Séminaire Ifpo (DEC) et SHAKK

vendredi 3 décembre 2021

14h-16h (Beirut Time)

Ifpo-Beyrouth

salle Fairuz

Couvrir la guerre à distance : l’évolution des pratiques journalistiques dans le cas du bureau de Beyrouth de l’Agence France Presse

 

Maena Berger (doctorante, Ehess-Ifpo)

Dans le cadre d’une thèse portant sur les transformations contemporaines du travail journalistique en temps de guerre, cette présentation vise à dresser un premier état des lieux d’une enquête en cours qui porte sur la production de l’information sur la Syrie par le bureau de Beyrouth de l’Agence France Presse (AFP).

            En 2021, cette « couverture médiatique » s’effectue à travers un large réseau de journalistes pigistes syriens présents dans les zones non contrôlées par le régime. Pourtant, au début des premiers mouvements révolutionnaires en mars 2011, l’agence de presse ne disposait d’aucun correspondant sur place, à l’exception des journalistes du bureau de Damas, qui ne pouvaient produire qu’une information extrêmement limitée et restreinte à la capitale syrienne. S’ajoute à cela la dangerosité, puis l’impossibilité de se rendre sur d’autres terrains.

            Cette présentation propose d’interroger la manière dont ces conditions sont venues bousculer les pratiques journalistiques ordinaires, comment l’équipe de Beyrouth a cherché à trouver des sources fiables, puis à les former pour en faire des producteurs professionnels de l’information. Quelles ressources organisationnelles et individuelles ont-elles été mobilisées pour construire et intégrer ce réseau au sein de l’AFP ? Sur quels critères les pigistes ont-ils été recrutés et comment ont-ils été formés ? Les premières observations et les entretiens semi-directifs réalisés au sein du bureau de Beyrouth de l’AFP, permettent d’apporter des pistes de réflexions et surtout d’éclairer ce processus de mise en œuvre d’un réseau, de ses implications professionnelles, à la fois pour l’agence transnationale et pour ces journalistes pigistes.

discutants: Anna Poujeau (Ifpo-CNRS) et Matthieu Rey (Ifpo-MEAE)

The 10th year of the Syrian Revolution

4 webinars on important issues of the Syrian revolution by researchers and activists from Syria and MENA region
with Zaina Erhaim, Yasmin Fedda, Wafa Mustafa, Imad Amer, Jalal al-Husseini, Yahya Hakoum and Assaad al-Achi

Ten years ago, in the wake of the Arab Spring, the Syrian Revolution began. Syrian men and women of all ages and all social and religious backgrounds took to the streets of their country’s cities and villages to demonstrate and demand freedom and dignity. The history of the Syrian Revolution began with a collective and courageous political gesture. The voices of those who had been silent for 40 years for fear of repression were heard.

 Bashar al-Assad and his regime have used every possible means to silence dissenting voices: live fire on demonstrators, snipers, arbitrary arrests and detentions, enforced disappearances, torture, rape, assassinations, massacres. Bombings, the siege of villages and towns, chemical weapons, barrels of explosives dropped on homes from helicopters, forced displacements, etc. threw millions of Syrians on the roads of exile.

The UNHCR counts about 6.6 million internally displaced people in Syria, 5.5 million refugees in neighbouring countries and 1 million in the rest of the world. Syrians are the largest refugee population in the world. The war has probably claimed more than 700,000 lives. There are about 100,000 missing persons, mostly in Syrian jails, but also in the hands of jihadist and Islamist factions. The Syrian regime, as well as HTS (formerly al-nosra) which controls the Idleb region, have not stopped arbitrary arrests and detentions.

Despite the ten years that have passed since the beginning of the Syrian Revolution, many Syrians continue their activism from their place of exile. 2021 marks an anniversary that they are seizing on in different ways to both commemorate the initial political gesture, the desire for freedom that the demonstrators proclaimed together across the country, and also to remind that their struggle continues and that the spirit of the Syrian Revolution is still present among them.

Through a series of 4 webinars on important issues of the Syrian revolution, researchers and activists from Syria and MENA region will present their work :

Monday 17th May                                   

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Women’s roles and experiences in the revolution and war

Registration

‘Syrian women revolt against every authority!’
Poster courtesy of The Syrian People Know Their Way collective.

 

Speaker.  Zaina Erhaim is an award winning journalist and feminist, working as gender and communications consultant for different international organizations in MENA region, she also writes for different outlet such as NewLines magazine, Open Democracy and others.

Zaina has an MA in International Journalism from City University of London and BA in media from Damascus University. She contributed to three books related to women, journalism, and war, and made two series of short films highlighting the women’s perspective of the Syrian conflict. 

Discussants : Charlotte al-Khalili (UCL, Anthropology) and Anna Poujeau (Ifpo-CNRS). 


Tuesday 18th May                                           

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Enforced disappearances

Registration  

Speaker.  Yasmin Fedda is an award winning filmmaker and artist. She will present her film Ayouni

Noura and Machi search for answers about their loved ones – Bassel Safadi and Paolo Dall’Oglio, who are among the over 100,000 forcibly disappeared in Syria. Faced with the limbo of an overwhelming absence of information, hope is the only thing they have to hold on to. ‘Ayouni’ is a deeply resonant Arabic term ofendearment – meaning ‘my eyes’ and understood as ‘my love’. Filmed over 6 years and across multiple countries in search of answers, Ayouni is an attempt to give numbers faces, to give silence a voice, and to make the invisible undeniably visible.

