L’émergence des médias alternatifs en Syrie depuis 2011

Le cas de la presse écrite

Enab baladi (8 juin 2014), dernière page  recensant les unes des journaux alternatifs syriens parus la première semaine de juin 2014

Omar Alasaad M2, Études politiques

Ce travail de recherche est indissociable de mon parcours professionnel et personnel de journaliste syrien et activiste politique. De 2007 à 2012, j’ai collaboré avec plusieurs journaux arabes comme correspondant et écrivain indépendant. Je me souviens de notre première réunion en avril 2011 dans la banlieue de Damas. Nous étions un groupe d’activistes politiques et notre objectif était de fonder un journal papier. Pourquoi un média imprimé et non pas numérique ? Il s’agissait d’une question fondamentale pour nous : nous considérions que seul un journal papier pouvait porter une valeur symbolique d’opposition à un régime qui avait monopolisé les médias pendant des décennies. De plus, nous étions nombreux à vouloir renouer avec le modèle de l’intellectuel engagé de la Nahda ; avec ces grandes figures qui, comme Abd al-Rahman al-Kawakibi 1855/1903, Nassif al-Yazaji 1800/ 1871, Boutrous al-Boustani 1819/1883, avaient fondé des journaux.

En raison de l’arrestation d’un grand groupe de militants politiques au cours du second semestre 2011, notre projet n’a pas vu le jour.  Après ma sortie de prison à la fin de 2011, d’autres activistes ont fondé des journaux papiers, mais locaux car avec le début de la fragmentation territoriale du pays et l’escalade du conflit, il était devenu impossible de créer un média national.

J’ai choisi d’étudier l’émergence et l’évolution de la presse écrite alternative pendant le conflit, de 2011 à nos jours, et de m’inscrire dans une démarche scientifique et non de témoignage, parce qu’il est important d’historiciser et de contextualiser pour comprendre la situation actuelle. Mon analyse resitue le phénomène de la presse écrite alternative au sein du contexte politique et socio-économique de la Syrie depuis le XIXe siècle. J’ai porté une attention particulière aux enjeux politiques et juridiques propres à cette nouvelle manière de faire du journalisme pour mieux comprendre les modalités de son émergence depuis 2011. Cette presse a été fondée par des activistes politiques et des militants opposants au régime de Bachar al-Assad. Ma recherche pose plusieurs questions : Comment et où ont émergé les journaux alternatifs ? Quelle est la relation entre ces journaux et les comités locaux de coordination créés par des activistes dès les premières semaines de la révolution dans l’objectif d’organiser des manifestations et de diffuser des informations à la population ? Dans quelle condition le travail journalistique est-il accompli ? Que veut dire « alternatif » dans le contexte du conflit syrien ? Quels sont les sujets abordés par ces journaux ? Quels changements ces journaux ont-ils subis depuis leur création ?

Pour répondre à ces questions, j’étudie d’abord l’évolution de la presse et du journalisme depuis l’émergence de la presse écrite en Syrie au milieu du XIXe siècle, pendant la Nahda (Renaissance)[1]. Au cours de cette période, la presse a joué un rôle important dans la lutte politique. Les élites éduquées ont commencé à produire un discours nationaliste basé sur l’imaginaire de la patrie syrienne. Selon ces élites, la science, la renaissance de la culture arabe, l’éducation, l’enseignement universitaire et la presse chargée de diffuser les idées de la Renaissance et des Lumières au sein du peuple devaient être au fondement de la nation.[2] De plus, la presse a permis la cristallisation d’une culture commune. Après l’indépendance en 1946, les journaux expriment différentes opinions politiques : le libéralisme, le communisme, le nationalisme arabe, l’islamisme, le nationalisme syrien et d’autres. Bien que la presse soit devenue libre, la démocratie est jeune et reste instable. Elle ne parvient pas à s’adapter aux transformations socio-économiques du pays, laissant la voie libre aux jeunes générations de généraux et officiers pan arabistes baathistes qui accèdent au pouvoir en 1963[3].

Après le coup d’État de Hafez al-Assad contre ses camarades baathistes le 16 novembre 1970, la Syrie ne comptera plus que trois journaux en langue arabe, un journal en anglais, une chaîne de télévision et une agence de presse, et ce pendant trente ans. L’accession au pouvoir de Bachar al-Assad en 2000 s’est accompagnée de promesses de réformes incitant des groupes de militants et d’opposants à créer des forums de discussion sur les affaires publiques et politiques. Cette étape sera connue sous le nom de Printemps de Damas.[4] Ce printemps prendra fin quelques mois plus tard, par une reprise en main autoritaire et sécuritaire, ainsi que par des arrestations. Depuis, ne sont diffusés que la seule presse officielle et certains journaux appartenant à des hommes d’affaires proches du régime.

Dans le deuxième chapitre de cette recherche, j’examine l’émergence de la presse alternative en Syrie après 2011. De nouveaux journaux papier sont créés dans des villes et des villages à la fin de l’été 2011, dans les zones « libérées » de l’armée syrienne. Ces journaux s’appuient sur l’expérience des journalistes indépendants, des étudiants de l’Université, et surtout, des militants originaires de différentes régions. Ils se donnent comme objectifs de couvrir les événements et d’offrir des récits alternatifs à ceux du pouvoir. Avec l’escalade du conflit, leur nombre a augmenté, surtout de la fin de 2012, jusqu’à atteindre près de 300 publications en 2015. Cette presse est passée par différentes étapes depuis 2011. La première est dominée par le conflit avec le régime. Au cours de cette période, on peut observer une confusion des « genres » : des textes oscillants entre compte rendu factuel des évènements et articles d’opinion. Les rédacteurs comme les dirigeants de ces publications sont avant tout des activistes et non pas des journalistes professionnels.  Lors de la deuxième étape, avec l’escalade de la guerre et la division du pays, la confrontation a commencé à se développer, non seulement avec le régime, mais également avec les groupes islamiques radicaux. En conséquence, un grand nombre de ces journaux ont été forcés de s’exiler, principalement en Turquie où résident un grand nombre de réfugiés syriens (plus de 3 millions au début de 2019). 

