L’émergence des médias alternatifs en Syrie depuis 2011

Le cas de la presse écrite

Enab baladi (8 juin 2014), dernière page  recensant les unes des journaux alternatifs syriens parus la première semaine de juin 2014

Omar Alasaad M2, Études politiques

Ce travail de recherche est indissociable de mon parcours professionnel et personnel de journaliste syrien et activiste politique. De 2007 à 2012, j’ai collaboré avec plusieurs journaux arabes comme correspondant et écrivain indépendant. Je me souviens de notre première réunion en avril 2011 dans la banlieue de Damas. Nous étions un groupe d’activistes politiques et notre objectif était de fonder un journal papier. Pourquoi un média imprimé et non pas numérique ? Il s’agissait d’une question fondamentale pour nous : nous considérions que seul un journal papier pouvait porter une valeur symbolique d’opposition à un régime qui avait monopolisé les médias pendant des décennies. De plus, nous étions nombreux à vouloir renouer avec le modèle de l’intellectuel engagé de la Nahda ; avec ces grandes figures qui, comme Abd al-Rahman al-Kawakibi 1855/1903, Nassif al-Yazaji 1800/ 1871, Boutrous al-Boustani 1819/1883, avaient fondé des journaux.

En raison de l’arrestation d’un grand groupe de militants politiques au cours du second semestre 2011, notre projet n’a pas vu le jour.  Après ma sortie de prison à la fin de 2011, d’autres activistes ont fondé des journaux papiers, mais locaux car avec le début de la fragmentation territoriale du pays et l’escalade du conflit, il était devenu impossible de créer un média national.

J’ai choisi d’étudier l’émergence et l’évolution de la presse écrite alternative pendant le conflit, de 2011 à nos jours, et de m’inscrire dans une démarche scientifique et non de témoignage, parce qu’il est important d’historiciser et de contextualiser pour comprendre la situation actuelle. Mon analyse resitue le phénomène de la presse écrite alternative au sein du contexte politique et socio-économique de la Syrie depuis le XIXe siècle. J’ai porté une attention particulière aux enjeux politiques et juridiques propres à cette nouvelle manière de faire du journalisme pour mieux comprendre les modalités de son émergence depuis 2011. Cette presse a été fondée par des activistes politiques et des militants opposants au régime de Bachar al-Assad. Ma recherche pose plusieurs questions : Comment et où ont émergé les journaux alternatifs ? Quelle est la relation entre ces journaux et les comités locaux de coordination créés par des activistes dès les premières semaines de la révolution dans l’objectif d’organiser des manifestations et de diffuser des informations à la population ? Dans quelle condition le travail journalistique est-il accompli ? Que veut dire « alternatif » dans le contexte du conflit syrien ? Quels sont les sujets abordés par ces journaux ? Quels changements ces journaux ont-ils subis depuis leur création ?

Pour répondre à ces questions, j’étudie d’abord l’évolution de la presse et du journalisme depuis l’émergence de la presse écrite en Syrie au milieu du XIXe siècle, pendant la Nahda (Renaissance)[1]. Au cours de cette période, la presse a joué un rôle important dans la lutte politique. Les élites éduquées ont commencé à produire un discours nationaliste basé sur l’imaginaire de la patrie syrienne. Selon ces élites, la science, la renaissance de la culture arabe, l’éducation, l’enseignement universitaire et la presse chargée de diffuser les idées de la Renaissance et des Lumières au sein du peuple devaient être au fondement de la nation.[2] De plus, la presse a permis la cristallisation d’une culture commune. Après l’indépendance en 1946, les journaux expriment différentes opinions politiques : le libéralisme, le communisme, le nationalisme arabe, l’islamisme, le nationalisme syrien et d’autres. Bien que la presse soit devenue libre, la démocratie est jeune et reste instable. Elle ne parvient pas à s’adapter aux transformations socio-économiques du pays, laissant la voie libre aux jeunes générations de généraux et officiers pan arabistes baathistes qui accèdent au pouvoir en 1963[3].

