Familles et guerres au Proche-Orient

Un Colloque international organisé par Valentina Napolitano à l’Ifpo Amman

La littérature scientifique consacrée à la famille au Moyen-Orient a peu étudié les répercussions des multiples guerres qui ont sévi dans la région. Le colloque international War and Families’ transformations in the Middle-East organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) à Amman, était l’occasion d’entamer une étude comparée sur les effets des guerres et des violences sur les reconfigurations familiales. Au cours de cette rencontre, des chercheurs, issus d’horizons disciplinaires différents (sociologie, sciences politiques, anthropologie et géographie), ont présenté leurs recherches sur la Syrie, la Jordanie, la Palestine et l’Irak. La participation des membres des universités et centres de recherche régionaux (Birzeit University, University of Baghdad, Academic Research Institute in Iraq, Arab Council for Social Sciences), ainsi que celle des représentants d’organisations non gouvernementales impliquées dans l’assistance humanitaire, a donné la possibilité d’élargir les pistes de recherche et de diversifier les points de vue.

Le colloque a été introduit par la sociologue Frances Hasso (Duke University) qui a démontré que la famille se trouve au cœur des rapports de pouvoir traversant les sociétés. Elle a en outre proposé des pistes de recherches transversales permettant de saisir les transformations provoquées par la guerre. Selon Frances Hasso, la famille en tant que catégorie sociale se doit d’être historiquement située : son évolution est, de fait, déterminée par de multiples facteurs politiques, sociaux et économiques. Pour saisir les basculements des équilibres engendrés par la guerre et les déplacements forcés, elle propose de se pencher sur l’évolution du cadre familial dans une temporalité plus longue allant au-delà des moments de rupture (turning points). En variant les échelles d’analyse, on peut en outre étudier les familles dans leur rapport avec les différents contextes d’insertion (famille élargie, quartier, ville, État). La pertinence de cette approche a été mise en exergue dans la dernière partie de la présentation qui portait sur la mortalité infantile pendant la période du mandat britannique en Palestine. À cette époque, explique Frances Hasso, une politique d’accès inégal à la santé et aux soins pré et postnatals a été mise en place pour les populations juives et palestiniennes, et ce en vue de soutenir le projet colonial britannique et sioniste.

La suite du colloque s’est structurée autour de quatre panels. Le premier, entièrement consacré à la Palestine, a souligné la manière dont l’occupation israélienne affecte la vie quotidienne des familles, notamment dans deux espaces sensibles :  la ville de Jérusalem (Nida Abu Awwad de Birzeit University) et la bande de Gaza (Elena Qleibo chercheuse associée à l’Ifpo). La restriction des mobilités imposée par différents dispositifs juridiques et par la fragmentation du territoire constitue une contrainte majeure pour la vie des familles palestiniennes. L’impossibilité d’enregistrer les mariages, les naissances, mais aussi de réunir des familles divisées entre Jérusalem et la Cisjordanie ou bien entre Gaza et la Cisjordanie, sont des cas communs. À Jérusalem-Est, l’absence de nouveaux logements, due au manque de moyens financiers conjuguée à l’impossibilité d’obtenir des permis de construire, expliquent que les jeunes couples soient contraints de s’installer chez leurs parents, provoquant de multiples tensions. Dans la bande de Gaza, Elena Qleibo (Ifpo) s’est intéressée à l’impact du taux élevé de chômage sur la virilité des hommes. Pour autant, le rôle de ces derniers ne serait pas remis en cause en raison du besoin de préserver une cohésion familiale face à l’occupation israélienne.

Le deuxième panel a abordé les répercussions des conflits et des fractures politiques au niveau des pratiques et des relations intrafamiliales. En Irak, le conflit confessionnel a, par exemple, engendré de multiples divorces parmi les couples issus de différentes communautés religieuses (Lucine Taminian, de Academic Research Institute in Iraq). En Cisjordanie, l’emprisonnement d’au moins un membre de chaque famille explique que les femmes tiennent parfois le rôle de chefs de famille et se mobilisent pour obtenir la libération de leurs époux. Par ailleurs, Flora Gonseth (doctorante, CRESPPA/GTM, Ifpo) évoque l’émergence de nouvelles pratiques comme l’insémination artificielle à distance. Avec le soutien des autorités religieuses et politiques, celle-ci est pratiquée par les femmes des prisonniers, condamnés à de longues peines. En Syrie, on remarque que les prises de position en faveur ou contre le régime Assad, ont engendré des ruptures entre générations, mais aussi au sein des familles élargies (Valentina Napolitano).

