Anna Poujeau

Anna Poujeau (anthropologue, CéSor, CNRS) propose de revenir sur les premiers événements de la révolte déclenchée à Deraa dans le Hawrân en se demandant à la fois comment ceux-ci ont pu faire basculer le pays entier dans la contestation du pouvoir et comment dans le même temps, ils s’inscrivent dans des logiques historiques locales. Si cet événement a pu prendre en 2011 une dimension nationale, par la suite, des logiques politiques nationales et locales ont, au contraire, très souvent généré de multiples tensions – en particulier au motif des appartenances confessionnelles– empêchant l’établissement d’un nouvel ordre social consensuel. Ainsi en remontant le fil du « grand récit de la révolution », il s’agira à la fois d’en faire l’archéologie et d’analyser les tensions extrêmes qui traversent les relations qu’entretiennent les différents acteurs de cette révolte aux multiples formes. Elle envisage de s’appuyer notamment sur les outils méthodologiques de l’« ethnohistoire »  pour explorer ces questions et ces tensions qui, à l’échelle locale – en particulier dans la région du Hawrân – et nationale,  façonnent la révolte depuis plus de 7 ans.

Anna Poujeau (anthropologue, CéSor, CNRS) proposes to return to the earliest events of the revolt outbreak in Daraa, in the Hauran region, exploring how these could have pivoted the entire country towards contestation of power and how, at the same time, they fit into local historical logics. If this event in 2011 managed to take on a national dimension at a later stage, national and local political logics have conversely generated multiple tensions all too often – particularly on the grounds of sectarian affiliations – which has contributed to impeding the establishment of a new consensual social order. As such, going back over the thread of the “grand narrative of the revolution,” this research will involve an archeological and analytical reflection on the extreme tensions that have imbued the relationships between various actors of this revolt in multiple forms. In particular, it will draw on the methodological tools of “ethnohistory” to explore these issues and tensions that, for more than seven years now, have shaped the revolt both nationally and locally– particularly in the Hauran region.