Trailer  (with subtitles), a vimeo limited link to watch the film will be sent to everyone who register.

Discussant. Wafa Mustafa is an activist, a journalist, and a survivor from detention. She comes from Masyaf, a city in the Hama Governorate, western Syria. She left the country on 9 July  2013, exactly a week after her father was forcibly disappeared by the regime in Damascus. She moved to Turkey and began reporting on Syria for various media outlets. In 2016, she moved to Germany and continued her interrupted studies in Berlin where she studied Arts and Aesthetics at Bard College and graduated in Spring 2020. Like many of other families, Wafa doesn’t know what has happened to her father, Ali Mustafa. He was arrested once before in August 2011 due to his humanitarian efforts to help internally displaced people fleeing from Hama city to Masyaf. In her advocacy, Wafa Mustafa covers the impact of detention on young girls and women and families.

Wafa Mustafa stands outside the Koblenz Court (Germany) with the portrays of her father Ali Mustafa and others men, women and children forcibly disappeared during the first criminal trial worldwide on state torture in Syria (April 2020).

 

Moderators. Cécile Boëx (CéSor, Ehess) and Anna Poujeau (Ifpo, CNRS).


Wednesday 19th May                              

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

 MAGYC & SHAKK   

Trajectories, settlements and narratives of Syrian refugees in Lebanon and Jordan  

Registration 

Syrian children back from school in the Zaatari Refugee camp in Jordan. (Photo: Kamel Doraï)

Speaker. Imad Amer (Ifpo, Magyc)

Discussant.  Jalal al-Husseini (Ifpo, Magyc) 

Syrian Refugees in Lebanon: The Politics of No Policies

The lack of clarity and consistency on behalf of the Lebanese authority’s politics towards the Syrian refugees has left question and concerns in this regard unresolved to date.  Indeed, the absence of one or more specific institutional references, the variety of influential actors and decision makers, as well as the glaring absence of national public policies from the central government directing local authorities’ responses have created a highly complex legal and political landscape.  

Yet, despite the variety of actors involved, including but not restricted to, informal local bodies such as sectarian groups, political parties, Non-governmental organizations and international entities, the central government has nonetheless retained a degree of control on few specific aspects vis a vis this file. As such, education, security, and major international funding and response remained exclusive to and under the mandate of the Government and its associated relevant ministries.  Arguably, the Government has also capitalized on the Syrian refugees crisis as a means to amass international funds while simultaneously lagging behind on granting refugees their basic human rights. 

In this meeting, we will discuss the policies of the Lebanese state through the laws issued by the Parliament, resolutions and decrees issued by the central government and relevant ministries, their impact and their implementation. The presentation will also explain the role of various municipalities and their interaction with such policies, and the role of security institutions in the response to the refugee crisis. 

Moderators. Kamel Doraï (Ifpo-MEAE) and Anna Poujeau (Ifpo-CNRS)


Thursday 20th May                                

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Local and Provincial Councils

 Registration  

Session en French language

Speaker.  Yahya Hakoum (phd candidate, Sciencespo, CERI)

L’émergence des conseils locaux dans les zones rebelles en Syrie entre 2011-2018

Durant la révolution et le conflit qui suivit, au sein des zones libérées de la présence du régime, les conseils locaux furent créés dans le but de pallier à l’absence d’institutions administratives et étatiques. Selon les contextes socio-politiques, les conseils locaux ont pris des formes, des trajectoires et des mobilisations différentes en fonction des répertoires d’actions et des ressources utilisées par les acteurs. Dans cette communication, je décrirai et analyserai les différentes caractéristiques de ces conseils locaux afin de mesurer la portée des transformations socio-politiques engendrées par les mobilisations et les nouvelles pratiques de participation citoyenne suscitée par l’adaptation de l’idée de la création d’un conseil local.

Deux cas où les conseils locaux sont toujours actifs seront approfondis à partir d’un recueil de données qui s’appuiera sur une documentation de leurs projets et actions et des mobilisations en cours dans la zone d’Idlib sous influence islamiste et dans la zone nord d’Alep sous influence turque.

Discussant. Assaad Al Achi Directeur exécutif de Baytna WWW.BAYTNA.ORG

 Moderator.  Anna Poujeau (Ifpo-CNRS)

 

ANR
ANR
Ifpo

 

 

Webinar MAGYC & SHAKK Ifpo Beirut

Trajectories, settlements and narratives of Syrian refugees in Lebanon and Jordan 

Link: 

Inscription à la réunion – Zoom

Organisers :
Imad Amer (Ifpo), Kamel Doraï (Ifpo), Anna Poujeau (Ifpo)

 

Second session

21th April 2021

03:00-05:00 Beirut time

02:00-04:00 Paris Time

01:00-03:00 London Time

 
Speaker : Dr. Faten Kikano, Collège de Rosemont-Canada (Centre d’études en responsabilité sociale et écocitoyenne – Cérsé)
Discussant : Kamel Doraï (Ifpo-CNRS-MEAE)

The freedom to settle, a poisoned gift: the case of Syrian refugees in Lebanon

Organized camps for Syrian refugees have been prohibited in Lebanon, a decision for which the international community praised the country. However, concurrently with their urban “inclusion”, the Lebanese state excluded Syrian refugees from institutional systems. More than 70% are deprived from a legal status. As a consequence, whether in urban or rural settings, refugee housing is based on informal rent agreements. Deprived from state protection and denied legal recourse, refugees are at the mercy of property owners and other actors, sometimes refugees themselves. In most cases, they pay excessive rent for precarious spaces in which they are constantly at risk of eviction. Similar predatory behaviors occur in their employment in the informal market.