En conclusion de la première journée, une table ronde intitulée “Psychological, Economic and Legal Support to Families Affected by Wars. An Insight on Local and International NGO’s Activities in Jordan” a été organisée à l’Institut Français de Jordanie. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger avec les représentants de deux ONGs qui ont énuméré leurs actions dans le domaine de l’assistance, humanitaire et légale, en direction des familles de réfugiés syriens et iraquiens. Collateral Repair Project, une organisation internationale basée dans le quartier de Haschmi al-Shimali (à l’est d’Amman) a exposé ses différents programmes d’assistance alimentaire, d’éducation, de formation professionnelle et de soutien psychologique aux personnes affectées par la guerre, mais aussi par les violences domestiques et les tensions familiales. L’organisation jordanienne Arab Renaissance for Democracy and Development (ARDD), basée à Jebel Amman, a présenté les défis liés à l’absence de documents d’identité valables et l’impossibilité pour les réfugiés syriens d’enregistrer les nouvelles naissances, mariages/divorces et ses répercussions dans leurs accès aux services sociaux de base.

La deuxième journée du colloque était articulée autour de deux axes de réflexion. Le premier portait sur les effets des conflits, à la fois sur l’assistance (care) aux personnes âgées (Lamis Abou Nahleh de Birzeit University) ainsi que sur la santé mentale des femmes syriennes réfugiées à Irbid (Ruba Al Akash de University of Yarmouk). Le deuxième axe portait sur l’impact des migrations sur les liens familiaux. Jalal Al Husseini (Ifpo) et Hadeel Fawadle (Birzeit University) ont retracé les parcours migratoires des membres de familles palestiniennes qui en l’espace de quelques décennies ont été confrontés à plusieurs conflits, aussi bien en Palestine que dans des pays arabes où elles ont trouvé refuge. Ils ont étudié les stratégies matrimoniales qui ont permis à ces familles dispersées de conserver une cohésion et de surmonter les multiples défis politiques et économiques auxquels elles ont été confrontées.

Au-delà des spécificités liées aux différents terrains d’enquête, aux multiples formes de violence et de guerres, ce colloque était l’occasion de prendre la mesure des multiples transformations qu’a connues l’institution familiale au Proche-Orient et de relativiser la vision encore figée de la « famille arabe patriarcale » et « traditionnelle ». Des nouveaux modes de « faire famille » voient le jour et les bouleversements politiques, économiques et démographiques, engendrés par les situations de conflit, jouent un rôle déterminant dans ces reconfigurations. Ce chantier demeure cependant encore largement inexploré : poursuivre la comparaison entre les pays de la région, voire au-delà, permettra dans les années à venir d’établir des tendances sur le long terme, et de se doter d’outils théoriques et méthodologiques adaptés pour saisir les transformations familiales dans des contextes de dispersion et de violence.

Compte-rendu de Valentina Napolitano

The Syrian War: Later Evolution, Future Prospects

4e colloque international du Centre for Syrian Studies (CSS)

Un compte rendu de Thomas Pierret

Du 1er au 4 août 2018, le Centre for Syrian Studies (CSS) de l’Université de St Andrews (Écosse) tenait son 4e colloque international. Fondé il y a une décennie par Raymond Hinnebusch, une figure majeure des études syriennes, le CSS est le seul centre de recherche occidental entièrement consacré à ces dernières et publie notamment la revue Syria Studies.

Lors de sa première édition en 2011, le colloque du CSS s’apparentait à une modeste école doctorale. Le conflit syrien et l’expansion considérable du champ qui en a résulté ont transformé cet événement en une rencontre de quatre jours réunissant une quarantaine de chercheurs. Il s’agit donc d’un observatoire idéal pour identifier les tendances en matière d’études sur la Syrie, en l’occurrence depuis la précédente édition du colloque tenue en 2015. Ces tendances dessinent aussi, en creux, de possibles angles morts dans notre connaissance des dynamiques syriennes.

