Repenser le concept de révolution à travers l’expérience syrienne : perspectives ethnographiques

Charlotte Al-Khalili, Honorary Research Fellow, University College London -Anthropology

Une anthropologie de la révolution syrienne

Peut-on encore parler de « révolution syrienne » dix ans après les premières manifestations qui ont marqué le pays et  alors même que les termes de « conflit syrien » paraissent s’imposer pour décrire la réalité du terrain depuis au moins la moitié des années 2010 ?  Cela peut sembler utopique alors que l’on compte des centaines de milliers de mortEs et de disparuEs, six millions de SyrienNEs forcées à quitter leur pays et que la situation syrienne est communément décrite à la fois comme une crise humanitaire sans précédent et un conflit sans fin.

Pour traiter cette question, ma perspective est liée à la temporalité de mon travail de terrain et à l’identité de mes interlocuteurs/rices. Elle est, en outre, intimement liée à l’approche anthropologique qui réside au cœur de mon travail commencé en 2013 et qui a abouti à une thèse en anthropologie sociale sur la révolution syrienne et l’exil syrien en Turquie. J’ai mené un travail de terrain de plus de deux ans dans la ville de Gaziantep située à 60 kilomètres de la frontière syrienne et à une centaine de kilomètres de la ville d’Alep. Je me suis ensuite installée dans cette ville et j’y suis restée jusqu’en 2019. Mes recherches suivantes se sont concentrées sur les cercles religieux et politiques syriens de 1982 à 2011 et se sont penchées sur la question des généalogies révolutionnaires et des formations de sujets et projets révolutionnaires des années précédant la défaite du soulèvement armé de 1982 à la période révolutionnaire que la Syrie traverse actuellement ou a traversé de 2011 à 2015, selon la perspective adoptée.

Ce billet expose les principales conclusions de mon travail de thèse et mes réflexions postérieures basées sur un travail de terrain de longue haleine : certaines sont ethnographiques en nature alors que d’autres sont davantage analytiques ou, pour ainsi dire, une traduction des conclusions conceptuelles et théoriques développées en dialogue avec mes interlocuteurs/rices.

Mes recherches ont, en effet, suivi les évolutions de la révolution syrienne : ses différentes expériences, conceptions et reconfigurations, les transformations qu’elle a entraînées dans le lifeworld[1] des SyrienNEs, ainsi que et peut-être surtout ses conséquences inattendues. Quels ont donc été les évolutions et les conséquences de la révolution syrienne entre 2011 et 2016 ?

L’étude ethnographique des révolutions

Comment faire l’ethnographie d’une révolution ? L’approche anthropologique des révolutions est à la fois récente et singulière (Cherstich et al. 2020). En effet, ce champ anthropologique a pris une nouvelle dimension avec les révolutions arabes de 2011, notamment grâce à des études ethnographiques de la révolution égyptienne par des anthropologues qui étaient déjà présents au Caire à Alexandrie et dans d’autres villes d’Égypte (Abu-Lughod 2012 ; Mittermaier 2014 ; Ghannam 2012 ; Sabea 2012 ; Schielke 2015 ; Winegar 2012). Ces travaux questionnent la possibilité de faire une étude ethnographique d’une révolution sur le plan méthodologique et analytique. D’une part, comment faire l’observation-participation d’événements révolutionnaires qui arrivent souvent de façon imprévisible et dont la phase d’effervescence est souvent à la fois courte et potentiellement violente ? D’autre part, comment maintenir la « distance ethnographique » que l’anthropologie requiert, c’est-à-dire l’équilibre entre « l’immersion sur le terrain » et la « distance nécessaire à l’écriture »  (Sabea 2012: para. 11) lorsque l’on étudie une révolution en train de se dérouler ? Ainsi, peut-on, alors même que les événement étudiés se déroulent encore les qualifier de révolution ?

