« Est » – « Ouest » sur la carte

شرقية وغربية على الخريطة

Par Rouba Kaedbey[1]

Ce billet est le fruit d’un travail réalisé au sein du programme SHAKK[2]. Il a consisté en l’élaboration d’une base de données cartographiques sur les villes syriennes en guerre. Ce travail m’a permis de disposer d’un corpus important de cartes sur ces villes et en particulier sur Alep. Ce billet propose une exploration de la guerre à Alep et cela à travers une cartographie de la division socio-économique et territoriale de la ville et une chronologie des événements pendant les années du conflit entre 2011 et 2016, prenant en compte différentes temporalités.

هذا المقال هو نتيجة بحث قمت به ضمن برنامج “شك” [3] الذي ارتكز على بناء قاعدة بيانات لخرائط المدن السورية في الحرب. في هذا الإطار تمكنت من جمع عدد كبير من الخرائط حول هذه المدن وحول حلب بشكل خاص. انطلاقاً من هذه القاعدة، أقترح في هذا المقال استكشاف الحرب في حلب من خلال قصة انقسامها مع الأخذ بعين الاعتبار التسلسل الزمني للأحداث خلال سنوات الصراع

Cartographie de la division

Alep et la division

Alep est l’une des villes syriennes les plus touchées par la guerre, en particulier sa partie Est. Ce qu’on a commencé à appeler “Est” à partir de 2012 englobe en réalité géographiquement le Nord, l’Est et le Sud de la ville (carte 1). Depuis juillet 2012, date de l’entrée d’Alep dans la guerre, la ville a été divisée entre cet « Est » élargi, placé sous le contrôle de l’Opposition (dans toute sa diversité) et une partie Ouest restée sous le contrôle de l’armée du Régime syrien. Cette division de la ville en deux est restée quasiment inchangée jusqu’en 2016[4], année de la reprise du contrôle de la totalité de la ville par les forces russes et celles du Régime.

En juillet 2012 et après plus d’un an de manifestations contre Bachar al-Assad (carte 2) et la répression qui a suivi, les rebelles ont avancé depuis le Nord de la ville et ont pris le contrôle de plusieurs quartiers, notamment des quartiers informels, habités par des populations d’origine rurale qui ont facilité leur progression (carte 5). Une ligne de front s’est dessinée et s’est à peu près stabilisée à partir d’août 2012. Un certain nombre d’auteurs[5] ont démontré que la manière dont la ville a alors été divisée était le résultat d’un clivage urbain et social beaucoup plus ancien que le conflit lui-même (carte 1) (David, 2016 ; Khaddour, 2017 ; Hajjar, 2018). Cette question sera développée plus loin, dans la première partie de la chronologie de la division.

Cette division géographique entre Alep-est et Alep-ouest est cependant restée relativement poreuse dans la mesure où un « passage » entre les deux quartiers Bustan al-Qaser (à l’Est) et Masharqa (à l’Ouest), passage nommé Ma’bar Bustan al-Qaser, permettait de se déplacer entre les deux secteurs de la ville (carte 9). Par ailleurs, certains habitants parvenaient à contourner la ville en faisant plusieurs kilomètres pour passer d’une zone de la ville à l’autre (carte 10). Lors de l’offensive loyaliste en 2016, l’armée syrienne a cependant repris le contrôle de la partie Est et la ligne de front s’est déplacée progressivement jusqu’à disparaitre complètement en décembre 2016 (carte 11).

