Chroniques de la révolte syrienne

Des lieux et des hommes 2011-2015

En 2017, The Creative Memory of the Syrian Revolution faisait paraitre en arabe et en anglais un ouvrage présentant sous forme documentaire cinquante lieux (villes, villages, quartiers) qui se sont révoltés en 2011. Ce livre précieux pour qui travaille sur la Syrie actuelle est dorénavant disponible en français, publié par les Presses de l’Ifpo avec, entre autres, le soutien du programme ANR Shakk.

Nous reproduisons ici la préface rédigée par Emma Aubin-Boltanski pour l’édition française.

Chroniques de la révolte syrienne – des lieux et des hommes, 2011 – 2015 est une invitation à explorer un pays qui, pris dans une spirale de violence inouïe, est fragmenté au point d’être devenu étranger à lui-même. Cet ouvrage propose une forme de cartographie du soulèvement syrien de 2011, de la répression et des violences qui se sont ensuivies.  Alors que l’analyse de ces évènements se trouve de plus en plus parasitée par les « grands récits », ceux des conflits entre sunnites et chiites, entre Arabie-Saoudite et Iran, entre États‑Unis et Russie, etc., il fait le choix d’un resserrement sur des faits précis. Des récits au ras des lieux qui racontent l’un après l’autre une révolution trop souvent occultée, celle de Syriens et de Syriennes qui ont retrouvé leur voix et surmonté la barrière de la peur en s’engageant massivement dans un soulèvement civique et pacifique contre un régime de terreur.
Ces Chroniques donnent à lire non pas une histoire, mais des récits de situations qui, strictement documentés et attestés, sont circonscrits dans des villes, des villages et des faubourgs. Cinquante lieux ont été choisis à partir d’un critère : l’implication dans des « activités révolutionnaires et civiques » minutieusement recensées et détaillées. À sa façon, ce livre démontre que jusqu’à la fin 2013 tout était encore possible en Syrie ; que l’alternative entre le régime dictatorial d’al-Assad et une domination islamiste était loin d’être la seule. Ils rappellent que le soulèvement de mars 2011 a généré une importante créativité, un monde d’initiatives et de projets sociétaux. Dans les zones libérées de l’emprise de l’armée, par exemple, un élan collectif vers la démocratie directe s’est traduit par la création de centaines de conseils locaux dont l’objectif était d’organiser une auto-administration de la vie quotidienne dans des conditions parfois extrêmes.
Certes, les djihadistes ont rapidement dominé la scène de l’opposition, mais d’autres énergies – démocratiques, pacifistes, libertaires, féministe et artistiques – étaient à l’œuvre : sans la répression implacable dont elles ont été la cible, elles auraient pu donner une autre direction à l’histoire. Fin 2013, une série d’événements se produit : l’attaque chimique de la Ghouta (21 août), la brusque volte-face des États-Unis qui renoncent à intervenir (29 août) et la montée en puissance des groupes armés islamistes qui se traduit, entre autres, par l’enlèvement de Razan Zaytouneh l’une des grandes figures du soulèvement pacifique ;  ces événements feront définitivement basculer la situation dans une guerre totale, imposant les armes et la violence comme seules alternatives. Pour autant, ces chroniques de la révolte syrienne de 2011 à 2015 démontrent également l’étonnante vitalité de la résistance civique et non-violente qui dans différents lieux a perduré parallèlement à la militarisation.
Un soulèvement « ce sont des gestes » nous dit George Didi-Huberman. Collectifs ou individuels, d’actions ou de passions, d’œuvres ou de pensées, ces gestes humains disent « non » à une réalité et « oui » à quelque chose d’autre, à un monde désiré, imaginé, esquissé. Chroniques de la révolte syrienne peut être envisagé comme l’un des nombreux gestes qui ont fait le soulèvement syrien et continuent de le nourrir, un geste à la fois épistémologique, testimonial et urgent. Porté par un collectif aux compétence multiples et complémentaires – Nada Najjar (linguiste et universitaire), Ahmad Sahli (enseignant d’arabe), Rana Mitri (traductrice), Ne’mat Atassi (professeur de français) et Fawwaz Traboulsi (écrivain et professeur d’histoire) –, il a été initié par la graphiste Sana Yazigi. Il mérite toute l’attention des chercheurs qui travaillent sur les événements de la décennie 2010 en Syrie

