APPEL A CANDIDATURE

ECOLE THÉMATIQUE DU CNRS 2024

SCIENCES SOCIALES ET TERRAINS À HAUT RISQUE

EN SYRIE ET AU MOYEN-ORIENT

26 mai – 1er juin 2024

Centre Paul Langevin du CNRS AUSSOIS

Cette école thématique a pour objectif de proposer une formation pluridisciplinaire aux enjeux méthodologiques, théoriques et éthiques propres aux terrains à haut risque en sciences sociales. Partant du cas de la Syrie avec une volonté d’étendre notre réflexion au Moyen-Orient (Irak, Liban, Palestine, Yémen),nous souhaitons aborder les quatre grandes thématiques suivantes :

I-Travailler sur la violence extrême : enquêter et écrire. 

II-Éthique de la recherche en sciences sociales.

III-Archives en exil :  collecte, traitement, stockage et régime de communicabilité.

IV-Récits des autres versus récits de soi.

Nous réfléchirons donc collectivement à la violence sur laquelle certains travaillent en particulier et qui, plus généralement, accompagne nos recherches, en questionnant les façons dont elle peut être réactivée au cours de nos enquêtes (sur place ou à distance) ou dans l’écriture. Il s’agira aussi d’en cerner les formes et les enjeux pour notamment, mieux en désamorcer les effets. Cette problématique rejoint celle de l’éthique de la recherche en sciences sociales sur un terrain en guerre, contraint ou empêché où nos interlocuteurs et, dans une moindre mesure, nous-mêmes, pouvons être exposés à des risques importants. Nous aborderons également les modalités de collecte et de traitement de corpus d’archives durant les périodes de conflits, d’instabilité ou encore d’autoritarisme. Nous sommes enfin particulièrement intéressés par les aspects méthodologiques et théoriques de la constitution de données à partir des récits des autres et des récits de soi issus des expériences personnelles du chercheur ayant souvent une relation intime avec le terrain. Nous serons amenés à réfléchir aux manières dont l’objectivation scientifique et l’expérience intime se nourrissent et rentrent parfois en conflit.

Les matinées seront consacrées aux grands cours, chacun donné par un intervenant spécialiste de la question traitée. Les après-midis s’organiseront autour d’ateliers qui reprendront en partie les thématiques des grands cours appliquées aux objets de recherches des participants. En soirée, des activités culturelles et artistiques viendront faire écho autrement aux réflexions menées dans la journée.

Nous réservons également des temps libres qui permettront des échanges informels entre participants.

Grâce à la formation collective, participative et partagée, cette école thématique espère contribuer à mieux saisir les enjeux de la reconfiguration profonde des recherches en sciences sociales en contexte de conflit pour mieux l’accompagner. Pour cela, il s’agira de penser collectivement nos objets de recherches, réfléchir à nos méthodes, identifier les enjeux éthiques, sociaux et politiques de nos travaux et nous former ensemble à une meilleure compréhension de ces derniers ; l’objectif étant aussi de mutualiser nos expériences et nos questionnements.

Modalités de candidature

Sont invités à participer à cette école thématique chercheurs, post doctorants et doctorants. Pour ce faire, merci d’envoyer un mail à et2024terrainarrisque@gmail.com avant le 4 mars 2024 en précisant statut et affiliation. Sur une page, vous présenterez également votre sujet de recherche ainsi que vos attentes par rapport à l’école thématique. Merci de joindre un court CV (2 pages maximum).

Les candidats retenus s’engagent à rester durant toute la période de l’école thématique avec une arrivée le dimanche 26 mai soir et un départ au plus tôt le vendredi 31 mai. Tous les frais de séjour (hébergement et repas) et de transports sont pris en charge par l’école thématique.

Les candidatures retenues seront notifiées avant le 20 mars.

 

 

Colloque international

  

Lieu : Ifpo Beyrouth

Dates : 25-27 janvier 2023

L’histoire et la mémoire à l’épreuve de la révolte et de la guerre en Syrie

Appel à communication

(English below)

Date limite de soumission des propositions de communication : 10 novembre 2022

Depuis 1970, la domination du clan Assad sur la Syrie se manifeste par son monopole sur l’appareil d’état et les ressources économiques ainsi que par le contrôle étroit de toute la société et des discours qui s’y déploient. L’histoire ancienne, moderne et contemporaine est l’objet d’une ingénierie politique visant à imposer une vision monolithique et falsificatrice du passé et de la mémoire. La révolution de 2011, outre les bouleversements politiques et sociaux qu’elle engendre dès son déclenchement, provoque une rupture radicale avec l’ordre narratif et sémantique imposé jusqu’alors. De multiples formes de prise de parole et d’écriture dans la rue, dans l’espace numérique ou au sein des mondes de la production culturelle redéfinissent les contours de nouvelles consciences de soi et de rapports au monde, en Syrie puis dans l’exil. La révolution ouvre alors des possibilités de réappropriations et de relectures multiples du passé, du roman national et des histoires locales, tout en étant elle-même au cœur d’une intense bataille narrative et mémorielle.

Ce colloque propose de réunir anthropologues, politistes, sociologues et historiens dans une réflexion commune sur ces actes de « mise en récit » de soi, de sa famille, de sa localité, de la révolution, de la guerre mais aussi des événements proches et plus lointains dans le temps, rendus possibles par le basculement de 2011. Les intervenants sont invités à mettre au jour la permanence de ces modes narratifs, leurs transformations et leurs reconfigurations depuis 2011. Nous souhaitons explorer trois axes de réflexion tout en questionnant le rapport renouvelé des chercheuses et chercheurs à leurs sources et à leurs méthodes.

  1. Dompter le passé pour discipliner le présent : trames historiques officielles et historicisation de l’espace national

La mise en place d’un récit historique diffusé et canonisé dans l’espace public syrien est à la fois le fruit d’interventions de la part du régime et d’une longue sédimentation liée à l’établissement des structures de l’État-nation syrien. En révélant, en mettant l’accent ou en occultant faits, lieux et personnages perçus comme majeurs ou mineurs, ce dispositif façonne les discours autorisés, et contribue à construire des espaces physiques, sociaux et économiques. L’adhésion sincère ou de façade à ce roman a constitué l’un des socles politiques du régime. Ainsi, une attention particulière sera portée au déni, à l’effacement ou encore à la distorsion de certains faits historiques, sociaux et religieux et au sens qu’une interprétation critique voire dissidente pourrait leur donner. Il s’agira donc de se demander dans quelle mesure ces récits imposés, omniprésents dans l’espace public et dans le quotidien, ont pu susciter des manifestations explicites ou allusives de contestation avant et après 2011.

