Séminaire Ifpo

Cartographier les villes en guerre

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Lundi 11 mars 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animé par deux intervenantes :

Hanane Yazigi

Hanane Yazigi est géographe, spécialiste en systèmes d’information géographique et en gestion des données. Après avoir travaillé dans le secteur privé en France, elle rejoint le projet de reconstruction du camp de Nahr al-Bared, en tant que responsable SIG et donnée, de 2008 à 2011. Elle travaille pour des projets de collecte, gestion et analyse de données dans la région en free-lance : la cartographie des camps palestiniens au Moyen-Orient pour le projet Infrastructure et amélioration des camps de l’UNRWA, la cartographie et l’analyse des besoins médicaux pour MSF, ou encore des projets de cartographie online. La question de la durabilité dans les systèmes de données est une problématique centrale dans son travail, en particulier dans le contexte des analyses urbaines.

La cartographie comme outil de reconstruction. Le cas de Naher al-bared

En 2007, le camp palestinien de Nahr al-Bared, au Nord du Liban, a été entièrement détruit suite à des combats violents entre l’armée libanaise et le groupe islamiste Fath al-Islam. La reconstruction du camp a été l’occasion d’une cartographie et d’un travail de planification dans lesquels les habitants ont joué un rôle moteur. En revenant sur cet exemple de reconstruction post-conflit, Hanane Yazigi explorera la façon dont la cartographie et le traitement de l’information peuvent jouer un rôle dans les différentes étapes du processus de reconstruction. Dans un second temps, elle proposera un état des lieux des informations et des données disponibles sur les transformations (destructions et reconstructions) des villes syriennes depuis le conflit.

Rouba Kaedbey

Rouba Kaedbey est doctorante en aménagement au laboratoire CITERES – Equipe monde arabe et méditerranée EMAM. Sa thèse porte sur l’accès aux ressources de la ville dans les quartiers informels à travers l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth. Elle mène également une recherche sur le marché locatif informel destiné aux réfugiés syriens dans ces quartiers. Elle a rejoint l’équipe du programme Shakk en Janvier 2019 pour participer à la construction d’une base de donnée permettant l’élaboration d’un Atlas des villes syriennes en guerre.

Projet d’Atlas des villes syriennes en guerre. Les défis de la documentation

L’exploitation des données en ligne est l’un des outils adopté dans la constitution de l’Atlas des villes syriennes en guerre qui s’inscrit dans l’axe 4 du programme Shakk. Après deux mois de recherche documentaire, Rouba Kaedbey présentera les résultats préliminaires de son travail à travers l’exemple d’Alep : la chronologie des événements, la destruction et la dispersion de la population. Elle exposera les défis et posera des questions méthodologiques sur la construction de l’état de l’art de ces sujets.

Exils syriens en Europe

Un dossier de Migrations Société coordonné par Léo Fourn

Le conflit armé qui ravage la Syrie depuis 2011 a entraîné le déplacement de plus de la moitié de la population du pays, dont près de six millions de réfugiés hors de ses frontières. Tandis que la plupart des réfugiés sont précairement installés dans des pays limitrophes, d’autres ont trouvé refuge plus loin de la Syrie, après avoir entrepris de longs et périlleux voyages. Les articles de ce numéro de Migrations Société abordent les exils syriens dans l’espace européen, où près d’un million de Syriens se sont installés depuis 2011. Le premier enjeu de ce dossier est de souligner la diversité des figures de l’exil syrien en Europe.

L’introduction du dossier présente un panorama de l’exil syrien en Europe depuis 2011. L’année 2015 a marqué un tournant souvent qualifié improprement de « crise migratoire », entérinant surtout une crise des politiques d’asile. Après une première phase d’accueil favorable à l’arrivée des réfugiés syriens, surtout en Allemagne, les conditions d’accès et d’asile ont été progressivement restreintes, à l’instar de ce qui s’est produit dans les pays voisins de la Syrie. 