Un geste épistémologique

Si le territoire syrien est devenu quasiment inaccessible depuis 2013 pour les chercheurs et les journalistes étrangers, rares sont les révoltes et les conflits qui ont été autant documentés. Internet et les réseaux sociaux y sont pour beaucoup. Les vidéos très nombreuses (autour d’un million) et les divers écrits qui circulent par ce biais constituent des sources précieuses pour qui s’intéresse à ces évènements. Néanmoins, ce matériau très divers et son utilisation soulèvent des questions d’ordre éthique et épistémologique auxquelles ces Chroniques, à leur façon, tentent de répondre. En effet, elles proposent des récits entièrement fondés sur des documents – des articles, des vidéos, des sites, parfois des pages Facebook – dont les informations sont systématiquement recoupées et comparées. Scrupuleusement référencés en notes de bas de page, ces sources ont été trouvées sur Internet et archivées sur le site La mémoire créative syrienne (https://creativememory.org/fr/) lancé en mai 2013. D’où le grand intérêt de la version électronique de l’ouvrage (à paraître prochainement) qui invite le lecteur à se rendre à la source de chacun des faits exposés par un simple clic. Ce geste épistémologique demeure néanmoins fragile : certains des liens auxquels ces récits renvoient sont aujourd’hui « brisés » ou « morts ». Deux raisons à cela : la volatilité des ressources en ligne qui changent de place ou disparaissent et, d’autre part, l’action de l’Electronic Syrian Army qui s’emploie à effacer et à détruire avec une efficacité certaine des documents sur Internet. Bien conscients de cet écueil, les rédacteurs de l’ouvrage, dans sa version arabe, ont pris soin de reproduire en notes de bas de page, les désignations exactes des documents : un simple copier/coller permet de traquer ceux d’entre eux qui ont été déplacés sur la Toile ; pour les autres, « les disparus », ces titres et leurs descriptions constituent des traces de ce qui fut .

Un geste testimonial

Chroniques de la révolte syrienne est un acte de mémoire qui procède d’une inquiétude largement partagée : que la réalité d’une violence politique meurtrière demeure ignorée et surtout, que la qualification des événements soit laissée aux vainqueurs du moment, aux autorités de Damas et à leurs alliés russes et iraniens. Soulèvement populaire, révolution pacifique, insurrection armée ou agression étrangère ? Rebelles, combattants, civils ou terroristes ? Guerre civile, guerre contre le terrorisme ou plutôt guerre contre des civils ? Ces appellations de provenances et de généalogies diverses se combattent violemment de part et d’autre des lignes de front, ainsi qu’au sein des médias et des dispositifs internationaux qui interviennent dans le conflit. Elles constitueront des clés de compréhension du « grand récit » de la guerre qui finira par s’imposer.
De fait, une entreprise de négation est à l’œuvre pour, d’une part, effacer les traces d’un soulèvement populaire et pacifique implacablement réprimé et, d’autre part, imposer une histoire unique et une analyse paresseuse et sans nuance des événements faisant d’emblée rentrer dans l’arène de la révolution des groupes armés radicaux. Contre ce voile opaque, cet empaquetage hermétique, ces récits donnent l’occasion d’orienter le regard non pas vers une vérité dogmatique absolue, mais vers un kaléidoscope de situations : pour chacun des lieux sont retracées une histoire particulière et une chronologie propre des événements.