 

Based on a recently submitted doctoral thesis, this presentation shows that, while Lebanon adopted a non-encampement policy to avoid consolidation of refugee spaces and permanence of their asylum, refugees’ institutional exclusion by the Lebanese state increased their vulnerability and prevented them from resettling or repatriating. Their freedom to settle proved to be a poisoned gift, a strategy that facilitates their exploitation and serves the interest of powerful private actors. We conclude that achieving spatial justice for refugees goes beyond the type of space — camp or no-camp — assigned for them. Settling refugees outside camps is often a worthless privilege if it is not combined with their inclusion in host state systems and their institutional, legal, and socioeconomic empowerment.

 

Bio: Faten Kikano is a researcher in the Cérsé, a research center specialized in social innovation and sustainable development. She holds a PhD from the faculty of environmental studies at Université de Montréal. Her research interests focus on understanding refugees’ agency in space utilization. She explores the role of government and non-government stakeholders and the impact of hosting policies on refugees’ institutional, economic, and social conditions and on the process of place-making in refugee spaces. Prior her career as a researcher, she has 20 years of experience as a practitioner in architecture and design and an instructor in the most prestigious universities in Lebanon.

 

Webinar MAGYC & SHAKK Ifpo Beirut

SHAKK (From Revolt to War in Syria: Conflicts, Displacements, Uncertainties)

 MAGYC ( MigrAtion Governance and asYlum Crises)

Trajectories, settlements and narratives of Syrian refugees in Lebanon and Jordan 

Organisers :

Imad Amer (Ifpo), Kamel Doraï (Ifpo), Anna Poujeau (Ifpo)

31th March, 21th April, 19th May, 16th June 2021

link : https://zoom.us/meeting/register/tJYudOqorTgvH9Yp3YwxFYsSSzvssnFAmVZH

    • 03:00-05:00 Beirut time
    • 02:00-04:00 Paris Time
    • 01:00-03:00 London Time

In the frame of a cooperation between the MAGYC and ANR SHAKK research programs, this monthly webinar will explore the issue of Syrian refugees in Lebanon and Jordan in its geographical, sociological, political and economic dimensions while analyzing the events that led to their departure from Syria. Thus, we wish to emphasize the links between the conditions of departure of Syrians from their country and those of their arrival and settlement in Lebanon and Jordan. We will examine both the Syrian military and political strategies deployed to force populations to flee their homes and the political and economic decisions of host countries regarding the settlement of Syrian refugees on their territory.

Within a reflection that crosses historical, sociological, geographical and political perspectives, we will develop three axes of research: one will deal with the legal framework by questioning its writing contexts according to the stages of the conflict in Syria, the political situation within the host countries and the various injunctions of international bodies that shape the question of Syrian refugees; another one dealing with the settlement of Syrian refugees in Lebanon and Jordan by focusing on the trajectories, the formal or informal housing and the legal status of their presence in the host countries through, in particular, the issue of employment. Finally, we will put the narratives of the refugees themselves on their trajectories in Syria and in the host countries into perspective with the different stages of the the conflict as we are able to reconstruct them today and with the Lebanese and Jordanian local policies for refugees host.

Parcours, installations et récits des Syriens réfugiés au Liban et en Jordanie

Dans le cadre d’une coopération entre le programme MAGYC et l’ANR SHAKK, ce webinaire mensuel a pour objectif d’explorer la question des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie dans ses dimensions à la fois géographique, sociologique, politique et économique tout en analysant les événements ayant conduits au départ en Syrie. Ainsi, nous souhaitons mettre en perspective les conditions de départ des Syriens de leur pays et celles d’arrivée et d’installation des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie en interrogeant à la fois les stratégies militaires et politiques syriennes déployées afin de forcer les populations à fuir leurs maisons et les décisions politiques et économiques des pays d’accueil concernant l’installation des réfugiés syriens sur leur territoire.

Au sein d’une réflexion croisant des perspectives  historiques, sociologiques, géographiques et politiques nous déployons trois pistes de recherche : l’une portant sur les textes officiels de lois et de décrets en interrogeant leurs contextes de rédaction à la fois du point de vue de l’avancée du conflit en Syrie, de la situation politique du pays d’accueil et des diverses injonctions des instances internationales régulant la question des réfugiés syriens ; un autre portant sur l’installation en tant que telle des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie en s’intéressant aux parcours, aux habitats formels ou informels et aux statuts juridiques de leurs présences dans les pays d’accueil à travers notamment la question de l’emploi, enfin nous chercherons à mettre en perspective les récits des réfugiés eux-mêmes sur leurs parcours en Syrie et dans le pays d’accueil avec l’histoire du conflit tel que nous pouvons la reconstituer aujourd’hui et celle des politiques locales  libanaise et jordanienne d’accueil des réfugiés.