La documentation autour des villes syriennes en guerre

La documentation cartographique sur la guerre à Alep, comme pour d’autres villes syriennes, est abondante et concerne plusieurs dimensions du conflit : les destructions, les déplacements de populations, le contrôle territorial, etc. Ne se limitant plus à leurs seules applications scientifiques et politiques, les cartes sont aussi devenues des outils essentiels pour les humanitaires et pour les activistes. Ces nouveaux usages ont été particulièrement présents durant la guerre en Syrie[6]. Par ailleurs, une documentation qualitative importante s’est développée autour des « témoignages » et récits d’hommes et de femmes qui racontent leur vécu dans la guerre. Cette littérature, qui s’adresse souvent au grand public, occupe une place importante dans les données sur la guerre depuis 2011. Elle propose des « descriptions denses » de parcours individuels qui témoignent de la violence émanant du régime de Bachar al-Assad et des groupes armés de l’opposition, notamment ceux ayant partie liée avec l’islamisme radical. Ces témoignages décrivent la ville dans la guerre et donnent des indications sur les pratiques de l’espace en situation conflictuelle.[7]

L’importance des témoignages

Des témoignages d’habitants de la ville couvrant les différentes périodes de la guerre ont été intégrés à ce travail, et cela dans le but de mettre en évidence certaines pratiques liées à la division socio-spatiale. La ville, les lieux et les trajectoires sont en effet omniprésents dans ces récits et ils sont plus qu’un arrière-plan du vécu des Aleppins et des Aleppines. Les témoignages donnent ainsi une place très importante à la dimension spatiale ; les récits de la guerre évoquent la ville, ses lieux et leurs transformations. Au-delà de l’apport des témoignages en tant que source documentaire, les micro-histoires contribuent à alimenter une réflexion sur la géographie de la ville. Les représentations cartographiques des témoignages montrent que la ligne de division est aussi une accumulation d’histoires personnelles et de « mémoires » qui sont inscrites dans la ville et qui sont susceptibles de nous éclairer sur les pratiques des habitants et la transformation de la ville dans le contexte de la division.

Corpus et méthodologie

La méthode adoptée pour la création des cartes est différente selon que celles-ci proposent une chronologie de la division de la ville ou qu’elles se rendent compte d’informations issues des témoignages :

Le corpus mobilisé autour des cartes de la division regroupe des données cartographiques et des vidéos en ligne, des références bibliographiques et des articles de presse. La chronologie choisie est divisée en quatre périodes successives : l’avant-guerre (avant 2011) ; la période de la révolte, la répression et la militarisation (2011 – Juillet 2012) ; la division de la ville entre Est et Ouest (Juillet 2012 – Avril 2016) ; la fin de la division : l’offensive loyaliste et la chute de l’est d’Alep (Avril 2016 – Décembre 2016). Ces cartes permettent de repérer les lieux emblématiques du conflit et de rendre compte de l’évolution de la division de la ville ainsi que des destructions.

Les témoignages que nous avons utilisés sont extraits de deux ouvrages : celui de Saber Darwich et de Mohammad Abi Samra[8] et celui de Samar Yazbek[9]. Le choix de ces livres a été fait en fonction de leur apport à la compréhension de la division socio-spatiale de la ville. Contrairement aux entretiens réalisés directement auprès de témoins, à qui il est possible de demander des précisions sur les lieux et les dates, il est plus complexe de cartographier des récits issus d’un ouvrage. Les informations ainsi obtenues restent lacunaires et imprécises sur les lieux concernés. Ces imprécisions sont souvent visibles sur les cartes, notamment en ce qui concerne les déplacements et les temporalités comme dans le cas des cartes qui représentent l’itinéraire d’Ahmad (carte 10) et de Zayn (carte 12) où nous n’avons pas pu rendre compte avec précision des trajets et des lieux parcourus et fréquentés. Malgré ces lacunes, l’articulation entre la cartographie de la ville en guerre et la cartographie des témoignages a contribué à une meilleure compréhension de la division.