 Ces approches ont à la fois inspiré mon travail mais en diffèrent aussi en partie puisque faire un travail de terrain en Syrie pour un minimum de dix-huit mois n’était pas envisageable. C’est une des raisons pour lesquelles ce travail a été mené à Gaziantep avec des révolutionnaires déplacés et en mouvement entre la Turquie et la Syrie. Lors de mon travail de terrain, j’ai habité avec des femmes et des familles, souvent composées uniquement de femmes, ainsi qu’avec de jeunes activistes. J’ai aussi travaillé avec des organisations de la société civile et des conseils locaux dont les bureaux ou des représentants se trouvaient et se réunissaient à Gaziantep.

Révolution syrienne et syrianisation de la révolution

Ce billet entend d’abord rendre compte de l’expérience, de la conception et de l’imagination de la révolution syrienne et de sa défaite par les SyrienNEs avec lesquels j’ai travaillé et dont je précise le profil socio-politique dans la suite de ce texte. Il s’agit, ensuite, de comprendre comment cette expérience et cette conceptualisation de la révolution syrienne conduisent à repenser le concept de révolution lui-même. En effet, celui-ci est un concept ethnocentrique, fortement marqué et inscrit dans la philosophie des Lumières ayant été majoritairement défini en relation avec des expériences révolutionnaires occidentales. Dans ma réflexion, je cherche donc à faire place à un devenir syrien ou à une « syrianisation » du concept et de l’événement de révolution pour reprendre la pensée de Yassin al-Haj Saleh tout en transposant son idée de ‘palestinisation’ de la révolution syrienne (2016, 2017). Enfin, ce texte propose une définition de la révolution comme force transformatrice multi-scalaire et multi-dimensionnelle : la révolution est appréhendée comme un ensemble de transformations profondes sur le long terme plutôt que comme une rupture politique violente marquant un clair avant et après historique.

Lors de mon travail de terrain la révolution était omniprésente et apparaissait souvent en des lieux inattendus. Repenser la révolution comme une série de transformations à différentes échelles et dans différents domaines permet, d’une part, de sortir de la dichotomie succès/ échec souvent imposée par les définitions classiques de la révolution. Cela met, d’autre part, en lumière une sorte de paradoxe : malgré son apparente défaite dans le champ politique à l’échelle nationale, la révolution syrienne était souvent perçue par mes interlocuteurs/rices comme ayant déjà un effet dans le présent. En effet, la révolution a entraîné de profonds changements, avant tout sociaux. Ces changements, vécus dans le présent, sont en outre pensés comme irréversibles. C’est cette irréversibilité même des transformations sociales qui faisait dire à mes interlocuteurs/rices qu’un second cycle révolutionnaire, un nouveau « cycle de colère », était inévitable. La révolution est donc définie comme un processus qui s’inscrit sur la longue durée et qui n’a finalement pas vraiment pris fin malgré son apparente défaite. C’est un processus qui revêt différentes temporalités et significations en fonction du domaine dans lequel il s’inscrit.

La révolution syrienne, une Révolution ?

Parler de révolution syrienne peut encore sembler évident lorsque l’on parle des premières années de son histoire. Cependant, dans grand nombre de milieux universitaires, mais aussi dans la presse et dans les cercles militants européens ceci est loin d’être une évidence. Parler de « révolution syrienne » suscite même souvent la méfiance et la surprise.

Toutefois, ce n’est pas seulement une position idéologique ou une méconnaissance profonde du contexte syrien qui conduisent beaucoup à ne pas percevoir et comprendre la révolution syrienne comme telle – exception faite du cas kurde -, mais plutôt une conception étriquée du terme même de « révolution » qui nous empêche de saisir ces événements dans toute leur radicalité.

En effet, le problème des commentaires sur la révolution syrienne et plus largement de ce qui a été appelé «printemps arabe » est, pour reprendre une expression de l’historien iranien et ancien révolutionnaire marxiste Behrooz Ghamari-Tabrizi, que ces événements sont analysés dans « la rationalité des Lumières et sa vision téléologique de l’histoire » entraînant par là une réduction de toute spécificité locale à « la logique interne de l’Histoire universelle » (2016: 16-17).

