Maena Berger

Maena Berger is a PhD student at EHESS and PhD associate at Ifpo Beirut. Her research focuses on the contemporary transformation of journalistic work during wartime. More specifically, she looks at the co-production” of information among development actors (NGOs), journalists from international and national media, press agencies (AFP, Reuters, AP), and mostly on the fixers” who play a mediator role between those different professional worlds. Her case study is the Syrian war which has been, since 2011, the subject of many media reports. Despite very complicated and risky access to Syria, the production of information was still very intense, thanks to the fixers” who played a decisive role. Beyond simple logistical assistance (translation, transfer, the introduction of key actors…), they affect the narrative in the media. This is particularly the case in Syria since it was nearly infeasible for western journalists to go there. Therefore the fixers” became almost the only ones to be able to transfer and to pass through the information needed to cover this war. This shift is revealed by the relocation of the productions spot to the neighbouring countries.
This thesis aims for an understanding of the international division of journalistic work from those local social spaces where all the main actors are. It also asks more general questions regarding source access and conflict analyses while it’s not possible to go to the relevant country. Her fieldwork is located mainly in Lebanon and Turkey but also in Iraqi Kurdistan and Jordan.

Maena Berger (Ehess, Ifpo)

Maena Berger est doctorante en Sociologie à l’EHESS, rattachée à l’Ifpo de Beyrouth. Ses recherches portent sur les transformations contemporaines du travail journalistique en temps de guerre. Plus spécifiquement, elle travaille sur les logiques de « co- production » de l’information entre les acteurs du développement, les journalistes des grands médias internationaux et des agences de presse et, surtout, sur leurs intermédiaires, les « fixeurs », qui jouent un rôle de « passeurs » entre ces mondes professionnels. Son cas d’étude est la guerre en Syrie qui fait l’objet, depuis 2011, de nombreux reportages par les différents médias. Malgré un accès extrêmement complexe et risqué sur le territoire syrien, la production d’information sur la Syrie est en effet restée intense. Pour cela, le rôle des fixeurs, ces hommes et femmes qui aident les journalistes travaillant sur des terrains difficilement accessibles, a été déterminant. Au-delà d’une simple aide logistique (traductions, organisation des déplacements, mise en contact…), ils ont une réelle influence sur le récit médiatique. C’est d’autant plus le cas en Syrie puisque, les journalistes occidentaux ne pouvant que très rarement se rendre sur place, les fixeurs sont peu à peu devenus les seuls à être en capacité de transmettre, de faire circuler les informations nécessaires à la couverture de cette guerre. La délocalisation des lieux de production d’information dans les pays limitrophes est révélateur de ce basculement. Cette thèse vise ainsi à saisir la division internationale du travail journalistique par ces espaces sociaux locaux où circulent les principaux acteurs de l’information et pose des questions plus générales d’accès aux sources et d’analyses des conflits sans accès direct aux pays concernés. Ses enquêtes de terrain se situent principalement au Liban et en Turquie ainsi qu’au Kurdistan irakien et en Jordanie.