Séminaire EHESS

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

LUNDI 7 janvier 9H-13H, SALLE13 (105 BD RASPAIL, EHESS)

Nour Asalia, Doctorante en Esthétique à Paris-8, “La violence visuelle dans la scène artistique syrienne contemporaine”. 

Nous Asalia est sculptrice et doctorante à l’École doctorale Esthétique, Sciences et Technologies des Arts de Paris-8. Elle travaille sur la notion de la fragilité dans la sculpture de la première moitié de XXe. Elle s’intéresse également à l’art syrien depuis le déclenchement de la révolte en 2011.

Journées d’études internationales : « Du geste à la trace. De la trace à la mémoire »

« Du geste à la trace. De la trace à la mémoire : Trajectoires d’archivage des vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie et au-delà »

Dans le cadre du programme ANR Shakk “De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes”

Aller au programme

5 – 6 juillet 2018

Bibliothèque nationale de France – Quai François Mauriac – 75013 Paris

Salle 70 (Hall est, foyer du Petit auditorium)

Bildergebnis für symbole métro parisien 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Depuis 2011, la révolte et la guerre en Syrie ont engendré une masse considérable de vidéos filmées par des manifestants, des activistes, des combattants. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger. Ces journées d’études visent à faire un état des lieux des pratiques et des trajectoires d’archivage de ces vidéos afin de mieux en cerner les enjeux épistémologiques et mémoriaux.

Présentation

Jamais dans l’histoire, une révolte et un conflit n’ont autant été filmés par leurs propres protagonistes. Depuis 2011, pour contourner l’embargo médiatique imposé par le régime de Bachar al-Assad, des centaines de milliers de vidéos ont été mises en ligne — principalement sur YouTube — par des manifestants, des activistes et des combattants : manifestations, scènes de répression, funérailles, mais aussi actions protestataires inédites, recueils de témoignages, déclarations de défection de militaires ou de formation de brigade combattante, hommages aux « martyrs », combats, etc. Par ailleurs, de nombreuses vidéos ont été filmées et n’ont jamais été mises en ligne, stockées pour l’instant dans des disques durs ou des téléphones portables.

La vaste gamme des usages de la vidéo reste encore à explorer, tant elle évolue au fil des rapports de force sur le terrain et des différents acteurs en présence. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles vernaculaires sont à la fois traces et expériences de la révolte et de la guerre. Ces fragments d’images et de sons, pour la plupart anonymes, lacunaires et contingents de la maîtrise des preneurs d’images et du matériel dont

ils disposent, sont souvent illisibles et invisibles, malgré leur accessibilité sur Internet : la masse de vidéos fait écran, tout comme le manque d’indices de contextualisation. Opaques, ces vidéos sont aussi fragiles puisqu’elles peuvent disparaître du jour au lendemain, en raison notamment de la fermeture de comptes par les utilisateurs ou par la société YouTube, comme en juin 2018, au motif de lutter contre les contenus violents.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ont saisi à quel point ces vidéos constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger un jour ceux qui, pour l’instant, figurent dans le camp des vainqueurs. Conscients du caractère éminemment évanescent de ces documents, des associations telles que Syrian Archive ou Creative Memory of the Syrian révolution, des activistes, des chercheurs et des particuliers, chacun avec des moyens et des objectifs propres, s’attachent depuis plusieurs années à les collecter, les organiser et les sauvegarder.

En effet, quelles sont les vidéos qui font l’objet de sauvegarde ? Selon quelles procédures et dans quels buts ? Comment sont-elles décrites et référencées ? Dans quelle mesure peuvent-elles constituer une source pour la connaissance, la mémoire ou le droit ? Quelles en sont les modalités de partage et de diffusion ? Les spécificités de ces vidéos tout comme les logiques hétérogènes et les sites disséminés de ces entreprises de collecte remettent en question le concept d’archive et ses pratiques institutionnelles. De même, l’intérêt grandissant pour l’archivage de ces vidéos alors que les événements sont toujours en cours interroge. Nous réfléchirons à ces questions avec des acteurs de la constitution de ces archives, qu’ils conçoivent leurs démarches dans un cadre militant, judiciaire ou universitaire. Il s’agira également d’inscrire cette réflexion dans un questionnement plus large sur les façons dont les images animées et le numérique façonnent notre rapport à la connaissance et à la mémoire.