Certaines des inflexions observées depuis trois ans ne surprennent guère. C’est notamment le cas de la diminution du nombre de travaux portant sur les projets politiques alternatifs au régime. Alors que ces projets faisaient l’objet de douze interventions en 2015, soit plus d’un tiers du programme, ils en concernent huit en 2018. Ces travaux explorent notamment les performances respectives des différentes juridictions rebelles,[1] la stratégie de communication du mouvement Ahrar al-Sham,[2] les liens organiques entre le PYD et le PKK,[3] le positionnement politique du secteur médical dans les régions insurgées,[4] ou encore les débats qui opposent les intellectuels suite à l’échec du projet révolutionnaire[5]. La raréfaction relative des travaux sur l’opposition au sens large[6] reflète bien sûr les infortunes d’une insurrection dont les territoires et ambitions se sont réduits comme une peau de chagrin depuis les interventions américaine et russe. Cette question a donc perdu de l’urgence qui était la sienne il y a trois ans, mais il conviendra toutefois de ne pas la négliger à l’avenir : premièrement, parce que des espaces de gouvernance alternative subsistent et s’enracinent sous protection américaine, dans les régions contrôlées par le PYD, et sous protection turque, dans le nord-ouest dominé par les rebelles ; deuxièmement, parce que le conflit a généré une immense diaspora d’activistes qui joueront inévitablement un rôle-clé lors des futurs soubresauts que connaîtra le pays.

Les victoires du régime ne se traduisent pas, en revanche, par un regain d’intérêt notoire pour les transformations du pouvoir central. Lorsque ce dernier est abordé, c’est à travers son discours et celui de ses alliés,[7] les stratégies de ces derniers,[8] ou la manière dont ce même régime gère les processus de reddition des zones insurgées que la novlangue damascène qualifie de « réconciliations ». Certes, l’étude des structures et pratiques de gouvernance d’un régime des plus opaques est encore moins aisée aujourd’hui qu’elle ne l’était avant la guerre du fait de la fermeture du terrain. Toutefois, la prolifération des sources ouvertes créée des possibilités qui n’existaient pas à l’époque et qui mériteraient d’être davantage exploitées.[9]

Les questions identitaires, et en particulier celle du confessionnalisme, intéressent davantage les conférenciers en 2018 que trois ans auparavant (cinq interventions contre deux).[10] On soulignera, pour s’en féliciter, que ces questions sont de plus en plus appréhendées en termes de relations interconfessionnelles plutôt que du point de vue d’une seule communauté ethno-religieuse — c’est la question du confessionnalisme, plutôt que celle des « minorités », qui est le plus souvent au centre de l’analyse. Il reste néanmoins à ces réflexions à s’inscrire dans une perspective réellement cumulative et à entrer dans un dialogue (critique) avec les théories générales de l’ethnicité.

Avec cinq contributions en 2018 contre deux en 2015, la question des réfugiés s’est imposée comme une composante majeure des études syriennes. Ce sous-champ de recherche a gagné en maturité du fait d’enquêtes de terrain de longue durée resserrant la focale sur des communautés ou pratiques spécifiques.[11] En parallèle, on espère voir se consolider une approche des Syriens vivant à l’étranger en termes de diaspora, concept certes critiqué, mais qui offre l’avantage de restituer aux communautés concernées une agentivité (notamment politique) qui ne figure pas toujours parmi les priorités des refugee studies.