Après le coup d’État de Hafez al-Assad contre ses camarades baathistes le 16 novembre 1970, la Syrie ne comptera plus que trois journaux en langue arabe, un journal en anglais, une chaîne de télévision et une agence de presse, et ce pendant trente ans. L’accession au pouvoir de Bachar al-Assad en 2000 s’est accompagnée de promesses de réformes incitant des groupes de militants et d’opposants à créer des forums de discussion sur les affaires publiques et politiques. Cette étape sera connue sous le nom de Printemps de Damas.[4] Ce printemps prendra fin quelques mois plus tard, par une reprise en main autoritaire et sécuritaire, ainsi que par des arrestations. Depuis, ne sont diffusés que la seule presse officielle et certains journaux appartenant à des hommes d’affaires proches du régime.

Dans le deuxième chapitre de cette recherche, j’examine l’émergence de la presse alternative en Syrie après 2011. De nouveaux journaux papier sont créés dans des villes et des villages à la fin de l’été 2011, dans les zones « libérées » de l’armée syrienne. Ces journaux s’appuient sur l’expérience des journalistes indépendants, des étudiants de l’Université, et surtout, des militants originaires de différentes régions. Ils se donnent comme objectifs de couvrir les événements et d’offrir des récits alternatifs à ceux du pouvoir. Avec l’escalade du conflit, leur nombre a augmenté, surtout de la fin de 2012, jusqu’à atteindre près de 300 publications en 2015. Cette presse est passée par différentes étapes depuis 2011. La première est dominée par le conflit avec le régime. Au cours de cette période, on peut observer une confusion des « genres » : des textes oscillants entre compte rendu factuel des évènements et articles d’opinion. Les rédacteurs comme les dirigeants de ces publications sont avant tout des activistes et non pas des journalistes professionnels.  Lors de la deuxième étape, avec l’escalade de la guerre et la division du pays, la confrontation a commencé à se développer, non seulement avec le régime, mais également avec les groupes islamiques radicaux. En conséquence, un grand nombre de ces journaux ont été forcés de s’exiler, principalement en Turquie où résident un grand nombre de réfugiés syriens (plus de 3 millions au début de 2019). 

Après huit ans de conflit continu, les médias alternatifs ont évolué. Quelques journaux et magazines ont réussi à poursuivre leurs activités tandis que la majorité a cessé de paraître. En juin 2019, on ne recensait plus que onze journaux et magazines. Ainsi, analysant l’articulation entre les journaux, la politique, le conflit et la société, ma recherche tente de saisir de quelle manière la presse écrite alternative a pu évoluer sur les plans professionnels et juridiques.

Titre

Genre

Périodicité

Dates 1er / dernier exemplaire 

Site ou page sur Syrian Prints Archives

Public ciblé

Lieu de création

Eba’a

إباء

Journal

Hebdo

15/06/2018

29/06/2019

https://ebaa.news/category/weekly-newspaper/

Adulte

Turquie

Ishrak

إشراق

Magazine

Bimensuel

01/12/2015

01/07/2019

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=296

/

/

Insan

إنسان

Magazine

Bimensuel

15/10/2018

01/07/2019

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=329

/

/

Al-ahed

العهد

Journal

Bimensuel

25/02/2013 01/03/2019

 

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=17

/

/

Alkalam aljadid

الكلام الجديد

Journal

/

22/04/2012 10/05/2019

 