  1. La révolution de 2011 : quand l’histoire fait écho 

Alors que la révolution s’impose comme un moment révélateur de reconfiguration des récits historiques et d’inventions de formes de prise de parole, on s’interrogera sur les modalités de contestation du discours historique officiel depuis 2011 mais aussi sur la réappropriation et la réactualisation de l’histoire et de la mémoire. Quels référents historiques officiels font l’objet de désaveu, de railleries et de détournements ? Mais aussi, comment dans l’élaboration de ces nouveaux récits sont mobilisés ou invoqués des figures, des épisodes, des référents historiques anciens ou nouveaux et des événement oubliés ou occultés ?  La tendance au retour sur des histoires et des figures du cru que l’on peut observer depuis 2011 dans différents espaces syriens nécessite également une réflexion sur les enjeux politiques et historiographiques des localismes et régionalismes émergents. La réflexion portera enfin sur les manières dont le moment révolutionnaire entre en résonance avec d’autres moments de l’histoire syrienne. Comment les acteurs de la révolte et leurs rivaux s’ingénient à construire des parallèles avec les révoltes du passé ou à les battre en brèche ?

  1.  Formes et enjeux de la réappropriation des récits et des mémoires

La révolution puis le conflit en Syrie ont donné lieu à une somme considérable de traces et de documents produits par les acteurs eux-mêmes. Dès les premières manifestations, l’acte de témoignage et le souci de l’établissement des faits étaient au cœur des préoccupations d’un grand nombre de celles et ceux qui y prirent part. Le réinvestissement de l’espace public quand c’était possible, l’occupation de nouveaux espaces notamment dans les sphères numériques, artistiques, culturelles et militantes, ont engendré une production massive et disséminée de récits que nous chercherons à examiner. Quelles en sont les formes, les enjeux et les modalités de diffusion/réception ? Comment évoluent-ils dans le temps et dans l’exil ? Dans quelle mesure peuvent-ils contribuer aujourd’hui à faire autorité et à « faire histoire » dans un contexte de supposée « sortie de guerre » propice aux tentatives de réhabilitation du régime et d’effacement de ses crimes ?

Les propositions de communication (titre et résumé de 500 mots en français ou en anglais) sont attendues pour le 10 novembre 2022 et devront être envoyées au comité scientifique du colloque :

Les notifications seront envoyées aux auteurs avant le 25 novembre 2022.

Les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge par l’organisation du colloque pour les intervenants.

International Symposium

  • Location: Ifpo-Beirut, Lebanon
  • Dates: January 25-27, 2023

History and memory through the test of revolt and war in Syria 

Call for proposals

Deadline for submission of abstracts: November 10th, 2022.

Since 1970, the domination of the Assad family on Syria isn’t limited by its total monopoly on the state apparatus and its economic resources, but extends to the rigid control of the entire Syrian society and all of communication within it. Ancient, modern and contemporary history are all part of a political engineering scheme, with the aim of imposing a monolithic and falsified vision of the past and its memory. The 2011 revolution not only provoked political and social upheaval, but also created a radical rupture with the traditional discourse and semantic rules that had been imposed tillthen. Multiple methods of expression and writing, in the streets, in digital sphere or within the spaces of cultural production reshaped the new norms of self-consciousness and gave a new way of defining their relationship to the world, in Syria and later, in exile. The revolution opened new possibilities to reappropriate and redefine the past in multiple ways, ranging from national to local history, whilst being itself in the heart of an intense narrative and memorial battle.

This symposium aims to bring together anthropologists, political scientists, sociologists and historians to conduct acommon discussion on these acts of “storytelling” of oneself, one’s family, one’s hometown, the revolution and the warwhilst also examining events that took place recently, as well as further in time, made possible by the 2011 upheaval. The speakers are encouraged to shed light on the permanence of these narratives, their transformation and their reconfiguration since 2011. We wish to explore three thematics within our reflection, whilst also questioning the renewed relationship between researchers and their sources and methods.

  1. Taming the past to discipline the present: official historic discourse and its role in the national space

The longstanding historical narrative that is fixed in the Syrian public space is simultaneously due to the continued interventions from the Assad regime as well as a general inertia linked to the Syrian nation-state structural establishment. By revealing, emphasising or hiding facts, places or actors perceived as major or minor, this is the method that shapesauthorised discourse, and contributes to build physical, social and economic spaces. The people’s adhesion, whether by sincerity or façade, to this framework is one of the regime’s supporting pillars. For this reason, particular attention shall be brought to the concept of denial, deletion or distortion of particular historical, social or religious facts, and the semantic value that a critical analysis of these facts could bring. Therefore it will be critical to question to what extent these forced narratives, omnipresent in the public space and daily lives of ordinary citizens, could have contributed to the protests, either explicitor implicit, before and after 2011.

  1. The 2011 revolution: when history echoes

Whilst the revolution imposes itself as a telling moment of the rewriting of historical narratives and of the invention frameworks to express oneself, we shall examine the methods used since 2011 to contest the official historical narrative, whilst also focusing on the reappropriation and reactualisation of history and common memory. Which historical references are subject to distortion and reappropriation? But also, how in the context of the redaction of these new narratives are figures, episodes, historical, ancient or new events forgotten or deleted? The tendency to bring up key pivotal stories and figures since 2011 in different Syrian spaces also merits a reflection on the political and historiographic challenges of emerging localisms and regionalisms. The reflection will also focus on the ways that the revolutionary event comes into line with other events in Syrian history. How are the protagonists of the revolution and rivals working on building symmetries between past revolts or destroying them?

  1. Forms and challenges of reappropriating narratives and memories

The revolution and the subsequent conflict in Syria created a great number of documents and traces produced by the protagonists themselves. Since the very first demonstrations, the act of testimony and the worry of establishing facts was at the heart of the preoccupations of a great number of those who took part in them. The occupation of public spaces when possible, the occupation of new spaces notably in digital spheres, artistic, cultural and militant, lead to mass production of scattered narratives that will be looking to examine. What are their forms, roles, and how are they disseminated and received ? How do they evolve through time and exile ? To what extent can they contribute today to write history in a “post-war” context, adequate to the regime’s rehabilitation attempts, and deletion of its crimes.

Communication proposals (title and summary of 500 words in French or English) are expected by the 10th of November 2022 and should be sent to the scientific committee of the symposium:

Notifications will be sent to authors before the 25th of November 2022.

Travel and accommodation costs will be covered by the organisers of the Symposium for the speakers.

Séminaire : Les mots de la révolution et de la guerre en Syrie

Séminaires collectifs de recherche EHESS UE750

Ciquer ici pour vous inscrire et assister au séminaire

Présentation

Ce séminaire mis en place en 2020-2021 vise à conduire une réflexion collective – impliquant chercheurs et étudiants – sur les mots de la révolution et de la guerre en Syrie. Il est étroitement lié au Lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie.  Slogans, chants, banderoles, graffitis, pancartes : la révolution syrienne de mars 2011 a été un moment de prise de parole inédit et de reconquête graphique de l’espace public. Des mots écrits et scandés, parfois hurlés et chantés ont en quelque sorte cristallisé des souffrances, des espérances, des déceptions et des indignations. Le Lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie vise à documenter cette dynamique linguistique qui se poursuit depuis lors. Il s’agit d’identifier des mots, de tracer leur évolution sémantique et, à terme, de faire émerger des concepts et/ou des catégories permettant de rendre compte d’une réalité socio-politique éminemment complexe, et ce en étant attentifs aux points de vue et aux usages émiques. Ces mots, souvent chargés de connotations sociales, politiques, religieuses et psychiques, changent parfois de sens en fonction des locuteurs, de leurs appartenances et de leur positionnement politique, mais aussi en fonction des moments et des lieux. Ils constituent également un terrain de subversion et de récupération. C’est toute cette diversité de formes et d’usages que le Lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie souhaite donner à lire avec une attention particulière à la collecte, la citabilité et la préservation des sources numériques.