Tant le colloque de 2015 que celui de 2018 s’inscrivaient, par leur intitulé, dans une approche prospective : le premier entendait réfléchir aux moyens de « dépasser le statu quo » (Moving beyond the Stalemate) tandis que le second promettait d’explorer les « tendances récentes et perspectives futures » (Later trajectory and future prospects). La guerre étant, au moins en apparence, plus proche de sa conclusion aujourd’hui qu’il y a trois ans, on ne s’étonnera pas de voir passer de six à neuf le nombre d’interventions abordant les conditions et implications de la fin du conflit. Les victoires du régime et la stabilisation graduelle des fronts sous tutelles étrangères ont toutefois induit un renouvellement quasi complet de l’angle d’analyse dans ce domaine. Là où, il y a trois ans, les intervenants s’interrogeaient surtout sur les possibilités de résolution du conflit, la plupart portent aujourd’hui un regard froidement analytique sur des pratiques de sortie de guerre qui entérinent le verdict des armes plus qu’elles n’ont fait taire ces dernières : c’est le cas des redditions des zones rebelles, dont la répétition offre désormais des possibilités d’analyse comparative,[12] d’une reconstruction devenue l’enjeu de nouveaux rapports de force internationaux,[13] ou d’un processus diplomatique graduellement vidé de son objet pour devenir une fin en soi.[14] Le constat est déprimant, mais il offre l’avantage, analytiquement parlant, d’encourager une démarche descriptive plutôt que spéculative. Cette démarche s’applique même à la question de la justice transitionnelle, abordée non pas comme un impératif à mettre en œuvre, mais comme un ensemble d’initiatives déjà existantes, fussent-elles de nature privée comme la Commission for International Justice du canadien Bill Wiley.[15]

Une même évolution est perceptible dans la teneur du keynote speech. En 2015, ce dernier était délivré par William Zartman, célèbre spécialiste de la résolution des conflits, qui se demandait si la guerre de Syrie avait atteint pour les belligérants une « impasse mutuellement dommageable » (mutually hurting stalemate) qui la rendrait « mûr » vis-à-vis des efforts de médiation. En 2018, en revanche, Leila Vignal (Université de Rennes 2) prend acte des transformations irréversibles déjà engendrées par le conflit, indépendamment de son issue. Adoptant plus spécifiquement une perspective spatiale, l’oratrice s’interroge sur les changements induits quant à l’inscription de la Syrie dans son environnement transnational. Elle met en évidence deux dynamiques, à première vue contradictoires, de contraction et d’expansion.

La première dynamique résulte de la fragmentation du territoire national, qui induit un recentrement des interactions sociales et économiques sur le niveau local. Si pour la plupart des Syriens, cette fragmentation est synonyme d’une économie de pénurie, elle constitue en revanche une ressource financière considérable pour les acteurs armés qui contrôlent les points de passage et pour les entremetteurs qui connectent entre elles les zones tenues par les différents belligérants.

La dynamique d’expansion mise en évidence par Vignal est quant à elle le produit d’une intensification des échanges transfrontaliers en raison du flux de réfugiés et, en sens inverse, de l’acheminement d’aide humanitaire et militaire vers le territoire syrien. Ces dynamiques, qui prennent souvent appui sur des mouvements préexistants (migrations saisonnières d’ouvriers, contrebande), confèrent une importance inédite à des zones jadis périphériques dans la construction nationale syrienne. Elles amènent par ailleurs à la constitution d’une « diaspora de réfugiés » dotée, à ce titre, de traits spécifiques dont le principal est la localisation de son centre de gravité (démographique, économique et politique) dans les pays frontaliers ou proches de la Syrie (Turquie, Jordanie, Liban, Égypte). Les villes de ces pays deviennent des capitales syriennes de substitution aux fonctions spécifiques et qu’un flux d’échanges (incluant notamment de substantiels transferts monétaires) relie à la fois au territoire syrien et au reste de la diaspora à travers le globe. Si ces mouvements de population prennent souvent appui sur les liens sociaux (en particulier familiaux) existants, par exemple dans le cas des chaînes migratoires, ils peuvent aussi les transformer, comme l’illustre l’exemple d’une tribu formalisant, en exil, une organisation et de liens de solidarité demeurés lâches avant la guerre.