/

/

Hibr

حبر

Journal

Hebdo

29/06/2013 29/06/2019

https://hibrpress.com/

/

Alep

Tolab jamiat Idleb

طلاب جامعة إدلب

Magazine

/

25/09/2017 21/04/2019

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=324

/

Idlib

Ata’a

عطاء

Magazine

/

01/10/2015

01/04/2019 

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=297

Enfant

/

Enab baladi

عنب بلدي

Journal

Hebdo

29/01/2012

30/06/2019

https://www.enabbaladi.net/

Adulte

Daraya

Ayn almadina

عين المدينة

Journal

Bimensuel 

14/03/2013

17/06/2019

http://www.ayn-almadina.com/

/

/

Nour al sham

نور الشام

Magazine

Mensuel

14/05/2012

26/03/2019

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=30

/

/

Dans la troisième partie de mon mémoire, je montre comment la scène médiatique syrienne a évolué au fil des événements. Les journalistes et activistes médiatiques ont cherché à faire évoluer leur pratique professionnelle notamment quand la révolution a commencé à se transformer en un conflit militaire sanglant. À ce titre, des initiatives, telles que la création d’un syndicat (L’association des journalistes syriens), pour organiser la scène médiatique ont vu le jour afin de répondre aux besoins politiques, professionnels et éthiques des activistes médiatiques et journalistes. Par ailleurs, la scène médiatique syrienne depuis 2011 intéresse des organisations et institutions régionales et internationales. La question du financement et sa relation avec les notions « d’indépendance » et « d’alternative » occupent les dernières pages de ma recherche tout en essayant de montrer la relation entre les journaux et les organisations internationales qui ont financé la presse écrite alternative.

Dans le contexte du conflit en Syrie, il est difficile de construire un projet médiatique indépendant et alternatif. De plus, les questions éthiques et professionnelles ont occupé une place majeure dans les initiatives proposées par les journalistes et les activistes. Afin de documenter précisément la production de journaux alternatifs, mon mémoire comporte cinq annexes. La première est un tableau des publications depuis 2011 comprenant le titre de la publication, le genre -magazine/journal- périodique, la date du premier et du dernier exemplaire et le lectorat ciblé. La deuxième annexe est une documentation des pages des journaux, afin d’avoir un aperçu de leur contenu. Dans la troisième annexe, je répertorie les organisations les plus importantes qui ont soutenu les nouveaux médias syriens. La quatrième reprend et présente l’ensemble des forces militaires principales pendant le conflit. Enfin, la cinquième annexe est une chronologie historique de la Syrie avant le soulèvement de 2011 et pendant le conflit. Cette recherche s’est appuyée sur des sources différentes comme des ouvrages, des articles, des rapports d’organisations internationales, et bien évidemment une série d’enquêtes et d’entretiens avec des journalistes et des activistes médiatiques, mais également sur mon expérience personnelle de journaliste et d’activiste politique.    

[1]  Nahda : est un mouvement transversal de « renaissance » culturelle arabe moderne, à la fois littéraire, politique, culturel et religieux depuis le milieu de XIXe siècle jusqu’au milieu de XXe siècle. 

[2]  Al-Rifa’i, Sahms al-Din, (Histoire de la presse syrienne) Tarikh al-Sahafa al-Sourya, Dar al-Ma’aref, le Caire, Egypte, 1965, p28,29,30.

[3] La grande majorité des généraux sont des enfants des paysans originaires de la compagne. Ils ont rejoint l’École militaire après l’indépendance, parmi eux on trouve les dirigeants de la Syrie depuis 1963 comme H.al-Assad et son frère, M. Tlass, S. Jeded, et A. al-Hafez.    

[4] Le Printemps de Damas  est une période d’ouverture politique  qui commence après l’accès au pouvoir de Bachar al-Assad le 17 juillet 2000 et s’achève le 17 février 2001 avec la fermeture des forums de discussion par les services de renseignements.

Appel à candidature : école d’été sur la Syrie (23/02/2020)

Date limite de dépôt des candidatures : 23 février 2020

Le programme ANR Shakk et ses partenaires (AUF, Ifpo, CNRS, EHESS, CéSor, BnF,  IREMAM) organisent une école d’été  pour des étudiant·e·s inscrit·e·s en Master et Doctorat en sciences sociales et humaines (sociologie, anthropologie, science politique, histoire, archéologie, linguistique, etc.) conduisant en priorité des recherches sur l’espace syrien et son prolongement. Organisée autour de séminaires, d’ateliers de recherche et de conférences, cette rencontre vise à la formation d’étudiant·e·s aux méthodes, enjeux et problématiques de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) sur la Syrie. Une équipe pédagogique d’une dizaine d’enseignant·e·s-chercheur·e·s et chercheur·e·s assurera la tenue des séminaires, des conférences et l’encadrement des ateliers de recherche. Cette école sera tout autant le lieu de la transmission par des spécialistes de leurs approches, méthodes et objets de recherche, que celui d’échanges et de débats autour de projets scientifiques en devenir.

