Séminaire Ifpo (DEC) et SHAKK

vendredi 3 décembre 2021

14h-16h (Beirut Time)

Ifpo-Beyrouth

salle Fairuz

Couvrir la guerre à distance : l’évolution des pratiques journalistiques dans le cas du bureau de Beyrouth de l’Agence France Presse

 

Maena Berger (doctorante, Ehess-Ifpo)

Dans le cadre d’une thèse portant sur les transformations contemporaines du travail journalistique en temps de guerre, cette présentation vise à dresser un premier état des lieux d’une enquête en cours qui porte sur la production de l’information sur la Syrie par le bureau de Beyrouth de l’Agence France Presse (AFP).

            En 2021, cette « couverture médiatique » s’effectue à travers un large réseau de journalistes pigistes syriens présents dans les zones non contrôlées par le régime. Pourtant, au début des premiers mouvements révolutionnaires en mars 2011, l’agence de presse ne disposait d’aucun correspondant sur place, à l’exception des journalistes du bureau de Damas, qui ne pouvaient produire qu’une information extrêmement limitée et restreinte à la capitale syrienne. S’ajoute à cela la dangerosité, puis l’impossibilité de se rendre sur d’autres terrains.

            Cette présentation propose d’interroger la manière dont ces conditions sont venues bousculer les pratiques journalistiques ordinaires, comment l’équipe de Beyrouth a cherché à trouver des sources fiables, puis à les former pour en faire des producteurs professionnels de l’information. Quelles ressources organisationnelles et individuelles ont-elles été mobilisées pour construire et intégrer ce réseau au sein de l’AFP ? Sur quels critères les pigistes ont-ils été recrutés et comment ont-ils été formés ? Les premières observations et les entretiens semi-directifs réalisés au sein du bureau de Beyrouth de l’AFP, permettent d’apporter des pistes de réflexions et surtout d’éclairer ce processus de mise en œuvre d’un réseau, de ses implications professionnelles, à la fois pour l’agence transnationale et pour ces journalistes pigistes.

discutants: Anna Poujeau (Ifpo-CNRS) et Matthieu Rey (Ifpo-MEAE)

The 10th year of the Syrian Revolution

4 webinars on important issues of the Syrian revolution by researchers and activists from Syria and MENA region
with Zaina Erhaim, Yasmin Fedda, Wafa Mustafa, Imad Amer, Jalal al-Husseini, Yahya Hakoum and Assaad al-Achi

Ten years ago, in the wake of the Arab Spring, the Syrian Revolution began. Syrian men and women of all ages and all social and religious backgrounds took to the streets of their country’s cities and villages to demonstrate and demand freedom and dignity. The history of the Syrian Revolution began with a collective and courageous political gesture. The voices of those who had been silent for 40 years for fear of repression were heard.

 Bashar al-Assad and his regime have used every possible means to silence dissenting voices: live fire on demonstrators, snipers, arbitrary arrests and detentions, enforced disappearances, torture, rape, assassinations, massacres. Bombings, the siege of villages and towns, chemical weapons, barrels of explosives dropped on homes from helicopters, forced displacements, etc. threw millions of Syrians on the roads of exile.

The UNHCR counts about 6.6 million internally displaced people in Syria, 5.5 million refugees in neighbouring countries and 1 million in the rest of the world. Syrians are the largest refugee population in the world. The war has probably claimed more than 700,000 lives. There are about 100,000 missing persons, mostly in Syrian jails, but also in the hands of jihadist and Islamist factions. The Syrian regime, as well as HTS (formerly al-nosra) which controls the Idleb region, have not stopped arbitrary arrests and detentions.

Despite the ten years that have passed since the beginning of the Syrian Revolution, many Syrians continue their activism from their place of exile. 2021 marks an anniversary that they are seizing on in different ways to both commemorate the initial political gesture, the desire for freedom that the demonstrators proclaimed together across the country, and also to remind that their struggle continues and that the spirit of the Syrian Revolution is still present among them.

Through a series of 4 webinars on important issues of the Syrian revolution, researchers and activists from Syria and MENA region will present their work :

Monday 17th May                                   

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Women’s roles and experiences in the revolution and war

Registration

‘Syrian women revolt against every authority!’
Poster courtesy of The Syrian People Know Their Way collective.

