Le “je” reconquis

Écrits libres de Syrie. De la révolution à la guerre Franck Mermier (dir.)

Une recension de Cécile Boëx parue dans le journal en ligne En attendant Nadeau : https://www.en-attendant-nadeau.fr/

Traduire pour transmettre et porter des voix de l’intérieur qui laissent entrevoir toute l’ampleur de la rupture politique et existentielle engendrée par la révolte et le conflit en Syrie. Tel est l’objet de ce recueil de textes hétéroclites qui éclairent différentes facettes et expériences de ce conflit, à l’heure ou les médias et les explications géopolitiques ont tendance à rejeter les Syriens hors champ.

Analyses, témoignages, chroniques, essais, rendent compte de nouvelles écritures qui ont émergé avec la révolution. Pour les définir, Yassin al Haj Saleh, écrivain et ancien détenu politique, parle ici d’écriture « habitée », apparue grâce à une libération de la parole, favorisée par les réseaux sociaux et qui brouille les frontières entre l’écrivain professionnel et amateur. Écrire n’est plus un métier, c’est une nécessité vitale pour documenter, comprendre et laisser une trace. Le « je » est recouvré, assumé, exploré. Le vécu irrigue la pensée. Ces écritures sont traversées par la puissance de l’événement, la difficulté à l’assimiler et à en donner un sens définitif. Elles s’inscrivent dans la lutte et la prolonge, alors que la révolution se transforme progressivement en conflit armé. Contrairement à l’écriture officielle « dépeuplée », ces nouvelles écritures sont « emplies de monde », « habitées par les voix des gens, leurs histoires, leurs images, leurs récits, leurs petites anecdotes et leur mort ». Tout au long de l’ouvrage, le lecteur découvre ces nouvelles formes et expériences d’expression avec des activistes, des universitaires, des journalistes ou de simples témoins, réunis dans une même quête de réappropriation de l’interprétation des événements, confisquée avant la révolution. Leurs textes donnent accès à différents événements, histoires, lieux et moments ; autant de changements de focales reliées entre elles par une progression chronologique qui esquisse différentes phases de la révolte et de la guerre. Dans chaque région et dans chaque ville, la révolte et la violence se sont déployées selon des modalités spécifiques. Dans un article initialement publié en 2012, Omar Kaddour explique pourquoi la mobilisation a été moindre à Alep et à Damas, en insistant sur l’importance des dispositifs répressifs tout comme des stratégies pour verrouiller les places publiques afin d’assimiler la révolte aux ruraux et aux marginaux. À Douma, située dans la banlieue de Damas, les manifestations ont été intenses dès 2011. En 2013, la ville est assiégée. Samira Al-Khalil, ancienne détenue politique, activiste, qui y sera enlevée au cours de la même année par un groupe jihadiste, consigne dans un journal des bribes du quotidien qu’elle partage aux côtés des habitants de Douma. Les écoles bombardées qui parviennent à rouvrir, cette fillette épargnée par un obus tombé à côté d’elle mais qui meurt des suites de son effroi, les naissances, les pénuries et ceux qui en profitent. Elle consigne aussi sa colère et ce qui la fait tenir. À quelques kilomètres de là, à Damas contrôlée par le régime, Naïla Mansour (pseudonyme), enseignante et activiste, s’adresse directement au lecteur pour confier son sentiment d’impuissance. Elle dit le temps qui s’allonge ou se rétracte et sa déprise sur sa destinée au fil des espoirs, des angoisses et des désillusions. Alors, demande-t-elle, faut-il rester au risque de développer une « dépendance » à la guerre ou partir et trahir tout ceux et ce pour quoi elle s’est battue jusqu’ici ? Dans les deux cas, le prix est exorbitant. Dans un registre davantage documentaire, Sadek Abdul Rahman restitue précisément les différentes phases du siège et de la résistance d’Alep, jusqu’à sa chute en décembre 2016. Ici, l’objectif est de rétablir les faits, face à des jeux politiques et médiatiques opaques. Il pointe également les dissensions entre les différents groupes combattants de