L’année 2022-2023 sera consacrée à la présentation d’entrées par leurs auteurs, à la poursuite d’une réflexion méthodologique sur les outils d’analyse de textes et de vidéos, ainsi que sur la constitution de corpus d’archives numériques et matérielles.

Séminaire organisé par

  • Charlotte al-Khalili (C.M.D.Al-Khalili[at]sussex[point]ac[point]uk)
  • Nisrine al-Zahre (nisrine.alzahre[at]gmail[point]com)
  • Emma Aubin-Boltanski (emma.aubin-boltanski[at]ehess[point]fr)
  • Boris James (borixjames[at]gmail[point]com)
  • Jean-Christophe Peyssard (jean-christophe.peyssard[at]univ-amu[point]fr)

Séances

– 7 octobre 2022

  1. “Présentation générale du séminaire” 
  2. Mehdi Sakatni, historien, GIS Moyen-Orient Mondes Musulmans : “Les mobilisations tribales dans la révolte et la guerre en Syrie : une perspective historique”.

– 21 octobre 2022

  1. Benjamin Geer, linguiste et développeur de logiciels, Zendesk : “Comprendre le langage politique dans le monde arabe : initiation à la sémantique cognitive”.
  2. Rana al-Diab, doctorante en sciences politiques, EHESS :  “Analyser le complot Bandar b. Sultan au prisme de la théorie de Judith Butler sur le pouvoir des mots”.

– 18 novembre 2022

  1. Chiara Calabrese, politologue, EHESS/ Agaur à l’Université Rovira i Virgili de Tarragona, Barcelone (Espagne) : “Nommer la guerre en Syrie et qualifier ses acteurs. Le point de vue des combattants du Hezbollah”
  2. Karam Karam, politologue, Regional Advisor on Governance, ESCWA  (Liban) : “A propos de la notion de “Mujtama’ al-madânî” (titre provisoire).

– 2 décembre 2022

  1. Cécile Boëx, politologue, EHESS :A propos de la notion de témoin / de preuve en art et en droit (titre provisoire)”.
  2. Mohammad Al-Attar,  dramaturge : “A propos de la notion de témoin / de preuve en art & en droit (titre provisoire)”.

– 16 décembre 2022

  1. Paulo Pinto, anthropologue, Université Federal Fluminense (Brésil) : “Rêves d´Alep: L´Univers Onirique des Dévots d´un Saint Sufi d´Alep dans le Contexte de la Guerre et du Exil”
  2. Andreas Bandak (Univ. Copenhague) (titre à venir)

– 20 janvier 2023

  1. Laura Ruiz de Elvira, politologue, IRD et Matthieu Rey, historien, Ifpo :  “Des mots pour dire l’engagement dans la révolution: iltizâm, inkhirât, shughl” (titre provisoire).
  2. Stefan Tarnowski, anthropologue, Université de Cambridge (Royaume-Uni) :  “The use of Dignity. The Right to the Image, the Syrian Revolution, and the Career of a Concept”.

– 3 février 2023

  1. Magdalena Suerbaum, anthropologue, Max Planck Institute for the Study of Religion and Ethnic Diversity, Gottingen (Allemagne),Syrian masculinity in exile” (titre provisoire)
  2. Nisrin Habib, politologue, Women Now for Development, “A propos de la notion de women empowerment” (titre provisoire). 

– 24 février 2023

  1. Omar al-Ghazzi, sciences de la communication et des médias, LSE (Royaume-Uni) :  Présentation du dossier “Keywords in contemporary Media, Culture and Politics: Syria”, à paraître dans le Middle East Journal of Culture and Communication (automne 2022). 

Razan Ghazzawi, sociologue,  EUME, Berlin (Allemagne) :  “The ‘Un-revolutionary’ Figure: Pedagogies of ‘Ramadyeen’ Protests in the Syrian Uprising”.

Ciquer ici pour vous inscrire et assister au séminaire

Offre de stage en communication scientifique : Lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie

Appel à candidature pour un stage d’assistant·e de rédaction au sein du programme de recherche financé par l’ANR « SHAKK. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

Au cours de ce stage de 6 mois, la/le stagiaire sera intégré·e au sein du comité de rédaction du Lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie . Elle/il  participera aux activités du comité de rédaction et sera initié·e à l’édition électronique, la gestion de la chaîne éditoriale numérique avec la plateforme PubPub, les problématiques et techniques de l’archivage du Web avec l’outil Conifer et la gestion de bibliographies avec Zotero.

Missions

  • Participer à l’animation du comité de rédaction du Lexique,
  • Accompagner le travail de mise en ligne des nouveaux articles du Lexique (plateforme PubPub),
  • Participer à l’archivage de pages Web avec l’outil Conifer,
  • Participer à l’alimentation des bibliographies avec l’outil Zotero.

Prérequis et compétences

  • Être incrit·e en Master 1 ou Master 2 en sciences humaines et sociales,
  • Maîtrise de la langue arabe niveau C1
  • Avoir un fort intérêt et une bonne connaissance de la Syrie contemporaine,
  • Capacité à traiter et à assimiler la documentation en langue arabe, anglaise et française,
  • Capacité de synthèse,
  • Bonnes qualités rédactionnelles en français,
  • Capacité à travailler en équipe.

Contexte

Créé dans le cadre du programme ANR Shakk, le Lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie est un projet d’édition électronique et de documentation de la dynamique linguistique née du conflit syrien. Chants, banderoles, graffitis, pancartes : la révolution syrienne de mars 2011 a été un moment de prise de parole inédit et de reconquête graphique de l’espace public. Il s’agit d’identifier des mots, de tracer leur évolution sémantique et, à terme, de faire émerger des concepts et/ou des catégories permettant de rendre compte d’une réalité socio-politique éminemment complexe, et ce en étant attentifs aux points de vue et aux usages émiques : https://syria-lexicon.pubpub.org

Le comité de rédaction du Lexique réunit des chercheurs, chercheuses et ingénieur·es spécialistes de la Syrie et des humanités numériques.

Date limite de dépôt de candidature : 15 septembre 2022.

Début de stage : 1er novembre 2022.

Durée du stage : 5 ou 6 mois.

Indemnité de stage : en conformité avec la réglementation française (600,60 €/mois).

Lieu du stage : Campus Condorcet (Aubervilliers) en relation étroite avec les membres de l’équipe situés également à la MMSH (Aix-en-Provence), à l’Université de Montpellier, à l’Institut du Monde Arabe (Paris) et au CéSor (Aubervilliers).

