Archiver la révolte et la guerre

 Axe 1. « Archiver la révolte et la guerre : enjeux mémoriaux, politiques et historiques »

« Archiver le net : créer des outils de collecte, d’analyse et de sauvegarde »

Jamais dans l’histoire, une révolte et un conflit n’ont été autant documentés par leurs propres protagonistes. Depuis le 15 mars 2011, pour contourner l’embargo médiatique imposé par le régime, des centaines de milliers de vidéos ont été mises en ligne sur YouTube par des manifestants, des activistes et des combattants : fragments de manifestations, funérailles, actions protestataires créatives, scènes de répression ou de bombardements, recueils de témoignages, déclarations de défection de militaires ou de formation de brigade combattante, hommage aux martyrs, sessions d’aveux, combats, etc. Élaborées à la marge des cadres institués de la production médiatique, ces formes de communications audiovisuelles vernaculaires (Tom Sherman, 2008) constituent des ressources inestimables. Tout d’abord, parce qu’elles donnent accès à des situations « de l’intérieur ». Traces des événements, elles informent également sur les manières de les raconter, de les montrer et de les vivre. Pour la plupart anonymes, ces documents, souvent lacunaires et de factures aléatoires sont rendus invisibles par l’effet de masse, mais aussi par l’hypervisibilité d’autres vidéos directement adressées aux médias, comme celles, à partir de 2014, de l’Organisation de l’État islamique. Cette asymétrie concerne aussi l’archivage : alors que les vidéos des groupes djihadistes dominants sont conservées sur des sites comme Archive.org ou Jihadology.net, les vidéos anonymes de protestataires et de combattants directement issues de la révolte sont particulièrement volatiles : elles peuvent disparaître d’un instant à l’autre de YouTube. Ces documents constituent les fragments d’une mémoire alternative et vive de la révolte et du conflit dont il est urgent de commencer l’archivage et la préservation. C’est à partir de ce même constat qu’un fonds d’archives numériques de la révolte en Tunisie vient de voir le jour aux Archives nationales de Tunis (Le Monde, 14/03/2017). Combinant étroitement compétences techniques et scientifiques, cet axe appréhende ce matériau numérique unique selon deux perspectives : comme source irriguant les différents objets de recherche développés dans ce programme, mais aussi comme objet de réflexion sur les usages de la vidéo et des réseaux sociaux dans la mise en récit des événements et dans l’écriture d’une mémoire vernaculaire (Hess, 2007). Cette réflexion, adossée aux apports des Digital Studies (Murthy, 2008 ; Pastinelli, 2011 ; Latzko-Toth, 2013) nécessitera la mise en œuvre de nouveaux outils de moissonnage, d’indexation, d’analyse, de stockage et de diffusion. Avec l’appui logistique, technique et l’expertise du département de l’Audiovisuel de la BNF dirigé par Alain Carou, nous prévoyons de constituer des « corpus de chercheurs » à partir des travaux menés dans ce programme. D’autre part, et ce grâce à l’expérience de Jean-Christophe Peyssard, responsable des Humanités numériques à l’Ifpo Beyrouth, et toujours en collaboration avec la BNF, notre objectif est de concevoir des outils de collecte et d’archivage afin de poser les premiers jalons pour la constitution de collections en vue d’usages (scientifiques, juridiques, mémoriaux, artistiques) futurs. Ces collections seront construites autour des différents moments et événements de la révolte et du conflit, resitués dans l’espace et le temps. Par exemple, les actions protestataires (manifestations, mais aussi performances créatives, sit-in à domicile de femmes, etc.) classées par quartiers et par dates ou encore l’organisation de la lutte armée à travers des vidéos de défection, de constitution de brigades et de combat. Cette approche par les actions, les lieux et la temporalité doit permettre l’esquisse d’une cartographie précise et circonstanciée du rythme des mobilisations, de leur coordination, du basculement vers la lutte armée, de la communautarisation du conflit et de l’entrée en scène de nouveaux acteurs combattants, données qui alimenteront l’atlas (cf. axe 4). Ce repérage s’effectuera également par les mots et leur évolution au fil des événements en relation avec l’élaboration d’un dictionnaire dynamique de la révolte et du conflit (cf. axe 2). Cette entreprise de collecte et de sauvegarde sera accompagnée d’une réflexion sur les enjeux mémoriels, identitaires et politiques qui se jouent au creux de ces sources et de leur archivage.

« Archiver des révoltes passées »

En articulation à ce premier volet portant sur les archives audiovisuelles du conflit syrien, notre équipe s’emploiera à documenter deux moments historiques importants auxquels les acteurs de la révolte et de la guerre actuelle se réfèrent pour définir la nature de leur engagement. Il s’agit d’une part de la révolte de 1920 menée contre le Mandat français par le Druze Sultan Al-Atrach dans la région du djabal al-Arab (sud du pays) et, d’autre part, du massacre de Hama perpétré en 1982 par les unités spéciales du régime de Hafez Al-Assad. Ces deux moments correspondent à des périodes d’affrontements et de recompositions sociales et politiques décisives pour la compréhension de l’histoire contemporaine de la Syrie.