Les articles de ce dossier prennent pour échelle d’analyse les expériences migratoires des réfugiés syriens. Résultats d’enquêtes ethnographiques, ils nous invitent à suivre les parcours d’installation de catégories hétérogènes de réfugiés dans deux pays européens (Allemagne et France). Il s’agit ainsi de mettre en lumière la multiplicité des figures de réfugiés syriens, loin des stéréotypes. Les auteurs prennent en considération les subjectivités en relation avec leur nouvel environnement de vie. Aussi, les émotions relatives à l’exil sont-elles analysées avec soin en ce qu’elles nous informent sur l’évolution des sentiments d’appartenance des individus. Exil lointain, l’expérience migratoire en Europe est marquée par la guerre, la perte et les dépossessions multiples (proches décédés et disparus, lieux de vie détruits, défaite de la révolution, etc.). La nostalgie du pays perdu coexiste avec les perspectives d’installation dans un nouveau pays, le retour étant peu probable à court terme. 

Une problématique centrale qui traverse l’ensemble des contributions du dossier est celle des rapports subjectifs des nouveaux arrivants à l’administration et à la catégorisation afférente au statut de réfugié. Dès leur arrivée en Europe, les relations des réfugiés à l’administration deviennent leur principal souci quotidien. Ils entament alors une «carrière administrative», dont la temporalité est dominée par l’attente. La première étape  de cette carrière est la procédure de demande d’asile. Si les demandes d’asile émanant de Syriens recueillent le taux d’acceptation le plus élevé, avec une moyenne de 80% sur l’ensemble du territoire des États membres de l’Union européenne, la procédure n’en demeure pas moins une épreuve déterminante pour les demandeurs qui doivent attester des persécutions subies. S’y joue la sélection des personnes méritant une protection, selon les critères relatifs à chaque administration nationale en charge de l’asile. Plus généralement, les rapports aux administrations sont fonction des ressources sociales des réfugiés, de leur savoir-faire, d’usages et expériences du droit inégalement réparties. De la rencontre avec les administrations du pays d’installation découle une nouvelle socialisation au droit, et plus largement la construction d’un nouveau rapport à l’État. Loin d’être passifs, les réfugiés tentent de se frayer un chemin dans le «labyrinthe» administratif en contournant et en détournant éventuellement les règles et catégories juridiques. 

En reprenant ces différentes dimensions, les contributions qui composent ce dossier mettent en lumière une diversité d’expériences migratoires, analysées en relation avec d’autres sphères sociales telles que la famille, le travail, les études, ou encore les engagements politiques et associatifs. 

Yahya Al-Abdullah étudie une catégorie de la population syrienne peu connue – bien que particulièrement visible dans l’espace public français -, les Doms, dont il décrit l’installation à Istanbul et à Paris. Menant des modes de vie semi nomades, ces derniers entretenaient en amont de l’exil des rapports distants avec les autorités étatiques syriennes. L’auteur interroge alors la façon dont l’exil va redéfinir leur rapport au droit et aux autorités, tant au niveau professionnel et résidentiel qu’en ce qui concerne la reconnaissance du statut de réfugié. La comparaison entre ces deux espaces urbains fait ressortir des modes d’installation contrastés. Les Doms d’Istanbul et de Paris ont en commun des stratégies résidentielles et économiques relevant du domaine informel. Ils pratiquent la mendicité, dont la visibilité a été source de conflits avec d’autres réfugiés syriens. Toutefois, des divergences apparaissent au niveau de la construction de l’identité sociale des communautés doms. Contrairement à Istanbul, les Doms de Paris revendiquent explicitement leur appartenance communautaire. Par ailleurs, ces derniers ont opéré un certain rapprochement avec les autorités locales, ce qui n’a pas été observé à Istanbul. 

Simon Dubois analyse la façon dont des auteurs, des metteurs en scène et des comédiens syriens exilés à Berlin cherchent à se positionner dans le champ artistique en adoptant ou en refusant la catégorisation d’« artiste réfugié ». Il illustre alors la capacité de ces derniers à se saisir d’une catégorisation pouvant être perçue comme stigmatisante au profit de leurs stratégies de reconnaissance professionnelle. L’installation à Berlin leur permet ainsi de développer un espace de production artistique transnational. Pour d’autres, bénéficiant déjà d’une certaine reconnaissance internationale, l’exil berlinois vient conforter leur position. Le déplacement géographique apparaît dès lors lié au parcours professionnel. Par conséquent, l’exil berlinois devient le lieu d’une restructuration en profondeur du champ du théâtre syrien, désormais fondé sur de nouvelles sources de légitimité. 

