Cécile Boëx

Cécile Boëx (politologue, CéSor, EHESS) propose d’interroger la mise en récit des événements par les protagonistes de la révolte (manifestants ordinaires, activistes, combattants) au moyen des vidéos qu’ils ont produites et diffusées sur YouTube. Comment utilisent-ils ce support pour donner à voir et raconter la révolte et la guerre ? Qu’est-ce que ces vidéos nous disent des événements qu’elles documentent ? Comment façonnent-elles aussi l’événement ? Sur ce dernier aspect, elle travaillera plus spécifiquement sur les dimensions performatives des vidéos de défection de soldats ou d’officiers, mais aussi des vidéos d’aveux filmées par des activistes et des combattants faisant parler sous la contrainte des prisonniers. Ce matériau permettra également d’observer et de questionner la polarisation des identités communautaires. Sur un plan plus transversal, les vidéos produites dans le contexte de la révolte et du conflit seront  interrogées du point de vue de leur devenir archive. En effet, dans quelle mesure et à quelles conditions ces images et ces sons disséminés sur la toile, souvent fragmentaires, anonymes peuvent-ils constituer une source pour l’histoire et la mémoire? Ce matériau audiovisuel, considéré à la fois comme trace des événements et comme objet de recherche à part entière, fera également l’objet d’une réflexion méthodologique et épistémologique. Celle-ci prendra notamment la forme d’un film qui visera à rendre compte des spécificités visuelles, discursives et sonores de ces vidéos et interrogera la forme filmique comme nouveau mode de connaissance de ces vidéos.

Cécile Boëx (political scientist, CéSor, EHESS) proposes to question the narration of the events by the protagonists of the revolt (ordinary protesters, activists, combatants) through the videos they have produced and broadcast on YouTube. How do they use this medium to put on display and recount the revolt and the war? What do these videos tell us about the events they document? Do they contribute to the making of the event? On this last aspect, she will work more specifically on the performative dimensions of the videos of soldiers or officers declaring their defection from the Syrian army, but also videos filmed by activists and fighters having prisoners make confessions under duress. This material will also help observe and question the polarization of communal identities. On a more transversal level, she will examine the videos produced in the context of the revolt and the war through the process of their becoming archives. Indeed, to what extent and under what conditions can these pictures and sounds scattered on the web, often fragmentarily and anonymously, be a source for history and memory? This audiovisual material, seen as both a trace of events and a research subject in its own right, will be further explored methodologically and epistemologically. This will take the form of a film that aims to capture the visual, discursive and sound specificities of these videos, and will question the filmic form as a new mode of understanding these videos.