 

Speaker.  Zaina Erhaim is an award winning journalist and feminist, working as gender and communications consultant for different international organizations in MENA region, she also writes for different outlet such as NewLines magazine, Open Democracy and others.

Zaina has an MA in International Journalism from City University of London and BA in media from Damascus University. She contributed to three books related to women, journalism, and war, and made two series of short films highlighting the women’s perspective of the Syrian conflict. 

Discussants : Charlotte al-Khalili (UCL, Anthropology) and Anna Poujeau (Ifpo-CNRS). 


Tuesday 18th May                                           

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Enforced disappearances

Registration  

Speaker.  Yasmin Fedda is an award winning filmmaker and artist. She will present her film Ayouni

Noura and Machi search for answers about their loved ones – Bassel Safadi and Paolo Dall’Oglio, who are among the over 100,000 forcibly disappeared in Syria. Faced with the limbo of an overwhelming absence of information, hope is the only thing they have to hold on to. ‘Ayouni’ is a deeply resonant Arabic term ofendearment – meaning ‘my eyes’ and understood as ‘my love’. Filmed over 6 years and across multiple countries in search of answers, Ayouni is an attempt to give numbers faces, to give silence a voice, and to make the invisible undeniably visible.

Trailer  (with subtitles), a vimeo limited link to watch the film will be sent to everyone who register.

Discussant. Wafa Mustafa is an activist, a journalist, and a survivor from detention. She comes from Masyaf, a city in the Hama Governorate, western Syria. She left the country on 9 July  2013, exactly a week after her father was forcibly disappeared by the regime in Damascus. She moved to Turkey and began reporting on Syria for various media outlets. In 2016, she moved to Germany and continued her interrupted studies in Berlin where she studied Arts and Aesthetics at Bard College and graduated in Spring 2020. Like many of other families, Wafa doesn’t know what has happened to her father, Ali Mustafa. He was arrested once before in August 2011 due to his humanitarian efforts to help internally displaced people fleeing from Hama city to Masyaf. In her advocacy, Wafa Mustafa covers the impact of detention on young girls and women and families.

Wafa Mustafa stands outside the Koblenz Court (Germany) with the portrays of her father Ali Mustafa and others men, women and children forcibly disappeared during the first criminal trial worldwide on state torture in Syria (April 2020).

 

Moderators. Cécile Boëx (CéSor, Ehess) and Anna Poujeau (Ifpo, CNRS).


Wednesday 19th May                              

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

 MAGYC & SHAKK   

Trajectories, settlements and narratives of Syrian refugees in Lebanon and Jordan  

Registration 

Syrian children back from school in the Zaatari Refugee camp in Jordan. (Photo: Kamel Doraï)

Speaker. Imad Amer (Ifpo, Magyc)

Discussant.  Jalal al-Husseini (Ifpo, Magyc) 

Syrian Refugees in Lebanon: The Politics of No Policies

The lack of clarity and consistency on behalf of the Lebanese authority’s politics towards the Syrian refugees has left question and concerns in this regard unresolved to date.  Indeed, the absence of one or more specific institutional references, the variety of influential actors and decision makers, as well as the glaring absence of national public policies from the central government directing local authorities’ responses have created a highly complex legal and political landscape.  

Yet, despite the variety of actors involved, including but not restricted to, informal local bodies such as sectarian groups, political parties, Non-governmental organizations and international entities, the central government has nonetheless retained a degree of control on few specific aspects vis a vis this file. As such, education, security, and major international funding and response remained exclusive to and under the mandate of the Government and its associated relevant ministries.  Arguably, the Government has also capitalized on the Syrian refugees crisis as a means to amass international funds while simultaneously lagging behind on granting refugees their basic human rights. 

In this meeting, we will discuss the policies of the Lebanese state through the laws issued by the Parliament, resolutions and decrees issued by the central government and relevant ministries, their impact and their implementation. The presentation will also explain the role of various municipalities and their interaction with such policies, and the role of security institutions in the response to the refugee crisis. 