Léo Fourn étudie les mobilisations à distance en faveur de la révolution syrienne qui se sont produites en France, et ce à partir d’une comparaison entre deux groupes ou « générations » : celle des Syriens installés en France avant 2011, et celle des Syriens arrivés en France après avoir participé à la révolution à partir de 2011. Il interroge alors la façon dont les temporalités d’exil influencent le sentiment d’appartenance nationale et les modes d’engagement à distance, pour en conclure que les exilés de la première génération, bien que théoriquement plus distants de la Syrie, se mobilisent davantage que les réfugiés récemment arrivés. Au-delà de la disparité des modes de mobilisation, il met en lumière la rencontre entre ces deux générations et les multiples interactions qui se développent alors, entre solidarités et mésententes. 

Les perceptions de la catégorisation relative au statut de réfugié sont au centre de la contribution de Julie Sasia qui s’intéresse à un groupe d’étudiants syriens récemment arrivés en France. Elle analyse les rapports ambigus que ces étudiants nourrissent à l’égard de cette catégorisation, entre rejet et acception. Le fait d’être étudiant permet de se distinguer de la figure du réfugié perçue comme stigmatisante. Contraints à demander l’asile, les étudiants tentent de « relativiser l’institution » et opèrent des formes de réappropriation de la catégorisation juridico-administrative, pour tenter d’atténuer la violence de l’assignation identitaire qui lui est inhérente. 

Dans un entretien réalisé par Vincent Geisser, Marie Peltier, une intellectuelle engagée et reconnue pour la qualité de son analyse sur la situation en Syrie, revient sur la trajectoire du père Paolo Dall’Oglio, ardent défenseur du dialogue avec l’islam et les musulmans et soutien indéfectible aux révolutionnaires syriens jusqu’à son enlèvement en 2013. Plus globalement, Marie Peltier nous livre son analyse sur le débat contradictoire auquel nous assistons actuellement en Europe sur la question de l’accueil des exilés syriens. Selon elle, leur expérience de la lutte démocratique et leur parole politique sur l’émancipation gagneraient à être partagées avec les citoyens européens. 

Enfin, dans un entretien mené par Josselin Dravigny, Salam Kawakibi, un chercheur d’origine syrienne qui milite pour la transition démocratique en Syrie, revient tout d’abord sur le processus de politisation et les logiques d’action de mobilisation à distance des exilés syriens présents en Europe. Après avoir analysé l’accueil des réfugiés syriens dans les pays européens depuis le déclenchement de la révolte en 2011, il envisage les perspectives de retour dans un futur proche à la lumière du contexte actuel en Syrie. 

Cette présentation du dossier a été rédigée par Léo fourn

Texte mis en forme et mis en ligne par Olivia SILVIN.

Le “je” reconquis

Écrits libres de Syrie. De la révolution à la guerre Franck Mermier (dir.)

Une recension de Cécile Boëx parue dans le journal en ligne En attendant Nadeau : https://www.en-attendant-nadeau.fr/

Traduire pour transmettre et porter des voix de l’intérieur qui laissent entrevoir toute l’ampleur de la rupture politique et existentielle engendrée par la révolte et le conflit en Syrie. Tel est l’objet de ce recueil de textes hétéroclites qui éclairent différentes facettes et expériences de ce conflit, à l’heure ou les médias et les explications géopolitiques ont tendance à rejeter les Syriens hors champ.

