Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

Vendredi 13 mars, 9h-12h, salle 3.001 Bâtiment Recherche Nord, 3ème étage, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Nisrine Al-Zahre et Emma Aubin-Boltanski

Nisrine Al-Zahre (Linguiste, CéSor, EHESS) :« La langue comme objet d’étude en sciences sociales et politiques : Questionnements et précautions méthodologiques »

Cette présentation a pour objectif de présenter deux projets en cours: d’une part, le lexique de la révolte et la guerre en Syrie, en cours d’élaboration dans le cadre de l’ANR Shakk et, d’autre part, une étude critique de la violence langagière du régime syrien . Dans les deux projets, la langue est l’objet d’étude. Nous interrogeons la légitimité d’un tel objet dans les sciences sociales et politiques, mais surtout nous nous posons des questions méthodologiques sur une telle entreprise: le comment et les limites d’une étude sur la langue.

Emma Aubin-Boltanski (Anthropologue, CéSor, CNRS): « Croire comment, croire en quoi quand on est une réfugiée syrienne au Liban? »

Nombre de réfugiés syriens au Liban ont, dans une séquence temporelle de quelques mois, vécu des « fins de leurs mondes » qui peuvent être qualifiés d’« apocalypses culturelles ». Brutalement projetés hors de leurs mondes leurs villages, leurs quartiers), ils doivent se reconstruire dans le chaos urbain de Beyrouth souvent en relation avec des ONG internationales et confessionnelles. Pour beaucoup « l’art de vivre ainsi », – l’adverbe « ainsi » indiquant une manière de vivre irréfléchie, dominée par les habitudes et les traditions -, n’est plus possible. Nous tenterons de saisir ce phénomène en suivant Umm Jaber, une réfugiée originaire du nord de la Syrie, dans l’un de ses déplacements à Beyrouth. Il s’agira de porter attention à ses conduites et ses contre-conduites, aux façons de se raconter et aux manières d’être  qui la singularisent tout en informant sur les profondes reconfigurations en cours dans la société syrienne.

Séminaire Ifpo: Le corps dans l’art contemporain en Syrie

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Lundi 2 mars 2020 à 19h

Lieu: Riwaq Beirut (Geitawi)

Présentation du séminaire (la séance se déroulera en arabe):

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Alaa Rashidi, critique d’art, formateur en médias, et écrivain. Il a notamment publié deux recueils de nouvelles Le Dernier jeu avant d’imposer les règles et Fantaisies du jeu entre magie et conte. Depuis 2011, il a participé à la création de nombreux journaux syriens alternatifs, et a proposé des formations de rédaction journalistique et médiatique. En outre, il écrit dans plusieurs journaux et sites Web, aussi bien dans le domaine culturel que dans la critique d’art.

Il passera en revue les manifestations du corps dans la production artistique syrienne de 2011 à 2020. Cela selon trois axes : l’impact de l’événement politique et social sur le corps dans l’art ; le corps artistique en tant que thématique culturelle ; et le corps en tant que médium artistique. À travers ceux-ci, il interroge les multiples interprétations conceptuelles et expressives que l’art projette sur le corps, ainsi que les différents usages du corps dans l’art.

Nibras Chehayed, chercheur post-doctorant (Marie Curie, Horizon 2020) dans le domaine de la philosophie contemporaine, rattaché au CERILAC (l’Université de Paris) et à l’Institut français du Proche-Orient (CNRS). Il a publié différentes études philosophiques, des traductions, ainsi que des textes littéraires et politiques.

Il propose d’appréhender la question de la corporalité dans l’art syrien contemporain par le biais de la destructivité. Ceci afin d’interroger les concepts de « corps absolu » et de « corps nihiliste », ainsi que leur relation problématique à la fonction sémantique du langage.

Appel à candidature : école d’été sur la Syrie (23/02/2020)

Date limite de dépôt des candidatures : 23 février 2020

Le programme ANR Shakk et ses partenaires (AUF, Ifpo, CNRS, EHESS, CéSor, BnF,  IREMAM) organisent une école d’été  pour des étudiant·e·s inscrit·e·s en Master et Doctorat en sciences sociales et humaines (sociologie, anthropologie, science politique, histoire, archéologie, linguistique, etc.) conduisant en priorité des recherches sur l’espace syrien et son prolongement. Organisée autour de séminaires, d’ateliers de recherche et de conférences, cette rencontre vise à la formation d’étudiant·e·s aux méthodes, enjeux et problématiques de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) sur la Syrie. Une équipe pédagogique d’une dizaine d’enseignant·e·s-chercheur·e·s et chercheur·e·s assurera la tenue des séminaires, des conférences et l’encadrement des ateliers de recherche. Cette école sera tout autant le lieu de la transmission par des spécialistes de leurs approches, méthodes et objets de recherche, que celui d’échanges et de débats autour de projets scientifiques en devenir.

L’école d’été est prioritairement destinée aux étudiants travaillant sur l’un des axes de recherche du programme ANR Shakk : De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes. Soucieuse d’être la plus inclusive possible, l’équipe organisatrice examinera avec attention tous les dossiers des étudiants en Sciences Humaines et Sociales travaillant sur la Syrie.

Les candidatures de personnes n’ayant pas le statut d’étudiant·e mais qui développent dans leur activité professionnelle une réflexion autour de la Syrie seront également étudiées.

Appel thématique

De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes

La révolution en Syrie débutée début 2011 puis sa militarisation et sa transformation en un conflit internationalisé ont engendré un intérêt croissant pour la Syrie de la part des universitaires, des étudiants mais aussi des décideurs politiques et du grand public.

Décrire et analyser les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 représentent des enjeux épistémologiques, éthiques et réflexifs importants. De multiples questions se posent : comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont toujours en cours ? Comment saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment rendre compte de la violence extrême et du traumatisme ? Comment inventer des méthodes qui permettent de se saisir à nouveau du terrain syrien ? Comment travailler sur des sites entièrement ou partiellement détruits et parfois pillés ?

En effet, la révolte et le conflit ont profondément modifié les modalités de la recherche sur la Syrie ; le terrain s’étant en partie relocalisé dans les différents territoires de l’exil et l’espace numérique. Paradoxalement, si le territoire syrien est quasiment inaccessible depuis près de 9 ans, rares sont les révoltes et les conflits qui sont autant documentés grâce à Internet et  aux réseaux sociaux.

Conçue à la fois comme une formation intensive et une réflexion collective réunissant chercheurs et étudiants internationaux travaillant sur la Syrie, l’école d’été s’articulera autour de plusieurs axes de recherche :

La fabrique des archives en contexte de révolte et de guerre : enjeux mémoriaux, historiques et politiques

Comment faire sens de la multitude des traces et documents produits par les protagonistes de la révolte et du conflit qui circulent sur les réseaux sociaux ? Quelles nouvelles pratiques de l’archive émergent grâce aux nouveaux outils numériques ? En quoi un conflit réactive-t-il des mémoires passées ? Il s’agira de partager et d’interroger des pratiques de collecte d’archives, d’analyse, de sauvegarde pour mieux en saisir les enjeux en Syrie mais aussi au-delà, à l’heure où le monde arabe est entré dans un nouveau cycle de révolte.