Est-il encore possible d’envisager et de désirer des futurs non-inscrits dans des schémas préexistants de changement historique ? Il s’agit ici de s’interroger sur la possibilité : « de penser la dignité, l’humilité, la justice et la liberté en dehors des cartes et des principes cognitifs des Lumières » (Ghamari-Tabrizi 2016 : 1). En d’autres termes, comment ne pas faire des SyrienNes des « sujets lisibles de la Marche de l’Histoire mais plutôt de faire de l’histoire le sujet de leur soulèvement » (ibid. : 4) ? Il s’agit donc bien d’opérer une syrianisation de l’Histoire avec un grand H et du concept de révolution.

Je parle donc de révolution non seulement parce qu’en tant qu’anthropologue je choisis de « prendre au sérieux » les paroles de mes interlocuteurs/rices mais aussi car j’adopte une perspective et une méthodologie décoloniales.

Une définition mouvante de la révolution

Al-thawra (la révolution) était l’unique terme utilisé par mes interlocuteurs/rices pour parler de leur expérience des années 2011-2015. Ils se définissaient eux-mêmes comme des révolutionnaires (thuwar) même si ce terme recouvre différentes activités, identités, projets et modes de subjectivation. CertainEs ont manifesté pour la première fois en 2011 alors que d’autres faisaient partis de groupes politiques établis et avaient une culture et pratique politique de longue date ; d’autres n’ont jamais pris part à des manifestations mais s’occupaient de leurs dimensions logistiques – préparer des banderoles, faire la cuisine, et plus tard distribuer des médicaments et d’autres denrées de premières nécessités aux SyrienNEs ayant fui leurs quartiers et villes bombardés ou assiégés. Tous mes interlocuteurs/rices étaient déplacés à l’extérieur de la Syrie, dans la ville de Gaziantep ou bien faisaient des allers-retours entre les deux pays, ce qui était encore relativement aisé jusqu’à la fermeture de la frontière turco-syrienne en 2015. Gaziantep constituait ainsi une sorte de pont entre intérieur et extérieur et, une sorte de capitale des révolutionnaires en exil.

Mes interlocuteurs/rices étaient donc aussi bien de jeunes activistes qui se définissaient plutôt comme laïcs, issus des classes moyennes et populaires, souvent de l’université d’Alep et de la banlieue de Damas ; mais aussi des islamistes plutôt du centre de la Syrie et d’Idleb, d’ancienNEs prisonniÈRES politiques et militantEs de longue date, surtout de mouvances islamistes mais aussi des communistes. Pendant mon travail de terrain j’ai habité dans différentes familles, la plupart composées uniquement de femmes et d’enfants ayant souvent été proches des Frères Musulmans dans les années 1980, et qui venaient de Homs, Hama, Raqqa et la banlieue d’Alep. Travailler principalement avec des femmes m’a permis de comprendre la place centrale des femmes dans la révolution syrienne et sa signification particulière pour ces dernières. Cela m’a aussi permis de percevoir d’emblée les transformations sociales liées à la révolution car si les femmes sont souvent des acteurs invisibilisés des processus révolutionnaires, puisqu’elles ont tendance à se trouver en minorité dans les rues dans la phase d’ « effervescence » d’une révolution ; les changements révolutionnaires ont cependant lieu dans les maisons, sur le long-terme plutôt que dans la rue lors des manifestations forcément limitées dans le temps (Winegar 2012).

Le but de mon travail est donc de proposer une définition mouvante – dans le sens d’en mouvement et en évolution – de la révolution syrienne et du concept de révolution. En effet, sa signification a évolué au cours des années avec la présence de plus en plus marquée de termes et de réalités concurrentes au sein même des cercles révolutionnaires. Dans les premières années, la variation des termes pour décrire les événements vient des loyalistes au régime de Bachar et de ceux qui se présentaient comme ‘neutres’. Mais à partir de 2015-2016, avec l’intervention de la Russie, la libération imminente puis le siège d’Alep qui mena à sa chute, mes interlocuteurs/rices se questionnent davantage sur le terme le plus approprié pour décrire la situation : est-ce encore une révolution ? Peut-on encore parler de révolution même pour la première période révolutionnaire (awal al-thawra) connaissant a posteriori son évolution ? Était-ce plutôt un soulèvement (intifada), est-ce désormais un conflit (syra’a), une guerre (harb), ou même une guerre civile (harb ahlieh) ? Mais cette définition est mouvante dans un second sens aussi puisque je travaillais avec des personnes déplacées et des personnes qui étaient en mouvement entre la Syrie et la Turquie. La signification de la révolution n’était donc pas la même en fonction de la position des unEs et des autres et de la temporalité du conflit. Enfin la révolution se transforme aussi au gré des chemins de l’exil.

