Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

LUNDI 4 février 9H-13H, SALLE13 (105 BD RASPAIL, EHESS)

Cette séance sera animée par deux intervenants:

 Simon Dubois (IREMAM) : « Le théâtre syrien dans l’exil »

Léo Fourn : « La révolution à distance : exils, engagements et témoignages d’activistes syriens en France et au Liban »

Simon Dubois est doctorant. Sa thèse porte sur le champ artistique syrien depuis le début de la révolution en 2011. Il propose une sociologie des artistes et étudie les reconfigurations des relations artistiques dans l’exil.

Léo Fourn prépare également une thèse sur la question de la révolution à distance à partir des trajectoires d’exils et d’engagements d’activistes syriens en France et au Liban. Il a coordonné le dernier numéro de Migrations & Société consacré aux exils syriens en Europe. 

Séminaire Ifpo

Evaluation et défis de la justice transitionnelle au Liban : Quelles leçons pour la Syrie ?

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Intervenante

Carmen Hassoun Abou Jaoudé est politologue, chercheure associée au Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM) affilié à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). Elle enseigne à l’USJ et l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK). Elle est membre active du Board de l’ONG libanaise Act for the Disappeared. Elle a été entre 2011 et 2015 la directrice du bureau du Centre international de justice transitionnelle (ICTJ) au Liban. Journaliste de formation, elle a notamment travaillé à L’Orient-Express et au Mulhak, le supplément culturel du quotidien libanais An-Nahar.

Carmen Hassoum Abou Jaoudé a supervisé et coédité une série de rapports publiés par ICTJ dont “Lebanon’ Legacy of Political Violence. A Mapping of Serious Violations of International Human Rights and Humanitarian Law in Lebanon (1975-2008)” (septembre 2013); “Failing to Deal with the Past: What Cost to Lebanon?” (janvier 2015);“How People Talk About the Lebanon Wars. A Study of the Perceptions and Expectations of Residents in Greater Beirut” (octobre 2014); The Missing in Lebanon: Inputs on the Establishment of the Independent National Commission on the Missing and Forcibly Disappeared Persons in Lebanon” (janvier 2016).

Elle a contribué à la création d’une coalition/consortium d’acteurs, dont des universitaires, et d’associations de la société civile pour le développement de recommandations en faveur d’une justice transitionnelle au Liban « Confronting Political Violence in Lebanon: An Agenda for Change”  un policy paper publié en octobre 2014.

Présentation

Près de trois décennies après la fin officielle de la guerre du Liban (1975-1990), quel bilan pourrait-on faire des initiatives mises en place pour faire face au legs de ce passé douloureux ? Cette communication se propose de revenir sur le processus de « sortie de guerre » notamment sur les mesures prises par l’Etat libanais et les initiatives de la société civile dans une perspective de justice transitionnelle. Elle tentera d’évaluer ces démarches et leur impact sur la société libanaise et sur les victimes en particulier.
Elle se propose de contribuer à la réflexion sur la forme de justice transitionnelle la plus appropriée à la fois pour les victimes, mais également pour les acteurs de la guerre comme de la paix qui constituent le tissus social, culturel et politique du Liban contemporain. Elle essayera enfin de mettre en exergue les éléments utiles et pertinents pour interroger la situation syrienne.

Date et horaires

Mardi 22 janvier 2019  de 18h à 19h30

Lieu

Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

LUNDI 7 janvier 9H-13H, SALLE13 (105 BD RASPAIL, EHESS)

Nour Asalia, Doctorante en Esthétique à Paris-8, « La violence visuelle dans la scène artistique syrienne contemporaine ». 

Nous Asalia est sculptrice et doctorante à l’École doctorale Esthétique, Sciences et Technologies des Arts de Paris-8. Elle travaille sur la notion de la fragilité dans la sculpture de la première moitié de XXe. Elle s’intéresse également à l’art syrien depuis le déclenchement de la révolte en 2011.

Séminaire Ifpo:

La justice transitionnelle du Cambodge à la Syrie : négociations politiques, interventions internationales et revendications des victimes

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Intervenante

Julie Bernath (chercheuse à l’institut de recherche sur la paix & les conflits swisspeace, actuellement affiliée à l’Issam Fares Institute l’AUB)

Discutant

Nicolas Dot-Pouillard (Ifpo)

Présentation

Julie Bernath analysera différents aspects du processus de justice transitionnelle au Cambodge : revendications des victimes, divergences entre imaginaires de justice et possibilités offertes par le processus formel et juridique du Tribunal khmer rouge, remise en cause de ce processus de justice en raison de l’absence d’une transition politique. Il s’agira également d’esquisser une comparaison avec le contexte syrien. Seront notamment évoquées quelques-unes des initiatives qui ont émergé ces dernières années en lien avec la guerre en Syrie.

Julie Bernath reviendra notamment sur deux de ses publication: « Complex Political Victims’ in the Aftermath of Mass Atrocity: Reflections on the Khmer Rouge Tribunal in Cambodia » (2016) et « Political Violence as a Time That is Past? Engaging With Non-Participation in Transitional Justice in Cambodia » (2018)

Date et horaires

Lundi 10 décembre 2018 de 18h à 19h30

Lieu

Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

Lundi 3 décembre 9h-13h, salle13 (105 Bd raspail, EHESS) 

Présentation du séminaire Depuis la révolte enclenchée en 2011 jusqu’au conflit régionalisé qui fait rage aujourd’hui, la Syrie connaît des bouleversements sans précédent dont l’ampleur et la complexité restent à étudier. Une grande partie du savoir produit sur ces événements et ces mutations émanent des mondes de l’expertise et du journalisme.Qu’en est il de la recherche ? À quelles conditions est elle encore possible ? Les chercheurs qui continuent à travailler sur la Syrie font face à un double défi : poursuivre leurs travaux suivant un rythme et une approche qui leur sont propres et inventer de nouvelles méthodes d’enquête pour contourner les difficultés d’accès au terrain. Comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont toujours en cours Comment, saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment mettre des mots sur la souffrance et le traumatisme ? Saisir les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 et les conséquences multiples de l’expérience de la violence extrême recouvre des implications méthodologique, éthique et réflexive que ce séminaire entend interroger dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Conçu comme une arène de réflexion autour des différentes dimensions (politiques, sociales, religieuses, discursives, existentielles) du conflit, ce séminaire s’adresse aux chercheurs et aux étudiants souhaitant présenter et mettre en discussion leurs travaux, leurs projets et leurs méthodes.

