The Syrian War: Later Evolution, Future Prospects

4e colloque international du Centre for Syrian Studies (CSS)

Un compte rendu de Thomas Pierret

Du 1er au 4 août 2018, le Centre for Syrian Studies (CSS) de l’Université de St Andrews (Écosse) tenait son 4e colloque international. Fondé il y a une décennie par Raymond Hinnebusch, une figure majeure des études syriennes, le CSS est le seul centre de recherche occidental entièrement consacré à ces dernières et publie notamment la revue Syria Studies.

Lors de sa première édition en 2011, le colloque du CSS s’apparentait à une modeste école doctorale. Le conflit syrien et l’expansion considérable du champ qui en a résulté ont transformé cet événement en une rencontre de quatre jours réunissant une quarantaine de chercheurs. Il s’agit donc d’un observatoire idéal pour identifier les tendances en matière d’études sur la Syrie, en l’occurrence depuis la précédente édition du colloque tenue en 2015. Ces tendances dessinent aussi, en creux, de possibles angles morts dans notre connaissance des dynamiques syriennes.

Certaines des inflexions observées depuis trois ans ne surprennent guère. C’est notamment le cas de la diminution du nombre de travaux portant sur les projets politiques alternatifs au régime. Alors que ces projets faisaient l’objet de douze interventions en 2015, soit plus d’un tiers du programme, ils en concernent huit en 2018. Ces travaux explorent notamment les performances respectives des différentes juridictions rebelles,[1] la stratégie de communication du mouvement Ahrar al-Sham,[2] les liens organiques entre le PYD et le PKK,[3] le positionnement politique du secteur médical dans les régions insurgées,[4] ou encore les débats qui opposent les intellectuels suite à l’échec du projet révolutionnaire[5]. La raréfaction relative des travaux sur l’opposition au sens large[6] reflète bien sûr les infortunes d’une insurrection dont les territoires et ambitions se sont réduits comme une peau de chagrin depuis les interventions américaine et russe. Cette question a donc perdu de l’urgence qui était la sienne il y a trois ans, mais il conviendra toutefois de ne pas la négliger à l’avenir : premièrement, parce que des espaces de gouvernance alternative subsistent et s’enracinent sous protection américaine, dans les régions contrôlées par le PYD, et sous protection turque, dans le nord-ouest dominé par les rebelles ; deuxièmement, parce que le conflit a généré une immense diaspora d’activistes qui joueront inévitablement un rôle-clé lors des futurs soubresauts que connaîtra le pays.

Les victoires du régime ne se traduisent pas, en revanche, par un regain d’intérêt notoire pour les transformations du pouvoir central. Lorsque ce dernier est abordé, c’est à travers son discours et celui de ses alliés,[7] les stratégies de ces derniers,[8] ou la manière dont ce même régime gère les processus de reddition des zones insurgées que la novlangue damascène qualifie de « réconciliations ». Certes, l’étude des structures et pratiques de gouvernance d’un régime des plus opaques est encore moins aisée aujourd’hui qu’elle ne l’était avant la guerre du fait de la fermeture du terrain. Toutefois, la prolifération des sources ouvertes créée des possibilités qui n’existaient pas à l’époque et qui mériteraient d’être davantage exploitées.[9]

Les questions identitaires, et en particulier celle du confessionnalisme, intéressent davantage les conférenciers en 2018 que trois ans auparavant (cinq interventions contre deux).[10] On soulignera, pour s’en féliciter, que ces questions sont de plus en plus appréhendées en termes de relations interconfessionnelles plutôt que du point de vue d’une seule communauté ethno-religieuse — c’est la question du confessionnalisme, plutôt que celle des « minorités », qui est le plus souvent au centre de l’analyse. Il reste néanmoins à ces réflexions à s’inscrire dans une perspective réellement cumulative et à entrer dans un dialogue (critique) avec les théories générales de l’ethnicité.

Avec cinq contributions en 2018 contre deux en 2015, la question des réfugiés s’est imposée comme une composante majeure des études syriennes. Ce sous-champ de recherche a gagné en maturité du fait d’enquêtes de terrain de longue durée resserrant la focale sur des communautés ou pratiques spécifiques.[11] En parallèle, on espère voir se consolider une approche des Syriens vivant à l’étranger en termes de diaspora, concept certes critiqué, mais qui offre l’avantage de restituer aux communautés concernées une agentivité (notamment politique) qui ne figure pas toujours parmi les priorités des refugee studies.

Tant le colloque de 2015 que celui de 2018 s’inscrivaient, par leur intitulé, dans une approche prospective : le premier entendait réfléchir aux moyens de « dépasser le statu quo » (Moving beyond the Stalemate) tandis que le second promettait d’explorer les « tendances récentes et perspectives futures » (Later trajectory and future prospects). La guerre étant, au moins en apparence, plus proche de sa conclusion aujourd’hui qu’il y a trois ans, on ne s’étonnera pas de voir passer de six à neuf le nombre d’interventions abordant les conditions et implications de la fin du conflit. Les victoires du régime et la stabilisation graduelle des fronts sous tutelles étrangères ont toutefois induit un renouvellement quasi complet de l’angle d’analyse dans ce domaine. Là où, il y a trois ans, les intervenants s’interrogeaient surtout sur les possibilités de résolution du conflit, la plupart portent aujourd’hui un regard froidement analytique sur des pratiques de sortie de guerre qui entérinent le verdict des armes plus qu’elles n’ont fait taire ces dernières : c’est le cas des redditions des zones rebelles, dont la répétition offre désormais des possibilités d’analyse comparative,[12] d’une reconstruction devenue l’enjeu de nouveaux rapports de force internationaux,[13] ou d’un processus diplomatique graduellement vidé de son objet pour devenir une fin en soi.[14] Le constat est déprimant, mais il offre l’avantage, analytiquement parlant, d’encourager une démarche descriptive plutôt que spéculative. Cette démarche s’applique même à la question de la justice transitionnelle, abordée non pas comme un impératif à mettre en œuvre, mais comme un ensemble d’initiatives déjà existantes, fussent-elles de nature privée comme la Commission for International Justice du canadien Bill Wiley.[15]

Une même évolution est perceptible dans la teneur du keynote speech. En 2015, ce dernier était délivré par William Zartman, célèbre spécialiste de la résolution des conflits, qui se demandait si la guerre de Syrie avait atteint pour les belligérants une « impasse mutuellement dommageable » (mutually hurting stalemate) qui la rendrait « mûr » vis-à-vis des efforts de médiation. En 2018, en revanche, Leila Vignal (Université de Rennes 2) prend acte des transformations irréversibles déjà engendrées par le conflit, indépendamment de son issue. Adoptant plus spécifiquement une perspective spatiale, l’oratrice s’interroge sur les changements induits quant à l’inscription de la Syrie dans son environnement transnational. Elle met en évidence deux dynamiques, à première vue contradictoires, de contraction et d’expansion.

La première dynamique résulte de la fragmentation du territoire national, qui induit un recentrement des interactions sociales et économiques sur le niveau local. Si pour la plupart des Syriens, cette fragmentation est synonyme d’une économie de pénurie, elle constitue en revanche une ressource financière considérable pour les acteurs armés qui contrôlent les points de passage et pour les entremetteurs qui connectent entre elles les zones tenues par les différents belligérants.

La dynamique d’expansion mise en évidence par Vignal est quant à elle le produit d’une intensification des échanges transfrontaliers en raison du flux de réfugiés et, en sens inverse, de l’acheminement d’aide humanitaire et militaire vers le territoire syrien. Ces dynamiques, qui prennent souvent appui sur des mouvements préexistants (migrations saisonnières d’ouvriers, contrebande), confèrent une importance inédite à des zones jadis périphériques dans la construction nationale syrienne. Elles amènent par ailleurs à la constitution d’une « diaspora de réfugiés » dotée, à ce titre, de traits spécifiques dont le principal est la localisation de son centre de gravité (démographique, économique et politique) dans les pays frontaliers ou proches de la Syrie (Turquie, Jordanie, Liban, Égypte). Les villes de ces pays deviennent des capitales syriennes de substitution aux fonctions spécifiques et qu’un flux d’échanges (incluant notamment de substantiels transferts monétaires) relie à la fois au territoire syrien et au reste de la diaspora à travers le globe. Si ces mouvements de population prennent souvent appui sur les liens sociaux (en particulier familiaux) existants, par exemple dans le cas des chaînes migratoires, ils peuvent aussi les transformer, comme l’illustre l’exemple d’une tribu formalisant, en exil, une organisation et de liens de solidarité demeurés lâches avant la guerre.

Dans sa conclusion, Vignal dessine un avenir sombre où l’absence de compromis politique réel fait obstacle à la fois au retour des réfugiés et à la reconstruction du pays par les bailleurs de fonds étrangers. À ce pessimisme fait écho celui des autres participants de la table-ronde « Où va la Syrie ? » tenue en clôture du colloque. On y met notamment en évidence la difficulté, eu égard à la nature du régime syrien, de mettre en œuvre d’éventuels changements constitutionnels actuellement négociés sous l’égide du médiateur onusien Staffan de Mistura (Eberhard Kienle), le caractère trompeur d’une « reconstruction » manipulée par le régime pour pérenniser le déplacement de certaines communautés (Omar Imady), la fragmentation durable du territoire du fait des différentes présences militaires étrangères (Samir al-Taqi) ou encore le caractère peu propice d’un contexte international marqué par un déclin du multilatéralisme (Carsten Wieland). Plus rares sont les intervenants qui affirment placer quelque espoir dans les réformes constitutionnelles (Rim Turkmani) ou dans l’impact durable des expériences d’auto-administration locale (Rana Khalaf).

Les scénarios évoqués par les panélistes esquissent sans doute également les contours futurs du champ des études syriennes. Plutôt qu’une approche du conflit en termes de « crise » à résoudre ou de « transition » vers un ordre nouveau, ces études sont vouées à se pencher sur une situation qui, pour longtemps peut-être, ne relèvera vraiment ni de la guerre ni de la paix. Une telle configuration n’a rien de nouveau ni d’exceptionnel du point de vue des travaux sur les guerres civiles à travers le monde,[16] un champ avec lequel les études syriennes gagneront à dialoguer davantage à l’avenir.


[1] Regine Schwab et Samer Massoud, “Justice is the basis of governance” – Relative Independence and Efficiency of Insurgent Courts in the Syrian war (2012-2017).

[2] Josephine Lippincott, Public Personas: Rebel Strategies for Third- Party Support.

[3] Helin Yildiz et Gunes Murat Tezcur, The Kurdish Nationalist Mobilization in Syria: From Fragmentation to the Rise of the PYD.

[4] Sophie Roburgh, “All the leaders are doctors”: Evolution of the local medical sector in Syria’s non-government-controlled areas.

[5] Zeina Al-Azmah, The Struggle for Meaning and the Meaning of the Struggle in Syria.

[6] Les interventions sur ce sujet incluaient également Samer Bakkour, The Dimensions of the Final Battle with ISIS in Deir Ezzor (2011-2017),  Jasmine Gani, Three Faces of Syrian Contentious Politics and the Emergence of Alternative Actors post-2015 ; Jan Wilkins, Translocal activism and the Syrian struggle in global politics – A reflexive research approach to agency in International Relations.

[7] Rahaf Al-Doughly, Constructing the Nation: Interrogating the Logic of Masculine Protection ; Aurora Sottimano, The resistance front and the Syrian conflict.

[8] Asbjørn Bang, An Enduring Alliance: The Scope and Objectives of Irans Involvement in the Syrian Conflict ; Søren Schmidt, The logic of external actors’ meddling in the Syrian civil war: Ideology or Realpolitik? ; Nail Elhan et Özlem Tür, A Trajectory of Involvement: Hezbollah and the Syrian Civil War.

[9] Voir par exemple Gregory Waters, Damascus’ ‘democratic’ experiments: local councils under government control. International Review, 14 mars 2018, https://international-review.org/damascus-experiments-local-councils-government-control/.

[10] Sami Hadaya, Authoritarianism, Revolution and Counter-revolution under Sectarianism ; Marisa Della Gatta, Impact of Sectarianisation on Syrian Groups in Diaspora ; Rim turkmani, Rentier state, identity politics and civil society in Syria ; Talip Alkhayer, Sectarian cohabitation in Syria’s coast, a glimmer of hope ; Haian Dukhan, The Struggle for Syria: Tribes at War.

[11] Ann-Christin Wagner, And Yet they Move – Mobility and Rural ! Livelihoods among Syrian Refugees in Mafraq, Jordan ; Veronica Ferrari, The Predicament of Tasharrud ; Mustafa Tayfun Üstün, Activities of Foreign Non-Governmental ! Organisations in Integration of Syrian Refugees: A Case of Firefly International ; Duygu Topcu, Following the money: Humanitarian financial aid for Syrian refugees.

[12] Munqeth Othman Agha, Peace for Conflict: Local Reconciliation Truces in Syria ; Maria Chalhoub, Opportunities amid obliteration? A comparative study of local “reconciliation” agreements in Syria ; Marika Sosnawski, Ceasefires as violent statebuilding: renegotiating the social contract through local truce and reconciliation agreements in the Syrian civil war ; Mazen Gharibeh, Building legitimacy in post-conflict Syria: the issue of local arrangements.

[13] Ferdinand Arslanian, Syria s Economic Reconstruction as a Continuation of Conflict by Other Means.

[14] Bilal Sukkar, Resolving Syria’s Conflict: Transformation or Containment? ; Taku Osoegawa, Comparing the End of Conflict: Conflict Resolution Attempts in Syrian and Lebanese Civil Wars.

[15] Michelle Burgis-Kasthala, Constructing a Justice Infrastructure in War? Mapping the Pursuit of accountability during and after the Syrian Conflict.

[16] Voir par exemple le numéro spécial de Politix intitulé « Ni guerre, ni paix » (n°104, 2013/4).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.