Analyses, témoignages, chroniques, essais, rendent compte de nouvelles écritures qui ont émergé avec la révolution. Pour les définir, Yassin al Haj Saleh, écrivain et ancien détenu politique, parle ici d’écriture « habitée », apparue grâce à une libération de la parole, favorisée par les réseaux sociaux et qui brouille les frontières entre l’écrivain professionnel et amateur. Écrire n’est plus un métier, c’est une nécessité vitale pour documenter, comprendre et laisser une trace. Le « je » est recouvré, assumé, exploré. Le vécu irrigue la pensée. Ces écritures sont traversées par la puissance de l’événement, la difficulté à l’assimiler et à en donner un sens définitif. Elles s’inscrivent dans la lutte et la prolonge, alors que la révolution se transforme progressivement en conflit armé. Contrairement à l’écriture officielle « dépeuplée », ces nouvelles écritures sont « emplies de monde », « habitées par les voix des gens, leurs histoires, leurs images, leurs récits, leurs petites anecdotes et leur mort ». Tout au long de l’ouvrage, le lecteur découvre ces nouvelles formes et expériences d’expression avec des activistes, des universitaires, des journalistes ou de simples témoins, réunis dans une même quête de réappropriation de l’interprétation des événements, confisquée avant la révolution. Leurs textes donnent accès à différents événements, histoires, lieux et moments ; autant de changements de focales reliées entre elles par une progression chronologique qui esquisse différentes phases de la révolte et de la guerre. Dans chaque région et dans chaque ville, la révolte et la violence se sont déployées selon des modalités spécifiques. Dans un article initialement publié en 2012, Omar Kaddour explique pourquoi la mobilisation a été moindre à Alep et à Damas, en insistant sur l’importance des dispositifs répressifs tout comme des stratégies pour verrouiller les places publiques afin d’assimiler la révolte aux ruraux et aux marginaux. À Douma, située dans la banlieue de Damas, les manifestations ont été intenses dès 2011. En 2013, la ville est assiégée. Samira Al-Khalil, ancienne détenue politique, activiste, qui y sera enlevée au cours de la même année par un groupe jihadiste, consigne dans un journal des bribes du quotidien qu’elle partage aux côtés des habitants de Douma. Les écoles bombardées qui parviennent à rouvrir, cette fillette épargnée par un obus tombé à côté d’elle mais qui meurt des suites de son effroi, les naissances, les pénuries et ceux qui en profitent. Elle consigne aussi sa colère et ce qui la fait tenir. À quelques kilomètres de là, à Damas contrôlée par le régime, Naïla Mansour (pseudonyme), enseignante et activiste, s’adresse directement au lecteur pour confier son sentiment d’impuissance. Elle dit le temps qui s’allonge ou se rétracte et sa déprise sur sa destinée au fil des espoirs, des angoisses et des désillusions. Alors, demande-t-elle, faut-il rester au risque de développer une « dépendance » à la guerre ou partir et trahir tout ceux et ce pour quoi elle s’est battue jusqu’ici ? Dans les deux cas, le prix est exorbitant. Dans un registre davantage documentaire, Sadek Abdul Rahman restitue précisément les différentes phases du siège et de la résistance d’Alep, jusqu’à sa chute en décembre 2016. Ici, l’objectif est de rétablir les faits, face à des jeux politiques et médiatiques opaques. Il pointe également les dissensions entre les différents groupes combattants de l’opposition. Le même auteur revient sur l’histoire singulière de Saraqib, dans la région d’Idlib, qui a du à la fois affronter l’armée syrienne et Daech. Il décrit les différentes phases de la révolution, les stratégies de répression, le passage à la lutte armée, le mouvement civil, toujours actif aujourd’hui. Mais au cours de cette analyse rigoureuse, surgit soudain l’émotion à travers le souvenir de la voix d’une fillette chantant un hommage au martyr Mohammed Haf, figure héroïque de Saraqib. Alors qu’il écrit ce texte avec « cette chanson dans la tête », il apprend qu’elle vient d’être tuée par un bombardement. Comment continuer à écrire ? Pour les gens de cette ville où il n’avait pourtant « jamais mis les pieds » affirme-t-il. Écrire