CV et lettre de motivation sont à envoyer à Emma Aubin-Boltanski (emma.aubin-boltanski@ehess.fr) et Jean-Christophe Peyssard (jean-christophe.peyssard@univ-amu.fr)

École d’été

ÉCOLE D’ÉTÉ

19 au 25 juin 2022 

Au Centre Paul Langevin à Aussois

La Syrie au prisme des sciences sociales après 2011

Organisée autour de séminaires, d’ateliers de recherche et d’expression (écrite et orale) ainsi que de conférences, cette école d’été réunira durant une semaine 34 chercheurs et étudiants afin de réfléchir de manière collective aux nouvelles questions, enjeux et méthodes de la recherche en sciences humaines et sociales sur la Syrie et ses espaces de prolongement dans l’exil. Conçue comme un temps de transmission des savoirs, d’accompagnement à la recherche et d’échanges, l’objectif est également de renforcer les liens entre chercheurs de différentes générations, disciplines et pays.

Se tiendront 5 ateliers thématiques, une journée d’atelier d’expression écrite ou orale, 3 conférences, une projection discussion et des rencontres personnalisées avec des membres de l’équipe encadrante.

Séminaire Ifpo (DEC) et SHAKK

vendredi 3 décembre 2021

14h-16h (Beirut Time)

Ifpo-Beyrouth

salle Fairuz

Couvrir la guerre à distance : l’évolution des pratiques journalistiques dans le cas du bureau de Beyrouth de l’Agence France Presse

 

Maena Berger (doctorante, Ehess-Ifpo)

Dans le cadre d’une thèse portant sur les transformations contemporaines du travail journalistique en temps de guerre, cette présentation vise à dresser un premier état des lieux d’une enquête en cours qui porte sur la production de l’information sur la Syrie par le bureau de Beyrouth de l’Agence France Presse (AFP).

            En 2021, cette « couverture médiatique » s’effectue à travers un large réseau de journalistes pigistes syriens présents dans les zones non contrôlées par le régime. Pourtant, au début des premiers mouvements révolutionnaires en mars 2011, l’agence de presse ne disposait d’aucun correspondant sur place, à l’exception des journalistes du bureau de Damas, qui ne pouvaient produire qu’une information extrêmement limitée et restreinte à la capitale syrienne. S’ajoute à cela la dangerosité, puis l’impossibilité de se rendre sur d’autres terrains.

            Cette présentation propose d’interroger la manière dont ces conditions sont venues bousculer les pratiques journalistiques ordinaires, comment l’équipe de Beyrouth a cherché à trouver des sources fiables, puis à les former pour en faire des producteurs professionnels de l’information. Quelles ressources organisationnelles et individuelles ont-elles été mobilisées pour construire et intégrer ce réseau au sein de l’AFP ? Sur quels critères les pigistes ont-ils été recrutés et comment ont-ils été formés ? Les premières observations et les entretiens semi-directifs réalisés au sein du bureau de Beyrouth de l’AFP, permettent d’apporter des pistes de réflexions et surtout d’éclairer ce processus de mise en œuvre d’un réseau, de ses implications professionnelles, à la fois pour l’agence transnationale et pour ces journalistes pigistes.

discutants: Anna Poujeau (Ifpo-CNRS) et Matthieu Rey (Ifpo-MEAE)

Stage SHAKK à l’Institut français du Proche-Orient

Appel à candidature

Offre de stage de 6 mois à l’Ifpo Département des études contemporaines

Beyrouth-Liban.

Appel à candidature pour un stage d’assistant.e de recherche au sein du programme de recherche financé par l’ANR « SHAKK. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

Profil requis

. Être incrit.e en Master 1 ou Master 2 en sciences humaines et sociales. 

. Être arabisant, francophone ou anglophone. 

. Avoir un fort intérêt pour la Syrie contemporaine, les relations internationales, la science politique et le droit international. 

Mission principale 

. L’assistant.e de recherche aura pour tâche de réaliser sous la supervision de la directrice de stage une recherche documentaire sur les résolutions internationales principalement politiques et juridiques concernant le conflit syrien depuis 2011 jusqu’à nos jours et de les constituer en fond documentaire structuré afin de réaliser une chronologie analytique  la plus exhaustive possible des résolutions prises au niveau international (principalement par les Nations Unis), par certains pays étrangers (France, Allemagne, Pays-Bas, États-Unis) ainsi que les autorités syriennes pour certains sujets à préciser (droit à la propriété, gestion des exilés et de leur éventuel retour, etc.). 

. L’assistant.e de recherche aura également pour tâche de produire en collaboration avec la directrice de stage un état de l’art sur la question. 

. Pendant la durée du stage la ou le candidat.e retenu.e sera formé.e aux problématiques et enjeux liés au programme de recherche SHAKK. 

Missions secondaires

. Participer à la vie scientifique du programme de recherche et de l’UMIFRE (séminaires, journées d’étude).  Participer à la rédaction du Carnet de recherche du programme.  

Compétences

. Bonne connaissance de la Syrie contemporaine.

. Capacité à traiter et à assimiler la documentation en langue arabe, anglaise et française.

. Capacité de synthèse.

. Les qualités rédactionnelles en français et/ou en anglais peuvent être imparfaites.

. Capacité à travailler en équipe.

. Date limite de dépôt de candidature : 20 octobre 2021.

. Début de stage : 1er décembre 2021.

. Durée du stage : 6 mois.

. Indemnité de stage : en conformité avec la réglementation française (600,60 €/mois).

. Lieu : Institut français du Proche Orient (USR 3135/UMIFRE 6), Beyrouth -Liban, (en présentiel).

Début du stage : 1er décembre 2021.

CV et lettre de motivation sont à envoyer à Anna Poujeau et Matthieu Rey

 

Internship SHAKK at Ifpo

Call for applications

 

Internship offer for 6 months at the French Institute of the Near East, Department of Contemporary Studies, Beirut-Lebanon.

 

Call for applications for an internship as an assistant researcher in the ANR funded research program “SHAKK. From revolt to War in Syria. Conflicts, displacements, uncertainties“. 

Required profile

. Be enrolled in a Master 1 or Master 2 in humanities and social sciences.

. Be fluent in Arabic, French and English.

. Have a strong interest in contemporary Syria, international relations, political sciences and international law.

Main mission

. Under the supervision of the internship director, the research assistant will have to carry out documentary research on international resolutions, mainly political and legal, concerning the Syrian conflict from 2011 to the present day, and to build up a structured documentary background in order to produce the most exhaustive time line possible of political and legal resolutions taken at the international level (mainly by the United Nations), by some foreign countries (France, Germany, the Netherlands, the United States) as well as by the Syrian authorities concerning certain subjects (property rights, management of exiles and their eventual return, etc.).

. The research assistant will also have the task of producing, in collaboration with the internship director, a state of the art on the issue.

. During the internship, the successful candidate will be trained on the issues and challenges related to the SHAKK research program.

Secondary missions

. Participate in the scientific life of the research program (research seminars, workshops).

. Participate in the writing of the program’s Research Blog.

Skills

. Good knowledge of contemporary Syria.

. Ability to process and assimilate documentation in Arabic, English and French.

. Ability to synthesize.

. Writing skills in French and/or English may be imperfect.

. Ability to work in a team.

Dates

. Application deadline: October 20, 2021.

. Internship start date: December 1, 2021.

Requirements

. Duration of the internship: 6 months.