La séance du lundi 3 décembre sera animée par deux intervenants: 

Munqeth Othman Agha, University of Sussex
« Selective Reconstruction and Exclusion in Post-conflict Syria »

Munqeth Othman Agha is a postgraduate student at the School of International Relations at University of Sussex as a Chevening scholar, he holds a Master’s degree (2017) in Economic Development from University of Clermont-Auvergne. Currently, he works on a research project on early recovery in the Northern Syria with Omran Center for Strategic Studies in Istanbul. His research interests include the local governance in opposition-held areas in Syria; selective post-conflict reconstruction, exclusion and transitional Justice; and the political economy of the conflict.

Sbeih Sbeih, Iremam 
« De la lutte nationale à la croyance technocrate : les ONG palestiniennes »

Post-doctorant à l’Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans (IREMAM), LabexMed, Aix Marseille Université. En 2014, il a soutenu sa thèse de doctorat en sociologie sur la « professionnalisation » des ONG palestiniennes et l’aide internationale au développement au laboratoire Printemps à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines avant d’enseigner à l’université de Birzeit-(Ramallah, Palestine). Il a également mené des recherches sur le champ culturel palestinien. Ses travaux actuels portent sur les « nouveaux » romanciers palestiniens.

https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2725/

Chroniques de la révolte syrienne

Des lieux et des hommes 2011-2015

En 2017, The Creative Memory of the Syrian Revolution faisait paraitre en arabe et en anglais un ouvrage présentant sous forme documentaire cinquante lieux (villes, villages, quartiers) qui se sont révoltés en 2011. Ce livre précieux pour qui travaille sur la Syrie actuelle est dorénavant disponible en français, publié par les Presses de l’Ifpo avec, entre autres, le soutien du programme ANR Shakk.

Nous reproduisons ici la préface rédigée par Emma Aubin-Boltanski pour l’édition française.

Chroniques de la révolte syrienne – des lieux et des hommes, 2011 – 2015 est une invitation à explorer un pays qui, pris dans une spirale de violence inouïe, est fragmenté au point d’être devenu étranger à lui-même. Cet ouvrage propose une forme de cartographie du soulèvement syrien de 2011, de la répression et des violences qui se sont ensuivies.  Alors que l’analyse de ces évènements se trouve de plus en plus parasitée par les « grands récits », ceux des conflits entre sunnites et chiites, entre Arabie-Saoudite et Iran, entre États‑Unis et Russie, etc., il fait le choix d’un resserrement sur des faits précis. Des récits au ras des lieux qui racontent l’un après l’autre une révolution trop souvent occultée, celle de Syriens et de Syriennes qui ont retrouvé leur voix et surmonté la barrière de la peur en s’engageant massivement dans un soulèvement civique et pacifique contre un régime de terreur.
Ces Chroniques donnent à lire non pas une histoire, mais des récits de situations qui, strictement documentés et attestés, sont circonscrits dans des villes, des villages et des faubourgs. Cinquante lieux ont été choisis à partir d’un critère : l’implication dans des « activités révolutionnaires et civiques » minutieusement recensées et détaillées. À sa façon, ce livre démontre que jusqu’à la fin 2013 tout était encore possible en Syrie ; que l’alternative entre le régime dictatorial d’al-Assad et une domination islamiste était loin d’être la seule. Ils rappellent que le soulèvement de mars 2011 a généré une importante créativité, un monde d’initiatives et de projets sociétaux. Dans les zones libérées de l’emprise de l’armée, par exemple, un élan collectif vers la démocratie directe s’est traduit par la création de centaines de conseils locaux dont l’objectif était d’organiser une auto-administration de la vie quotidienne dans des conditions parfois extrêmes.
Certes, les djihadistes ont rapidement dominé la scène de l’opposition, mais d’autres énergies – démocratiques, pacifistes, libertaires, féministe et artistiques – étaient à l’œuvre : sans la répression implacable dont elles ont été la cible, elles auraient pu donner une autre direction à l’histoire. Fin 2013, une série d’événements se produit : l’attaque chimique de la Ghouta (21 août), la brusque volte-face des États-Unis qui renoncent à intervenir (29 août) et la montée en puissance des groupes armés islamistes qui se traduit, entre autres, par l’enlèvement de Razan Zaytouneh l’une des grandes figures du soulèvement pacifique ;  ces événements feront définitivement basculer la situation dans une guerre totale, imposant les armes et la violence comme seules alternatives. Pour autant, ces chroniques de la révolte syrienne de 2011 à 2015 démontrent également l’étonnante vitalité de la résistance civique et non-violente qui dans différents lieux a perduré parallèlement à la militarisation.
Un soulèvement « ce sont des gestes » nous dit George Didi-Huberman. Collectifs ou individuels, d’actions ou de passions, d’œuvres ou de pensées, ces gestes humains disent « non » à une réalité et « oui » à quelque chose d’autre, à un monde désiré, imaginé, esquissé. Chroniques de la révolte syrienne peut être envisagé comme l’un des nombreux gestes qui ont fait le soulèvement syrien et continuent de le nourrir, un geste à la fois épistémologique, testimonial et urgent. Porté par un collectif aux compétence multiples et complémentaires – Nada Najjar (linguiste et universitaire), Ahmad Sahli (enseignant d’arabe), Rana Mitri (traductrice), Ne’mat Atassi (professeur de français) et Fawwaz Traboulsi (écrivain et professeur d’histoire) –, il a été initié par la graphiste Sana Yazigi. Il mérite toute l’attention des chercheurs qui travaillent sur les événements de la décennie 2010 en Syrie

