Charlotte al-Khalili

 

 Chercheure associée au département d’anthropologie à UCL (University College London), Charlotte al-Khalili a fait son doctorat au sein de l’ERC CARP (Comparative Anthropologies of Revolutionary Politics). Dans sa thèse elle s’est intéressée aux conséquences de la révolution syrienne et de sa défaite sur le monde des Syriens déplacés à Gaziantep (Turquie). Ses recherches post-doctorales se sont ensuite concentrées sur la généalogie des cercles révolutionnaires syriens des années 1980 aux années 2010. Elle s’intéresse particulièrement au cercle et au conseil local de Darayya.  

 

Charlotte al-Khalili est anthropologue sociale, elle étudie la révolution syrienne de 2011, ses développements (de la phase d’effervescence jusqu’à la réalisation de sa défaite) et ses conséquences (im)prévues, à travers les récits, les définitions et analyses du processus révolutionnaire et de la guerre par leurs acteurs. A travers les récits intimes de leur participation et de l’organisation des premières manifestations, son travail retrace la genèse de la révolte sur un plan personnel et collectif. En outre, en suivant les parcours de révolutionnaires de 2011 à 2016 – de manifestants pacifiques à travailleurs humanitaires ou membre de l’ASL ou Al-Nosra -, il révèle l’évolution de la construction des événements, de même que celle de leurs définitions. L’apparition de nouveaux acteurs et l’évolution de la situation en Syrie – d’une révolution pacifiste à un conflit armé – ont conduit en effet les révolutionnaires à adapter leurs discours et à redéfinir la révolution elle-même. Le travail de terrain mené à la frontière syro-turque a permis de comprendre les évolutions des récits et des mémoires de la révolution grâce à des entretiens menés, pendant cinq ans, avec des Syriens arrivés de différentes régions, contrôlées par le régime, Daesh, al-Nosra ou l’ASL. Les récits des rescapés des régions assiégées pendant plusieurs années arrivés en Turquie, à partir de 2016, suggèrent, par exemple, des perspectives différentes du processus révolutionnaire et de la guerre. Un deuxième volet de son travail de recherche est dédié à l’analyse des transformations de la vie des Syriens par la révolution et la guerre. Il s’agit d’explorer les changements personnels, familiaux et sociaux liés à la révolution, la guerre et à l’exil. Notamment le statut des femmes au sein de leurs familles et de la communauté en exil et la relation des Syriens à leurs croyances et pratiques religieuses.

Dans ses recherches post-doctorales elle s’intéresse désormais à la généalogie de cercles révolutionnaires des années 1980 à la révolution de 2011, en particulier à celui de Darayya, retraçant les liens entre la halaqa d’Abdelakram Al-Saqqa et la théologie de la non-violence de Jawdat Said et l’établissement du conseil local de Darayya. Elle se penche aussi sur l’imbrication de l’Islam sunnite et des courants révolutionnaires à travers la notion de prédestination et son rôle pour les révolutionnaires syriens ainsi qu’à travers la comparaison entre imagination et aspiration religieuses et révolutionnaires.