First session

31th March, 2021. 03:00-05:00 Beirut time

Speakers:

Sawsan Abou Zainedin & Hani Fakhani Both Syrian architects and urban development practitioners with master’s degrees from the Bartlett’s Development Planning Unit at UCL. They co-found SAKAN, a programme aimed at developing alternative recovery-driven housing models in Syria.

Discussant:

Sari Hanafi (American University of Beirut) 

The Urbicide of Syria

The session will deconstruct the concept of urbicide in the Syrian context and its correlations with displacement and return to demonstrate how the urban sphere has been manipulated by the Syrian regime as part of a systematic strategy to enforce demographic engineering and consolidate authoritarian power.

Bios:

Sawsan Abou Zainedin is a Syrian architect and urban development planner. Her work tackles the impact of urban processes and reconstruction efforts on social justice and peace. She has worked in research, and international and local development with academic institutions, think tanks, INGOs, Syrian civil society organizations and media outlets. Sawsan is a Chevening scholar. She holds MSc in Urban Development Planning with distinction from the Bartlett’s Development Planning Unit of University College London. She holds a post-graduate diploma from the Institute of Housing and Urban Development Studies at Erasmus University, and a bachelor’s degree in Architecture from the University of Aleppo.

Hani Fakhani is a Syrian architect and urban practitioner. His work focusses on housing and post-conflict reconstruction in Syria through research and practice. He holds a MSc with distinction in Building and Urban Design in Development from University College London where he researched the interrelations between reconstruction, governance, and peace in Syria. He is the co-founder of a private architectural services company that worked on a range of projects including urban regeneration, housing, and public service projects. He is also the co-founded a Syrian local architectural services company in Damascus which won national awards for urban development and infrastructure project proposals with Damascus Municipality and Governorate prior to 2011.

Séminaire EHESS

Les mots de la révolution et de la guerre en Syrie

Coordinateurs: Nisrine al-Zahreh, Emma Aubin-Boltanski, Jean-Christophe Peyssard.
 
Cette année, nous inaugurons notre nouveau séminaire sur “Les mots de la révolution et de la guerre en Syrie”.
 
En raison de la situation sanitaire, les séances se dérouleront en webinaire : https://webinaire.ehess.fr/b/aub-7hd-yn4
les 2e et 4e vendredi  du mois, de15:00 à 18:00  du 13 novembre 2020 au 26 mars 2021

 

L’objectif du séminaire est de développer un des projets de l’ANR SHAKK: Le lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie. Ce lexique vise à documenter une dynamique linguistique qui reflète les évolutions historiques, sociales et politiques que connaît ce pays depuis 2011. Identifier des mots, tracer leur évolution sémantique et, à terme, faire émerger des concepts et/ou des catégories permettant de rendre compte d’une réalité socio-politique éminemment complexe, tel est l’objectif de ce projet. Ces mots, souvent chargés de connotations sociales, politiques, religieuses et psychiques, changent parfois de sémantique en fonction des locuteurs, de leurs diverses appartenances et de leur positionnement politique, mais aussi en fonction des moments et des lieux. Ils constituent également un terrain de subversion et de récupération.

Le séminaire, également conçu comme un atelier d’écriture, se déroulera en plusieurs étapes distinctes :

  • Les trois premières séances seront consacrées au cadre théorique et à la présentation des outils méthodologiques. 
  • Les séances 4-5-6 seront destinées à la présentation de notices par leurs auteurs
  • Au cours de la  séance 7, nous tenterons un recensement des  lieux numériques de la révolution syrienne.
  • La séance finale sera dédiée au wiki mis en place pour l’élaboration du lexique : révision des catégories, ajout d’entrées etc. 

13 novembre 2020 : Présentation du projet

 27 novembre 2020 : Quels outils techniques ? quantitatifs et qualitatifs ? Quel corpus ? Quels outils d’analyses ? Voyant-tool.org ? Stylométrie?

11 décembre 2020 Réflexion théorique sur un projet de lexique 

8 janvier 2021 : Qualifier les territoires pendant la révolution et la guerre

22 janvier 2021 : Qualifier les acteurs 

12 février 2021 : Les modes protestataires 

12 mars 2021 les lieux numériques de la révolution/ les mots du cyberespace syrien/la géographie numérique syrienne

26 mars 2021 : Catégorisation du lexique

Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

Vendredi 13 mars, 9h-12h, salle 3.001 Bâtiment Recherche Nord, 3ème étage, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Nisrine Al-Zahre et Emma Aubin-Boltanski

Nisrine Al-Zahre (Linguiste, CéSor, EHESS) :“La langue comme objet d’étude en sciences sociales et politiques : Questionnements et précautions méthodologiques”

Cette présentation a pour objectif de présenter deux projets en cours: d’une part, le lexique de la révolte et la guerre en Syrie, en cours d’élaboration dans le cadre de l’ANR Shakk et, d’autre part, une étude critique de la violence langagière du régime syrien . Dans les deux projets, la langue est l’objet d’étude. Nous interrogeons la légitimité d’un tel objet dans les sciences sociales et politiques, mais surtout nous nous posons des questions méthodologiques sur une telle entreprise: le comment et les limites d’une étude sur la langue.

Emma Aubin-Boltanski (Anthropologue, CéSor, CNRS): “Croire comment, croire en quoi quand on est une réfugiée syrienne au Liban?”