Programme

 Voir pdf

Jeudi 5 juillet

9h15 ● Accueil

9h30 ● Introduction

Alain Carrou (BnF), Cécile Boëx (CéSor, EHESS), Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

Session 1 ● Méthodes et pratiques de la recherche : collecter, analyser, sauvegarder

Discutantes : Cécile Boëx (CéSor, EHESS) et Vanessa Guéno (Iremam, Aix-en-Provence)

10h15-10h45 ● Dima Saber (Center for Media and Cultural Research, Birmingham University) Refugee writing, refugee history. Locating the refugee archive in the making of a history of the Syrian war

10h45-11h15 ● Yasser al-Zayyat (American University of Beirut) A Syria That Is No More: On Science, Memory and Language

11h15-11h30 ● Pause café

11h30 12h00 ● Ulrike Lune Riboni, (CEMTI, Paris 8) « Ce que je trouve est ce que je cherche » : méthodologie pour la constitution d’un corpus de vidéos en ligne

12h00-12h30 ● Discussion

12h30-14h00 ● Pause Déjeuner

Session 2 ● Les mémoires à l’épreuve du numérique et des images animées. Perspectives comparatives

Discutant : Alain Carou (BnF)

14h00 ● Laurent Véray (IRCAV, Paris 3) Filmer, montrer et archiver la Grande Guerre

14h30 ● Agnès Devictor (HiCSA, Paris 1) Transfert de fonds d’archives audio-visuelles : étude d’un cas afghan

15h00-15h15 ● Pause café

15h15 ● Sophie Gebeil (TELEMMe, Aix-en-Provence) L’historien.ne dans les méandres des archives du Web : le cas des mémoires maghrébines sur la toile française depuis les années 2000

16h15 ● Discussion

19h30 ● Dîner

Vendredi 6 juillet

9h30 ● Accueil

9h45 ● Mot d’introduction Anna Poujeau (CéSor, CNRS)

Session 3 ● Enjeux mémoriels, politiques et testimoniaux des archives audiovisuelles

Discutants : Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS) et Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

10h00 ● Jean-Marc Salmon (Institut Mines Télécom, Université Paris Descartes) Les archives nativement numériques du jaillissement du soulèvement tunisien

10h30 ● Jeff Dutch, Syrian Archive Collect, Curate, Investigate: Using open-source big-data methodologies for human rights monitoring in Syria

11h15 ● Pause café

11h30 ● Stefan Tarnowski (Institute for Comparative Literature and Society, Columbia University) Human Rights Video and Revolution in Syria

12h00 ● Discussion

12h30-14h00 ● Déjeuner

Session 4 ● Passages, transmission et création

Discutants : Franck Mermier (IRIS, CNRS) et Nisrine al-Zahre (CéSor, EHESS)

14h00 ● Collectif 858 : Beyond archiving

14h30 ● Sana Yaziji et Naji Zahar (The Creative Memory of the Syrian Revolution) Un devoir de Mémoire

15h15 ● Pause café

15h30 ● Ali Atassi (Bidayyat) Digital Syrian Archive Between Videos and Documentary Cinema

16h00 ● Discussion

16h30 ● Synthèse et ouvertures : Myriam Catusse (Iremam, CNRS) et Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS)

20h00 ● Dîner

Séminaire EHESS : « Sciences sociales et conflit(s) en Syrie »

Sciences sociales et conflit(s) en Syrie : enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques

Nisrine Al-Zahre, Cécile Boëx, Emma Aubin Boltanski, Anna Poujeau

13h-17h

EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

Depuis la révolte enclenchée en 2011 jusqu’au conflit régionalisé qui fait rage aujourd’hui, la Syrie connaît des bouleversements sans précédent dont l’ampleur et la complexité restent à étudier. Une grande partie du savoir produit sur ces événements et ces mutations émanent des mondes de l’expertise et du journalisme. Qu’en est-il de la recherche ? À quelles conditions est elle encore possible ? Les chercheurs qui continuent à travailler sur la Syrie font face à un double défi : poursuivre leurs travaux suivant un rythme et une approche qui leur sont propres et inventer de nouvelles méthodes d’enquête pour contourner les difficultés d’accès au terrain. Comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont toujours en cours ? Comment, saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment mettre des mots sur la souffrance et le traumatisme ? Saisir les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 et les conséquences multiples de l’expérience de la violence extrême recouvre des implications méthodologique, éthique et réflexive que ce séminaire entend interroger dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Conçu comme une arène de réflexion autour des différentes dimensions (politiques, sociales, religieuses, discursives, existentielles) du conflit, ce séminaire s’adresse aux chercheurs et aux étudiants souhaitant présenter et mettre en discussion leurs travaux, leurs projets et leurs méthodes.