Moderators. Kamel Doraï (Ifpo-MEAE) and Anna Poujeau (Ifpo-CNRS)


Thursday 20th May                                

03:00-04:30 am (Beirut time)/ 02:00-03:30 am (Berlin time)/ 01:00-02:30 am (London time)

Local and Provincial Councils

 Registration  

Session en French language

Speaker.  Yahya Hakoum (phd candidate, Sciencespo, CERI)

L’émergence des conseils locaux dans les zones rebelles en Syrie entre 2011-2018

Durant la révolution et le conflit qui suivit, au sein des zones libérées de la présence du régime, les conseils locaux furent créés dans le but de pallier à l’absence d’institutions administratives et étatiques. Selon les contextes socio-politiques, les conseils locaux ont pris des formes, des trajectoires et des mobilisations différentes en fonction des répertoires d’actions et des ressources utilisées par les acteurs. Dans cette communication, je décrirai et analyserai les différentes caractéristiques de ces conseils locaux afin de mesurer la portée des transformations socio-politiques engendrées par les mobilisations et les nouvelles pratiques de participation citoyenne suscitée par l’adaptation de l’idée de la création d’un conseil local.

Deux cas où les conseils locaux sont toujours actifs seront approfondis à partir d’un recueil de données qui s’appuiera sur une documentation de leurs projets et actions et des mobilisations en cours dans la zone d’Idlib sous influence islamiste et dans la zone nord d’Alep sous influence turque.

Discussant. Assaad Al Achi Directeur exécutif de Baytna WWW.BAYTNA.ORG

 Moderator.  Anna Poujeau (Ifpo-CNRS)

 

ANR
ANR
Ifpo

 

 

Webinar MAGYC & SHAKK Ifpo Beirut

Trajectories, settlements and narratives of Syrian refugees in Lebanon and Jordan 

Link: 

Inscription à la réunion – Zoom

Organisers :
Imad Amer (Ifpo), Kamel Doraï (Ifpo), Anna Poujeau (Ifpo)

 

Second session

21th April 2021

03:00-05:00 Beirut time

02:00-04:00 Paris Time

01:00-03:00 London Time

 
Speaker : Dr. Faten Kikano, Collège de Rosemont-Canada (Centre d’études en responsabilité sociale et écocitoyenne – Cérsé)
Discussant : Kamel Doraï (Ifpo-CNRS-MEAE)

The freedom to settle, a poisoned gift: the case of Syrian refugees in Lebanon

Organized camps for Syrian refugees have been prohibited in Lebanon, a decision for which the international community praised the country. However, concurrently with their urban “inclusion”, the Lebanese state excluded Syrian refugees from institutional systems. More than 70% are deprived from a legal status. As a consequence, whether in urban or rural settings, refugee housing is based on informal rent agreements. Deprived from state protection and denied legal recourse, refugees are at the mercy of property owners and other actors, sometimes refugees themselves. In most cases, they pay excessive rent for precarious spaces in which they are constantly at risk of eviction. Similar predatory behaviors occur in their employment in the informal market.

 

Based on a recently submitted doctoral thesis, this presentation shows that, while Lebanon adopted a non-encampement policy to avoid consolidation of refugee spaces and permanence of their asylum, refugees’ institutional exclusion by the Lebanese state increased their vulnerability and prevented them from resettling or repatriating. Their freedom to settle proved to be a poisoned gift, a strategy that facilitates their exploitation and serves the interest of powerful private actors. We conclude that achieving spatial justice for refugees goes beyond the type of space — camp or no-camp — assigned for them. Settling refugees outside camps is often a worthless privilege if it is not combined with their inclusion in host state systems and their institutional, legal, and socioeconomic empowerment.

 

Bio: Faten Kikano is a researcher in the Cérsé, a research center specialized in social innovation and sustainable development. She holds a PhD from the faculty of environmental studies at Université de Montréal. Her research interests focus on understanding refugees’ agency in space utilization. She explores the role of government and non-government stakeholders and the impact of hosting policies on refugees’ institutional, economic, and social conditions and on the process of place-making in refugee spaces. Prior her career as a researcher, she has 20 years of experience as a practitioner in architecture and design and an instructor in the most prestigious universities in Lebanon.