pour continuer la lutte. Dans certains textes, les affects liés à des expériences traumatiques sont à l’origine du récit, la fiction venant même parfois exprimer l’intensité et l’intimité d’un rapport quotidien à la mort. Ainsi, Omar Kaddour devient un martyr qui assiste à ses propres funérailles. Durant la procession, il prend le temps de se souvenir de comment il est mort, qui il était. Mais il ne se souvient plus du prénom de son fils, ni de son père d’ailleurs… Lutter contre la massification et la standardisation de la mort : « Nos morts résident dans la banlieue de ces chiffres officiels. Enterrés à la marge, nous sommes l’approximation du ‘environ cent cinquante morts’, nous sommes l’excédent du ‘plus de cent cinquante morts’. D’entre nous, je suis probablement le plus chanceux, car mes funérailles sont sur YouTube ; j’ai un peu plus de quatre cents vues, deux ‘J’aime’, et zéro ‘Je n’aime pas’. Moi, pour dire vrai, je ne vois pas comment on peut aimer ou ne pas aimer un enterrement ! ». L’exode que raconte Malaka Al-Ayeed (pseudonyme) est bien réel. C’est celui qu’elle a vécu en fuyant les bombardements de Raqqa. Trouver un endroit sûr, organiser le quotidien puis partir plus loin pour des abris toujours plus précaires. Apprendre à fixer des tentes, à lutter contre le vent, le froid et la pluie. Guetter le bruit des avions. Être livré à soi-même, pris en tenaille entre Daech et le forces Kurdes. Se demander si tout ceci est bien réel. Les frontières entre le réel et la fiction sont effectivement ténues devant le rythme et l’ampleur des événements. L’absurde n’est jamais loin, comme dans le témoignage de Moustafa Abou Chams, pharmacien à Alep avant de devoir se réfugier en Turquie avec sa famille. Il raconte comment il se rend désormais en Syrie en tant que « visiteur » en passant par le poste-frontière de Bab al-Hawa. Les détours, les barrages, l’attente qui facilite la propagation des rumeurs. Ce jour là, 5000 Syriens doivent passer un à un dans un couloir de 35 centimètres pour pouvoir visiter leur pays. Une fois de l’autre côté, comment se « comporter en invité dans sa propre maison ? », comment aussi faire face à la réprobation ou l’envie de ceux qui sont restés ? Une révolution réduite à un couloir de 35 cm … D’autres témoignages racontent l’expérience intime de l’exil, de la détention ou du quotidien dans la capitale. Des textes apportent également un nouvel éclairage sur le phénomène djihadiste : les conditions locales de l’apparition de Daech, la création d’un bataillon féminin à Raqqa, les transformations du discours d’al-Qaida en Syrie. Ces « écrits libres de Syrie » constituent un apport précieux à une littérature de témoignage importante mais encore peu traduite en français. On pense bien sur à Feux croisées : Journal de la Révolution syrienne (2012) ou Les portes du néant (2015) de Samar Yazbek, Récits d’une Syrie oubliée de Yassin al-Haj Saleh (2015) et A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, de Majd al-Dik et Nathalie Bontemps (2016). L’originalité ici étant que la fiction et la chronique y côtoient les sciences sociales dans une multitude de styles et de points de vue. Si ces histoires sont celles des vaincus, elles rendent compte pourtant de transformations sociales, politiques et personnelles profondes, dont les processus sont toujours en cours.

Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

LUNDI 4 février 9H-13H, SALLE13 (105 BD RASPAIL, EHESS)

Cette séance sera animée par deux intervenants:

 Simon Dubois (IREMAM) : “Le théâtre syrien dans l’exil”

Léo Fourn : “La révolution à distance : exils, engagements et témoignages d’activistes syriens en France et au Liban”

Simon Dubois est doctorant. Sa thèse porte sur le champ artistique syrien depuis le début de la révolution en 2011. Il propose une sociologie des artistes et étudie les reconfigurations des relations artistiques dans l’exil.

Léo Fourn prépare également une thèse sur la question de la révolution à distance à partir des trajectoires d’exils et d’engagements d’activistes syriens en France et au Liban. Il a coordonné le dernier numéro de Migrations & Société consacré aux exils syriens en Europe.