Séminaire Ifpo : « La révolution et la guerre en Syrie dans une perspective comparée »

« Organiser un nettoyage ethnique » : le cas de la Bosnie et de l’Ituri (Congo RDC)

Intervenante

Élisabeth Claverie, anthropologue, directrice de recherche émérite au CNRS

Présentation

Il s’agira de décrire et d’analyser deux campagnes de nettoyage ethnique, leurs organisations et leurs effets : en Bosnie (1992-1995) et en Ituri, à l’Est du Congo RDC, en 2002-2003.  On essaiera de montrer les effets de ces campagnes sur la population civile locale (déplacements, fuites, alertes constantes), à travers les dépositions des témoins dans deux institutions pénales internationales, la CPI (Cour pénale internationale)  et le TPIY (Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie).

Date et horaires

Mercredi 27 juin 2018 de 16h à 17h30

Lieu

Ifpo, bâtiment G, Salle de réunion 1er étage, Espace des lettres, Rue de Damas, Beyrouth

La première séance du séminaire « La révolution et la guerre en Syrie dans une perspective comparée » était animée par Elisabeth Claverie (anthropologue, directrice de recherche émérite au CNRS) qui nous a parlé de la guerre en Bosnie-Herzégovine (1991-1995) et de l’enquête conduite dès 1993 par le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Deux spécialistes de la Syrie, Agnès Favier, politiste, chercheuse à l’European University Institute, et Marie Kostrz, chercheuse et coordinatrice de terrain pour l’organisation britannique Integrity, étaient invitées à discuter l’intervention.

Une donnée chronologique se doit d’être d’emblée soulignée : l’enquête du TPIY a commencé dès 1993, alors que la guerre battait encore son plein en Bosnie-Herzégovine. En Syrie, bien au contraire, huit ans après le déclenchement du conflit, et ce en raison du véto russe au Conseil de sécurité, la justice internationale n’a pu être saisie. Cependant très tôt, dès 2011, des intellectuels, activistes, journalistes se sont attelés à la tâche de rassembler des documents et des preuves pour attester de la brutalité de la répression du soulèvement. Depuis 2016, beaucoup au sein de l’opposition mettent leurs espoirs dans la Cour Pénale Internationale (CPI). Les précédents bosniaques et également rwandais constituent des modèles. En vingt-cinq ans d’existence, ce « gros enquêteur » qu’est le CPI, a su imposer ses normes, mais les États ont de plus en plus de réticence à le laisser intervenir.

« Juger de loin en regardant de près », telle est la mission que s’assigne le Tribunal à La Haye.  Il faut donner au juge les moyens de porter son jugement comme s’il était sur place ; des témoignages précis et détaillés et des preuves « au-delà de tout doute raisonnable ». Pour le conflit syrien, près de 70 à 80 % des documents collectés (vidéos, témoignages…) par des activistes ou des associations ne sont pas recevables par la CPI. Des juges syriens sont cependant formés par le CPI depuis quelques années. La situation pourrait donc changer.

La question de la qualification des évènements a également été posée au cours du séminaire. Quand peut-on parler de « crime contre l’humanité », de « nettoyage ethnique » ou encore de « crime de terrorisation »[1] ? A partir de quel moment l’accusation de « génocide » peut-elle être fondée ? Pour qu’un « crime contre l’humanité » soit attesté il faut que le crime soit systématique, de grande ampleur contre une population civile et surtout il faut prouver l’intention. En Bosnie, seul le massacre de Visegrad a pu être jugé comme tel. Prouver l’intention de massacres systématiques ou encore d’actes de violence dirigés contre une population civile, peut s’avérer difficile. Le crime est-il prémédité et suit il un plan préalablement établi ? Ou est-ce les aléas de la guerre qui ont conduit à cette situation ?

Concernant la Syrie, plusieurs interrogations restent encore sans réponse : Les bombardements massifs des populations civiles correspondent-ils à une stratégie des autorités de Damas pour mettre rapidement fin à la guerre ? Ou s’agit-il de cibler des populations précises pour les terroriser et les contraindre au départ ? Peut-on parler de planification des massacres ? La question de la qualification des acteurs en lice est également cruciale. Dans tout conflit armé, on distingue généralement deux catégories – celle de « combattants » d’une part et celle de « population civile » de l’autre -, deux catégories « molles » qui s’ébrèchent à l’épreuve des enquêtes. Une même personne en fonction des situations, de son parcours peut être « civile » et/ou « combattante », la frontière entre l’une et l’autre de ces deux catégories étant, dans le cadre d’un conflit armé interne, poreuse. En Syrie, où la grande majorité des combattants ne relève pas d’une armée régulière, cette question est, de fait, cruciale.