La révolte et la guerre : ses récits, ses moments, ses acteurs

Donner à lire avec finesse les récits de la révolte et du conflit en identifiant et en analysant les modes d’engagements, de désengagements et/ou de non engagements différenciés des femmes et des hommes constitue un enjeu important des recherches en sciences sociales sur la Syrie. La complexité de la révolte et du conflit qui tient en partie à la fragmentation territoriale et aux recompositions sociales, religieuses et politiques contribue jusqu’à présent à la production de récits différenciés. Qu’ils émanent des combattants miliciens ou qu’ils soient issus de l’armée régulière, de civils, d’activistes, d’ex-prisonniers, d’exilés ou de Syriens restés dans le pays, ces récits constitueront le socle d’une histoire de la révolution et de la guerre qui reste à écrire.

Reconfigurations religieuses et identitaires

Depuis 2011, l’ensemble des communautés confessionnelles connaît de profondes reconfigurations, à la fois religieuses, sociales et politiques. Dans un contexte de polarisation confessionnelle entre sunnites, alaouites et chiites, la question de l’enrôlement guerrier du religieux paraît centrale. Qui sont les acteurs de la mise en œuvre locale des politiques de mobilisation sur des bases religieuses et/ou ethniques ? Comment ces politiques sont-elles justifiées religieusement ? Comment les individus réagissent-ils à ce processus d’assignation politico-religieux qui les convoque jusque dans leur intimité : leurs façons de s’habiller, de penser, de prier, d’interagir, etc. ?

Reconfigurations territoriales, sociales et économiques

L’une des conséquences les plus dramatiques et durables du conflit syrien consiste en la fragmentation territoriale, le déplacement et la dispersion de la moitié de sa population, cela dans un contexte de destruction des infrastructures et de crise sociale, humanitaire et économique sans précédent. De nombreuses questions se posent alors : de quelles manières et selon quelles logiques le conflit fragmente ainsi l’espace et affecte les relations sociales? Comment ces populations font-elles face à ces bouleversements ? Comment les relations familiales ou de proximité se réorganisent-elles à l’épreuve de la guerre et dans l’exil ? Comment saisir l’ampleur et les conséquences des ruptures biographiques ?

Dates

Dimanche 28 juin 2020 (jour d’arrivée) – samedi 4 juillet 2020 (jour de départ)

Lieu

Centre Paul Langevin du CAES du CNRS – 24, rue du Coin 73500 Aussois – France


Afficher une carte plus grande

Modalités de candidature et informations complémentaires

Joindre à l’adresse suivante le formulaire rempli avec un projet de recherche en 300 mots maximum, un CV, une copie de votre pièce d’identité ou de votre carte d’étudiant·e le cas échéant : ecoledeteshakk@ehess.fr

Le voyage et le séjour des candidat·e·s retenu·e·s sont entièrement pris en charge par le programme ANR Shakk et ses partenaires (AUF, Ifpo, CNRS, EHESS, CéSor, BnF,  IREMAM)

Télécharger le formulaire de candidature

Séminaire Ifpo : Témoignages, subjectivités, technologies Pratiques de la vidéo en Syrie depuis 2011

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Vendredi 7 février 2020 à 18h

Lieu: l’Orient-Institut Beirut (Zokak el-Blat)

Présentation du séminaire:

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Cécile Boëx, Maîtresse de conférences de l’EHESS (CéSor) (intervention en français).

Dès les premières mobilisations en mars 2011 en Syrie, de nombreux manifestants filment avec leurs téléphones portables pour témoigner de l’ampleur de la révolte et de la brutalité de la répression. Tournées dans l’urgence, ces vidéos sont incarnées, dans le sens où les corps et les émotions y occupent une place prépondérante parce qu’elles mettent en jeu la vie de ceux qui filment. Dans ce contexte, filmer, ce n’est pas seulement documenter, c’est aussi une manière de vivre l’engagement et de faire face à la violence. Néanmoins, ces formes de témoignage vont peu à peu être formatées au sein d’une économie de la véridiction et de l’efficacité encadrée par des ONG ou des agences de presse. Cette communication esquisse le cheminement d’une dépossession du témoignage filmé, réduisant les preneurs d’image à des techniciens et des sous-traitants.

Stefan Tarnowski, A PhD Candidate at Columbia University’s Anthropology Department (in English).

In late 2013, the Syrian Civil Defense, also known as the White Helmets, began wearing body-mounted GoPro Cameras on their helmets for training purposes. Soon these first responders and their trainers found that the footage might contain both evidence of war crimes and have the power to “mobilise shame”. After beginning to circulate the footage, the White Helmets would become the target of one of the first major coordinated disinformation campaigns. Theorists have long questioned the power of human rights video, despite its early promise, to achieve its aims as part of a politics of humanitarian concern. This follows a common narrative arc surrounding technology, from the optimism that its power can be used for good, to the pessimism of its appropriation for malign ends. Where might the accounts of these “bodies on the ground” and theory meet? What are the resonances and dissonances between theories of technology and the accounts of those who use them? Why does the idea of the technology’s determinative force continue to capture the imaginations of such a broad range of both actors and theorists?

Cette rencontre est organisée avec la participation du projet SYRBODY. Ce projet est financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne au titre de la convention de subvention Marie Skłodowska-Curie n° 832777.

Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

Lundi 3 février, 9h-12h, salle 0.010 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Lorenzo Trombetta et Agnès Favier

Lorenzo Trombetta (COSV, Development Cooperation)

Applied research as a tool to support local communities in different Syrian contexts. 

Presentation of the main outline of an EU-funded project to support Syrian people in improving local governance through production of usable knowledge. The role of local researchers and the process of building their capacities as key actor of change in nowadays Syria. 

Agnès Favier ( MEDirections, European Univeristy Institute)

Retour sur l’expérience collective du groupe de recherche « Wartime and Post Conflict in Syria » (MEDirections, European University Institute) : Regards croisés, terrains minés, savoirs partagés

Lien vers le site : http://middleeastdirections.eu/syria-initiative/

Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

L’exil syrien au Liban au prisme de la kafala : une expérience masculine du refuge, entre illégalité et invisibilité

Lundi 18 novembre, 9h-12h, salle 0.004 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Leila Drif

Leila Drif est doctorante en anthropologie à l’EHESS, associée à l’Ifpo Beyrouth et fellow de l’Institut Convergence Migration. Sa thèse, préparée sous la codirection de Blandine Destremau et de Michel Agier, porte sur l’expérience d’hospitalité autour de l’accueil des réfugiés syriens dans les marges de Beyrouth. Elle propose une anthropologie critique du système de protection internationale des réfugiés à partir d’une ethnographie urbaine d’un quartier irrégulier de Beyrouth constitué en espace refuge pour les Syriens en exil. Elle est l’auteure de « Être réfugié et « volontaire » : les travailleurs invisibles des dispositifs d’aide internationale »Critique internationale, vol. 81, no. 4, 2018, pp. 21-42.

Résumé de la séance:

Le système de la kafâla (sponsorship) est le régime qui prévaut au Liban en matière de gestion de la migration syrienne depuis 2015, et ce, en l’absence de politique nationale d’asile. Sa mise en œuvre a conduit à redéfinir la condition d’extranéité des Syriens au Liban, fondée sur un triage genré de ces populations réfugiées. Outre la réflexion sur le statut hybride des réfugiés syriens que pose cette législation, elle oriente les stratégies migratoires et parcours du quotidien des Syriens vers l’illégalité, et cristallise des rapports de pouvoir qui mettent en jeu un conflit de masculinités autour de la figure de l’homme syrien. A partir de l’ethnographie d’une marge urbaine de Beyrouth, cette présentation examinera le processus de construction de vulnérabilités masculines invisibilisées, induites par le système de la kafâla. Plus largement, cette lecture genrée de l’expérience du refuge syrien se propose comme un point d’entrée pour interroger les relations d’accueil entre Syriens et Libanais, dans leurs dimensions relationnelles, intimes et mémorielles.

