Confessionnalisme et nationalisme en Syrie depuis 2011 (21-25/03/2019)

Cycle de Conférence organisée par l’ANR Shakk dans le cadre des Rendez-vous de l’Ifpo à Beit Beirut

Télécharger le programme

Voir aussi sur Calenda

Dans le cadre du programme Shakk : de la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes, l’Ifpo organise un cycle de conférences sur les fragmentations et les recompositions identitaires et religieuses à l’œuvre en Syrie depuis 2011.

Après huit années de conflit, le processus de fragmentation de la société syrienne sur des bases notamment confessionnelles est aujourd’hui bien entamée. Enclenché et instrumentalisé en premier lieu par les autorités de Damas, puis par les groupes armés jihadistes, elle s’accompagne de politiques d’enrôlement des acteurs en fonction de leurs appartenances religieuses et/ou ethnique. Dans ce contexte, que sont devenus les concepts d’« identité nationale » et de « nation syrienne » ? Comment s’articulent-ils à d’autres formes de solidarités qu’elles soient familiales, régionales et confessionnelles ? Comment les individus réagissent-ils à ce processus d’assignation politico-religieux qui les convoque jusque dans leur intimité : leurs façons de s’habiller, de penser, de prier, d’interagir ? Comment malgré les ruptures, les identités se reconfigurent-elles en exil ?

21 mars, 18h – 19h30 :  Thomas Pierret (CNRS, IREMAM)

« État sans nation ou nation sans État ? Identités, solidarités et institutions en Syrie contemporaine »

La Syrie ne doit pas ses malheurs au fait que son État règnerait sur une “nation artificielle” prétendument dénuée d’ancrage dans l’esprit des habitants. La Syrie est, au contraire, une nation sans État au sens moderne du terme. Bien que récente, l’identité nationale syrienne a été imposée avec succès par les régimes politiques successifs au point que jusqu’à ce jour, cette identité continue de délimiter le domaine de la lutte opposant la famille Assad à la majorité de ses opposants. En revanche, la construction tardive des institutions étatiques syriennes et leur faiblesse conséquente les ont rendues profondément vulnérables à la pénétration de réseaux informels fondés sur des solidarités primordiales telles que la parentèle, la région et la confession.Confessionalisme et nationalisme en Syrie depuis 2011

22 mars, 18h – 19h30 : Anna Poujeau (CNRS, Césor)

« Les moniales de Sainte-Thècle et le Front al-Nosra : recompositions confessionnelles et politiques en temps de guerre »

Au tournant de l’année 2014, l’armée syrienne et différents combattants rebelles s’affrontent pour la prise du village chrétien de Maaloula situé dans le Qalamoun. Les moniales du monastère pluri-centenaire de Sainte Thècle se trouvent alors au cœur de la guerre et d’une bataille médiatique entre le régime syrien et le front al-Nosra. Forcées de quitter leur monastère pour trouver refuge avec les combattants du front al-Nosra dans la ville de Yabroud, celles-ci deviennent alors actrices et enjeux de recompositions politiques et religieuses entre chrétiens et sunnites.

25 mars, 18h – 19h30 : Paulo G. Pinto (Fluminense Federal University)

“Uncertain Miracles: Reconfigurations of Sufism in Contemporary Syria” 

Based on fieldwork in Aleppo between 1999 and 2010 and interviews done between 2015 and 2018, this conference will analyze how Sufi identities and ritual/devotional practices were affected by the civil war in Syria, as well as how they were reconfigured in the context of exile in Jordan. Paulo G. Pinto will examine the trajectory of a group of followers of the Sufi shaykh ‘Abd al-Fatah Aminu (d.2000), who considered him a saint. The aim will be to show that their Sufi religiosity not only was affected by war and displacement, but also provided them with moral and subjective frameworks that allowed them to reconfigure their identities and forms of social insertion in the new context.

Lieu

Beit Beirut (plan et parkings)

Contacts

Emma Aubin-Boltanski : aubin@ehess.fr

Thierry Boissière : thboissiere@gmail.com

Jean-Christophe Peyssard : jc.peyssard@ifporient.org

 

Familles et guerres au Proche-Orient

Un Colloque international organisé par Valentina Napolitano à l’Ifpo Amman

La littérature scientifique consacrée à la famille au Moyen-Orient a peu étudié les répercussions des multiples guerres qui ont sévi dans la région. Le colloque international War and Families’ transformations in the Middle-East organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) à Amman, était l’occasion d’entamer une étude comparée sur les effets des guerres et des violences sur les reconfigurations familiales. Au cours de cette rencontre, des chercheurs, issus d’horizons disciplinaires différents (sociologie, sciences politiques, anthropologie et géographie), ont présenté leurs recherches sur la Syrie, la Jordanie, la Palestine et l’Irak. La participation des membres des universités et centres de recherche régionaux (Birzeit University, University of Baghdad, Academic Research Institute in Iraq, Arab Council for Social Sciences), ainsi que celle des représentants d’organisations non gouvernementales impliquées dans l’assistance humanitaire, a donné la possibilité d’élargir les pistes de recherche et de diversifier les points de vue.

Le colloque a été introduit par la sociologue Frances Hasso (Duke University) qui a démontré que la famille se trouve au cœur des rapports de pouvoir traversant les sociétés. Elle a en outre proposé des pistes de recherches transversales permettant de saisir les transformations provoquées par la guerre. Selon Frances Hasso, la famille en tant que catégorie sociale se doit d’être historiquement située : son évolution est, de fait, déterminée par de multiples facteurs politiques, sociaux et économiques. Pour saisir les basculements des équilibres engendrés par la guerre et les déplacements forcés, elle propose de se pencher sur l’évolution du cadre familial dans une temporalité plus longue allant au-delà des moments de rupture (turning points). En variant les échelles d’analyse, on peut en outre étudier les familles dans leur rapport avec les différents contextes d’insertion (famille élargie, quartier, ville, État). La pertinence de cette approche a été mise en exergue dans la dernière partie de la présentation qui portait sur la mortalité infantile pendant la période du mandat britannique en Palestine. À cette époque, explique Frances Hasso, une politique d’accès inégal à la santé et aux soins pré et postnatals a été mise en place pour les populations juives et palestiniennes, et ce en vue de soutenir le projet colonial britannique et sioniste.

