2011-2021

2011-2021

Les 10 ans de la Révolution syrienne

Il y a 10 ans, dans le sillage du Printemps arabe, la Révolution syrienne débutait. Des Syriens et des Syriennes de tous âges et de toutes origines sociales et religieuses sont descendus dans les rues des villes et des villages de leur pays pour manifester et réclamer ensemble liberté et dignité.

 L’histoire de la Révolution syrienne commençait donc par un geste politique collectif et courageux. Les voix de ceux habitués à se taire depuis 40 ans par peur de la répression se sont faites entendre. Nombreux sont les manifestants et les manifestantes à raconter alors que pour la première fois ils entendaient leur propre voix.  

Bashar al-Assad et son régime ont employé tous les moyens possibles pour faire taire les voix dissidentes : tirs à balle réelle sur les manifestants, snipers, arrestations et détentions arbitraires, torture, viols, assassinats, massacres. Début avril 2011, soit moins d’un mois après le début des manifestations, le régime emprisonnait les manifestants tandis qu’il libérait les djihadistes ayant combattu en Irak, en Afghanistan et au Yémen détenus dans la prison de Saydnaya. Ces derniers ne tardèrent pas à former des factions combattantes dont l’une des plus organisée était Jaysh al islam dirigé par Zahran Alloush qui prit plus tard le contrôle de la Ghouta orientale.

Au même moment, des soldats de l’armée syrienne faisaient défection et s’organisaient au sein de l’Armée libre pour défendre les manifestants et les zones dont le régime s’était retiré. L’Armée libre résista difficilement aux attaques de l’armée tandis que de multiples factions combattantes financées par différents bailleurs étrangers aux idéologies politiques et religieuses concurrentes se formaient partout dans le pays. L’armée syrienne enrôla les jeunes hommes à tour de bras dès le mois de juin 2011. Il devint quasiment impossible d’échapper au service militaire obligatoire à moins de fuir le pays ou de s’enrôler dans les factions combattantes rebelles. Le rapport de force était cependant totalement disproportionné entre les rebelles et l’armée syrienne soutenue par ses alliés russe et iranien. Les bombardements, le siège des villages et des villes, les armes chimiques, les barils d’explosifs lancés sur les habitations depuis des hélicoptères, les déplacements forcés, etc. jetèrent sur les routes de l’exil des millions de Syriens. 

C’est à ce prix que le régime appuyé par ses alliés réussit à partir de fin 2016 à reprendre le contrôle de sa “Syrie utile”. Mais, dix ans plus tard, le pays est dévastée, exsangue. Des villes entières ont été rayées de la carte, les infrastructures sont majoritairement affectées, l’inflation galopante, la dévaluation de la livre syrienne vertigineuse. La situation économique est désastreuse. On estime que 83% de la population syrienne à l’intérieur du pays vit en dessous du seuil de pauvreté. Les denrées alimentaires de base sont rationnées. Chacun doit attendre entre 4 et 6 heures sa ration de pain quotidienne dans des queues interminables devant les boulangeries. L’électricité ne fonctionne guère plus que quelques heures par jour, parfois pas du tout pendant 24 heures, le fioul et le gaz sont rares et hors de prix. 

Le UNHCR compte environ 6,6 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie, 5, 5 millions de réfugiés dans les pays voisins et  1 million dans le reste du monde. Les Syriens constituent la plus grande population réfugiée au monde.

Le conflit a fait probablement plus de 700 000 victimes mais les instances internationales ayant cessé le décompte en 2016, on ne dispose pas de chiffres sûrs. Jusqu’aujourd’hui on compte environ 130 000 personnes ayant disparu, majoritairement dans les geôles syriennes, mais aussi aux mains des factions djihadistes et islamistes (État islamique, Jaysh al-islam, al-nosra, etc.). Le régime syrien, tout comme HTS (ex al-nosra) qui contrôle la région d’Idleb, n’ont pas cessé les arrestations et les détentions arbitraires. 

Malgré les dix années écoulées depuis le début de la Révolution syrienne, nombreux sont les Syriennes et les Syriens qui depuis leur lieu d’exil continuent leur activisme. 2021 marque donc une date anniversaire dont ils se saisissent de différentes façons pour à la fois commémorer le geste politique initial, le désir de liberté que les  manifestants clamaient ensemble à travers tout le pays et également pour rappeler à ceux qui veulent bien l’entendre que leur combat continue et que l’esprit de la Révolution syrienne est toujours présent parmi eux. 

Les chercheurs du groupe SHAKK vont consacrer quelques uns de leurs travaux de recherche aux modes de commémorations des 10 années de la Révolution syrienne par les activistes syriens. Au fil des mois de 2021, nous posterons des billets et des synthèses sur ce que cette année inspire à l’activisme des révolutionnaires syriens et à nos réflexions sur la Révolution. 

Le premier billet consacré à une réflexion anthropologique sur la Révolution syrienne est écrit par Charlotte al-Khalili. Anthropologue, elle a consacré une thèse aux révolutionnaires syriens en exil dans la ville de Gaziantep de 2013 à 2016 Of Revolutionary Transformations: Life in Displacement at the Syrian-Turkish Border soutenue en 2019 à University College London. Elle continue ses recherches sur les révolutionnaires en exil. 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.