Séminaire Ifpo: Le corps dans l’art contemporain en Syrie

Séance du séminaire : Corps – Ecriture et images en chair et en sang –

Organisé par Nibras Chehayed en collaboration avec Emma Aubin-Boltanski et Jean-Christophe Peyssard

Date et horaires: Lundi 2 mars 2020 à 19h

Lieu: Riwaq Beirut (Geitawi)

Présentation du séminaire (la séance se déroulera en arabe):

La révolution et la guerre en Syrie ont généré une importante production de textes, de vidéos et d’images. Il s’agira de s’intéresser aux mutations que cette nouvelle production met en scène et aux perspectives corporelles qui en découlent. En effet, le corps semble relever, avant tout, d’une présence matérielle : une masse ordonnée par des lois physiologiques, chimiques et mécaniques qui déterminent ses fonctions et ses mouvements. Toutefois, cette présence corporelle n’est jamais une donnée pure. Elle est toujours condamnée à des médiations, dès lors que le corps est pétri d’images et de mots qui constituent le milieu de ses modes de donations. C’est à travers ces mots et ces images que le corps se phénoménalise. Évoquer le corps de ce point de vue, c’est nécessairement évoquer une corporalité parlée aussi bien que parlante, imagée aussi bien que productrice d’images. Nous pouvons alors avancer l’hypothèse que les changements provoqués par la révolution, la guerre et son corolaire d’extrême violence, affectant notre langage et notre rapport à l’image, initient également de nouvelles perspectives pour penser et vivre le corps.

La séance sera animée par deux intervenants :

Alaa Rashidi, critique d’art, formateur en médias, et écrivain. Il a notamment publié deux recueils de nouvelles Le Dernier jeu avant d’imposer les règles et Fantaisies du jeu entre magie et conte. Depuis 2011, il a participé à la création de nombreux journaux syriens alternatifs, et a proposé des formations de rédaction journalistique et médiatique. En outre, il écrit dans plusieurs journaux et sites Web, aussi bien dans le domaine culturel que dans la critique d’art.

Il passera en revue les manifestations du corps dans la production artistique syrienne de 2011 à 2020. Cela selon trois axes : l’impact de l’événement politique et social sur le corps dans l’art ; le corps artistique en tant que thématique culturelle ; et le corps en tant que médium artistique. À travers ceux-ci, il interroge les multiples interprétations conceptuelles et expressives que l’art projette sur le corps, ainsi que les différents usages du corps dans l’art.

Nibras Chehayed, chercheur post-doctorant (Marie Curie, Horizon 2020) dans le domaine de la philosophie contemporaine, rattaché au CERILAC (l’Université de Paris) et à l’Institut français du Proche-Orient (CNRS). Il a publié différentes études philosophiques, des traductions, ainsi que des textes littéraires et politiques.

Il propose d’appréhender la question de la corporalité dans l’art syrien contemporain par le biais de la destructivité. Ceci afin d’interroger les concepts de « corps absolu » et de « corps nihiliste », ainsi que leur relation problématique à la fonction sémantique du langage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.