Maena Berger (Ehess, Ifpo)

Maena Berger est doctorante en Sociologie à l’EHESS, rattachée à l’Ifpo de Beyrouth. Ses recherches portent sur les transformations contemporaines du travail journalistique en temps de guerre. Plus spécifiquement, elle travaille sur les logiques de « co- production » de l’information entre les acteurs du développement, les journalistes des grands médias internationaux et des agences de presse et, surtout, sur leurs intermédiaires, les « fixeurs », qui jouent un rôle de « passeurs » entre ces mondes professionnels. Son cas d’étude est la guerre en Syrie qui fait l’objet, depuis 2011, de nombreux reportages par les différents médias. Malgré un accès extrêmement complexe et risqué sur le territoire syrien, la production d’information sur la Syrie est en effet restée intense. Pour cela, le rôle des fixeurs, ces hommes et femmes qui aident les journalistes travaillant sur des terrains difficilement accessibles, a été déterminant. Au-delà d’une simple aide logistique (traductions, organisation des déplacements, mise en contact…), ils ont une réelle influence sur le récit médiatique. C’est d’autant plus le cas en Syrie puisque, les journalistes occidentaux ne pouvant que très rarement se rendre sur place, les fixeurs sont peu à peu devenus les seuls à être en capacité de transmettre, de faire circuler les informations nécessaires à la couverture de cette guerre. La délocalisation des lieux de production d’information dans les pays limitrophes est révélateur de ce basculement. Cette thèse vise ainsi à saisir la division internationale du travail journalistique par ces espaces sociaux locaux où circulent les principaux acteurs de l’information et pose des questions plus générales d’accès aux sources et d’analyses des conflits sans accès direct aux pays concernés. Ses enquêtes de terrain se situent principalement au Liban et en Turquie ainsi qu’au Kurdistan irakien et en Jordanie.