Pour ce faire, les auteurs ont fait le choix d’un resserrement sur des faits scrupuleusement référencés. Aucune place n’est laissée à la rumeur ou aux « on-dit ». Un canevas unique est adopté pour toutes les notices, le style résolument narratif et distancé ne laisse aucune place ni à la fioriture, ni au personnel. L’impression est parfois donnée de lire une froide déposition destinée à être produite en justice. Peut-être ces textes le seront-ils un jour. Pour chaque lieu, le jour, le mois et l’année des premières manifestations sont systématiquement précisés, leurs parcours retracés, la nature de la répression détaillée, l’entrée en scène des groupes armés datée. Également, et surtout, sont minutieusement recensées différentes « actions créatives » – des expositions, des films, des pièces de théâtre, des graffitis, des performances, des campagnes de mobilisation sur différents thèmes, etc. – entreprises par des activistes dans l’objectif de résister pacifiquement, non seulement à la répression des autorités de Damas, mais aussi à la montée en puissance des groupes armés radicaux…
Le souci du détail va jusqu’à rappeler, systématiquement, lieu après lieu, une terrible incertitude concernant le nombre des victimes. Les chiffres de deux sources – le Centre de documentation des violations en Syrie et la Base de données des martyrs de la révolution syrienne – viennent en conclusion de toutes les notices. Et à chaque fois, l’écart est vertigineux : entre 2037 et 9514 victimes à Damas ; entre 59 et 2368 morts à Daraya ; entre 24 et 529 à Manbij ; entre 80 et 456 à Palmyre. Cette « sinistre imprécision des chiffres » n’est pas nouvelle – Michel Seurat la déplorait à propos du massacre de Hama en 1982. Elle nous dit quelque chose sur l’entreprise de dénégation qui est à l’œuvre et contre laquelle il est urgent de lutter.

Un geste urgent

Collecter, rassembler, rédiger et publier des récits circonstanciés pour les porter à la connaissance du plus grand nombre, nombre de Syriens, écrivains, artistes et activistes sont engagés dans cette pratique sociale qui procède d’un « besoin de vérité » face à l’intolérable. Ces actes de mémoire ont un caractère impulsif et erratique : c’est qu’ils sont accomplis dans l’urgence alors que les armes ne se sont pas encore tues et que déjà une entreprise d’amnésie est conduite par les autorités de Damas. Cette entreprise prend deux formes : celle d’un grand récit qui tend à oblitérer le premier acte des événements, le soulèvement pacifique d’une grande partie de la population contre un régime dictatorial et celle, physique et concrète, de la « reconstruction ». À ce propos, arrêtons-nous à Daraya : située dans la Ghouta occidentale, à huit kilomètres de Damas, elle a été détruite à 90 % et vidée de sa population. Les registres de propriétés de la ville ont été brûlés et des lois ont été décrétées pour faciliter les expropriations. Depuis 2017, des entrepreneurs, architectes et urbanistes sont à l’œuvre pour dresser les plans de reconstruction de la zone qui constituera une extension des beaux quartiers de Mezzeh et de Kafar Sousseh. Contre cet acte d’arasement et de remplacement, ces Chroniques de la révolte syrienne rappellent des « faits » et, entre autres, l’histoire singulière de Daraya. Frondeuse avant l’heure, cette ville a vu la naissance dès 2003 d’un « groupe pacifique » d’activistes urbains. En 2011, elle a été le théâtre d’action de Ghiath Matar, le « Gandhi syrien », qui distribuait des fleurs et des bouteilles d’eau aux soldats lors des premières manifestations. Le 10 septembre 2011, ce pacifiste chevronné est mort sous la torture des nervis du régime.
Parce qu’elles font résolument le choix du détail, parce qu’elles optent pour la sincérité et la bonne foi contre l’idéologie, ces Chroniques constituent une source précieuse pour qui s’intéresse à l’histoire récente de la Syrie. Espérons-le, le geste sera poursuivi et complété pour inclure d’autres lieux et d’autres figures.