Nombre de réfugiés syriens au Liban ont, dans une séquence temporelle de quelques mois, vécu des “fins de leurs mondes” qui peuvent être qualifiés d’« apocalypses culturelles ». Brutalement projetés hors de leurs mondes leurs villages, leurs quartiers), ils doivent se reconstruire dans le chaos urbain de Beyrouth souvent en relation avec des ONG internationales et confessionnelles. Pour beaucoup « l’art de vivre ainsi », – l’adverbe « ainsi » indiquant une manière de vivre irréfléchie, dominée par les habitudes et les traditions -, n’est plus possible. Nous tenterons de saisir ce phénomène en suivant Umm Jaber, une réfugiée originaire du nord de la Syrie, dans l’un de ses déplacements à Beyrouth. Il s’agira de porter attention à ses conduites et ses contre-conduites, aux façons de se raconter et aux manières d’être  qui la singularisent tout en informant sur les profondes reconfigurations en cours dans la société syrienne.

Séminaire Ifpo: Le corps dans l’art contemporain en Syrie

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Lundi 2 mars 2020 à 19h

Lieu: Riwaq Beirut (Geitawi)

Présentation du séminaire (la séance se déroulera en arabe):

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Alaa Rashidi, critique d’art, formateur en médias, et écrivain. Il a notamment publié deux recueils de nouvelles Le Dernier jeu avant d’imposer les règles et Fantaisies du jeu entre magie et conte. Depuis 2011, il a participé à la création de nombreux journaux syriens alternatifs, et a proposé des formations de rédaction journalistique et médiatique. En outre, il écrit dans plusieurs journaux et sites Web, aussi bien dans le domaine culturel que dans la critique d’art.

Il passera en revue les manifestations du corps dans la production artistique syrienne de 2011 à 2020. Cela selon trois axes : l’impact de l’événement politique et social sur le corps dans l’art ; le corps artistique en tant que thématique culturelle ; et le corps en tant que médium artistique. À travers ceux-ci, il interroge les multiples interprétations conceptuelles et expressives que l’art projette sur le corps, ainsi que les différents usages du corps dans l’art.

Nibras Chehayed, chercheur post-doctorant (Marie Curie, Horizon 2020) dans le domaine de la philosophie contemporaine, rattaché au CERILAC (l’Université de Paris) et à l’Institut français du Proche-Orient (CNRS). Il a publié différentes études philosophiques, des traductions, ainsi que des textes littéraires et politiques.

Il propose d’appréhender la question de la corporalité dans l’art syrien contemporain par le biais de la destructivité. Ceci afin d’interroger les concepts de « corps absolu » et de « corps nihiliste », ainsi que leur relation problématique à la fonction sémantique du langage.

Séminaire Ifpo : Témoignages, subjectivités, technologies Pratiques de la vidéo en Syrie depuis 2011

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Vendredi 7 février 2020 à 18h

Lieu: l’Orient-Institut Beirut (Zokak el-Blat)

Présentation du séminaire:

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Cécile Boëx, Maîtresse de conférences de l’EHESS (CéSor) (intervention en français).

Dès les premières mobilisations en mars 2011 en Syrie, de nombreux manifestants filment avec leurs téléphones portables pour témoigner de l’ampleur de la révolte et de la brutalité de la répression. Tournées dans l’urgence, ces vidéos sont incarnées, dans le sens où les corps et les émotions y occupent une place prépondérante parce qu’elles mettent en jeu la vie de ceux qui filment. Dans ce contexte, filmer, ce n’est pas seulement documenter, c’est aussi une manière de vivre l’engagement et de faire face à la violence. Néanmoins, ces formes de témoignage vont peu à peu être formatées au sein d’une économie de la véridiction et de l’efficacité encadrée par des ONG ou des agences de presse. Cette communication esquisse le cheminement d’une dépossession du témoignage filmé, réduisant les preneurs d’image à des techniciens et des sous-traitants.

Stefan Tarnowski, A PhD Candidate at Columbia University’s Anthropology Department (in English).

In late 2013, the Syrian Civil Defense, also known as the White Helmets, began wearing body-mounted GoPro Cameras on their helmets for training purposes. Soon these first responders and their trainers found that the footage might contain both evidence of war crimes and have the power to “mobilise shame”. After beginning to circulate the footage, the White Helmets would become the target of one of the first major coordinated disinformation campaigns. Theorists have long questioned the power of human rights video, despite its early promise, to achieve its aims as part of a politics of humanitarian concern. This follows a common narrative arc surrounding technology, from the optimism that its power can be used for good, to the pessimism of its appropriation for malign ends. Where might the accounts of these “bodies on the ground” and theory meet? What are the resonances and dissonances between theories of technology and the accounts of those who use them? Why does the idea of the technology’s determinative force continue to capture the imaginations of such a broad range of both actors and theorists?

Cette rencontre est organisée avec la participation du projet SYRBODY. Ce projet est financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne au titre de la convention de subvention Marie Skłodowska-Curie n° 832777.

Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

Lundi 3 février, 9h-12h, salle 0.010 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Lorenzo Trombetta et Agnès Favier

Lorenzo Trombetta (COSV, Development Cooperation)

Applied research as a tool to support local communities in different Syrian contexts. 