l’opposition. Le même auteur revient sur l’histoire singulière de Saraqib, dans la région d’Idlib, qui a du à la fois affronter l’armée syrienne et Daech. Il décrit les différentes phases de la révolution, les stratégies de répression, le passage à la lutte armée, le mouvement civil, toujours actif aujourd’hui. Mais au cours de cette analyse rigoureuse, surgit soudain l’émotion à travers le souvenir de la voix d’une fillette chantant un hommage au martyr Mohammed Haf, figure héroïque de Saraqib. Alors qu’il écrit ce texte avec « cette chanson dans la tête », il apprend qu’elle vient d’être tuée par un bombardement. Comment continuer à écrire ? Pour les gens de cette ville où il n’avait pourtant « jamais mis les pieds » affirme-t-il. Écrire pour continuer la lutte. Dans certains textes, les affects liés à des expériences traumatiques sont à l’origine du récit, la fiction venant même parfois exprimer l’intensité et l’intimité d’un rapport quotidien à la mort. Ainsi, Omar Kaddour devient un martyr qui assiste à ses propres funérailles. Durant la procession, il prend le temps de se souvenir de comment il est mort, qui il était. Mais il ne se souvient plus du prénom de son fils, ni de son père d’ailleurs… Lutter contre la massification et la standardisation de la mort : « Nos morts résident dans la banlieue de ces chiffres officiels. Enterrés à la marge, nous sommes l’approximation du ‘environ cent cinquante morts’, nous sommes l’excédent du ‘plus de cent cinquante morts’. D’entre nous, je suis probablement le plus chanceux, car mes funérailles sont sur YouTube ; j’ai un peu plus de quatre cents vues, deux ‘J’aime’, et zéro ‘Je n’aime pas’. Moi, pour dire vrai, je ne vois pas comment on peut aimer ou ne pas aimer un enterrement ! ». L’exode que raconte Malaka Al-Ayeed (pseudonyme) est bien réel. C’est celui qu’elle a vécu en fuyant les bombardements de Raqqa. Trouver un endroit sûr, organiser le quotidien puis partir plus loin pour des abris toujours plus précaires. Apprendre à fixer des tentes, à lutter contre le vent, le froid et la pluie. Guetter le bruit des avions. Être livré à soi-même, pris en tenaille entre Daech et le forces Kurdes. Se demander si tout ceci est bien réel. Les frontières entre le réel et la fiction sont effectivement ténues devant le rythme et l’ampleur des événements. L’absurde n’est jamais loin, comme dans le témoignage de Moustafa Abou Chams, pharmacien à Alep avant de devoir se réfugier en Turquie avec sa famille. Il raconte comment il se rend désormais en Syrie en tant que « visiteur » en passant par le poste-frontière de Bab al-Hawa. Les détours, les barrages, l’attente qui facilite la propagation des rumeurs. Ce jour là, 5000 Syriens doivent passer un à un dans un couloir de 35 centimètres pour pouvoir visiter leur pays. Une fois de l’autre côté, comment se « comporter en invité dans sa propre maison ? », comment aussi faire face à la réprobation ou l’envie de ceux qui sont restés ? Une révolution réduite à un couloir de 35 cm … D’autres témoignages racontent l’expérience intime de l’exil, de la détention ou du quotidien dans la capitale. Des textes apportent également un nouvel éclairage sur le phénomène djihadiste : les conditions locales de l’apparition de Daech, la création d’un bataillon féminin à Raqqa, les transformations du discours d’al-Qaida en Syrie. Ces « écrits libres de Syrie » constituent un apport précieux à une littérature de témoignage importante mais encore peu traduite en français. On pense bien sur à Feux croisées : Journal de la Révolution syrienne (2012) ou Les portes du néant (2015) de Samar Yazbek, Récits d’une Syrie oubliée de Yassin al-Haj Saleh (2015) et A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, de Majd al-Dik et Nathalie Bontemps (2016). L’originalité ici étant que la fiction et la chronique y côtoient les sciences sociales dans une multitude de styles et de points de vue. Si ces histoires sont celles des vaincus, elles rendent compte pourtant de transformations sociales, politiques et personnelles profondes, dont les processus sont toujours en cours.

