De l’architecture malmenée au soulèvement

Marwa al-Sabouni, The Battle for Home, The Vision of a Young Architect in Syria, Thames & Hudson, 2016

Une recension de Marie Kostrz

De nombreux ouvrages et articles scientifiques s’emploient à décrypter les causes du soulèvement populaire syrien. Les facteurs politiques (Nikolas Van Dam, Destroying a nation, the civil war in Syria ; Thomas Pierret, La Syrie, d’un soulèvement à l’autre), économiques (Akram Kachee, Syrie : d’un régime de prédation institutionnalisée à une économie de guerre ; Raymond Hinnebusch, Syria : from upgrading authoritariansim to revolution) et environnementaux (Francesca De Chatel, The role of drought and climate change in the Syrian uprising : untangling the Triggers of the Revolution) ont été disséqués par des chercheurs, pour la  plupart étrangers.

Des récits de non-fiction rédigés par des plumes syriennes offrent également une analyse précieuse des racines du soulèvement. La plongée dans la société syrienne et les scléroses du système politique assadien qu’ils livrent aux lecteurs constituent un éclairage personnel et donc incarné des conditions qui ont pavé le chemin vers la révolte de 2011. Nous pensons notamment à My country, a Syrian Memoir de Kassem Eid. Ce jeune activiste de Moadamyeh Cham, en banlieue de Damas, ne partage pas un simple témoignage du quotidien des civils durant le soulèvement populaire, de son glissement vers le conflit armé et des exactions commises par le régime syrien. Il relate aussi le récit d’une enfance sous le règne des Assad, père puis fils, dont la brutalité et le sectarisme politique a nourri un sentiment d’injustice qui conduira à la révolution.

La force de l’ouvrage de Marwa al-Sabouni, comme l’indique d’ailleurs son sous-titre, réside dans sa capacité à conjuguer l’analyse aiguisée d’une spécialiste avec la chronique très personnelle d’une citoyenne syrienne demeurée à Homs jusqu’à aujourd’hui. La jeune architecte développe une hypothèse peu explorée jusqu’alors : les politiques urbaines menées à Homs ont participé au déclenchement du soulèvement populaire, qui a rapidement pris dans la ville, avec une dimension sectaire et violente plus forte que dans le reste du pays. Tout au long du livre, Marwa al-Sabouni parvient à mettre à distance le clivage pouvoir/opposition qui divise les Syriens pour proposer une analyse distanciée sur les causes ayant conduit à la destruction de 60% des bâtiments de la ville où elle a grandi.

The Battle for Home, The Memoir of a Syrian Architect est divisé en six chapitres qui successivement abordent un aspect différent du rapport que les habitants de Homs entretiennent avec l’architecture de leur ville. Chacun constitue la pièce d’un puzzle, qui une fois assemblé, dresse le portrait d’une ville où les choix en termes d’urbanisme ont eu des conséquences délétères, contribuant à la destruction des fondations d’une société. Le livre retrace l’histoire d’une cité et de ses habitants qui se sont soulevés pour retrouver leur identité : enracinée dans le bâti, celle-ci a fait l’objet d’une entreprise de confiscation par les politiques urbaines du pouvoir syrien.

Une dizaine de croquis de bâtiments historiques ou modernes, plans urbains et scènes de vie quotidienne ponctuent l’ouvrage. Ils sont tout autant un guide pour le lecteur, qu’un hommage rendu à une ville dont la mémoire, historique et sociale, risque de s’évanouir dans les ruines de bâtiments, dont la reconstruction – ou rénovation – ne se fera sans doute pas à l’identique.

Le livre s’ouvre sur le récit édifiant des désillusions de l’auteure, lors de son entrée au département d’architecture à l’université de Homs. Marwa al-Sabouni dépeint une jeunesse sans horizon, encadrée par des professeurs peu enclins à la transmission de la connaissance, enseignant des concepts architecturaux complètement détachés des réalités de la société syrienne, à qui l’université n’offre aucun débouché. À travers les déboires que lui réserve ensuite son premier emploi au sein du département d’architecture, l’auteure montre qu’une génération entière a été maintenue dans une passivité qui proscrivait toute créativité et prise d’initiatives visant à créer un meilleur modèle de société. Le fonctionnariat, largement répandu en Syrie, maintient une population sous-payée dans une dépendance financière, mais pas seulement. La stabilité qu’offre ce statut a un autre prix : celui de la liberté d’entreprendre et de réfléchir à d’autres orientations que celles données par le pouvoir. La frustration que génère ce schéma constituera l’un des moteurs du soulèvement de 2011.