Chronologie de la division

L’avant-guerre (avant 2011) : clivage urbain préexistant à la guerre

Dans un article[10] paru dans Les clés du Moyen-Orient, J.-C. David présente une historiographie éclairant le clivage urbain de la ville lié à l’exode rural depuis l’époque ottomane. A cette époque, la ville s’est développée en dehors des murs à l’Est en relation étroite avec le monde rural. À partir des années 1950, le nombre des migrants d’origine rurale et villageoise continue à augmenter, ce qui accentue et renforce les liens entre cette partie de la ville et les zones rurales (David, 2016). Quant à la population qui a occupé l’extension vers l’Ouest, elle se « caractérisent par la rareté des activités de contact avec le monde rural et la faiblesse du lien avec l’arrière-pays rural dans cette direction. » (David, 2016). Plus récemment, jusqu’à 2011, l’Ouest de la ville se distingue également par son plan d’urbanisme, son aspect résidentiel et par la présence d’institutions liées au pouvoir et de grandes installations modernes comme les centres commerciaux et les habitations de standing (carte 1). La division entre Alep-Est et Alep-Ouest provoquée par la guerre s’inscrit donc dans une certaine continuité selon A. Hajjar : « La césure spatiale […] clairement observée pendant la guerre, n’est que l’extension et l’accentuation d’une situation plus ancienne qui dessinait déjà de forts clivages socio-économiques » [11].

Carte – 1 – Clivages urbains avant le conflit. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

La répression : un catalyseur de la division (mars 2011 – Juillet 2012)

La violente répression menée contre les manifestations qui eurent lieues à Alep de 2011 à 2012 va bien entendu contribuer à accentuer fortement cette division de la ville. Au début de la révolte, Alep a connu des « manifestations volantes » (en arabe muzâharat tayyâra)[12] : il s’agissait de protestations qui se terminaient aussi vite qu’elles commençaient en raison de la répression menée par la police et les chabiha[13]. Les manifestations ont débuté sur le campus de l’Université, situé dans la partie ouest de la ville. Ensuite, les premières manifestations organisées en dehors de l’université ont eu lieu dans les quartiers populaires : Sayf ed-Dawla et Salah ed-Dine, qui ont donc été les deux premiers quartiers à se soulever (carte 2).

Carte – 2 – Principaux lieux emblématiques de la révolte. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Le soulèvement populaire, dans un contexte répressif, se joue aussi autour des petites histoires de révolutionnaires engagés, des stratégies de manifestations et des lieux emblématiques. Cette dimension de la révolte est présente dans l’ouvrage de Saber Darwich et Mohammad Abi Samra (2016), qui constitue une source très importante sur Alep de la révolte à la guerre. L’Université d’Alep, les places et les mosquées ont joué un rôle très important dans la poursuite de la révolte. La place Saadallah el-Jabri, à titre d’exemple, est l’un des lieux emblématiques cités par les auteurs de cet ouvrage et qui a été âprement disputé par le régime et ses opposants. Tout d’abord, elle représentait un lieu symbolique pour le régime qui y organisait toutes ses célébrations et était un lieu extrêmement protégé par les forces du régime lors du soulèvement. La place est ainsi devenue un objectif pour les manifestants qui ont développé différentes stratégies d’accès (carte 3). Parvenir à y organiser une manifestation représentait alors une victoire contre le pouvoir (Darwich, Abi Samra, 2016). Avec le temps, cette place a fini par constituer un « lieu de mémoire de la révolution », lieu où se sont tenues de nombreuses manifestations, mais aussi où ont eu lieu des arrestations et des disparitions, et où de nombreux opposants ont été tués.

Carte – 3 – Stratégies d’accès des manifestants à la place Saadallah el-Jabri. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Les agressions perpétrées par les forces du régime contre les manifestants et cela dès le début de la révolte sont à l’origine d’une division au sein de l’opposition entre partisans et adversaires de la militarisation. La montée de la répression, et le déploiement des chabiha (carte 4) – qui était visible essentiellement dans les quartiers rebelles[14] – a finalement rendu impossible la poursuite du mouvement pacifiste.