 

Séminaire EHESS « Sciences sociales et conflit(s) en Syrie »

Liban-Syrie : circulations et réactivations des réseaux militants en guerre (2011-2018)

Lundi 4 novembre, 9h-12h, salle 0.004 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera consacrée à la présentation du dossier Liban-Syrie : circulations et réactivations des réseaux militants en guerre (2011-2018) paru en septembre 2019 dans la Revue Internationale de Politique Comparée. Elle sera animée par Erminia Chiara Calabrese et Marie-Noëlle AbiYaghi

Erminia Chira Calabrese est chercheuse post-doctorante au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor) à l’EHESS de Paris. Ses recherches actuelles portent sur la sociologie de la guerre, les engagements partisans armés et les chiismes politiques Elle est l’auteure notamment de Militer au Hezbollah. Ethnographie d’un engagement dans la banlieue sud de Beyrouth (Ifpo/Karthala, 2016), « On n’arrive jamais seul au parti ». Parcours d’engagement des jeunes au sein du Hezbollah libanais, Agora débats/jeunesses,80(3), 2018, p. 100-116 ; Genre et militantisme au sein du Hezbollah libanais,Socio, 11, 2018, 77-96.

Marie-Noëlle AbiYaghi est politiste. Elle dirige Lebanon Support, un centre de recherche multidisciplinaire qui se fonde sur l’usage innovant des sciences sociales et des technologies numériques et favorise les synergies entre la recherche scientifique et l’expertise. Co-éditrice de Civil Society Review, elle est aussi membre du Arab Council for Social Science, et est chercheuse associée à l’Ifpo de Beyrouth. Ses recherches portent principalement sur les formes d’engagement politique et l’action collective. Parmi ses publications les plus récentes : « Political Identities and Antisectarian Movements. From isqat an-nizam at-ta’i to the Garbage Crisis Movement » (avec Myriam Catusse, Miriam Younes) In Rosita di Peri, Daniel Meier (Eds.), Lebanon facing the Arab Uprisings. Constraints and Adaptation, Palgrave 2017 ; « Militer par “projets”. Fragmentation et reproduction de l’espace contestataire féministe au Liban », Nouvelles Questions Féministes, 35(2), Octobre 2016 ; « Liban : le mouvement ‘pour la chute du système confessionnel’ et ses limites »(avec Myriam Catusse) In Michel Camau, Frédéric Vairel, Soulèvements populaires et recompositions politiques dans le Monde arabe,Editions des Presses Universitaires de Montréal, 2014.

Les réseaux militants entre le Liban et la Syrie depuis 2011

Un dossier la Revue Internationale de Politique Comparée

Coordonné par Erminia Chiara Calabrese et Marie-Noëlle AbiYaghi

Avec une postface d’Élizabeth Picard

Le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 a engendré un regain d’intérêt des sciences sociales pour ce pays et les relations complexes qu’il entretient avec son voisin libanais, hôte d’une des plus grandes concentrations de réfugiés syriens. Parmi les travaux sur la crise syrienne, nombreux sont ceux qui se sont penchés sur l’impact de cette « crise » sur le Liban. Certains ont mis en exergue les dangers d’une « guerre par procuration » ou le débordement du conflit syrien au Liban ; d’autres ont notamment analysé le système d’accueil des réfugiés syriens par l’État libanais, les restrictions sécuritaires dont ils sont l’objet et les réorientations de leurs pratiques économiques.

Ce dossier de la Revue Internationale de Politique Comparée se propose de déplacer la focale et d’analyser les processus de circulations et de réactivations de réseaux militants entre le Liban et la Syrie à l’aune du conflit depuis 2011.

Le conflit en Syrie met en lumière la perméabilité de l’espace politique libanais, sur lequel il a indéniablement des effets structurants. Si, depuis 2011, les gouvernements libanais successifs se réclament officiellement d’une doctrine de « dissociation » en politique étrangère, c’est-à-dire d’une sanctuarisation de la vie politique nationale à l’écart des crises régionales, le conflit en Syrie divise les acteurs politiques libanais entre adversaires et partisans du régime baathiste. Nombreux sont les militants-combattants du Hezbollah, du Parti communiste ou du Parti social nationaliste syrien notamment, à se joindre aux troupes du régime de Damas. D’autres, libanais ou palestiniens, rejoignent les rangs des factions rebelles ou jihadistes. Dans la rue, le mouvement « isqat al-nidham al-ta’ifi  (pour que tombe le régime confessionnel) », qui voit le jour dans la foulée des « printemps arabes » en 2011 et fait référence aux soulèvements tunisien, égyptien, yéménite ou bahreïni, se divise rapidement sur la question de la prise de position vis-à-vis du régime baathiste (Abi-Yaghi & Catusse, 2014). Concomitamment, plusieurs militants syriens ont été forcés comme un grand nombre de leurs concitoyens à quitter leur pays d’origine, et c’est au Liban que certains d’entre eux ont continué leurs activités militantes.

 L’effort guerrier, la figure du révolutionnaire ou du combattant, les exactions et les violences sont les images les plus patentes, documentées et partagées via Internet, depuis 2011. Le conflit en Syrie se répercute surtout au Liban par de multiples mobilisations, politiques ou humanitaires, certaines marginales, réactivant les idéologies séculières et de gauche des années de la guerre civile, la plupart prenant des formes plus visibles et institutionnalisées de solidarité.

Ce numéro de revuese propose de croiser des terrains proches géographiquement, similaires, mais différents, tout en déjouant les écueils d’une simple comparaison. Les différentes contributions qu’on y trouve ont en commun de prendre comme point de départ les acteurs sociaux eux-mêmes et leurs itinéraires, et de toujours les observer « en contexte », d’une part, en Syrie, dominé par un régime autoritaire en guerre, et d’autre part, au Liban, où prévaut une situation permanente d’anticipation de résurgence de la violence (Hermez, 2017). Des combattants du Hezbollah libanais engagés dans la guerre en Syrie (Calabrese) à la circulation de militants palestiniens dans l’espace syro-libanais (Napolitano), en passant par les processus de professionnalisation au Liban de réfugiés-révolutionnaires syriens (Fourn) et par la transformation des carrières et des capitaux sociaux militants à l’aune de la réactivation et de la recomposition de traditions d’engagement politique plus anciennes (AbiYaghi et Younes), en observant aussi les effets structurants de la violence sur les biographies individuelles (Trombetta), les différentes contributions à ce numéro, considèrent les multiples modes d’action du militantisme, politique, armé, associatif et/ou humanitaire, comme un continuum – d’autant qu’ils peuvent coexister dans une même trajectoire.

De manière plus générale, ce dossier ambitionne d’ouvrir un débat au sein de la sociologie de l’action collective qui s’est souvent attelée à l’étude de mouvements politiques, civils ou civiques dans des contextes pacifiés cantonnant dans ses marges le questionnement des engagements armés, sauf à de rares exceptions (Sommier, 1993 et 2000 ; Gayer, 2009). Dans cette perspective, deux questions principales nous ont animés auxquelles les différentes contributions à ce dossier tentent d’apporter des éléments de réponse. D’abord, la question de la crise en tant qu’accélérateur physique de l’espace-temps (al-zamakan) : elle précipite indéniablement des individus dans la rue, invite à l’engagement militant, et/ ou au combat armé ; elle fluidifie les statuts militants. Au-delà des effets d’oxymore, elle brouille les pistes de réflexion, rendant parfois les catégories d’analyse peu heuristiques. Il s’agit ensuite de questionner ce que la guerre fait au militantisme « en mouvement », au croisement de la sociologie de l’action collective et des migration studies. Manifester en contexte autoritaire, braver l’interdit, faire face à la répression, la prison, la mort ; fuir, transformer et réinventer son engagement, renverser l’image du réfugié passif. Au fil des micro-histoires de militants, ce dossier interroge les effets structurants des exils forcés de militants « en mouvement » sur les biographies individuelles, les carrières militantes et les reconversions, et sur les transformations de capitaux militants.