Un geste épistémologique

Si le territoire syrien est devenu quasiment inaccessible depuis 2013 pour les chercheurs et les journalistes étrangers, rares sont les révoltes et les conflits qui ont été autant documentés. Internet et les réseaux sociaux y sont pour beaucoup. Les vidéos très nombreuses (autour d’un million) et les divers écrits qui circulent par ce biais constituent des sources précieuses pour qui s’intéresse à ces évènements. Néanmoins, ce matériau très divers et son utilisation soulèvent des questions d’ordre éthique et épistémologique auxquelles ces Chroniques, à leur façon, tentent de répondre. En effet, elles proposent des récits entièrement fondés sur des documents – des articles, des vidéos, des sites, parfois des pages Facebook – dont les informations sont systématiquement recoupées et comparées. Scrupuleusement référencés en notes de bas de page, ces sources ont été trouvées sur Internet et archivées sur le site La mémoire créative syrienne (https://creativememory.org/fr/) lancé en mai 2013. D’où le grand intérêt de la version électronique de l’ouvrage (à paraître prochainement) qui invite le lecteur à se rendre à la source de chacun des faits exposés par un simple clic. Ce geste épistémologique demeure néanmoins fragile : certains des liens auxquels ces récits renvoient sont aujourd’hui « brisés » ou « morts ». Deux raisons à cela : la volatilité des ressources en ligne qui changent de place ou disparaissent et, d’autre part, l’action de l’Electronic Syrian Army qui s’emploie à effacer et à détruire avec une efficacité certaine des documents sur Internet. Bien conscients de cet écueil, les rédacteurs de l’ouvrage, dans sa version arabe, ont pris soin de reproduire en notes de bas de page, les désignations exactes des documents : un simple copier/coller permet de traquer ceux d’entre eux qui ont été déplacés sur la Toile ; pour les autres, « les disparus », ces titres et leurs descriptions constituent des traces de ce qui fut .

Un geste testimonial

Chroniques de la révolte syrienne est un acte de mémoire qui procède d’une inquiétude largement partagée : que la réalité d’une violence politique meurtrière demeure ignorée et surtout, que la qualification des événements soit laissée aux vainqueurs du moment, aux autorités de Damas et à leurs alliés russes et iraniens. Soulèvement populaire, révolution pacifique, insurrection armée ou agression étrangère ? Rebelles, combattants, civils ou terroristes ? Guerre civile, guerre contre le terrorisme ou plutôt guerre contre des civils ? Ces appellations de provenances et de généalogies diverses se combattent violemment de part et d’autre des lignes de front, ainsi qu’au sein des médias et des dispositifs internationaux qui interviennent dans le conflit. Elles constitueront des clés de compréhension du « grand récit » de la guerre qui finira par s’imposer.
De fait, une entreprise de négation est à l’œuvre pour, d’une part, effacer les traces d’un soulèvement populaire et pacifique implacablement réprimé et, d’autre part, imposer une histoire unique et une analyse paresseuse et sans nuance des événements faisant d’emblée rentrer dans l’arène de la révolution des groupes armés radicaux. Contre ce voile opaque, cet empaquetage hermétique, ces récits donnent l’occasion d’orienter le regard non pas vers une vérité dogmatique absolue, mais vers un kaléidoscope de situations : pour chacun des lieux sont retracées une histoire particulière et une chronologie propre des événements.

Pour ce faire, les auteurs ont fait le choix d’un resserrement sur des faits scrupuleusement référencés. Aucune place n’est laissée à la rumeur ou aux « on-dit ». Un canevas unique est adopté pour toutes les notices, le style résolument narratif et distancé ne laisse aucune place ni à la fioriture, ni au personnel. L’impression est parfois donnée de lire une froide déposition destinée à être produite en justice. Peut-être ces textes le seront-ils un jour. Pour chaque lieu, le jour, le mois et l’année des premières manifestations sont systématiquement précisés, leurs parcours retracés, la nature de la répression détaillée, l’entrée en scène des groupes armés datée. Également, et surtout, sont minutieusement recensées différentes « actions créatives » – des expositions, des films, des pièces de théâtre, des graffitis, des performances, des campagnes de mobilisation sur différents thèmes, etc. – entreprises par des activistes dans l’objectif de résister pacifiquement, non seulement à la répression des autorités de Damas, mais aussi à la montée en puissance des groupes armés radicaux…
Le souci du détail va jusqu’à rappeler, systématiquement, lieu après lieu, une terrible incertitude concernant le nombre des victimes. Les chiffres de deux sources – le Centre de documentation des violations en Syrie et la Base de données des martyrs de la révolution syrienne – viennent en conclusion de toutes les notices. Et à chaque fois, l’écart est vertigineux : entre 2037 et 9514 victimes à Damas ; entre 59 et 2368 morts à Daraya ; entre 24 et 529 à Manbij ; entre 80 et 456 à Palmyre. Cette « sinistre imprécision des chiffres » n’est pas nouvelle – Michel Seurat la déplorait à propos du massacre de Hama en 1982. Elle nous dit quelque chose sur l’entreprise de dénégation qui est à l’œuvre et contre laquelle il est urgent de lutter.