 

Séminaire Ifpo: Le corps dans l’art contemporain en Syrie

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Lundi 2 mars 2020 à 19h

Lieu: Riwaq Beirut (Geitawi)

Présentation du séminaire (la séance se déroulera en arabe):

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Alaa Rashidi, critique d’art, formateur en médias, et écrivain. Il a notamment publié deux recueils de nouvelles Le Dernier jeu avant d’imposer les règles et Fantaisies du jeu entre magie et conte. Depuis 2011, il a participé à la création de nombreux journaux syriens alternatifs, et a proposé des formations de rédaction journalistique et médiatique. En outre, il écrit dans plusieurs journaux et sites Web, aussi bien dans le domaine culturel que dans la critique d’art.

Il passera en revue les manifestations du corps dans la production artistique syrienne de 2011 à 2020. Cela selon trois axes : l’impact de l’événement politique et social sur le corps dans l’art ; le corps artistique en tant que thématique culturelle ; et le corps en tant que médium artistique. À travers ceux-ci, il interroge les multiples interprétations conceptuelles et expressives que l’art projette sur le corps, ainsi que les différents usages du corps dans l’art.

Nibras Chehayed, chercheur post-doctorant (Marie Curie, Horizon 2020) dans le domaine de la philosophie contemporaine, rattaché au CERILAC (l’Université de Paris) et à l’Institut français du Proche-Orient (CNRS). Il a publié différentes études philosophiques, des traductions, ainsi que des textes littéraires et politiques.

Il propose d’appréhender la question de la corporalité dans l’art syrien contemporain par le biais de la destructivité. Ceci afin d’interroger les concepts de « corps absolu » et de « corps nihiliste », ainsi que leur relation problématique à la fonction sémantique du langage.

Colloque : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web (29-30/05/2019)

Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie

أرشيفات رقمية جديدة في الشرق الأدنى: الصوت والصورة والأفلام والويب

تحديات تبادل البيانات الميدانية في لبنان والأردن وسوريا

محاضرات وجلسات نقاش باللغة الفرنسية مع ترجمة فورية للغة العربية

:المدخل مفتوح للجميع بعد التسجيل

nanpo@sciencesconf.org

برنامج المؤتمر باللغة العربية

Résumé

Les chercheurs en sciences humaines et sociales qui ont choisi le Proche-Orient comme terrain d’investigation scientifique depuis le XIXe siècle ont constitué des fonds documentaires comprenant tous les types de sources. Chercheur·e·s libanais·es, syrien·nne·s, jordannien·ne·s et français·es ont produit et mobilisé des corpus de notes et carnets de terrain ou de fouilles, photographies, films et enregistrements sonores, sites Web… Ces ensembles constituent des collections qui sont susceptibles d’éclairer l’histoire de la région et d’aider à la compréhension du temps présent. Ces collections restent pourtant souvent difficilement accessibles, parfois même inconnues du monde académique et culturel et bien plus encore des différents publics concernés.

Présentation

Cette manifestations réunira des chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, professionnel·le·s de l’information scientifique, acteurs de la société civile, étudiant·e·s de tous niveaux et publics amateurs qui s’intéressent ou travaillent dans le domaine des archives en sciences humaines et sociales issus des rives de la Méditerranée et au-delà. Ces deux journées s’attachent aux territoires jordaniens, libanais et syriens. Elles associent l’Institut français du Liban, des universités (Aix-Marseille Université,Université libanaise, Université Saint-Joseph), des centres de recherche (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme etInstitut français du Proche-Orient) et valoriseront les actions scientifiques ou les programmes de recherche portés par ces structures (ANR Shakk).

Ce colloque sera l’occasion d’engager une réflexion nécessaire en sciences humaines et sociales quant à l’exploitation scientifique et la valorisation de ces collections qui ont été constituées dans/sur ces pays et d’engager un dialogue entre les différents acteurs qui s’intéressent ou se sont intéressés à ces données, leur collecte et leur archivage avec un focus sur l’image, l’audiovisuel et le web. En s’appuyant sur les disciplines qui ont constitué des collections documentaires pour étayer des publications scientifiques ou grand public, les journées veulent aussi appréhender les enjeux auxquels sont confrontés aujourd’hui ces fonds à l’ère du numérique. Elles offrent l’opportunité de réfléchir aux méthodologies mises en œuvre dans les sciences humaines et sociales et à leurs enjeux au moment de leur production, qu’il s’agisse de l’influence des outils de collecte sur les pratiques de recherche, des liens qui relient les producteurs de données, les acteurs documentés dans les données, les archivistes et les utilisateurs, ou encore du poids des crises politiques et des conflits. Le récit de chercheurs qui ont constitué ou utilisé ces archives, la présentation réflexive de collections conservées dans la région ou en Europe et des conférences de spécialistes de ce paysage documentaire, soutiendront une meilleure appréhension des histoires et des cultures du Liban et de Syrie.

