Séminaire Ifpo (DEC) et SHAKK

vendredi 3 décembre 2021

14h-16h (Beirut Time)

Ifpo-Beyrouth

salle Fairuz

Couvrir la guerre à distance : l’évolution des pratiques journalistiques dans le cas du bureau de Beyrouth de l’Agence France Presse

 

Maena Berger (doctorante, Ehess-Ifpo)

Dans le cadre d’une thèse portant sur les transformations contemporaines du travail journalistique en temps de guerre, cette présentation vise à dresser un premier état des lieux d’une enquête en cours qui porte sur la production de l’information sur la Syrie par le bureau de Beyrouth de l’Agence France Presse (AFP).

            En 2021, cette « couverture médiatique » s’effectue à travers un large réseau de journalistes pigistes syriens présents dans les zones non contrôlées par le régime. Pourtant, au début des premiers mouvements révolutionnaires en mars 2011, l’agence de presse ne disposait d’aucun correspondant sur place, à l’exception des journalistes du bureau de Damas, qui ne pouvaient produire qu’une information extrêmement limitée et restreinte à la capitale syrienne. S’ajoute à cela la dangerosité, puis l’impossibilité de se rendre sur d’autres terrains.

            Cette présentation propose d’interroger la manière dont ces conditions sont venues bousculer les pratiques journalistiques ordinaires, comment l’équipe de Beyrouth a cherché à trouver des sources fiables, puis à les former pour en faire des producteurs professionnels de l’information. Quelles ressources organisationnelles et individuelles ont-elles été mobilisées pour construire et intégrer ce réseau au sein de l’AFP ? Sur quels critères les pigistes ont-ils été recrutés et comment ont-ils été formés ? Les premières observations et les entretiens semi-directifs réalisés au sein du bureau de Beyrouth de l’AFP, permettent d’apporter des pistes de réflexions et surtout d’éclairer ce processus de mise en œuvre d’un réseau, de ses implications professionnelles, à la fois pour l’agence transnationale et pour ces journalistes pigistes.

discutants: Anna Poujeau (Ifpo-CNRS) et Matthieu Rey (Ifpo-MEAE)