L’article de Marie-Noëlle AbiYaghi et Mariam Younes  étudie  les  carrières des activistes syriens au Liban et retrace les notions d’engagement, de révolution et de mobilisation ainsi que les réseaux de solidarité et de résistance au sein de ces cercles militants. À travers les récits de vie et les carrières de militants basés au Liban, les recherches portent sur les expériences et pratiques vécues par les militants, leurs débats contradictoires, leurs réseaux de solidarité, leurs stratégies et leur invisibilité dans l’espace public, et les suivent jusqu’à la « fin » de leur engagement au Liban.

L’article d’Erminia Chiara Calabrese analyse les parcours multiples des combattants du Hezbollah libanais engagés dans le conflit syrien. L’auteure révèle d’une part la diversité des positionnements face à la décision de prendre part au combat, et d’autre part les (ré-)enchantements, les désenchantements et les doutes qui accompagnent constamment les parcours de ces hommes en armes. L’approche ethnographique de longue durée, permet d’éviter le piège d’une lecture en termes de « consentement aveugle » et met en lumière les fluctuations dans ces engagements et les adaptations continuelles que ces combattants font entre idéal et réalité de la guerre.

Léo Fourn analyse les modulations, continuités et discontinuités du militantisme dans un contexte de guerre et d’exil. Le cas étudié est celui du passage d’un engagement contestataire au travail humanitaire, à partir de l’analyse de parcours de militants syriens réfugiés au Liban. Après avoir quitté la Syrie où ils ont participé au soulèvement contre le régime, une partie de ces militants se sont engagés au Liban dans l’action humanitaire auprès des réfugiés les plus démunis. Il s’agit de questionner la façon dont le contexte d’exil infléchit les parcours militants en question, en analysant l’émergence d’une nouvelle offre d’engagement.

L’article d’Elisabeth Longuenesse met en lumière certains aspects de la circulation des mots du militantisme entre le français, l’anglais et l’arabe, des idées et conceptions dont ils sont porteurs, et des effets ou implications de cette circulation entre ces trois langues. Il revient sur leur histoire et s’efforce d’en repérer les usages et les équivalences, ou les décalages d’une langue à l’autre. Il s’appuie pour ce faire sur deux types de matériau : d’une part les rubriques correspondantes dans quelques dictionnaires, d’autre part un court corpus de textes dans les trois langues, en s’attachant plus particulièrement à ceux qui ont précisément fait l’objet d’une traduction vers ou de l’une de ces trois langues.

Valentina Napolitano étudie comment les circulations transnationales affectent les parcours, les représentations et les formes d’engagements militants en s’intéressant aux circulations des réfugiés palestiniens au sein de l’espace syro-libanais. L’auteure montre comment  les circulations des militants favorisent le transfert d’idées et de savoir-faires, constituent parfois le seul moyen de poursuivre une mobilisation devenue impossible au sein du pays de résidence. La mise en place de réseaux transfrontaliers engendre, en outre, une capacité accrue de reconversion et de transformation du militantisme, elle facilite la recomposition de la vie des militants en contexte d’exil.

Dans son article Lorenzo Trombetta analyse le parcours des militants syriens qui ont abandonné la lutte armée au profit de l’engagement militant pacifique ainsi que le parcours de certains d’entre eux qui ont quitté des mouvements non-violents pour prendre les armes en Syrie. Dans un contexte toujours plus fragmenté, cette contribution explore le rôle de la violence dans ses différentes significations, en tant que vecteur crucial dans le changement des comportements et propose l’analyse des récits de plusieurs militants syriens opérant dans des zones géographiques variées contrôlées par le régime ou par les groupes d’opposition, inclus des zones contrôlées par l’Organisation de l’Etat islamique.   À partir d’un travail sur une base de données bibliographique portant sur la guerre du Liban, complétée par un travail sur l’historiographie naissante de la guerre en Syrie, la contribution de Pierre France propose une série d’hypothèses de travail sur des formes de narration communes à ces deux guerres. L’auteur montre comment plusieurs topoï de l’écriture de la guerre émergent : des objets privilégiés, des formes de narration, et autant de manières de contourner ou intégrer la situation sociale que vivent des témoins de ces deux conflits.

Syria Today Social, Political and Economic Changes At the interface between National Territory and Migratory Spaces

Institut français du Proche-Orient, Amman

Syria Today

Social, Political and Economic Changes

At the Interface between National Territory and Migratory Spaces

International Scientific Symposium

29 & 30th September 2019

at the French Institute (Jabal al-Lweibdeh)

Programme 

Sunday 29th September 2019

9:00-9:15

Welcoming of the participants

9:15-9:30

Welcome Speech

9:30-9:45

Introduction : Valentina Napolitano, Myriam Ababsa, Jalal Al Husseini (Ifpo)

9:45-10:30

Keynote speech : Local and transnational reconfigurations of the Syrian society.

Leïla Vignal (Rennes 2 / Oxford) 

10:30-11:00

Coffee break

11:00-13:00

Panel 1. Social Transformations

Discutant: Jalal Al Husseini (Ifpo)

11:00-11:30

From the Political to the Social: The Speed and Depth of Revolutionary Transformations. Charlotte Loris-Rodionoff (University College London)

11:30-12:00

The Transformation of Family Sphere among Syrians in Jordan. Valentina Napolitano (Ifpo)

12:00-12:30

Syrians under the kafala system: anthropological perspectives on a social fragmentation foretold.

Leïla Drif (EHESS)

12:30-13:00

Debate

13:00-14:15

Lunch Break

14:15-17:15

Panel 2. Economic Dynamics and Humanitarian Assistance in the context of uncertain reconstruction

Discutant : Kamel Doraï (CNRS, Ifpo)

14:15-14:45

Structural, Economic and Geographic Changes of the Syrian Business Community.

Pauline Khoury (Institut Français de Géopolitique)

14:45-15:15

The Impacts of the Syrian Government Political Economy on the Socio-economic and Societal Structures of Syria. Joseph Daher (European University Institute)

15:15-15:30

Coffee Break

15:30-16:00

Raqqa Governance and Reconstruction Challenges. Myriam Ababsa (Ifpo)

16:00-16:30

Long Term Migrations and Agro-pastoral Resilience: Syrian Pastoralists in Jordan.