[1] Le « crime de terrorisation » est précisé au point 133, page 67, dans le jugement de l’affaire Galic. Ce crime est constitué lorsque sont réunis les éléments suivants : 1. Actes de violence dirigés contre la population civile ou des personnes civiles ne participant pas directement aux hostilités, qui entraînent parmi elles la mort ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé. 2. L’auteur a intentionnellement soumis à ces actes de violence la population civile ou des personnes civiles ne participant pas aux hostilités. 3. L’infraction susmentionnée a été commise dans le but principal de répandre la terreur parmi la population civile.

Témoigner en faisant le choix du petit

 

Samar Yazbek, Tis’a ‘ashrata imra’a. Sûrîyât yarwina (Dix-neuf femmes. Des Syriennes racontent), Milan, Al-Mutawassit, 2018

Les études sur la révolution et la guerre en Syrie, émanant de chercheurs ou d’experts, d’activistes ou d’acteurs de la société civile se multiplient ces derniers mois. Sur les femmes syriennes, leur engagement et leurs rôles dans les évènements depuis 2011, de nombreux « témoignages » ont été publiés. Le témoignage comme genre littéraire s’est considérablement développé dans le sillage de la guerre. À la littérature dite « de prison » (Mustafa Khalifeh, La coquille ; Aram Karabet, Treize ans dans les prisons syriennes ; Yassin Haj Saleh, Récits d’une Syrie oubliée: Sortir la mémoire des prisons) se sont ajoutés des récits à la première personne du singulier : des hommes, et plus souvent encore des femmes, racontent leurs expériences et leur vécu des bouleversements qu’a connu leur pays. D’un témoignage à l’autre, l’enchainement est souvent le même : aux espoirs apportés par le soulèvement de mars 2011, succède la stupéfaction face à une violence inouïe : bombardements, emprisonnements, viols, tortures, armes chimiques, exil.

Collecter, rassembler, rédiger et publier des récits circonstanciés d’engagements et de violences subies pour les porter à la connaissance du plus grand nombre, cette pratique sociale procède d’un « besoin de vérité » face à l’intolérable. Comparable en bien des points aux témoignages parus en Europe dans le sillage des guerres et des génocides de la première moitié du XXe siècle,  elle mérite que les chercheurs s’y intéressent.

Citons en premier lieu le très bel ouvrage de Golan Haji, Ilâ ann qâmat al-harb. Nisâ’ fî al-thawra al-sûrîya (Avant que n’éclate la guerre. Des femmes dans la révolution syrienne), Beyrouth, Riad el-Rayyes Books, 2016 et la longue « Série de témoignages syriens », lancée dès 2012 par Hasan Abbas, dans laquelle figurent Ilâ ibnatî (A ma fille), Damas, Beit al-Muwâtin 2014, de l’activiste féministe Hanadi Zahlout. Nous leur consacrerons prochainement des billets. Pour l’heure, c’est l’ouvrage de Samar Yazbek, Dix-neuf femmes. Des Syriennes racontent (2018) qui nous intéresse. Ce livre donne la parole à des femmes qui bien que prises dans un faisceau de contraintes (régime de terreur, environnement ultraconservateur, ascension fulgurante des salafistes), se sont engagées dans la révolution et illustrées dans différentes actions –  éducation, aide médicale, journalisme, évènements artistiques, plus marginalement brigades armées -, chacune animée par une même espérance, celle de transformer leur société pour y établir une nouvelle réalité articulée autour de trois axiomes : « liberté », « dignité » et  « justice » (hurrîya, karâma et ‘adâla, les trois mots d’ordre du soulèvement). Pour la plupart un double combat a dû être mené : contre un régime dictatorial implacable  et contre une société qui limite le rôle des femmes sous prétexte de les protéger. L’engagement dans le soulèvement leur a donc imposé d’opérer de multiples déplacements : déplacements hors de l’ordre politique prescrit ; déplacements hors de l’environnement où elles évoluaient (leurs sphères familiales, leurs quartiers,  leurs villes natales et, lorsque l’exil est devenu nécessité, leur pays) ; déplacements, enfin, hors du carcan imposé par des normes sociales souvent intériorisées et acceptées. Invitées à revenir sur leurs expériences, les dix-neuf témoins de l’ouvrage de Samar Yazbek racontent leur stupéfaction de découvrir des pans entiers d’une société qu’elles méconnaissaient,  leurs interrogations, parfois leur colère, face à des hommes qui tentent, au nom de la religion (le plus souvent la leur pourtant) et de la bienséance, de les marginaliser et de réduire leurs activités ; leur  rage de voir les plus démunis abandonnés à leur sort et sombrer dans une violence inouïe. C’est que la sortie hors de leurs petits mondes a conduit ces femmes éduquées, issues de la classe moyenne, vers un inconnu : une Syrie qu’elles pensaient « unie », en réalité un pays « étranger à lui-même » et traversé par de multiples fractures.