Défaite, fin et tragédie : des notions concurrentes

Malgré les différences certaines entre les SyrienNes avec qui j’ai vécu et travaillé, ils revendiquaient cependant tous une identité révolutionnaire et ce n’est que très tardivement qu’ils ont parlé de défaite de leur révolution. Pendant longtemps, il était tabou de parler d’échec ou de défaite de la révolution. Parler de la révolution en ces termes valait d’être perçu comme un traître ou un oiseau de mauvais augure.

C’est dans ce sens que le terme de défaite plutôt que celui d’échec de la révolution semble plus adapté pour rendre compte du vécu de mes interlocuteurs/rices et, plus largement, de la révolution syrienne. La distinction entre defeat et failure — que je traduis par défaite et échec même si ces termes ne recouvrent pas exactement les mêmes significations en français — a été proposée par l’anthropologue Walter Armbrust dans son travail sur la révolution égyptienne (2017). Ce qui m’intéresse dans cette distinction c’est qu’elle souligne le fait que l’échec a une cause interne s’opposant par là au succès ; alors que la défaite est subie de l’extérieur et que la responsabilité principale est externe. Il y a une dimension culpabilisante dans la notion d’échec : la faute incomberait aux révolutionnaires, ce que certains de mes interlocuteurs/rices ont d’ailleurs pu soutenir dans leurs moments sombres. Au contraire, l’idée de défaite implique que l’on est vaincu sans porter la pleine responsabilité de la défaite. Il ne s’agit pas de dire que les révolutionnaires ne doivent pas se questionner sur les raisons de leur défaite et les analyser, beaucoup ayant en réalité commencé à le faire à partir de 2015-2016, mais plutôt de rester au plus proche de la réalité et de l’inégalité des forces en présence entre, d’un côté, des révolutionnaires pacifistes puis légèrement armées et de l’autre un régime surarmé appuyé par ses alliés russe et iranien avec lesquels il employa toute une armada militaire y compris des armes chimiques pour exterminer les populations vivants dans les bastions révolutionnaires et les zones libérées.

La question de la défaite, de la perte ou de l’échec est intéressante, car elle permet de penser la révolution au-delà de la dichotomie échec/victoire, des vaincus/vainqueurs mais aussi de faire émerger dans son sillage la question de la « fin » de la révolution. Comment une révolution se termine-t-elle ? Une révolution ne finit-elle jamais ? Comment cette fin est-elle visible ? En effet, dans l’historiographie et l’histoire dominante des révolutions, mais aussi dans les sciences politiques et en philosophie lesquelles sont les principales disciplines dans lesquelles les révolutions sont classiquement étudiées et conceptualisées, celles-ci sont toujours victorieuses. Il n’y a de révolution que victorieuse, parler de révolution non victorieuse est pour ainsi dire un oxymore. En effet, les révolutions déchues finissent dans la « poubelle de l’histoire » pour reprendre l’expression de l’anthropologue et historien caribéen David Scott (2014).

Révolution et changement de régime politique

Si l’on se penche sur les textes classiques portant sur les révolutions et sur les canons de la révolution dans l’imaginaire collectif — la révolution française, américaine, soviétique — on remarque que toutes ont été victorieuses dans le sens étroit du terme puisque tous ces mouvements populaires ont entraîné la chute de l’ancien régime politique et l’avènement d’un nouveau. Or dans le contexte syrien, il n’y a pas eu de chute ou de changement de régime. Il n’y a pas de rupture dans le champ politique à l’échelle de l’État.