L’école d’été est prioritairement destinée aux étudiants travaillant sur l’un des axes de recherche du programme ANR Shakk : De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes. Soucieuse d’être la plus inclusive possible, l’équipe organisatrice examinera avec attention tous les dossiers des étudiants en Sciences Humaines et Sociales travaillant sur la Syrie.

Les candidatures de personnes n’ayant pas le statut d’étudiant·e mais qui développent dans leur activité professionnelle une réflexion autour de la Syrie seront également étudiées.

Appel thématique

De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes

La révolution en Syrie débutée début 2011 puis sa militarisation et sa transformation en un conflit internationalisé ont engendré un intérêt croissant pour la Syrie de la part des universitaires, des étudiants mais aussi des décideurs politiques et du grand public.

Décrire et analyser les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 représentent des enjeux épistémologiques, éthiques et réflexifs importants. De multiples questions se posent : comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont toujours en cours ? Comment saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment rendre compte de la violence extrême et du traumatisme ? Comment inventer des méthodes qui permettent de se saisir à nouveau du terrain syrien ? Comment travailler sur des sites entièrement ou partiellement détruits et parfois pillés ?

En effet, la révolte et le conflit ont profondément modifié les modalités de la recherche sur la Syrie ; le terrain s’étant en partie relocalisé dans les différents territoires de l’exil et l’espace numérique. Paradoxalement, si le territoire syrien est quasiment inaccessible depuis près de 9 ans, rares sont les révoltes et les conflits qui sont autant documentés grâce à Internet et  aux réseaux sociaux.

Conçue à la fois comme une formation intensive et une réflexion collective réunissant chercheurs et étudiants internationaux travaillant sur la Syrie, l’école d’été s’articulera autour de plusieurs axes de recherche :

La fabrique des archives en contexte de révolte et de guerre : enjeux mémoriaux, historiques et politiques

Comment faire sens de la multitude des traces et documents produits par les protagonistes de la révolte et du conflit qui circulent sur les réseaux sociaux ? Quelles nouvelles pratiques de l’archive émergent grâce aux nouveaux outils numériques ? En quoi un conflit réactive-t-il des mémoires passées ? Il s’agira de partager et d’interroger des pratiques de collecte d’archives, d’analyse, de sauvegarde pour mieux en saisir les enjeux en Syrie mais aussi au-delà, à l’heure où le monde arabe est entré dans un nouveau cycle de révolte.

La révolte et la guerre : ses récits, ses moments, ses acteurs

Donner à lire avec finesse les récits de la révolte et du conflit en identifiant et en analysant les modes d’engagements, de désengagements et/ou de non engagements différenciés des femmes et des hommes constitue un enjeu important des recherches en sciences sociales sur la Syrie. La complexité de la révolte et du conflit qui tient en partie à la fragmentation territoriale et aux recompositions sociales, religieuses et politiques contribue jusqu’à présent à la production de récits différenciés. Qu’ils émanent des combattants miliciens ou qu’ils soient issus de l’armée régulière, de civils, d’activistes, d’ex-prisonniers, d’exilés ou de Syriens restés dans le pays, ces récits constitueront le socle d’une histoire de la révolution et de la guerre qui reste à écrire.

Reconfigurations religieuses et identitaires

Depuis 2011, l’ensemble des communautés confessionnelles connaît de profondes reconfigurations, à la fois religieuses, sociales et politiques. Dans un contexte de polarisation confessionnelle entre sunnites, alaouites et chiites, la question de l’enrôlement guerrier du religieux paraît centrale. Qui sont les acteurs de la mise en œuvre locale des politiques de mobilisation sur des bases religieuses et/ou ethniques ? Comment ces politiques sont-elles justifiées religieusement ? Comment les individus réagissent-ils à ce processus d’assignation politico-religieux qui les convoque jusque dans leur intimité : leurs façons de s’habiller, de penser, de prier, d’interagir, etc. ?

