximité se réorganisent-elles à l’épreuve de la guerre et dans l’exil ? Comment saisir l’ampleur et les conséquences des ruptures biographiques ? Il s’agira aussi d’analyser les fractures provoquées par la guerre (dues aux morts, aux destructions et à l’exode massif, ainsi qu’aux positionnements différenciés des individus dans le conflit) et les tentatives de restructuration opérées en exil, dans les pays d’accueil des réfugiés au Proche-Orient (Liban, Jordanie, Turquie) et en Europe (notamment en Suède et en Allemagne). Quel rôle Internet joue-t-il dans ces processus de recomposition ? Cet aspect du programme sur l’exil et les migrations rejoindra certains des questionnements traités par l’ANR LAJEH (« Temps des conflits, temps des migrations, réflexions sur les catégories et la généalogie des migrations au Moyen-Orient »), portée par Kamel Doraï (Ifpo), Norig Neveu (Ifpo) et Jalal al-Husseini (Ifpo). La question des recompositions spatiales s’inscrit également dans une réflexion sur le présent et l’avenir des villes détruites : petites villes de la Ghouta, Homs, Alep, etc. Occupées par les rebelles et/ou les djihadistes, ces villes connaissent ou ont connu des épisodes d’extrême violence, de massacres et de combats acharnés au moment des tentatives de leur reconquête par le régime, épisodes qui peuvent, pour certaines villes, être qualifiés d’ « urbicide », tant la volonté d’anéantissement dépasse largement les seules considérations stratégiques. Il s’agit bien de détruire l’espace matériel de vie quotidienne et ainsi d’interrompre un « récit urbain » partagé, mais aussi de punir et de pousser les populations civiles à la désorganisation et à l’exode. Cette question de l’urbicide ou d’une « guerre totale contre la ville » pourra être mise en perspective avec les travaux de documentation qui seront menés dans l’axe 1 sur les premiers soulèvements contre le régime Al-Assad (1979-1982) et les massacres de Hama (1982). Nous souhaitons également nous intéresser aux projets de reconstruction déjà élaborés par le régime et ses alliés, projets qui s’inscrivent dans une volonté de reprise de contrôle des territoires reconquis. Deux stratégies semblent dominer : reconstruire villes et quartiers en écartant les populations les plus pauvres, supposées être les plus hostiles ; remplacer, en l’expropriant ou en lui refusant toute possibilité de retour, une partie de la population arabe sunnite par des groupes alliés (alaouites, chiites iraniens et irakiens) afin d’atteindre un certain continuum confessionnel dans des régions jugées stratégiques. Nous nous intéresserons enfin à la question des recompositions économiques à travers l’étude de « l’économie dans la guerre » et de « l’économie de guerre », ainsi que des économies de la survie, tant dans le contexte des régions et villes en conflits, que de celui des camps et des routes de l’exil proche (Liban, Jordanie, Turquie). Quelles sont les pratiques mises en place au quotidien par les Syriens pour suppléer à la disparition de leurs moyens d’existence ordinaires ? Comment mobilisent-ils ressources et capitaux ? Quels sont les savoir-faire qui se développent en Syrie et dans les différents contextes d’exil ? Des études porteront ainsi, à partir de témoignages et d’entretiens, sur les dispositifs développés dans les villes assiégées, avec notamment un projet d’ouvrage porté par Filippo Marranconi (LAU / EHESS) sur l’alimentation et l’agriculture de siège à Homs (Syrie centrale). Les pratiques sociales et économiques de survie (petits commerces, réseaux, associations d’entraide, etc.), observables dans les zones frontalières, les camps et des « villes refuges », comme Beyrouth ou Gazientep, feront également l’objet de recherches, s’articulant ou prolongeant des projets déjà en cours, comme l’étude menée depuis 2016 par Thierry Boissière (Ifpo) et Annie Tohmé-Tabet (USJ) dans un quartier de la périphérie de Beyrouth, ou encore celle menée par Jamil Mouawad (USJ) dans le Nord-Liban. La question des activités commerçantes de survie pourra également être mis en lien avec un projet de GDRI portant sur les « Circulations et consommations au Moyen-Orient » (CIRCOMO) et déposé en avril 2017 par Thierry Boissière (Ifpo) et Yoann Morvan (IDEMEC).