Carte – 4 – Certains quartiers de déploiement des Chabiha en 2011. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Situé au sud de la ville, Salah al-Din est le premier quartier à se soulever. C’est là aussi que les combats armés commencent en juillet 2012 (Hajjar, 2018). Ce quartier est emblématique de la guerre puisqu’il est devenu plus tard l’un des principaux bastions des rebelles et la cible de bombardements violents. En août 2012, les affrontements se sont propagés dans d’autres parties de la ville notamment les quartiers informels dans le Sud et l’Est d’Alep (carte 5).

Carte – 5 – Les affrontements de l’été 2012 entre l’armée syrienne et les groupes armés de l’opposition. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Division de la ville entre Est et Ouest (Juillet 2012 – Avril 2016)

La pénétration dans la ville des opposants armés[15] – qui appartiennent à une multitude de factions affiliées majoritairement à l’Armée syrienne libre, à des groupes islamistes sunnites comme Ahrar al-Cham, ou aussi des salafistes djihadistes comme le Front al-Nosra – a commencé dans les quartiers informels à l’Est d’Alep[16]. Après des affrontements avec l’armée du régime syrien, ces groupes armés sont parvenus à prendre le contrôle de cette partie qui dès lors sera considérée par l’opposition comme une « région libérée » (mantiqa muharrara) et par le régime comme une « région des groupes armés » (mantiqa ‘isabât musallaha). À la suite de cet évènement majeur, la ville a été divisée entre un Est sous le contrôle de l’opposition et un Ouest sous le contrôle des forces du régime. Une ligne de front s’est donc dessinée, les check-points se sont multipliés (carte 6) et l’Est de la ville a depuis lors, été la cible de bombardements destructeurs par l’armée syrienne et ses alliés (carte 7). Ces destructions massives ont transformé la ville en champ de ruines, causant dans certains cas l’effacement de quartiers entiers et ont engendré des déplacements massifs au sein de la population aleppine.

Carte – 6 – Division de la ville – Situation en 2013. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.
Carte – 7 – Les destructions à Alep en 2013. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.
Division et destruction

La stratégie de guerre qui consiste en l’effacement de quartiers entiers des villes et le déplacement massif forcé, surtout dans les parties tenues par l’opposition, prend des dimensions politiques fortes. La destruction devient ainsi plus qu’une conséquence du conflit[17]. Cette violence envers les villes, est d’un côté un moyen d’établir un changement démographique au sein de la population (chasser les habitants sans garantir leur retour), et dans certains cas comme à Homs, c’est un moyen de mettre en place des grands projets urbains à la place des quartiers rasés.

A Alep, la ligne de front révèle en effet une géographie de la destruction (Vignal, 2019, à paraitre) qui a contribué à accentuer la division entre Est et Ouest. Bien avant la chute d’Alep en 2016 et les extrêmes violences qui en résultèrent, une grande partie de l’Est de la ville avait déjà été détruite, alors que la partie ouest avait été peu touchée (carte 8) ; cette dernière a bien subi des périodes d’encerclement et des tirs sporadiques, mais la situation n’est en rien comparable avec celle que connaît l’Est.

Carte – 8 – Les destructions à Alep en 2015. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.
Porosité de la division

Un couloir permettait cependant le déplacement entre l’Est et l’Ouest d’Alep. Situé à la frontière entre les quartiers de Bustan al-Qaser et de Masharqa, il était appelé Ma’bar Bustan al-Qaser (carte 9). Il était situé sur le terrain d’une fourrière automobile ce qui explique qu’il était aussi appelé Ma’bar karaj al-hajez (couloir de la fourrière). Pendant plusieurs années, des milliers de personnes ont ainsi utilisé ce couloir tous les jours pour se rendre au travail, poursuivre leurs études ou pour voir leurs familles et s’approvisionner. Les francs-tireurs du côté de Masharqa étaient localisés sur les toits d’el-Qasr el-baladi (Le palais municipal) et du bâtiment de la radio et la télévision à Alep. Le nombre de victimes de ces snipers[18] a pu atteindre des dizaines de personnes par jour, au point que ce couloir fut aussi appelé Ma’bar el-mawt (couloir de la mort) (Darwich, Abi Samra, 2016).