Dans sa conclusion, Vignal dessine un avenir sombre où l’absence de compromis politique réel fait obstacle à la fois au retour des réfugiés et à la reconstruction du pays par les bailleurs de fonds étrangers. À ce pessimisme fait écho celui des autres participants de la table-ronde « Où va la Syrie ? » tenue en clôture du colloque. On y met notamment en évidence la difficulté, eu égard à la nature du régime syrien, de mettre en œuvre d’éventuels changements constitutionnels actuellement négociés sous l’égide du médiateur onusien Staffan de Mistura (Eberhard Kienle), le caractère trompeur d’une « reconstruction » manipulée par le régime pour pérenniser le déplacement de certaines communautés (Omar Imady), la fragmentation durable du territoire du fait des différentes présences militaires étrangères (Samir al-Taqi) ou encore le caractère peu propice d’un contexte international marqué par un déclin du multilatéralisme (Carsten Wieland). Plus rares sont les intervenants qui affirment placer quelque espoir dans les réformes constitutionnelles (Rim Turkmani) ou dans l’impact durable des expériences d’auto-administration locale (Rana Khalaf).

Les scénarios évoqués par les panélistes esquissent sans doute également les contours futurs du champ des études syriennes. Plutôt qu’une approche du conflit en termes de « crise » à résoudre ou de « transition » vers un ordre nouveau, ces études sont vouées à se pencher sur une situation qui, pour longtemps peut-être, ne relèvera vraiment ni de la guerre ni de la paix. Une telle configuration n’a rien de nouveau ni d’exceptionnel du point de vue des travaux sur les guerres civiles à travers le monde,[16] un champ avec lequel les études syriennes gagneront à dialoguer davantage à l’avenir.


[1] Regine Schwab et Samer Massoud, “Justice is the basis of governance” – Relative Independence and Efficiency of Insurgent Courts in the Syrian war (2012-2017).

[2] Josephine Lippincott, Public Personas: Rebel Strategies for Third- Party Support.

[3] Helin Yildiz et Gunes Murat Tezcur, The Kurdish Nationalist Mobilization in Syria: From Fragmentation to the Rise of the PYD.

[4] Sophie Roburgh, “All the leaders are doctors”: Evolution of the local medical sector in Syria’s non-government-controlled areas.

[5] Zeina Al-Azmah, The Struggle for Meaning and the Meaning of the Struggle in Syria.

[6] Les interventions sur ce sujet incluaient également Samer Bakkour, The Dimensions of the Final Battle with ISIS in Deir Ezzor (2011-2017),  Jasmine Gani, Three Faces of Syrian Contentious Politics and the Emergence of Alternative Actors post-2015 ; Jan Wilkins, Translocal activism and the Syrian struggle in global politics – A reflexive research approach to agency in International Relations.

[7] Rahaf Al-Doughly, Constructing the Nation: Interrogating the Logic of Masculine Protection ; Aurora Sottimano, The resistance front and the Syrian conflict.

[8] Asbjørn Bang, An Enduring Alliance: The Scope and Objectives of Irans Involvement in the Syrian Conflict ; Søren Schmidt, The logic of external actors’ meddling in the Syrian civil war: Ideology or Realpolitik? ; Nail Elhan et Özlem Tür, A Trajectory of Involvement: Hezbollah and the Syrian Civil War.

[9] Voir par exemple Gregory Waters, Damascus’ ‘democratic’ experiments: local councils under government control. International Review, 14 mars 2018, https://international-review.org/damascus-experiments-local-councils-government-control/.

[10] Sami Hadaya, Authoritarianism, Revolution and Counter-revolution under Sectarianism ; Marisa Della Gatta, Impact of Sectarianisation on Syrian Groups in Diaspora ; Rim turkmani, Rentier state, identity politics and civil society in Syria ; Talip Alkhayer, Sectarian cohabitation in Syria’s coast, a glimmer of hope ; Haian Dukhan, The Struggle for Syria: Tribes at War.

[11] Ann-Christin Wagner, And Yet they Move – Mobility and Rural ! Livelihoods among Syrian Refugees in Mafraq, Jordan ; Veronica Ferrari, The Predicament of Tasharrud ; Mustafa Tayfun Üstün, Activities of Foreign Non-Governmental ! Organisations in Integration of Syrian Refugees: A Case of Firefly International ; Duygu Topcu, Following the money: Humanitarian financial aid for Syrian refugees.