Journées précédées d’un atelier pédagogique (28 mai) et accompagnées de projections de films documentaires (voir informations en bas de l’article)

Ouvert au public sur inscription : nanpo@sciencesconf.org


Programme

29 mai 2019, Bibliothèque nationale du Liban

8h30 Accueil des participants

  • Hassan Al Akra, Bibliothèque nationale du Liban
  • Véronique Aulagnon, Institut Français du Liban
  • Michel Mouton, Institut français du Proche-Orient
  • Sophie Bouffier, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

9h – Allocutions d’accueil :

9h30 – Conférence introductive : Carla Eddé, historienne, vice-recteur pour les relations internationales à l’Université Saint-Joseph – Archives, mémoire, histoire (titre provisoire)

10h – Table-ronde 1 : Partage des données numériques au Proche-Orient : quels acteurs, quels médias, quels enjeux ?

Modérateurs : Najla Nakhlé-Cerruti (Ifpo) et Lockman Slim (UMAM documentation & research)

Françoise Hours (BnF)

Jean-Philippe Dumas (Archives du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères)

Elie Elias (Université Saint-Esprit de Kaslik)

Kamal Kassar (Fondation Amar)

Levon Nordiguian et Marina Mattar (Photothèque de l’Université Saint Joseph)

Mireille Maurice (Ina Méditerranée)

12h – Le projet Open Jerusalem : vers un croisement des archives et une collaboration des chercheurs, Abdul-Hameed Al-Kayyali (Ifpo, Amman)

12h30-14h – déjeuner libre

14h-14h30 : Partager les données de la recherche : l’expérience de la TGIR Huma-Num dans le contexte européen, Stéphane Pouyllau (directeur technique de la TGIR Huma-Num), Adeline Joffres (responsable de la coopération internationale de la TGIR Huma-Num

15h : Table-ronde 2 : Les activistes des archives

Modératrice : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, Ifpo)

Sana Yazigi (Creative Memory), Archiver la mémoire créative de la Révolution syrienne produites en Syrie et en diaspora : https://creativememory.org

Cécile Boex (EHESS, Césor), Archiver les vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie : enjeux éthiques et politiques

Zara Fournier (doctorante en géographie à l’université de Tours, CITERES 7324, associée à l’Ifpo), Désirs d’ailleurs et d’avant : les militants de la mémoire et le Web au Sud du Liban

Mohammad Haj Hassan (Dawlati), Archiving the Oral History of the Syrian Conflict : http://dawlaty.org

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction de Monika Borgmann : Tadmor, film réalisé par Monika Borgmann et Lokman Slim, 2017


30 mai 2019, Beit Beirut Museum

9h – Accueil, café

9h30 – Conférence introductive : Pauline Koetschet (MMSH – Centre Paul Albert-Février, UMR 7297), Bibliothèques, collections et archives. Matérialité de la recherche

10h – Table-ronde 3 : Parole vive, parole en interaction

Organisatrices : Loubna Dimachki (Université libanaise) et Véronique Traverso (CNRS-Ifpo)

Modérateur: Ziad Mikati (Université libanaise)

Loubna Dimachki et Rim Ayoub (Université Libanaise), Les corpus d’interaction au Centre des Sciences du Langage et de la Communication

Catherine Pinon (Ifpo), Transcription de corpus d’arabe parlé en interaction : la convention  ARAPI

Gloria el-Hajj (Université Lumière Lyon 2), Corpus actuel de français parlé au Liban : constitution, terrain et réflexion scientifique

Bassam Baraké (Université Libanaise), Le parler blanc au Liban – Analyse des documents télévisés

Joseph Dichy (Université Lumière Lyon 2), Corpus sur Twitter en Arabizi et traduction

Véronique Traverso (Ifpo), Corpus sensibles, aspects éthiques et juridiques 

12h – 12h30 – Conférence : Christine Jungen (CNRS, LESC), Les archives et leurs formes : petites histoires de traduction

Déjeuner

14h – Table-ronde 4 : Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale

Modératrices : Liliane Kfoury (Université Saint-Joseph) et Florence Descamps (École pratique des hautes études – Paris sciences et lettres – EPHE PSL)

Florence Descamps (EPHE PSL), Histoire de la mémoire, histoire des mémoires. Les vertus heuristiques du concept « régime de mémorialité ».