Carte – 9 – Ma’bar Bustan al-Qaser. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Les personnes ne pouvant pas emprunter ce couloir devaient contourner la ville, éviter certaines routes et check-points. C’est le cas d’Ahmad[19] qui dut passer du quartier Aqyoul à l’Ouest à Maysaloun à l’Est pour l’enterrement de sa mère. Il parcouru ainsi 450 km pour se déplacer entre deux quartiers pourtant limitrophes. Sur la carte 10[20], qui représente son trajet approximatif, la ville d’Alep devient presque invisible par rapport à l’ampleur de son itinéraire.

Carte – 10 – Itinéraire de 450 km emprunté par Ahmad pour passer d’Alep-Ouest à ALep-Est. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

La fin de la division : l’encerclement et la chute d’Alep-Est (Avril 2016 – Décembre 2016)

L’offensive loyaliste pour la reconquête d’Alep-Est a commencé en automne 2015. Elle a été conduite par l’armée du régime et ses alliés, notamment les forces russes. Pendant toute une année, la ville a vécu des combats d’une extrême violence, la partie Est se vidant de ses habitants au fur et à mesure de l’intensification des combats. L’Est d’Alep a subi des bombardements aux barils d’explosifs et au gaz de chlore, des attaques incendiaires et des tirs d’armes à sous-munitions[21]. Témoin de ces évènements, Zayn déclare « Ce sont les pires moments de ma vie pendant la guerre » (Yazbek, 2019, p. 114). Entre avril et décembre 2016, l’armée syrienne gagne du terrain (carte 11) : « à chaque fois qu’un quartier était repris par le régime, ses habitants le quittaient : des masses humaines se déplaçaient d’un faubourg à l’autre » (Ibid, p. 117).

Carte – 11 – Contrôle territorial, juillet 2012 – décembre 2016. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.
L’itinéraire de Zayn

Zayn est l’une des témoins du livre de Samar Yazbek (2019). Dans son témoignage, cette étudiante de l’université d’Alep évoque la vie quotidienne dans une ville divisée, la porosité des frontières et, finalement, la reprise en main progressive de l’Est par l’armée du régime. La trajectoire de Zayn change ainsi d’échelle et de temporalité : pour passer du récit à la cartographie, il a été nécessaire de la décomposer en plusieurs cartes. Cela a permis de « jouer sur les échelles spatiales et temporelles afin de conserver un degré d’information optimale » (Lagarde, 2018, p 102). Le témoignage de Zayn est très riche dans sa façon d’aborder l’espace (carte 12) : dix-sept lieux différents sont cités dans le texte, sans compter ceux qui sont situés en dehors de la ville. La dernière phase de son itinéraire s’avère très importante parce qu’elle parvient à traduire le mouvement massif des habitants avec le déplacement de la ligne de front.

Carte – 12 – L’itinéraire de Zayn entre 2012 et 2016. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Les déplacements de Zayn s’effectuaient dans un contexte d’incertitude ; elle avait refusé de quitter Alep entre 2011 et 2016. Pendant cette période, elle se déplaçait entre sa maison et les hôpitaux dans lesquels elle travaillait. Le 30 octobre 2013 est un jour particulier parce qu’elle décida de passer le Ma’bar al-mawt où elle s’est faite arrêter. Commence alors pour elle un voyage de nature et d’échelle différentes, d’une prison du régime à l’autre (carte 13).

Carte – 13 – L’itinéraire de Zayn dans différentes prisons. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

En 2016, après sa sortie de prison, elle fait partie de la foule qui se déplace avec l’avancée de l’armée syrienne et l’effacement progressif de la ligne de front, avant de quitter définitivement la ville : « au fur et à mesure de la progression de l’armée, je reculais en suivant le mouvement massif de la population d’Alep » (carte 14). Zayn, comme beaucoup d’autres aleppins, a vu se former, se transformer et finalement disparaître la division de leur ville.

