Nisrine Al-Zahre

Nisrine Al-Zahre (linguiste, CéSor, EHESS) propose d’analyser, en collaboration avec Anna Poujeau,  le(s) récits(s), et discours des Syriens (surtout en exil) portant sur la guerre, l’exil, la mémoire et l’identité. Quelles sont les grandes lignes récurrentes de ces récits et discours? Quels sont leurs moments marquants? La révolte, puis la guerre contribuent-elles à forger une/ou de nouvelle(s) identité(s) collective(s) ? Quels sont les mots clés de ces discours identitaires en construction ? Selon quels termes se projette-t-on dans l’avenir ? Que dit la langue sur la position et les représentations politiques des locuteurs ? En outre, N. Al-Zahre se propose  d’observer le développement du langage des Syriens depuis le début de la révolution. Qu’est-ce que la langue reflète comme réalité sociale mouvante ? Elle propose de comparer la dynamique et l’évolution de ce langage avec la rhétorique du régime assadien. Cette dernière, étant dépourvue de l’espace de la métaphore, est très directe et physique : “Al Assad ! Ou on brûle le pays” (Al-Asad aw nahriq al-balad) est un reflet très fidèle de la nature du régime, un régime de « terreur ».

Nisrine Al-Zahre (linguist, CéSor, EHESS) proposes to analyze, in collaboration with Anna Poujeau, the stories and discourses of Syrians (especially in exile) regarding the war, the exile, the memory and the identity. What are the recurring features of these stories and discourses? What are their defining moments? Do the revolt and the ensuing war contribute to forging a new collective identity(s)? What are the key words of these identarian discourses under construction? By what terms are the Syrians looking into the future? What does language tell us about the position and political representations of its speakers? In addition, N. Al-Zahre proposes to observe the development of the language of Syrians since the beginning of the revolution. What does language reflect, as a moving social reality? She proposes to compare the dynamics and evolution of this language with the rhetoric of the Assad regime. Devoid of the space of metaphor, the latter is all too direct and physical: “Assad or we burn down the country” (Al-Asad aw nahriq al-balad) is a very accurate expression of the nature of the regime, a regime of “terror.”