 

Lundi 12 février, salle 1

Vanessa Guéno, historienne, chercheuse associée à l’IREMAM.

« Patrimoine de papiers au Proche-Orient. Interroger la fabrique des identités et des mémoires (XIXe-XXIe siècles) »

Dans sa présentation, Vanessa Guéno interroge la pratique archivistique en proposant de penser à nouveaux frais le rapport aux archives, à leurs fabriques et à leurs conservations. Pour cela, elle s’intéresse à la fois aux collections publiques, étatiques, aux bibliothèques et aux collections privées et familiales. Elle examine de quelles façons les unes et les autres participent à la formation d’un patrimoine. Pour historiciser les bouleversements en cours en Syrie et interroger la fabrique des identités et des mémoires dans l’histoire, elle questionne la pratique archivistique en proposant de parler de l’édification d’un « patrimoine de papier » tout en distinguant les pratiques des collectionneurs privés et celles du pouvoir. Il s’agit par là de mettre en lumière le rapport aux sources entretenus par le pouvoir politique d’une part et par les privés d’autre part en se demandant comment en Syrie, la mémoire et les identités peuvent être privatisées voire dissimulées.

Karam Nachar, maître de conférences en Histoire moderne du Moyen-Orient, Université d’Isik, Istanbul.

 « The quest for a rooted universalism in Syria : Al-Nahda , Al Umma , Al thawra»

Karam Nachar propose un retour sur la longue durée de l’histoire intellectuelle au Moyen-Orient afin de scruter de quelles façons a pu se former la pensée politique arabe syrienne durant les trois derniers siècles. Après avoir identifié trois phases historiques principales : 1860-1940, 1940-1965, 1965-2011, Karam Nachar interroge les rapports qu’entretiennent le particulier et l’universel, le peuple et État ainsi que la façon dont les individus ont la possibilité de devenir des agents politiques.

Discutants : Élizabeth Picard (CNRS) et Hamit Bozarslan (CETOBaC/EHESS)

 

Lundi 26 février, salle 7

Eylaf Bader Eddin, doctorant en littérature comparée, IREMAM

« The Syrian Revolutionary Language: A Rupture or an Extension »

Eylaf Bader Eddin propose une analyse de la révolution syrienne à partir de la traduction des mots du langage révolutionnaire : les bannières, les graffitis, les slogans, les chansons et les discours. Il se demande comment ce nouveau langage culturel s’est créé en Syrie à partir de formes populaires et de quelles façons l’analyse et la traduction de ce langage permettent de penser l’histoire de la révolution syrienne.

Nisrine Al-Zahre, linguiste, CéSor/EHESS

« Traductions et circulation d’idées, quel(s) acteur(s) ? »

Dans cette intervention Nisrine Al-Zahre pose la question générale de la traduction des grandes idées internationales à tendance universaliste durant la révolution syrienne. Elle interroge les mécanismes à l’œuvre dans la circulation des idées dans ce moment particulier qu’est la révolution. Cette entrée sur la révolution permet d’examiner comment se réalise localement la réception d’idées supposées universelles et interroger leurs mises en pratique en contexte d’urgence révolutionnaire.

Discutant : Franck Mermier (IRIS/CNRS)

 

Lundi 12 mars, salle 8

 Penser la violence extrême 

« Love, torture, rape and genocide »

Yassin al Haj Saleh, écrivain, ancien détenu politique, Berlin

À partir de son expérience de 16 années de détention en Syrie comme prisonnier politique et de la révolution, Yassin al Haj Saleh propose une réflexion personnelle sur la torture comme mode de violence où l’intimité est réduite à néant et où l’individu perd les limites de son corps. Le corps du torturé est une planche où s’inscrit la violence de l’État. Le corps supplicié permet de rappeler la menace à toute la société. Yassin al Haj Saleh montre comment la torture et le viol sont des programmes de destruction complète de l’individu et de la société.