L’auteure, au fil des chapitres, livre une expertise précieuse des plans d’urbanisme mis en place à Homs, motivés davantage par les goûts et intérêts des dirigeants que par les besoins de la population. Sans jamais le nommer, Marwa al-Sabouni dénonce les ravages des choix opérés par le gouverneur de Homs Iyad Ghazi, connu pour ses opérations immobilières lucratives et peu respectueuses du patrimoine historique de la ville. Les bâtiments impersonnels en béton et les tours à la mode dubaïote sont érigés à la place des maisons traditionnelles, effritant au passage l’identité historique, mais aussi sociale de la ville.  ‘’Le contraste entre le vieux qui s’effrite et le neuf tape-à-l’œil était une insulte pour les deux, ainsi que pour les habitants’’, note-elle. Le mécontentement que génèrent ces décisions, responsables du chômage de nombre d’habitants expropriés, a participé au déclenchement du soulèvement populaire, dont l’une des premières doléances en 2011 était le départ d’Iyad Ghazi. Son projet phare, le Homs Dream, devait transformer la vieille ville, ainsi que d’autres quartiers tels que Baba Amr et Jobar en mini Dubaï. En 2011, il cristallise le mécontentement des habitants dont certains furent expropriés dès 2009. Les quartiers alaouites, en revanche, étaient soigneusement maintenus hors de ce plan d’aménagement, attisant les ressentiments confessionnels. La passivité de la bourgeoisie homsiote, souligne l’auteure, a aussi contribué à creuser le fossé entre les habitants de la ville.

L’un des principaux mérites du livre réside dans l’examen des plans d’urbanisme et lois successives qui ont profondément érodé l’identité et l’homogénéité du tissu social de la ville depuis un siècle. Plans d’urbanisme appliqués à l’époque du protectorat français, expropriations décidées par le parti Baas dans les années 70, constructions de nouveaux quartiers pour loger les ruraux venus travailler dans les usines nouvellement construites dans les alentours de Homs : Marwa al-Sabouni montre comment nous sommes passés d’un espace où les échanges commerciaux entre la ville et sa campagne garantissaient cohésion, tolérance et confiance entre les habitants de diverses confessions et origines, à de multiples petits Homs  vivant désormais côte à côte, sans se côtoyer. Les modes de vie de leurs habitants diffèrent autant que leurs niveaux de vie, en grande partie à cause d’un rapport au pouvoir variable. Le fossé qui se creuse entre les classes sociales et les communautés de la ville alimente méfiance et ressentiment envers ‘l’autre’, comme le résume Marwa al-Sabouni : ‘Ceux qui sont en dehors du cycle de vie de la ville, ceux qui ne souffrent pas du fait que leur précieux environnement bâti soit détruit, ceux qui n’ont pas à affronter les affres économiques d’un marché en crise, et ceux qui sont désignés comme responsables de la corruption officielle étant donné que personne d’autre qu’eux ne semble en profiter : ceux-ci ont été considérés comme les ennemis.’ (p.75) Il est aussi beaucoup plus facile, rappelle l’auteure en faisant référence aux groupes armés de l’opposition, de participer à la destruction d’une ville à laquelle aucun sentiment d’appartenance, ou si peu, ne vous rattache.

Le chapitre consacré à Baba Amr, d’où le mari de Marwa al-Sabouni est originaire, est exemplaire en ce qu’il montre comment un quartier populaire marginalisé par le pouvoir, aux infrastructures insuffisantes, dont une partie de la population avait en réaction adopté un islam radical, est devenu un bastion de la révolution. Pour illustrer son propos l’auteur raconte l’histoire de son mari, terrible, mais également commune en Syrie :  en 2011, en route vers l’aéroport pour s’envoler à Dubaï et y recevoir un prix d’architecture, il est arrêté lors d’un contrôle d’identité à un checkpoint puis jeté en prison pendant plusieurs semaines pour la seule raison que sa carte d’identité indique qu’il est originaire de Baba Amr. La révolution, dans ce quartier, se muera rapidement en un affrontement armé très violent.