Mathilde Gingembre (Associate researcher, PASTRES project)

16:30-17:15

Debate

18:30-19:30

Public Round-Table

Around the books: Chroniques de la révolution syrienne by Sana Yazigi (Creative Memory) and Syria after the Uprising by Joseph Daher (European University Institute)

20:00

Dinner

Monday 30th September 2019 

9:00-13:00

Panel 3. Political Powers and Actors #Syria

Discutant : Patrick Haenni (Centre for Humanitarian Dialogue)

9:00-9:30

The rise of the Islamic State post-Caliphate: how counter-insurgency governance patterns are fueling an ISIS resurgence in Deir ez Zour. Ahmad Mhidi (Centre for Humanitarian Dialogue)

9:30-10:00

The Return of the Security State in Assad’s Syria. Agnès Favier (European University Institute)

10:00-10:30

Collective Kidnappings of Minority Members in Syria: Confessional and Political Recompositions in Wartime. Anna Poujeau (EHESS)

10:45-11:15

Coffee Break

11:15-11:45

Territories of Revolt, Combat and Refuge. Geography of the Syrian Crisis in Long Term History. Matthieu Rey (IFAS-recherche/ Wits History Workshop)

11:45-12:15

Reconsidering Governance from Below: Experiences and Models of Autonomous Governance,

Civil Society Inclusiveness and Decentralization in Conflict and Post-conflict Syria.

Aurora Sottimano (Centre Syrian Studies at St Andrews University)

12:15-13:00

Debate

13:00-14:15

Lunch Break

14:15-15:45

Panel 4. Political Powers and Actors #Syria/region

Discutant : Lorenzo Trombetta (journalist)

14:15-14:45

Institutional Production and Governances Modes of the “Kurd movement” in Syria: a Revolution within Syria Revolution ? Arthur Quesnay (Paris 1) Patrick Haenni (Centre for Humanitarian Dialogue).

14:45-15:15

Hezbollah’s Fighters Path in the Syrian war. Chiara Calabrese (EHESS/Cesor)

15:15-15:45

Political Geographies of Transitional Justice Perspectives of Syrian Refugees in Germany and Lebanon. Julie Bernath (Swiss Peace)

15:45-16:15

Debate

16:15-16:30

Coffee Break

16:30-17:30

Conclusion, Elizabeth Picard (CNRS)

Séminaire Ifpo : La question du nihilisme, entre littérature et témoignage (11/06/2019)

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Mardi 11 juin 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animée par deux intervenants :

Catherine Coquio

Catherine Coquio, professeur de Littérature comparée à Paris Diderot. A cofondé l’Association Internationale de Recherches sur les Crimes contre l’Humanité et les Génocides (1997-2008), créé le centre Littérature et savoirs à l’épreuve de la violence politique (2000-2008), aujourd’hui membre du Cerilac, cycle « Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du ‘monde’ ?». Travaille sur nihilismes et utopismes, écritures de l’histoire et imagination du temps, la violence politique, les littératures de témoignage, les régimes de vérité, l’idée de monde. Auteure de : Rwanda. Le réel et les récits (2004) ; L’art contre l’art. Baudelaire, le joujou moderne et la décadence (2006) ; L’Enfant et le génocide (2007, avec A. Kalisky) ; La littérature en suspens (2015) ; Le Mal de vérité ou l’utopie de la mémoire (2015). A (co)édité les collectifs : Mécislas Golberg, passant de la pensée (1995) ; Parler des camps, penser les génocides (1999). L’Histoire trouée. Négation et témoignage (2003) ; Retour du colonial ? (2008) ; La Question animale entre sciences, littérature et philosophie (2011), Littérature et histoire en débats (2012) ; Roms, Tsiganes, Nomades : un malentendu européen (2014) ; Imre Kertész (2016) ; Accélérations (2016), Rwanda, 1994-2014. Histoire, mémoires et récits (2017), Apocalypse : une imagination politique (2018).A édité : Berthe Kayitesi : Demain ma vie. Enfants chefs de famille dans le Rwanda d’après (2008) ; Otto B. Kraus, Le Mur de Lisa Pomnenka (2013) ;Mécislas Golberg. Disgrâce couronnée d’épines et Lettres (2018). A créé en 2011 la collection « Littérature Histoire Politique » chez Garnier où ont paru Écrits libres de Syrie de F. Mermier. A coorganisé avec Nisrine Al Zahre le cycle Syrie : à la recherche d’un monde (déc 2017-jvier 2018. Colloque en ligne : https://diderot-tv.univ-paris-diderot.fr/syrie-la-recherche-dun-monde-0). Co-fondatrice du Comité Syrie-Europe en 2016.

Textes en ligne sur la Syrie : https://lundi.am/A-quoi-bon-encore-le-monde-Nihilisme-naivete-negation; https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/12/05/syrie-existe-augier/

Nibras Chehayed

Nibras Chehayed est membre de l’ANR Shakk. Il a une formation pluridisciplinaire en architecture, en théologie et en philosophie. Il est l’auteur de plusieurs articles spécialisés en philosophie, en politique et en littérature publiés au Liban, en France et aux États-Unis, et d’un livre en arabe intitulé Entre le Dieu perdu et le corps retrouvé (Editions Bayt al-Muwâtin, 2014). En 2018, il a soutenu une thèse de philosophie à l’École normale supérieure de Paris. Intitulée Écrire le corps : Entre Nietzsche et Derrida, elle est en cours de publication aux Éditions Garnier Classiques. Titulaire d’une bourse Marie Curie, il commence bientôt une recherche postdoctorale portant sur le corps tragique dans le contexte syrien actuel à l’Université Paris-Diderot et à l’Ifpo au Liban. Avec Emma Aubin-Boltanski il a traduit 19  Femmes : Des Syriennes racontent (تسع عشرة امرأة. سوريات يروين) à paraître en septembre 2019 aux Éditions Stock.

Résumé de la séance :

Quel sens peut-on donner à l’acte de témoigner dans le contexte de guerre et de destruction que connaît la Syrie depuis 2011 ? À quoi sert la fiction littéraire ? Quelles visées attribuer aux récits de la révolution et de la guerre qu’on continue, malgré tout, à raconter ? À partir d’une analyse du roman La Mort est une corvée (الموت عمل شاق) (2015) du romancier Khaled Khalifa, Catherine Coquio et Nibras Chehayed tenteront d’abord une réflexion sur le nihilisme dans le contexte syrien actuel. Ce roman qui semble affirmer la victoire de l’absurde, la destruction des valeurs et le nivellement de la vie et de la mort intrigue. Catherine Coquio et Nibras Chehayed proposeront ensuite quelques réflexions sur les formes de résistance au non-sens à partir des livres de Samar Yazbek : Feux croisés. Journal de la révolution syrienne (تقاطع نيران. من يوميات الانتفاضة السورية) (2012), Les portes du néant (بوابات أرض العدم) (2015), qui peuvent être définis comme des « témoignages littéraires » et 19 Femmes : Des Syriennes racontent (تسع عشرة امرأة. سوريات يروين) (2018), recueil de témoignages à multiples voix.  En élargissant à d’autres contextes (Shoah et génocide rwandais) seront également évoqués les rapports des littératures de témoignage au tragique et à la destruction du tragique.

Offre de stage de chargé·e de traitement de collections

Appel à candidature pour un stage de chargé·e de traitement de collections au sein du programme de recherche financé par l’ANR « Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

Profil requis

  • Être inscrit.e en master 1 ou master 2 en sciences humaines et sociales
  • Être arabisant·e
  • Intérêt pour la Syrie contemporaine et pour les sources audiovisuelles

Mission principale

  • La ou le stagiaire aura pour tâche de compiler des fichiers vidéo issus des différents acteurs de la révolte et de la guerre en Syrie, de les constituer en fonds documentaire structuré, de les décrire et de les indexer dans la base BnF-Archives et manuscrits. Les corpus seront déjà pré-constitués par les chercheurs du programme de recherche ANR Shakk
  • Pendant la durée du stage la ou le candidat·e retenu.e sera formé·e aux problématiques et enjeux liées au programme de recherche ainsi qu’aux outils numériques utilisés.