Carte – 14 – L’itinéraire de Zayn entre novembre et décembre 2016. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Diviser, « nettoyer[22] » et remodeler

La division d’Alep en deux grandes zones est un long processus qui a donc commencé bien avant la guerre et qui désormais se poursuit encore, malgré la disparition de la ligne de front en 2016. Pendant les années de guerre, les quartiers Est ont été vidés d’une grande partie de leur population et ont vu disparaître une grande portion de leur tissu urbain. La structure urbaine, telle qu’elle se donne à voir aujourd’hui rappelle l’existence d’une ligne de division qui prend une autre forme physique : elle sépare la ville détruite de la ville épargnée (cartes 7, 8 et 15). La partie Est contrairement à l’Ouest est « nettoyée », « effacée », « rasée ». Elle prend aussi une forme symbolique : la division restera longtemps ancrée dans la mémoire des Aleppins, tel Zayn, qui sont restés ou qui ont quitté la ville dans l’espoir d’y retourner un jour.

Cette division est toutefois susceptible de disparaître au moins sur le terrain, avec la mise en place par le régime de stratégies de reconstruction s’inscrivant dans la continuité des opérations de destruction plus directement liées au conflit : « Il est clair que l’objectif de reconquête n’est pas seulement de récupérer un ensemble de quartiers pour les réintégrer à l’entité urbaine et reconstituer une unité qui a toujours été partielle et inégale, mais au mieux de récupérer un espace nettoyé de ses habitants pour l’urbaniser à nouveau suivant de nouvelles normes et éventuellement en partie avec de nouveaux habitants et des nouvelles activités » (David, 2016). Le régime met en place tous les outils nécessaires pour la constitution de ces « nouvelles normes » ; par exemple, la mise en place des différentes lois liées à la confiscation des propriétés et plus récemment, en mars 2019, l’annonce par le conseil municipal d’Alep de la création d’une société holding de la ville[23] comme celle de Marota City à Damas. La reconfiguration prévue des villes syriennes annonce donc un non-retour des réfugiés dans leurs habitations, notamment ceux qui vivaient dans les quartiers informels et défavorisé comme ceux de l’Est d’Alep, et une homogénéisation des territoires.

Carte – 15 – Les destructions à Alep en 2016. Cartographie : Rouba KAEDBEY, 2019.

Bibliographie

Boissière, Thierry et David, Jean-Claude (dir.), Alep et ses territoires : Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth, Presse de l’Ifpo, 2014. URL : <http://books.openedition.org/ifpo/6621>, ISBN : 9782351595275, DOI : 10.4000/books.ifpo.6621.

Darwich, Saber et Abi Samra, Mohamad, Ma’âsî Halab, al-thawra al-maghdura wâ rasâ’il al-muhâsarîn, (Les tragédies d’Alep, la révolution trahie et les lettres des assiégés), Al-Mutawassit, 2016.

David, Jean-Claude, « Comment l’histoire explique l’actualité d’Alep (2/3). Quelles raisons historiques peuvent-elles expliquer que la ville soit un enjeu aujourd’hui ? », Les clés du Moyen-Orient, 2016. URL : <https://www.lesclesdumoyenorient.com/Comment-l-histoire-explique-l-actualite-d-Alep-Partie-2-Quelles-raisons.html>

Creative Memory, Chroniques de la révolte syrienne : Des lieux et des hommes 2011-2015, traduit par N. Bontemps, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2019. URL :  <http://books.openedition.org/ifpo/12765>, ISBN : 9782351595473, DOI : 10.4000/books.ifpo.12765.