. Internship allowance: in accordance with French regulations (600,60 €/month).

. Location: French Institute of the Near East (USR 3135/UMIFRE 6), Beirut- Lebanon, (presential).

Start of the internship: December 1st, 2021.

 CV and cover letter should be sent to Anna Poujeau & Matthieu Rey 

The 10th year of the Syrian Revolution

4 webinars on important issues of the Syrian revolution by researchers and activists from Syria and MENA region
with Zaina Erhaim, Yasmin Fedda, Wafa Mustafa, Imad Amer, Jalal al-Husseini, Yahya Hakoum and Assaad al-Achi

Ten years ago, in the wake of the Arab Spring, the Syrian Revolution began. Syrian men and women of all ages and all social and religious backgrounds took to the streets of their country’s cities and villages to demonstrate and demand freedom and dignity. The history of the Syrian Revolution began with a collective and courageous political gesture. The voices of those who had been silent for 40 years for fear of repression were heard.

 Bashar al-Assad and his regime have used every possible means to silence dissenting voices: live fire on demonstrators, snipers, arbitrary arrests and detentions, enforced disappearances, torture, rape, assassinations, massacres. Bombings, the siege of villages and towns, chemical weapons, barrels of explosives dropped on homes from helicopters, forced displacements, etc. threw millions of Syrians on the roads of exile.

The UNHCR counts about 6.6 million internally displaced people in Syria, 5.5 million refugees in neighbouring countries and 1 million in the rest of the world. Syrians are the largest refugee population in the world. The war has probably claimed more than 700,000 lives. There are about 100,000 missing persons, mostly in Syrian jails, but also in the hands of jihadist and Islamist factions. The Syrian regime, as well as HTS (formerly al-nosra) which controls the Idleb region, have not stopped arbitrary arrests and detentions.

Despite the ten years that have passed since the beginning of the Syrian Revolution, many Syrians continue their activism from their place of exile. 2021 marks an anniversary that they are seizing on in different ways to both commemorate the initial political gesture, the desire for freedom that the demonstrators proclaimed together across the country, and also to remind that their struggle continues and that the spirit of the Syrian Revolution is still present among them.

Through a series of 4 webinars on important issues of the Syrian revolution, researchers and activists from Syria and MENA region will present their work :

Monday 17th May                                   

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Women’s roles and experiences in the revolution and war

Registration

‘Syrian women revolt against every authority!’
Poster courtesy of The Syrian People Know Their Way collective.

 

Speaker.  Zaina Erhaim is an award winning journalist and feminist, working as gender and communications consultant for different international organizations in MENA region, she also writes for different outlet such as NewLines magazine, Open Democracy and others.

Zaina has an MA in International Journalism from City University of London and BA in media from Damascus University. She contributed to three books related to women, journalism, and war, and made two series of short films highlighting the women’s perspective of the Syrian conflict. 

Discussants : Charlotte al-Khalili (UCL, Anthropology) and Anna Poujeau (Ifpo-CNRS). 


Tuesday 18th May                                           

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Enforced disappearances

Registration  

Speaker.  Yasmin Fedda is an award winning filmmaker and artist. She will present her film Ayouni

Noura and Machi search for answers about their loved ones – Bassel Safadi and Paolo Dall’Oglio, who are among the over 100,000 forcibly disappeared in Syria. Faced with the limbo of an overwhelming absence of information, hope is the only thing they have to hold on to. ‘Ayouni’ is a deeply resonant Arabic term ofendearment – meaning ‘my eyes’ and understood as ‘my love’. Filmed over 6 years and across multiple countries in search of answers, Ayouni is an attempt to give numbers faces, to give silence a voice, and to make the invisible undeniably visible.

Trailer  (with subtitles), a vimeo limited link to watch the film will be sent to everyone who register.

Discussant. Wafa Mustafa is an activist, a journalist, and a survivor from detention. She comes from Masyaf, a city in the Hama Governorate, western Syria. She left the country on 9 July  2013, exactly a week after her father was forcibly disappeared by the regime in Damascus. She moved to Turkey and began reporting on Syria for various media outlets. In 2016, she moved to Germany and continued her interrupted studies in Berlin where she studied Arts and Aesthetics at Bard College and graduated in Spring 2020. Like many of other families, Wafa doesn’t know what has happened to her father, Ali Mustafa. He was arrested once before in August 2011 due to his humanitarian efforts to help internally displaced people fleeing from Hama city to Masyaf. In her advocacy, Wafa Mustafa covers the impact of detention on young girls and women and families.

Wafa Mustafa stands outside the Koblenz Court (Germany) with the portrays of her father Ali Mustafa and others men, women and children forcibly disappeared during the first criminal trial worldwide on state torture in Syria (April 2020).

 

Moderators. Cécile Boëx (CéSor, Ehess) and Anna Poujeau (Ifpo, CNRS).


Wednesday 19th May                              

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

 MAGYC & SHAKK   

Trajectories, settlements and narratives of Syrian refugees in Lebanon and Jordan  

Registration 

Syrian children back from school in the Zaatari Refugee camp in Jordan. (Photo: Kamel Doraï)

Speaker. Imad Amer (Ifpo, Magyc)

Discussant.  Jalal al-Husseini (Ifpo, Magyc) 

Syrian Refugees in Lebanon: The Politics of No Policies

The lack of clarity and consistency on behalf of the Lebanese authority’s politics towards the Syrian refugees has left question and concerns in this regard unresolved to date.  Indeed, the absence of one or more specific institutional references, the variety of influential actors and decision makers, as well as the glaring absence of national public policies from the central government directing local authorities’ responses have created a highly complex legal and political landscape.  

Yet, despite the variety of actors involved, including but not restricted to, informal local bodies such as sectarian groups, political parties, Non-governmental organizations and international entities, the central government has nonetheless retained a degree of control on few specific aspects vis a vis this file. As such, education, security, and major international funding and response remained exclusive to and under the mandate of the Government and its associated relevant ministries.  Arguably, the Government has also capitalized on the Syrian refugees crisis as a means to amass international funds while simultaneously lagging behind on granting refugees their basic human rights. 

In this meeting, we will discuss the policies of the Lebanese state through the laws issued by the Parliament, resolutions and decrees issued by the central government and relevant ministries, their impact and their implementation. The presentation will also explain the role of various municipalities and their interaction with such policies, and the role of security institutions in the response to the refugee crisis. 

Moderators. Kamel Doraï (Ifpo-MEAE) and Anna Poujeau (Ifpo-CNRS)


Thursday 20th May                                

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Local and Provincial Councils

 Registration  

Session en French language

Speaker.  Yahya Hakoum (phd candidate, Sciencespo, CERI)

L’émergence des conseils locaux dans les zones rebelles en Syrie entre 2011-2018

Durant la révolution et le conflit qui suivit, au sein des zones libérées de la présence du régime, les conseils locaux furent créés dans le but de pallier à l’absence d’institutions administratives et étatiques. Selon les contextes socio-politiques, les conseils locaux ont pris des formes, des trajectoires et des mobilisations différentes en fonction des répertoires d’actions et des ressources utilisées par les acteurs. Dans cette communication, je décrirai et analyserai les différentes caractéristiques de ces conseils locaux afin de mesurer la portée des transformations socio-politiques engendrées par les mobilisations et les nouvelles pratiques de participation citoyenne suscitée par l’adaptation de l’idée de la création d’un conseil local.