‘The Battle for Home’ n’est toutefois pas un simple compte-rendu des conséquences malheureuses des politiques qui ont été appliquées à Homs, et à un plus large degré à l’échelle du pays, avant 2011. L’ouvrage véhicule aussi un message d’avertissement pour le futur. Selon l’auteure, il ne fait aucun doute que la guerre civile aurait pu être évitée si de meilleurs et plus justes choix avaient été faits en termes d’urbanisme. Alors que l’heure est à la reconstruction, quelles orientations prendront les plans d’urbanisme appliqués aux quartiers détruits de Homs, comme dans le reste de la Syrie ? La décision du gouvernement d’ignorer le projet de reconstruction de Baba Amr de Marwa al-Sabouni, pourtant lauréate d’un concours organisé par UN-Habitat, n’est pas un bon présage. Le pouvoir lui a en effet préféré un plan prévoyant d’ériger de hautes tours luxueuses rappelant encore une fois Dubaï, où le prix des appartements ne laissera aucune chance aux habitants ayant fui le quartier de pouvoir s’y réinstaller. Baba Amr, comme l’a déclaré Hussein Makhlouf, le ministre de l’Administration locale, fait partie des zones où les autorités de Damas envisagent de rendre applicables les conditions énoncées dans le décret 66. Adoptée en 2012, ce dernier rend possible l’expropriation des habitants de deux quartiers informels situés en banlieue de Damas pour les transformer en zones de développement urbain où seront construits de nouveaux quartiers résidentiels. Derrière ces projets immobiliers, un urbicide se profilerait-il ? En rasant une fois pour toutes ces quartiers déjà détruits par la guerre, ce sont des modes de vie, des mémoires collectives, des espaces d’échange et des identités qui se trouveraient alors complètement anéantis.

Appel à candidature : stage de chargé·e d’études documentaires

Appel à candidature pour un stage de chargé·e d’études documentaires au sein du programme de recherche financé par l’ANR « Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

Profil

Un·e étudiant·e (inscrit en M1 ou M2) en sciences humaines et sociales, francophone et anglophone, de préférence arabisant·e, avec un intérêt en matière de documentation (géographique et statistique).

Mission principale

  • Il s’agira prioritairement de réaliser une recherche documentaire portant sur les villes syriennes dans la guerre. L’objet de ce stage sera de produire un état de l’art de la question et de constituer un corpus documentaire (texte, cartes, données) afin de contribuer à l’élaboration d’un atlas des « villes syriennes de la guerre à la reconstruction ». La ou le stagiaire sera associé·e à la vie du programme de recherche.
  • Pendant la durée du stage la ou le candidat·e retenue sera formé·e aux problématiques et enjeux liées au programme de recherche ainsi qu’aux outils numériques utilisés (CMS WordPress, Wiki).

Missions secondaires

  • Participation aux réunions de l’équipe du programme (prises de parole et prise de note)
  • Participation à l’organisation du séminaire de recherche annuel du programme (logistique et communication)
  • Participation aux mises à jour du carnet de recherche du programme (https://shakk.hypotheses.org/)

Compétences

  • Excellentes qualités rédactionnelles en français.
  • Capacité de traiter et d’assimiler la documentation en langue anglaise.
  • Capacité de traiter et d’assimiler la documentation en langue arabe (étudiant en cours d’apprentissage de l’arabe accepté)
  • Capacité de synthèse.

Dates

  • Date limite de dépôt de candidature : 15 octobre 2018
  • Début du stage : 15 janvier 2019

Conditions

  • Durée du stage : de 3 à 6 mois.
  • Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur. Hébergement à titre gracieux possible à l’Ifpo en chambre collective.
  • Lieu : Institut français du Proche-Orient (USR 3135 / UMIFRE 6), Beyrouth (Liban, http://www.ifporient.org/).

Candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Thierry Boissière (t.boissiere@ifporient.org)