Un geste urgent

Collecter, rassembler, rédiger et publier des récits circonstanciés pour les porter à la connaissance du plus grand nombre, nombre de Syriens, écrivains, artistes et activistes sont engagés dans cette pratique sociale qui procède d’un « besoin de vérité » face à l’intolérable. Ces actes de mémoire ont un caractère impulsif et erratique : c’est qu’ils sont accomplis dans l’urgence alors que les armes ne se sont pas encore tues et que déjà une entreprise d’amnésie est conduite par les autorités de Damas. Cette entreprise prend deux formes : celle d’un grand récit qui tend à oblitérer le premier acte des événements, le soulèvement pacifique d’une grande partie de la population contre un régime dictatorial et celle, physique et concrète, de la « reconstruction ». À ce propos, arrêtons-nous à Daraya : située dans la Ghouta occidentale, à huit kilomètres de Damas, elle a été détruite à 90 % et vidée de sa population. Les registres de propriétés de la ville ont été brûlés et des lois ont été décrétées pour faciliter les expropriations. Depuis 2017, des entrepreneurs, architectes et urbanistes sont à l’œuvre pour dresser les plans de reconstruction de la zone qui constituera une extension des beaux quartiers de Mezzeh et de Kafar Sousseh. Contre cet acte d’arasement et de remplacement, ces Chroniques de la révolte syrienne rappellent des « faits » et, entre autres, l’histoire singulière de Daraya. Frondeuse avant l’heure, cette ville a vu la naissance dès 2003 d’un « groupe pacifique » d’activistes urbains. En 2011, elle a été le théâtre d’action de Ghiath Matar, le « Gandhi syrien », qui distribuait des fleurs et des bouteilles d’eau aux soldats lors des premières manifestations. Le 10 septembre 2011, ce pacifiste chevronné est mort sous la torture des nervis du régime.
Parce qu’elles font résolument le choix du détail, parce qu’elles optent pour la sincérité et la bonne foi contre l’idéologie, ces Chroniques constituent une source précieuse pour qui s’intéresse à l’histoire récente de la Syrie. Espérons-le, le geste sera poursuivi et complété pour inclure d’autres lieux et d’autres figures.

Télécharger le sommaire

Le religieux à l’épreuve des révolutions et de la violence dans le monde arabe

Un dossier des ASSR coordonné par Cécile Boëx

Télécharger le sommaire

L’effervescence de l’actualité religieuse et la globalisation des formes de religiosité conduisent plus que jamais les sciences sociales à interroger leurs frontières disciplinaires et à mettre à l’épreuve leurs paradigmes du fait religieux. Revue trimestrielle, publiant des numéros thématiques et un bulletin bibliographique annuel, les Archives des Sciences Sociales des Religions tentent de relever ce défis dans une perspective résolument comparative, pluridisciplinaire et épistémologique. En janvier/mars 2018 elle a fait paraître un dossier dirigé par Cécile Boëx (Maîtresse de conférence à l’EHESS) sur le thème « Le religieux à l’épreuve des révolutions et de la violence dans le monde arabe ». Ce dossier revient sur l’onde de choc provoquée par ces évènements à partir des relations complexes, multiples et situées entre le religieux et le politique. Partant du constat que le bilan de ces mouvements est particulièrement sombre, avec d’un côté des zones de béance politique et de guerre civile et de l’autre le redéploiement des régimes autoritaires, les dix articles qui le composent reviennent sur les bouleversements provoqués par ces révoltes en dehors d’une vision binaire (printemps révolutionnaires/hivers islamistes). Le dossier explore plus particulièrement les hybridations des répertoires politiques et religieux lors de la phase de mobilisation, les recompositions identitaires et sociales, notamment en Syrie, en Tunisie, en Égypte et au Bahreïn ainsi que les mutations du salafisme.

Trois articles de ce dossier (qui sera prochainement mis en ligne sur Cairn) intéressent plus particulièrement le programme de recherche Shakk. L’introduction signée par Cécile Boëx et Paolo Pinto propose une réflexion sur la diversité des liens entre religieux et politique, et analyse notamment l’articulation entre expression du désaccord, désobéissance et transcendance. Dans sa contribution personnelle, Cécile Boëx revient sur un corpus de vidéos d’hommage mises en ligne sur YouTube entre 2011 et 2014, pour examiner les modalités de réappropriation du statut de martyr dans le contexte de la révolte, puis de la guerre en Syrie. A partir de l’examen attentif des dynamiques à l’œuvre au sein d’une organisation humanitaire et prosélyte salafiste appelée l’Instance Islamique du Sham (IIS), Thomas Pierret, quant à lui, montre que dans la Syrie en guerre, une « voie moyenne » salafiste – souscrivant au récit et aux symboles de la révolution, et donc à ses aspirations de souveraineté populaire – a bien été à l’œuvre contre la radicalisation jihadiste.

Deux articles sur le quotidien économique des Syriens dans la guerre

Thierry Boissière et Laura Ruiz de Elvira (dir.) Le quotidien économique dans un Proche-Orient en guerre, Critique internationale 2018/3 (N° 80)

Critique Internationale vient de publier un dossier consacré au « Quotidien économique dans un Proche-Orient en guerre ». Ce dossier, dirigé par Thierry Boissière (Ifpo) et Laura Ruiz de Elvira (IRD-CEPED), est issu d’un colloque organisé à Beyrouth en 2016 par Myriam Catusse et Amin Allal dans le cadre de l’ERC WAFAW. Il se propose d’aborder la question du « quotidien économique » dans ce contexte régional particulier à travers quatre contributions portant sur le Liban, la Syrie et la bande de Gaza. La problématique de l’économie dans la guerre s’articule ici avec le débat relatif aux possibilités d’adaptation, de normalisation et de routinisation dans les situations de conflit. Les auteurs interrogent ainsi la transformation, la résilience et l’autonomisation de sociétés vivant de graves crises politiques, et analysent la façon dont leurs pratiques économiques quotidiennes sont affectées directement ou indirectement par la guerre. Un entretien avec Thierry Boissière et Laura Ruiz de Elvira concernant le dossier a été récemment mis en ligne par le Centre de Recherches Internationales (CERI) de Sciences-Po. 

Deux textes de ce dossier concernent plus particulièrement certaines problématiques développées dans le cadre du programme Shakk. Ainsi, l’article de Leila Vignal, « Produire, consommer, vivre : les pratiques économiques du quotidien dans la Syrie en guerre (2011 – 2018) », explore ce que devient le quotidien économique des Syriens en temps de guerre, notamment en identifiant les innovations mais aussi les continuités de pratiques économiques déjà en cours avant-guerre, et cela dans un contexte de forte fragmentation de l’espace et des mobilités. Le texte de Thierry Boissière et Annie Tohmé Tabet, « Une économie de la survie au plus près de la guerre. Stratégies quotidiennes des réfugiés syriens à Nabaa », analyse la façon dont les Syriens s’inscrivent dans l’espace de Nabaa, quartier populaire à l’Est de Beyrouth, et les types de dispositifs, notamment résidentiels et économiques, sur lesquels ils s’appuient au quotidien.

