Les réseaux militants entre le Liban et la Syrie depuis 2011

Un dossier la Revue Internationale de Politique Comparée

Coordonné par Erminia Chiara Calabrese et Marie-Noëlle AbiYaghi

Avec une postface d’Élizabeth Picard

Le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 a engendré un regain d’intérêt des sciences sociales pour ce pays et les relations complexes qu’il entretient avec son voisin libanais, hôte d’une des plus grandes concentrations de réfugiés syriens. Parmi les travaux sur la crise syrienne, nombreux sont ceux qui se sont penchés sur l’impact de cette « crise » sur le Liban. Certains ont mis en exergue les dangers d’une « guerre par procuration » ou le débordement du conflit syrien au Liban ; d’autres ont notamment analysé le système d’accueil des réfugiés syriens par l’État libanais, les restrictions sécuritaires dont ils sont l’objet et les réorientations de leurs pratiques économiques.

Ce dossier de la Revue Internationale de Politique Comparée se propose de déplacer la focale et d’analyser les processus de circulations et de réactivations de réseaux militants entre le Liban et la Syrie à l’aune du conflit depuis 2011.

Le conflit en Syrie met en lumière la perméabilité de l’espace politique libanais, sur lequel il a indéniablement des effets structurants. Si, depuis 2011, les gouvernements libanais successifs se réclament officiellement d’une doctrine de « dissociation » en politique étrangère, c’est-à-dire d’une sanctuarisation de la vie politique nationale à l’écart des crises régionales, le conflit en Syrie divise les acteurs politiques libanais entre adversaires et partisans du régime baathiste. Nombreux sont les militants-combattants du Hezbollah, du Parti communiste ou du Parti social nationaliste syrien notamment, à se joindre aux troupes du régime de Damas. D’autres, libanais ou palestiniens, rejoignent les rangs des factions rebelles ou jihadistes. Dans la rue, le mouvement « isqat al-nidham al-ta’ifi  (pour que tombe le régime confessionnel) », qui voit le jour dans la foulée des « printemps arabes » en 2011 et fait référence aux soulèvements tunisien, égyptien, yéménite ou bahreïni, se divise rapidement sur la question de la prise de position vis-à-vis du régime baathiste (Abi-Yaghi & Catusse, 2014). Concomitamment, plusieurs militants syriens ont été forcés comme un grand nombre de leurs concitoyens à quitter leur pays d’origine, et c’est au Liban que certains d’entre eux ont continué leurs activités militantes.

 L’effort guerrier, la figure du révolutionnaire ou du combattant, les exactions et les violences sont les images les plus patentes, documentées et partagées via Internet, depuis 2011. Le conflit en Syrie se répercute surtout au Liban par de multiples mobilisations, politiques ou humanitaires, certaines marginales, réactivant les idéologies séculières et de gauche des années de la guerre civile, la plupart prenant des formes plus visibles et institutionnalisées de solidarité.

Ce numéro de revuese propose de croiser des terrains proches géographiquement, similaires, mais différents, tout en déjouant les écueils d’une simple comparaison. Les différentes contributions qu’on y trouve ont en commun de prendre comme point de départ les acteurs sociaux eux-mêmes et leurs itinéraires, et de toujours les observer « en contexte », d’une part, en Syrie, dominé par un régime autoritaire en guerre, et d’autre part, au Liban, où prévaut une situation permanente d’anticipation de résurgence de la violence (Hermez, 2017). Des combattants du Hezbollah libanais engagés dans la guerre en Syrie (Calabrese) à la circulation de militants palestiniens dans l’espace syro-libanais (Napolitano), en passant par les processus de professionnalisation au Liban de réfugiés-révolutionnaires syriens (Fourn) et par la transformation des carrières et des capitaux sociaux militants à l’aune de la réactivation et de la recomposition de traditions d’engagement politique plus anciennes (AbiYaghi et Younes), en observant aussi les effets structurants de la violence sur les biographies individuelles (Trombetta), les différentes contributions à ce numéro, considèrent les multiples modes d’action du militantisme, politique, armé, associatif et/ou humanitaire, comme un continuum – d’autant qu’ils peuvent coexister dans une même trajectoire.

De manière plus générale, ce dossier ambitionne d’ouvrir un débat au sein de la sociologie de l’action collective qui s’est souvent attelée à l’étude de mouvements politiques, civils ou civiques dans des contextes pacifiés cantonnant dans ses marges le questionnement des engagements armés, sauf à de rares exceptions (Sommier, 1993 et 2000 ; Gayer, 2009). Dans cette perspective, deux questions principales nous ont animés auxquelles les différentes contributions à ce dossier tentent d’apporter des éléments de réponse. D’abord, la question de la crise en tant qu’accélérateur physique de l’espace-temps (al-zamakan) : elle précipite indéniablement des individus dans la rue, invite à l’engagement militant, et/ ou au combat armé ; elle fluidifie les statuts militants. Au-delà des effets d’oxymore, elle brouille les pistes de réflexion, rendant parfois les catégories d’analyse peu heuristiques. Il s’agit ensuite de questionner ce que la guerre fait au militantisme « en mouvement », au croisement de la sociologie de l’action collective et des migration studies. Manifester en contexte autoritaire, braver l’interdit, faire face à la répression, la prison, la mort ; fuir, transformer et réinventer son engagement, renverser l’image du réfugié passif. Au fil des micro-histoires de militants, ce dossier interroge les effets structurants des exils forcés de militants « en mouvement » sur les biographies individuelles, les carrières militantes et les reconversions, et sur les transformations de capitaux militants.

L’article de Marie-Noëlle AbiYaghi et Mariam Younes  étudie  les  carrières des activistes syriens au Liban et retrace les notions d’engagement, de révolution et de mobilisation ainsi que les réseaux de solidarité et de résistance au sein de ces cercles militants. À travers les récits de vie et les carrières de militants basés au Liban, les recherches portent sur les expériences et pratiques vécues par les militants, leurs débats contradictoires, leurs réseaux de solidarité, leurs stratégies et leur invisibilité dans l’espace public, et les suivent jusqu’à la « fin » de leur engagement au Liban.

L’article d’Erminia Chiara Calabrese analyse les parcours multiples des combattants du Hezbollah libanais engagés dans le conflit syrien. L’auteure révèle d’une part la diversité des positionnements face à la décision de prendre part au combat, et d’autre part les (ré-)enchantements, les désenchantements et les doutes qui accompagnent constamment les parcours de ces hommes en armes. L’approche ethnographique de longue durée, permet d’éviter le piège d’une lecture en termes de « consentement aveugle » et met en lumière les fluctuations dans ces engagements et les adaptations continuelles que ces combattants font entre idéal et réalité de la guerre.

Léo Fourn analyse les modulations, continuités et discontinuités du militantisme dans un contexte de guerre et d’exil. Le cas étudié est celui du passage d’un engagement contestataire au travail humanitaire, à partir de l’analyse de parcours de militants syriens réfugiés au Liban. Après avoir quitté la Syrie où ils ont participé au soulèvement contre le régime, une partie de ces militants se sont engagés au Liban dans l’action humanitaire auprès des réfugiés les plus démunis. Il s’agit de questionner la façon dont le contexte d’exil infléchit les parcours militants en question, en analysant l’émergence d’une nouvelle offre d’engagement.

L’article d’Elisabeth Longuenesse met en lumière certains aspects de la circulation des mots du militantisme entre le français, l’anglais et l’arabe, des idées et conceptions dont ils sont porteurs, et des effets ou implications de cette circulation entre ces trois langues. Il revient sur leur histoire et s’efforce d’en repérer les usages et les équivalences, ou les décalages d’une langue à l’autre. Il s’appuie pour ce faire sur deux types de matériau : d’une part les rubriques correspondantes dans quelques dictionnaires, d’autre part un court corpus de textes dans les trois langues, en s’attachant plus particulièrement à ceux qui ont précisément fait l’objet d’une traduction vers ou de l’une de ces trois langues.

Valentina Napolitano étudie comment les circulations transnationales affectent les parcours, les représentations et les formes d’engagements militants en s’intéressant aux circulations des réfugiés palestiniens au sein de l’espace syro-libanais. L’auteure montre comment  les circulations des militants favorisent le transfert d’idées et de savoir-faires, constituent parfois le seul moyen de poursuivre une mobilisation devenue impossible au sein du pays de résidence. La mise en place de réseaux transfrontaliers engendre, en outre, une capacité accrue de reconversion et de transformation du militantisme, elle facilite la recomposition de la vie des militants en contexte d’exil.

Dans son article Lorenzo Trombetta analyse le parcours des militants syriens qui ont abandonné la lutte armée au profit de l’engagement militant pacifique ainsi que le parcours de certains d’entre eux qui ont quitté des mouvements non-violents pour prendre les armes en Syrie. Dans un contexte toujours plus fragmenté, cette contribution explore le rôle de la violence dans ses différentes significations, en tant que vecteur crucial dans le changement des comportements et propose l’analyse des récits de plusieurs militants syriens opérant dans des zones géographiques variées contrôlées par le régime ou par les groupes d’opposition, inclus des zones contrôlées par l’Organisation de l’Etat islamique.   À partir d’un travail sur une base de données bibliographique portant sur la guerre du Liban, complétée par un travail sur l’historiographie naissante de la guerre en Syrie, la contribution de Pierre France propose une série d’hypothèses de travail sur des formes de narration communes à ces deux guerres. L’auteur montre comment plusieurs topoï de l’écriture de la guerre émergent : des objets privilégiés, des formes de narration, et autant de manières de contourner ou intégrer la situation sociale que vivent des témoins de ces deux conflits.

Exils syriens en Europe

Un dossier de Migrations Société coordonné par Léo Fourn

Le conflit armé qui ravage la Syrie depuis 2011 a entraîné le déplacement de plus de la moitié de la population du pays, dont près de six millions de réfugiés hors de ses frontières. Tandis que la plupart des réfugiés sont précairement installés dans des pays limitrophes, d’autres ont trouvé refuge plus loin de la Syrie, après avoir entrepris de longs et périlleux voyages. Les articles de ce numéro de Migrations Société abordent les exils syriens dans l’espace européen, où près d’un million de Syriens se sont installés depuis 2011. Le premier enjeu de ce dossier est de souligner la diversité des figures de l’exil syrien en Europe.

L’introduction du dossier présente un panorama de l’exil syrien en Europe depuis 2011. L’année 2015 a marqué un tournant souvent qualifié improprement de « crise migratoire », entérinant surtout une crise des politiques d’asile. Après une première phase d’accueil favorable à l’arrivée des réfugiés syriens, surtout en Allemagne, les conditions d’accès et d’asile ont été progressivement restreintes, à l’instar de ce qui s’est produit dans les pays voisins de la Syrie. 

Les articles de ce dossier prennent pour échelle d’analyse les expériences migratoires des réfugiés syriens. Résultats d’enquêtes ethnographiques, ils nous invitent à suivre les parcours d’installation de catégories hétérogènes de réfugiés dans deux pays européens (Allemagne et France). Il s’agit ainsi de mettre en lumière la multiplicité des figures de réfugiés syriens, loin des stéréotypes. Les auteurs prennent en considération les subjectivités en relation avec leur nouvel environnement de vie. Aussi, les émotions relatives à l’exil sont-elles analysées avec soin en ce qu’elles nous informent sur l’évolution des sentiments d’appartenance des individus. Exil lointain, l’expérience migratoire en Europe est marquée par la guerre, la perte et les dépossessions multiples (proches décédés et disparus, lieux de vie détruits, défaite de la révolution, etc.). La nostalgie du pays perdu coexiste avec les perspectives d’installation dans un nouveau pays, le retour étant peu probable à court terme. 

Une problématique centrale qui traverse l’ensemble des contributions du dossier est celle des rapports subjectifs des nouveaux arrivants à l’administration et à la catégorisation afférente au statut de réfugié. Dès leur arrivée en Europe, les relations des réfugiés à l’administration deviennent leur principal souci quotidien. Ils entament alors une «carrière administrative», dont la temporalité est dominée par l’attente. La première étape  de cette carrière est la procédure de demande d’asile. Si les demandes d’asile émanant de Syriens recueillent le taux d’acceptation le plus élevé, avec une moyenne de 80% sur l’ensemble du territoire des États membres de l’Union européenne, la procédure n’en demeure pas moins une épreuve déterminante pour les demandeurs qui doivent attester des persécutions subies. S’y joue la sélection des personnes méritant une protection, selon les critères relatifs à chaque administration nationale en charge de l’asile. Plus généralement, les rapports aux administrations sont fonction des ressources sociales des réfugiés, de leur savoir-faire, d’usages et expériences du droit inégalement réparties. De la rencontre avec les administrations du pays d’installation découle une nouvelle socialisation au droit, et plus largement la construction d’un nouveau rapport à l’État. Loin d’être passifs, les réfugiés tentent de se frayer un chemin dans le «labyrinthe» administratif en contournant et en détournant éventuellement les règles et catégories juridiques. 

En reprenant ces différentes dimensions, les contributions qui composent ce dossier mettent en lumière une diversité d’expériences migratoires, analysées en relation avec d’autres sphères sociales telles que la famille, le travail, les études, ou encore les engagements politiques et associatifs. 

Yahya Al-Abdullah étudie une catégorie de la population syrienne peu connue – bien que particulièrement visible dans l’espace public français -, les Doms, dont il décrit l’installation à Istanbul et à Paris. Menant des modes de vie semi nomades, ces derniers entretenaient en amont de l’exil des rapports distants avec les autorités étatiques syriennes. L’auteur interroge alors la façon dont l’exil va redéfinir leur rapport au droit et aux autorités, tant au niveau professionnel et résidentiel qu’en ce qui concerne la reconnaissance du statut de réfugié. La comparaison entre ces deux espaces urbains fait ressortir des modes d’installation contrastés. Les Doms d’Istanbul et de Paris ont en commun des stratégies résidentielles et économiques relevant du domaine informel. Ils pratiquent la mendicité, dont la visibilité a été source de conflits avec d’autres réfugiés syriens. Toutefois, des divergences apparaissent au niveau de la construction de l’identité sociale des communautés doms. Contrairement à Istanbul, les Doms de Paris revendiquent explicitement leur appartenance communautaire. Par ailleurs, ces derniers ont opéré un certain rapprochement avec les autorités locales, ce qui n’a pas été observé à Istanbul. 

Simon Dubois analyse la façon dont des auteurs, des metteurs en scène et des comédiens syriens exilés à Berlin cherchent à se positionner dans le champ artistique en adoptant ou en refusant la catégorisation d’« artiste réfugié ». Il illustre alors la capacité de ces derniers à se saisir d’une catégorisation pouvant être perçue comme stigmatisante au profit de leurs stratégies de reconnaissance professionnelle. L’installation à Berlin leur permet ainsi de développer un espace de production artistique transnational. Pour d’autres, bénéficiant déjà d’une certaine reconnaissance internationale, l’exil berlinois vient conforter leur position. Le déplacement géographique apparaît dès lors lié au parcours professionnel. Par conséquent, l’exil berlinois devient le lieu d’une restructuration en profondeur du champ du théâtre syrien, désormais fondé sur de nouvelles sources de légitimité. 

Léo Fourn étudie les mobilisations à distance en faveur de la révolution syrienne qui se sont produites en France, et ce à partir d’une comparaison entre deux groupes ou « générations » : celle des Syriens installés en France avant 2011, et celle des Syriens arrivés en France après avoir participé à la révolution à partir de 2011. Il interroge alors la façon dont les temporalités d’exil influencent le sentiment d’appartenance nationale et les modes d’engagement à distance, pour en conclure que les exilés de la première génération, bien que théoriquement plus distants de la Syrie, se mobilisent davantage que les réfugiés récemment arrivés. Au-delà de la disparité des modes de mobilisation, il met en lumière la rencontre entre ces deux générations et les multiples interactions qui se développent alors, entre solidarités et mésententes. 

Les perceptions de la catégorisation relative au statut de réfugié sont au centre de la contribution de Julie Sasia qui s’intéresse à un groupe d’étudiants syriens récemment arrivés en France. Elle analyse les rapports ambigus que ces étudiants nourrissent à l’égard de cette catégorisation, entre rejet et acception. Le fait d’être étudiant permet de se distinguer de la figure du réfugié perçue comme stigmatisante. Contraints à demander l’asile, les étudiants tentent de « relativiser l’institution » et opèrent des formes de réappropriation de la catégorisation juridico-administrative, pour tenter d’atténuer la violence de l’assignation identitaire qui lui est inhérente. 

Dans un entretien réalisé par Vincent Geisser, Marie Peltier, une intellectuelle engagée et reconnue pour la qualité de son analyse sur la situation en Syrie, revient sur la trajectoire du père Paolo Dall’Oglio, ardent défenseur du dialogue avec l’islam et les musulmans et soutien indéfectible aux révolutionnaires syriens jusqu’à son enlèvement en 2013. Plus globalement, Marie Peltier nous livre son analyse sur le débat contradictoire auquel nous assistons actuellement en Europe sur la question de l’accueil des exilés syriens. Selon elle, leur expérience de la lutte démocratique et leur parole politique sur l’émancipation gagneraient à être partagées avec les citoyens européens. 

Enfin, dans un entretien mené par Josselin Dravigny, Salam Kawakibi, un chercheur d’origine syrienne qui milite pour la transition démocratique en Syrie, revient tout d’abord sur le processus de politisation et les logiques d’action de mobilisation à distance des exilés syriens présents en Europe. Après avoir analysé l’accueil des réfugiés syriens dans les pays européens depuis le déclenchement de la révolte en 2011, il envisage les perspectives de retour dans un futur proche à la lumière du contexte actuel en Syrie. 

Cette présentation du dossier a été rédigée par Léo fourn

Texte mis en forme et mis en ligne par Olivia SILVIN.

Chroniques de la révolte syrienne

Des lieux et des hommes 2011-2015

En 2017, The Creative Memory of the Syrian Revolution faisait paraitre en arabe et en anglais un ouvrage présentant sous forme documentaire cinquante lieux (villes, villages, quartiers) qui se sont révoltés en 2011. Ce livre précieux pour qui travaille sur la Syrie actuelle est dorénavant disponible en français, publié par les Presses de l’Ifpo avec, entre autres, le soutien du programme ANR Shakk.

Nous reproduisons ici la préface rédigée par Emma Aubin-Boltanski pour l’édition française.

Chroniques de la révolte syrienne – des lieux et des hommes, 2011 – 2015 est une invitation à explorer un pays qui, pris dans une spirale de violence inouïe, est fragmenté au point d’être devenu étranger à lui-même. Cet ouvrage propose une forme de cartographie du soulèvement syrien de 2011, de la répression et des violences qui se sont ensuivies.  Alors que l’analyse de ces évènements se trouve de plus en plus parasitée par les « grands récits », ceux des conflits entre sunnites et chiites, entre Arabie-Saoudite et Iran, entre États‑Unis et Russie, etc., il fait le choix d’un resserrement sur des faits précis. Des récits au ras des lieux qui racontent l’un après l’autre une révolution trop souvent occultée, celle de Syriens et de Syriennes qui ont retrouvé leur voix et surmonté la barrière de la peur en s’engageant massivement dans un soulèvement civique et pacifique contre un régime de terreur.
Ces Chroniques donnent à lire non pas une histoire, mais des récits de situations qui, strictement documentés et attestés, sont circonscrits dans des villes, des villages et des faubourgs. Cinquante lieux ont été choisis à partir d’un critère : l’implication dans des « activités révolutionnaires et civiques » minutieusement recensées et détaillées. À sa façon, ce livre démontre que jusqu’à la fin 2013 tout était encore possible en Syrie ; que l’alternative entre le régime dictatorial d’al-Assad et une domination islamiste était loin d’être la seule. Ils rappellent que le soulèvement de mars 2011 a généré une importante créativité, un monde d’initiatives et de projets sociétaux. Dans les zones libérées de l’emprise de l’armée, par exemple, un élan collectif vers la démocratie directe s’est traduit par la création de centaines de conseils locaux dont l’objectif était d’organiser une auto-administration de la vie quotidienne dans des conditions parfois extrêmes.
Certes, les djihadistes ont rapidement dominé la scène de l’opposition, mais d’autres énergies – démocratiques, pacifistes, libertaires, féministe et artistiques – étaient à l’œuvre : sans la répression implacable dont elles ont été la cible, elles auraient pu donner une autre direction à l’histoire. Fin 2013, une série d’événements se produit : l’attaque chimique de la Ghouta (21 août), la brusque volte-face des États-Unis qui renoncent à intervenir (29 août) et la montée en puissance des groupes armés islamistes qui se traduit, entre autres, par l’enlèvement de Razan Zaytouneh l’une des grandes figures du soulèvement pacifique ;  ces événements feront définitivement basculer la situation dans une guerre totale, imposant les armes et la violence comme seules alternatives. Pour autant, ces chroniques de la révolte syrienne de 2011 à 2015 démontrent également l’étonnante vitalité de la résistance civique et non-violente qui dans différents lieux a perduré parallèlement à la militarisation.
Un soulèvement « ce sont des gestes » nous dit George Didi-Huberman. Collectifs ou individuels, d’actions ou de passions, d’œuvres ou de pensées, ces gestes humains disent « non » à une réalité et « oui » à quelque chose d’autre, à un monde désiré, imaginé, esquissé. Chroniques de la révolte syrienne peut être envisagé comme l’un des nombreux gestes qui ont fait le soulèvement syrien et continuent de le nourrir, un geste à la fois épistémologique, testimonial et urgent. Porté par un collectif aux compétence multiples et complémentaires – Nada Najjar (linguiste et universitaire), Ahmad Sahli (enseignant d’arabe), Rana Mitri (traductrice), Ne’mat Atassi (professeur de français) et Fawwaz Traboulsi (écrivain et professeur d’histoire) –, il a été initié par la graphiste Sana Yazigi. Il mérite toute l’attention des chercheurs qui travaillent sur les événements de la décennie 2010 en Syrie

Un geste épistémologique

Si le territoire syrien est devenu quasiment inaccessible depuis 2013 pour les chercheurs et les journalistes étrangers, rares sont les révoltes et les conflits qui ont été autant documentés. Internet et les réseaux sociaux y sont pour beaucoup. Les vidéos très nombreuses (autour d’un million) et les divers écrits qui circulent par ce biais constituent des sources précieuses pour qui s’intéresse à ces évènements. Néanmoins, ce matériau très divers et son utilisation soulèvent des questions d’ordre éthique et épistémologique auxquelles ces Chroniques, à leur façon, tentent de répondre. En effet, elles proposent des récits entièrement fondés sur des documents – des articles, des vidéos, des sites, parfois des pages Facebook – dont les informations sont systématiquement recoupées et comparées. Scrupuleusement référencés en notes de bas de page, ces sources ont été trouvées sur Internet et archivées sur le site La mémoire créative syrienne (https://creativememory.org/fr/) lancé en mai 2013. D’où le grand intérêt de la version électronique de l’ouvrage (à paraître prochainement) qui invite le lecteur à se rendre à la source de chacun des faits exposés par un simple clic. Ce geste épistémologique demeure néanmoins fragile : certains des liens auxquels ces récits renvoient sont aujourd’hui « brisés » ou « morts ». Deux raisons à cela : la volatilité des ressources en ligne qui changent de place ou disparaissent et, d’autre part, l’action de l’Electronic Syrian Army qui s’emploie à effacer et à détruire avec une efficacité certaine des documents sur Internet. Bien conscients de cet écueil, les rédacteurs de l’ouvrage, dans sa version arabe, ont pris soin de reproduire en notes de bas de page, les désignations exactes des documents : un simple copier/coller permet de traquer ceux d’entre eux qui ont été déplacés sur la Toile ; pour les autres, « les disparus », ces titres et leurs descriptions constituent des traces de ce qui fut .

Un geste testimonial

Chroniques de la révolte syrienne est un acte de mémoire qui procède d’une inquiétude largement partagée : que la réalité d’une violence politique meurtrière demeure ignorée et surtout, que la qualification des événements soit laissée aux vainqueurs du moment, aux autorités de Damas et à leurs alliés russes et iraniens. Soulèvement populaire, révolution pacifique, insurrection armée ou agression étrangère ? Rebelles, combattants, civils ou terroristes ? Guerre civile, guerre contre le terrorisme ou plutôt guerre contre des civils ? Ces appellations de provenances et de généalogies diverses se combattent violemment de part et d’autre des lignes de front, ainsi qu’au sein des médias et des dispositifs internationaux qui interviennent dans le conflit. Elles constitueront des clés de compréhension du « grand récit » de la guerre qui finira par s’imposer.
De fait, une entreprise de négation est à l’œuvre pour, d’une part, effacer les traces d’un soulèvement populaire et pacifique implacablement réprimé et, d’autre part, imposer une histoire unique et une analyse paresseuse et sans nuance des événements faisant d’emblée rentrer dans l’arène de la révolution des groupes armés radicaux. Contre ce voile opaque, cet empaquetage hermétique, ces récits donnent l’occasion d’orienter le regard non pas vers une vérité dogmatique absolue, mais vers un kaléidoscope de situations : pour chacun des lieux sont retracées une histoire particulière et une chronologie propre des événements.

Pour ce faire, les auteurs ont fait le choix d’un resserrement sur des faits scrupuleusement référencés. Aucune place n’est laissée à la rumeur ou aux « on-dit ». Un canevas unique est adopté pour toutes les notices, le style résolument narratif et distancé ne laisse aucune place ni à la fioriture, ni au personnel. L’impression est parfois donnée de lire une froide déposition destinée à être produite en justice. Peut-être ces textes le seront-ils un jour. Pour chaque lieu, le jour, le mois et l’année des premières manifestations sont systématiquement précisés, leurs parcours retracés, la nature de la répression détaillée, l’entrée en scène des groupes armés datée. Également, et surtout, sont minutieusement recensées différentes « actions créatives » – des expositions, des films, des pièces de théâtre, des graffitis, des performances, des campagnes de mobilisation sur différents thèmes, etc. – entreprises par des activistes dans l’objectif de résister pacifiquement, non seulement à la répression des autorités de Damas, mais aussi à la montée en puissance des groupes armés radicaux…
Le souci du détail va jusqu’à rappeler, systématiquement, lieu après lieu, une terrible incertitude concernant le nombre des victimes. Les chiffres de deux sources – le Centre de documentation des violations en Syrie et la Base de données des martyrs de la révolution syrienne – viennent en conclusion de toutes les notices. Et à chaque fois, l’écart est vertigineux : entre 2037 et 9514 victimes à Damas ; entre 59 et 2368 morts à Daraya ; entre 24 et 529 à Manbij ; entre 80 et 456 à Palmyre. Cette « sinistre imprécision des chiffres » n’est pas nouvelle – Michel Seurat la déplorait à propos du massacre de Hama en 1982. Elle nous dit quelque chose sur l’entreprise de dénégation qui est à l’œuvre et contre laquelle il est urgent de lutter.

Un geste urgent

Collecter, rassembler, rédiger et publier des récits circonstanciés pour les porter à la connaissance du plus grand nombre, nombre de Syriens, écrivains, artistes et activistes sont engagés dans cette pratique sociale qui procède d’un « besoin de vérité » face à l’intolérable. Ces actes de mémoire ont un caractère impulsif et erratique : c’est qu’ils sont accomplis dans l’urgence alors que les armes ne se sont pas encore tues et que déjà une entreprise d’amnésie est conduite par les autorités de Damas. Cette entreprise prend deux formes : celle d’un grand récit qui tend à oblitérer le premier acte des événements, le soulèvement pacifique d’une grande partie de la population contre un régime dictatorial et celle, physique et concrète, de la « reconstruction ». À ce propos, arrêtons-nous à Daraya : située dans la Ghouta occidentale, à huit kilomètres de Damas, elle a été détruite à 90 % et vidée de sa population. Les registres de propriétés de la ville ont été brûlés et des lois ont été décrétées pour faciliter les expropriations. Depuis 2017, des entrepreneurs, architectes et urbanistes sont à l’œuvre pour dresser les plans de reconstruction de la zone qui constituera une extension des beaux quartiers de Mezzeh et de Kafar Sousseh. Contre cet acte d’arasement et de remplacement, ces Chroniques de la révolte syrienne rappellent des « faits » et, entre autres, l’histoire singulière de Daraya. Frondeuse avant l’heure, cette ville a vu la naissance dès 2003 d’un « groupe pacifique » d’activistes urbains. En 2011, elle a été le théâtre d’action de Ghiath Matar, le « Gandhi syrien », qui distribuait des fleurs et des bouteilles d’eau aux soldats lors des premières manifestations. Le 10 septembre 2011, ce pacifiste chevronné est mort sous la torture des nervis du régime.
Parce qu’elles font résolument le choix du détail, parce qu’elles optent pour la sincérité et la bonne foi contre l’idéologie, ces Chroniques constituent une source précieuse pour qui s’intéresse à l’histoire récente de la Syrie. Espérons-le, le geste sera poursuivi et complété pour inclure d’autres lieux et d’autres figures.

Télécharger le sommaire

Le religieux à l’épreuve des révolutions et de la violence dans le monde arabe

Un dossier des ASSR coordonné par Cécile Boëx

Télécharger le sommaire

L’effervescence de l’actualité religieuse et la globalisation des formes de religiosité conduisent plus que jamais les sciences sociales à interroger leurs frontières disciplinaires et à mettre à l’épreuve leurs paradigmes du fait religieux. Revue trimestrielle, publiant des numéros thématiques et un bulletin bibliographique annuel, les Archives des Sciences Sociales des Religions tentent de relever ce défis dans une perspective résolument comparative, pluridisciplinaire et épistémologique. En janvier/mars 2018 elle a fait paraître un dossier dirigé par Cécile Boëx (Maîtresse de conférence à l’EHESS) sur le thème « Le religieux à l’épreuve des révolutions et de la violence dans le monde arabe ». Ce dossier revient sur l’onde de choc provoquée par ces évènements à partir des relations complexes, multiples et situées entre le religieux et le politique. Partant du constat que le bilan de ces mouvements est particulièrement sombre, avec d’un côté des zones de béance politique et de guerre civile et de l’autre le redéploiement des régimes autoritaires, les dix articles qui le composent reviennent sur les bouleversements provoqués par ces révoltes en dehors d’une vision binaire (printemps révolutionnaires/hivers islamistes). Le dossier explore plus particulièrement les hybridations des répertoires politiques et religieux lors de la phase de mobilisation, les recompositions identitaires et sociales, notamment en Syrie, en Tunisie, en Égypte et au Bahreïn ainsi que les mutations du salafisme.

Trois articles de ce dossier (qui sera prochainement mis en ligne sur Cairn) intéressent plus particulièrement le programme de recherche Shakk. L’introduction signée par Cécile Boëx et Paolo Pinto propose une réflexion sur la diversité des liens entre religieux et politique, et analyse notamment l’articulation entre expression du désaccord, désobéissance et transcendance. Dans sa contribution personnelle, Cécile Boëx revient sur un corpus de vidéos d’hommage mises en ligne sur YouTube entre 2011 et 2014, pour examiner les modalités de réappropriation du statut de martyr dans le contexte de la révolte, puis de la guerre en Syrie. A partir de l’examen attentif des dynamiques à l’œuvre au sein d’une organisation humanitaire et prosélyte salafiste appelée l’Instance Islamique du Sham (IIS), Thomas Pierret, quant à lui, montre que dans la Syrie en guerre, une « voie moyenne » salafiste – souscrivant au récit et aux symboles de la révolution, et donc à ses aspirations de souveraineté populaire – a bien été à l’œuvre contre la radicalisation jihadiste.

Deux articles sur le quotidien économique des Syriens dans la guerre

Thierry Boissière et Laura Ruiz de Elvira (dir.) Le quotidien économique dans un Proche-Orient en guerre, Critique internationale 2018/3 (N° 80)

Critique Internationale vient de publier un dossier consacré au « Quotidien économique dans un Proche-Orient en guerre ». Ce dossier, dirigé par Thierry Boissière (Ifpo) et Laura Ruiz de Elvira (IRD-CEPED), est issu d’un colloque organisé à Beyrouth en 2016 par Myriam Catusse et Amin Allal dans le cadre de l’ERC WAFAW. Il se propose d’aborder la question du « quotidien économique » dans ce contexte régional particulier à travers quatre contributions portant sur le Liban, la Syrie et la bande de Gaza. La problématique de l’économie dans la guerre s’articule ici avec le débat relatif aux possibilités d’adaptation, de normalisation et de routinisation dans les situations de conflit. Les auteurs interrogent ainsi la transformation, la résilience et l’autonomisation de sociétés vivant de graves crises politiques, et analysent la façon dont leurs pratiques économiques quotidiennes sont affectées directement ou indirectement par la guerre. Un entretien avec Thierry Boissière et Laura Ruiz de Elvira concernant le dossier a été récemment mis en ligne par le Centre de Recherches Internationales (CERI) de Sciences-Po. 

Deux textes de ce dossier concernent plus particulièrement certaines problématiques développées dans le cadre du programme Shakk. Ainsi, l’article de Leila Vignal, « Produire, consommer, vivre : les pratiques économiques du quotidien dans la Syrie en guerre (2011 – 2018) », explore ce que devient le quotidien économique des Syriens en temps de guerre, notamment en identifiant les innovations mais aussi les continuités de pratiques économiques déjà en cours avant-guerre, et cela dans un contexte de forte fragmentation de l’espace et des mobilités. Le texte de Thierry Boissière et Annie Tohmé Tabet, « Une économie de la survie au plus près de la guerre. Stratégies quotidiennes des réfugiés syriens à Nabaa », analyse la façon dont les Syriens s’inscrivent dans l’espace de Nabaa, quartier populaire à l’Est de Beyrouth, et les types de dispositifs, notamment résidentiels et économiques, sur lesquels ils s’appuient au quotidien.