Après huit ans de conflit continu, les médias alternatifs ont évolué. Quelques journaux et magazines ont réussi à poursuivre leurs activités tandis que la majorité a cessé de paraître. En juin 2019, on ne recensait plus que onze journaux et magazines. Ainsi, analysant l’articulation entre les journaux, la politique, le conflit et la société, ma recherche tente de saisir de quelle manière la presse écrite alternative a pu évoluer sur les plans professionnels et juridiques.

Titre

Genre

Périodicité

Dates 1er / dernier exemplaire 

Site ou page sur Syrian Prints Archives

Public ciblé

Lieu de création

Eba’a

إباء

Journal

Hebdo

15/06/2018

29/06/2019

https://ebaa.news/category/weekly-newspaper/

Adulte

Turquie

Ishrak

إشراق

Magazine

Bimensuel

01/12/2015

01/07/2019

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=296

/

/

Insan

إنسان

Magazine

Bimensuel

15/10/2018

01/07/2019

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=329

/

/

Al-ahed

العهد

Journal

Bimensuel

25/02/2013 01/03/2019

 

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=17

/

/

Alkalam aljadid

الكلام الجديد

Journal

/

22/04/2012 10/05/2019

 

/

/

Hibr

حبر

Journal

Hebdo

29/06/2013 29/06/2019

https://hibrpress.com/

/

Alep

Tolab jamiat Idleb

طلاب جامعة إدلب

Magazine

/

25/09/2017 21/04/2019

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=324

/

Idlib

Ata’a

عطاء

Magazine

/

01/10/2015

01/04/2019 

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=297

Enfant

/

Enab baladi

عنب بلدي

Journal

Hebdo

29/01/2012

30/06/2019

https://www.enabbaladi.net/

Adulte

Daraya

Ayn almadina

عين المدينة

Journal

Bimensuel 

14/03/2013

17/06/2019

http://www.ayn-almadina.com/

/

/

Nour al sham

نور الشام

Magazine

Mensuel

14/05/2012

26/03/2019

https://syrianprints.org/ar/issues?agency=30

/

/

Dans la troisième partie de mon mémoire, je montre comment la scène médiatique syrienne a évolué au fil des événements. Les journalistes et activistes médiatiques ont cherché à faire évoluer leur pratique professionnelle notamment quand la révolution a commencé à se transformer en un conflit militaire sanglant. À ce titre, des initiatives, telles que la création d’un syndicat (L’association des journalistes syriens), pour organiser la scène médiatique ont vu le jour afin de répondre aux besoins politiques, professionnels et éthiques des activistes médiatiques et journalistes. Par ailleurs, la scène médiatique syrienne depuis 2011 intéresse des organisations et institutions régionales et internationales. La question du financement et sa relation avec les notions « d’indépendance » et « d’alternative » occupent les dernières pages de ma recherche tout en essayant de montrer la relation entre les journaux et les organisations internationales qui ont financé la presse écrite alternative.

Dans le contexte du conflit en Syrie, il est difficile de construire un projet médiatique indépendant et alternatif. De plus, les questions éthiques et professionnelles ont occupé une place majeure dans les initiatives proposées par les journalistes et les activistes. Afin de documenter précisément la production de journaux alternatifs, mon mémoire comporte cinq annexes. La première est un tableau des publications depuis 2011 comprenant le titre de la publication, le genre -magazine/journal- périodique, la date du premier et du dernier exemplaire et le lectorat ciblé. La deuxième annexe est une documentation des pages des journaux, afin d’avoir un aperçu de leur contenu. Dans la troisième annexe, je répertorie les organisations les plus importantes qui ont soutenu les nouveaux médias syriens. La quatrième reprend et présente l’ensemble des forces militaires principales pendant le conflit. Enfin, la cinquième annexe est une chronologie historique de la Syrie avant le soulèvement de 2011 et pendant le conflit. Cette recherche s’est appuyée sur des sources différentes comme des ouvrages, des articles, des rapports d’organisations internationales, et bien évidemment une série d’enquêtes et d’entretiens avec des journalistes et des activistes médiatiques, mais également sur mon expérience personnelle de journaliste et d’activiste politique.    

[1]  Nahda : est un mouvement transversal de « renaissance » culturelle arabe moderne, à la fois littéraire, politique, culturel et religieux depuis le milieu de XIXe siècle jusqu’au milieu de XXe siècle. 

[2]  Al-Rifa’i, Sahms al-Din, (Histoire de la presse syrienne) Tarikh al-Sahafa al-Sourya, Dar al-Ma’aref, le Caire, Egypte, 1965, p28,29,30.

[3] La grande majorité des généraux sont des enfants des paysans originaires de la compagne. Ils ont rejoint l’École militaire après l’indépendance, parmi eux on trouve les dirigeants de la Syrie depuis 1963 comme H.al-Assad et son frère, M. Tlass, S. Jeded, et A. al-Hafez.    

[4] Le Printemps de Damas  est une période d’ouverture politique  qui commence après l’accès au pouvoir de Bachar al-Assad le 17 juillet 2000 et s’achève le 17 février 2001 avec la fermeture des forums de discussion par les services de renseignements.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.