Raconter la révolte et la guerre

Axe 2.  « La révolte et la guerre : ses récits, ses moments et ses acteurs »

Le « grand récit » de la guerre en Syrie n’est pas encore écrit. Son contenu et son architecture dépendront de l’issue de la guerre même si un consensus s’est fait autour de ce qui constitue son « événement déclencheur » : des enfants de Deraa sont enlevés et torturés en février 2011 par les services de sécurité pour avoir écrit sur les murs de leur école des slogans annonçant la chute de Bashar al-Assad. Par la terreur, le régime appelait une nouvelle fois « sa » population à l’ordre. Mais à cette date et dans ce contexte, ce rituel d’intimidation se mue en épreuve de force et ce qui jusque-là était routinier, devient événement, provoquant un large mouvement de révolte. Les séquences de cette narration qui fait entrer en scène à partir d’une petite ville de province des pans de plus en plus diversifiés et larges de la population doivent être finement analysées. Elles doivent cependant être mises en perspective avec d’autres façons de raconter l’engagement dans la révolte et dans la guerre pour pouvoir, à terme, dresser une chronologie et une cartographie plus précises de la révolte et de la guerre ; de leurs « moments », de leurs « lieux » et de leurs « acteurs ». Nous le ferons en relation étroite avec les recherches engagées dans les axes 1,3 et 4. Il s’agira de donner à lire les récits de la révolte et du conflit en identifiant et en analysant avec attention les modes d’engagements, de désengagements et/ou de non-engagements différenciés des femmes et des hommes. Nous porterons notamment un regard attentif à la question générationnelle qui est souvent cruciale : quels sont les rapports entre les jeunes contestataires et leurs parents qui avaient accepté pendant des décennies de se soumettre ? Des fractures se sont-elles produites au sein des foyers ? Ou, au contraire, des engagements « solidaires » de familles et de clans ont-ils eu lieu ?

En relation avec les travaux menés dans l’axe 4 portant sur les questions de  fragmentation et de reconfigurations territoriales, il s’agira de retracer le déroulement des événements dans différentes régions et dans différents quartiers des grandes villes. En effet, la vertigineuse complexité de la révolte et du conflit syrien tient en grande partie à la fragmentation territoriale et aux recompositions sociales, religieuses et politiques engendrées par la révolte et le conflit. Afin d’éclairer les dynamiques locales et régionales des événements, nous conduirons des enquêtes dans les pays frontaliers de la Syrie et en Europe et nous effectuerons des entretiens avec des Syriens de l’intérieur avec lesquels nous n’avons jamais cessé d’être en contact par le biais des réseaux sociaux et des programmes de communication en ligne.

Traiter de la question des récits de la révolte et du conflit nous permettra, en outre, de revenir sur les différentes étapes de la mutation de la révolte pacifique en conflit armé selon les lieux, mais aussi de cerner les spécificités des modes d’action et de la culture protestataire propre à la phase pacifique. Nous tenterons de comprendre comment s’opère le basculement vers la lutte armée et quels en sont les principaux acteurs et étapes. Nous nous attacherons également à saisir comment les protagonistes de la révolte se positionnent vis-à-vis de l’escalade de la violence  et de quelles manières cette situation réoriente inévitablement les trajectoires d’engagement. Enfin cet angle d’analyse doit permettre d’observer les formes de coopérations et de conflits entre sphères activistes et combattantes et de réinterroger la frontière souvent poreuse entre les catégories de « civils » et de « combattants ». Dans ce cadre en particulier, nous inviterons des chercheurs étudiant les groupes armés engagés dans les combats à Syrie à  rejoindre notre équipe (notamment Chiara Erminia Calabrese, IREMAM).

En plus des productions écrites émanant des recherches des membres de l’équipe impliqués dans cet axe, nous mettrons en place un outil collaboratif sur lequel pourra travailler l’ensemble des chercheurs impliqués dans le projet, ainsi que les étudiants de Master et de doctorat de l’EHESS engagés dans des recherches sur la Syrie. Grâce à l’appui technique du service mutualisé de la recherche en outils numériques de l’EHESS, nous développerons un Dictionnaire dynamique et interactif de la révolte et de la guerre en Syrie en arabe, français et anglais par le biais d’une plateforme wiki. Autour d’entrées composées de lieux, dates, termes spécifiques de la révolte et de la guerre, nous mutualiserons nos recherches et réflexions pour donner à lire de façon à la fois exhaustive et critique les multiples récits de la révolte et de la guerre. Nous serons enfin particulièrement attentifs à la question des changements sémantiques et lexicaux selon les différentes phases de la révolte et du conflit. Ces entrées seront aussi accompagnées par des visuels, de photos de quartiers et de villes avant et après les combats, mais aussi d’un appareillage cartographique (en lien avec l’axe 4) que nous réaliserons de façon collective grâce à l’appui technique PSIG de l’EHESS.