Est-ce à dire que la révolution syrienne n’en est pas une ? En effet, pourquoi est-elle perçue comme un échec ? Mon hypothèse est que c’est parce qu’il n’y a pas eu de changement de régime et que cela ne correspond donc pas à sa définition « classique » et ethnocentrique héritée des Lumières pour laquelle une révolution équivaut à une rupture historique entraînant le commencement d’un nouveau cycle temporel symbolisé par un avant/après marquant l’avènement d’un nouveau régime politique. Il y a donc un changement à l’échelle de l’État, de la nation ou de l’État-nation.

Or en Syrie on ne voit pas de changement du régime syrien, tout du moins à l’échelle nationale alors même que très rapidement après le début de la révolution, de larges franges du pays ont été libérées et se sont retrouvées administrées par des conseils locaux et d’autres instances révolutionnaires et de la société civile. En cela, la révolution syrienne a été vécue comme un changement radical au niveau local et régional et un renouvellement total de la vie politique avec des expériences d’auto gestion et de démocraties locales fascinantes, notamment dans la ville assiégée de Darayya.

La situation est évidemment bien différente depuis l’évacuation forcée des derniers bastions révolutionnaires assiégés à Alep et dans la périphérie de Damas et de Homs. Mais il semble qu’on a tendance à ne voir que l’aspect tragique et définitif de la défaite — c’est-à-dire sa dimension d’échec — au lieu de s’interroger sur ce qu’il reste de cette expérience révolutionnaire et de l’espoir initial des révolutionnaires. Si la révolution n’a pas abouti à un changement de régime politique au niveau de l’État, n’a-t-elle cependant pas créé d’autres types de transformations ? Dans ce cas, à quelle échelle et dans quels domaines localiser la révolution ?

Partant de ce constat, il est intéressant de montrer les différentes échelles et profondeurs de ce qui constitue une défaite révolutionnaire et d’interroger comment on analyse cette défaite en faisant l’effort de sortir du paradigme échec/victoire et en déplaçant nos interrogations vers celles concernant les transformations prévues et imprévues, les conséquences imaginées, insoupçonnées et imprévisibles d’un événement révolutionnaire. C’est en quelque sorte ce que permet l’approche anthropologique des révolutions : mettre en lumière les effets attendus et imprévisibles d’une révolution dans tous les domaines du lifeworld des SyrienNEs. Dès lors, la révolution n’apparaît plus comme une rupture politique violente, mais plutôt comme un ensemble de processus de transformations sociales qui reconstituent le monde des SyrienNEs. Il faut donc quitter le domaine de la politique pour prêter attention aux transformations qui ont marqué le lifeworld des SyrienNEs à l’échelle intime (au niveau du sujet) et cosmologique (au niveau des coordonnées spatio-temporelles), mais aussi dans la sphère sociale (au niveau des relations, de la vie quotidienne, des normes de genres et des modes d’alliance).

Cela revient à questionner ce que fait la défaite au concept de révolution, pour reprendre David Scott : quelles sont les conséquences tragiques (c’est-à-dire impensées et imprévisibles) de la défaite d’une révolution ? Scott pose cette question magnifiquement dans son ouvrage consacré à la révolution oubliée, puisque non victorieuse, de 1979 des îles grenadines, s’interrogeant sur les effets de cette défaite tragique sur les notions et expériences de temps, d’histoire et d’utopie révolutionnaire (2014). Je transpose ici cette question m’interrogeant sur les effets de la défaite de la révolution syrienne sur le lifeworld des SyrienNes : comment leurs rapports au temps, à l’espace, au religieux, à l’intime sont-ils reconfigurés ? Il s’agit, en d’autres termes, de se demander quel est le pouvoir transformateur d’une révolution non victorieuse. Où peut-on localiser les ruptures, les disruptions, les changements, les déplacements produits par cet événement ? Comment de Nouveaux Mondes émergent-ils des conséquences attendues et inattendues d’un projet politique qui n’a pas complètement abouti ou qui n’a pas atteint son objectif principal ? Que se passe-t-il quand les choses ne se passent pas comme prévu ?