Presentation of the main outline of an EU-funded project to support Syrian people in improving local governance through production of usable knowledge. The role of local researchers and the process of building their capacities as key actor of change in nowadays Syria. 

Agnès Favier ( MEDirections, European Univeristy Institute)

Retour sur l’expérience collective du groupe de recherche « Wartime and Post Conflict in Syria » (MEDirections, European University Institute) : Regards croisés, terrains minés, savoirs partagés

Lien vers le site : http://middleeastdirections.eu/syria-initiative/

Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

L’exil syrien au Liban au prisme de la kafala : une expérience masculine du refuge, entre illégalité et invisibilité

Lundi 18 novembre, 9h-12h, salle 0.004 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Leila Drif

Leila Drif est doctorante en anthropologie à l’EHESS, associée à l’Ifpo Beyrouth et fellow de l’Institut Convergence Migration. Sa thèse, préparée sous la codirection de Blandine Destremau et de Michel Agier, porte sur l’expérience d’hospitalité autour de l’accueil des réfugiés syriens dans les marges de Beyrouth. Elle propose une anthropologie critique du système de protection internationale des réfugiés à partir d’une ethnographie urbaine d’un quartier irrégulier de Beyrouth constitué en espace refuge pour les Syriens en exil. Elle est l’auteure de « Être réfugié et « volontaire » : les travailleurs invisibles des dispositifs d’aide internationale »Critique internationale, vol. 81, no. 4, 2018, pp. 21-42.

Résumé de la séance:

Le système de la kafâla (sponsorship) est le régime qui prévaut au Liban en matière de gestion de la migration syrienne depuis 2015, et ce, en l’absence de politique nationale d’asile. Sa mise en œuvre a conduit à redéfinir la condition d’extranéité des Syriens au Liban, fondée sur un triage genré de ces populations réfugiées. Outre la réflexion sur le statut hybride des réfugiés syriens que pose cette législation, elle oriente les stratégies migratoires et parcours du quotidien des Syriens vers l’illégalité, et cristallise des rapports de pouvoir qui mettent en jeu un conflit de masculinités autour de la figure de l’homme syrien. A partir de l’ethnographie d’une marge urbaine de Beyrouth, cette présentation examinera le processus de construction de vulnérabilités masculines invisibilisées, induites par le système de la kafâla. Plus largement, cette lecture genrée de l’expérience du refuge syrien se propose comme un point d’entrée pour interroger les relations d’accueil entre Syriens et Libanais, dans leurs dimensions relationnelles, intimes et mémorielles.

 

Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

Liban-Syrie : circulations et réactivations des réseaux militants en guerre (2011-2018)

Lundi 4 novembre, 9h-12h, salle 0.004 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera consacrée à la présentation du dossier Liban-Syrie : circulations et réactivations des réseaux militants en guerre (2011-2018) paru en septembre 2019 dans la Revue Internationale de Politique Comparée. Elle sera animée par Erminia Chiara Calabrese et Marie-Noëlle AbiYaghi

Erminia Chira Calabrese est chercheuse post-doctorante au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor) à l’EHESS de Paris. Ses recherches actuelles portent sur la sociologie de la guerre, les engagements partisans armés et les chiismes politiques Elle est l’auteure notamment de Militer au Hezbollah. Ethnographie d’un engagement dans la banlieue sud de Beyrouth (Ifpo/Karthala, 2016), « On n’arrive jamais seul au parti ». Parcours d’engagement des jeunes au sein du Hezbollah libanais, Agora débats/jeunesses,80(3), 2018, p. 100-116 ; Genre et militantisme au sein du Hezbollah libanais,Socio, 11, 2018, 77-96.

Marie-Noëlle AbiYaghi est politiste. Elle dirige Lebanon Support, un centre de recherche multidisciplinaire qui se fonde sur l’usage innovant des sciences sociales et des technologies numériques et favorise les synergies entre la recherche scientifique et l’expertise. Co-éditrice de Civil Society Review, elle est aussi membre du Arab Council for Social Science, et est chercheuse associée à l’Ifpo de Beyrouth. Ses recherches portent principalement sur les formes d’engagement politique et l’action collective. Parmi ses publications les plus récentes : “Political Identities and Antisectarian Movements. From isqat an-nizam at-ta’i to the Garbage Crisis Movement” (avec Myriam Catusse, Miriam Younes) In Rosita di Peri, Daniel Meier (Eds.), Lebanon facing the Arab Uprisings. Constraints and Adaptation, Palgrave 2017 ; “Militer par “projets”. Fragmentation et reproduction de l’espace contestataire féministe au Liban », Nouvelles Questions Féministes, 35(2), Octobre 2016 ; “Liban : le mouvement ‘pour la chute du système confessionnel’ et ses limites”(avec Myriam Catusse) In Michel Camau, Frédéric Vairel, Soulèvements populaires et recompositions politiques dans le Monde arabe,Editions des Presses Universitaires de Montréal, 2014.

