Séminaire EHESS “Sciences sociales et conflit(s) en Syrie”

L’exil syrien au Liban au prisme de la kafala : une expérience masculine du refuge, entre illégalité et invisibilité

Lundi 18 novembre, 9h-12h, salle 0.004 Bâtiment Recherche Nord, Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Séminaire coordonné par Nisrine Al-Zahre, Emma Aubin-Boltanski, Cécile Boëx, Thomas Pierret et Anna Poujeau

La séance sera animée par Leila Drif

Leila Drif est doctorante en anthropologie à l’EHESS, associée à l’Ifpo Beyrouth et fellow de l’Institut Convergence Migration. Sa thèse, préparée sous la codirection de Blandine Destremau et de Michel Agier, porte sur l’expérience d’hospitalité autour de l’accueil des réfugiés syriens dans les marges de Beyrouth. Elle propose une anthropologie critique du système de protection internationale des réfugiés à partir d’une ethnographie urbaine d’un quartier irrégulier de Beyrouth constitué en espace refuge pour les Syriens en exil. Elle est l’auteure de « Être réfugié et « volontaire » : les travailleurs invisibles des dispositifs d’aide internationale »Critique internationale, vol. 81, no. 4, 2018, pp. 21-42.

Résumé de la séance:

Le système de la kafâla (sponsorship) est le régime qui prévaut au Liban en matière de gestion de la migration syrienne depuis 2015, et ce, en l’absence de politique nationale d’asile. Sa mise en œuvre a conduit à redéfinir la condition d’extranéité des Syriens au Liban, fondée sur un triage genré de ces populations réfugiées. Outre la réflexion sur le statut hybride des réfugiés syriens que pose cette législation, elle oriente les stratégies migratoires et parcours du quotidien des Syriens vers l’illégalité, et cristallise des rapports de pouvoir qui mettent en jeu un conflit de masculinités autour de la figure de l’homme syrien. A partir de l’ethnographie d’une marge urbaine de Beyrouth, cette présentation examinera le processus de construction de vulnérabilités masculines invisibilisées, induites par le système de la kafâla. Plus largement, cette lecture genrée de l’expérience du refuge syrien se propose comme un point d’entrée pour interroger les relations d’accueil entre Syriens et Libanais, dans leurs dimensions relationnelles, intimes et mémorielles.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.