De l’architecture malmenée au soulèvement

Marwa al-Sabouni, The Battle for Home, The Vision of a Young Architect in Syria, Thames & Hudson, 2016

Une recension de Marie Kostrz

De nombreux ouvrages et articles scientifiques s’emploient à décrypter les causes du soulèvement populaire syrien. Les facteurs politiques (Nikolas Van Dam, Destroying a nation, the civil war in Syria ; Thomas Pierret, La Syrie, d’un soulèvement à l’autre), économiques (Akram Kachee, Syrie : d’un régime de prédation institutionnalisée à une économie de guerre ; Raymond Hinnebusch, Syria : from upgrading authoritariansim to revolution) et environnementaux (Francesca De Chatel, The role of drought and climate change in the Syrian uprising : untangling the Triggers of the Revolution) ont été disséqués par des chercheurs, pour la  plupart étrangers.

Des récits de non-fiction rédigés par des plumes syriennes offrent également une analyse précieuse des racines du soulèvement. La plongée dans la société syrienne et les scléroses du système politique assadien qu’ils livrent aux lecteurs constituent un éclairage personnel et donc incarné des conditions qui ont pavé le chemin vers la révolte de 2011. Nous pensons notamment à My country, a Syrian Memoir de Kassem Eid. Ce jeune activiste de Moadamyeh Cham, en banlieue de Damas, ne partage pas un simple témoignage du quotidien des civils durant le soulèvement populaire, de son glissement vers le conflit armé et des exactions commises par le régime syrien. Il relate aussi le récit d’une enfance sous le règne des Assad, père puis fils, dont la brutalité et le sectarisme politique a nourri un sentiment d’injustice qui conduira à la révolution.

La force de l’ouvrage de Marwa al-Sabouni, comme l’indique d’ailleurs son sous-titre, réside dans sa capacité à conjuguer l’analyse aiguisée d’une spécialiste avec la chronique très personnelle d’une citoyenne syrienne demeurée à Homs jusqu’à aujourd’hui. La jeune architecte développe une hypothèse peu explorée jusqu’alors : les politiques urbaines menées à Homs ont participé au déclenchement du soulèvement populaire, qui a rapidement pris dans la ville, avec une dimension sectaire et violente plus forte que dans le reste du pays. Tout au long du livre, Marwa al-Sabouni parvient à mettre à distance le clivage pouvoir/opposition qui divise les Syriens pour proposer une analyse distanciée sur les causes ayant conduit à la destruction de 60% des bâtiments de la ville où elle a grandi.

The Battle for Home, The Memoir of a Syrian Architect est divisé en six chapitres qui successivement abordent un aspect différent du rapport que les habitants de Homs entretiennent avec l’architecture de leur ville. Chacun constitue la pièce d’un puzzle, qui une fois assemblé, dresse le portrait d’une ville où les choix en termes d’urbanisme ont eu des conséquences délétères, contribuant à la destruction des fondations d’une société. Le livre retrace l’histoire d’une cité et de ses habitants qui se sont soulevés pour retrouver leur identité : enracinée dans le bâti, celle-ci a fait l’objet d’une entreprise de confiscation par les politiques urbaines du pouvoir syrien.

Une dizaine de croquis de bâtiments historiques ou modernes, plans urbains et scènes de vie quotidienne ponctuent l’ouvrage. Ils sont tout autant un guide pour le lecteur, qu’un hommage rendu à une ville dont la mémoire, historique et sociale, risque de s’évanouir dans les ruines de bâtiments, dont la reconstruction – ou rénovation – ne se fera sans doute pas à l’identique.

Le livre s’ouvre sur le récit édifiant des désillusions de l’auteure, lors de son entrée au département d’architecture à l’université de Homs. Marwa al-Sabouni dépeint une jeunesse sans horizon, encadrée par des professeurs peu enclins à la transmission de la connaissance, enseignant des concepts architecturaux complètement détachés des réalités de la société syrienne, à qui l’université n’offre aucun débouché. À travers les déboires que lui réserve ensuite son premier emploi au sein du département d’architecture, l’auteure montre qu’une génération entière a été maintenue dans une passivité qui proscrivait toute créativité et prise d’initiatives visant à créer un meilleur modèle de société. Le fonctionnariat, largement répandu en Syrie, maintient une population sous-payée dans une dépendance financière, mais pas seulement. La stabilité qu’offre ce statut a un autre prix : celui de la liberté d’entreprendre et de réfléchir à d’autres orientations que celles données par le pouvoir. La frustration que génère ce schéma constituera l’un des moteurs du soulèvement de 2011.