Révolution : une série de transformations multidimensionnelles et multiscalaires

Lors de ma première visite en Turquie en 2013, la situation syrienne était déjà qualifiée de guerre, de guerre civile ou de conflit par la presse internationale. Cependant, mes interlocuteurs/rices parlaient de révolution. La question était donc : qu’est-ce qu’ils définissent comme révolution ? Où se trouve cette révolution ? Quelles marques a-t-elle laissées ? Où saisir le legs et l’esprit révolutionnaire ?

À Gaziantep, il y avait d’abord une omniprésence de la révolution au niveau du paysage visuel et sonore. La présence visuelle de la révolution était marquée par l’exposition d’une série de symboles constituant une imagerie révolutionnaire : la présence de drapeaux, les manifestations et sit-in hebdomadaires, les photos des martyrs, etc. Cette présence était également sonore, aussi bien dans les manifestations que dans les fêtes de mariage où chants et slogans révolutionnaires étaient entonnés et des dabkeh étaient dansés au son de chansons révolutionnaires reproduisant ainsi l’atmosphère festive des premières manifestations.

Lorsque l’on s’attache à observer les transformations plus ou moins profondes qui touchent différents domaines du monde des SyrienNEs, on s’aperçoit que ces effets ont des temporalités variées et s’inscrivent sur les courts, moyens et longs termes. La révolution devient ainsi un processus qu’il faut analyser sur la longue durée et dont il faut noter les intensités différentes. CertainEs de mes interlocuteurs/rices parlaient de cycle révolutionnaire avec des temps morts et des temps forts.

« Combien de temps ça a pris pour que la Révolution française soit victorieuse ? Cent ans ? » m’a une fois demandé une amie de Douma, avant de conclure « on a encore un long chemin devant nous ! » se référant aux quatre années écoulées depuis le début de la révolution syrienne lors de cette conversation en 2015. Ici, on voit que la possibilité d’un succès futur de la révolution existait encore. Il était en fait lié par beaucoup de mes interlocuteurs/rices à des changements sociaux et personnels jugés irréversibles et perçus comme se déroulant sur le long terme. Alors qu’une rupture au niveau politique devenait un horizon de plus en plus lointain ; mes interlocuteurs/rices soutenaient que des transformations sociales étaient déjà en cours dans le présent et que ces transformations profondes permettraient, même après une génération ou dans cent ans, une révolution politique totale.

Cet argument était soutenu par l’exemple de zones libérées ayant rejeté les règles imposées par al-Nosra qui, après avoir gagné leur contrôle, avait tenté d’imposer de nouvelles normes vestimentaires pour les femmes ou l’interdiction de fumer en public pour les hommes. À Idleb, par exemple, les femmes organisèrent des manifestations pour protester contre ces nouvelles règles ou continuèrent leurs pratiques. Selon mes interlocuteurs/rices, ces actes de résistance contre une nouvelle forme d’oppression imposée par une autorité illégitime étaient un gage de l’héritage révolutionnaire et de la permanence de l’esprit révolutionnaire à l’intérieur de la Syrie (Al-Khalili 2018).

À l’extérieur de la Syrie, cela était visible surtout chez les femmes et les jeunes notamment dans leur rapport au religieux, aux normes sociales et à ce qu’ils percevaient comme les autorités religieuses et sociales. L’exemple le plus frappant et le plus répandu réside sans doute dans le passage d’un système d’alliance endogame à des alliances politiquement endogames. Comme pour ce qu’avait montré Julie Peteet (1991) dans son travail sur les révolutionnaires palestiniens au Liban, pour beaucoup de mes interlocuteurs/rices les alliances matrimoniales qui se nouaient préalablement à l’intérieur d’un cercle de personnes connues par leur famille ou selon la proximité sociale et spatiale des époux se faisaient désormais selon l’appartenance politique.

Pour mes interlocuteurs/rices, il y a donc une continuité entre les luttes politiques et les transformations sociales qu’ils ont menées et vécues. Ici, cette continuité est située dans l’esprit de défi développé par les SyrienNes et par leur refus de se soumettre à toute forme d’autorité illégitime et toute forme d’oppression, qu’elle vienne du régime ou d’autres sources. Certains de mes interlocuteurs/rices pensent même que dans les régions reprises par le régime, une révolution plus radicale peut avoir lieu même si cela doit prendre une génération.