Séminaire Ifpo : La question du nihilisme, entre littérature et témoignage (11/06/2019)

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Mardi 11 juin 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animée par deux intervenants :

Catherine Coquio

Catherine Coquio, professeur de Littérature comparée à Paris Diderot. A cofondé l’Association Internationale de Recherches sur les Crimes contre l’Humanité et les Génocides (1997-2008), créé le centre Littérature et savoirs à l’épreuve de la violence politique (2000-2008), aujourd’hui membre du Cerilac, cycle « Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du ‘monde’ ?». Travaille sur nihilismes et utopismes, écritures de l’histoire et imagination du temps, la violence politique, les littératures de témoignage, les régimes de vérité, l’idée de monde. Auteure de : Rwanda. Le réel et les récits (2004) ; L’art contre l’art. Baudelaire, le joujou moderne et la décadence (2006) ; L’Enfant et le génocide (2007, avec A. Kalisky) ; La littérature en suspens (2015) ; Le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire (2015). A (co)édité les collectifs : Mécislas Golberg, passant de la pensée (1995) ; Parler des camps, penser les génocides (1999). L’Histoire trouée. Négation et témoignage (2003) ; Retour du colonial ? (2008) ; La Question animale entre sciences, littérature et philosophie (2011), Littérature et histoire en débats (2012) ; Roms, Tsiganes, Nomades : un malentendu européen (2014) ; Imre Kertész (2016) ; Accélérations (2016), Rwanda, 1994-2014. Histoire, mémoires et récits (2017), Apocalypse : une imagination politique (2018).A édité : Berthe Kayitesi : Demain ma vie. Enfants chefs de famille dans le Rwanda d’après (2008) ; Otto B. Kraus, Le Mur de Lisa Pomnenka (2013) ;Mécislas Golberg. Disgrâce couronnée d’épines et Lettres (2018). A créé en 2011 la collection « Littérature Histoire Politique » chez Garnier où ont paru Écrits libres de Syrie de F. Mermier. A coorganisé avec Nisrine Al Zahre le cycle Syrie : à la recherche d’un monde (déc 2017-jvier 2018. Colloque en ligne : https://diderot-tv.univ-paris-diderot.fr/syrie-la-recherche-dun-monde-0). Co-fondatrice du Comité Syrie-Europe en 2016.

Textes en ligne sur la Syrie : https://lundi.am/A-quoi-bon-encore-le-monde-Nihilisme-naivete-negation; https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/12/05/syrie-existe-augier/

Nibras Chehayed

Nibras Chehayed est membre de l’ANR Shakk. Il a une formation pluridisciplinaire en architecture, en théologie et en philosophie. Il est l’auteur de plusieurs articles spécialisés en philosophie, en politique et en littérature publiés au Liban, en France et aux États-Unis, et d’un livre en arabe intitulé Entre le Dieu perdu et le corps retrouvé (Editions Bayt al-Muwâtin, 2014). En 2018, il a soutenu une thèse de philosophie à l’École normale supérieure de Paris. Intitulée Écrire le corps : Entre Nietzsche et Derrida, elle est en cours de publication aux Éditions Garnier Classiques. Titulaire d’une bourse Marie Curie, il commence bientôt une recherche postdoctorale portant sur le corps tragique dans le contexte syrien actuel à l’Université Paris-Diderot et à l’Ifpo au Liban. Avec Emma Aubin-Boltanski il a traduit 19  Femmes : Des Syriennes racontent (تسع عشرة امرأة. سوريات يروين) à paraître en septembre 2019 aux Éditions Stock.

Résumé de la séance :

Quel sens peut-on donner à l’acte de témoigner dans le contexte de guerre et de destruction que connaît la Syrie depuis 2011 ? À quoi sert la fiction littéraire ? Quelles visées attribuer aux récits de la révolution et de la guerre qu’on continue, malgré tout, à raconter ? À partir d’une analyse du roman La Mort est une corvée (الموت عمل شاق) (2015) du romancier Khaled Khalifa, Catherine Coquio et Nibras Chehayed tenteront d’abord une réflexion sur le nihilisme dans le contexte syrien actuel. Ce roman qui semble affirmer la victoire de l’absurde, la destruction des valeurs et le nivellement de la vie et de la mort intrigue. Catherine Coquio et Nibras Chehayed proposeront ensuite quelques réflexions sur les formes de résistance au non-sens à partir des livres de Samar Yazbek : Feux croisés. Journal de la révolution syrienne (تقاطع نيران. من يوميات الانتفاضة السورية) (2012), Les portes du néant (بوابات أرض العدم) (2015), qui peuvent être définis comme des « témoignages littéraires » et 19 Femmes : Des Syriennes racontent (تسع عشرة امرأة. سوريات يروين) (2018), recueil de témoignages à multiples voix.  En élargissant à d’autres contextes (Shoah et génocide rwandais) seront également évoqués les rapports des littératures de témoignage au tragique et à la destruction du tragique.

Séminaire Ifpo

Cartographier les villes en guerre

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Lundi 11 mars 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animé par deux intervenantes :

Hanane Yazigi

Hanane Yazigi est géographe, spécialiste en systèmes d’information géographique et en gestion des données. Après avoir travaillé dans le secteur privé en France, elle rejoint le projet de reconstruction du camp de Nahr al-Bared, en tant que responsable SIG et donnée, de 2008 à 2011. Elle travaille pour des projets de collecte, gestion et analyse de données dans la région en free-lance : la cartographie des camps palestiniens au Moyen-Orient pour le projet Infrastructure et amélioration des camps de l’UNRWA, la cartographie et l’analyse des besoins médicaux pour MSF, ou encore des projets de cartographie online. La question de la durabilité dans les systèmes de données est une problématique centrale dans son travail, en particulier dans le contexte des analyses urbaines.

