Les réseaux militants entre le Liban et la Syrie depuis 2011

Un dossier la Revue Internationale de Politique Comparée

Coordonné par Erminia Chiara Calabrese et Marie-Noëlle AbiYaghi

Avec une postface d’Élizabeth Picard

Le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 a engendré un regain d’intérêt des sciences sociales pour ce pays et les relations complexes qu’il entretient avec son voisin libanais, hôte d’une des plus grandes concentrations de réfugiés syriens. Parmi les travaux sur la crise syrienne, nombreux sont ceux qui se sont penchés sur l’impact de cette « crise » sur le Liban. Certains ont mis en exergue les dangers d’une « guerre par procuration » ou le débordement du conflit syrien au Liban ; d’autres ont notamment analysé le système d’accueil des réfugiés syriens par l’État libanais, les restrictions sécuritaires dont ils sont l’objet et les réorientations de leurs pratiques économiques.

Ce dossier de la Revue Internationale de Politique Comparée se propose de déplacer la focale et d’analyser les processus de circulations et de réactivations de réseaux militants entre le Liban et la Syrie à l’aune du conflit depuis 2011.

Le conflit en Syrie met en lumière la perméabilité de l’espace politique libanais, sur lequel il a indéniablement des effets structurants. Si, depuis 2011, les gouvernements libanais successifs se réclament officiellement d’une doctrine de « dissociation » en politique étrangère, c’est-à-dire d’une sanctuarisation de la vie politique nationale à l’écart des crises régionales, le conflit en Syrie divise les acteurs politiques libanais entre adversaires et partisans du régime baathiste. Nombreux sont les militants-combattants du Hezbollah, du Parti communiste ou du Parti social nationaliste syrien notamment, à se joindre aux troupes du régime de Damas. D’autres, libanais ou palestiniens, rejoignent les rangs des factions rebelles ou jihadistes. Dans la rue, le mouvement « isqat al-nidham al-ta’ifi  (pour que tombe le régime confessionnel) », qui voit le jour dans la foulée des « printemps arabes » en 2011 et fait référence aux soulèvements tunisien, égyptien, yéménite ou bahreïni, se divise rapidement sur la question de la prise de position vis-à-vis du régime baathiste (Abi-Yaghi & Catusse, 2014). Concomitamment, plusieurs militants syriens ont été forcés comme un grand nombre de leurs concitoyens à quitter leur pays d’origine, et c’est au Liban que certains d’entre eux ont continué leurs activités militantes.

 L’effort guerrier, la figure du révolutionnaire ou du combattant, les exactions et les violences sont les images les plus patentes, documentées et partagées via Internet, depuis 2011. Le conflit en Syrie se répercute surtout au Liban par de multiples mobilisations, politiques ou humanitaires, certaines marginales, réactivant les idéologies séculières et de gauche des années de la guerre civile, la plupart prenant des formes plus visibles et institutionnalisées de solidarité.

Ce numéro de revuese propose de croiser des terrains proches géographiquement, similaires, mais différents, tout en déjouant les écueils d’une simple comparaison. Les différentes contributions qu’on y trouve ont en commun de prendre comme point de départ les acteurs sociaux eux-mêmes et leurs itinéraires, et de toujours les observer « en contexte », d’une part, en Syrie, dominé par un régime autoritaire en guerre, et d’autre part, au Liban, où prévaut une situation permanente d’anticipation de résurgence de la violence (Hermez, 2017). Des combattants du Hezbollah libanais engagés dans la guerre en Syrie (Calabrese) à la circulation de militants palestiniens dans l’espace syro-libanais (Napolitano), en passant par les processus de professionnalisation au Liban de réfugiés-révolutionnaires syriens (Fourn) et par la transformation des carrières et des capitaux sociaux militants à l’aune de la réactivation et de la recomposition de traditions d’engagement politique plus anciennes (AbiYaghi et Younes), en observant aussi les effets structurants de la violence sur les biographies individuelles (Trombetta), les différentes contributions à ce numéro, considèrent les multiples modes d’action du militantisme, politique, armé, associatif et/ou humanitaire, comme un continuum – d’autant qu’ils peuvent coexister dans une même trajectoire.

De manière plus générale, ce dossier ambitionne d’ouvrir un débat au sein de la sociologie de l’action collective qui s’est souvent attelée à l’étude de mouvements politiques, civils ou civiques dans des contextes pacifiés cantonnant dans ses marges le questionnement des engagements armés, sauf à de rares exceptions (Sommier, 1993 et 2000 ; Gayer, 2009). Dans cette perspective, deux questions principales nous ont animés auxquelles les différentes contributions à ce dossier tentent d’apporter des éléments de réponse. D’abord, la question de la crise en tant qu’accélérateur physique de l’espace-temps (al-zamakan) : elle précipite indéniablement des individus dans la rue, invite à l’engagement militant, et/ ou au combat armé ; elle fluidifie les statuts militants. Au-delà des effets d’oxymore, elle brouille les pistes de réflexion, rendant parfois les catégories d’analyse peu heuristiques. Il s’agit ensuite de questionner ce que la guerre fait au militantisme « en mouvement », au croisement de la sociologie de l’action collective et des migration studies. Manifester en contexte autoritaire, braver l’interdit, faire face à la répression, la prison, la mort ; fuir, transformer et réinventer son engagement, renverser l’image du réfugié passif. Au fil des micro-histoires de militants, ce dossier interroge les effets structurants des exils forcés de militants « en mouvement » sur les biographies individuelles, les carrières militantes et les reconversions, et sur les transformations de capitaux militants.

L’article de Marie-Noëlle AbiYaghi et Mariam Younes  étudie  les  carrières des activistes syriens au Liban et retrace les notions d’engagement, de révolution et de mobilisation ainsi que les réseaux de solidarité et de résistance au sein de ces cercles militants. À travers les récits de vie et les carrières de militants basés au Liban, les recherches portent sur les expériences et pratiques vécues par les militants, leurs débats contradictoires, leurs réseaux de solidarité, leurs stratégies et leur invisibilité dans l’espace public, et les suivent jusqu’à la « fin » de leur engagement au Liban.

L’article d’Erminia Chiara Calabrese analyse les parcours multiples des combattants du Hezbollah libanais engagés dans le conflit syrien. L’auteure révèle d’une part la diversité des positionnements face à la décision de prendre part au combat, et d’autre part les (ré-)enchantements, les désenchantements et les doutes qui accompagnent constamment les parcours de ces hommes en armes. L’approche ethnographique de longue durée, permet d’éviter le piège d’une lecture en termes de « consentement aveugle » et met en lumière les fluctuations dans ces engagements et les adaptations continuelles que ces combattants font entre idéal et réalité de la guerre.

Léo Fourn analyse les modulations, continuités et discontinuités du militantisme dans un contexte de guerre et d’exil. Le cas étudié est celui du passage d’un engagement contestataire au travail humanitaire, à partir de l’analyse de parcours de militants syriens réfugiés au Liban. Après avoir quitté la Syrie où ils ont participé au soulèvement contre le régime, une partie de ces militants se sont engagés au Liban dans l’action humanitaire auprès des réfugiés les plus démunis. Il s’agit de questionner la façon dont le contexte d’exil infléchit les parcours militants en question, en analysant l’émergence d’une nouvelle offre d’engagement.

L’article d’Elisabeth Longuenesse met en lumière certains aspects de la circulation des mots du militantisme entre le français, l’anglais et l’arabe, des idées et conceptions dont ils sont porteurs, et des effets ou implications de cette circulation entre ces trois langues. Il revient sur leur histoire et s’efforce d’en repérer les usages et les équivalences, ou les décalages d’une langue à l’autre. Il s’appuie pour ce faire sur deux types de matériau : d’une part les rubriques correspondantes dans quelques dictionnaires, d’autre part un court corpus de textes dans les trois langues, en s’attachant plus particulièrement à ceux qui ont précisément fait l’objet d’une traduction vers ou de l’une de ces trois langues.

Valentina Napolitano étudie comment les circulations transnationales affectent les parcours, les représentations et les formes d’engagements militants en s’intéressant aux circulations des réfugiés palestiniens au sein de l’espace syro-libanais. L’auteure montre comment  les circulations des militants favorisent le transfert d’idées et de savoir-faires, constituent parfois le seul moyen de poursuivre une mobilisation devenue impossible au sein du pays de résidence. La mise en place de réseaux transfrontaliers engendre, en outre, une capacité accrue de reconversion et de transformation du militantisme, elle facilite la recomposition de la vie des militants en contexte d’exil.

Dans son article Lorenzo Trombetta analyse le parcours des militants syriens qui ont abandonné la lutte armée au profit de l’engagement militant pacifique ainsi que le parcours de certains d’entre eux qui ont quitté des mouvements non-violents pour prendre les armes en Syrie. Dans un contexte toujours plus fragmenté, cette contribution explore le rôle de la violence dans ses différentes significations, en tant que vecteur crucial dans le changement des comportements et propose l’analyse des récits de plusieurs militants syriens opérant dans des zones géographiques variées contrôlées par le régime ou par les groupes d’opposition, inclus des zones contrôlées par l’Organisation de l’Etat islamique.   À partir d’un travail sur une base de données bibliographique portant sur la guerre du Liban, complétée par un travail sur l’historiographie naissante de la guerre en Syrie, la contribution de Pierre France propose une série d’hypothèses de travail sur des formes de narration communes à ces deux guerres. L’auteur montre comment plusieurs topoï de l’écriture de la guerre émergent : des objets privilégiés, des formes de narration, et autant de manières de contourner ou intégrer la situation sociale que vivent des témoins de ces deux conflits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.