L’idée sous-tendant cela est que la révolution avait laissé des marques indélébiles au niveau social. En effet, les transformations sociales étaient perçues comme trop profondes pour être réversibles et apparaissaient comme le terreau d’une future révolution qui, cette fois, aboutirait au renversement du régime. L’esprit révolutionnaire apparaît donc comme un esprit contestataire et de colère profonde, mais aussi comme moteur et producteur de transformations de la réalité des Syriens.

On observe donc que plutôt que de saisir ces transformations dans la perspective d’un moment contre-révolutionnaire, ce qui entraînerait une lecture téléologique de ces événements, il est plus fructueux de le lire dans une perspective de temporalités multiples de l’action, de la mobilisation et de la défaite d’une révolution. Un tel point de vue permet de mettre en lumière les conséquences imprévues d’une révolution et de se concentrer sur les transformations sociales entraînées par la défaite d’une révolution. Pour reprendre Sune Haugbolle et Andreas Bandak « les révolutions, quel que soit leur résultat immédiat (succès ou défaite), ont des implications beaucoup plus importantes que leurs aspirations initiales… Elles ont le potentiel de survivre leur horizon d’expectation immédiat et de le contourner » (2017 : 194).

Cela nous pousse simultanément à un nouveau réglage de notre focus temporel en explorant les horizons proches et distants et en examinant la longue et la courte durée. Cette perspective s’appuie sur une distinction ethnographique. En effet, mes interlocuteurs/rices différenciaient changements sur le long et le court terme, parlaient de transformations en profondeur ou superficielles pour distinguer les conséquences sociales et politiques de la révolution. Si, dans les premières années de la révolution mes interlocuteurs/rices s’attendaient à des changements politiques d’envergure et pensaient que le régime tomberait, ces espoirs ont été mis à mal par la défaite de la révolution. Convaincus qu’ils ne pourraient pas faire tomber le régime dans un futur proche, ceux qui se présentaient comme des activistes et travaillaient dans la société civile et dans des conseils locaux espéraient changer la société en profondeur afin d’impulser des transformations irréversibles sur le long terme — ce qui explique la concentration de leurs efforts sur l’éducation des enfants notamment. D’une ambition portant sur la défaite rapide du régime, ils sont passés à l’espoir de transformations longues de la société.

On voit donc comment une révolution qui n’a pas été victorieuse au niveau politique (à l’échelle nationale) a néanmoins produit une série de ruptures profondes dans le champ social, l’imaginaire et les aspirations politiques.

Conclusion : Révolution, Exil et Migration

Cependant, face à l’exode des SyrienNes on peut s’interroger sur la survie de cet esprit révolutionnaire en exil, en Turquie et dans les autres pays limitrophes de la Syrie, mais aussi en Europe.

Quels sont les legs de la révolution syrienne ? Où situer l’esprit de la révolution ? En effet, l’héritage révolutionnaire semble particulièrement visible dans la diaspora syrienne naissante avec des savoir-faire et des expériences révolutionnaires qui voyagent et se déplacent tout en se redéfinissant, mais dans lequel l’esprit de la première révolution survit, se propage et se réinvente.

En repensant la révolution comme une série de transformations à différentes échelles et dans différents domaines : en d’autres termes, comme un événement non seulement aux dimensions ontologiques — c’est-à-dire une redéfinition de ce qui est, de nouvelles façons de dire le monde et d’être au monde —, mais aussi cosmogoniques — c’est-à-dire une nouvelle façon de faire monde, un réagencement du monde des SyrienNes.

