Reconfigurations religieuses et identitaires

Axe 3. « Reconfigurations religieuses et identitaires »

Avant le déclenchement de la révolte, plus des deux tiers de la population syrienne (18 millions de personnes environ) étaient musulmans sunnites. Les autres communautés étaient les chrétiens (6 %) ; les alaouites (10,4%) ; les druzes (2%) ; les ismaéliens (1%) et chiites duodécimains (0,4%). On compte aussi trois groupes non arabes sunnites –  kurdes (8%), turkmènes (0,6%) et tcherkesses (0,4%) -, ainsi qu’un nombre limité des kurdes yézidis (0,1%). Depuis 2011, l’ensemble de ces communautés connaît de profondes reconfigurations, à la fois religieuses, sociales et politiques. Dans cet axe, étroitement connecté aux axes 1.2, 2 et 4, nous nous intéresserons aux processus d’assignation politico-religieux exercés de façon impérative sur les individus contraints de choisir un camp en fonction de leur identité confessionnelle. En effet, à différents niveaux, chacun se trouve en quelque sorte « réduit » à son appartenance communautaire et ceci nonobstant ses convictions politiques et religieuses particulières. Observable chez les « minoritaires » alaouites, druzes et chrétiens sommés de soutenir le régime de Bashar al-Assad, ce processus a également des conséquences délétères au sein de la « majorité » sunnite (Pinto, 2013).

Les travaux antérieurs à 2011 et actuels de Thomas Pierret permettent notamment de montrer qu’alors que les musulmans sunnites formaient un ensemble traversé par une grande diversité de traditions religieuses, – réformistes et traditionalistes -, parmi lesquelles les salafistes ne constituaient qu’un courant très marginal, on assiste depuis 2011 à une ascension fulgurante de ces derniers (Pierret, 2015). C’est en particulier sur la scène militaire que, divisés en différentes factions, ils acquièrent un ascendant de plus en plus important. Cette montée en puissance traduit une revanche des périphéries du pays sur les centres urbains (Ibid.). En outre, elle doit beaucoup à la capacité mobilisatrice d’une doctrine offrant une définition exclusive de la foi musulmane dans un contexte de polarisation confessionnelle entre sunnites, alaouites et chiites (Ibid.). Ne se cantonnant pas au domaine de la mobilisation politico-militaire, elle s’accompagne de la tentative d’imposer par la contrainte une réforme morale de chaque individu, ainsi qu’une homogénéisation des croyances, des pratiques et des manières d’être musulman. Cette problématique concerne également les membres des minorités chrétienne, alaouite et druze. Soutenu par une politique de déstructuration des organisations politico-lignagères locales commencée dans les années 1970 (Poujeau, 2015), l’enrôlement des « minoritaires » par le régime connaît une accélération depuis le début du conflit en 2011.

La problématique du « religieux enrôlé dans la révolte et la guerre » a fait l’objet d’une première journée d’étude organisée le 15 décembre 2016 à Paris. Plusieurs exposés (notamment ceux de T. Pierret et A. Poujeau) ont permis de révéler l’heuristique des vidéos postées sur les réseaux sociaux pour documenter précisément l’histoire de ce processus complexe. Cette rencontre, qui a réuni tous les membres de l’équipe, a en outre permis de faire émerger des questionnements communs, concernant tout aussi bien les groupes rebelles islamistes (Thomas Pierret), les femmes sunnites de la Qubaysîya et des Akramîyîn (Emma Aubin-Boltanski), les chrétiens (Anna Poujeau), les confréries soufies d’Alep (Paulo Pinto) et les kurdes de Syrie (Boris James) : qui sont les acteurs de la  mise en œuvre locale des politiques d’enrôlement sur des bases religieuses et/ou ethniques ? Comment ces politiques sont-elles justifiées politiquement et religieusement ? Comment les individus réagissent-ils à ce processus d’assignation politico-religieux qui les convoque jusque dans leur intimité : leurs façons de s’habiller, de penser, de prier, d’interagir, etc. ? Quelles sont les stratégies développées pour y résister ? Quelle est la marge de négociation laissée à celles et ceux qui en raison de leurs lieux d’habitation et de leur identité religieuse se trouvent « enrôlés » sous les bannières d’un groupe ou d’un camp en particulier ? Avant la révolution, pour les sunnites, l’appartenance à un courant ou à un mouvement particulier (soufi, salafiste, réformiste et traditionaliste) était rarement exclusive. Ainsi une même personne pouvait-elle se définir comme « salafiste et soufi » ou encore comme « réformiste et traditionaliste », etc. (Pierret, 2011 ; Pinto, 2006). Cette pluralité des obédiences et le jeu d’oscillation qu’elle suppose (entre discours publics et privés ; entre pratiques collectives et personnelles, etc.) a toujours cours. Poser ces questions nécessite toutefois de ne pas ignorer la radicalisation effective d’une grande partie de la population. Ces questionnements seront abordés en relation avec les recherches menées dans l’axe 1.2  qui proposent de revenir sur la période 1979-1982, ce moment où il s’est agi pour le régime de Hafez al-Assad d’assujettir la communauté sunnite majoritaire en frappant à la fois sa frange la plus religieuse (Frères musulmans) et sa frange la plus laïque (mouvements de gauche) ; dans l’axe 2 qui s’intéresse à la fois aux récits, aux acteurs et aux chronologies de la révolte et de la guerre; dans l’axe 4  qui porte sur les reconfigurations territoriales, sociales et économiques. Une journée d’étude sera organisée dans le cadre de cet axe. La thématique de l’enrôlement sur des bases religieuses et ethniques sera envisagée dans une perspective comparée. L’événement associera des chercheurs travaillant sur les guerres du Liban, des Balkans et d’Afrique des Grands Lacs, des conflits qui ont en commun de comporter des dimensions confessionnelles et/ou ethniques.