Hajjar, Abboud, « « Alep-Est » et « Alep-Ouest », territoires marqués par des divisions socio-économiques, puis espaces de guerre », Les Cahiers d’EMAM. Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée, no30, 2018. URL : <https://journals.openedition.org/emam/1544>, DOI : 10.4000/emam.1544

Khaddour, Kheder, Consumed by War The End of Aleppo and Northern Syria’s Political Order, Friedrich-Ebert-Stiftung, 2017. URL : <http://library.fes.de/pdf-files/iez/13783.pdf>

Lagarde, David, Sur les routes de l’exil syrien : récits de vie et parcours migratoires des réfugiés de Deir Mqaren, thèse en géographie sous la direction de D. Eckert et O. Pliez, Toulouse 2, 3 juillet 2018. URL : <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01955981/>

Vignal,  Leila, « Destruction-in-Progress: Revolution, repression and war planning in Syria (2011 onwards)”, Built Environment, Special issue ‘Urban Violence’, Vol. 40, n°3, 2014. URL : <https://doi.org/10.2148/benv.40.3.326>, DOI : 10.2148/benv.40.3.326

Vignal, Leila, « Guerre et destructions urbaines en Syrie », (à paraitre).

Yazbek, Samar, 19 femmes. Les Syriennes racontent, traduit par E. Aubin-Boltanski et N. Chehayed, Paris, Editions Stock, 2019. URL : <https://www.editions-stock.fr/livres/la-cosmopolite/dix-neuf-femmes-les-syriennes-racontent-9782234086043>

Rapports

Breaking Aleppo, Atlantic Council, 2017. URL : <https://www.publications.atlanticcouncil.org/breakingaleppo/>

City Profile Aleppo, UN HABITAT, Swiss Agency for Development and Cooperation SDC, 2014.

Country Profile Syria, UN HABITAT, 2016.

Five years of conflict: the state of cultural heritage in the Ancient City of Aleppo, UNESCO / UNITAR, 2018.

Mapping the conflict in Aleppo, Syria, Caerus, First Mile Geo, American Security Project, 2014. URL : <https://www.americansecurityproject.org/mapping-the-conflict-in-aleppo-syria/>

Tokmajyan, Armenak. Aleppo Conflict Timeline, The Aleppo Project, 2016. URL : <https://www.thealeppoproject.com/aleppo-conflict-timeline/>

Cartographie UNITAR / UNOSAT : http://www.unitar.org/unosat/maps/SYR

Notes

[1] Rouba Kaedbey est doctorante en aménagement au laboratoire CITERES – Equipe monde arabe et méditerranée (EMAM) à l’Université de Tours. Sa thèse porte sur l’accès aux ressources de la ville dans les quartiers informels à travers l’exemple de la banlieue sud de Beyrouth. Elle a rejoint l’équipe du programme Shakk en Janvier 2019 pour participer à la construction d’une base de données permettant l’élaboration d’un Atlas des villes syriennes en guerre.

[2] « SHAKK : De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes » est un programme de recherche financé par l’ANR qui vise à comprendre les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011. Pour plus d’informations : https://shakk.hypotheses.org/

[3] « SHAKK : De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

.2011 شك هو برنامج بحثي تموله وكالة الأبحاث الوطنية الفرنسية ويهدف إلى فهم الاضطرابات في سوريا منذ العام https://shakk.hypotheses.org/ : لمزيد من المعلومات

[4] Des combats ont cependant eu lieu dans des quartiers situés sur la ligne de front tout au long de la période.

[5] David, Jean-Claude. « Comment l’histoire explique l’actualité d’Alep (2/3). Quelles raisons historiques peuvent-elles expliquer que la ville soit un enjeu aujourd’hui ? », Les clés du Moyen-Orient, 2016. Hajjar, Abboud. « « Alep-Est » et « Alep-Ouest », territoires marqués par des divisions socio-économiques, puis espaces de guerre », Les Cahiers d’EMAM. Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée, no30, 18 avril 2018. Khaddour, Kheder. Consumed by War The End of Aleppo and Northern Syria’s Political Order, Friedrich-Ebert-Stiftung, 2017.

[6] Un billet sur certaines sources cartographiques de la guerre à Alep sera publié prochainement dans les Carnets SHAKK.