Appel à candidature : stage de chargé·e d’études documentaires

Appel à candidature pour un stage de chargé·e d’études documentaires au sein du programme de recherche financé par l’ANR « Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

Profil

Un·e étudiant·e (inscrit en M1 ou M2) en sciences humaines et sociales, francophone et anglophone, de préférence arabisant·e, avec un intérêt en matière de documentation (géographique et statistique).

Mission principale

  • Il s’agira prioritairement de réaliser une recherche documentaire portant sur les villes syriennes dans la guerre. L’objet de ce stage sera de produire un état de l’art de la question et de constituer un corpus documentaire (texte, cartes, données) afin de contribuer à l’élaboration d’un atlas des « villes syriennes de la guerre à la reconstruction ». La ou le stagiaire sera associé·e à la vie du programme de recherche.
  • Pendant la durée du stage la ou le candidat·e retenue sera formé·e aux problématiques et enjeux liées au programme de recherche ainsi qu’aux outils numériques utilisés (CMS WordPress, Wiki).

Missions secondaires

  • Participation aux réunions de l’équipe du programme (prises de parole et prise de note)
  • Participation à l’organisation du séminaire de recherche annuel du programme (logistique et communication)
  • Participation aux mises à jour du carnet de recherche du programme (https://shakk.hypotheses.org/)

Compétences

  • Excellentes qualités rédactionnelles en français.
  • Capacité de traiter et d’assimiler la documentation en langue anglaise.
  • Capacité de traiter et d’assimiler la documentation en langue arabe (étudiant en cours d’apprentissage de l’arabe accepté)
  • Capacité de synthèse.

Dates

  • Date limite de dépôt de candidature : 15 octobre 2018
  • Début du stage : 15 janvier 2019

Conditions

  • Durée du stage : de 3 à 6 mois.
  • Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur. Hébergement à titre gracieux possible à l’Ifpo en chambre collective.
  • Lieu : Institut français du Proche-Orient (USR 3135 / UMIFRE 6), Beyrouth (Liban, http://www.ifporient.org/).

Candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Thierry Boissière (t.boissiere@ifporient.org)

Journées d’études internationales : « Du geste à la trace. De la trace à la mémoire »

« Du geste à la trace. De la trace à la mémoire : Trajectoires d’archivage des vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie et au-delà »

Dans le cadre du programme ANR Shakk « De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes »

Aller au programme

5 – 6 juillet 2018

Bibliothèque nationale de France – Quai François Mauriac – 75013 Paris

Salle 70 (Hall est, foyer du Petit auditorium)

Bildergebnis für symbole métro parisien 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Depuis 2011, la révolte et la guerre en Syrie ont engendré une masse considérable de vidéos filmées par des manifestants, des activistes, des combattants. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger. Ces journées d’études visent à faire un état des lieux des pratiques et des trajectoires d’archivage de ces vidéos afin de mieux en cerner les enjeux épistémologiques et mémoriaux.

Présentation

Jamais dans l’histoire, une révolte et un conflit n’ont autant été filmés par leurs propres protagonistes. Depuis 2011, pour contourner l’embargo médiatique imposé par le régime de Bachar al-Assad, des centaines de milliers de vidéos ont été mises en ligne — principalement sur YouTube — par des manifestants, des activistes et des combattants : manifestations, scènes de répression, funérailles, mais aussi actions protestataires inédites, recueils de témoignages, déclarations de défection de militaires ou de formation de brigade combattante, hommages aux « martyrs », combats, etc. Par ailleurs, de nombreuses vidéos ont été filmées et n’ont jamais été mises en ligne, stockées pour l’instant dans des disques durs ou des téléphones portables.

La vaste gamme des usages de la vidéo reste encore à explorer, tant elle évolue au fil des rapports de force sur le terrain et des différents acteurs en présence. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles vernaculaires sont à la fois traces et expériences de la révolte et de la guerre. Ces fragments d’images et de sons, pour la plupart anonymes, lacunaires et contingents de la maîtrise des preneurs d’images et du matériel dont

ils disposent, sont souvent illisibles et invisibles, malgré leur accessibilité sur Internet : la masse de vidéos fait écran, tout comme le manque d’indices de contextualisation. Opaques, ces vidéos sont aussi fragiles puisqu’elles peuvent disparaître du jour au lendemain, en raison notamment de la fermeture de comptes par les utilisateurs ou par la société YouTube, comme en juin 2018, au motif de lutter contre les contenus violents.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ont saisi à quel point ces vidéos constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger un jour ceux qui, pour l’instant, figurent dans le camp des vainqueurs. Conscients du caractère éminemment évanescent de ces documents, des associations telles que Syrian Archive ou Creative Memory of the Syrian révolution, des activistes, des chercheurs et des particuliers, chacun avec des moyens et des objectifs propres, s’attachent depuis plusieurs années à les collecter, les organiser et les sauvegarder.

En effet, quelles sont les vidéos qui font l’objet de sauvegarde ? Selon quelles procédures et dans quels buts ? Comment sont-elles décrites et référencées ? Dans quelle mesure peuvent-elles constituer une source pour la connaissance, la mémoire ou le droit ? Quelles en sont les modalités de partage et de diffusion ? Les spécificités de ces vidéos tout comme les logiques hétérogènes et les sites disséminés de ces entreprises de collecte remettent en question le concept d’archive et ses pratiques institutionnelles. De même, l’intérêt grandissant pour l’archivage de ces vidéos alors que les événements sont toujours en cours interroge. Nous réfléchirons à ces questions avec des acteurs de la constitution de ces archives, qu’ils conçoivent leurs démarches dans un cadre militant, judiciaire ou universitaire. Il s’agira également d’inscrire cette réflexion dans un questionnement plus large sur les façons dont les images animées et le numérique façonnent notre rapport à la connaissance et à la mémoire.