Deux cas où les conseils locaux sont toujours actifs seront approfondis à partir d’un recueil de données qui s’appuiera sur une documentation de leurs projets et actions et des mobilisations en cours dans la zone d’Idlib sous influence islamiste et dans la zone nord d’Alep sous influence turque.

Discussant. Assaad Al Achi Directeur exécutif de Baytna WWW.BAYTNA.ORG

 Moderator.  Anna Poujeau (Ifpo-CNRS)

 

ANR
ANR
Ifpo

 

 

Webinar MAGYC & SHAKK Ifpo Beirut

Trajectories, settlements and narratives of Syrian refugees in Lebanon and Jordan 

Link: 

Inscription à la réunion – Zoom

Organisers :
Imad Amer (Ifpo), Kamel Doraï (Ifpo), Anna Poujeau (Ifpo)

 

Second session

21th April 2021

03:00-05:00 Beirut time

02:00-04:00 Paris Time

01:00-03:00 London Time

 
Speaker : Dr. Faten Kikano, Collège de Rosemont-Canada (Centre d’études en responsabilité sociale et écocitoyenne – Cérsé)
Discussant : Kamel Doraï (Ifpo-CNRS-MEAE)

The freedom to settle, a poisoned gift: the case of Syrian refugees in Lebanon

Organized camps for Syrian refugees have been prohibited in Lebanon, a decision for which the international community praised the country. However, concurrently with their urban “inclusion”, the Lebanese state excluded Syrian refugees from institutional systems. More than 70% are deprived from a legal status. As a consequence, whether in urban or rural settings, refugee housing is based on informal rent agreements. Deprived from state protection and denied legal recourse, refugees are at the mercy of property owners and other actors, sometimes refugees themselves. In most cases, they pay excessive rent for precarious spaces in which they are constantly at risk of eviction. Similar predatory behaviors occur in their employment in the informal market.

 

Based on a recently submitted doctoral thesis, this presentation shows that, while Lebanon adopted a non-encampement policy to avoid consolidation of refugee spaces and permanence of their asylum, refugees’ institutional exclusion by the Lebanese state increased their vulnerability and prevented them from resettling or repatriating. Their freedom to settle proved to be a poisoned gift, a strategy that facilitates their exploitation and serves the interest of powerful private actors. We conclude that achieving spatial justice for refugees goes beyond the type of space — camp or no-camp — assigned for them. Settling refugees outside camps is often a worthless privilege if it is not combined with their inclusion in host state systems and their institutional, legal, and socioeconomic empowerment.

 

Bio: Faten Kikano is a researcher in the Cérsé, a research center specialized in social innovation and sustainable development. She holds a PhD from the faculty of environmental studies at Université de Montréal. Her research interests focus on understanding refugees’ agency in space utilization. She explores the role of government and non-government stakeholders and the impact of hosting policies on refugees’ institutional, economic, and social conditions and on the process of place-making in refugee spaces. Prior her career as a researcher, she has 20 years of experience as a practitioner in architecture and design and an instructor in the most prestigious universities in Lebanon.

 

Webinar MAGYC & SHAKK Ifpo Beirut

SHAKK (From Revolt to War in Syria: Conflicts, Displacements, Uncertainties)

 MAGYC ( MigrAtion Governance and asYlum Crises)

Trajectories, settlements and narratives of Syrian refugees in Lebanon and Jordan 

Organisers :

Imad Amer (Ifpo), Kamel Doraï (Ifpo), Anna Poujeau (Ifpo)

31th March, 21th April, 19th May, 16th June 2021

link : https://zoom.us/meeting/register/tJYudOqorTgvH9Yp3YwxFYsSSzvssnFAmVZH

    • 03:00-05:00 Beirut time
    • 02:00-04:00 Paris Time
    • 01:00-03:00 London Time

In the frame of a cooperation between the MAGYC and ANR SHAKK research programs, this monthly webinar will explore the issue of Syrian refugees in Lebanon and Jordan in its geographical, sociological, political and economic dimensions while analyzing the events that led to their departure from Syria. Thus, we wish to emphasize the links between the conditions of departure of Syrians from their country and those of their arrival and settlement in Lebanon and Jordan. We will examine both the Syrian military and political strategies deployed to force populations to flee their homes and the political and economic decisions of host countries regarding the settlement of Syrian refugees on their territory.

Within a reflection that crosses historical, sociological, geographical and political perspectives, we will develop three axes of research: one will deal with the legal framework by questioning its writing contexts according to the stages of the conflict in Syria, the political situation within the host countries and the various injunctions of international bodies that shape the question of Syrian refugees; another one dealing with the settlement of Syrian refugees in Lebanon and Jordan by focusing on the trajectories, the formal or informal housing and the legal status of their presence in the host countries through, in particular, the issue of employment. Finally, we will put the narratives of the refugees themselves on their trajectories in Syria and in the host countries into perspective with the different stages of the the conflict as we are able to reconstruct them today and with the Lebanese and Jordanian local policies for refugees host.

Parcours, installations et récits des Syriens réfugiés au Liban et en Jordanie

Dans le cadre d’une coopération entre le programme MAGYC et l’ANR SHAKK, ce webinaire mensuel a pour objectif d’explorer la question des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie dans ses dimensions à la fois géographique, sociologique, politique et économique tout en analysant les événements ayant conduits au départ en Syrie. Ainsi, nous souhaitons mettre en perspective les conditions de départ des Syriens de leur pays et celles d’arrivée et d’installation des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie en interrogeant à la fois les stratégies militaires et politiques syriennes déployées afin de forcer les populations à fuir leurs maisons et les décisions politiques et économiques des pays d’accueil concernant l’installation des réfugiés syriens sur leur territoire.

Au sein d’une réflexion croisant des perspectives  historiques, sociologiques, géographiques et politiques nous déployons trois pistes de recherche : l’une portant sur les textes officiels de lois et de décrets en interrogeant leurs contextes de rédaction à la fois du point de vue de l’avancée du conflit en Syrie, de la situation politique du pays d’accueil et des diverses injonctions des instances internationales régulant la question des réfugiés syriens ; un autre portant sur l’installation en tant que telle des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie en s’intéressant aux parcours, aux habitats formels ou informels et aux statuts juridiques de leurs présences dans les pays d’accueil à travers notamment la question de l’emploi, enfin nous chercherons à mettre en perspective les récits des réfugiés eux-mêmes sur leurs parcours en Syrie et dans le pays d’accueil avec l’histoire du conflit tel que nous pouvons la reconstituer aujourd’hui et celle des politiques locales  libanaise et jordanienne d’accueil des réfugiés.

First session

31th March, 2021. 03:00-05:00 Beirut time

Speakers:

Sawsan Abou Zainedin & Hani Fakhani Both Syrian architects and urban development practitioners with master’s degrees from the Bartlett’s Development Planning Unit at UCL. They co-found SAKAN, a programme aimed at developing alternative recovery-driven housing models in Syria.