Missions secondaires

  • Participer à la vie scientifique du programme de recherche (échanges sur la liste de diffusion et veille informationnelle)
  • Participer à la mise à jour et à la rédaction du Carnet de recherche du programme

Compétences

  • Bonne connaissance de la Syrie contemporaine
  • Capacité à traiter et à assimiler la documentation en langue arabe (arabe standard et arabe dialectal syrien)
  • Connaissances de base en techniques documentaires
  • Capacité à travailler en équipe

Dates

  • Date limite de dépôt de candidature : 15 juin 2019
  • Début du stage : 15 octobre 2019

Conditions

  • Durée du stage : de 3 à 6 mois.
  • Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur.
  • Lieu : Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel), site François Mitterrand, Quai François Mauriac, 75706 Paris

Candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Alain Carou (alain.carou@bnf.fr), Jean Christophe Peyssard (jc.peyssard@ifporient.org) et  Cécile Boëx (cecile.boex@ehess.fr)

Colloque : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web (29-30/05/2019)

Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie

أرشيفات رقمية جديدة في الشرق الأدنى: الصوت والصورة والأفلام والويب

تحديات تبادل البيانات الميدانية في لبنان والأردن وسوريا

محاضرات وجلسات نقاش باللغة الفرنسية مع ترجمة فورية للغة العربية

:المدخل مفتوح للجميع بعد التسجيل

nanpo@sciencesconf.org

برنامج المؤتمر باللغة العربية

Résumé

Les chercheurs en sciences humaines et sociales qui ont choisi le Proche-Orient comme terrain d’investigation scientifique depuis le XIXe siècle ont constitué des fonds documentaires comprenant tous les types de sources. Chercheur·e·s libanais·es, syrien·nne·s, jordannien·ne·s et français·es ont produit et mobilisé des corpus de notes et carnets de terrain ou de fouilles, photographies, films et enregistrements sonores, sites Web… Ces ensembles constituent des collections qui sont susceptibles d’éclairer l’histoire de la région et d’aider à la compréhension du temps présent. Ces collections restent pourtant souvent difficilement accessibles, parfois même inconnues du monde académique et culturel et bien plus encore des différents publics concernés.

Présentation

Cette manifestations réunira des chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, professionnel·le·s de l’information scientifique, acteurs de la société civile, étudiant·e·s de tous niveaux et publics amateurs qui s’intéressent ou travaillent dans le domaine des archives en sciences humaines et sociales issus des rives de la Méditerranée et au-delà. Ces deux journées s’attachent aux territoires jordaniens, libanais et syriens. Elles associent l’Institut français du Liban, des universités (Aix-Marseille Université,Université libanaise, Université Saint-Joseph), des centres de recherche (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme etInstitut français du Proche-Orient) et valoriseront les actions scientifiques ou les programmes de recherche portés par ces structures (ANR Shakk).

Ce colloque sera l’occasion d’engager une réflexion nécessaire en sciences humaines et sociales quant à l’exploitation scientifique et la valorisation de ces collections qui ont été constituées dans/sur ces pays et d’engager un dialogue entre les différents acteurs qui s’intéressent ou se sont intéressés à ces données, leur collecte et leur archivage avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. En s’appuyant sur les disciplines qui ont constitué des collections documentaires pour étayer des publications scientifiques ou grand public, les journées veulent aussi appréhender les enjeux auxquels sont confrontés aujourd’hui ces fonds à l’ère du numérique. Elles offrent l’opportunité de réfléchir aux méthodologies mises en œuvre dans les sciences humaines et sociales et à leurs enjeux au moment de leur production, qu’il s’agisse de l’influence des outils de collecte sur les pratiques de recherche, des liens qui relient les producteurs de données, les acteurs documentés dans les données, les archivistes et les utilisateurs, ou encore du poids des crises politiques et des conflits. Le récit de chercheurs qui ont constitué ou utilisé ces archives, la présentation réflexive de collections conservées dans la région ou en Europe et des conférences de spécialistes de ce paysage documentaire, soutiendront une meilleure appréhension des histoires et des cultures du Liban et de Syrie.

Journées précédées d’un atelier pédagogique (28 mai) et accompagnées de projections de films documentaires (voir informations en bas de l’article)

Ouvert au public sur inscription : nanpo@sciencesconf.org


Programme

29 mai 2019, Bibliothèque nationale du Liban

8h30 Accueil des participants

  • Hassan Al Akra, Bibliothèque nationale du Liban
  • Véronique Aulagnon, Institut Français du Liban
  • Michel Mouton, Institut français du Proche-Orient
  • Sophie Bouffier, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

9h – Allocutions d’accueil :

9h30 – Conférence introductive : Carla Eddé, historienne, vice-recteur pour les relations internationales à l’Université Saint-Joseph – Archives, mémoire, histoire (titre provisoire)

10h – Table-ronde 1 : Partage des données numériques au Proche-Orient : quels acteurs, quels médias, quels enjeux ?

Modérateurs : Najla Nakhlé-Cerruti (Ifpo) et Lockman Slim (UMAM documentation & research)

Françoise Hours (BnF)

Jean-Philippe Dumas (Archives du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères)

Elie Elias (Université Saint-Esprit de Kaslik)

Kamal Kassar (Fondation Amar)

Levon Nordiguian et Marina Mattar (Photothèque de l’Université Saint Joseph)

Mireille Maurice (Ina Méditerranée)

12h – Le projet Open Jerusalem : vers un croisement des archives et une collaboration des chercheurs, Abdul-Hameed Al-Kayyali (Ifpo, Amman)

12h30-14h – déjeuner libre

14h-14h30 : Partager les données de la recherche : l’expérience de la TGIR Huma-Num dans le contexte européen, Stéphane Pouyllau (directeur technique de la TGIR Huma-Num), Adeline Joffres (responsable de la coopération internationale de la TGIR Huma-Num

15h : Table-ronde 2 : Les activistes des archives

Modératrice : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, Ifpo)

Sana Yazigi (Creative Memory), Archiver la mémoire créative de la Révolution syrienne produites en Syrie et en diaspora : https://creativememory.org

Cécile Boex (EHESS, Césor), Archiver les vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie : enjeux éthiques et politiques

Zara Fournier (doctorante en géographie à l’université de Tours, CITERES 7324, associée à l’Ifpo), Désirs d’ailleurs et d’avant : les militants de la mémoire et le Web au Sud du Liban

Mohammad Haj Hassan (Dawlati), Archiving the Oral History of the Syrian Conflict : http://dawlaty.org

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction de Monika Borgmann : Tadmor, film réalisé par Monika Borgmann et Lokman Slim, 2017


30 mai 2019, Beit Beirut Museum

9h – Accueil, café

9h30 – Conférence introductive : Pauline Koetschet (MMSH – Centre Paul Albert-Février, UMR 7297), Bibliothèques, collections et archives. Matérialité de la recherche

10h – Table-ronde 3 : Parole vive, parole en interaction

Organisatrices : Loubna Dimachki (Université libanaise) et Véronique Traverso (CNRS-Ifpo)

Modérateur: Ziad Mikati (Université libanaise)

Loubna Dimachki et Rim Ayoub (Université Libanaise), Les corpus d’interaction au Centre des Sciences du Langage et de la Communication

Catherine Pinon (Ifpo), Transcription de corpus d’arabe parlé en interaction : la convention  ARAPI

Gloria el-Hajj (Université Lumière Lyon 2), Corpus actuel de français parlé au Liban : constitution, terrain et réflexion scientifique

Bassam Baraké (Université Libanaise), Le parler blanc au Liban – Analyse des documents télévisés

Joseph Dichy (Université Lumière Lyon 2), Corpus sur Twitter en Arabizi et traduction

Véronique Traverso (Ifpo), Corpus sensibles, aspects éthiques et juridiques 

12h – 12h30 – Conférence : Christine Jungen (CNRS, LESC), Les archives et leurs formes : petites histoires de traduction

Déjeuner

14h – Table-ronde 4 : Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale

Modératrices : Liliane Kfoury (Université Saint-Joseph) et Florence Descamps (École pratique des hautes études – Paris sciences et lettres – EPHE PSL)

Florence Descamps (EPHE PSL), Histoire de la mémoire, histoire des mémoires. Les vertus heuristiques du concept « régime de mémorialité ».