Chowra Makaremi, anthropologue, IRIS/CNRS

Dans une perspective comparatiste, Chowra Makaremi interroge les processus politiques, sociologiques et idéologiques à l’œuvre dans la fabrication de la violence par son film réalisé suite à sa publication Le cahiers d’Aziz (Gallimard « témoins », 2011). Elle y scrute le souvenir de sa mère, révolutionnaire et opposante à Khomeyni, qui fut emprisonnée puis assassinée par le régime iranien en 1988 en même temps que des dizaines de milliers d’autres détenus politiques au moment du « massacre des prisons ». Dans son film et sa présentation, Chowra Makaremi se demande s’il est possible de sortir des définitions légales de la violence pour interroger le rôle des émotions dans la production de la violence, les effets de celle-ci sur la société, la famille, les voisins, etc. Enfin, elle questionne la fabrique du monde social qui produit la violence et de celui qui l’observe et la subit.

Discutant : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS, LDH)

 

Lundi 26 mars, salle 8

Charlotte Loris-Rodionoff, doctorante en anthropologie sociale, UCL, Londres

« Étude d’une révolution en exil: entre ruptures politiques et sociales. L’approche ethnographique en question »

 L’une des questions qui guide le travail de Charlotte Loris-Rondionoff est celle de savoir en quoi l’événement syrien constitue une révolution et l’une de ses ambitions théoriques est de contribuer à la redéfinition de la catégorie « révolution » à partir de l’étude de la révolution syrienne. Pour ce faire, Charlotte Loris-Rondionoff a effectué un travail de terrain parmi des réseaux de Syriens engagés dans la révolution et exilés à Ganziantep en Turquie. Elle présente aujourd’hui certaines conclusions de son travail qui interrogent les effets de la révolution sur tous les domaines de la vie des Syriens rencontrés sur son terrain.

Laura Ruiz de Elvira, IRD/CEPED

« D’une étude sur les associations de bienfaisance en contexte autoritaire à une étude sur l’engagement humanitaire en contexte de guerre »

Laura Ruiz de Elvira propose un retour sur ses recherches en sociologie politique menées sur la Syrie depuis le milieu des années 2000 jusqu’à aujourd’hui en se demandant comment il est possible de continuer à conduire des recherches sur la Syrie alors même que le terrain est devenu inaccessible. Travaillant d’abord sur les associations de bienfaisance syriennes et sur les ingénieries politiques en Syrie jusqu’au déclenchement du conflit, elle montre comment il est alors possible, malgré un contexte politique autoritaire, de parler de société civile pour évoquer les engagements collectifs au sein d’associations de bienfaisance. Puis avec le début de la révolution et l’apparition du conflit, Laura Ruiz de Elvira montre comment ces associations de bienfaisance se sont transformées pour certaines d’entre elles en associations révolutionnaires dans les pays frontaliers de la Syrie.

Discutants : Anna Poujeau et Elisabeth Longuenesse

 

Lundi 9 avril, salle 8

Chiara Erminia Calabrese, Post Doc EHESS, CéSor

« L’enquête ethnographique en cours de guerre : enjeux épistémologiques et éthiques, émotions et affects »

Dans la banlieue sud de Beyrouth, Chiara Erminia Calabrese conduit une enquête sur les militants combattants du Hezbollah engagés dans le conflit syrien à partir de 2012. Elle nous présente aujourd’hui les questionnements éthiques que soulève un tel travail pour le chercheur en sciences sociales ainsi que ses premières conclusions. À partir d’une série d’entretiens avec des combattants rentrés du front, Chiara Erminia Calabrese pose la question générale de la diversité du militantisme et de l’engagement de ces derniers dans le conflit syrien. Pour cela, elle interroge la diversité des positionnements de ces combattants par rapport à l’engagement politique du parti ainsi que les diverses façons dont l’engagement armé perturbe la vie de ces individus.

Discutants : Cécile Boëx (CéSor-Ehess)

 

Lundi 14 mai, salle 8

Présentation travaux des étudiants