L’auteure, au fil des chapitres, livre une expertise précieuse des plans d’urbanisme mis en place à Homs, motivés davantage par les goûts et intérêts des dirigeants que par les besoins de la population. Sans jamais le nommer, Marwa al-Sabouni dénonce les ravages des choix opérés par le gouverneur de Homs Iyad Ghazi, connu pour ses opérations immobilières lucratives et peu respectueuses du patrimoine historique de la ville. Les bâtiments impersonnels en béton et les tours à la mode dubaïote sont érigés à la place des maisons traditionnelles, effritant au passage l’identité historique, mais aussi sociale de la ville.  ‘’Le contraste entre le vieux qui s’effrite et le neuf tape-à-l’œil était une insulte pour les deux, ainsi que pour les habitants’’, note-elle. Le mécontentement que génèrent ces décisions, responsables du chômage de nombre d’habitants expropriés, a participé au déclenchement du soulèvement populaire, dont l’une des premières doléances en 2011 était le départ d’Iyad Ghazi. Son projet phare, le Homs Dream, devait transformer la vieille ville, ainsi que d’autres quartiers tels que Baba Amr et Jobar en mini Dubaï. En 2011, il cristallise le mécontentement des habitants dont certains furent expropriés dès 2009. Les quartiers alaouites, en revanche, étaient soigneusement maintenus hors de ce plan d’aménagement, attisant les ressentiments confessionnels. La passivité de la bourgeoisie homsiote, souligne l’auteure, a aussi contribué à creuser le fossé entre les habitants de la ville.

L’un des principaux mérites du livre réside dans l’examen des plans d’urbanisme et lois successives qui ont profondément érodé l’identité et l’homogénéité du tissu social de la ville depuis un siècle. Plans d’urbanisme appliqués à l’époque du protectorat français, expropriations décidées par le parti Baas dans les années 70, constructions de nouveaux quartiers pour loger les ruraux venus travailler dans les usines nouvellement construites dans les alentours de Homs : Marwa al-Sabouni montre comment nous sommes passés d’un espace où les échanges commerciaux entre la ville et sa campagne garantissaient cohésion, tolérance et confiance entre les habitants de diverses confessions et origines, à de multiples petits Homs  vivant désormais côte à côte, sans se côtoyer. Les modes de vie de leurs habitants diffèrent autant que leurs niveaux de vie, en grande partie à cause d’un rapport au pouvoir variable. Le fossé qui se creuse entre les classes sociales et les communautés de la ville alimente méfiance et ressentiment envers ‘l’autre’, comme le résume Marwa al-Sabouni : ‘Ceux qui sont en dehors du cycle de vie de la ville, ceux qui ne souffrent pas du fait que leur précieux environnement bâti soit détruit, ceux qui n’ont pas à affronter les affres économiques d’un marché en crise, et ceux qui sont désignés comme responsables de la corruption officielle étant donné que personne d’autre qu’eux ne semble en profiter : ceux-ci ont été considérés comme les ennemis.’ (p.75) Il est aussi beaucoup plus facile, rappelle l’auteure en faisant référence aux groupes armés de l’opposition, de participer à la destruction d’une ville à laquelle aucun sentiment d’appartenance, ou si peu, ne vous rattache.

Le chapitre consacré à Baba Amr, d’où le mari de Marwa al-Sabouni est originaire, est exemplaire en ce qu’il montre comment un quartier populaire marginalisé par le pouvoir, aux infrastructures insuffisantes, dont une partie de la population avait en réaction adopté un islam radical, est devenu un bastion de la révolution. Pour illustrer son propos l’auteur raconte l’histoire de son mari, terrible, mais également commune en Syrie :  en 2011, en route vers l’aéroport pour s’envoler à Dubaï et y recevoir un prix d’architecture, il est arrêté lors d’un contrôle d’identité à un checkpoint puis jeté en prison pendant plusieurs semaines pour la seule raison que sa carte d’identité indique qu’il est originaire de Baba Amr. La révolution, dans ce quartier, se muera rapidement en un affrontement armé très violent.

‘The Battle for Home’ n’est toutefois pas un simple compte-rendu des conséquences malheureuses des politiques qui ont été appliquées à Homs, et à un plus large degré à l’échelle du pays, avant 2011. L’ouvrage véhicule aussi un message d’avertissement pour le futur. Selon l’auteure, il ne fait aucun doute que la guerre civile aurait pu être évitée si de meilleurs et plus justes choix avaient été faits en termes d’urbanisme. Alors que l’heure est à la reconstruction, quelles orientations prendront les plans d’urbanisme appliqués aux quartiers détruits de Homs, comme dans le reste de la Syrie ? La décision du gouvernement d’ignorer le projet de reconstruction de Baba Amr de Marwa al-Sabouni, pourtant lauréate d’un concours organisé par UN-Habitat, n’est pas un bon présage. Le pouvoir lui a en effet préféré un plan prévoyant d’ériger de hautes tours luxueuses rappelant encore une fois Dubaï, où le prix des appartements ne laissera aucune chance aux habitants ayant fui le quartier de pouvoir s’y réinstaller. Baba Amr, comme l’a déclaré Hussein Makhlouf, le ministre de l’Administration locale, fait partie des zones où les autorités de Damas envisagent de rendre applicables les conditions énoncées dans le décret 66. Adoptée en 2012, ce dernier rend possible l’expropriation des habitants de deux quartiers informels situés en banlieue de Damas pour les transformer en zones de développement urbain où seront construits de nouveaux quartiers résidentiels. Derrière ces projets immobiliers, un urbicide se profilerait-il ? En rasant une fois pour toutes ces quartiers déjà détruits par la guerre, ce sont des modes de vie, des mémoires collectives, des espaces d’échange et des identités qui se trouveraient alors complètement anéantis.