[12] Munqeth Othman Agha, Peace for Conflict: Local Reconciliation Truces in Syria ; Maria Chalhoub, Opportunities amid obliteration? A comparative study of local “reconciliation” agreements in Syria ; Marika Sosnawski, Ceasefires as violent statebuilding: renegotiating the social contract through local truce and reconciliation agreements in the Syrian civil war ; Mazen Gharibeh, Building legitimacy in post-conflict Syria: the issue of local arrangements.

[13] Ferdinand Arslanian, Syria s Economic Reconstruction as a Continuation of Conflict by Other Means.

[14] Bilal Sukkar, Resolving Syria’s Conflict: Transformation or Containment? ; Taku Osoegawa, Comparing the End of Conflict: Conflict Resolution Attempts in Syrian and Lebanese Civil Wars.

[15] Michelle Burgis-Kasthala, Constructing a Justice Infrastructure in War? Mapping the Pursuit of accountability during and after the Syrian Conflict.

[16] Voir par exemple le numéro spécial de Politix intitulé « Ni guerre, ni paix » (n°104, 2013/4).

« En attendant » : Le dessin comme témoignage

Les 30 et 31 mai 2018, les témoignages de réfugiés syriens au Liban étaient à l’honneur lors d’une exposition organisée par Solidarités International. Pour l’ONG française fondée en 1980, il s’agissait de valoriser ses actions sur le territoire libanais, notamment à travers la publication d’En attendant (2016).

Ce  roman graphique est le fruit de la collaboration des dessinatrices Diala Brisly, Lena Merhej, Lisa Mandel et Nour Hfaoui Fakhoury et du dessinateur Kamal Hakim, venus de France, du Liban et de Syrie. L’ouvrage a été traduit en trois langues et veut faire entendre les voix des réfugiés syriens à un public le plus large possible : il est également disponible sur Internet. L’exposition alternait entre des informations sur les conditions de vie des réfugiés et des reproductions de planches, éclairant ces données. Les sujets abordés étaient aussi variés que la vie de famille, les relations hommes-femmes, l’organisation au sein des camps ou l’accès à l’éducation, au logement, au travail et aux soins.

L’exposition permettait aussi de comprendre le choix du support bande dessinée : les dessins facilitent l’accès aux informations, tout en préservant l’intimité des personnes dessinées. Ils maintiennent leur singularité, leur qualité humaine et les représentent dans leur monde. La directrice de Solidarités International au Liban, Caroline Bouvard, explique que cet aspect humanisant du dessin leur semblait primordial pour s’affranchir des rapports et des données chiffrées produits par les nombreuses organisations internationales. 1,5 millions de réfugiés syriens au Liban en 2016, pour une population de 4 millions d’habitants. Kamal Hakim rappelle ces chiffres et thématise le problème au début de sa bande dessinée : « Le chiffre fait peur. Quand on voit débarquer une masse de personnes qui souffrent, qui manquent de tout dans un pays qui ne peut pas recevoir… C’est la panique !! Du coup on ne voit plus les visages, les sourires, les larmes… On retient juste un nombre. »

Et en effet, les cinq histoires relatées dans le livre permettent au lecteur de se plonger dans la vie de familles réfugiées dans le nord du Liban, entre la plaine du Akkar, Tripoli et Sir el Denniyeh. On rencontre Fawzia du camp Ghyayle 005, qui a adopté Nour, rencontrée sur son chemin vers l’exil au Liban : « Les femmes parlent derrière mon dos, elles disent que je ne suis pas respectable et que je travaille… Je suis devenue veuve pendant la guerre. Nour aussi était devenue orpheline de sa mère. Son père a épousé une autre femme et l’a abandonnée. » On assiste au mariage traditionnel de Salam, dans le campement de Samouniyeh. Dans la tour d’Assoun à Sir el Denniyeh qui regroupe 200 individus dans 58 chambres, on est témoin des chamailleries de Shireen et de sa voisine, qui lui reproche d’accepter d’être prise en photo, alors que c’est haram. Elle rétorque, ironique : « Et voilà, monsieur le Libanais, vous assistez en live à un débat sur ce sur quoi repose désormais l’honneur d’une femme syrienne… ». Ahmad B., « jeune sage de la tour », parle des problèmes liés à ce logement surpeuplé: d’un système mafieux qui se met en place, des réseaux de prostitution et de l’insécurité qui domine. Et on fait connaissance avec la responsable d’un camp, la Shawish Khadouch, également mère de quatorze enfants. Elle explique que ce n’est pas rare que des femmes assument cette responsabilité : « Mon mari ? Shawish ? Hahaha ! Il est pas assez futé ! ».