Le livre de Samar Yazbek est précieux car il donne à lire des récits situés qui, ne prétendant pas raconter « toute la Syrie »,  font le « choix du petit[1] » : sans jamais s’ériger en victimes ou en héroïnes, les témoins s’en tiennent délibérément à leurs vécus  quotidiens dans des villes, des quartiers, des villages précis. À travers elles, un kaléidoscope de situations se dessine qui montre que l’histoire de la révolution et de la guerre n’a pas été la même partout. Un grand récit tend aujourd’hui à s’imposer que d’aucuns qualifient de « réaliste », offrant non seulement une chronologie unique, mais une vision sans nuance des événements. Contre ce voile opaque, cet empaquetage hermétique, ces témoignages individuels  permettent d’orienter le regard non pas vers une vérité dogmatique absolue, mais vers des vérités  toutes humaines, celles de femmes qui disent ce qu’elles ont fait, vu et ressenti, qui aussi n’hésitent pas à faire le récit des moments d’incertitude, de vacillement, de trahison qui ont jalonné leurs parcours depuis 2011.

Samar Yazbek est l’auteur de douze romans et de deux essais. Pour autant, dans Dix-neuf femmes son projet n’est aucunement de « transcender » par l’écriture la matière première que pourraient constituer ces récits. Bien au contraire, transparait dans le style de l’écriture, un sentiment d’urgence, la nécessité de révéler au plus vite et au plus grand nombre, les vérités que recèlent ces témoignages. Dans cet exercice, Yazbek met sa plume en retrait, se contentant de son rôle de « passeuse » qui consiste à sélectionner, transcrire, réduire et organiser en chapitres des témoignages en intervenant le moins possible dans leur fabrique. Il en ressort des contenus d’expériences  qui bien que subjectifs, parfois imprécis, partiels et erratiques,  constituent un matériau extrêmement précieux pour qui s’intéresse à l’histoire de la révolution et de la guerre en Syrie. Ils permettent de se ressaisir d’une réalité multiple constituée de phases consécutives et/ou partiellement enchevêtrées de contestation pacifique, de manifestation, de manipulations, de conflit total, d’interventions étrangères… Ce qui frappe dans ces gestes testimoniaux, c’est qu’ils réussissent à articuler engagement révolutionnaire et conscience critique ; qu’ils réaffirment la nécessité du soulèvement contre l’oppression, sans pour autant masquer les contradictions d’une révolution qui contre elle-même et ses revendications de « liberté », de « dignité » et de « justice » a inexorablement conduit à l’émergence d’Émirs de la guerre corrompus, violents et liberticides.

À leur façon, ces récits démontrent que jusqu’à une date récente tout était encore possible en Syrie ; que l’alternative entre le régime dictatorial d’Assad et une domination islamiste était loin d’être la seule. Ils rappellent que le soulèvement de mars 2011 a produit un monde  de projets sociétaux contradictoires et conflictuels. Certes les jihadistes ont rapidement dominé la scène de l’opposition, mais d’autres énergies – démocratique, pacifistes, libertaire, féministe – étaient à l’œuvre : sans la répression implacable dont elles ont été la cible, elles auraient pu donner une autre direction à l’histoire. « Nous ne demandions pas grand-chose, plus de dignité, plus de liberté et plus de justice. En retour  nous avons été exterminés et notre ville a été détruite »,  raconte Zayn, une jeune activiste d’Alep qui jusqu’à son départ fin 2016, a lutté pour ses idéaux avec ses armes à elle, ses connaissances en matières d’éducation et de secourisme, mises au service de ses concitoyens.

[1] Sur cette expression qui met si justement l’accent sur la modestie du projet testimonial, cf. le très bel article de Frédérik Detue et Charlotte Lacoste, « Ce que le témoignage fait à la littérature ».