Télécharger le sommaire

Le religieux à l’épreuve des révolutions et de la violence dans le monde arabe

Un dossier des ASSR coordonné par Cécile Boëx

Télécharger le sommaire

L’effervescence de l’actualité religieuse et la globalisation des formes de religiosité conduisent plus que jamais les sciences sociales à interroger leurs frontières disciplinaires et à mettre à l’épreuve leurs paradigmes du fait religieux. Revue trimestrielle, publiant des numéros thématiques et un bulletin bibliographique annuel, les Archives des Sciences Sociales des Religions tentent de relever ce défis dans une perspective résolument comparative, pluridisciplinaire et épistémologique. En janvier/mars 2018 elle a fait paraître un dossier dirigé par Cécile Boëx (Maîtresse de conférence à l’EHESS) sur le thème « Le religieux à l’épreuve des révolutions et de la violence dans le monde arabe ». Ce dossier revient sur l’onde de choc provoquée par ces évènements à partir des relations complexes, multiples et situées entre le religieux et le politique. Partant du constat que le bilan de ces mouvements est particulièrement sombre, avec d’un côté des zones de béance politique et de guerre civile et de l’autre le redéploiement des régimes autoritaires, les dix articles qui le composent reviennent sur les bouleversements provoqués par ces révoltes en dehors d’une vision binaire (printemps révolutionnaires/hivers islamistes). Le dossier explore plus particulièrement les hybridations des répertoires politiques et religieux lors de la phase de mobilisation, les recompositions identitaires et sociales, notamment en Syrie, en Tunisie, en Égypte et au Bahreïn ainsi que les mutations du salafisme.

Trois articles de ce dossier (qui sera prochainement mis en ligne sur Cairn) intéressent plus particulièrement le programme de recherche Shakk. L’introduction signée par Cécile Boëx et Paolo Pinto propose une réflexion sur la diversité des liens entre religieux et politique, et analyse notamment l’articulation entre expression du désaccord, désobéissance et transcendance. Dans sa contribution personnelle, Cécile Boëx revient sur un corpus de vidéos d’hommage mises en ligne sur YouTube entre 2011 et 2014, pour examiner les modalités de réappropriation du statut de martyr dans le contexte de la révolte, puis de la guerre en Syrie. A partir de l’examen attentif des dynamiques à l’œuvre au sein d’une organisation humanitaire et prosélyte salafiste appelée l’Instance Islamique du Sham (IIS), Thomas Pierret, quant à lui, montre que dans la Syrie en guerre, une « voie moyenne » salafiste – souscrivant au récit et aux symboles de la révolution, et donc à ses aspirations de souveraineté populaire – a bien été à l’œuvre contre la radicalisation jihadiste.

The Syrian War: Later Evolution, Future Prospects

4e colloque international du Centre for Syrian Studies (CSS)

Un compte rendu de Thomas Pierret

Du 1er au 4 août 2018, le Centre for Syrian Studies (CSS) de l’Université de St Andrews (Écosse) tenait son 4e colloque international. Fondé il y a une décennie par Raymond Hinnebusch, une figure majeure des études syriennes, le CSS est le seul centre de recherche occidental entièrement consacré à ces dernières et publie notamment la revue Syria Studies.

Lors de sa première édition en 2011, le colloque du CSS s’apparentait à une modeste école doctorale. Le conflit syrien et l’expansion considérable du champ qui en a résulté ont transformé cet événement en une rencontre de quatre jours réunissant une quarantaine de chercheurs. Il s’agit donc d’un observatoire idéal pour identifier les tendances en matière d’études sur la Syrie, en l’occurrence depuis la précédente édition du colloque tenue en 2015. Ces tendances dessinent aussi, en creux, de possibles angles morts dans notre connaissance des dynamiques syriennes.