Programme

 Voir pdf

Jeudi 5 juillet

9h15 ● Accueil

9h30 ● Introduction

Alain Carrou (BnF), Cécile Boëx (CéSor, EHESS), Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

Session 1 ● Méthodes et pratiques de la recherche : collecter, analyser, sauvegarder

Discutantes : Cécile Boëx (CéSor, EHESS) et Vanessa Guéno (Iremam, Aix-en-Provence)

10h15-10h45 ● Dima Saber (Center for Media and Cultural Research, Birmingham University) Refugee writing, refugee history. Locating the refugee archive in the making of a history of the Syrian war

10h45-11h15 ● Yasser al-Zayyat (American University of Beirut) A Syria That Is No More: On Science, Memory and Language

11h15-11h30 ● Pause café

11h30 12h00 ● Ulrike Lune Riboni, (CEMTI, Paris 8) « Ce que je trouve est ce que je cherche » : méthodologie pour la constitution d’un corpus de vidéos en ligne

12h00-12h30 ● Discussion

12h30-14h00 ● Pause Déjeuner

Session 2 ● Les mémoires à l’épreuve du numérique et des images animées. Perspectives comparatives

Discutant : Alain Carou (BnF)

14h00 ● Laurent Véray (IRCAV, Paris 3) Filmer, montrer et archiver la Grande Guerre

14h30 ● Agnès Devictor (HiCSA, Paris 1) Transfert de fonds d’archives audio-visuelles : étude d’un cas afghan

15h00-15h15 ● Pause café

15h15 ● Sophie Gebeil (TELEMMe, Aix-en-Provence) L’historien.ne dans les méandres des archives du Web : le cas des mémoires maghrébines sur la toile française depuis les années 2000

16h15 ● Discussion

19h30 ● Dîner

Vendredi 6 juillet

9h30 ● Accueil

9h45 ● Mot d’introduction Anna Poujeau (CéSor, CNRS)

Session 3 ● Enjeux mémoriels, politiques et testimoniaux des archives audiovisuelles

Discutants : Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS) et Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

10h00 ● Jean-Marc Salmon (Institut Mines Télécom, Université Paris Descartes) Les archives nativement numériques du jaillissement du soulèvement tunisien

10h30 ● Jeff Dutch, Syrian Archive Collect, Curate, Investigate: Using open-source big-data methodologies for human rights monitoring in Syria

11h15 ● Pause café

11h30 ● Stefan Tarnowski (Institute for Comparative Literature and Society, Columbia University) Human Rights Video and Revolution in Syria

12h00 ● Discussion

12h30-14h00 ● Déjeuner

Session 4 ● Passages, transmission et création

Discutants : Franck Mermier (IRIS, CNRS) et Nisrine al-Zahre (CéSor, EHESS)

14h00 ● Collectif 858 : Beyond archiving

14h30 ● Sana Yaziji et Naji Zahar (The Creative Memory of the Syrian Revolution) Un devoir de Mémoire

15h15 ● Pause café

15h30 ● Ali Atassi (Bidayyat) Digital Syrian Archive Between Videos and Documentary Cinema

16h00 ● Discussion

16h30 ● Synthèse et ouvertures : Myriam Catusse (Iremam, CNRS) et Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS)

20h00 ● Dîner

Séminaire Ifpo : « La révolution et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

« Organiser un nettoyage ethnique » : le cas de la Bosnie et de l’Ituri (Congo RDC)

Intervenante

Élisabeth Claverie, anthropologue, directrice de recherche émérite au CNRS

Présentation

Il s’agira de décrire et d’analyser deux campagnes de nettoyage ethnique, leurs organisations et leurs effets : en Bosnie (1992-1995) et en Ituri, à l’Est du Congo RDC, en 2002-2003.  On essaiera de montrer les effets de ces campagnes sur la population civile locale (déplacements, fuites, alertes constantes), à travers les dépositions des témoins dans deux institutions pénales internationales, la CPI (Cour pénale internationale)  et le TPIY (Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie).

Date et horaires

Mercredi 27 juin 2018 de 16h à 17h30

Lieu

Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La première séance du séminaire « La révolution et la guerre en Syrie dans une perspective comparée » était animée par Elisabeth Claverie (anthropologue, directrice de recherche émérite au CNRS) qui nous a parlé de la guerre en Bosnie-Herzégovine (1991-1995) et de l’enquête conduite dès 1993 par le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Deux spécialistes de la Syrie, Agnès Favier, politiste, chercheuse à l’European University Institute, et Marie Kostrz, chercheuse et coordinatrice de terrain pour l’organisation britannique Integrity, étaient invitées à discuter l’intervention.

Une donnée chronologique se doit d’être d’emblée soulignée : l’enquête du TPIY a commencé dès 1993, alors que la guerre battait encore son plein en Bosnie-Herzégovine. En Syrie, bien au contraire, huit ans après le déclenchement du conflit, et ce en raison du véto russe au Conseil de sécurité, la justice internationale n’a pu être saisie. Cependant très tôt, dès 2011, des intellectuels, activistes, journalistes se sont attelés à la tâche de rassembler des documents et des preuves pour attester de la brutalité de la répression du soulèvement. Depuis 2016, beaucoup au sein de l’opposition mettent leurs espoirs dans la Cour Pénale Internationale (CPI). Les précédents bosniaques et également rwandais constituent des modèles. En vingt-cinq ans d’existence, ce « gros enquêteur » qu’est le CPI, a su imposer ses normes, mais les États ont de plus en plus de réticence à le laisser intervenir.