Reconfigurations territoriales, sociales et économiques

L’une des conséquences les plus dramatiques et durables du conflit syrien consiste en la fragmentation territoriale, le déplacement et la dispersion de la moitié de sa population, cela dans un contexte de destruction des infrastructures et de crise sociale, humanitaire et économique sans précédent. De nombreuses questions se posent alors : de quelles manières et selon quelles logiques le conflit fragmente ainsi l’espace et affecte les relations sociales? Comment ces populations font-elles face à ces bouleversements ? Comment les relations familiales ou de proximité se réorganisent-elles à l’épreuve de la guerre et dans l’exil ? Comment saisir l’ampleur et les conséquences des ruptures biographiques ?

Dates

Dimanche 28 juin 2020 (jour d’arrivée) – samedi 4 juillet 2020 (jour de départ)

Lieu

Centre Paul Langevin du CAES du CNRS – 24, rue du Coin 73500 Aussois – France


Afficher une carte plus grande

Modalités de candidature et informations complémentaires

Joindre à l’adresse suivante le formulaire rempli avec un projet de recherche en 300 mots maximum, un CV, une copie de votre pièce d’identité ou de votre carte d’étudiant·e le cas échéant : ecoledeteshakk@ehess.fr

Le voyage et le séjour des candidat·e·s retenu·e·s sont entièrement pris en charge par le programme ANR Shakk et ses partenaires (AUF, Ifpo, CNRS, EHESS, CéSor, BnF,  IREMAM)

Télécharger le formulaire de candidature

Séminaire Ifpo : Témoignages, subjectivités, technologies Pratiques de la vidéo en Syrie depuis 2011

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Vendredi 7 février 2020 à 18h

Lieu: l’Orient-Institut Beirut (Zokak el-Blat)

Présentation du séminaire:

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Cécile Boëx, Maîtresse de conférences de l’EHESS (CéSor) (intervention en français).

Dès les premières mobilisations en mars 2011 en Syrie, de nombreux manifestants filment avec leurs téléphones portables pour témoigner de l’ampleur de la révolte et de la brutalité de la répression. Tournées dans l’urgence, ces vidéos sont incarnées, dans le sens où les corps et les émotions y occupent une place prépondérante parce qu’elles mettent en jeu la vie de ceux qui filment. Dans ce contexte, filmer, ce n’est pas seulement documenter, c’est aussi une manière de vivre l’engagement et de faire face à la violence. Néanmoins, ces formes de témoignage vont peu à peu être formatées au sein d’une économie de la véridiction et de l’efficacité encadrée par des ONG ou des agences de presse. Cette communication esquisse le cheminement d’une dépossession du témoignage filmé, réduisant les preneurs d’image à des techniciens et des sous-traitants.

Stefan Tarnowski, A PhD Candidate at Columbia University’s Anthropology Department (in English).

In late 2013, the Syrian Civil Defense, also known as the White Helmets, began wearing body-mounted GoPro Cameras on their helmets for training purposes. Soon these first responders and their trainers found that the footage might contain both evidence of war crimes and have the power to “mobilise shame”. After beginning to circulate the footage, the White Helmets would become the target of one of the first major coordinated disinformation campaigns. Theorists have long questioned the power of human rights video, despite its early promise, to achieve its aims as part of a politics of humanitarian concern. This follows a common narrative arc surrounding technology, from the optimism that its power can be used for good, to the pessimism of its appropriation for malign ends. Where might the accounts of these “bodies on the ground” and theory meet? What are the resonances and dissonances between theories of technology and the accounts of those who use them? Why does the idea of the technology’s determinative force continue to capture the imaginations of such a broad range of both actors and theorists?

Cette rencontre est organisée avec la participation du projet SYRBODY. Ce projet est financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne au titre de la convention de subvention Marie Skłodowska-Curie n° 832777.