Certaines des inflexions observées depuis trois ans ne surprennent guère. C’est notamment le cas de la diminution du nombre de travaux portant sur les projets politiques alternatifs au régime. Alors que ces projets faisaient l’objet de douze interventions en 2015, soit plus d’un tiers du programme, ils en concernent huit en 2018. Ces travaux explorent notamment les performances respectives des différentes juridictions rebelles,[1] la stratégie de communication du mouvement Ahrar al-Sham,[2] les liens organiques entre le PYD et le PKK,[3] le positionnement politique du secteur médical dans les régions insurgées,[4] ou encore les débats qui opposent les intellectuels suite à l’échec du projet révolutionnaire[5]. La raréfaction relative des travaux sur l’opposition au sens large[6] reflète bien sûr les infortunes d’une insurrection dont les territoires et ambitions se sont réduits comme une peau de chagrin depuis les interventions américaine et russe. Cette question a donc perdu de l’urgence qui était la sienne il y a trois ans, mais il conviendra toutefois de ne pas la négliger à l’avenir : premièrement, parce que des espaces de gouvernance alternative subsistent et s’enracinent sous protection américaine, dans les régions contrôlées par le PYD, et sous protection turque, dans le nord-ouest dominé par les rebelles ; deuxièmement, parce que le conflit a généré une immense diaspora d’activistes qui joueront inévitablement un rôle-clé lors des futurs soubresauts que connaîtra le pays.

Les victoires du régime ne se traduisent pas, en revanche, par un regain d’intérêt notoire pour les transformations du pouvoir central. Lorsque ce dernier est abordé, c’est à travers son discours et celui de ses alliés,[7] les stratégies de ces derniers,[8] ou la manière dont ce même régime gère les processus de reddition des zones insurgées que la novlangue damascène qualifie de « réconciliations ». Certes, l’étude des structures et pratiques de gouvernance d’un régime des plus opaques est encore moins aisée aujourd’hui qu’elle ne l’était avant la guerre du fait de la fermeture du terrain. Toutefois, la prolifération des sources ouvertes créée des possibilités qui n’existaient pas à l’époque et qui mériteraient d’être davantage exploitées.[9]

Les questions identitaires, et en particulier celle du confessionnalisme, intéressent davantage les conférenciers en 2018 que trois ans auparavant (cinq interventions contre deux).[10] On soulignera, pour s’en féliciter, que ces questions sont de plus en plus appréhendées en termes de relations interconfessionnelles plutôt que du point de vue d’une seule communauté ethno-religieuse — c’est la question du confessionnalisme, plutôt que celle des « minorités », qui est le plus souvent au centre de l’analyse. Il reste néanmoins à ces réflexions à s’inscrire dans une perspective réellement cumulative et à entrer dans un dialogue (critique) avec les théories générales de l’ethnicité.

Avec cinq contributions en 2018 contre deux en 2015, la question des réfugiés s’est imposée comme une composante majeure des études syriennes. Ce sous-champ de recherche a gagné en maturité du fait d’enquêtes de terrain de longue durée resserrant la focale sur des communautés ou pratiques spécifiques.[11] En parallèle, on espère voir se consolider une approche des Syriens vivant à l’étranger en termes de diaspora, concept certes critiqué, mais qui offre l’avantage de restituer aux communautés concernées une agentivité (notamment politique) qui ne figure pas toujours parmi les priorités des refugee studies.

Tant le colloque de 2015 que celui de 2018 s’inscrivaient, par leur intitulé, dans une approche prospective : le premier entendait réfléchir aux moyens de « dépasser le statu quo » (Moving beyond the Stalemate) tandis que le second promettait d’explorer les « tendances récentes et perspectives futures » (Later trajectory and future prospects). La guerre étant, au moins en apparence, plus proche de sa conclusion aujourd’hui qu’il y a trois ans, on ne s’étonnera pas de voir passer de six à neuf le nombre d’interventions abordant les conditions et implications de la fin du conflit. Les victoires du régime et la stabilisation graduelle des fronts sous tutelles étrangères ont toutefois induit un renouvellement quasi complet de l’angle d’analyse dans ce domaine. Là où, il y a trois ans, les intervenants s’interrogeaient surtout sur les possibilités de résolution du conflit, la plupart portent aujourd’hui un regard froidement analytique sur des pratiques de sortie de guerre qui entérinent le verdict des armes plus qu’elles n’ont fait taire ces dernières : c’est le cas des redditions des zones rebelles, dont la répétition offre désormais des possibilités d’analyse comparative,[12] d’une reconstruction devenue l’enjeu de nouveaux rapports de force internationaux,[13] ou d’un processus diplomatique graduellement vidé de son objet pour devenir une fin en soi.[14] Le constat est déprimant, mais il offre l’avantage, analytiquement parlant, d’encourager une démarche descriptive plutôt que spéculative. Cette démarche s’applique même à la question de la justice transitionnelle, abordée non pas comme un impératif à mettre en œuvre, mais comme un ensemble d’initiatives déjà existantes, fussent-elles de nature privée comme la Commission for International Justice du canadien Bill Wiley.[15]

Une même évolution est perceptible dans la teneur du keynote speech. En 2015, ce dernier était délivré par William Zartman, célèbre spécialiste de la résolution des conflits, qui se demandait si la guerre de Syrie avait atteint pour les belligérants une « impasse mutuellement dommageable » (mutually hurting stalemate) qui la rendrait « mûr » vis-à-vis des efforts de médiation. En 2018, en revanche, Leila Vignal (Université de Rennes 2) prend acte des transformations irréversibles déjà engendrées par le conflit, indépendamment de son issue. Adoptant plus spécifiquement une perspective spatiale, l’oratrice s’interroge sur les changements induits quant à l’inscription de la Syrie dans son environnement transnational. Elle met en évidence deux dynamiques, à première vue contradictoires, de contraction et d’expansion.

La première dynamique résulte de la fragmentation du territoire national, qui induit un recentrement des interactions sociales et économiques sur le niveau local. Si pour la plupart des Syriens, cette fragmentation est synonyme d’une économie de pénurie, elle constitue en revanche une ressource financière considérable pour les acteurs armés qui contrôlent les points de passage et pour les entremetteurs qui connectent entre elles les zones tenues par les différents belligérants.

La dynamique d’expansion mise en évidence par Vignal est quant à elle le produit d’une intensification des échanges transfrontaliers en raison du flux de réfugiés et, en sens inverse, de l’acheminement d’aide humanitaire et militaire vers le territoire syrien. Ces dynamiques, qui prennent souvent appui sur des mouvements préexistants (migrations saisonnières d’ouvriers, contrebande), confèrent une importance inédite à des zones jadis périphériques dans la construction nationale syrienne. Elles amènent par ailleurs à la constitution d’une « diaspora de réfugiés » dotée, à ce titre, de traits spécifiques dont le principal est la localisation de son centre de gravité (démographique, économique et politique) dans les pays frontaliers ou proches de la Syrie (Turquie, Jordanie, Liban, Égypte). Les villes de ces pays deviennent des capitales syriennes de substitution aux fonctions spécifiques et qu’un flux d’échanges (incluant notamment de substantiels transferts monétaires) relie à la fois au territoire syrien et au reste de la diaspora à travers le globe. Si ces mouvements de population prennent souvent appui sur les liens sociaux (en particulier familiaux) existants, par exemple dans le cas des chaînes migratoires, ils peuvent aussi les transformer, comme l’illustre l’exemple d’une tribu formalisant, en exil, une organisation et de liens de solidarité demeurés lâches avant la guerre.