Karima Dirèche (CR CNRS, UMR TELEMMe), Mémoires de la guerre et de l’indépendance. Ce qu’en disent les slogans de la contestation algérienne

Sophie Gebeil (MCF – AMU, UMR TELEMMe), Historiciser les dispositifs de médiation mémorielle en ligne : entre archives du Web et enquête orale

Houda Kassatly (ethnologue, photographe, Université Saint-Joseph), Les photographes de studio des années 50 : mémoire d’un métier et hommage posthume

Liliane Kfoury (historienne, USJ), L’apport de l’oralité à l’histoire libanaise contemporaine

Falestin Naïli (Ifpo – Amman), L‘histoire orale en Jordanie : potentiels et obstacles

Conclusions, synthèse et perspectives

Kamel Doraï, Directeur du département des études contemporaines de l’Ifpo (CNRS, Ifpo)

 19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), introduction d’Emma Aubin-Boltanski et Rania Stephan : Catherine ou le corps de la passion, film réalisé par Emma Aubin-Boltanski, 2012


28 mai : atelier pédagogique sur les bonnes pratiques pour les usages et le partage des archives numériques

Cet atelier, animé par Fabrice Barth (chargé de mission sur le numérique pédagogique, Espé – Aix-en-Provence) est organisé avec la collaborationdu service de coopération éducative auprès de l’Ambassade de France au Liban. Il s’adresse aux enseignants du secondaire au Liban du réseau AEFE (réseau de l’enseignement français au Liban). A partir d’archives numériques en langue française sur le domaine libanais (archives orales de terrain, archives de l’Institut national de l’audiovisuel, films) utilisables en classe, l’objectif est de favoriser les bonnes pratiques pour leur utilisation dans le cadre de l’enseignement ou plus largement de publications ou de réusages.

Projections et écoutes d’archives

  • Archives sonores de la recherche (Phonothèque de la MMSH)
  • Archives de l’Institut national de l’audiovisuel – Ina Méditerranée
  • Archives musicales, collection AMAR
  • Films numérisés de Studio Baalbeck, collection UMAM documentation & Research – La contemporaine

19h – Projection au Cinéma le Montaigne (Espace des Lettres, rue de Damas), Inner Mapping de Stéphanie Latte-Abdhallah et Emad Ahmad (2017)

Séminaire Ifpo

Cartographier les villes en guerre

Séance du séminaire :  « La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

Date et horaires : Lundi 11 mars 2019  de 17h à 19h

Lieu : Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La séance sera animé par deux intervenantes :

Hanane Yazigi

Hanane Yazigi est géographe, spécialiste en systèmes d’information géographique et en gestion des données. Après avoir travaillé dans le secteur privé en France, elle rejoint le projet de reconstruction du camp de Nahr al-Bared, en tant que responsable SIG et donnée, de 2008 à 2011. Elle travaille pour des projets de collecte, gestion et analyse de données dans la région en free-lance : la cartographie des camps palestiniens au Moyen-Orient pour le projet Infrastructure et amélioration des camps de l’UNRWA, la cartographie et l’analyse des besoins médicaux pour MSF, ou encore des projets de cartographie online. La question de la durabilité dans les systèmes de données est une problématique centrale dans son travail, en particulier dans le contexte des analyses urbaines.

La cartographie comme outil de reconstruction. Le cas de Naher al-bared

En 2007, le camp palestinien de Nahr al-Bared, au Nord du Liban, a été entièrement détruit suite à des combats violents entre l’armée libanaise et le groupe islamiste Fath al-Islam. La reconstruction du camp a été l’occasion d’une cartographie et d’un travail de planification dans lesquels les habitants ont joué un rôle moteur. En revenant sur cet exemple de reconstruction post-conflit, Hanane Yazigi explorera la façon dont la cartographie et le traitement de l’information peuvent jouer un rôle dans les différentes étapes du processus de reconstruction. Dans un second temps, elle proposera un état des lieux des informations et des données disponibles sur les transformations (destructions et reconstructions) des villes syriennes depuis le conflit.