« Juger de loin en regardant de près », telle est la mission que s’assigne le Tribunal à La Haye.  Il faut donner au juge les moyens de porter son jugement comme s’il était sur place ; des témoignages précis et détaillés et des preuves « au-delà de tout doute raisonnable ». Pour le conflit syrien, près de 70 à 80 % des documents collectés (vidéos, témoignages…) par des activistes ou des associations ne sont pas recevables par la CPI. Des juges syriens sont cependant formés par le CPI depuis quelques années. La situation pourrait donc changer.

La question de la qualification des évènements a également été posée au cours du séminaire. Quand peut-on parler de « crime contre l’humanité », de « nettoyage ethnique » ou encore de « crime de terrorisation »[1] ? A partir de quel moment l’accusation de « génocide » peut-elle être fondée ? Pour qu’un « crime contre l’humanité » soit attesté il faut que le crime soit systématique, de grande ampleur contre une population civile et surtout il faut prouver l’intention. En Bosnie, seul le massacre de Visegrad a pu être jugé comme tel. Prouver l’intention de massacres systématiques ou encore d’actes de violence dirigés contre une population civile, peut s’avérer difficile. Le crime est-il prémédité et suit il un plan préalablement établi ? Ou est-ce les aléas de la guerre qui ont conduit à cette situation ?

Concernant la Syrie, plusieurs interrogations restent encore sans réponse : Les bombardements massifs des populations civiles correspondent-ils à une stratégie des autorités de Damas pour mettre rapidement fin à la guerre ? Ou s’agit-il de cibler des populations précises pour les terroriser et les contraindre au départ ? Peut-on parler de planification des massacres ? La question de la qualification des acteurs en lice est également cruciale. Dans tout conflit armé, on distingue généralement deux catégories – celle de « combattants » d’une part et celle de « population civile » de l’autre -, deux catégories « molles » qui s’ébrèchent à l’épreuve des enquêtes. Une même personne en fonction des situations, de son parcours peut être « civile » et/ou « combattante », la frontière entre l’une et l’autre de ces deux catégories étant, dans le cadre d’un conflit armé interne, poreuse. En Syrie, où la grande majorité des combattants ne relève pas d’une armée régulière, cette question est, de fait, cruciale.

[1] Le « crime de terrorisation » est précisé au point 133, page 67, dans le jugement de l’affaire Galic. Ce crime est constitué lorsque sont réunis les éléments suivants : 1. Actes de violence dirigés contre la population civile ou des personnes civiles ne participant pas directement aux hostilités, qui entraînent parmi elles la mort ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé. 2. L’auteur a intentionnellement soumis à ces actes de violence la population civile ou des personnes civiles ne participant pas aux hostilités. 3. L’infraction susmentionnée a été commise dans le but principal de répandre la terreur parmi la population civile.

Séminaire Ifpo (2018-2019)

« La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Séminaire EHESS : « Sciences sociales et conflit(s) en Syrie »

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

Nisrine Al-Zahre, Cécile Boëx, Emma Aubin Boltanski, Anna Poujeau

13h-17h

EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

Depuis la révolte enclenchée en 2011 jusqu’au conflit régionalisé qui fait rage aujourd’hui, la Syrie connaît des bouleversements sans précédent dont l’ampleur et la complexité restent à étudier. Une grande partie du savoir produit sur ces événements et ces mutations émanent des mondes de l’expertise et du journalisme. Qu’en est-il de la recherche ? À quelles conditions est elle encore possible ? Les chercheurs qui continuent à travailler sur la Syrie font face à un double défi : poursuivre leurs travaux suivant un rythme et une approche qui leur sont propres et inventer de nouvelles méthodes d’enquête pour contourner les difficultés d’accès au terrain. Comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont toujours en cours ? Comment, saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment mettre des mots sur la souffrance et le traumatisme ? Saisir les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 et les conséquences multiples de l’expérience de la violence extrême recouvre des implications méthodologique, éthique et réflexive que ce séminaire entend interroger dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Conçu comme une arène de réflexion autour des différentes dimensions (politiques, sociales, religieuses, discursives, existentielles) du conflit, ce séminaire s’adresse aux chercheurs et aux étudiants souhaitant présenter et mettre en discussion leurs travaux, leurs projets et leurs méthodes.

 

Lundi 12 février, salle 1

Vanessa Guéno, historienne, chercheuse associée à l’IREMAM.

« Patrimoine de papiers au Proche-Orient. Interroger la fabrique des identités et des mémoires (XIXe-XXIe siècles) »

Dans sa présentation, Vanessa Guéno interroge la pratique archivistique en proposant de penser à nouveaux frais le rapport aux archives, à leurs fabriques et à leurs conservations. Pour cela, elle s’intéresse à la fois aux collections publiques, étatiques, aux bibliothèques et aux collections privées et familiales. Elle examine de quelles façons les unes et les autres participent à la formation d’un patrimoine. Pour historiciser les bouleversements en cours en Syrie et interroger la fabrique des identités et des mémoires dans l’histoire, elle questionne la pratique archivistique en proposant de parler de l’édification d’un « patrimoine de papier » tout en distinguant les pratiques des collectionneurs privés et celles du pouvoir. Il s’agit par là de mettre en lumière le rapport aux sources entretenus par le pouvoir politique d’une part et par les privés d’autre part en se demandant comment en Syrie, la mémoire et les identités peuvent être privatisées voire dissimulées.

Karam Nachar, maître de conférences en Histoire moderne du Moyen-Orient, Université d’Isik, Istanbul.

 « The quest for a rooted universalism in Syria : Al-Nahda , Al Umma , Al thawra»

Karam Nachar propose un retour sur la longue durée de l’histoire intellectuelle au Moyen-Orient afin de scruter de quelles façons a pu se former la pensée politique arabe syrienne durant les trois derniers siècles. Après avoir identifié trois phases historiques principales : 1860-1940, 1940-1965, 1965-2011, Karam Nachar interroge les rapports qu’entretiennent le particulier et l’universel, le peuple et État ainsi que la façon dont les individus ont la possibilité de devenir des agents politiques.