Dans sa conclusion, Vignal dessine un avenir sombre où l’absence de compromis politique réel fait obstacle à la fois au retour des réfugiés et à la reconstruction du pays par les bailleurs de fonds étrangers. À ce pessimisme fait écho celui des autres participants de la table-ronde « Où va la Syrie ? » tenue en clôture du colloque. On y met notamment en évidence la difficulté, eu égard à la nature du régime syrien, de mettre en œuvre d’éventuels changements constitutionnels actuellement négociés sous l’égide du médiateur onusien Staffan de Mistura (Eberhard Kienle), le caractère trompeur d’une « reconstruction » manipulée par le régime pour pérenniser le déplacement de certaines communautés (Omar Imady), la fragmentation durable du territoire du fait des différentes présences militaires étrangères (Samir al-Taqi) ou encore le caractère peu propice d’un contexte international marqué par un déclin du multilatéralisme (Carsten Wieland). Plus rares sont les intervenants qui affirment placer quelque espoir dans les réformes constitutionnelles (Rim Turkmani) ou dans l’impact durable des expériences d’auto-administration locale (Rana Khalaf).

Les scénarios évoqués par les panélistes esquissent sans doute également les contours futurs du champ des études syriennes. Plutôt qu’une approche du conflit en termes de « crise » à résoudre ou de « transition » vers un ordre nouveau, ces études sont vouées à se pencher sur une situation qui, pour longtemps peut-être, ne relèvera vraiment ni de la guerre ni de la paix. Une telle configuration n’a rien de nouveau ni d’exceptionnel du point de vue des travaux sur les guerres civiles à travers le monde,[16] un champ avec lequel les études syriennes gagneront à dialoguer davantage à l’avenir.


[1] Regine Schwab et Samer Massoud, “Justice is the basis of governance” – Relative Independence and Efficiency of Insurgent Courts in the Syrian war (2012-2017).

[2] Josephine Lippincott, Public Personas: Rebel Strategies for Third- Party Support.

[3] Helin Yildiz et Gunes Murat Tezcur, The Kurdish Nationalist Mobilization in Syria: From Fragmentation to the Rise of the PYD.

[4] Sophie Roburgh, “All the leaders are doctors”: Evolution of the local medical sector in Syria’s non-government-controlled areas.

[5] Zeina Al-Azmah, The Struggle for Meaning and the Meaning of the Struggle in Syria.

[6] Les interventions sur ce sujet incluaient également Samer Bakkour, The Dimensions of the Final Battle with ISIS in Deir Ezzor (2011-2017),  Jasmine Gani, Three Faces of Syrian Contentious Politics and the Emergence of Alternative Actors post-2015 ; Jan Wilkins, Translocal activism and the Syrian struggle in global politics – A reflexive research approach to agency in International Relations.

[7] Rahaf Al-Doughly, Constructing the Nation: Interrogating the Logic of Masculine Protection ; Aurora Sottimano, The resistance front and the Syrian conflict.

[8] Asbjørn Bang, An Enduring Alliance: The Scope and Objectives of Irans Involvement in the Syrian Conflict ; Søren Schmidt, The logic of external actors’ meddling in the Syrian civil war: Ideology or Realpolitik? ; Nail Elhan et Özlem Tür, A Trajectory of Involvement: Hezbollah and the Syrian Civil War.

[9] Voir par exemple Gregory Waters, Damascus’ ‘democratic’ experiments: local councils under government control. International Review, 14 mars 2018, https://international-review.org/damascus-experiments-local-councils-government-control/.

[10] Sami Hadaya, Authoritarianism, Revolution and Counter-revolution under Sectarianism ; Marisa Della Gatta, Impact of Sectarianisation on Syrian Groups in Diaspora ; Rim turkmani, Rentier state, identity politics and civil society in Syria ; Talip Alkhayer, Sectarian cohabitation in Syria’s coast, a glimmer of hope ; Haian Dukhan, The Struggle for Syria: Tribes at War.