Rouba Kaedbey

Rouba Kaedbey est doctorante en aménagement au laboratoire CITERES – Equipe monde arabe et méditerranée EMAM. Sa thèse porte sur l’accès aux ressources de la ville dans les quartiers informels à travers l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth. Elle mène également une recherche sur le marché locatif informel destiné aux réfugiés syriens dans ces quartiers. Elle a rejoint l’équipe du programme Shakk en Janvier 2019 pour participer à la construction d’une base de donnée permettant l’élaboration d’un Atlas des villes syriennes en guerre.

Projet d’Atlas des villes syriennes en guerre. Les défis de la documentation

L’exploitation des données en ligne est l’un des outils adopté dans la constitution de l’Atlas des villes syriennes en guerre qui s’inscrit dans l’axe 4 du programme Shakk. Après deux mois de recherche documentaire, Rouba Kaedbey présentera les résultats préliminaires de son travail à travers l’exemple d’Alep : la chronologie des événements, la destruction et la dispersion de la population. Elle exposera les défis et posera des questions méthodologiques sur la construction de l’état de l’art de ces sujets.

Journées d’études internationales : « Du geste à la trace. De la trace à la mémoire »

« Du geste à la trace. De la trace à la mémoire : Trajectoires d’archivage des vidéos vernaculaires de la révolte et du conflit en Syrie et au-delà »

Dans le cadre du programme ANR Shakk “De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes”

Aller au programme

5 – 6 juillet 2018

Bibliothèque nationale de France – Quai François Mauriac – 75013 Paris

Salle 70 (Hall est, foyer du Petit auditorium)

Bildergebnis für symbole métro parisien 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Depuis 2011, la révolte et la guerre en Syrie ont engendré une masse considérable de vidéos filmées par des manifestants, des activistes, des combattants. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger. Ces journées d’études visent à faire un état des lieux des pratiques et des trajectoires d’archivage de ces vidéos afin de mieux en cerner les enjeux épistémologiques et mémoriaux.

Présentation

Jamais dans l’histoire, une révolte et un conflit n’ont autant été filmés par leurs propres protagonistes. Depuis 2011, pour contourner l’embargo médiatique imposé par le régime de Bachar al-Assad, des centaines de milliers de vidéos ont été mises en ligne — principalement sur YouTube — par des manifestants, des activistes et des combattants : manifestations, scènes de répression, funérailles, mais aussi actions protestataires inédites, recueils de témoignages, déclarations de défection de militaires ou de formation de brigade combattante, hommages aux « martyrs », combats, etc. Par ailleurs, de nombreuses vidéos ont été filmées et n’ont jamais été mises en ligne, stockées pour l’instant dans des disques durs ou des téléphones portables.

La vaste gamme des usages de la vidéo reste encore à explorer, tant elle évolue au fil des rapports de force sur le terrain et des différents acteurs en présence. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles vernaculaires sont à la fois traces et expériences de la révolte et de la guerre. Ces fragments d’images et de sons, pour la plupart anonymes, lacunaires et contingents de la maîtrise des preneurs d’images et du matériel dont

ils disposent, sont souvent illisibles et invisibles, malgré leur accessibilité sur Internet : la masse de vidéos fait écran, tout comme le manque d’indices de contextualisation. Opaques, ces vidéos sont aussi fragiles puisqu’elles peuvent disparaître du jour au lendemain, en raison notamment de la fermeture de comptes par les utilisateurs ou par la société YouTube, comme en juin 2018, au motif de lutter contre les contenus violents.

Pourtant, nombreux sont ceux qui ont saisi à quel point ces vidéos constituent une ressource précieuse pour comprendre, se souvenir et, éventuellement, juger un jour ceux qui, pour l’instant, figurent dans le camp des vainqueurs. Conscients du caractère éminemment évanescent de ces documents, des associations telles que Syrian Archive ou Creative Memory of the Syrian révolution, des activistes, des chercheurs et des particuliers, chacun avec des moyens et des objectifs propres, s’attachent depuis plusieurs années à les collecter, les organiser et les sauvegarder.