Discussant:

Sari Hanafi (American University of Beirut) 

The Urbicide of Syria

The session will deconstruct the concept of urbicide in the Syrian context and its correlations with displacement and return to demonstrate how the urban sphere has been manipulated by the Syrian regime as part of a systematic strategy to enforce demographic engineering and consolidate authoritarian power.

Bios:

Sawsan Abou Zainedin is a Syrian architect and urban development planner. Her work tackles the impact of urban processes and reconstruction efforts on social justice and peace. She has worked in research, and international and local development with academic institutions, think tanks, INGOs, Syrian civil society organizations and media outlets. Sawsan is a Chevening scholar. She holds MSc in Urban Development Planning with distinction from the Bartlett’s Development Planning Unit of University College London. She holds a post-graduate diploma from the Institute of Housing and Urban Development Studies at Erasmus University, and a bachelor’s degree in Architecture from the University of Aleppo.

Hani Fakhani is a Syrian architect and urban practitioner. His work focusses on housing and post-conflict reconstruction in Syria through research and practice. He holds a MSc with distinction in Building and Urban Design in Development from University College London where he researched the interrelations between reconstruction, governance, and peace in Syria. He is the co-founder of a private architectural services company that worked on a range of projects including urban regeneration, housing, and public service projects. He is also the co-founded a Syrian local architectural services company in Damascus which won national awards for urban development and infrastructure project proposals with Damascus Municipality and Governorate prior to 2011.

Séminaire EHESS

Les mots de la révolution et de la guerre en Syrie

Coordinateurs: Nisrine al-Zahreh, Emma Aubin-Boltanski, Jean-Christophe Peyssard.
 
Cette année, nous inaugurons notre nouveau séminaire sur “Les mots de la révolution et de la guerre en Syrie”.
 
En raison de la situation sanitaire, les séances se dérouleront en webinaire : https://webinaire.ehess.fr/b/aub-7hd-yn4
les 2e et 4e vendredi  du mois, de15:00 à 18:00  du 13 novembre 2020 au 26 mars 2021

 

L’objectif du séminaire est de développer un des projets de l’ANR SHAKK: Le lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie. Ce lexique vise à documenter une dynamique linguistique qui reflète les évolutions historiques, sociales et politiques que connaît ce pays depuis 2011. Identifier des mots, tracer leur évolution sémantique et, à terme, faire émerger des concepts et/ou des catégories permettant de rendre compte d’une réalité socio-politique éminemment complexe, tel est l’objectif de ce projet. Ces mots, souvent chargés de connotations sociales, politiques, religieuses et psychiques, changent parfois de sémantique en fonction des locuteurs, de leurs diverses appartenances et de leur positionnement politique, mais aussi en fonction des moments et des lieux. Ils constituent également un terrain de subversion et de récupération.

Le séminaire, également conçu comme un atelier d’écriture, se déroulera en plusieurs étapes distinctes :

  • Les trois premières séances seront consacrées au cadre théorique et à la présentation des outils méthodologiques. 
  • Les séances 4-5-6 seront destinées à la présentation de notices par leurs auteurs
  • Au cours de la  séance 7, nous tenterons un recensement des  lieux numériques de la révolution syrienne.
  • La séance finale sera dédiée au wiki mis en place pour l’élaboration du lexique : révision des catégories, ajout d’entrées etc. 

13 novembre 2020 : Présentation du projet

 27 novembre 2020 : Quels outils techniques ? quantitatifs et qualitatifs ? Quel corpus ? Quels outils d’analyses ? Voyant-tool.org ? Stylométrie?

11 décembre 2020 Réflexion théorique sur un projet de lexique 

8 janvier 2021 : Qualifier les territoires pendant la révolution et la guerre

22 janvier 2021 : Qualifier les acteurs 

12 février 2021 : Les modes protestataires 

12 mars 2021 les lieux numériques de la révolution/ les mots du cyberespace syrien/la géographie numérique syrienne

26 mars 2021 : Catégorisation du lexique

Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

Vendredi 13 mars, 9h-12h, salle 3.001 Bâtiment Recherche Nord, 3ème étage, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Nisrine Al-Zahre et Emma Aubin-Boltanski

Nisrine Al-Zahre (Linguiste, CéSor, EHESS) :“La langue comme objet d’étude en sciences sociales et politiques : Questionnements et précautions méthodologiques”

Cette présentation a pour objectif de présenter deux projets en cours: d’une part, le lexique de la révolte et la guerre en Syrie, en cours d’élaboration dans le cadre de l’ANR Shakk et, d’autre part, une étude critique de la violence langagière du régime syrien . Dans les deux projets, la langue est l’objet d’étude. Nous interrogeons la légitimité d’un tel objet dans les sciences sociales et politiques, mais surtout nous nous posons des questions méthodologiques sur une telle entreprise: le comment et les limites d’une étude sur la langue.

Emma Aubin-Boltanski (Anthropologue, CéSor, CNRS): “Croire comment, croire en quoi quand on est une réfugiée syrienne au Liban?”

Nombre de réfugiés syriens au Liban ont, dans une séquence temporelle de quelques mois, vécu des “fins de leurs mondes” qui peuvent être qualifiés d’« apocalypses culturelles ». Brutalement projetés hors de leurs mondes leurs villages, leurs quartiers), ils doivent se reconstruire dans le chaos urbain de Beyrouth souvent en relation avec des ONG internationales et confessionnelles. Pour beaucoup « l’art de vivre ainsi », – l’adverbe « ainsi » indiquant une manière de vivre irréfléchie, dominée par les habitudes et les traditions -, n’est plus possible. Nous tenterons de saisir ce phénomène en suivant Umm Jaber, une réfugiée originaire du nord de la Syrie, dans l’un de ses déplacements à Beyrouth. Il s’agira de porter attention à ses conduites et ses contre-conduites, aux façons de se raconter et aux manières d’être  qui la singularisent tout en informant sur les profondes reconfigurations en cours dans la société syrienne.

Séminaire Ifpo: Le corps dans l’art contemporain en Syrie

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Lundi 2 mars 2020 à 19h

Lieu: Riwaq Beirut (Geitawi)

Présentation du séminaire (la séance se déroulera en arabe):

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Alaa Rashidi, critique d’art, formateur en médias, et écrivain. Il a notamment publié deux recueils de nouvelles Le Dernier jeu avant d’imposer les règles et Fantaisies du jeu entre magie et conte. Depuis 2011, il a participé à la création de nombreux journaux syriens alternatifs, et a proposé des formations de rédaction journalistique et médiatique. En outre, il écrit dans plusieurs journaux et sites Web, aussi bien dans le domaine culturel que dans la critique d’art.

Il passera en revue les manifestations du corps dans la production artistique syrienne de 2011 à 2020. Cela selon trois axes : l’impact de l’événement politique et social sur le corps dans l’art ; le corps artistique en tant que thématique culturelle ; et le corps en tant que médium artistique. À travers ceux-ci, il interroge les multiples interprétations conceptuelles et expressives que l’art projette sur le corps, ainsi que les différents usages du corps dans l’art.