Témoigner en faisant le choix du petit

 

Samar Yazbek, Tis’a ‘ashrata imra’a. Sûrîyât yarwina (Dix-neuf femmes. Des Syriennes racontent), Milan, Al-Mutawassit, 2018

Les études sur la révolution et la guerre en Syrie, émanant de chercheurs ou d’experts, d’activistes ou d’acteurs de la société civile se multiplient ces derniers mois. Sur les femmes syriennes, leur engagement et leurs rôles dans les évènements depuis 2011, de nombreux « témoignages » ont été publiés. Le témoignage comme genre littéraire s’est considérablement développé dans le sillage de la guerre. À la littérature dite « de prison » (Mustafa Khalifeh, La coquille ; Aram Karabet, Treize ans dans les prisons syriennes ; Yassin Haj Saleh, Récits d’une Syrie oubliée: Sortir la mémoire des prisons) se sont ajoutés des récits à la première personne du singulier : des hommes, et plus souvent encore des femmes, racontent leurs expériences et leur vécu des bouleversements qu’a connu leur pays. D’un témoignage à l’autre, l’enchainement est souvent le même : aux espoirs apportés par le soulèvement de mars 2011, succède la stupéfaction face à une violence inouïe : bombardements, emprisonnements, viols, tortures, armes chimiques, exil.

Collecter, rassembler, rédiger et publier des récits circonstanciés d’engagements et de violences subies pour les porter à la connaissance du plus grand nombre, cette pratique sociale procède d’un « besoin de vérité » face à l’intolérable. Comparable en bien des points aux témoignages parus en Europe dans le sillage des guerres et des génocides de la première moitié du XXe siècle,  elle mérite que les chercheurs s’y intéressent.

Citons en premier lieu le très bel ouvrage de Golan Haji, Ilâ ann qâmat al-harb. Nisâ’ fî al-thawra al-sûrîya (Avant que n’éclate la guerre. Des femmes dans la révolution syrienne), Beyrouth, Riad el-Rayyes Books, 2016 et la longue « Série de témoignages syriens », lancée dès 2012 par Hasan Abbas, dans laquelle figurent Ilâ ibnatî (A ma fille), Damas, Beit al-Muwâtin 2014, de l’activiste féministe Hanadi Zahlout. Nous leur consacrerons prochainement des billets. Pour l’heure, c’est l’ouvrage de Samar Yazbek, Dix-neuf femmes. Des Syriennes racontent (2018) qui nous intéresse. Ce livre donne la parole à des femmes qui bien que prises dans un faisceau de contraintes (régime de terreur, environnement ultraconservateur, ascension fulgurante des salafistes), se sont engagées dans la révolution et illustrées dans différentes actions –  éducation, aide médicale, journalisme, évènements artistiques, plus marginalement brigades armées -, chacune animée par une même espérance, celle de transformer leur société pour y établir une nouvelle réalité articulée autour de trois axiomes : « liberté », « dignité » et  « justice » (hurrîya, karâma et ‘adâla, les trois mots d’ordre du soulèvement). Pour la plupart un double combat a dû être mené : contre un régime dictatorial implacable  et contre une société qui limite le rôle des femmes sous prétexte de les protéger. L’engagement dans le soulèvement leur a donc imposé d’opérer de multiples déplacements : déplacements hors de l’ordre politique prescrit ; déplacements hors de l’environnement où elles évoluaient (leurs sphères familiales, leurs quartiers,  leurs villes natales et, lorsque l’exil est devenu nécessité, leur pays) ; déplacements, enfin, hors du carcan imposé par des normes sociales souvent intériorisées et acceptées. Invitées à revenir sur leurs expériences, les dix-neuf témoins de l’ouvrage de Samar Yazbek racontent leur stupéfaction de découvrir des pans entiers d’une société qu’elles méconnaissaient,  leurs interrogations, parfois leur colère, face à des hommes qui tentent, au nom de la religion (le plus souvent la leur pourtant) et de la bienséance, de les marginaliser et de réduire leurs activités ; leur  rage de voir les plus démunis abandonnés à leur sort et sombrer dans une violence inouïe. C’est que la sortie hors de leurs petits mondes a conduit ces femmes éduquées, issues de la classe moyenne, vers un inconnu : une Syrie qu’elles pensaient « unie », en réalité un pays « étranger à lui-même » et traversé par de multiples fractures.