[11] Ann-Christin Wagner, And Yet they Move – Mobility and Rural ! Livelihoods among Syrian Refugees in Mafraq, Jordan ; Veronica Ferrari, The Predicament of Tasharrud ; Mustafa Tayfun Üstün, Activities of Foreign Non-Governmental ! Organisations in Integration of Syrian Refugees: A Case of Firefly International ; Duygu Topcu, Following the money: Humanitarian financial aid for Syrian refugees.

[12] Munqeth Othman Agha, Peace for Conflict: Local Reconciliation Truces in Syria ; Maria Chalhoub, Opportunities amid obliteration? A comparative study of local “reconciliation” agreements in Syria ; Marika Sosnawski, Ceasefires as violent statebuilding: renegotiating the social contract through local truce and reconciliation agreements in the Syrian civil war ; Mazen Gharibeh, Building legitimacy in post-conflict Syria: the issue of local arrangements.

[13] Ferdinand Arslanian, Syria s Economic Reconstruction as a Continuation of Conflict by Other Means.

[14] Bilal Sukkar, Resolving Syria’s Conflict: Transformation or Containment? ; Taku Osoegawa, Comparing the End of Conflict: Conflict Resolution Attempts in Syrian and Lebanese Civil Wars.

[15] Michelle Burgis-Kasthala, Constructing a Justice Infrastructure in War? Mapping the Pursuit of accountability during and after the Syrian Conflict.

[16] Voir par exemple le numéro spécial de Politix intitulé « Ni guerre, ni paix » (n°104, 2013/4).

Deux articles sur le quotidien économique des Syriens dans la guerre

Thierry Boissière et Laura Ruiz de Elvira (dir.) Le quotidien économique dans un Proche-Orient en guerre, Critique internationale 2018/3 (N° 80)

Critique Internationale vient de publier un dossier consacré au « Quotidien économique dans un Proche-Orient en guerre ». Ce dossier, dirigé par Thierry Boissière (Ifpo) et Laura Ruiz de Elvira (IRD-CEPED), est issu d’un colloque organisé à Beyrouth en 2016 par Myriam Catusse et Amin Allal dans le cadre de l’ERC WAFAW. Il se propose d’aborder la question du « quotidien économique » dans ce contexte régional particulier à travers quatre contributions portant sur le Liban, la Syrie et la bande de Gaza. La problématique de l’économie dans la guerre s’articule ici avec le débat relatif aux possibilités d’adaptation, de normalisation et de routinisation dans les situations de conflit. Les auteurs interrogent ainsi la transformation, la résilience et l’autonomisation de sociétés vivant de graves crises politiques, et analysent la façon dont leurs pratiques économiques quotidiennes sont affectées directement ou indirectement par la guerre. Un entretien avec Thierry Boissière et Laura Ruiz de Elvira concernant le dossier a été récemment mis en ligne par le Centre de Recherches Internationales (CERI) de Sciences-Po. 

Deux textes de ce dossier concernent plus particulièrement certaines problématiques développées dans le cadre du programme Shakk. Ainsi, l’article de Leila Vignal, « Produire, consommer, vivre : les pratiques économiques du quotidien dans la Syrie en guerre (2011 – 2018) », explore ce que devient le quotidien économique des Syriens en temps de guerre, notamment en identifiant les innovations mais aussi les continuités de pratiques économiques déjà en cours avant-guerre, et cela dans un contexte de forte fragmentation de l’espace et des mobilités. Le texte de Thierry Boissière et Annie Tohmé Tabet, « Une économie de la survie au plus près de la guerre. Stratégies quotidiennes des réfugiés syriens à Nabaa », analyse la façon dont les Syriens s’inscrivent dans l’espace de Nabaa, quartier populaire à l’Est de Beyrouth, et les types de dispositifs, notamment résidentiels et économiques, sur lesquels ils s’appuient au quotidien.