Discutants : Élizabeth Picard (CNRS) et Hamit Bozarslan (CETOBaC/EHESS)

 

Lundi 26 février, salle 7

Eylaf Bader Eddin, doctorant en littérature comparée, IREMAM

« The Syrian Revolutionary Language: A Rupture or an Extension »

Eylaf Bader Eddin propose une analyse de la révolution syrienne à partir de la traduction des mots du langage révolutionnaire : les bannières, les graffitis, les slogans, les chansons et les discours. Il se demande comment ce nouveau langage culturel s’est créé en Syrie à partir de formes populaires et de quelles façons l’analyse et la traduction de ce langage permettent de penser l’histoire de la révolution syrienne.

Nisrine Al-Zahre, linguiste, CéSor/EHESS

« Traductions et circulation d’idées, quel(s) acteur(s) ? »

Dans cette intervention Nisrine Al-Zahre pose la question générale de la traduction des grandes idées internationales à tendance universaliste durant la révolution syrienne. Elle interroge les mécanismes à l’œuvre dans la circulation des idées dans ce moment particulier qu’est la révolution. Cette entrée sur la révolution permet d’examiner comment se réalise localement la réception d’idées supposées universelles et interroger leurs mises en pratique en contexte d’urgence révolutionnaire.

Discutant : Franck Mermier (IRIS/CNRS)

 

Lundi 12 mars, salle 8

 Penser la violence extrême 

« Love, torture, rape and genocide »

Yassin al Haj Saleh, écrivain, ancien détenu politique, Berlin

À partir de son expérience de 16 années de détention en Syrie comme prisonnier politique et de la révolution, Yassin al Haj Saleh propose une réflexion personnelle sur la torture comme mode de violence où l’intimité est réduite à néant et où l’individu perd les limites de son corps. Le corps du torturé est une planche où s’inscrit la violence de l’État. Le corps supplicié permet de rappeler la menace à toute la société. Yassin al Haj Saleh montre comment la torture et le viol sont des programmes de destruction complète de l’individu et de la société.

Chowra Makaremi, anthropologue, IRIS/CNRS

Dans une perspective comparatiste, Chowra Makaremi interroge les processus politiques, sociologiques et idéologiques à l’œuvre dans la fabrication de la violence par son film réalisé suite à sa publication Le cahiers d’Aziz (Gallimard « témoins », 2011). Elle y scrute le souvenir de sa mère, révolutionnaire et opposante à Khomeyni, qui fut emprisonnée puis assassinée par le régime iranien en 1988 en même temps que des dizaines de milliers d’autres détenus politiques au moment du « massacre des prisons ». Dans son film et sa présentation, Chowra Makaremi se demande s’il est possible de sortir des définitions légales de la violence pour interroger le rôle des émotions dans la production de la violence, les effets de celle-ci sur la société, la famille, les voisins, etc. Enfin, elle questionne la fabrique du monde social qui produit la violence et de celui qui l’observe et la subit.

Discutant : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS, LDH)

 

Lundi 26 mars, salle 8

Charlotte Loris-Rodionoff, doctorante en anthropologie sociale, UCL, Londres

« Étude d’une révolution en exil: entre ruptures politiques et sociales. L’approche ethnographique en question »

 L’une des questions qui guide le travail de Charlotte Loris-Rondionoff est celle de savoir en quoi l’événement syrien constitue une révolution et l’une de ses ambitions théoriques est de contribuer à la redéfinition de la catégorie « révolution » à partir de l’étude de la révolution syrienne. Pour ce faire, Charlotte Loris-Rondionoff a effectué un travail de terrain parmi des réseaux de Syriens engagés dans la révolution et exilés à Ganziantep en Turquie. Elle présente aujourd’hui certaines conclusions de son travail qui interrogent les effets de la révolution sur tous les domaines de la vie des Syriens rencontrés sur son terrain.

Laura Ruiz de Elvira, IRD/CEPED

« D’une étude sur les associations de bienfaisance en contexte autoritaire à une étude sur l’engagement humanitaire en contexte de guerre »

Laura Ruiz de Elvira propose un retour sur ses recherches en sociologie politique menées sur la Syrie depuis le milieu des années 2000 jusqu’à aujourd’hui en se demandant comment il est possible de continuer à conduire des recherches sur la Syrie alors même que le terrain est devenu inaccessible. Travaillant d’abord sur les associations de bienfaisance syriennes et sur les ingénieries politiques en Syrie jusqu’au déclenchement du conflit, elle montre comment il est alors possible, malgré un contexte politique autoritaire, de parler de société civile pour évoquer les engagements collectifs au sein d’associations de bienfaisance. Puis avec le début de la révolution et l’apparition du conflit, Laura Ruiz de Elvira montre comment ces associations de bienfaisance se sont transformées pour certaines d’entre elles en associations révolutionnaires dans les pays frontaliers de la Syrie.

Discutants : Anna Poujeau et Elisabeth Longuenesse

 

Lundi 9 avril, salle 8

Chiara Erminia Calabrese, Post Doc EHESS, CéSor

« L’enquête ethnographique en cours de guerre : enjeux épistémologiques et éthiques, émotions et affects »

Dans la banlieue sud de Beyrouth, Chiara Erminia Calabrese conduit une enquête sur les militants combattants du Hezbollah engagés dans le conflit syrien à partir de 2012. Elle nous présente aujourd’hui les questionnements éthiques que soulève un tel travail pour le chercheur en sciences sociales ainsi que ses premières conclusions. À partir d’une série d’entretiens avec des combattants rentrés du front, Chiara Erminia Calabrese pose la question générale de la diversité du militantisme et de l’engagement de ces derniers dans le conflit syrien. Pour cela, elle interroge la diversité des positionnements de ces combattants par rapport à l’engagement politique du parti ainsi que les diverses façons dont l’engagement armé perturbe la vie de ces individus.

Discutants : Cécile Boëx (CéSor-Ehess)

 

Lundi 14 mai, salle 8

Présentation travaux des étudiants