[7] Darwich, Saber et Abi Samra, Mohamad, Ma’âsî Halab, al-thawra al-maghdura wâ rasâ’il al-muhâsarîn, (Les tragédies d’Alep, la révolution trahie et les lettres des assiégés), Al-Mutawassit, 2016. Creative Memory, Chroniques de la révolte syrienne : Des lieux et des hommes 2011-2015, traduit par N. Bontemps, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2019. Yazbek, Samar, 19 femmes. Les Syriennes racontent, traduit par E. Aubin-Boltanski et N. Chehayed, Paris, Editions Stock, 2019.

[8] Il s’agit du témoignage d’Ahmad dans : Darwich, Saber et Abi Samra, Mohamad, Ma’âsî Halab, al-thawra al-maghdura wâ rasâ’il al-muhâsarîn, (Les tragédies d’Alep, la révolution trahie et les lettres des assiégés), Al-Mutawassit, 2016.

[9] Il s’agit du témoignage de Zayn dans : Yazbek, Samar, 19 femmes. Les Syriennes racontent, traduit par E. Aubin-Boltanski et N. Chehayed, Paris, Editions Stock, 2019.

[10] David, Jean-Claude, « Comment l’histoire explique l’actualité d’Alep (2/3). Quelles raisons historiques peuvent-elles expliquer que la ville soit un enjeu aujourd’hui ? », Les clés du Moyen-Orient, 2016.

[11] Hajjar, Abboud, « « Alep-Est » et « Alep-Ouest », territoires marqués par des divisions socio-économiques, puis espaces de guerre », Les Cahiers d’EMAM. Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée, no30, 18 avril 2018.

[12] Traduction adoptée dans l’ouvrage : Creative Memory, Chroniques de la révolte syrienne : Des lieux et des hommes 2011-2015, traduit par N. Bontemps, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2019.

[13] Les Chabiha sont « des groupes d’hommes armés en tenue civile qui agissent en faveur du gouvernement du parti Baas de Syrie ».

[14] La carte 4 montre les premiers déploiements visibles des Chabiha dans des quartiers soulevés.

[15] L’opposition armée syrienne est formée au départ par d’anciens officiers de l’armée régulière et par des civils qui se sont militarisés pour s’opposer à la répression de l’armée du régime. En juillet 2011, l’Armée syrienne libre, issue de l’opposition, se forme et à ce moment-là elle représente la principale force armée face au régime syrien, regroupant plusieurs dizaines de factions. A partir de 2012, la radicalisation de l’opposition armée provoque sa fragmentation, certains opposants armés ont rejoint des groupes islamistes plus ou moins radicaux comme Jabhat al-Nusra et le Front islamique.

[16] Les liens entre l’Est et le monde rural, où a commencé la militarisation, sont plus forts, ce qui a facilité la pénétration des groupes armés de l’opposition.

[17] Voir les textes de Leila Vignal à ce sujet notamment : Vignal, Leila, « Destruction-in-Progress: Revolution, repression and war planning in Syria (2011 onwards)”, Built Environment, Special issue ‘Urban Violence’, Vol. 40, n°3, 2014.

[18] Voir la dernière partie de l’article sur l’histoire de Zayn.

[19] Ce témoignage est tiré du livre de Saber Darwich, et Mohammad Abi Samra, Ma’âsî Halab, al-thawra al-maghdura wâ rasâ’il al-muhâsarîn (Les tragédies d’Alep, la révolution trahie et les lettres des assiégés), al-Mutawassit, 2016.

[20] Dans son témoignage, Ahmad cite uniquement les villes dans lesquelles il a dû passer, avec quelques précisions d’orientations ce qui n’a pas permis d’avoir une carte plus précise de son itinéraire.

[21] Breaking Aleppo, Atlantic Council, 2017.

[22] Terme de J-C David, 2016.

[23] Plusieurs journaux en ligne ont diffusé cette information en mars 2019, parmi ceux-ci : halabtodaytv.net, eqtsad.net, syria-alyom.com entre autres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.