Nibras Chehayed, chercheur post-doctorant (Marie Curie, Horizon 2020) dans le domaine de la philosophie contemporaine, rattaché au CERILAC (l’Université de Paris) et à l’Institut français du Proche-Orient (CNRS). Il a publié différentes études philosophiques, des traductions, ainsi que des textes littéraires et politiques.

Il propose d’appréhender la question de la corporalité dans l’art syrien contemporain par le biais de la destructivité. Ceci afin d’interroger les concepts de « corps absolu » et de « corps nihiliste », ainsi que leur relation problématique à la fonction sémantique du langage.

Appel à candidature : école d’été sur la Syrie (23/02/2020)

Date limite de dépôt des candidatures : 23 février 2020

Le programme ANR Shakk et ses partenaires (AUF, Ifpo, CNRS, EHESS, CéSor, BnF,  IREMAM) organisent une école d’été  pour des étudiant·e·s inscrit·e·s en Master et Doctorat en sciences sociales et humaines (sociologie, anthropologie, science politique, histoire, archéologie, linguistique, etc.) conduisant en priorité des recherches sur l’espace syrien et son prolongement. Organisée autour de séminaires, d’ateliers de recherche et de conférences, cette rencontre vise à la formation d’étudiant·e·s aux méthodes, enjeux et problématiques de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) sur la Syrie. Une équipe pédagogique d’une dizaine d’enseignant·e·s-chercheur·e·s et chercheur·e·s assurera la tenue des séminaires, des conférences et l’encadrement des ateliers de recherche. Cette école sera tout autant le lieu de la transmission par des spécialistes de leurs approches, méthodes et objets de recherche, que celui d’échanges et de débats autour de projets scientifiques en devenir.

L’école d’été est prioritairement destinée aux étudiants travaillant sur l’un des axes de recherche du programme ANR Shakk : De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes. Soucieuse d’être la plus inclusive possible, l’équipe organisatrice examinera avec attention tous les dossiers des étudiants en Sciences Humaines et Sociales travaillant sur la Syrie.

Les candidatures de personnes n’ayant pas le statut d’étudiant·e mais qui développent dans leur activité professionnelle une réflexion autour de la Syrie seront également étudiées.

Appel thématique

De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes

La révolution en Syrie débutée début 2011 puis sa militarisation et sa transformation en un conflit internationalisé ont engendré un intérêt croissant pour la Syrie de la part des universitaires, des étudiants mais aussi des décideurs politiques et du grand public.

Décrire et analyser les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 représentent des enjeux épistémologiques, éthiques et réflexifs importants. De multiples questions se posent : comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont toujours en cours ? Comment saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment rendre compte de la violence extrême et du traumatisme ? Comment inventer des méthodes qui permettent de se saisir à nouveau du terrain syrien ? Comment travailler sur des sites entièrement ou partiellement détruits et parfois pillés ?

En effet, la révolte et le conflit ont profondément modifié les modalités de la recherche sur la Syrie ; le terrain s’étant en partie relocalisé dans les différents territoires de l’exil et l’espace numérique. Paradoxalement, si le territoire syrien est quasiment inaccessible depuis près de 9 ans, rares sont les révoltes et les conflits qui sont autant documentés grâce à Internet et  aux réseaux sociaux.

Conçue à la fois comme une formation intensive et une réflexion collective réunissant chercheurs et étudiants internationaux travaillant sur la Syrie, l’école d’été s’articulera autour de plusieurs axes de recherche :

La fabrique des archives en contexte de révolte et de guerre : enjeux mémoriaux, historiques et politiques

Comment faire sens de la multitude des traces et documents produits par les protagonistes de la révolte et du conflit qui circulent sur les réseaux sociaux ? Quelles nouvelles pratiques de l’archive émergent grâce aux nouveaux outils numériques ? En quoi un conflit réactive-t-il des mémoires passées ? Il s’agira de partager et d’interroger des pratiques de collecte d’archives, d’analyse, de sauvegarde pour mieux en saisir les enjeux en Syrie mais aussi au-delà, à l’heure où le monde arabe est entré dans un nouveau cycle de révolte.

La révolte et la guerre : ses récits, ses moments, ses acteurs

Donner à lire avec finesse les récits de la révolte et du conflit en identifiant et en analysant les modes d’engagements, de désengagements et/ou de non engagements différenciés des femmes et des hommes constitue un enjeu important des recherches en sciences sociales sur la Syrie. La complexité de la révolte et du conflit qui tient en partie à la fragmentation territoriale et aux recompositions sociales, religieuses et politiques contribue jusqu’à présent à la production de récits différenciés. Qu’ils émanent des combattants miliciens ou qu’ils soient issus de l’armée régulière, de civils, d’activistes, d’ex-prisonniers, d’exilés ou de Syriens restés dans le pays, ces récits constitueront le socle d’une histoire de la révolution et de la guerre qui reste à écrire.

Reconfigurations religieuses et identitaires

Depuis 2011, l’ensemble des communautés confessionnelles connaît de profondes reconfigurations, à la fois religieuses, sociales et politiques. Dans un contexte de polarisation confessionnelle entre sunnites, alaouites et chiites, la question de l’enrôlement guerrier du religieux paraît centrale. Qui sont les acteurs de la mise en œuvre locale des politiques de mobilisation sur des bases religieuses et/ou ethniques ? Comment ces politiques sont-elles justifiées religieusement ? Comment les individus réagissent-ils à ce processus d’assignation politico-religieux qui les convoque jusque dans leur intimité : leurs façons de s’habiller, de penser, de prier, d’interagir, etc. ?

Reconfigurations territoriales, sociales et économiques

L’une des conséquences les plus dramatiques et durables du conflit syrien consiste en la fragmentation territoriale, le déplacement et la dispersion de la moitié de sa population, cela dans un contexte de destruction des infrastructures et de crise sociale, humanitaire et économique sans précédent. De nombreuses questions se posent alors : de quelles manières et selon quelles logiques le conflit fragmente ainsi l’espace et affecte les relations sociales? Comment ces populations font-elles face à ces bouleversements ? Comment les relations familiales ou de proximité se réorganisent-elles à l’épreuve de la guerre et dans l’exil ? Comment saisir l’ampleur et les conséquences des ruptures biographiques ?

Dates

Dimanche 28 juin 2020 (jour d’arrivée) – samedi 4 juillet 2020 (jour de départ)

Lieu

Centre Paul Langevin du CAES du CNRS – 24, rue du Coin 73500 Aussois – France


Afficher une carte plus grande

Modalités de candidature et informations complémentaires

Joindre à l’adresse suivante le formulaire rempli avec un projet de recherche en 300 mots maximum, un CV, une copie de votre pièce d’identité ou de votre carte d’étudiant·e le cas échéant : ecoledeteshakk@ehess.fr

Le voyage et le séjour des candidat·e·s retenu·e·s sont entièrement pris en charge par le programme ANR Shakk et ses partenaires (AUF, Ifpo, CNRS, EHESS, CéSor, BnF,  IREMAM)

Télécharger le formulaire de candidature

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search