En effet, quelles sont les vidéos qui font l’objet de sauvegarde ? Selon quelles procédures et dans quels buts ? Comment sont-elles décrites et référencées ? Dans quelle mesure peuvent-elles constituer une source pour la connaissance, la mémoire ou le droit ? Quelles en sont les modalités de partage et de diffusion ? Les spécificités de ces vidéos tout comme les logiques hétérogènes et les sites disséminés de ces entreprises de collecte remettent en question le concept d’archive et ses pratiques institutionnelles. De même, l’intérêt grandissant pour l’archivage de ces vidéos alors que les événements sont toujours en cours interroge. Nous réfléchirons à ces questions avec des acteurs de la constitution de ces archives, qu’ils conçoivent leurs démarches dans un cadre militant, judiciaire ou universitaire. Il s’agira également d’inscrire cette réflexion dans un questionnement plus large sur les façons dont les images animées et le numérique façonnent notre rapport à la connaissance et à la mémoire.

Programme

 Voir pdf

Jeudi 5 juillet

9h15 ● Accueil

9h30 ● Introduction

Alain Carrou (BnF), Cécile Boëx (CéSor, EHESS), Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

Session 1 ● Méthodes et pratiques de la recherche : collecter, analyser, sauvegarder

Discutantes : Cécile Boëx (CéSor, EHESS) et Vanessa Guéno (Iremam, Aix-en-Provence)

10h15-10h45 ● Dima Saber (Center for Media and Cultural Research, Birmingham University) Refugee writing, refugee history. Locating the refugee archive in the making of a history of the Syrian war

10h45-11h15 ● Yasser al-Zayyat (American University of Beirut) A Syria That Is No More: On Science, Memory and Language

11h15-11h30 ● Pause café

11h30 12h00 ● Ulrike Lune Riboni, (CEMTI, Paris 8) « Ce que je trouve est ce que je cherche » : méthodologie pour la constitution d’un corpus de vidéos en ligne

12h00-12h30 ● Discussion

12h30-14h00 ● Pause Déjeuner

Session 2 ● Les mémoires à l’épreuve du numérique et des images animées. Perspectives comparatives

Discutant : Alain Carou (BnF)

14h00 ● Laurent Véray (IRCAV, Paris 3) Filmer, montrer et archiver la Grande Guerre

14h30 ● Agnès Devictor (HiCSA, Paris 1) Transfert de fonds d’archives audio-visuelles : étude d’un cas afghan

15h00-15h15 ● Pause café

15h15 ● Sophie Gebeil (TELEMMe, Aix-en-Provence) L’historien.ne dans les méandres des archives du Web : le cas des mémoires maghrébines sur la toile française depuis les années 2000

16h15 ● Discussion

19h30 ● Dîner

Vendredi 6 juillet

9h30 ● Accueil

9h45 ● Mot d’introduction Anna Poujeau (CéSor, CNRS)

Session 3 ● Enjeux mémoriels, politiques et testimoniaux des archives audiovisuelles

Discutants : Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS) et Jean-Christophe Peyssard (Ifpo Beyrouth, CNRS)

10h00 ● Jean-Marc Salmon (Institut Mines Télécom, Université Paris Descartes) Les archives nativement numériques du jaillissement du soulèvement tunisien

10h30 ● Jeff Dutch, Syrian Archive Collect, Curate, Investigate: Using open-source big-data methodologies for human rights monitoring in Syria

11h15 ● Pause café

11h30 ● Stefan Tarnowski (Institute for Comparative Literature and Society, Columbia University) Human Rights Video and Revolution in Syria

12h00 ● Discussion

12h30-14h00 ● Déjeuner

Session 4 ● Passages, transmission et création

Discutants : Franck Mermier (IRIS, CNRS) et Nisrine al-Zahre (CéSor, EHESS)

14h00 ● Collectif 858 : Beyond archiving

14h30 ● Sana Yaziji et Naji Zahar (The Creative Memory of the Syrian Revolution) Un devoir de Mémoire

15h15 ● Pause café

15h30 ● Ali Atassi (Bidayyat) Digital Syrian Archive Between Videos and Documentary Cinema

16h00 ● Discussion

16h30 ● Synthèse et ouvertures : Myriam Catusse (Iremam, CNRS) et Emma Aubin-Boltanski (Ifpo Beyrouth, CNRS)

20h00 ● Dîner

Séminaire Ifpo (2018-2019)

« La révolte et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »