Témoigner sous contrôle

Quelle autonomie de la parole syrienne dans le champ éditorial français ?

Etudiante à Sciences Po Aix, Alice Baudy a soutenu en juin 2018 un mémoire de master 1 intitulé  Les témoignages autobiographiques du conflit syrien. Dans ce billet, elle  propose un résumé de ce premier travail de recherche

La guerre en Syrie a vu l’essor d’une littérature de témoignage qui rend compte d’expériences intimes du conflit et de la révolution. Parmi les auteurs les plus cités dans la presse française figure sans doute la romancière Samar Yazbek[1]. Des ouvrages comme Les portes du néant[2] ou Feux croisés…[3] sont pourtant loin de représenter la totalité des discours subjectifs sur la Syrie en circulation dans le marché éditorial francophone.

Un recensement des ouvrages concernant la Syrie écrits à la première personne et parus en langue française entre 2012 et 2017 révèle, aux côtés de récits d’écrivains et d’activistes syriens, la présence d’un genre singulier de contenu autobiographique. En effet, depuis 2012, une abondante littérature de témoignage « grand public » (Moi, Viyan, combattante contre Daech, Le journal de Myriam, J’ai connu l’enfer…, Esclave de Daech, etc.) fait valoir l’authenticité de la parole individuelle comme mode privilégié de compréhension du conflit.

Se focalisant souvent sur Daech, un phénomène irako-syrien plutôt que strictement syrien, cette littérature opère un recadrage qui n’est pas simplement géographique. En effet, elle relève de dispositifs éditoriaux et littéraires qui, en même temps qu’ils prétendent donner la parole aux victimes de la guerre, procèdent à certains égards, à la confiscation de leur discours. Elle propose ainsi la description d’une violence qui relèverait principalement de l’islamisme et qui s’exercerait surtout sur les femmes et les minorités. Elle participe aussi de la réaffirmation de discours récurrents sur le Moyen-Orient, qui associent systématiquement la domination masculine et la violence politique avec l’expression d’une culture islamique, faisant écho au cadrage des débats français sur la compatibilité entre l’islam et « les valeurs de la République ».

Par contraste, des ouvrages comme ceux de Samar Yazbek et Majd al-Dik[4], passés par d’autres dispositifs éditoriaux et narratifs offrent des aperçus radicalement différents de l’expérience de la Syrie en guerre. Portant davantage sur l’expérience de la révolution et de la répression par le régime d’Assad que sur la violence de Daech, ils manifestent un important souci documentaire et font valoir l’acte d’écrire comme une entreprise collective.

Co-écriture

La comparaison de la genèse de ces récits révèle la récurrence d’un dispositif éditorial qui associe aux témoins un co-auteur. Les ghost-writers de ces livres sont le plus souvent des journalistes ou  reporters de guerre pour qui la co-écriture d’autobiographies d’individus victimes de conflits constitue une pratique professionnelle quasi-routinière, susceptible d’être appliquée à différents contextes politiques. On retiendra le cas de Djénane Kareh Tager, co-auteure du récit de Fayza,[5] une jeune syrienne de Zabadani. Journaliste et ancienne rédactrice en chef du Monde des religions, elle a écrit une série de livres qui empruntent le même procédé de recours à des témoignages de femmes. Ces ouvrages abordent tous le thème de la condition de la femme musulmane, dans le monde arabe ou en Europe. Dans Sous mon niqab, la journaliste co-écrit le témoignage d’une femme française contrainte par sa famille de porter le voile. Dans 40 coups de fouets pour un pantalon et Suis-je maudite… elle co-écrit l’histoire d’une femme saoudienne, condamnée pour adultère et contrainte de fuir son pays[6].

Ces récits appartiennent à un genre éditorial institué. Dans la lignée de Jamais sans ma fille[7] (1987), des vagues successives de témoignages quasi-exclusivement féminins et suivant un dispositif semblable de co-écriture accompagnent la médiatisation de certains conflits ou régimes politiques du monde musulman. La publication de ces témoignages contribue parfois à la renommée de figures militantes de premier plan dont un des exemples est Malala Yousafzai[8]. Actuellement, un phénomène semblable accompagne les revendications de femmes Yézidis, victimes de traite et de violences sexuelles perpétrées par Daech. Nadia Murad, dont le témoignage (Pour que je sois la dernière), dernier du genre, a été publié début 2018, vient d’ailleurs de se voir décerner le prix Nobel de la paix[9].

Si ces textes conservent les attributs littéraires d’autobiographies, le fait qu’ils soient co-écrits par des journalistes non-arabophones et non-spécialistes de la Syrie et leur inscription dans un genre éditorial standardisé affectent en fait considérablement leur portée testimoniale.

Sélection des témoins

Le procédé de co-écriture par des journalistes portant un projet de publication déterminé pose question en termes d’accès des témoins à l’écriture puisqu’il revient à sélectionner en amont les autobiographes. Cette sélection aboutit de manière frappante à une surreprésentation parmi les témoins de minorités confessionnelles et ethniques, Kurdes, yézidis et chrétiens. « Moi, je voulais une Kurde syrienne », déclare ainsi la journaliste Pascale Bourgaux co-auteure de Moi, Viyan, combattante contre Daech.[10]

Les témoins sont aussi souvent rencontrés par le biais d’associations ou d’institutions liées à des publics spécifiques. Par exemple, le reporter Philippe Lobjois rencontre Myriam[11], une fillette d’Alep par le biais de l’association Chrétiens d’Orient. Ce schéma, qui lie les témoins chrétiens à des organisations confessionnelles semble d’ailleurs caractéristique d’une littérature aleppine chrétienne sur la guerre[12]. Les jeunes femmes yézidies, qui témoignent de leur captivité au sein de l’État islamique sont également mises en relation avec leurs co-auteurs par le biais d’associations culturelles et judiciaires yézidies, ce qui montre que ces récits s’inscrivent aussi dans des entreprises locales d’écriture des mémoires.

Par ailleurs, si une caractérisation socio-économique des témoins est malaisée tant les considérations en termes de classes sociales sont absentes de ces récits, les appartenances ethniques et religieuses semblent être au cœur de l’expérience racontée par les Syriennes. Le rapport à la religion constitue en effet, dans ces livres, une question incontournable. Les témoins s’expriment abondamment sur leur rapport à leur religion en la distinguant de l’extrémisme islamique. Les livres de femmes yézidies s’attachent par exemple à décrire leur attachement aux traditions et croyances ancestrales de leur communauté. De même, Viyan la combattante YPG met en valeur son appartenance kurde et l’observance religieuse modérée qui caractériserait sa communauté.Dans Le journal de Myriam, la jeune fille issue de la communauté arménienne d’Alep met régulièrement en scène sa participation aux fêtes du calendrier chrétien et sa découverte du patrimoine religieux de la ville.

Le traitement des questions ethniques et religieuses dans ces textes nous laisse cependant penser que, pour les acteurs du champ éditorial qui commandent, écrivent et publient ces livres, adopter le point de vue des minoritaires (non-arabes et/ou non-musulmans),  est encore un moyen de parler d’islam. Écrire des autobiographies contrôlées de femmes issues de minorités permet d’adopter le point de vue authentique d’une altérité certes orientale, mais qu’on suppose moins autre. Les Kurdes, les yézidis et les chrétiens, parce qu’ils ne sont pas arabes pour les uns et musulmans sunnites pour les autres, subiraient différemment, plus intensément, la violence de l’islamisme et du djihadisme. Leur dénonciation de l’islamisme et de la violence de Daech serait alors plus convaincante. Les yézidis et les chrétiens, comme les Kurdes – ceux-ci pratiquant un islam décrit comme étant plus « souple » – seraient plus susceptibles de susciter l’empathie et l’identification du lecteur français.

Dévoilement, émotion et dépolitisation

Le corpus est également caractérisé par la présence quasi exclusive de témoins féminines. Cette surreprésentation des femmes s’accompagne d’un surinvestissement de certains thèmes comme celui des rapports inégalitaires entre hommes et femmes, en particulier au sein de la famille, et celui des relations amoureuses. Les récits co-écrits par des journalistes se caractérisent par la systématicité de l’approche biographique, qui part d’une longue description de l’enfance et de l’adolescence pour aboutir au conflit actuel. Cette approche biographique rétrospective est prétexte à une incursion dans le foyer familial et la vie quotidienne des témoins. Les mêmes schémas narratifs apparaissent régulièrement, pour appuyer l’idée d’une condition féminine subordonnée : l’assignation des femmes aux travaux domestiques, la scolarité empêchée par le père, l’interdiction de la mixité à la puberté, le contrôle vestimentaire.

Un autre point commun est l’insistance de ces témoignages à mettre en scène la narratrice dans des scènes d’intimité familiale et amoureuse, qui nous fait dire que ces livres entendent opérer une véritable entreprise de dévoilement (parfois, au sens propre du terme tant le discours sur le port du voile est récurrent). Celle-ci consiste, outre l’insistance sur le fonctionnement patriarcal de la famille, en une caractérisation physique parfois obsessionnelle des femmes, de leur beauté et de leurs pratiques vestimentaires.  Dans le récit de Fayza, le port du voile est, par exemple, présenté comme un enjeu majeur de la société syrienne, où se cristalliseraient les clivages politiques.

Par ailleurs, les jeunes femmes de ces récits ont en commun d’aspirer à une certaine coquetterie et à un désir de séduction, qui leur sont, la plupart du temps, interdits. « Pour la première fois de ma vie, je vais apparaître en public maquillée » indique Jinan, enthousiaste, au cours d’une scène de préparatif de fête prétexte à une longue description physique. Cette scène se retrouve dans des termes étonnement proches dans le récit de Sara[13].

De manière générale, la domination masculine telle qu’elle est décrite dans ces récits porte avant tout sur le contrôle des corps et les choix matrimoniaux des femmes. Ainsi, l’expression du sentiment de révolte des jeunes femmes se fait essentiellement sur le mode du « droit à l’amour ». « J’ai du chagrin, mais j’ai mon amour et ma liberté à défendre » dit encore Jinan lorsqu’elle est reniée par sa famille pour s’être mariée sans son accord.

À cette dépolitisation du discours s’ajoute la volonté d’émouvoir de ces récits, qui se manifeste à travers l’utilisation d’effets de suspense et de dramatisation. Le lecteur est appelé à frémir des horreurs que vivent les populations civiles tout en évacuant des explications en termes politiques (autres que purement religieuses) qui entacheraient la pureté victimaire et seraient « des choses de grands », à l’image de ce que s’entend répondre la jeune Myriam questionnant son père à propos de la guerre à Alep. L’incompréhension dans laquelle elle se trouve entretient, chez le lecteur, un flou sur les motivations des combattants, assimilés à des islamistes et à des terroristes, sans que la thématique de l’opposition politique au régime soit abordée. 

Une attention portée à la sémantique révèle aussi un rapport particulier et affectif à la langue arabe. Certains mots arabes apparaissent dans les textes en translittération, alors qu’ils recouvrent parfois parfaitement leur traduction française. Cet usage de mots arabes potentiellement connus des lecteurs francophones sert presque toujours à figurer la violence (insultes) ou l’extrémisme islamique (terminologie religieuse). Dans les récits de yézidies, les membres de Daech s’expriment en invoquant constamment des formules coraniques. Les membres de l’entourage conservateur de Fayza font référence à des comportements licites (halal) et illicites (haram) et lui reprochent son manque de pudeur (hishma). Par contraste, les occurrences de mots arabes en translittération dans les récits Majd al-Dik[14] et Samar Yazbek[15] servent à rendre compte d’un vocabulaire politique indigène (moukhabarat, chabbiha…), à restituer l’ambiance sonore des manifestations (slogans) ou constituent des références culturelles (noms de plats).

Espaces d’autonomie

Samar Yazbek est la seule à avoir écrit son témoignage en son nom propre. Le témoignage de Majd al-Dik fait, lui, intervenir un dispositif de co-écriture. Cependant, sa co-auteure présente un profil différent des journalistes. Professeure d’arabe, Nathalie Bontemps entretient des rapports biographiques, professionnels et dans une certaine mesure, militants avec la Syrie. Elle a contribué en tant que traductrice à un autre témoignage sur la révolution[16] et a publié son propre livre sur son long séjour à Damas[17]. Interrogé sur le processus d’écriture du livre, Majd al-Dik met en avant sa dimension collaborative.

Dans les deux cas, l’accès à la prise de parole, s’il ne dépend pas complètement de logiques éditoriales est lié à la possession de ressources. Dans le cas de Samar Yazbek, il s’agit de sa position d’écrivaine et de journaliste installée, qui a déjà vu ses livres traduits et publiés en Syrie et à l’étranger. Majd al-Dik, jeune homme d’origine modeste, a cependant fait des études supérieures, contrairement aux autres témoins du corpus. Sa trajectoire d’exil et l’obtention de l’asile politique en France lui permettent aussi de rencontrer Nathalie Bontemps et d’accéder aux éditeurs français.

Les deux textes ont en commun d’aspirer à constituer des projets collectifs. Bien que, comme les témoins des ouvrages journalistiques évoqués plus haut, Samar Yazbek soit une femme issue d’une minorité, en l’occurrence alaouite, elle se définit avant tout par son appartenance à l’opposition au régime d’Assad. À ce titre, elle se fixe explicitement pour but de documenter la révolution en insérant dans son récit de nombreux témoignages de personnes rencontrées lors de déplacements, parfois risqués, à travers le pays durant les événements.

Le récit de Majd Al-Dik présente également un important souci documentaire et de contextualisation des événements. L’auteur se défend d’avoir écrit une histoire personnelle et insiste sur la dimension collective de son récit, qui est rendue par la description étoffée de nombreux personnages secondaires qui permettent de raconter l’histoire d’autres acteurs de la guerre.

Par ailleurs, en insistant sur la question sociale et ouvrière, sur l’expérience de la répression dans les geôles du régime et de l’engagement révolutionnaire, ces deux ouvrages offrent un cadrage bien différent des événements en Syrie depuis 2012 faisant apparaître, par contraste, le caractère univoque de la lecture du conflit quand elle est réduite à un déchaînement de violence islamique.

Contrairement aux récits de Majd Al-Dik et de Samar Yazbek, les témoignages co-écrits par des journalistes, s’ils prétendent donner accès à une compréhension authentique de la violence du conflit syrien et de Daech, n’échappent pas aux filtres orientalisants qui dominent souvent dans les discours sur le monde arabe. À mille lieux d’une écriture exploratoire, réflexive, qui constitue pour le témoin un mode de gestion intime de la violence et de revendication d’autonomie politique, bien qu’ils entendent dénoncer la violence que subissent les Syriens, relèvent aussi d’une reconstitution et d’une reformulation dans les termes des co-auteurs, de parcours de vie de femmes orientales, opprimées et interchangeables.

Corpus de l’étude

Dik, Majd al- et Nathalie Bontemps, A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, Éditions Don Quichotte, 2016.

Fayza D. et Djénane Kareh Tager, J’ai connu l’enfer, de la Syrie des Assad aux camps du Liban, 2013, Plon.

Jinan et Thierry Oberlé, Esclave de Daech, Fayard, 2015.

Myriam et Philippe Lobjois, Le journal de Myriam, Fayard, 2017.

Sara et Célia Mercier, Évadée de Daech, Flammarion, 2016.

Viyan et Pascale Bourgaux, Moi, Viyan, combattante contre Daech, Fayard, 2016.

Yazbek, Samar, Feux croisés : journal de la Révolution syrienne, Editions Buchet-Chastel, 2012.

Autres ouvrages cités

Hussein, Lubna  et  Ahmad Djénane Kareh Tager, 40 coups de fouets pour un pantalon, 2009, Plon.

Hussein, Lubna Ahmad et Djénane Kareh Tager, Suis-je maudite ? La femme, la charia et le Coran, Plon, 2011.

Alsabagh, Ibrahim, Juste avant l’aube, lettres de guerre et d’espérance du curé d’Alep, Éditions du Cerf, 2017.

Antaki, Nabil et Georges Sabé, Les lettres d’Alep, L’Harmattan, 2018.

Bontemps, Nathalie, Gens de Damas, Éditions Al Manar, 2016.

Haji, Adoul Abdou, Ramia Daoud Ilias et Antoine Malo, Prisonnières, Stock, 2018.

Mahmoody, Betty, et  William Hoffer, Not without my daughter, Saint Martin’s Press, 1987.

Murad, Nadia Pour que je sois la dernière, Fayard, 2018.

Zeina et Djenane Kareh Tager, Sous mon niqab, J’ai Lu, 2012.


[1]Jean Hatzfeld, « Samar Yazbek, porte-parole de l’enfer syrien », Le Monde.fr, 13/04/2016
https://www.lemonde.fr/livres/article/2016/04/13/samar-yazbek-contre-le-chaos_4901318_3260.html.

[2]Samar Yazbek, Les portes du néant, Stock, 2016.

[3]Samar Yazbek, Feux croisés : journal de la Révolution syrienne, Editions Buchet-Chastel, 2012.

[4]Majd Al-Dik, Nathalie Bontemps, A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, Éditions Don Quichotte, 2016.

[5]Fayza D., Djénane Kareh Tager, J’ai connu l’enfer, de la Syrie des Assad aux camps du Liban, 2013, Plon.

[6]Zeina, Djenane Kareh Tager, Sous mon niqab, J’ai Lu, 2012 ; Loubna Ahmad al Hussein, Djenane Kareh Tager 40 coups de fouets pour un pantalon, Plon, 2009 ; Loubna Ahmad al Hussein, Djenane Kareh Tager Suis-je maudite ? La femme, la charia et le Coran, Plon, 2011.

[7] Betty Mahmoody, William Hoffer, Not without my daughter, Saint Martin’s Press, 1987.

[8]Son témoignage Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux Talibans (2013), est co-érit par la journaliste américaine Christina Lamb.

[9]Nadia Murad, Pour que je sois la dernière, Fayard, 2018. On notera aussi la parution récente de l’ouvrage d’Adoul Abdou Haji, Ramia Daoud Ilias et Antoine Malo, Prisonnières, Stock, 2018.

[10]Viyan, Pascale Bourgaux, Moi, Viyan, combattante contre Daech, Fayard, 2016.

[11] Myriam, Philippe Lobjois, Le journal de Myriam, Fayard, 2017.

[12]Voir par exemple : Nabil Antaki, Georges Sabé, Les lettres d’Alep, L’Harmattan, 2018 ; Ibrahim Alsabagh, Juste avant l’aube, lettres de guerre et d’espérance du curé d’Alep, Éditions du Cerf, 2017.

[13]Sara, Célia Mercier, Évadée de Daech, Flammarion, 2016.

[14]Majd Al-Dik, Nathalie Bontemps, A l’Est de Damas, au bout du monde, journal d’un révolutionnaire syrien, Éditions Don Quichotte, 2016.

[15] Samar Yazbek, Feux croisés : journal de la Révolution syrienne, Editions Buchet-Chastel, 2012.

[16]Joumana Maarouf, Lettres de Syrie, Éditions Buchet Chastel, 2011.

[17]Nathalie Bontemps, Gens de Damas, Éditions Al Manar, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.