La suite du colloque s’est structurée autour de quatre panels. Le premier, entièrement consacré à la Palestine, a souligné la manière dont l’occupation israélienne affecte la vie quotidienne des familles, notamment dans deux espaces sensibles :  la ville de Jérusalem (Nida Abu Awwad de Birzeit University) et la bande de Gaza (Elena Qleibo chercheuse associée à l’Ifpo). La restriction des mobilités imposée par différents dispositifs juridiques et par la fragmentation du territoire constitue une contrainte majeure pour la vie des familles palestiniennes. L’impossibilité d’enregistrer les mariages, les naissances, mais aussi de réunir des familles divisées entre Jérusalem et la Cisjordanie ou bien entre Gaza et la Cisjordanie, sont des cas communs. À Jérusalem-Est, l’absence de nouveaux logements, due au manque de moyens financiers conjuguée à l’impossibilité d’obtenir des permis de construire, expliquent que les jeunes couples soient contraints de s’installer chez leurs parents, provoquant de multiples tensions. Dans la bande de Gaza, Elena Qleibo (Ifpo) s’est intéressée à l’impact du taux élevé de chômage sur la virilité des hommes. Pour autant, le rôle de ces derniers ne serait pas remis en cause en raison du besoin de préserver une cohésion familiale face à l’occupation israélienne.

Le deuxième panel a abordé les répercussions des conflits et des fractures politiques au niveau des pratiques et des relations intrafamiliales. En Irak, le conflit confessionnel a, par exemple, engendré de multiples divorces parmi les couples issus de différentes communautés religieuses (Lucine Taminian, de Academic Research Institute in Iraq). En Cisjordanie, l’emprisonnement d’au moins un membre de chaque famille explique que les femmes tiennent parfois le rôle de chefs de famille et se mobilisent pour obtenir la libération de leurs époux. Par ailleurs, Flora Gonseth (doctorante, CRESPPA/GTM, Ifpo) évoque l’émergence de nouvelles pratiques comme l’insémination artificielle à distance. Avec le soutien des autorités religieuses et politiques, celle-ci est pratiquée par les femmes des prisonniers, condamnés à de longues peines. En Syrie, on remarque que les prises de position en faveur ou contre le régime Assad, ont engendré des ruptures entre générations, mais aussi au sein des familles élargies (Valentina Napolitano).

En conclusion de la première journée, une table ronde intitulée “Psychological, Economic and Legal Support to Families Affected by Wars. An Insight on Local and International NGO’s Activities in Jordan” a été organisée à l’Institut Français de Jordanie. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger avec les représentants de deux ONGs qui ont énuméré leurs actions dans le domaine de l’assistance, humanitaire et légale, en direction des familles de réfugiés syriens et iraquiens. Collateral Repair Project, une organisation internationale basée dans le quartier de Haschmi al-Shimali (à l’est d’Amman) a exposé ses différents programmes d’assistance alimentaire, d’éducation, de formation professionnelle et de soutien psychologique aux personnes affectées par la guerre, mais aussi par les violences domestiques et les tensions familiales. L’organisation jordanienne Arab Renaissance for Democracy and Development (ARDD), basée à Jebel Amman, a présenté les défis liés à l’absence de documents d’identité valables et l’impossibilité pour les réfugiés syriens d’enregistrer les nouvelles naissances, mariages/divorces et ses répercussions dans leurs accès aux services sociaux de base.

La deuxième journée du colloque était articulée autour de deux axes de réflexion. Le premier portait sur les effets des conflits, à la fois sur l’assistance (care) aux personnes âgées (Lamis Abou Nahleh de Birzeit University) ainsi que sur la santé mentale des femmes syriennes réfugiées à Irbid (Ruba Al Akash de University of Yarmouk). Le deuxième axe portait sur l’impact des migrations sur les liens familiaux. Jalal Al Husseini (Ifpo) et Hadeel Fawadle (Birzeit University) ont retracé les parcours migratoires des membres de familles palestiniennes qui en l’espace de quelques décennies ont été confrontés à plusieurs conflits, aussi bien en Palestine que dans des pays arabes où elles ont trouvé refuge. Ils ont étudié les stratégies matrimoniales qui ont permis à ces familles dispersées de conserver une cohésion et de surmonter les multiples défis politiques et économiques auxquels elles ont été confrontées.

Au-delà des spécificités liées aux différents terrains d’enquête, aux multiples formes de violence et de guerres, ce colloque était l’occasion de prendre la mesure des multiples transformations qu’a connues l’institution familiale au Proche-Orient et de relativiser la vision encore figée de la « famille arabe patriarcale » et « traditionnelle ». Des nouveaux modes de « faire famille » voient le jour et les bouleversements politiques, économiques et démographiques, engendrés par les situations de conflit, jouent un rôle déterminant dans ces reconfigurations. Ce chantier demeure cependant encore largement inexploré : poursuivre la comparaison entre les pays de la région, voire au-delà, permettra dans les années à venir d’établir des tendances sur le long terme, et de se doter d’outils théoriques et méthodologiques adaptés pour saisir les transformations familiales dans des contextes de dispersion et de violence.

Compte-rendu de Valentina Napolitano