La cartographie comme outil de reconstruction. Le cas de Naher al-bared

En 2007, le camp palestinien de Nahr al-Bared, au Nord du Liban, a été entièrement détruit suite à des combats violents entre l’armée libanaise et le groupe islamiste Fath al-Islam. La reconstruction du camp a été l’occasion d’une cartographie et d’un travail de planification dans lesquels les habitants ont joué un rôle moteur. En revenant sur cet exemple de reconstruction post-conflit, Hanane Yazigi explorera la façon dont la cartographie et le traitement de l’information peuvent jouer un rôle dans les différentes étapes du processus de reconstruction. Dans un second temps, elle proposera un état des lieux des informations et des données disponibles sur les transformations (destructions et reconstructions) des villes syriennes depuis le conflit.

Rouba Kaedbey

Rouba Kaedbey est doctorante en aménagement au laboratoire CITERES – Equipe monde arabe et méditerranée EMAM. Sa thèse porte sur l’accès aux ressources de la ville dans les quartiers informels à travers l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth. Elle mène également une recherche sur le marché locatif informel destiné aux réfugiés syriens dans ces quartiers. Elle a rejoint l’équipe du programme Shakk en Janvier 2019 pour participer à la construction d’une base de donnée permettant l’élaboration d’un Atlas des villes syriennes en guerre.

Projet d’Atlas des villes syriennes en guerre. Les défis de la documentation

L’exploitation des données en ligne est l’un des outils adopté dans la constitution de l’Atlas des villes syriennes en guerre qui s’inscrit dans l’axe 4 du programme Shakk. Après deux mois de recherche documentaire, Rouba Kaedbey présentera les résultats préliminaires de son travail à travers l’exemple d’Alep : la chronologie des événements, la destruction et la dispersion de la population. Elle exposera les défis et posera des questions méthodologiques sur la construction de l’état de l’art de ces sujets.

Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

LUNDI 4 février 9H-13H, SALLE13 (105 BD RASPAIL, EHESS)

Cette séance sera animée par deux intervenants:

 Simon Dubois (IREMAM) : “Le théâtre syrien dans l’exil”

Léo Fourn : “La révolution à distance : exils, engagements et témoignages d’activistes syriens en France et au Liban”

Simon Dubois est doctorant. Sa thèse porte sur le champ artistique syrien depuis le début de la révolution en 2011. Il propose une sociologie des artistes et étudie les reconfigurations des relations artistiques dans l’exil.

Léo Fourn prépare également une thèse sur la question de la révolution à distance à partir des trajectoires d’exils et d’engagements d’activistes syriens en France et au Liban. Il a coordonné le dernier numéro de Migrations & Société consacré aux exils syriens en Europe. 

Séminaire Ifpo

Evaluation et défis de la justice transitionnelle au Liban : Quelles leçons pour la Syrie ?

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Intervenante

Carmen Hassoun Abou Jaoudé est politologue, chercheure associée au Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM) affilié à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). Elle enseigne à l’USJ et l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK). Elle est membre active du Board de l’ONG libanaise Act for the Disappeared. Elle a été entre 2011 et 2015 la directrice du bureau du Centre international de justice transitionnelle (ICTJ) au Liban. Journaliste de formation, elle a notamment travaillé à L’Orient-Express et au Mulhak, le supplément culturel du quotidien libanais An-Nahar.

Carmen Hassoum Abou Jaoudé a supervisé et coédité une série de rapports publiés par ICTJ dont “Lebanon’ Legacy of Political Violence. A Mapping of Serious Violations of International Human Rights and Humanitarian Law in Lebanon (1975-2008)” (septembre 2013); “Failing to Deal with the Past: What Cost to Lebanon?” (janvier 2015);“How People Talk About the Lebanon Wars. A Study of the Perceptions and Expectations of Residents in Greater Beirut” (octobre 2014); The Missing in Lebanon: Inputs on the Establishment of the Independent National Commission on the Missing and Forcibly Disappeared Persons in Lebanon” (janvier 2016).

Elle a contribué à la création d’une coalition/consortium d’acteurs, dont des universitaires, et d’associations de la société civile pour le développement de recommandations en faveur d’une justice transitionnelle au Liban “Confronting Political Violence in Lebanon: An Agenda for Change”  un policy paper publié en octobre 2014.

Présentation

Près de trois décennies après la fin officielle de la guerre du Liban (1975-1990), quel bilan pourrait-on faire des initiatives mises en place pour faire face au legs de ce passé douloureux ? Cette communication se propose de revenir sur le processus de « sortie de guerre » notamment sur les mesures prises par l’Etat libanais et les initiatives de la société civile dans une perspective de justice transitionnelle. Elle tentera d’évaluer ces démarches et leur impact sur la société libanaise et sur les victimes en particulier.
Elle se propose de contribuer à la réflexion sur la forme de justice transitionnelle la plus appropriée à la fois pour les victimes, mais également pour les acteurs de la guerre comme de la paix qui constituent le tissus social, culturel et politique du Liban contemporain. Elle essayera enfin de mettre en exergue les éléments utiles et pertinents pour interroger la situation syrienne.

Date et horaires

Mardi 22 janvier 2019  de 18h à 19h30

Lieu

Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth