Colloque international

  

Lieu : Ifpo Beyrouth

Dates : 25-27 janvier 2023

L’histoire et la mémoire à l’épreuve de la révolte et de la guerre en Syrie

Appel à communication

(English below)

Date limite de soumission des propositions de communication : 10 novembre 2022

Depuis 1970, la domination du clan Assad sur la Syrie se manifeste par son monopole sur l’appareil d’état et les ressources économiques ainsi que par le contrôle étroit de toute la société et des discours qui s’y déploient. L’histoire ancienne, moderne et contemporaine est l’objet d’une ingénierie politique visant à imposer une vision monolithique et falsificatrice du passé et de la mémoire. La révolution de 2011, outre les bouleversements politiques et sociaux qu’elle engendre dès son déclenchement, provoque une rupture radicale avec l’ordre narratif et sémantique imposé jusqu’alors. De multiples formes de prise de parole et d’écriture dans la rue, dans l’espace numérique ou au sein des mondes de la production culturelle redéfinissent les contours de nouvelles consciences de soi et de rapports au monde, en Syrie puis dans l’exil. La révolution ouvre alors des possibilités de réappropriations et de relectures multiples du passé, du roman national et des histoires locales, tout en étant elle-même au cœur d’une intense bataille narrative et mémorielle.

Ce colloque propose de réunir anthropologues, politistes, sociologues et historiens dans une réflexion commune sur ces actes de « mise en récit » de soi, de sa famille, de sa localité, de la révolution, de la guerre mais aussi des événements proches et plus lointains dans le temps, rendus possibles par le basculement de 2011. Les intervenants sont invités à mettre au jour la permanence de ces modes narratifs, leurs transformations et leurs reconfigurations depuis 2011. Nous souhaitons explorer trois axes de réflexion tout en questionnant le rapport renouvelé des chercheuses et chercheurs à leurs sources et à leurs méthodes.

  1. Dompter le passé pour discipliner le présent : trames historiques officielles et historicisation de l’espace national

La mise en place d’un récit historique diffusé et canonisé dans l’espace public syrien est à la fois le fruit d’interventions de la part du régime et d’une longue sédimentation liée à l’établissement des structures de l’État-nation syrien. En révélant, en mettant l’accent ou en occultant faits, lieux et personnages perçus comme majeurs ou mineurs, ce dispositif façonne les discours autorisés, et contribue à construire des espaces physiques, sociaux et économiques. L’adhésion sincère ou de façade à ce roman a constitué l’un des socles politiques du régime. Ainsi, une attention particulière sera portée au déni, à l’effacement ou encore à la distorsion de certains faits historiques, sociaux et religieux et au sens qu’une interprétation critique voire dissidente pourrait leur donner. Il s’agira donc de se demander dans quelle mesure ces récits imposés, omniprésents dans l’espace public et dans le quotidien, ont pu susciter des manifestations explicites ou allusives de contestation avant et après 2011.

  1. La révolution de 2011 : quand l’histoire fait écho 

Alors que la révolution s’impose comme un moment révélateur de reconfiguration des récits historiques et d’inventions de formes de prise de parole, on s’interrogera sur les modalités de contestation du discours historique officiel depuis 2011 mais aussi sur la réappropriation et la réactualisation de l’histoire et de la mémoire. Quels référents historiques officiels font l’objet de désaveu, de railleries et de détournements ? Mais aussi, comment dans l’élaboration de ces nouveaux récits sont mobilisés ou invoqués des figures, des épisodes, des référents historiques anciens ou nouveaux et des événement oubliés ou occultés ?  La tendance au retour sur des histoires et des figures du cru que l’on peut observer depuis 2011 dans différents espaces syriens nécessite également une réflexion sur les enjeux politiques et historiographiques des localismes et régionalismes émergents. La réflexion portera enfin sur les manières dont le moment révolutionnaire entre en résonance avec d’autres moments de l’histoire syrienne. Comment les acteurs de la révolte et leurs rivaux s’ingénient à construire des parallèles avec les révoltes du passé ou à les battre en brèche ?

  1.  Formes et enjeux de la réappropriation des récits et des mémoires

La révolution puis le conflit en Syrie ont donné lieu à une somme considérable de traces et de documents produits par les acteurs eux-mêmes. Dès les premières manifestations, l’acte de témoignage et le souci de l’établissement des faits étaient au cœur des préoccupations d’un grand nombre de celles et ceux qui y prirent part. Le réinvestissement de l’espace public quand c’était possible, l’occupation de nouveaux espaces notamment dans les sphères numériques, artistiques, culturelles et militantes, ont engendré une production massive et disséminée de récits que nous chercherons à examiner. Quelles en sont les formes, les enjeux et les modalités de diffusion/réception ? Comment évoluent-ils dans le temps et dans l’exil ? Dans quelle mesure peuvent-ils contribuer aujourd’hui à faire autorité et à « faire histoire » dans un contexte de supposée « sortie de guerre » propice aux tentatives de réhabilitation du régime et d’effacement de ses crimes ?

Les propositions de communication (titre et résumé de 500 mots en français ou en anglais) sont attendues pour le 10 novembre 2022 et devront être envoyées au comité scientifique du colloque :

Les notifications seront envoyées aux auteurs avant le 25 novembre 2022.

Les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge par l’organisation du colloque pour les intervenants.

International Symposium

  • Location: Ifpo-Beirut, Lebanon
  • Dates: January 25-27, 2023

History and memory through the test of revolt and war in Syria 

Call for proposals

Deadline for submission of abstracts: November 10th, 2022.

Since 1970, the domination of the Assad family on Syria isn’t limited by its total monopoly on the state apparatus and its economic resources, but extends to the rigid control of the entire Syrian society and all of communication within it. Ancient, modern and contemporary history are all part of a political engineering scheme, with the aim of imposing a monolithic and falsified vision of the past and its memory. The 2011 revolution not only provoked political and social upheaval, but also created a radical rupture with the traditional discourse and semantic rules that had been imposed tillthen. Multiple methods of expression and writing, in the streets, in digital sphere or within the spaces of cultural production reshaped the new norms of self-consciousness and gave a new way of defining their relationship to the world, in Syria and later, in exile. The revolution opened new possibilities to reappropriate and redefine the past in multiple ways, ranging from national to local history, whilst being itself in the heart of an intense narrative and memorial battle.

This symposium aims to bring together anthropologists, political scientists, sociologists and historians to conduct acommon discussion on these acts of “storytelling” of oneself, one’s family, one’s hometown, the revolution and the warwhilst also examining events that took place recently, as well as further in time, made possible by the 2011 upheaval. The speakers are encouraged to shed light on the permanence of these narratives, their transformation and their reconfiguration since 2011. We wish to explore three thematics within our reflection, whilst also questioning the renewed relationship between researchers and their sources and methods.

  1. Taming the past to discipline the present: official historic discourse and its role in the national space

The longstanding historical narrative that is fixed in the Syrian public space is simultaneously due to the continued interventions from the Assad regime as well as a general inertia linked to the Syrian nation-state structural establishment. By revealing, emphasising or hiding facts, places or actors perceived as major or minor, this is the method that shapesauthorised discourse, and contributes to build physical, social and economic spaces. The people’s adhesion, whether by sincerity or façade, to this framework is one of the regime’s supporting pillars. For this reason, particular attention shall be brought to the concept of denial, deletion or distortion of particular historical, social or religious facts, and the semantic value that a critical analysis of these facts could bring. Therefore it will be critical to question to what extent these forced narratives, omnipresent in the public space and daily lives of ordinary citizens, could have contributed to the protests, either explicitor implicit, before and after 2011.

  1. The 2011 revolution: when history echoes

Whilst the revolution imposes itself as a telling moment of the rewriting of historical narratives and of the invention frameworks to express oneself, we shall examine the methods used since 2011 to contest the official historical narrative, whilst also focusing on the reappropriation and reactualisation of history and common memory. Which historical references are subject to distortion and reappropriation? But also, how in the context of the redaction of these new narratives are figures, episodes, historical, ancient or new events forgotten or deleted? The tendency to bring up key pivotal stories and figures since 2011 in different Syrian spaces also merits a reflection on the political and historiographic challenges of emerging localisms and regionalisms. The reflection will also focus on the ways that the revolutionary event comes into line with other events in Syrian history. How are the protagonists of the revolution and rivals working on building symmetries between past revolts or destroying them?

  1. Forms and challenges of reappropriating narratives and memories

The revolution and the subsequent conflict in Syria created a great number of documents and traces produced by the protagonists themselves. Since the very first demonstrations, the act of testimony and the worry of establishing facts was at the heart of the preoccupations of a great number of those who took part in them. The occupation of public spaces when possible, the occupation of new spaces notably in digital spheres, artistic, cultural and militant, lead to mass production of scattered narratives that will be looking to examine. What are their forms, roles, and how are they disseminated and received ? How do they evolve through time and exile ? To what extent can they contribute today to write history in a “post-war” context, adequate to the regime’s rehabilitation attempts, and deletion of its crimes.

Communication proposals (title and summary of 500 words in French or English) are expected by the 10th of November 2022 and should be sent to the scientific committee of the symposium:

Notifications will be sent to authors before the 25th of November 2022.

Travel and accommodation costs will be covered by the organisers of the Symposium for the speakers.


Auteur/autrice : Anna Poujeau

Anthropologue. Chargée de recherche au CNRS. Institut Français du Proche Orient (Ifpo). Beyrouth.

Une réflexion sur « Colloque international »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search