Après avoir dévoilé les différents destins de ces Syriens et de ces Syriennes, l’exposition s’achevait sur deux installations artistiques. A travers des barbelés étaient projetés deux films de bombardements, l’un en 2011, l’autre en 2018, attestant qu’en sept ans de conflit, rien n’avait changé. La seconde installation était impressionnante, parce qu’immersive : après un couloir labyrinthique fait de tulle noir et de fumée, à peine éclairé, le visiteur se trouvait face à des décombres, les pieds dans le sable, des vibrations de basses faisant trembler le sol. Comme après un bombardement, des objets du quotidien et des débris étaient éparpillés. Et plus loin, un autre monceau représentait ce que les familles avaient pu sauver de l’explosion, et qu’elles essaieraient  d’emmener dans leur fuite : des valises, des casseroles, des couvertures, une théière…

En attendant, il s’agit de continuer à sensibiliser les populations, particulièrement au Liban, aux problématiques des réfugiés. Ainsi, le bureau libanais de l’Unicef a lui aussi publié, en 2018, l’ouvrage Haneen. Voices of Syrian Refugee Children through Artist’s Eyes, un recueil de poèmes d’enfants syriens vivant dans des camps au Liban, accompagnés de dessins d’artistes libanais et syriens. Des initiatives culturelles comme celles-ci, où Syriens et Libanais collaborent, visent à contenir les discours de haine, auxquels sont confrontés à la fois les émigrés, mais aussi les ONG, comme le dénonce cette campagne de Solidarités International.

Crédits image : Couverture de la bande dessinée En attendant, site de Solidarités International. (https://i1.wp.com/www.solidarites.org/images/articles/Enattendant.jpg?zoom=1.5&resize=680%2C400&ssl=1)

“A Force for Change” : Une rencontre à Beyrouth

Dans la crypte de l’église St Joseph à Monot, la fondation Heinrich Böll a organisé le 26 avril 2018 une installation artistique, une discussion et une projection sur le thème des mouvements civils en temps de conflit, ciblant spécifiquement la Syrie et Alep. Dès son arrivée, le visiteur s’y trouvait plongé : il pouvait contempler la transformation de la ville pendant huit années de guerre, en l’espace de huit minutes, par le biais du court-métrage Aleppo 8 d’Abdullah Allhakawati, projeté sur des voiles blancs.

L’installation introduisait bien la discussion. Chargée émotionnellement, celle-ci était animée par Bodo Straub, un journaliste travaillant pour le blog allemand Alsharq, dont les contributeurs et contributrices sont de jeunes chercheurs et journalistes s’intéressant aux questions du Proche Orient et aux relations entre l’Europe, l’Allemagne et les pays arabes. La première invitée à avoir pris la parole était Marcelle Shehwaro, une activiste syrienne d’Alep, directrice exécutive de « Kesh Malek ». Elle se bat maintenant au sein du mouvement « Act for Ghouta », pour que cette région ne connaisse pas le même sort que sa ville natale. Marcelle Shehwaro s’est dite surprise du nombre de personnes dans les rues en 2011, qui s’étendait bien au-delà du cercle des activistes. Et si aujourd’hui, la violence a gagné en Syrie, elle l’affirme : « la résistance continue : les citoyens ne peuvent pas laisser leur pays être occupé et leurs histoires contrôlées ». Les activistes veulent prouver qu’ils ne sont pas des terroristes, comme le prétend la propagande des autorités syriennes.