Il s’agit donc bien de redéfinir l’échelle à laquelle agit une révolution vaincue. En d’autres termes, il s’agit de repenser la révolution jusqu’alors principalement définie comme un événement transformant radicalement systèmes politiques et structures sociales pour s’intéresser au potentiel transformatif des révolutions apparemment « vaincues ». Cela permet aussi de déplacer l’étude de la révolution des structures sociopolitiques et économiques pour s’intéresser au religieux, à la parentalité, à la sphère de l’intime et aux horizons spatio-temporels, domaines généralement marginalisés dans l’étude des révolutions. Cela permet enfin de mettre en lumière ce qui est généralement traité comme les marges d’un processus révolutionnaire, l’intime, l’exil et les femmes notamment.

Pour conclure, il semble qu’en étudiant la révolution syrienne à travers sa défaite, mais aussi en la décentrant, en ne s’arrêtant pas à la défaite politique au niveau de l’État, mais en en observant ses multiples conséquences et ramifications dans les domaines de l’intime, des relations sociales, de l’expérience du temps et de l’espace, de l’imagination du politique et du religieux ; on en arrive à provincialiser une définition classique et européocentrée de la révolution. Cela invite à ne pas mesurer tout événement et processus révolutionnaire à l’égide de cette définition et de l’ouvrir à d’autres possibles, à d’autres pratiques et concepts révolutionnaires qui peuvent reprendre cette définition classique, mais aussi s’en départir, la détourner et la transformer. Cela permet finalement d’élargir le concept de révolution à d’autres expériences et modes d’action, à d’autres agencements et temporalités.

Bibliographie

Abu-Lughod, L. (2012) ‘Living the “revolution” in an Egyptian village: Moral action in a national space’, American Ethnologist, 39 (1), pp.21-25.

Al-Haj Saleh, Y. (2016) “La Syrie ne s’est pas démocratisée, c’est le monde qui s’est syrianisé”, Libération, 9 mai

——————– (2017) « The Palestinization of Syrians », Aljumhuriya. 27 Juin. http://www.yassinhs.com/2017/06/27/the-palestinization-of-syrians/

Al-Khalili, C. (publié comme Loris-Rodionoff, C.) (2018) « Résistance féminine à Ildeb : itinéraire d’une activiste », Vacarme, 82, pp.40-45.

Armbrust, W. (2017) ‘Trickster Defeats the Revolution: Egypt as the Vanguard of the New Authoritarianism’, Middle East Critique, 26 (3), pp. 221-239.

Cherstich, I. Holbraad, M. et Tassi, N. 2020 Anthropologies of Revolution : Forging Time, People, and Worlds. Oakland : University of California Press.

Ghamari-Tabrizi, B. (2016) Foucault in Iran: Islamic Revolution after the Enlightenment. Minneapolis University of Minnesota Press.

Ghannam, F. (2012) ‘Meanings and feelings: Local interpretations of the use of violence in the Egyptian Revolution’, American Ethnologist, 39 (1), p32–36.

Haugbolle, S. and Bandak, A. (2017) ‘The Ends of Revolution: rethinking ideology and time in the Arab Uprisings’, Middle East Critique, 26 (3), pp.191-204.

Mittermaier, A. (2014) « Bread, Freedom, Social Justice: The Egyptian Uprising and a Sufi Khidma », Cultural Anthropology, 29 (1), pp. 54–79.

Peteet, J. (1991) Gender in Crisis: Women and the Palestinian Resistance Movement. New York : Columbia University Press.

Sabea, H. (2012) ‘A “Time out of Time” : Tahrir, the Political and the Imaginary in the context of the January 25th Revolution in Egypt’, in Hot Spots, Cultural Anthropology website, https://culanth.org/fieldsights/211-a-time-out-of-time-tahrir-the-political-and-the-imaginary-in-the-context-of-the-january-25th-revolution-in-egypt

Schielke, S. (2015) Egypt in the Future Tense: Hope, Frustration, and Ambivalence before and after 2011. Bloomington and Indianapolis: Indiana University Press.

Scott, D. (2014) Omens of Adversity: Tragedy, Time, Memory, Justice. Durham and London: Duke University Press.

Winegar, J. ‘The privilege of revolution: Gender, class, space, and affect in Egypt’, American Ethnologist, 39 (1), pp. 67–70.

[1] Il n’y a pas de traduction en français de cette expression qui est généralement rendue par le terme allemand Lebenswelt.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.