Les archives du Mandat en France et en Grande-Bretagne

Plusieurs membres de notre équipe (A.Poujeau, B.James, N. Al-Zahre) conduiront une enquête sur les archives disponibles en France (au ministère de la Défense à Vincennes et au ministère des Affaires étrangères à Nantes) et en Grande-Bretagne sur la Syrie et le Kurdistan historique de la période mandataire (1917-1947). Nous inscrivons nos recherches dans la continuité d’un premier travail sur les archives du ministère de la Défense entrepris par l’Ifpo sous la forme, d’une part, de la numérisation de la sous-série GH4H des documents de la présence des armées françaises au Levant entre 1916 et 1940 mis en ligne sur le site Mémoire des hommes du ministère de la Défense[1] et, d’autre part, d’un travail collectif sur ces documents dirigé par Nadine Méouchy (Ifpo Beyrouth). Cette dernière sera invitée à s’associer à notre équipe. Notre intérêt pour ces archives encore largement sous-exploitées s’explique par la nécessité de revenir sur cet épisode majeur de l’histoire syrienne du XXe siècle qu’est le soulèvement contre les Français conduit par Sultan al-Atrach, souvent présenté comme la « première révolte » des Syriens. Nombre d’acteurs engagés dans les événements actuels se réfèrent à ce moment historique pour expliquer la nature de leur engagement contre l’autorité politique. Nous reviendrons sur les multiples dynamiques à l’œuvre en 1920, à la fois familiales, confessionnelles et politiques ; locales et nationales qui façonnent jusqu’à nos jours les mémoires lignagères et régionales, ainsi que  l’historiographie syrienne

 1979-1982 : premiers soulèvements populaires contre le régime Al-Assad

Février 1982 : le régime de Hafez al-Assad met un terme à une insurrection commencée en 1979. Épicentre du soulèvement, Hama, la quatrième ville du pays, est en grande partie détruite par des bombardements intensifs, puis assiégée et affamée, avant d’être complètement reprise en main par les unités spéciales de l’armée. La répression est non seulement d’une violence inouïe, mais indistincte : elle touche tout hamawi quel que soit son âge, son sexe ou sa religion. Sur une population de 250 000 habitants, on estime le nombre de victimes à 30 000 personnes. La brutalité de la sanction suscite un grand émoi et quelques protestations immédiatement tues : une chape de plomb s’abat sur la société syrienne entièrement contrôlée, verrouillée par une « entreprise de domestication » qui se traduit notamment par le renforcement d’un réseau très dense de mukhabarat (hommes des services de renseignement). Un mot ou un geste déplacé provoque immédiatement une intervention musclée, voire violente de leur part. Pendant trente années, la tragédie de Hama continuera d’agir comme le spectre d’un traumatisme passé sous silence, mais indélébile, muselant les voix dissidentes (Quiades, 2009 ; Benkorich, 2012). L’histoire de cet événement crucial pour saisir les dynamiques à l’œuvre aujourd’hui reste à écrire. Jusqu’au déclenchement de la révolution en 2011, il constituait un sujet tabou sur lequel rares étaient les chercheurs qui osèrent enquêter[2]. C’est en premier lieu, le déroulé et la nature du soulèvement commencé en 1979 qui restent à interroger. Si l’insurrection contre le régime baasiste est communément attribuée aux Frères musulmans, c’est en réalité des cercles bien plus larges de la société (partis de gauche et organisations professionnelles) qui furent impliqués et, eux aussi, durement réprimés. Si l’on évoque la ville de Hama, on oublie souvent que la violence du régime s’exerça également  contre des villages et les villes d’Alep et de Homs. Si c’est la date de 1982 qui est généralement retenue, les massacres de moindres échelles commencèrent en réalité dès 1980 (200 personnes assassinées dans la ville moyenne de Jisr al-Shughûr en mars 1980, liquidation systématique des « têtes pensantes » des organisations professionnelles en avril 1980, exécution de 500 à 1000 prisonniers dans la prison de Palmyre à l’aube du 27 juin 1980, etc.).

Pour faire l’histoire précise de ce moment de référence, nous disposons pour l’heure de peu de sources (rapports d’Amnesty internationale[3], archives sonores de Michel Seurat numérisées et actuellement en cours de catalogage à la MMSH). Nous travaillerons à les compléter en conduisant des entretiens avec les témoins directs des événements aujourd’hui en exil et en procédant à un repérage systématique de documents (photographies, entretiens enregistrés, etc.) disséminés dans des familles ou encore conservés par les rares journalistes qui enquêtèrent sur les événements au début des années 1980 (Fisk, 1990).

[1]http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=821&titre=presentation-du-contenu

[2]Michel Seurat est l’un des rares chercheurs à avoir tenté une description du soulèvement de 1979-1982 qu’il fait paraître en 1983, sous son pseudonyme de Gérard Michaud, détail révélateur de l’interdit qui pesait alors sur le sujet : Olivier Carré et Gérard Michaud (1983).

[3]Amnesty International, Syria : An Amnesty International Briefing , London, 1983, Amnesty International, Report from Amnesty International to the Government of the Syrian Arab Republic, 1983.