Cela tient aussi à cœur à Manal Abazeed, l’une des premières femmes à avoir rejoint la « Défense Civile Syrienne » à Alep, aussi connue sous le nom des « Casques blancs ». Secourir les victimes des bombardements et les transporter à l’hôpital en ambulance : que les femmes s’engagent dans de telles missions paraissaient chose inenvisageable. Et pourtant, quelques unes ont réussi à s’imposer : elles sont aujourd’hui une centaine au sein de l’organisation. C’est d’autant plus important que dans certaines situations, des hommes, par excès de conservatisme, refusent de venir en aide à une femme. Manal Abazeed a également évoqué la manière dont l’activisme l’a transformée: au début de la militarisation du conflit, elle déplorait la révolution car elle pensait alors qu’avant 2011, les Syriens et les Syriennes vivaient en paix et en sécurité. Mais elle a fini par réaliser que cette image d’Épinal était loin d’être partagée par tous les citoyens, qu’un changement était nécessaire dans la société et que les femmes devaient y prendre part.

Parmi ces citoyens qui se battaient contre le despotisme déjà avant la révolution, il y a Fadwa Mahmoud, activiste de longue date, arrêtée en 1992 par son propre frère, alors enrôlé au service du régime de Hafez Al-Assad. Elle fut emprisonnée pendant deux ans pour être membre du Parti d’Action Communiste. Co-fondatrice de « Family for Freedom » en 2016, son but est de délivrer les prisonniers politiques syriens, dont son fils fait partie. Les détenus n’ont que peu de visibilité dans les médias et les ONG, alors que selon elle, faire entendre leurs voix est primordial. Elle déplore aussi la stratégie de division de la société pratiquée par les autorités syriennes, mais montre que celle-ci n’a fonctionné qu’en partie : au sein de son organisation, il y a des femmes de tous bords et de toutes les religions, dont la volonté commune est d’obtenir la libération de leurs proches.

Gino Raidy, un bloggeur libanais, était le porte-parole de Léa Baroudi, directrice de l’organisation MARCH. Il était lui-même impliqué dans l’initiative à Tripoli, qui visait à la réconciliation des sunnites de Bab el Tebbeneh et des alaouites de Jabal Mohsen. Des membres des deux communautés ont monté une pièce de théâtre inspirée du Roméo et Juliette de Shakespeare : Love and War on the Rooftop. Un documentaire a été réalisé sur la mise en place du projet. Parallèlement, MARCH a soutenu le projet d’ouverture d’un café sur la rue de Damas, ligne de démarcation entre les deux quartiers, dans une maison qui, détruite lors des confrontations, a été restaurée par des volontaires. Gino Raidy s’est également exprimé sur la question des élections libanaises : il a insisté sur le fait que la jeunesse devait prendre position. En tant qu’activiste, « il faut être pragmatique » a-t-il expliqué, car « les jeunes ne peuvent attendre des générations précédentes de changer le Liban ».

Pour conclure, les participants se sont prononcés sur les leçons que la Syrie pouvait tirer de la guerre libanaise : si après le conflit, justice n’est pas faite, il n’y aura pas de véritable réconciliation, laissant les chefs militaires gouverner de manière sectaire. Finalement, la discussion permettait d’approcher le conflit qui déchire la Syrie de manière plus humaine, loin des comptes rendus médiatiques souvent désincarnés. Revenant sur leurs histoires personnelles, ces femmes et cet homme courageux ont montré au public ému la nécessité de résister, quel que soit l’âge, le sexe et la religion.

Après la discussion était projeté « Last Men in Aleppo » de Feras Fayyas, primé au festival du film de Sundance en 2017. Dans ce documentaire on suit le quotidien de deux membres des « Casques blancs » en 2016, dans une Alep en ruine et assiégée. La mission qu’ils se sont donnés est d’extraire les survivants et les morts des décombres, après chaque bombardement. Le réalisateur montre les hésitations des habitants d’Alep : fuir ou rester ? Finalement, le destin de Khaled et de Mohammed est métaphorisé à l’écran, presque malgré eux. Ils se procurent des poissons, auxquels ils construisent un bassin. C’est décidé : tout comme ces animaux ne peuvent pas survivre en-dehors de l’eau, ils ne quitteront jamais Alep. Leur responsabilité, en tant qu’activistes, est bien trop grande.

Crédits photographiques : Casques blancs de la Défense civile syrienne à Kafrowaid, un village au sud d’Idleb, le 21 mars 2017, CC BY 3.0, https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:White_Helmets_Kafrowaid_21-3-2017.jpg