Le livre de Samar Yazbek est précieux car il donne à lire des récits situés qui, ne prétendant pas raconter « toute la Syrie »,  font le « choix du petit[1] » : sans jamais s’ériger en victimes ou en héroïnes, les témoins s’en tiennent délibérément à leurs vécus  quotidiens dans des villes, des quartiers, des villages précis. À travers elles, un kaléidoscope de situations se dessine qui montre que l’histoire de la révolution et de la guerre n’a pas été la même partout. Un grand récit tend aujourd’hui à s’imposer que d’aucuns qualifient de « réaliste », offrant non seulement une chronologie unique, mais une vision sans nuance des événements. Contre ce voile opaque, cet empaquetage hermétique, ces témoignages individuels  permettent d’orienter le regard non pas vers une vérité dogmatique absolue, mais vers des vérités  toutes humaines, celles de femmes qui disent ce qu’elles ont fait, vu et ressenti, qui aussi n’hésitent pas à faire le récit des moments d’incertitude, de vacillement, de trahison qui ont jalonné leurs parcours depuis 2011.

Samar Yazbek est l’auteur de douze romans et de deux essais. Pour autant, dans Dix-neuf femmes son projet n’est aucunement de « transcender » par l’écriture la matière première que pourraient constituer ces récits. Bien au contraire, transparait dans le style de l’écriture, un sentiment d’urgence, la nécessité de révéler au plus vite et au plus grand nombre, les vérités que recèlent ces témoignages. Dans cet exercice, Yazbek met sa plume en retrait, se contentant de son rôle de « passeuse » qui consiste à sélectionner, transcrire, réduire et organiser en chapitres des témoignages en intervenant le moins possible dans leur fabrique. Il en ressort des contenus d’expériences  qui bien que subjectifs, parfois imprécis, partiels et erratiques,  constituent un matériau extrêmement précieux pour qui s’intéresse à l’histoire de la révolution et de la guerre en Syrie. Ils permettent de se ressaisir d’une réalité multiple constituée de phases consécutives et/ou partiellement enchevêtrées de contestation pacifique, de manifestation, de manipulations, de conflit total, d’interventions étrangères… Ce qui frappe dans ces gestes testimoniaux, c’est qu’ils réussissent à articuler engagement révolutionnaire et conscience critique ; qu’ils réaffirment la nécessité du soulèvement contre l’oppression, sans pour autant masquer les contradictions d’une révolution qui contre elle-même et ses revendications de « liberté », de « dignité » et de « justice » a inexorablement conduit à l’émergence d’Émirs de la guerre corrompus, violents et liberticides.

À leur façon, ces récits démontrent que jusqu’à une date récente tout était encore possible en Syrie ; que l’alternative entre le régime dictatorial d’Assad et une domination islamiste était loin d’être la seule. Ils rappellent que le soulèvement de mars 2011 a produit un monde  de projets sociétaux contradictoires et conflictuels. Certes les jihadistes ont rapidement dominé la scène de l’opposition, mais d’autres énergies – démocratique, pacifistes, libertaire, féministe – étaient à l’œuvre : sans la répression implacable dont elles ont été la cible, elles auraient pu donner une autre direction à l’histoire. « Nous ne demandions pas grand-chose, plus de dignité, plus de liberté et plus de justice. En retour  nous avons été exterminés et notre ville a été détruite »,  raconte Zayn, une jeune activiste d’Alep qui jusqu’à son départ fin 2016, a lutté pour ses idéaux avec ses armes à elle, ses connaissances en matières d’éducation et de secourisme, mises au service de ses concitoyens.

[1] Sur cette expression qui met si justement l’accent sur la modestie du projet testimonial, cf. le très bel article de Frédérik Detue et Charlotte Lacoste, « Ce que le témoignage fait à la littérature ».