Karima Dirèche (CR CNRS, UMR TELEMMe), Mémoires de la guerre et de l’indépendance. Ce qu’en disent les slogans de la contestation algérienne

Sophie Gebeil (MCF – AMU, UMR TELEMMe), Historiciser les dispositifs de médiation mémorielle en ligne : entre archives du Web et enquête orale

Houda Kassatly (ethnologue, photographe, Université Saint-Joseph), Les photographes de studio des années 50 : mémoire d’un métier et hommage posthume

Liliane Kfoury (historienne, USJ), L’apport de l’oralité à l’histoire libanaise contemporaine

Falestin Naïli (Ifpo – Amman), L‘histoire orale en Jordanie : potentiels et obstacles

Conclusions, synthèse et perspectives

Kamel Doraï, Directeur du département des études contemporaines de l’Ifpo (CNRS, Ifpo)

 19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction d’Emma Aubin-Boltanski et Rania Stephan : Catherine ou le corps de la passion, film réalisé par Emma Aubin-Boltanski, 2012


28 mai : atelier pédagogique sur les bonnes pratiques pour les usages et le partage des archives numériques

Cet atelier, animé par Fabrice Barth (chargé de mission sur le numérique pédagogique, Espé – Aix-en-Provence) est organisé avec la collaborationdu service de coopération éducative auprès de l’Ambassade de France au Liban. Il s’adresse aux enseignants du secondaire au Liban du réseau AEFE (réseau de l’enseignement français au Liban). A partir d’archives numériques en langue française sur le domaine libanais (archives orales de terrain, archives de l’Institut national de l’audiovisuel, films) utilisables en classe, l’objectif est de favoriser les bonnes pratiques pour leur utilisation dans le cadre de l’enseignement ou plus largement de publications ou de réusages.

Projections et écoutes d’archives

  • Archives sonores de la recherche (Phonothèque de la MMSH)
  • Archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Ina Méditerranée
  • Archives musicales, collection AMAR
  • Films numérisés de Studio Baalbeck, collection UMAM documentation & Research – La contemporaine

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), Inner Mapping de Stéphanie Latte-Abdhallah et Emad Ahmad (2017)

Séminaire Ifpo

Cartographier les villes en guerre

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Lundi 11 mars 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animé par deux intervenantes :

Hanane Yazigi

Hanane Yazigi est géographe, spécialiste en systèmes d’information géographique et en gestion des données. Après avoir travaillé dans le secteur privé en France, elle rejoint le projet de reconstruction du camp de Nahr al-Bared, en tant que responsable SIG et donnée, de 2008 à 2011. Elle travaille pour des projets de collecte, gestion et analyse de données dans la région en free-lance : la cartographie des camps palestiniens au Moyen-Orient pour le projet Infrastructure et amélioration des camps de l’UNRWA, la cartographie et l’analyse des besoins médicaux pour MSF, ou encore des projets de cartographie online. La question de la durabilité dans les systèmes de données est une problématique centrale dans son travail, en particulier dans le contexte des analyses urbaines.

La cartographie comme outil de reconstruction. Le cas de Naher al-bared

En 2007, le camp palestinien de Nahr al-Bared, au Nord du Liban, a été entièrement détruit suite à des combats violents entre l’armée libanaise et le groupe islamiste Fath al-Islam. La reconstruction du camp a été l’occasion d’une cartographie et d’un travail de planification dans lesquels les habitants ont joué un rôle moteur. En revenant sur cet exemple de reconstruction post-conflit, Hanane Yazigi explorera la façon dont la cartographie et le traitement de l’information peuvent jouer un rôle dans les différentes étapes du processus de reconstruction. Dans un second temps, elle proposera un état des lieux des informations et des données disponibles sur les transformations (destructions et reconstructions) des villes syriennes depuis le conflit.

Rouba Kaedbey

Rouba Kaedbey est doctorante en aménagement au laboratoire CITERES – Equipe monde arabe et méditerranée EMAM. Sa thèse porte sur l’accès aux ressources de la ville dans les quartiers informels à travers l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth. Elle mène également une recherche sur le marché locatif informel destiné aux réfugiés syriens dans ces quartiers. Elle a rejoint l’équipe du programme Shakk en Janvier 2019 pour participer à la construction d’une base de donnée permettant l’élaboration d’un Atlas des villes syriennes en guerre.

Projet d’Atlas des villes syriennes en guerre. Les défis de la documentation

L’exploitation des données en ligne est l’un des outils adopté dans la constitution de l’Atlas des villes syriennes en guerre qui s’inscrit dans l’axe 4 du programme Shakk. Après deux mois de recherche documentaire, Rouba Kaedbey présentera les résultats préliminaires de son travail à travers l’exemple d’Alep : la chronologie des événements, la destruction et la dispersion de la population. Elle exposera les défis et posera des questions méthodologiques sur la construction de l’état de l’art de ces sujets.

Exils syriens en Europe

Un dossier de Migrations Société coordonné par Léo Fourn

Le conflit armé qui ravage la Syrie depuis 2011 a entraîné le déplacement de plus de la moitié de la population du pays, dont près de six millions de réfugiés hors de ses frontières. Tandis que la plupart des réfugiés sont précairement installés dans des pays limitrophes, d’autres ont trouvé refuge plus loin de la Syrie, après avoir entrepris de longs et périlleux voyages. Les articles de ce numéro de Migrations Société abordent les exils syriens dans l’espace européen, où près d’un million de Syriens se sont installés depuis 2011. Le premier enjeu de ce dossier est de souligner la diversité des figures de l’exil syrien en Europe.

L’introduction du dossier présente un panorama de l’exil syrien en Europe depuis 2011. L’année 2015 a marqué un tournant souvent qualifié improprement de « crise migratoire », entérinant surtout une crise des politiques d’asile. Après une première phase d’accueil favorable à l’arrivée des réfugiés syriens, surtout en Allemagne, les conditions d’accès et d’asile ont été progressivement restreintes, à l’instar de ce qui s’est produit dans les pays voisins de la Syrie. 

Les articles de ce dossier prennent pour échelle d’analyse les expériences migratoires des réfugiés syriens. Résultats d’enquêtes ethnographiques, ils nous invitent à suivre les parcours d’installation de catégories hétérogènes de réfugiés dans deux pays européens (Allemagne et France). Il s’agit ainsi de mettre en lumière la multiplicité des figures de réfugiés syriens, loin des stéréotypes. Les auteurs prennent en considération les subjectivités en relation avec leur nouvel environnement de vie. Aussi, les émotions relatives à l’exil sont-elles analysées avec soin en ce qu’elles nous informent sur l’évolution des sentiments d’appartenance des individus. Exil lointain, l’expérience migratoire en Europe est marquée par la guerre, la perte et les dépossessions multiples (proches décédés et disparus, lieux de vie détruits, défaite de la révolution, etc.). La nostalgie du pays perdu coexiste avec les perspectives d’installation dans un nouveau pays, le retour étant peu probable à court terme. 

Une problématique centrale qui traverse l’ensemble des contributions du dossier est celle des rapports subjectifs des nouveaux arrivants à l’administration et à la catégorisation afférente au statut de réfugié. Dès leur arrivée en Europe, les relations des réfugiés à l’administration deviennent leur principal souci quotidien. Ils entament alors une «carrière administrative», dont la temporalité est dominée par l’attente. La première étape  de cette carrière est la procédure de demande d’asile. Si les demandes d’asile émanant de Syriens recueillent le taux d’acceptation le plus élevé, avec une moyenne de 80% sur l’ensemble du territoire des États membres de l’Union européenne, la procédure n’en demeure pas moins une épreuve déterminante pour les demandeurs qui doivent attester des persécutions subies. S’y joue la sélection des personnes méritant une protection, selon les critères relatifs à chaque administration nationale en charge de l’asile. Plus généralement, les rapports aux administrations sont fonction des ressources sociales des réfugiés, de leur savoir-faire, d’usages et expériences du droit inégalement réparties. De la rencontre avec les administrations du pays d’installation découle une nouvelle socialisation au droit, et plus largement la construction d’un nouveau rapport à l’État. Loin d’être passifs, les réfugiés tentent de se frayer un chemin dans le «labyrinthe» administratif en contournant et en détournant éventuellement les règles et catégories juridiques. 

En reprenant ces différentes dimensions, les contributions qui composent ce dossier mettent en lumière une diversité d’expériences migratoires, analysées en relation avec d’autres sphères sociales telles que la famille, le travail, les études, ou encore les engagements politiques et associatifs. 

Yahya Al-Abdullah étudie une catégorie de la population syrienne peu connue – bien que particulièrement visible dans l’espace public français -, les Doms, dont il décrit l’installation à Istanbul et à Paris. Menant des modes de vie semi nomades, ces derniers entretenaient en amont de l’exil des rapports distants avec les autorités étatiques syriennes. L’auteur interroge alors la façon dont l’exil va redéfinir leur rapport au droit et aux autorités, tant au niveau professionnel et résidentiel qu’en ce qui concerne la reconnaissance du statut de réfugié. La comparaison entre ces deux espaces urbains fait ressortir des modes d’installation contrastés. Les Doms d’Istanbul et de Paris ont en commun des stratégies résidentielles et économiques relevant du domaine informel. Ils pratiquent la mendicité, dont la visibilité a été source de conflits avec d’autres réfugiés syriens. Toutefois, des divergences apparaissent au niveau de la construction de l’identité sociale des communautés doms. Contrairement à Istanbul, les Doms de Paris revendiquent explicitement leur appartenance communautaire. Par ailleurs, ces derniers ont opéré un certain rapprochement avec les autorités locales, ce qui n’a pas été observé à Istanbul. 

Simon Dubois analyse la façon dont des auteurs, des metteurs en scène et des comédiens syriens exilés à Berlin cherchent à se positionner dans le champ artistique en adoptant ou en refusant la catégorisation d’« artiste réfugié ». Il illustre alors la capacité de ces derniers à se saisir d’une catégorisation pouvant être perçue comme stigmatisante au profit de leurs stratégies de reconnaissance professionnelle. L’installation à Berlin leur permet ainsi de développer un espace de production artistique transnational. Pour d’autres, bénéficiant déjà d’une certaine reconnaissance internationale, l’exil berlinois vient conforter leur position. Le déplacement géographique apparaît dès lors lié au parcours professionnel. Par conséquent, l’exil berlinois devient le lieu d’une restructuration en profondeur du champ du théâtre syrien, désormais fondé sur de nouvelles sources de légitimité. 

Léo Fourn étudie les mobilisations à distance en faveur de la révolution syrienne qui se sont produites en France, et ce à partir d’une comparaison entre deux groupes ou « générations » : celle des Syriens installés en France avant 2011, et celle des Syriens arrivés en France après avoir participé à la révolution à partir de 2011. Il interroge alors la façon dont les temporalités d’exil influencent le sentiment d’appartenance nationale et les modes d’engagement à distance, pour en conclure que les exilés de la première génération, bien que théoriquement plus distants de la Syrie, se mobilisent davantage que les réfugiés récemment arrivés. Au-delà de la disparité des modes de mobilisation, il met en lumière la rencontre entre ces deux générations et les multiples interactions qui se développent alors, entre solidarités et mésententes. 

Les perceptions de la catégorisation relative au statut de réfugié sont au centre de la contribution de Julie Sasia qui s’intéresse à un groupe d’étudiants syriens récemment arrivés en France. Elle analyse les rapports ambigus que ces étudiants nourrissent à l’égard de cette catégorisation, entre rejet et acception. Le fait d’être étudiant permet de se distinguer de la figure du réfugié perçue comme stigmatisante. Contraints à demander l’asile, les étudiants tentent de « relativiser l’institution » et opèrent des formes de réappropriation de la catégorisation juridico-administrative, pour tenter d’atténuer la violence de l’assignation identitaire qui lui est inhérente. 

Dans un entretien réalisé par Vincent Geisser, Marie Peltier, une intellectuelle engagée et reconnue pour la qualité de son analyse sur la situation en Syrie, revient sur la trajectoire du père Paolo Dall’Oglio, ardent défenseur du dialogue avec l’islam et les musulmans et soutien indéfectible aux révolutionnaires syriens jusqu’à son enlèvement en 2013. Plus globalement, Marie Peltier nous livre son analyse sur le débat contradictoire auquel nous assistons actuellement en Europe sur la question de l’accueil des exilés syriens. Selon elle, leur expérience de la lutte démocratique et leur parole politique sur l’émancipation gagneraient à être partagées avec les citoyens européens. 

Enfin, dans un entretien mené par Josselin Dravigny, Salam Kawakibi, un chercheur d’origine syrienne qui milite pour la transition démocratique en Syrie, revient tout d’abord sur le processus de politisation et les logiques d’action de mobilisation à distance des exilés syriens présents en Europe. Après avoir analysé l’accueil des réfugiés syriens dans les pays européens depuis le déclenchement de la révolte en 2011, il envisage les perspectives de retour dans un futur proche à la lumière du contexte actuel en Syrie. 

Cette présentation du dossier a été rédigée par Léo fourn

Texte mis en forme et mis en ligne par Olivia SILVIN.

Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

LUNDI 4 février 9H-13H, SALLE13 (105 BD RASPAIL, EHESS)

Cette séance sera animée par deux intervenants:

 Simon Dubois (IREMAM) : « Le théâtre syrien dans l’exil »

Léo Fourn : « La révolution à distance : exils, engagements et témoignages d’activistes syriens en France et au Liban »

Simon Dubois est doctorant. Sa thèse porte sur le champ artistique syrien depuis le début de la révolution en 2011. Il propose une sociologie des artistes et étudie les reconfigurations des relations artistiques dans l’exil.

Léo Fourn prépare également une thèse sur la question de la révolution à distance à partir des trajectoires d’exils et d’engagements d’activistes syriens en France et au Liban. Il a coordonné le dernier numéro de Migrations & Société consacré aux exils syriens en Europe.